Version classiqueVersion mobile

Atlas de la peste à Madagascar

 | 
Suzanne Chanteau

Les différents types de foyers pesteux à Madagascar

L’extension en marge des Hautes Terres

Texte intégral

« La maladie décime la quasi-totalité de la population murine touchée, mais il reste des îlots géographiquement indemnes d’où part la repopulation du pays, permettant à la peste à son passage suivant de retrouver les victimes nécessaires à sa survie. »
Edouard R. Brygoo, 1966

  • 1 L’enquête sérologique et l’analyse bactériologique ont été réalisées dans le cadre du programme Ra (...)

1Dans une zone de faible endémicité, le Moyen-Ouest en marge des hauts plateaux centraux, une enquête sérologique1 effectuée chez des personnes vivant dans 61 hameaux de plus de 30 habitants (fig. 37) a permis de mettre en évidence une circulation importante du bacille pesteux malgré le faible nombre de cas diagnostiqués, 201 de 1957 à 1997. La prévalence moyenne en anticorps anti-F1 s’établit à 7,8 %, mais les variations intrarégionales sont marquées. La corrélation spatiale forte entre les cas (fig. 38) et les sérologies positives révèlent deux principaux espaces de circulation du bacille, la pénéplaine de Mandoto située autour de la ville éponyme, et les contreforts du massif montagneux du Vakinankaratra descendant rapidement d’est en ouest autour de la ville de Betafo. Si la carte des cas ne permet que de constater l’existence de deux foyers apparemment homogènes, la carte des séroprévalences autorise la mise en évidence des spécificités physiques et sociales des lieux. Ainsi, la circulation de la peste dans la plaine de Mandoto est-elle régulière, marquée de valeurs moyennes à fortes. Au contraire, les hameaux des contreforts du Vakinankaratra sont caractérisés par des séroprévalences très hétérogènes, allant de valeurs nulles à des valeurs supérieures à 30 %.

Relief, peuplement et circulation de la peste

2L’observation des milieux humanisés permet de comprendre ce qui correspond à deux schémas épidémiologiques spécifiques. La pénéplaine de Mandoto, terre de colonisation agricole marquée de molles ondulations, est caractérisée par un peuplement en gros hameaux concentrant la population humaine. À l’inverse, les pentes abruptes, le milieu très découpé en réseaux de petites vallées des contreforts du Vakinankaratra ont conduit à un émiettement de l’habitat humain en très petits hameaux enclavés (fig. 40). Cela conduit à une fragmentation de la circulation de la peste, permettant la coexistence en terme cartographique de hameaux négatifs d’un point de vue sérologique et de hameaux fortement positifs. En réalité, la faible distance physique qui sépare ces hameaux est neutralisée par de réelles barrières écologiques. La présence de séroprévalences différentes de zéro, pour des hameaux localisés en dehors de l’aire d’endémicité habituelle de la peste (au sud de Miandrivazo), est le reflet des forts mouvements de populations qui affectent cette zone, notamment dans le cadre de la vente de bétail au marché de Mandoto.

Image

IRD/J. M. Duplantier
Région de Mandoto dans le Moyen-Ouest, très peuplée et caractérisée par des collines en pente douce qui permettent une circulation facile des rongeurs et des habitants.

Image

Source des données : prospection Ramse 1995
Fig. 37 - Séroprévalence de la peste (anticorps anti-F1) par hameau prospecté dans le Moyen-Ouest malgache.

Image

Pénéplaine de Mandoto.
Zone où les séroprévalences en anticorps anti-F1 sont moyennes à fortes.

Image

IRD/J. M. Duplanier
Organisation d’un terroir dans la région de Mandoto.
Au premier plan, le bas-fonds irrigué, principalement cultivé en rizières ; les pentes sont en partie cultivées (manioc, mais, etc.] en saison des pluies ; enfin, au sommet de la colline, le village et les enclos à bétail.

Image

Source des données : Service central de la peste, DLMT/IPM
Fig. 38 - Cas de peste confirmés ou probables dans le Moyen-Ouest malgache de 1957 à 1997.

Image

IRD/J. M. Duplantier

Image

Petit hameau enclavé entouré de haies de sisal.
Ces haies protègent les cultures contre le bétail.
Le sisal est aussi utilisé pour clôturer les enclos où le bétail est enfermé pour la nuit. Le sisal est parfois remplacé par une autre cactée du genre Opuntia, communément appelée « figue de Barbarie ». Toutes ces haies épineuses, très denses, constituent pour les rats un excellent refuge où ils sont à l’abri de leurs prédateurs.

Lutte contre les rats dans les villages des Hautes Terres
Si la circulation de la peste est hétérogène dans l’espace en fonction de la spécificité des lieux, elle est également variable dans le temps, en raison de l’écologie particulière de chaque maillon de la chaîne épidémiologique.
Dans le foyer de peste rurale situé à proximité de la ville de Mandoto, les populations de rats et de leurs puces ont été suivies chaque mois durant deux ans. Le rat noir (R. rattus) représente 97 % des captures, quel que soit le milieu. À l’intérieur des maisons, la puce prédominante est X. cheopis (94 %) et, à l’extérieur, c’est la puce endémique S. fonquerniei (81 à 87 %) que l’on trouve en plus grand nombre. Les haies de sisal constituent un milieu important pour la transmission : c’est là que les rongeurs sont les plus abondants, que le pourcentage de rats porteurs de puces et la densité de S. fonquerniei sont les plus élevés. En milieu extérieur, la population de rongeurs diminue brutalement au moment même où l’index pulicidien, indicateur du risque pesteux, est à son maximum annuel, et cela intervient juste avant la saison pesteuse humaine.
Il ressort de ces constats des implications spécifiques pour la lutte contre la maladie, de façon à éviter notamment les risques de passage de la peste à l’homme lors de certaines périodes critiques.
Image
Fig. 39 - Lutte contre les rats.
Les mois les plus favorables pour lutter contre les rats sont les mois de mai et juin en dehors de la saison de transmission de la peste.

Image

Le semis de points est dispersé de façon aléatoire à l’intérieur de chaque fokontany
Source des données : Recensement général de population 1993
Fig. 40 - Dispersion du peuplement humain par unité administrative (fokontany).

Notes

1 L’enquête sérologique et l’analyse bactériologique ont été réalisées dans le cadre du programme Ramse associant l’IRD, l’IPM et le Laboratoire central Peste du ministère de la Santé malgache.

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search