Version classiqueVersion mobile

Les Lapita, nomades du Pacifique

 | 
Arnaud Noury
, 
Jean-Christophe Galipaud

Glossaire

Texte intégral

1Dans la littérature de recherche relative au Lapita, de nombreux termes sont anglo-saxons, y compris dans les textes en français.

Anson (méthode)

2La méthode d’enregistrement des décors de poteries Lapita de Dimitri Anson remplaça la méthode Mead en 1983. Un chiffre, déterminé par le chercheur, est attribué à chaque nouveau motif. Malheureusement, cette méthode présente l’inconvénient de multiplier les motifs à chaque variation, même mineure, d’un motif graphique.

Austronésiens

3Les Austronésiens sont les populations qui parlaient, ou parlent, l’une des quelque 1 268 langues austronésiennes réparties en Asie du Sud-Est, en Océanie, mais aussi jusqu’à Madagascar. L’origine de ces langues, déterminée par la linguistique et l’archéologie notamment, remonte aux populations agricoles qui vivaient dans les zones côtières de la Chine du Sud et à Taïwan il y a environ 5 000 ans. Ces populations connaissaient déjà la poterie, la culture du riz et du millet. Les populations Lapita forment la branche orientale des Austronésiens et parlaient une langue austronésienne ancienne, le proto-océanien (POc).

Clan

4Le terme ethnologique de clan est d’une définition complexe décrivant tous les groupes humains exogames qui se réclament d’un ancêtre fondateur commun soit par la lignée masculine, soit par celle des femmes. Il est possible, mais pas certain, que les différents groupes Lapita aient été organisés en clans et que les représentations de visages aient été la représentation de leurs lointains ancêtres.

Décor

5Dans cet ouvrage, le décor Lapita est compris comme l’agencement de motifs et/ou de frises qui composent l’ensemble des éléments graphiques d’une poterie. Un décor est donc une composition étendue, en général assez complexe et raffinée.

« Eastern Lapita » (Lapita oriental)

6L’Eastern Lapita (le terme anglais est d’usage même en français), défini par l’archéologue Roger Green, est la province Lapita des archipels de Tonga, Samoa, Fidji et Wallis et Futuna. Cette délimitation est basée sur les décors des poteries, qui sont à l’est plus simples que ceux de l’ouest (voir aussi Western Lapita).

Engobe

7Enduit liquide à base d’argile plus ou moins colorée que l’on applique sur le pot sec avant cuisson. Pendant la période Lapita, une engobe de couleur rouge est souvent appliquée avant que l’on procède à la décoration du pot.

« Express train to Polynesia »

8Le « train express vers la Polynésie » est un modèle proposé dans les années 1980 pour expliquer la diffusion rapide du Lapita. Ce modèle envisageait la colonisation Lapita du Pacifique comme une rapide traversée des îles du Pacifique ouest depuis l’Asie du Sud-Est jusqu’à la Polynésie occidentale. Les Lapita étaient, dans cette hypothèse, considérés comme les ancêtres directs des Polynésiens, et uniquement de ceux-ci.

« Far Western Lapita » (Lapita occidental ancien)

9Ce terme (d’usage en français) proposé par l’archéologue Dimitri Anson désigne la période la plus ancienne du Lapita dans l’archipel Bismarck. Le Far Western Lapita est caractérisé par des décors très fins et élaborés, et par certaines formes de pots (coupe à pied à décor ajouré, par exemple) inconnues dans le Lapita plus récent.

Frise

10Une frise décorative est un bandeau composé de la répétition de motifs graphiques identiques et se jouxtant sur toute la circonférence de la poterie. Les frises peuvent être larges et contenir de grands décors (en particulier des visages humains stylisés), ou moins larges et situées alors en général au-dessus et en dessous des grandes frises.

Kula (cycle de la)

11La kula est un cycle intertribal d’échanges d’objets exclusivement cérémoniels (colliers, brassards) observé pour la première fois par l’ethnologue B. Malinowski dans les îles Trobriand (1922), à l’est de la Nouvelle-Guinée. Cette importante institution favorise les contacts entre les différentes îles mais aussi avec des archipels plus lointains. Les bénéfices que les participants en retirent sont essentiellement culturels et sociaux. D’autres réseaux d’échanges du même type ont été depuis identifiés dans le Pacifique, montrant la complexité et l’intensité des rapports entre les communautés.

Lapita géométrique

12Cette expression fut proposée en 1974 par D. Frimigacci pour décrire certains décors réalisés par de profonds pointillés, qui donnent ainsi un aspect « géométrique » assez marqué. Si ce terme a permis à l’auteur de décrire certains motifs du site de Vatcha, à l’île des Pins, il semble aujourd’hui que cette définition ne couvre pas un type de décor voulu et réalisé de manière systématique par les potiers Lapita.

Maison

13Pour les ethnologues, le terme de « maison » regroupe un ensemble d’individus dont la parenté n’est ni unilinéaire ou bilinéaire, ni cognatique, mais à mi-chemin entre les deux. Une maison est une « personne morale » qui possède des biens matériels et immatériels qui se transmettent avec un nom, un symbole, des titres. Les alliances et la parenté peuvent ainsi être adaptées pour constituer une maison, et si possible renforcer sa cohérence et son pouvoir. L’archéologue américain Patrick Kirch a proposé l’hypothèse que la société Lapita était de type « société à maison » en s’appuyant notamment sur la reconstruction linguistique des termes de parenté et sur les traces archéologiques de l’organisation spatiale. Les emblèmes de ces maisons pourraient alors être les « marqueurs de groupes » de certains décors Lapita.

Marqueurs de groupes

14Dessins géométriques identifiés dans le corpus décoratif des poteries Lapita qui symbolisent un groupe d’individus. La nature de ces groupes n’est pas encore claire (famille, clan, « maison » ?), mais les marqueurs permettent d’identifier et de suivre certains mouvements des populations Lapita à travers la Mélanésie et la Polynésie occidentale. La puissance de ces symboles devait être importante, car dans presque tous les archipels, ces emblèmes ont perduré des siècles sur les poteries ou d’autres supports. On trouve encore ces dessins aujourd’hui sur des étoffes en tapa, des tambours, ou encore dans les tatouages ou les dessins sur le sable. Leur signification précise s’est effacée avec le temps.

Mead (méthode)

15La méthode dite « Mead » fut imaginée par S. M. Mead en 1973 pour l’étude des décors Lapita. Différentes formes de base furent définies, ainsi que des marques de zones (« zone markers ») délimitant les différents motifs. Atteignant ses limites, elle fut remplacée par la méthode Anson.

Motif

16Le motif est l’élément graphique de base dans la construction d’une frise. Ce motif sera répété à l’identique (rarement avec des variations) horizontalement sur le pourtour du pot. La répétition de motifs similaires forme une frise. Le motif est le résultat de l’application, en pointillé, d’un outil droit, courbe ou rond.

Obsidienne

17C’est une roche vitreuse d’origine magmatique issue des épanchements en surface des roches acides, par petites plaques. L’obsidienne fut utilisée très tôt par les populations de l’archipel Bismarck, où elle est abondante. Les Lapita la transportèrent (sous forme d’éclats) sur de très longues distances. L’aspect même de la roche (noire, brillante et translucide) et son origine volcanique en ont probablement fait une matière symbolique pour les Lapita.

Océanie lointaine

18L’Océanie lointaine est constituée par tous les archipels situés au sud d’une ligne imaginaire qui passerait entre le sud des îles Salomon et le nord de l’archipel du Vanuatu. Au sud et à l’est de cette limite, les îles sont vierges avant l’arrivée des Lapita. La faune et la flore de l’Océanie lointaine sont plus pauvres que celles de l’Océanie proche.

Océanie proche

19Le terme d’« Océanie proche » s’applique à l’ensemble des archipels situés au nord d’une ligne imaginaire qui passerait entre les îles Salomon et le Vanuatu. Les îles de l’Océanie proche furent peuplées à partir de la Nouvelle-Guinée dès 35 000 ans.

Plainware

20Ou poterie non décorée. Le terme s’applique aux poteries sans décors, parfois incisées sur le bord, que l’on trouve associées au Lapita décoré dans les sites et qui deviennent l’élément dominant des cultures post-Lapita. Dans le monde Lapita, la poterie plainware est souvent considérée comme l’élément utilitaire, alors que le Lapita décoré est l’élément symbolique.

Post-Lapita

21Il s’agit d’un terme générique utilisé pour désigner la période qui suit immédiatement le Lapita. Les datations pour les périodes post-Lapita peuvent varier selon les archipels. En effet, la disparition de la poterie décorée typique et des autres éléments du complexe culturel Lapita n’eut pas lieu aux mêmes moments dans chaque site et chaque région. En général, les périodes post-Lapita débutent entre 2700 et 2500 ans BP.

Proto-océanien

22Langue parlée par les populations Lapita. Le Proto-océanien (ou POc) est la branche orientale des langues austronésiennes. La plupart des langues d’Océanie ont pour origine cette langue. Par exemple, le proto-polynésien, à l’origine des langues polynésiennes, dérive du POc et fut sans doute parlé à la période post-Lapita en Polynésie occidentale (Tonga et Samoa, notamment). La reconstruction des termes du POc est rendue possible par des recoupements pour un même mot dans toutes les langues filles.

Sharp (méthode)

23N. Sharp, en 1988, proposa une méthode de codage des décors à mi-chemin entre la méthode Siorat et celle d’Anson. Les motifs de base sont définis au préalable (contrairement à la méthode Siorat) et des formules permettent d’indiquer leur placement et leur orientation. Cette méthode est particulièrement difficile à mettre en œuvre et possède également des défauts algorythmiques.

Siorat (méthode)

24Méthode imaginée par J.-P. Siorat en 1988 pour décrire et enregistrer les motifs Lapita. Elle consiste à coder les frises à l’aide de formules indiquant le placement et l’orientation des outils droits, courbes et ronds utiles pour concevoir le motif. Cette méthode assez complexe nécessite une aide informatique pour être aisément utilisée, sinon le codage peut être ardu.

« Slow Boat » (modèle)

25Le modèle du « bateau lent » s’oppose à celui de « l’express train to Polynesia » en ceci que la colonisation Lapita aurait été longue et ponctuée d’étapes dans chaque archipel traversé, voire dans chaque île. Il en résulterait que les Lapita sont les ancêtres de tous les Océaniens. Le modèle, plus récent, de « triple-I » est préféré à celui-ci, qui présente des lacunes.

« Southern Lapita » (Lapita méridional)

26Le Lapita méridional est un concept proposé par Patrick Kirch en 1997 pour caractériser le Lapita récent de la Nouvelle-Calédonie. Des arguments ont été avancés par C. Sand pour décrire cette région, mais sa réelle légitimité est encore aujourd’hui discutée.

« Triple-I » (modèle)

27Le modèle triple-I est le modèle le plus actuel pour décrire les modalités d’expansion des Lapita. Les trois I signifient : Intrusion, Innovation, Intégration. L’arrivée de populations austronésiennes d’Asie du Sud-Est qui entrent en contact avec des populations déjà présentes dans l’archipel Bismarck (intrusion) permet une confrontation positive des cultures et des techniques (innovation), donnant naissance à des mélanges (intégration) des hommes, des techniques et des traits sociaux, culturels et religieux. De ce bouillonnement émerge le Lapita.

« Western Lapita » (Lapita occidental)

28Le Western Lapita (le terme anglais est généralement d’usage même en français) est un terme qui désigne la province occidentale du Lapita à une période ancienne, en opposition à la province de l’« Eastern Lapita ». Les décors et les formes des poteries notamment y étaient plus complexes et soignés que ceux des régions de l’Est et du Sud. Le terme est moins usité aujourd’hui, car on considère que les différences stylistiques sont le résultat de l’évolution temporelle plutôt que spatiale.

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search