Version classiqueVersion mobile

Atlas de la peste à Madagascar

 | 
Suzanne Chanteau

Biogéographie de Madagascar

Le milieu naturel

Texte intégral

Image

E. Chungue
Végétation endémique en zone sèche dans la région Sud de Madagascar : baobabs et Alluaudia (Didieracées).

Image

Carte de situation de Madagascar.

« C’est à Madagascar que je puis assurer aux naturalistes qu’est la véritable terre promise pour eux.
C’est là que la nature s’est retirée dans un sanctuaire particulier pour y travailler sur d’autres modèles que ceux auxquels elle s’est asservie ailleurs. Les formes les plus insolites et merveilleuses s’y rencontrent à chaque pas. »
P. de Commerson, 1771

  • 1 La partie « Biogéographie de Madagascar » est une synthèse des travaux de Lowry et al., 1997 et Ko (...)

1Il est maintenant bien établi qu’un ensemble constitué par Madagascar1 et la péninsule indienne s’est détaché de l’Afrique il y a 165 millions d’années, au niveau de l’actuelle côte Somalie-Kenya-Tanzanie. Depuis cette date, Madagascar est séparée de l’Afrique par le canal de Mozambique. La partition entre Madagascar et l’Inde a été plus tardive et est estimée vers — 88 millions d’années.

2Bien que sa superficie ne soit que de 587 000 km2, sa longueur de 1 500 km et sa plus grande largeur de 370 km, l’île de Madagascar est considérée comme une île-continent aux aspects très variés, en contraste tranchant avec les autres îles du voisinage : les Comores, la Réunion, Maurice, de superficies beaucoup plus réduites et qui sont d’origine volcanique récente. Située entre 12° et 25° 30’ de latitude sud, Madagascar est traversée au sud par le tropique du Capricorne. L’évolution de la flore et de la végétation de Madagascar reflète l’histoire géologique et tectonique de l’île et sa présente position dans l’océan Indien.

3Madagascar possède une remarquable variété de types de milieux naturels, depuis les forêts tropicales perhumides dans le nord-est, où la moyenne des précipitations annuelles dépasse 3 500 mm avec douze mois pluvieux, aux fourrés épineux des zones subarides à l’extrême sud-ouest qui reçoivent moins de 350 mm de pluie par an avec parfois douze mois secs. Les phénomènes de spéciation ont pu se manifester avec une très grande ampleur. Ces processus sont favorisés par la diversité des milieux écologiques.

4Du fait d’un relief accentué, les gradients de variation écologique sont le plus souvent particulièrement brusques et les transitions très brutales entre les types de végétation. Le point culminant est à 2 876 m (Tsaratanana) et les dénivellations sont importantes, ce qui se traduit par de forts gradients écologiques. L’altitude des régions centrales est toujours élevée, généralement supérieure à 1 000 m. Elles s’opposent aux régions côtières, basses et moins tourmentées.

Image

D'après GTOPO 30/Global DEM de Clatk Lobs/ldrisis project.
Fig. 1 - Carte du relief mettant en évidence le deux massifs du centre et du nord, et la dissymétrie de l’île de Madagascar.

5Le profil transversal de l’île est marqué par une forte dissymétrie entre les deux versants : à l’est, l’altitude s’élève rapidement et on atteint les régions centrales par une falaise escarpée. De ce fait, les plaines côtières orientales sont très étroites. Vers l’ouest, par contre, le relief s’abaisse de façon beaucoup plus progressive vers des régions basses plus étendues.

Sols
On retrouve une grande variété de sols et, là aussi, une nette opposition entre les régions orientales et centrales, à climat humide, et les régions occidentales et méridionales, plus sèches. Du fait de l’intensité de l’érosion, les formations pédologiques anciennes ont souvent subi un important décapage, de sorte que beaucoup de sols actuels sont formés à partir d’anciens produits d’altération déjà plus ou moins profondément remaniés. Mais partout, la nature de la végétation marque profondément les horizons superficiels et peut ainsi être responsable d’une morphologie actuelle surimposée à celle du paléosol.

Image

Versant oriental escarpé de Madagascar, très humide et arrosé par les alizés : flore du vent sur le rebord du plateau central, aux environs de la cote 600 m.

Notes

1 La partie « Biogéographie de Madagascar » est une synthèse des travaux de Lowry et al., 1997 et Koechlin et al., 1974.

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search