Version classiqueVersion mobile

Atlas de la peste à Madagascar

 | 
Suzanne Chanteau

Biogéographie de Madagascar

Les bioclimats

Texte intégral

1« Madagascar est la quatrième plus grande île du monde et fait partie des 17 pays dits “à mégadiversité”, qui abritent 80 % de la diversité biologique de la planète.
Fonds pour l’environnement mondial, 2003

2Le jeu simultané des différentes influences de température, de pluviosité et de durée de la saison sèche amène une diversité climatique régionale extrême, depuis des types très humides jusqu’à des types presque arides, avec des variations altitudinales de grande amplitude. L’extrême diversité des formations végétales rend parfaitement compte de cette variabilité. De toute évidence, la sécheresse (total des pluies, durée de la saison sèche) joue souvent un très grand rôle comme facteur limitant pour la végétation. Mais un autre élément est représenté par les minima thermiques. Ces minima peuvent être extrêmement accusés dans les régions d’altitude, avec des conséquences biologiques importantes. À faible altitude également, sur la côte est par exemple, les basses températures de l’hiver austral pourraient avoir sur les végétaux des effets non négligeables.

Image

Tabl. 1 - Bioclimats selon Koechlin (1974).

Bioclimats et peste
La répartition géographique de la peste n’est pas homogène sur l’île. La zone à risque de peste bubonique des foyers ruraux correspond au domaine phytogéographique du Centre ou des plateaux. La limite altitudinale de 800 m établie très tôt par les médecins est une valeur que l’on retrouve au niveau des divisions phytogéographiques de Madagascar, et elle reflète l’influence des facteurs climatiques sur la distribution de la flore et de la végétation. Par exemple, sur la marge est des Hautes Terres centrales, cette même limite sert à séparer la forêt orientale (de basse altitude) des forêts à mousse et sous-bois herbacés et forêts à lichens (de moyenne altitude).
Impliqué dans les épidémies en milieu rural sur les Hautes Terres, le réservoir, le rat noir Rattus rattus, est largement distribué dans l’île. Bien que le bacille puisse se développer dans une large gamme de températures, ainsi qu’en témoignent l’histoire et la répartition actuelle de la peste dans le monde, sa température optimale de multiplication in vitro est de 28 °C. Par contre, les puces vectrices, notamment au niveau de leurs stades libres pré-adultes, sont exposées aux variations des facteurs environnementaux (température, humidité, etc.) qui peuvent limiter leur développement, voire leur survie. Ces impératifs biologiques sont compatibles avec une distribution actuelle de la peste principalement dans les zones d’altitude moyenne entre 700 et 1 500 m.

Image

Fig. 6 - Divisions bioclimatiques de Madagascar (d’après Koechun, 1974).

Image

L. Kwan Kai
Un exemple de la biodiversité et de la spécificité de la faune malgache : lémurien Propithèque du Sud-Est.

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search