Version classiqueVersion mobile

Atlas de la peste à Madagascar

 | 
Suzanne Chanteau

Biogéographie de Madagascar

Les pluies et la végétation

Texte intégral

« C’est au cours des mois frais et sans pluie de l’hiver, quand les puces semblent inactives, que l’incidence de la peste est la plus faible. »
G. Girard, 1951

Les pluies

1Schématiquement, on distingue 4 grandes zones :

  • les régions orientales, aux totaux annuels supérieurs à 1 600 mm, où les lignes d’égale pluviosité s’ordonnent selon un sens méridien parallèle au rivage ;
  • le Sud, caractérisé par la faiblesse des précipitations, où l’effet de continentalité aggrave la sécheresse de l’intérieur ;
  • une bande de relative forte pluviosité au voisinage de l’extrême-nord jusqu’à l’ouest d’Antananarivo, où les forts totaux sont dus à la mousson estivale ;
  • les Hautes Terres centrales et du sud, ainsi que les régions côtières occidentales à pluviosité moyenne, où se conjuguent pluies de mousson et d’alizé mais aux apports relativement faibles.

Image

Paysage du Moyen-Ouest de mai à octobre.
Une saison sèche très marquée caractérise les régions endémiques de moyenne altitude dans les régions qui déclarent des cas de peste.

Durée de la saison sèche
On distingue cinq grandes régions :
— l’Est toujours humide ;
— le Sud avec onze ou douze mois secs ;
— l’Ouest où la saison sèche s’étale sur six à sept mois avec, au sud-ouest, un maximum de huit à neuf mois dû à la continentalité ;
— les plateaux centraux s’asséchant progressivement vers l’ouest.
— l’Extrême-Nord, autour d’Antsiranana, qui, au-delà de l’interruption due aux massifs montagneux, retrouve une sécheresse comparable à celle de la région Ouest.

Image

Paysage des hauts plateaux pendant la saison de transmission de la peste, qui correspond à la saison des pluies de novembre à avril.

Image

Fig. 4 - Précipitations annuelles : moyenne sur trente ans.

Image

Fig. 5 - Pluviométries mensuelles : moyenne sur trente ans.
Les cartes de la moyenne de la pluviométrie ont été établies à partir des données de 1961 à 1990 dans 111 stations météorologiques réparties dans chaque district de Madagascar.

La végétation

2Divers éléments ont une grande importance pour la compréhension de la végétation ; parmi eux, l’asymétrie du profil transversal de l’île, l’opposition structurale et pédologique entre les régions orientale et occidentale, le compartimentage de l’île en un certain nombre de régions naturelles bien tranchées. Enfin, les phénomènes d’érosion, du fait de l’état avancé de la dégradation de la végétation, prennent ici une ampleur considérable. Perrier de la Bâthie (1921) met le premier clairement en évidence les principaux caractères de la phytogéographie malgache.

  • L’opposition entre végétation primitive et végétation modifiée. La végétation primitive, très riche en espèces, endémiques pour la plupart, est représentée presque uniquement par des associations ligneuses complexes extrêmement variées en fonction du climat et des sols. La végétation modifiée est très pauvre en espèces, presque toutes introduites ou à large répartition géographique. Il s’agit de recrûs forestiers (savoka) ou de formations graminéennes. Très homogène, cette végétation varie peu dans les différentes régions de l’île.
  • L’opposition entre deux ensembles : flore du vent et flore sous le vent. La frontière se situe aux environs de la cote 800 m sur le rebord occidental du plateau central. Elle est fixée par les conditions climatiques. Les deux flores sont effectivement très distinctes. La flore du vent occupe les régions Est et Centre directement soumises à l’action des alizés qui apportent constamment une humidité importante. Ces vents provoquent des chutes de pluies abondantes toute l’année sur le flanc oriental de l’île. Dans les régions centrales, ils sont encore assez chargés d’humidité pour provoquer pendant l’hiver austral la formation fréquente de brouillards et de crachins qui atténuent considérablement l’aridité de la saison sèche. La flore sous le vent occupe la région Ouest où les alizés, réchauffés et desséchés par leur passage sur les terres, ne font qu’accentuer cette aridité. Cette flore sous le vent a donc des caractères xérophytiques marqués, et l’on rencontre dans cette région des formes d’adaptation à la sécheresse d’autant plus nombreuses vers l’ouest et vers le sud. L’alimentation en eau constitue là le facteur limitant pour le développement de la végétation, et les caractéristiques des sols (perméabilité, capacité de rétention, etc.) jouent alors un rôle considérable. De telle sorte que dans les régions les plus humides, on a bien affaire à des climax climatiques qui s’opposent à des climax édaphiques dans l’Ouest et dans le Sud.

Image

L. Kwan Kai
Les deux types de végétation de Madagascar : humide (en haut)) et sèche (en bas).

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search