Version classiqueVersion mobile

Les Lapita, nomades du Pacifique

 | 
Arnaud Noury
, 
Jean-Christophe Galipaud

Introduction

Texte intégral

Qu’est-ce que le Lapita ?

1Au cours de la seconde moitié du second millénaire av. J.-C., un peuple de marins, dont l’aire d’origine fait encore l’objet de débats, entame en Océanie une ambitieuse opération de découverte et d’exploration des milliers d’îles encore vierges du Pacifique sud-occidental et central. À Watom, une île de la Nouvelle-Bretagne, et en Nouvelle-Calédonie, au lieu-dit Lapita, les premières traces de leur passage, des poteries très richement décorées, sont mises au jour entre 1909 et 1950. La poterie Lapita aux décors complexes et variés est le fil rouge qu’amateurs puis archéologues suivent depuis près de cinquante ans. Le mouvement de ces marins est stupéfiant par son ampleur géographique (près de 4 500 km parcourus d’ouest en est) et sa rapidité (moins de 700 ans). Le Lapita désigne ainsi la poterie aux décors très élaborés et par extension la période pendant laquelle se déroule ce mouvement de découverte.

2Plusieurs centaines de sites archéologiques ayant livré du Lapita ont été découverts dans pratiquement toutes les îles du Pacifique ouest (Mélanésie, Polynésie occidentale), contenant des milliers de fragments de poteries décorés, des outils en pierre et en coquillage et des ornements. Ils documentent l’histoire de l’un des derniers mouvements de colonisation de notre planète par l’homme. La poterie Lapita est le « fossile directeur », le témoin le plus spécifique de cette période. Cette poterie, dont l’usage devait être exceptionnel, est le jalon du grand mouvement de découverte qui débute il y a 3 400 ans dans l’archipel Bismarck et se termine il y a 3 000 ans aux îles Samoa et Tonga. Elle éclaire ainsi les étapes du processus, permet de dater l’évolution des groupes humains et renseigne à travers ses décors sur les acteurs et leurs croyances. L’histoire de cette ultime grande colonisation par l’homme d’une partie de notre planète est assez peu connue en Europe. L’éloignement géographique de la zone concernée n’y est certainement pas étranger. L’importance de la diaspora Lapita dépasse pourtant largement le cadre strict de l’Océanie insulaire, et cette migration fournit la base à partir de laquelle se développèrent les sociétés océaniennes insulaires contemporaines. Les cultures du Pacifique – au sens large du terme – sont en partie héritières du Lapita pour l’art, les langues ou les techniques. Au nord de l’équateur, les îles de Micronésie, qui ne connurent pas le Lapita sous la forme que l’on connaît en Mélanésie et en Polynésie occidentale, profitèrent néanmoins de la même dynamique.

3La colonisation de l’Océanie insulaire est le dernier grand mouvement de colonisation d’un espace inhabité par l’homme. Loin d’être anodins, les moyens techniques et humains qui ont dû être mis en œuvre pour les premières explorations furent sans doute plus complexes et bien différents de ceux qui ont été nécessaires pour coloniser des continents : construction de navires pour la haute mer, connaissances maritimes, compréhension et apprentissage des environnements nouveaux que sont l’océan Pacifique et ses îles. Quelque vingt-cinq siècles plus tard, les Européens se sont heurtés eux aussi à ces difficultés lors de leurs premiers voyages hors de la seule zone maritime méditerranéenne. La conquête du Pacifique par les Lapita fut la maîtrise par l’homme de l’élément liquide, que l’océan Pacifique représente par excellence. On pourrait comparer les difficultés de l’aventure Lapita aux premiers essais de voyages stratosphériques : gestion de multiples problèmes techniques et humains inédits à résoudre, transports dans un milieu inconnu, organisation des relations entre les groupes humains d’origine, approvisionnement en ressources.

Carte1–Le continent Pacifique, immense étendue marine parsemée de petits archipels, fut le dernier grand défi du peuplement de la planète. Les marins Lapita furent les premiers à s’aventurer dans ces territoires et atteignirent en quelques siècles le centre de ce monde aquatique.

4Les Lapita surent dépasser ces limites et ils réussirent à implanter des colonies dans le Pacifique ouest. Bien plus, ils surent gérer les environnements fragiles que sont les milieux insulaires, tant par la faune que par la flore terrestres et marines. Malgré la disparition de quelques espèces décimées, les Lapita s’adaptèrent parfaitement à ces nouveaux milieux, au point qu’ils constituèrent les bases du développement humain dans tout le Pacifique insulaire des 3 000 années qui suivirent. Cependant, certaines questions sont âprement discutées par les spécialistes, comme nous le verrons plus loin. Les Lapita sont-ils les ancêtres de tous les Océaniens actuels ? Sont-ils les ancêtres des Polynésiens ? D’où venaient-ils exactement ? Par quelles voies maritimes sont-ils venus depuis l’Asie du Sud-Est ? S’agissait-il d’une seule population homogène ou de plusieurs groupes différenciés ? Quels étaient leurs modes de vie, leur alimentation ? Les Lapita ont-ils introduit certains animaux, comme le rat, le cochon, le poulet et le chien ? Les questions sur le Lapita et les modalités du peuplement sont très nombreuses. Grâce aux techniques récentes de bio-génétique (étude de l’ADN, de la variation de certains gènes, de la composition chimique des os ou des dents), ou encore grâce aux progrès des études linguistiques et archéologiques, la connaissance du Lapita s’est grandement améliorée cette dernière décennie. Il est utile de présenter ici quelques points de repère sur ces avancées. Les Lapita n’apparaissent plus forcément comme une population homogène génétiquement et linguistiquement. De plus, ces populations ont évolué au cours des 500 ans environ que dura l’époque Lapita. Des contacts probables avec d’autres populations en marge de leur zone d’occupation ainsi que leurs propres évolutions internes modifièrent les langues, les structures sociales et religieuses au cours du temps. Cela est très cohérent avec les grands mouvements de populations, de transformations et d’échanges qui affectèrent l’Asie du Sud-Est surtout au cours du néolithique moyen, entre 4000 et 2000 BP environ. Seuls l’usage du métal et la culture du riz ne feront pas leur apparition dans le Pacifique.

5La poterie fabriquée par les Lapita était ornée de décors géométriques en pointillés, parfois incisés, imprimés dans l’argile puis souvent recouverts d’une engobe, et peut-être de peinture. Ces pots aux formes composites étaient fragiles et poreux, donc impropres à une utilisation domestique quotidienne. De plus, la richesse et la complexité des décors marquent leurs fonctions cérémonielles. Des poteries ont été découvertes dans des sépultures, associées aux squelettes. Les études de la composition chimique des poteries, et surtout de leurs décors, permettent de mieux comprendre les mouvements et les échanges au sein des communautés Lapita et fournissent des bases sérieuses pour établir des propositions théoriques sur leur monde social et culturel. L’utilisation de l’argile et les représentations systématiques et très normées ne sont pas anodines et permettent de découvrir tout un pan de la société Lapita resté inconnu jusqu’à présent.

6Par tous ces aspects, l’archéologie de la période Lapita est plus que jamais une source de connaissance capitale pour la compréhension de l’homme océanien passé et présent, et de son rapport avec cet environnement si complexe qu’est le Pacifique. Cette synthèse des connaissances et des problématiques actuelles sur le sujet, notamment par le biais de la poterie décorée, permet d’appréhender les multiples facettes du Lapita et les avancées spectaculaires de la recherche de ces dernières années.

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search