Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développement durable ?

 | 
Jean-Yves Martin

Annexes

Annexe A. Activité scientifique et développement durable : une analyse au travers du champ de la foresterie

Jean-Paul Lescure

Texte intégral

1Quinze ans après le rapport Brundtland qui a vu émerger le concept de développement durable, dix ans après la Conférence de Rio qui en a assuré la promotion sur les plans médiatique et politique, on peut se demander comment ce concept s’est intégré dans les faits et particulièrement, dans le cadre de cet article, dans les pratiques de la recherche scientifique pour le développement. Pour ce faire, nous avons choisi de mener une étude bibliométrique sur le champ limité de la forêt tropicale, qui constitue en soi un objet privilégié. En effet, la forêt est au centre de deux des problématiques importantes mises en avant par le « développement durable », le stockage du carbone d’une part, la biodiversité d’autre part. Mais la forêt ne se résume pas à ces deux aspects. Les problèmes de déforestation interpellent l’adéquation des activités humaines à la notion de durabilité ; l’exploitation des forêts, qu’il s’agisse de produits ligneux (économiquement les plus importants) mais aussi non ligneux, pose le problème du partage équitable des bénéfices tirés de la ressource, et celui du bien-être social des populations forestières ; la richesse spécifique des forêts et la large gamme de produits potentiellement exploitables pour la pharmacie ou la cosmétologie pose celui de la propriété intellectuelle. Bref, la forêt tropicale entendue au sens large, qu’elle soit humide ou sèche, dense ou claire, nous semble concentrer la majeure partie des problématiques soulevées par la mise en pratique du développement durable, depuis la représentation de l’objet jusqu’à la mise en valeur de ses ressources.

2Pour documenter notre propos, nous avons choisi d’analyser la production scientifique mondiale telle qu’elle apparaît dans la base bibliographique du Commonwealth Agricultural Bureau (CAB) depuis 1990. Le choix de cette base relève de plusieurs arguments. D’une part, c’est l’une des plus grosses bases accessibles sur le sujet. D’autre part et surtout, elle présente un caractère très éclectique quant à la diversité des supports de publication qui y sont indexés. Elle référence en effet aussi bien des grandes revues internationales dites de rang A que des publications certes plus modestes mais destinées à une communication plus large vers un public d’utilisateurs. Elle représente donc, au travers de son contenu, l’ensemble des activités de recherche et de diffusion.

Méthode

3Nous avons interrogé la base pour la majorité des pays intertropicaux et sub-tropicaux susceptibles de se poser des questions de gestion forestière, y compris de reforestation. Le lecteur en trouvera la liste dans le tableau 1. La stratégie d’interrogation est donnée en fin de texte. On y trouve 32 pays africains, 3 pays de l’océan Indien, 12 pays asiatiques, 8 pays de la zone du Pacifique, 18 pays d’Amérique centrale et du Sud, 9 pays de la zone caraïbe, ainsi que le Queensland, en Australie, soit un total de 83 pays. Nous avons également analysé l’effort de recherche des pays développés sur l’ensemble des pays ciblés. Cet ensemble nous permet de dégager un certain nombre de statistiques qui montrent l’importance, pays par pays, de l’effort de recherche porté sur les problèmes agricoles au sens large et sur les problèmes forestiers en particulier, de donner des indications sur l’organisation de la coopération scientifique et de quantifier également, pays par pays, la capacité de recherche nationale et l’effort international de coopération scientifique.

4Pour l’analyse globale de la production, comparant pays par pays la production générale et la production en foresterie en particulier (tabl. 2), deux séries de chiffres ont été retenues. La première comprend les scores répondant à la présence dans tous les champs de la base du nom des pays et de l’ensemble des mots clés définissant le domaine étudié. La seconde ne comprend que les scores répondant à la présence des mêmes éléments uniquement dans les champs « titre » et « résumé ». Pour l’analyse de la place de la recherche des pays développés et de celle des pays sélectionnés, seule la seconde série de chiffres, plus restrictive, a été retenue (tabl. 3).

  • 1 Un artefact est cependant dû au fait que de nombreux auteurs travaillant en coopération avec des i (...)

5L’analyse des mots clés rend compte des centres d’intérêt de la recherche internationale et souligne les particularités de la recherche française. Elle a été effectuée sur deux corpus constitués de la manière suivante. Le premier concerne la littérature internationale. Après tirage au hasard de 4 % des références, on a éliminé par lecture des titres et des résumés toutes les références qui ne correspondaient pas exactement au domaine étudié. Seules 1 256 références ont été conservées. Le second concerne la littérature française. Dans un premier temps, toutes les références mentionnant le mot « France » dans le champ « adresse des auteurs » ont été sélectionnées. Elles ont été également triées par lecture des titres et des résumés. Seules 782 références attribuables à un auteur français ont été conservées1. La recherche des principaux mots clés a été faite sur l’ensemble des champs de la base de données. Ces références excluent les recherches menées sur les plantes médicinales et les composés biochimiques de la biodiversité.

6Un classement de l’occurrence des mots clés a été réalisé pour les deux corpus. Pour mettre en évidence les différences d’orientation thématique entre les deux corpus, nous avons testé au moyen du Chi les différences de fréquences observées pour les 218 mots clés communs aux deux bases et dont la fréquence cumulée d’apparition était supérieure à 20. Au seuil de probabilité de 95 %, 37 mots clés sont significativement plus employés par la littérature française, 29 le sont plus par la littérature internationale, ce qui dénote des centres d’intérêt divergents (tabl. 4). L’analyse a été complétée par la comparaison des mots clés dont la fréquence cumulée d’apparition était comprise entre 10 et 19.

Tableau 1. Surfaces forestières et taux de déforestation dans les pays sélectionnés.

Tableau 1. Surfaces forestières et taux de déforestation dans les pays sélectionnés.

Tableau 1 (suite). Surfaces forestières et taux de déforestation dans les pays sélectionnés.

Tableau 1 (suite). Surfaces forestières et taux de déforestation dans les pays sélectionnés.

Résultats

La répartition géographique de l’effort de recherche (tabl. 2)

7Sur l’ensemble des pays sélectionnés, la recherche sur les domaines forestiers et agricoles représente depuis 1990 un total de 425 603 références, soit environ 38 000 par an. Si on analyse la production scientifique concernant exclusivement la forêt, le total des publication indexées sur la période de référence est de 72 058, soit 16,9 % de la littérature générale. Si l’on ne prend en compte que les titres et résumés, ces valeurs sont de 219 693 pour la production globale concernant les pays choisis, dont 49 898 pour la foresterie, soit 22,7 % de la production. Malgré les enjeux liés à la forêt, les préoccupations concernant le domaine de l’agriculture restent donc largement dominantes.

8La production est inégalement répartie. Si l’on ne considère que les champs « Résumés » et « Titres » des publications, 4 pays concentrent chacun plus de 5 % des publications (Inde, Brésil, Indonésie et Mexique), 21 entre 1 % et 5 % et 19 entre 0,5 % et 1 %. 44 pays ne font donc l’objet que d’un nombre très faible de publications (16 % à eux tous), et parmi eux des pays d’intérêt majeur tels que le Congo-Brazzaville (0,49 %) ou la RDC (0,45 %), le Gabon (0,37 %) en Afrique ou, en Asie, le Laos (0,17 %), encore fortement forestier.

9On remarque également que l’intérêt marqué par la recherche sur un pays ne dépend ni de l’importance du couvert forestier (en % de la surface totale) ni du taux de déforestation. Autrement dit, l’importance de la ressource forestière ou la rapidité du rythme de la dégradation du milieu forestier ne sont pas les facteurs déterminants de la recherche.

Tableau 2. Classement des pays par nombre de publications les concernant (option « domaine d’étude » et « pays dans titre ou résumé ».

Tableau 2. Classement des pays par nombre de publications les concernant (option « domaine d’étude » et « pays dans titre ou résumé ».

Tableau 3. Classement des pays par le nombre de publications sur le pays réalisées par des chercheurs nationaux.

Tableau 3. Classement des pays par le nombre de publications sur le pays réalisées par des chercheurs nationaux.

Les acteurs de la recherche

Le rôle des pays développés (Union européenne, États-Unis, Canada, Japon, Australie)

10Si l’on admet que le nombre de publications est un indicateur de l’effort de recherche, cet ensemble de pays n’investit sur la forêt tropicale que 1,53 % de son effort global de recherche sur l’agriculture et la foresterie

11En nombre absolu de publications, l’Union européenne arrive en tête avec 40,3 % de la contribution des pays développés à la foresterie tropicale, suivie des USA (35,9 %), de l’Australie (14,1 %), du Japon (5,8 %) et du Canada (3,29 %). En Europe, les plus gros contributeurs sont le Royaume-Uni (13,3 %), la France (8,3 %), l’Allemagne (6,6 %) et les Pays-Bas (3,7 %), qui totalisent ainsi près de 78 % de la contribution européenne.

Tableau 3 (suite). Classement des pays par le nombre de publications sur le pays réalisées par des chercheurs nationaux.

Tableau 3 (suite). Classement des pays par le nombre de publications sur le pays réalisées par des chercheurs nationaux.

La place des pays tropicaux (tabl. 3)

12La production nationale des pays tropicaux sur la foresterie représente 45 % de la production totale. Là encore, on observe une forte variabilité. Si l’on exclut l’Australie – classée ici dans les pays développés et particulièrement concernée par sa forêt tropicale du Queensland –, Porto Rico, et les départements français d’outre-mer, on remarque le rôle majeur d’un certain nombre de pays tropicaux dans la recherche qui nous intéresse.

13Sept pays produisent plus de 50 % des articles concernant leurs forêts. En premier lieu, nous soulignerons la place majeure de l’Inde, qui concentre 14,6 % de la production globale, dont 82% est le fait de chercheurs nationaux.

14Ce classement permet de distinguer plusieurs groupes de pays. Le premier est constitué de pays qui occupent une place importante par le nombre de publications et qui en assurent une partie significative, supérieure à 40 %. Parmi ceux-ci, on trouve, outre l’Inde, des pays émergents comme le Brésil, le Mexique et la Malaisie.

15À l’opposé, on rencontre des petits pays où la foresterie suscite globalement peu de publications, mais qui en assurent une partie importante. Si on fixe arbitrairement ces seuils à moins de 2 % et plus de 30 % respectivement, on remarque le classement de Cuba, du Bangladesh, du Venezuela, du Sri Lanka, de la Colombie, du Zimbabwe, du Népal, du Ghana, des îles Salomon, de la Tanzanie, de Trinidad, du Cameroun et du Bénin.

16De cet ensemble de données, on peut tirer des conclusions analogues aux précédentes. L’importance des travaux sur la forêt ne dépend ni de la couverture forestière ni de la vitesse de la déforestation. L’allocation de l’effort international de recherche procède d’autres logiques, qui sont parfois en cohérence avec les problèmes forestiers (cas du Brésil par exemple), mais qui laissent de larges secteurs géographiques peu documentés malgré leur importance en matière de forêts. C’est le cas de bien des pays d’Afrique, en particulier de ceux du bassin du Congo, mais également d’un pays comme la Papouasie, de pays d’Asie du Sud-Est comme le Laos ou le Viêt-nam, soumis à d’importants problèmes de déforestation, ou de certains pays d’Amérique du Sud pourtant largement forestiers comme l’Équateur, le Suriname, la Guyana, voire le Pérou.

Les thématiques de la recherche en foresterie

17Le concept de développement durable est supposé bouleverser les recherches en foresterie en apportant de nouveaux paradigmes. Il ne s’agit plus en effet de se limiter à des études académiques sur le fonctionnement écologique ou à des inventaires de biodiversité, mais de prendre en compte non seulement les activités humaines mais également les problèmes sociaux et économiques liés à l’exploitation des forêts. Il s’agit également d’appréhender le devenir des peuples forestiers. Enfin, l’exigence de durabilité implique de s’intéresser au temps. Cela suppose que les objets même de la recherche se modifient. Il est possible au travers des mots clés de chercher à savoir comment la recherche répond à ces nouveaux enjeux.

18Les principaux mots clés utilisés par la littérature internationale montrent clairement les objectifs que se donne la recherche. Si l’on exclut les mots porteurs de peu d’information comme tropical forest, tropics, ecology ou biology, leur ensemble permet de cerner les domaines majeurs de cette recherche.

  • 2 Il s’agit bien de cette orthographe « silviculture » qui appelle l’essentiel des références, alors (...)

19Le premier et de loin concerne l’arbre et souligne clairement l’intérêt pour sa multifonctionnalité. Ce domaine est mis en évidence par les mots multipurpose tree et tree. Il se fonde également sur le mot agroforestry mais aussi sur les termes qui concernent la production d’arbres ou la gestion des peuplements tels que silviculture2 ou des techniques plus spécifiques comme thinning. C’est bien l’arbre qui est l’objet de recherche plus que la forêt. La durabilité est souvent invoquée.

20Un second domaine se construit autour de l’analyse de la biodiversité. Il se révèle par les mots de taxonomy – qui est loin d’être morte – et new species.

21Le troisième domaine majeur concerne la reproduction de la ressource et particulièrement la phase sensible de la germination et de son contrôle. Il est souligné par les mots seeds, seed germination, seedling growth, storage (il s’agit souvent de conservation de graines), germination, seed treatment.

22La santé des peuplements forestiers constitue un quatrième axe majeur de recherche. Il se révèle par les mots agricultural entomology, forest pests, plant pathogenic fungi, plant pathology, plant disease, plant pathogen, fungal diseases, pest control, chemical control.

23Les problèmes de conservation constituent également un axe important avec les termes de nature conservation, nature reserves, environmental protection.

24Si le terme de rural development est souvent invoqué, il reste isolé et non relayé par d’autres mots associés dans la liste des mots les plus fréquents. On peut alors mettre en doute l’existence d’une recherche fortement impliquée sur ce thème, même si de nombreux articles prétendent y contribuer.

La recherche française dans le cadre de la recherche internationale

25La littérature internationale montre un intérêt majeur pour les semences, leur physiologie, leurs processus de germination. Cet intérêt est souligné par les fréquences de mots clés tels que seed germination, seeds, germination, seed treatment, seedling growth, qui totalisent 16,5 % des occurrences dans la littérature internationale contre 5,1 % dans la littérature française.

26Un autre centre d’intérêt mieux valorisé par la littérature internationale que par la littérature française concerne les problèmes de maladies des plantes ou de ravageurs. Il est révélé par les mots clés plant diseases, plant pathogenic fungi, plant pathology, plant pathogens, forest pests, pest control, qui totalisent 16,6 % des occurrences dans la littérature internationale contre 6,1 % dans la littérature française.

27L’intérêt pour la conservation est également plus développé dans la littérature internationale. Il apparaît autour des mots clés nature conservation, nature reserves, environmental protection, qui totalisent 8,7 % des occurrences dans la base internationale contre 2,5 % dans la base française. Enfin, la littérature internationale est très marquée par les usages alternatifs des arbres ou de la forêt (produits autres que le bois), ce qui se traduit par les scores des mots clés mutipurpose trees et minor forest products.

28La littérature française privilégie d’autres centres d’intérêt qui se caractérisent par d’autres groupes de mots clés. L’analyse des pratiques de sylviculture et d’exploitation forestière est largement abordée, ce que reflètent les fréquences de mots clés tels que logging, silviculture, thinning, qui totalisent 12,7 % des occurrences pour la littérature française contre 5,1 % dans la littérature internationale.

29Les symbioses fixatrices d’azote attirent particulièrement les chercheurs français qui utilisent souvent les mots clés tels que nitrogen fixation, symbiosis, nitrogen-fixing trees, qui totalisent 8,2 % des occurrences dans la littérature française contre 2,7 % dans la littérature internationale. La taxonomie est également bien représentée dans la littérature française, ce qui se traduit par les mots clés taxonomy et new species soit 17,9 % des occurrences contre 10,3 %.

30La littérature française est marquée par les recherches sur les vecteurs de maladies humaines, ce qui se traduit par les fréquences des mots clés tel disease vector. Dans le domaine économique, elle se préoccupe plus particulièrement des marchés du bois, ce qui est marqué par la fréquence du terme timber trade. Enfin la littérature française s’intéresse fortement aux questionnements écologiques, ce qui se traduit par les mots clés forest ecology, interactions, ecosystems, ecology.

  • 3 Les chiffres qui ne sont pas en italique représentent les fréquences relatives (%) des mots clés d (...)

31La même analyse faite sur les mots clés communs aux deux bases dont la fréquence cumulée est au moins égale à 10 et inférieure à 20 confirme ces résultats. Ainsi, le questionnement plus écologique de la littérature française est confirmé par les mots clés cycling (1,3-0,8)3, dispersal (0,9-0,4), foraging (1,2-0,3), fragmentation (1,0-0,6), mutualism (1,0-0,2), regeneration (1,2-0,6), seed predation (0,9-0,4), social insect (1,5-0,4). L’importance des recherches en écologie vectorielle est soulignée par les mots disease transmission (0,8-0,4), vectors (1,2-0,2). La recherche sur l’économie forestière est soulignée par les mots clés markets (1,0-0,2), prices (0,6-0,5). Mais un autre thème mieux représenté dans la littérature française apparaît avec ces mots clés moins fréquents. C’est celui du thème des paléo-environnements, avec les mots palaeoecology (1,5-0,4) et palynology (1,2-0,7).

32Les points forts de la littérature internationale sont également soulignés par cette seconde analyse. L’intérêt pour les graines est confirmé par les fréquences de termes tels que seed production (1,1-0,3) et seed size (1,0-0,5) et celui pour les maladies des plantes par celle des mots biological control (0,9-0,6), biological control agents (0,6-0,3), insect control (0,8-0,1), insecticides (1,1-0,1), parasitoids (0,7-0,3) alors que celui pour la conservation est encore souligné par les mots land management (0,7-0,6), protection of forests (1,2-0,4), soil conservation (1,0-0,5), endangered species (0,9-0,3), environmental management (0,7-0,1). Celui pour les produits non ligneux est également souligné par l’expression cane and rattan (1,0-0,4), edible species (1,0-0,4), ornamental plants (0,9-0,5).

Tableau 4. Principaux mots clés utilisés par la littérature. Fréquence = ou < 20 sur l’ensemble des deux bases. Classement par rang de fréquence dans la littérature internationale. (en italique les mots privilégiés part la littérature internationale)

Tableau 4. Principaux mots clés utilisés par la littérature. Fréquence = ou < 20 sur l’ensemble des deux bases. Classement par rang de fréquence dans la littérature internationale. (en italique les mots privilégiés part la littérature internationale)

Tableau 4 (suite). Principaux mots clés utilisés par la littérature. Fréquence = ou < 20 sur l’ensemble des deux bases. Classement par rang de fréquence dans la littérature internationale. (en italique les mots privilégiés part la littérature internationale)

Tableau 4 (suite). Principaux mots clés utilisés par la littérature. Fréquence = ou < 20 sur l’ensemble des deux bases. Classement par rang de fréquence dans la littérature internationale. (en italique les mots privilégiés part la littérature internationale)

33Cette seconde analyse montre également que la littérature internationale se préoccupe plus des problèmes de fertilité chimique des sols, avec les mots clés phosphorus fertilizer (0,9-0,5) ou potassium (1,2-0,1). Elle montre également une plus forte intervention des questionnements sociaux avec les mots clés sociology (0,6-0,3), social forestry (1,0-0,3), indigenous knowledge (1,2-0,3), women (0,8-0,1). Le tableau 4 résume les observations ci-dessus.

Conclusion

  • 4 La FAO a en effet organisé de nombreux colloques internationaux sur le thème et crée une division (...)

34En conclusion, la recherche montre clairement son engagement sur les problèmes de la ressource et de sa pérennité. Mais sur ce plan, il convient de distinguer les produits. Pour le bois, principal produit forestier, la recherche s’oriente essentiellement sur les dégâts d’abattage et l’optimisation des techniques. En ce qui concerne les produits forestiers non ligneux, on observe la faiblesse de l’effort de recherche malgré une politique très volontariste de la FAO4 et l’existence de nombreux réseaux de chercheurs. Le fait majeur cependant reste à nos yeux l’émergence de la notion de multifonctionnalité de l’arbre, qui permet de rapprocher le monde forestier du monde agricole, même si les recherches en agroforesterie, très abondantes, restent trop souvent cantonnées dans le domaine de la recherche en station pour l’amélioration de la fertilité des sols.

35En revanche, certains domaines nous semblent étrangement peu documentés. Ainsi la déforestation, ou les feux de forêt, suscitent relativement moins de publications que l’on pouvait s’y attendre. Le problème du carbone reste faiblement abordé, malgré les effets d’annonce du Protocole de Kyoto. La reforestation reste un problème trop peu exploré, malgré les efforts en ce sens de pays tels que l’Inde. Les études sur les ressources génétiques restent marginales.

36Enfin, et c’est probablement l’aspect le plus négatif de ce panorama, malgré le concept de développement durable et son exigence de prise en compte des problèmes sociaux, malgré les prises de position très claires de toutes les instances internationales et des centres internationaux de recherche comme le CIFOR qui plaident pour une intégration des disciplines, les problèmes de société restent trop peu explorés. Même en considérant que l’image obtenue par cette étude bibliométrique est marquée par un artefact relevant de la banque de données utilisée, on peut se demander si le champ de la foresterie est réellement investi par les sciences sociales.

Tableau 5. Comparaison des thématiques privilégiées par la littérature française et la littérature internationale.

Tableau 5. Comparaison des thématiques privilégiées par la littérature française et la littérature internationale.

Notes

1 Un artefact est cependant dû au fait que de nombreux auteurs travaillant en coopération avec des institutions situées sous les tropiques échappent à cette sélection.

2 Il s’agit bien de cette orthographe « silviculture » qui appelle l’essentiel des références, alors que « sylviculture » est peu utilisée.

3 Les chiffres qui ne sont pas en italique représentent les fréquences relatives (%) des mots clés dans la littérature française, les chiffres en italique celle des mots clés dans la littérature internationale.

4 La FAO a en effet organisé de nombreux colloques internationaux sur le thème et crée une division spécifique aux PFNL au sein de son Département forestier.
Le domaine de recherche exploré a été défini par l’expression suivante :
Pas 1
(silvopastoral* or sylvopastoral* or agrosilvopastoral) or (agroforest*) or (shifting cultivation or slash « and » burn or swidden*) or (aforest* or afforest*) or (forest* or mangrov* or woodland*) or (deforest*) or (silviculture or sylviculture) or logging or (nwfp not pakistan) or ntfp or minor forest products) or canop*
L’analyse par pays a ensuite été documentée par les pas suivants, la séquence étant réalisée pour chaque pays.
Pas 2 : pays
Pas 3 : pays in ab or pays in ti
Pas 4 : pays in ad
Pas 5 : pays not (pays in ad)
Pas 6 : pays in ad or (pays in ab or pays in ti)
Pas 7 : pays in ad and (pays in ab or pays in ti)
Pas 8 : (pays in ab or pays in ti) not pays in ad
Pas 9 : 2 et 1
Pas 10 : 3 et 1
Pas 11 : 4 et 1
Pas 12 : 5 et 1
Pas 13 : 6 et 1
Pas 14 : 7 et 1
Pas 15 : 8 et 1
ab désigne le champ « Résumé », ti le champ « Titre », ad le champ « Adresse du premier auteur ».

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Surfaces forestières et taux de déforestation dans les pays sélectionnés.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6798/img-1.jpg
Fichier image/, 1,4M
Titre Tableau 1 (suite). Surfaces forestières et taux de déforestation dans les pays sélectionnés.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6798/img-2.jpg
Fichier image/, 1,4M
Titre Tableau 2. Classement des pays par nombre de publications les concernant (option « domaine d’étude » et « pays dans titre ou résumé ».
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6798/img-3.jpg
Fichier image/, 1,0M
Titre Tableau 3. Classement des pays par le nombre de publications sur le pays réalisées par des chercheurs nationaux.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6798/img-4.jpg
Fichier image/, 876k
Titre Tableau 3 (suite). Classement des pays par le nombre de publications sur le pays réalisées par des chercheurs nationaux.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6798/img-5.jpg
Fichier image/, 926k
Titre Tableau 4. Principaux mots clés utilisés par la littérature. Fréquence = ou < 20 sur l’ensemble des deux bases. Classement par rang de fréquence dans la littérature internationale. (en italique les mots privilégiés part la littérature internationale)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6798/img-6.jpg
Fichier image/, 1,4M
Titre Tableau 4 (suite). Principaux mots clés utilisés par la littérature. Fréquence = ou < 20 sur l’ensemble des deux bases. Classement par rang de fréquence dans la littérature internationale. (en italique les mots privilégiés part la littérature internationale)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6798/img-7.jpg
Fichier image/, 958k
Titre Tableau 5. Comparaison des thématiques privilégiées par la littérature française et la littérature internationale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6798/img-8.jpg
Fichier image/, 466k

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540