Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préambule

p. 11-12


Texte intégral

1L’histoire de la peste à Madagascar est intimement liée à celle de l’Institut Pasteur de ce pays (IPM).

2Au cours de la troisième pandémie qui débuta en Chine à la fin du xixe siècle, la maladie atteignit Tamatave quelques mois après la création de l’Institut. Or, son premier directeur, A. Thiroux, débarqua à Tamatave en janvier 1899. Il était parfaitement au courant des très récentes découvertes effectuées par deux autres Pasteuriens : celle de l’agent causal par A. Yersin en 1894 et celle du rôle vecteur de la puce par P. L. Simond en 1898. Thiroux confirma le diagnostic de peste à Tamatave et contribua aux côtés de A. Kermogan, médecin français dans cette ville, à la mise en œuvre des mesures thérapeutiques et prophylactiques préconisées à l’époque.

3À partir de cette époque, l’IPM ne cessa de s’intéresser à la peste. De très nombreuses recherches furent accomplies sur lesquelles se basaient des stratégies de lutte proposées aux autorités de santé publique. Cependant, dans ce survol d’un siècle, trois périodes ressortent par la quantité et la qualité des travaux réalisés.

4La première période s’étend en gros de 1925 à 1940, G. Girard était directeur de l’IPM. Il arriva en 1922 au moment où la peste se propageait sur l’ensemble des Hautes Terres sous forme d’épidémies meurtrières. Médecin et biologiste de valeur, ses qualités humaines le firent vite désigné chef du Service de lutte contre la peste. Dès lors, commença une période d’intenses activités dans une ambiance de mobilisation générale. La stratégie de lutte fut redéfinie et basée sur l’isolement des malades, la surveillance des contacts et l’application rigoureuse des mesures générales de prophylaxie. Dans cette lutte s’illustrèrent des médecins comme G. Bouffard, F. Estrade, entourés de nombreux jeunes médecins malgaches parmi lesquels J. Raharijoana, R. Rahoerson,T. Randriamaro. Parallèlement, Girard et ses collaborateurs pasteuriens, J. Robic, J. Fonquernie, J. Hérivaux, entreprirent de nombreuses études sur l’intérêt de la sérothérapie, l’efficacité des vaccins existants, ainsi que sur la biologie des rongeurs et des puces et sur les moyens de les combattre. Mais l’œuvre majeure de Girard et de Robic réside dans la mise au point du vaccin vivant atténué EV, dont l’efficacité allait jusqu’à un an. En 1935, avec les encouragements de l’Institut Pasteur de Paris (E. Roux), de grandes campagnes de vaccination de masse furent entreprises. Le nombre des morts de peste passait de quelques milliers à quelques centaines par an. C’était un succès spectaculaire. Pour la première fois de son histoire, l’homme avait les moyens de contrôler une épidémie de peste.

5La deuxième période importante correspond aux années 1960 et au passage de E. R. Brygoo comme directeur de l’IPM. Durant les quinze années précédentes, les sulfamides, les antibiotiques et de nouveaux insecticides venaient d’être découverts. Leur efficacité avait été prouvée par l’IPM. Dès lors, Brygoo décida l’arrêt des vaccinations de masse et redéfinit une nouvelle stratégie de lutte, encore actuelle, basée sur la notification rapide des cas, le traitement précoce par antibiotiques, la chimioprophylaxie des sujets contacts par sulfamides et l’emploi des insecticides dans les maisons et les quartiers atteints. Parallèlement, soutenu par P. Radaody-Ralarosy, premier Pasteurien malgache, devenu directeur général de la Santé publique, il entreprit avec ses collaborateurs, A. Dodin, F. D. Nathoo, S. Rajenison, de nouvelles recherches basées sur des réflexions encore très actuelles. L’objectif était de comprendre les conditions du maintien de la peste dans le pays. Il suivait en cela les études de deux autres Pasteuriens, celles de M. Baltazard sur les foyers endémiques sauvages de la peste dans le Kurdistan iranien et celles de H. Mollaret sur la possibilité d’une peste endogée, c’est-à-dire qui se maintient dans la terre.

6Quoi qu’il en soit, en 1970, la peste refluait partout dans le pays et la situation paraissait contrôlée et rassurante.

7La troisième période marquante commença en 1992 et s’est poursuivie une dizaine d’années.

8Madagascar venait de traverser vingt ans de dictature politique et d’isolement strict qui avaient abouti à un effondrement social et économique du pays. Les populations vivaient dans des habitations insalubres et dans une grande misère. Les structures sanitaires s’étaient affaissées et les personnels étaient démotivés. Dans ces conditions, les mesures permanentes de surveillance de la peste avaient été totalement relâchées malgré tous les efforts de P. Coulanges qui eut le grand mérite de diriger l’IPM pendant cette sombre période. C’est dans ce contexte qu’après un long silence, la peste a réémergé dans la capitale en 1979 et à Majunga en 1991.

9S. Chanteau, chef du programme d’études sur la peste de l’IPM et directrice du Centre collaborateur OMS, entourée d’une équipe pluridisciplinaire de collaborateurs, co-auteurs de cet ouvrage, reprit de nombreuses études originales. L’idée était de revoir toutes les données au travers des nouvelles connaissances scientifiques et techniques. Mais rien n’aurait été possible sans un appui très fort du ministère de la Santé malgache et une implication importante de l’IPM dans la réorganisation des structures de lutte, la formation et le recyclage des personnels de santé, l’évaluation et le suivi des actions sur le terrain. Il faut souligner aussi l’apport scientifique de l’IRD, en particulier en matière de mammologie.

10La démarche fut exemplaire. La somme des résultats obtenus et leur intérêt en termes scientifiques et d’application en santé publique furent considérables. Ils sont exposés dans cet ouvrage.

11Toutefois, je mettrai l’accent sur la mise au point des bandelettes de diagnostic rapide. Enfin, nous disposons de la possibilité d’un diagnostic sûr et facile à réaliser au lit du malade dans des conditions de terrain. Cette découverte est capitale pour le succès des programmes de surveillance et de lutte à venir.

12Pendant plus d’un siècle, l’engagement scientifique de l’IPM aux côtés des autorités malgaches chargées de la santé a été remarquable et gage de grands succès. Mais ici et ailleurs, la peste enracinée dans ses foyers endémiques reste une menace potentielle pour les hommes et des réémergences meurtrières sont toujours possibles.

13Néanmoins, l’histoire des actions de l’IPM dans la lutte contre la peste à Madagascar me semble un magnifique exemple de l’œuvre pasteurienne au service de l’humanité.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.