Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À la découverte des villages de métier au Vietnam

 | 
Sylvie Fanchette
, 
Nicholas Stedman

Les itinéraires des villages de métier et du patrimoine culturel

Itinéraire 6. Broderie et incrustation de nacre (sud de Hà Tây)

Texte intégral

Patrimoine culturel et architectural
Les temple Đại Lộ et Chử Đồng Tử ;
Le đình de Tự Nhiên ;
Le temple et le festival de Quất Động.

Les villages artisanaux
Broderie : Quất Động ;
Incrustation de nacre : Thôn Trung, Thôn Thýợng, Thôn Ngọ et Bối Khê (commune de Chuyên Mỹ).

LE TEMPLE ĐẠI LỘ

1Avant d’admirer l’artisanat sur cet itinéraire, nous commencerons par les temples. Le premier, Đền Đại Lộ, (village de Đại Lộ, commune de Ninh Sở, district de Thýờng Tín) est dédié au culte des Saintes Mères, afin d’assurer la protection des embarcations des commerçants sur le fleuve Rouge.

COMMENT Y ALLER ?

2Prenez le même chemin que pour aller à Hạ Thái (Itinéraire 5, p. 195). Mais une fois passé sous le pont de l’autoroute, on continue tout droit (en fait un petit droite-gauche sinueux) vers l’est. C’est une petite route goudronnée que l’on suit sur deux kilomètres environ jusqu’au village de Bằng Sở. Une fois ce village traversé, prenez à gauche et tout de suite à droite. On arrive face à la digue. Montez sur la digue par un chemin qui part sur la gauche. Tournez à gauche et pendant 2 km, vous admirez de ce promontoire la zone hors-digue et au loin, sur la droite, le fleuve Rouge. Sur la gauche, les villages sont densément ramassés sur eux-mêmes à l’abri des inondations.

3Au bout de deux kilomètres, un panneau sur la droite indique le temple (Ðền Ðại Lộ) dans la zone hors-digue. Descendez de la digue et prenez un chemin sur la gauche pendant environ 200 m ; un autre panneau indique Đền Đại Lộ. (Afin d’éviter les confusions éventuelles, sachez qu’il y a également une pagode et un autre temple dans le village de Đại Lộ …) !

LE CONTEXTE

4Le temple de Ðại Lộ fut construit à la fin de la dynastie des Trần (apparemment en 1280) et a été restauré plusieurs fois, en 1925, puis en 2003, grâce aux cotisations des villageois. Il a pu être bien conservé et a gardé son architecture d’origine. On y trouve beaucoup d’objets d’époque (statues, cloches, décorations…).

5Selon la légende, lors de l’occupation du royaume des Song par les Mongols, la famille royale se donna la mort en se jetant à la mer (sans doute afin d’éviter le pire) ; seuls les corps de quatre femmes, emportés par le courant vers les côtes du Sud, furent repêchés. On les nomma les « Saintes Mères » et l’on érigea un temple consacré à leur culte car, croyait-on, elles protégeaient les embarcations des commerçants. On trouve d’autres temples voués à leur culte sur les rives du fleuve Rouge. On vénère également au temple Ðại Lộ d’autres déesses reliées à des croyances indigènes, comme la Dame Liễu Hạnh.

6Ce temple des Saintes Mères est intimement relié au fleuve Rouge et il est localisé à sa proximité : des touristes vietnamiens et étrangers s’y rendent régulièrement en bateau. Il s’agit de tours sur le fleuve qui vont au village de potiers de Bát Tràng (voir Itinéraire 2, p. 111) puis s’arrêtent devant plusieurs pagodes… « fluviales ».

A VOIR

7On y dépose beaucoup d’offrandes, assez hétéroclites et symptomatiques des changements de mentalité et surtout de la jeunesse des suppliants. On remarque des montagnes de Coca Light sur des plateaux, des piles de pots de soupes de nouilles instantanées, et bien sûr, de la part des plus traditionnels : poulets déplumés et dorés, fruits, sucreries, bouteilles de vin de Ðà Lạt (le Beaujolais des hauts plateaux du Centre) Le tout coloré par des objets votifs de grande taille en papier : chevaux rouges, jaunes et verts, mandarins perchés solennellement sur leur trône.

8Ce temple est très fréquenté par des Vietnamiens de toutes origines, car il a la réputation d’exaucer beaucoup de vœux qu’on y formule… Les marchands viennent ici pour la bonne marche de leur commerce, les étudiants pour réussir leurs examens. On voit quantité de demoiselles en jean serré, perchées sur des hauts talons qui, une fois garée leur moto dernier cri, légèrement empoussiérée par le chemin de Hà Nội, se perdent dans la ferveur spirituelle du lieu.

9Vous allez probablement voir des bonzes au temple, mais en fait ce sont des thầy cúng, sortes de prêtres plus ou moins animistes (différents des bonzes des pagodes). Ils font des prières spéciales pour les fidèles, qui les rémunèrent. Le village a son propre thầy cúng, mais les fidèles peuvent choisir d’amener le leur. C’est un lieu très taoïste.

10Les thầy cúng accompagnent leurs prières en faisant des percussions sur des (blocs en bois sonores en forme de dragon, poisson ou grenouille : voir encadré intitulé « Xylophonie sacrée et profane », p. 205). Ces font un genre de « gloc… gloc… » monotone et enivrant sans doute destiné à apaiser les mannes des ancêtres.

11Beaucoup de đình, pagodes et temples ont été détruits au cours de la guerre d’indépendance contre les Français ou pendant la « révolution culturelle », le nouveau régime communiste menant sa propre guerre contre les « pollutions de l’esprit » qu’étaient les religions. Ðền Ðại Lộ est resté relativement indemne, même pendant la guerre américaine, quand le village a été durement touché par les bombardements. Pendant la période de la guerre, puis à l’époque collectiviste, les monuments religieux n’ont pas été beaucoup fréquentés. Le đền a servi de bureaux administratifs et l’on y réparait les bateaux qui sillonnaient le Fleuve. Ce n’est que depuis le Đổi Mới que les gens réinvestissent ces lieux.

12Un festival de taille importante se tient au temple pendant une dizaine de jours du 1e au 10e jour du 2e mois lunaire (avec un pic d’activité le 4e et 5e jours). Ce festival est également l’occasion d’assister à une pratique très intéressante : les séances de lên ðồng, ou la prise de possession d’un médium par des esprits (voir encadré sur le lên ðồng, p.223). Des milliers de gens convergent de tout le pays au festival et les pèlerins garent motos et voitures jusqu’à la digue. En général, une fois par mois, une grande cérémonie a lieu au temple.

LE TEMPLE CHỦ ÐỒNG TỬ (DE TỰ NHIÊN)

13Ce petit temple, près du village de Tự Nhiên, (commune du même nom, district de Thýờng Tín), dédié au culte d’un couple local célèbre (voir encadré intitulé « Pêcheur épargné… », p. 225), est classé par le ministère de la Culture, du Tourisme et des Sports, tout comme le đình de Tự Nhiên (voir p. 224 sur cet itinéraire) et le temple Đa Hòa (au village de Đa Hòa), en face sur l’autre rive du fleuve Rouge, qui pratiquent également le même culte.

COMMENT Y ALLER ?

14En quittant le temple de Ðại Lộ, revenez sur vos pas. Prenez la digue vers le sud et dépassez le village de Bằng Sở que vous aviez traversé avant de monter sur la digue à l’aller. Suivez la route-digue pendant environ quatre kilomètres. La digue épouse le méandre du fleuve Rouge et on le voit dans le fond à gauche. Un panneau indique le débarcadère Hồng Vãn à 200 mètres sur la gauche, qui permet d’accéder par bac au temple de Ða Hòa en face, mais rive gauche, dédié donc lui aussi à ce même couple de génies tutélaires (mais qui ne figure pas sur cet itinéraire).

15À l’emplacement des bornes blanches pour limiter l’accès aux voitures de cette étroite route de digue, et quelques mètres après l’intersection dont la route sur la droite mène à la sous-préfecture du district de Thýờng Tín, tournez à gauche pour descendre de la digue, puis tout de suite à gauche. Quelques mètres après, la route fait un coude vers la droite. Vous traversez alors le village de Tự Nhiên. La route tourne vers la gauche en longeant les bancs de sable.

16Quelques dizaines de mètres plus loin, vous êtes arrivés au đền. D’une saison à l’autre, le paysage est très différent : pendant la mousson, le banc de sable est submergé et le fleuve Rouge lèche les berges. En saison sèche, le banc de sable est à découvert. On y plante alors du maïs. En septembre, on trouve une étendue de sable devant le đền. Les bateaux touristiques venant de Bát Tràng (voir Itinéraire 2) s’y arrêtent.

17L’endroit est très paisible et peu fréquenté (c’est surtout le temple principal de Đa Hòa sur l’autre rive qui reçoit des visiteurs). Ce temple est de taille modeste avec des bonsaïs partout. Dans le petit jardin très bien entretenu, de nombreuses statues très originales rappellent l’histoire de la princesse Tiên Dung. Le temple surplombe la rive du Fleuve (donnant une très belle vue de celui-ci), mais il a déjà été inondé (comme en 2002) lors de hautes crues. Un lieu très reposant après l’effervescence du temple de Ðại Lộ. C’est M. Ðãng Quang Thự, délégué par le ministère de la Culture, qui garde le temple et y habite. Les pèlerins viennent célébrer le culte de ce couple de génies pour avoir de la chance, du bonheur, de la réussite – dans leur couple ou ailleurs. En temps ordinaire, ce temple n’est fréquenté que par les gens du village ou de la province. Cependant, lors du festival, les adeptes viennent très nombreux ici, de tous les coins du nord du Vietnam. Ensuite, ils prennent le bac pour aller au temple de Ða Hòa en face (qui tient son festival à la même époque).

Le lên ðồng : des médiums peu médiatisés
Le lên ðồng est une très vieille forme de chamanisme prébouddhique propre au Vietnam, relié au culte des Déesses Mères. Comme toutes les pratiques religieuses et superstitieuses, cette activité n’était pas vue d’un bon oeil pendant l’époque post-révolutionnaire, mais depuis le Đổi Mới, une tolérance croissante, associée aux bouleversements sociaux qui suscitent questionnements et inquiétudes, ont favorisé une recrudescence spectaculaire de ces cultes.
Lên đồng signifie « monter sur le médium ». Ce sont des esprits qui « montent » sur un médium, prenant le contrôle total de ses dires et de ses agissements. Cette possession du corps du médium permet aux vivants de communiquer avec ceux qui sont déjà partis vers l’Empire des Ombres.
Ces cérémonies, plutôt discrètes, ont lieu de façon occasionnelle et les médiums sont surtout des femmes, même si les médiums-vedettes du lên ðồng sont souvent masculins, lors de grandes cérémonies ou à l’occasion de pèlerinages vers des temples éloignés.
L’action commence avec le médium qui rentre en transe, accompagné d’une musique et de chants spéciaux (en principe, l’auditeur averti peut même reconnaître la personnalité du génie qui possède le médium à partir de la mélodie), joués par des musiciens appelés cung văn. Le médium est également aidé par des assistants hầu dâng (souvent de jeunes hommes), qui préparent et enfilent les différents habits, coiffes et autres accessoires (offrant, par exemple, des cigarettes allumées aux esprits mâles).
Ensuite, les fidèles posent des questions au médium en transe. Ils interrogent le génie sur l’avenir, demandent des nouvelles de leurs proches dans l’au-delà et cherchent des remèdes pour guérir la maladie. Le médium « reçoit » plusieurs esprits d’affilée, aux caractères différents. Avec des gestes rituels, le médium confère une valeur particulière aux offrandes apportées par les fidèles pour les morts, et une fois « consommées » symboliquement, ces offrandes sont redistribuées dans l’assistance, selon une hiérarchie préétablie parmi les fidèles.
Si vous avez la chance d’assister à une séance de lên ðồng, ne ratez pas l’occasion : reliée à des pratiques extrêmement anciennes (on soupçonne qu’autrefois, il y avait des rites de sacrifice humain des médiums possédés par des mauvais esprits), c’est une expérience unique, joyeuse et musicale. L’ethnologue français Maurice Durand (1959) a caractérisé le lên ðồng de « survivance édulcorée d’un chamanisme primitif », mais ce culte remplit manifestement une fonction sociale – et nous pouvons témoigner personnellement du charme et de l’ambiance accueillante de ces cérémonies.

STATUES DANS UNE PAGODE

18Le festival a lieu le 10e et le 13e jour du 1er mois lunaire, et même si le gros des festivités a lieu à Ða Hòa sur la rive gauche en face, la pratique du culte la plus intéressante pendant ce festival est également célébrée de façon symétrique à partir de la rive droite : dans la matinée du 10e jour, une procession, accompagnée par des danseurs du dragon, part du temple vers le bord du fleuve. Elle apporte avec elle une grande jarre, destinée à être remplie d’eau du fleuve, qui servira à « laver la princesse Tiên Dung » (voir encadré intitulé « Pêcheur épargné… ») pour l’année à venir.

19Tout le monde – y compris les dragons – embarque sur des petits bateaux à rames jusqu’au milieu de fleuve où ils encerclent l’embarcation portant la jarre, tandis que des anciens du village la remplissent. C’est déjà un exploit de navigation dans un fleuve redouté pour son débit et ses courants traîtres. Ensuite on ramène en triomphe la jarre pleine d’eau au temple. En fait, cette eau sera utilisée au temple toute l’année, et ces cérémonies rappellent des cultes d’eau pratiqués depuis des millénaires par des agriculteurs dont la survie en dépend.

20Au temple, suivront diverses réjouissances populaires, comprenant combats de coq, lutte traditionnelle, les danses de la licorne et des fées, et une pratique intéressante qui s’appelle múa bồng (danse avec un genre de petit tambour) ou plus précisément con đĩ đánh bồng (« filles de joie battant des bongos »). Il s’agit d’une ou deux paires d’hommes, maquillés comme des cyclos volés, affublés de faux seins et d’habits féminins, qui exécutent une danse (parfois) étonnamment gracieuse…

ĐÌNH DE TỰ NHIÊN

21Un autre site lié au culte du couple – et d’une troisième sainte – se trouve dans le village de Tự Nhiên : c’est le đình, où sont logées les statues des génies tutélaires, le couple et une autre personne. Quand le couple est monté au ciel, il y avait une villageoise, Tây Sa de son petit nom, qui était par hasard dans les parages (enfin, c’est ce que l’époux Chử Ðồng Tử a raconté à son épouse Tiên Dung) et elle est montée avec eux. C’était manifestement son destin à elle aussi ! Elle est tout de même considérée comme étant la seconde femme de Tử, à qui apparemment une princesse déchue ne suffisait pas. Ce troisième génie est également vénéré à Ða Hòa, au temple principal juste de l’autre côté du fleuve, démontrant que même chez les immortels, la conception du couple est complexe et protéiforme, pouvant donner lieu à ce ménage Ða Hòa…

22Trois milliards de VNĐ ont été investis pour construire un chemin bétonné, uniquement pour relier le temple du bord du fleuve au đình, qui se trouve un peu plus à l’intérieur de Tự Nhiên. Pour aller au đình, il faut prendre la rue perpendiculaire au Fleuve. On va tout droit, on traverse une petite route goudronnée, on continue tout droit sur la route de béton construite à cet effet. On traverse le marché et après une première à gauche, on voit le đình au fond.

23Dans le đình se trouvent trois statues entièrement couvertes de tissus colorés, trois grands palanquins dorés et un autel. En fait, le đình est composé de deux bâtiments, car autrefois il y avait deux villages dans la commune et chacun avait son đình. Maintenant les villages sont regroupés dans une seule structure administrative. Les statues et les palanquins se trouvent dans le bâtiment de gauche. Devant les deux đình, on peut admirer un grand jardin avec des bassins soignés. Devant le bâtiment de droite, des stèles rappellent la vie des bienfaiteurs du village.

24Lors du festival, qui se tient le 1er jour du 4e mois lunaire (mais seulement une année sur quatre), les statues des génies qui se trouvent dans le đình sont découvertes, conduites sur des palanquins par des jeunes du village, d’abord, vers le petit temple Chử Ðồng Tử au bord de l’eau et ensuite, dans une reconstitution de la légende racontée plus haut, vers la plaine alluviale, où les statues sont entourées de rideaux et baignées avec de l’eau du fleuve, avec beaucoup de liesse et d’hilarité. Le culte existe depuis au moins le xviiie siècle et une foule de gens viennent visiter ce site et apporter des offrandes.

Pêcheur épargné par noyade de poisson dans sables émouvants
Il était une fois, à la fin de la dynastie semi-mythique des rois Hùng (il y en aurait eu 18, tous avant l’ère chrétienne et qui auraient régné – en moyenne – 146 ans chacun) un pêcheur et son fils Chử Ðồng Tử qui vivaient au village de Chủ Xá sur la rive gauche du fleuve Rouge. Ces pauvres hères fluviaux n’avaient à eux deux qu’un seul pagne, que portait tour à tour celui qui allait vendre le poisson au marché. Moribond, le père pria son fils de conserver ce sarong loqueteux, mais celui-ci, d’une grande piété filiale, fit de ces oripeaux polyvalents un linceul pour son père défunt. Par la suite, Chử Ðồng Tử restait jusqu’au crépuscule à moitié immergé dans l’eau du fleuve pour habiller sa nudité. Il ne sortait que lorsque, drapé d’ombres, il allait se reposer pour la nuit parmi les roseaux.
Un beau jour, tandis qu’il pêchait, il remarqua descendant le fleuve Rouge une flottille d’embarcations richement appareillées d’où émanait de la musique. Il s’enfuit précipitamment sur la grève et s’enfouit sous le sable. Il s’agissait de la flottille de la princesse Tiên Dung, fille du Roi (Hùng Výõng XVIII, selon les annales). Cette jeune femme, charmée par l’endroit, donna l’ordre d’amarrer son bateau pour qu’elle pût se baigner.
Ses servantes dressèrent une sorte de cabine de douche à ciel ouvert sur la berge et lui cherchèrent de l’eau. La princesse se déshabilla et se mit à se laver, en chantonnant. Mais l’eau de ses ablutions intimes, entraînant le sable de la berge, découvrit Chử Ðồng Tử qui s’y était dissimulé comme une anguille dans la vase. La surprise de la princesse virginale fut entière, tout comme la confusion du jeune pêcheur naturiste. Craignant pour sa vie, il la pria de lui pardonner et lui raconta sa triste petite histoire. Touchée par son récit, Tiên Dung lui répondit : « Je m’étais jurée de ne jamais me marier, mais notre rencontre démontre que la volonté du Ciel est autre et c’est donc notre devoir d’obéir ». Le roi, son père, apprenant son intempestive acquisition d’un gendre roturier et poissonneux, se fâcha et refusa de revoir sa fille. Les jeunes mariés se résignèrent à faire leur vie dans cette contrée reculée.
Chử Ðồng Tử, voulant entretenir sa femme de manière plus digne en raison de ses origines nobles, partit voyager afin de faire du commerce. Sur la route, il croisa le jeune bonze Phật Quang (« Lumière du Bouddha »). Celui-ci lui apprit la doctrine bouddhique. Un an plus tard, le bonze présenta un chapeau en latanier et un bâton à son disciple. De retour auprès de son épouse, Chử Ðồng Tử lui transmit les enseignements du Bouddha. Ils partirent ensemble, à la recherche de la Voie.
Rentrant un soir vers leur demeure et surpris par la nuit, ils bivouaquèrent sur la plaine alluviale Tự Nhiên (à côté justement du futur site du petit temple qui leur sera dédié). Avant de se coucher, Chử Ðồng Tử planta le bâton du bonze dans le sable et le coiffa du chapeau. Au réveil, les époux se trouvèrent entourés d’une ville entière, remplie de bâtiments et de gens, apparus miraculeusement pendant la nuit (une autre version de l’histoire les décrit entourés d’un palais d’émeraude et de jade, rempli de serviteurs et de soldats). Rapidement mis au courant de ces événements extraordinaires et craignant l’insurrection, le roi dépêcha une armée contre sa fille et son gendre. Mais aussitôt se déchaîna une tempête céleste, faisant disparaître ville/palais, habitants, pêcheur et princesse, ne laissant derrière qu’un marais, appelé « Marais d’une nuit ». Le culte du couple Chử Ðồng Tử et Tiên Dung est encore célébré à plusieurs endroits dans la région, des deux côtés du Fleuve, selon une version ou une autre de cette légende.

QUẤT ĐỘNG

COMMENT Y ALLER ?

25En quittant le đình, prenez à gauche en direction du sud. Une route sur la droite permet de remonter sur la route de la digue par laquelle vous êtes venus. Tournez à droite sur la digue, puis tout de suite à gauche, plein ouest, vers la route nationale 1A. Traversez le village de Vĩnh Lộc de la commune de Thý Phú et au bout de six kilomètres, vous êtes au chef-lieu du district de Thýờng Tín.

26Arrivé à la nationale 1A, tournez à gauche. Au bout de trois kilomètres environ, au km 21 (une borne mentionne la distance de Hà Nội), il y a une pancarte (pas très visible, il faut l’avouer) sur le côté gauche de la route qui indique Quất Ðộng. Prendre donc la petite route sur la gauche pendant 500 m pour arriver dans ce joli petit village d’environ 2 000 habitants, où presque 100 % des foyers sont impliqués dans la broderie.

LE CONTEXTE

27Quand vous rentrez dans ce village discret, d’où sont absentes les piles de matières premières encombrant l’espace public de nombre d’autres villages de métier, vous pourriez un moment vous demander si vous êtes au bon endroit. Seuls les écheveaux de fils à broder, fraîchement teints et en train de sécher le long de la route nationale (à la hauteur du village de Nguyễn Bi) témoignent au visiteur qu’une activité artisanale existe dans les parages.

28C’est en flânant dans les rues, regardant (poliment !) à travers des fenêtres et par les portes et explorant parmi les courées villageoises (versions tonkinoises) que vous allez trouver beaucoup de gens tranquillement occupés à broder à l’intérieur. Il y a une saveur du Moyen Âge européen à cette communauté de travail lent, manuel et collectif, qui confère une ambiance très particulière et agréablement apaisante à ce village.

POURQUOI FAIT-ON AUTANT DE BRODERIE À QUẤT ĐỘNGET AUX ALENTOURS

29(En effet, il y a une bonne vingtaine de villages groupés autour du village-mère qui font de la broderie ou de la dentelle depuis plus de 100 ans). La raison essentielle, c’est que la main-d’œuvre villageoise est sous-employée dans l’agriculture. Comme chez beaucoup de communautés de la province de Hà Tây, qui est une région très densément peuplée (et comme dans beaucoup de villages de métier), les villageois de Quất Ðộng possèdent peu de terre cultivable, en moyenne 1,3 sào par cultivateur. La moyenne dans le delta, c’est cinq fois plus. Ajoutons qu’un sào représente 360 m2 dans le nord du Vietnam (contre 500 m2 dans le sud !), une surface qui peut produire approximativement 180 kg de riz par an.

30Comme la vannerie de bambou (voir Itinéraire 8, p. 274) par exemple, la broderie est dans l’ensemble une activité mal payée pour des artisans peu formés qui ne font qu’exécuter les commandes (majoritairement pour l’exportation) que leur sous-traitent de grands patrons (certains patrons font travailler en sous-traitance plus d’une centaine d’artisans à Quất Ðộng). Ces artisans vendent essentiellement leur force de travail, mais ils n’ont pas besoin de machinerie spécialisée ou dispendieuse, peuvent facilement alterner cette activité avec de menues taches agricoles et contribuent grandement ainsi à rehausser le niveau de vie de leur foyer (40 % des revenus villageois).

31Remontons désormais l’histoire de la broderie vietnamienne… Dans un premier temps, la broderie était employée dans des circonstances très précises :

32« La broderie, loin d’être un art d’agrément, remplissait une fonction sociale (honorer un supérieur, une divinité) ou illustrait une conception religieuse et philosophique. Elle était donc d’une inspiration essentiellement rituelle et cérémonielle. En dehors des sentences parallèles dont il existait des recueils imprimés, les figures emblématiques les plus souvent reproduites étaient les animaux surnaturels (dragon, licorne, tortue et phénix) ; les cinq bonheurs (richesse, longévité, santé, tranquillité, bonne mort, figurés par cinq chauves-souris groupées en quinconce, les ailes déployées) ; les huit objets précieux : les deux flûtes accouplées, la guitare et le khánh (instrument à vent polyphonique), symbolisent la musique ; la corbeille à fleurs symbolise la jeunesse, l’épanouissement de la nature et le plaisir des yeux ; l’éventail, la beauté féminine et la grâce tempérante ; le livre, la science et la sagesse ; les tablettes à écrire, la littérature ; la calebasse, l’abondance. » (P. Huard et M. Durand, 1954)

Du fil à retordre
L’homme célébré à Quất Ðộng comme étant l’ancêtre du métier est appelé Lê Công Hanh (pas son vrai nom, qui fut peut-être Bùi Quốc Khái, Trần Quốc Khái – ou Bùi Công Hanh), un mandarin de l’un des rois de la dynastie Lê, pendant le xve, xvie ou xviie siècles (le récit lui-même est plus important que les détails : une observation qu’on pourrait étendre à l’historiographie vietnamienne en général). Envoyé en Chine comme émissaire, vers le centre du pouvoir régional et de la culture orientale, notre héros se trouva rapidement mis à l’épreuve par des éléments de la Cour impériale qui méprisaient ces ambassadeurs des pays en marge de l’Empire du Centre.
Dès son arrivée auprès de la Cour, Lê Công Hanh fut invité à grimper par une échelle dans un pavillon isolé à plusieurs mètres du sol. L’échelle fut ensuite enlevée, le laissant prisonnier. Il se trouva dans une salle unique, meublée d’une statue de Bouddha, flanquée de deux lọng (grands parasols de culte, richement brodés) et, dans un coin, une jarre remplie d’eau. Il y avait également une inscription brodée avec des caractères où l’on pouvait lire : « Bouddha est dans votre cœur ». Que faire ? Comment s’échapper, ou bien comment survivre dans ce lieu sans victuailles ? Lê Công Hanh y réfléchit longuement, passant le temps en apprenant les secrets de la broderie, défaisant et refaisant les fils ornant les objets qui l’entouraient dans sa prison perchée. Il finit par comprendre. L’inscription voulait également dire : « Bouddha est dans votre ventre ». En examinant la statue de plus près, il se rendit compte qu’elle était faite de farine de riz. La mélangeant avec de l’eau, Lê Công Hanh obtint un gruau peu gastronomique lui permettant de tromper sa faim.
Tandis que le Bouddha comestible s’amenuisait, ses connaissances de la broderie chinoise augmentaient. Mais tout dans ce monde n’est que passager (selon les enseignements du Bouddha), et il fallait bien tenter de s’échapper de cette prison une fois ses réserves de riz en poudre épuisées. Un soir, le mandarin perspicace, observant le vol des chauves-souris, formula un plan. Tant que l’air remontait encore vers le ciel du sol chauffé toute la journée par le soleil, il se jeta de la porte du pavillon, se prenant pour une Mary Poppins avant la lettre, tenant un parasol dans chaque main afin d’amoindrir sa chute. Les deux jambes fracassées, il ne lui restait plus qu’à retourner dans son village natal à dos d’âne et d’y broder près de la fenêtre, en attendant de sucrer les fraises.
Une autre version de l’histoire (moins réaliste mais plus populaire) raconte que miraculeusement, il réussit sa descente du pavillon, faisant preuve d’une technique digne d’un parachutiste aguerri et, boitant à peine, fut acclamé par la Cour de Chine pour ses exploits. Il ne manqua plus de buffets chinois (ni de rouleaux impériaux) jusqu’à son retour au Vietnam.
Lê Công Hanh enseigna aux gens de son village la broderie et la confection de parasols. Plus tard, il fut consacré « génie de catégorie moyenne » par brevet royal, une appellation un peu insolite, mais qui veut dire que son culte est observé partout où vivent et travaillent des groupes de brodeurs originaires de Quất Ðộng. Lors du festival de l’ancêtre du métier (voir plus bas), les adeptes évitent de présenter des offrandes faites de soja vert ou de maïs gluant : toujours selon la légende, ce mandarin malin aurait subtilisé sur sa personne des graines de ces légumes encore inconnus au Vietnam afin de les rapporter clandestinement de la Chine (sans doute dans ses plâtres ou ses atèles).
Cousu de fil blanc ?
Une coda en mi bémol cependant à ce joli conte de débrouillardise diplomatique : il y a de nombreuses indications que la broderie aurait été pratiquée au Vietnam bien avant l’époque de Lê Công Hanh : par exemple, les annales royales vietnamiennes notent qu’au xiiie siècle, à l’époque de la dynastie des L., le Vietnam aurait envoyé en tribut à la Cour impériale chinoise 850 pièces de brocart, richement brodées de dragons…

FEMME DE QUẤT ĐỘNG BRODANT À SA FENÊTRE

Une description de la broderie à la fin du xixe :
« Le maître est chargé de la réception des commandes, de l’arrangement des dessins et de la combinaison des couleurs. Le tissu est tendu sur un châssis en bambou. Les modèles sont dessinés sur une feuille de papier de Chine, fin et mou. Cette feuille est posée sur le tissu et retenue par des bâtis. Ensuite, le maître répartit le travail suivant la qualification de chaque ouvrier en donnant des renseignements sur la couleur, la méthode de travail appropriée à chaque dessin. Les ouvriers s’assoient autour du châssis et commencent leur travail. Ils brodent sur la feuille couvrant le tissu pour que leurs mains ne touchent pas directement le tissu […]. Après avoir fini la broderie, ils enlèvent prudemment les morceaux de papier qui ne sont pas collés au tissu par le fil. »
(Hocquard C.E., (1884)

33Les broderies servaient uniquement donc à décorer les pagodes, les temples (et le théâtre tuồng), ainsi que les habits de la famille royale, des nobles et des mandarins. Les techniques étaient simples et l’on n’utilisait que cinq couleurs de fils : rouge, jaune (doré), bleu, vert et mauve. Puis, avec le temps, les broderies sont devenues des objets artistiques et ont été commercialisées comme telles.

LE MÉTIER

34Un livre de géographie, écrit par un fils de la région, le grand diplomate, stratège et lettré Nguyễn Trãi (voir, Itinéraire 5, p. 206), raconte qu’au xve siècle, des boutiques de parasols et de divers objets brodés, pour la plupart produits à Quất Ðộng et dans d’autres villages de la province de Hà Tây, avaient pignon sur rue dans les quartiers de Tãng Kiếm et de Ðýờng Nhân (où résidaient les commerçants chinois), dans la citadelle de Thãng Long (Hà Nội d’autrefois).

35Il faudrait d’ailleurs noter ici que la dynamique de ce métier a longtemps résidé dans les liens que Quất Động entretenait avec les guildes de brodeurs des 36 rues du « vieux quartier » à Hà Nội, notamment dans la rue de Hàng Trồng. Au début du xixe siècle, la partie nord de cette rue s’appellait Hàng Thêu (la rue des Brodeurs), puisque des gens du village y vivaient. On y trouve encore des boutiques qui vendent des articles made in Quất Ðộng. C’est également ces liens avec la capitale qui ont permis aux artisans de survivre aux grands remous économiques (par exemple, de retrouver des marchés après la fermeture des coopératives).

36Au xixe siècle, les articles brodés étaient exportés vers la Chine et devinrent une des marchandises commercialisées par les artisans de Quất Ðộng et de la vingtaine de villages du cluster. À l’époque impériale, les brodeurs du village fabriquaient essentiellement des objets de culte pour les pagodes tels que bannières, parasols, rideaux d’autel et sentences parallèles. Pendant la colonisation française, les artisans brodaient du linge de maison pour les Français avec du fil de soie très fin mélangé avec des fils français. Parfois, on brodait avec des fils d’or sur du tissu blanc importé de France.

37Pour satisfaire leurs besoins et profiter des marchés, les Français ont introduit de nouveaux outils, des nouvelles matières premières et des techniques adaptées à la broderie des draps, taies d’oreiller, nappes et tissus divers. Ce fut une période d’acculturation réciproque, puisque des échanges eurent lieu entre la technique traditionnelle locale et celle de la dentelle occidentale. Puis on a introduit des nouveaux motifs : des histoires anciennes, imitant les estampes traditionnelles et l’imagerie populaire de Đông Hồ (voir Itinéraire 3, p. 150), des paysages et des portraits.

38Les années 1975–1989 sont considérées comme ayant été « l’âge d’or » de la broderie à Quất Ðộng : une coopérative fut créée dans le village pour exporter vers l’Europe de l’Est une multitude d’objets très diversifiés (mouchoirs, serviettes, nappes de table, draps, tableaux représentant des paysages ou des animaux). Des cours de broderie ont été dispensés aux villageois par les meilleurs brodeurs et le métier s’est étendu aux villages de la zone dans le cadre de coopératives. Mais la faible qualification de nombreux apprentis brodeurs formés rapidement (trois mois d’encadrement ne suffisent pas pour former un ouvrier) s’est soldée par une baisse de la qualité. Ce marché s’est ensuite effondré lors du démantèlement du bloc soviétique.

39Quất Ðộng a dû diversifier sa production vers des articles comme des drapeaux (également fabriqués à des époques antérieures), des vêtements contemporains (les jeans brodés pour filles sont toujours très tendance !), des mouchoirs, des sacs, des étuis de téléphone portable… Tous demandent l’exécution de différentes étapes : coupe, couture et broderie. Une production qu’il faut régulièrement réorganiser et surtout pour laquelle il a fallu chercher de nouveaux marchés (majoritairement dans les pays d’Asie orientale et d’Europe occidentale).

40La production à Quất Ðộng est familiale : tous les membres du lignage sont mobilisés, des plus vieux aux plus jeunes. Les enfants vont à l’école le matin et l’après-midi, ils aident leurs parents avec la broderie à la maison. Souvent, les jeunes exécutent les parties les plus faciles des tableaux, c’est-à-dire les fonds de couleurs homogènes, apprenant ainsi le métier auprès des anciens.

À VOIR

41Comme d’habitude, c’est maintenant un peu à vous de partir à la découverte, explorant le village au gré de votre fantaisie. Ce n’est franchement pas difficile à réaliser à Quất Ðộng, où nombre de gens vous accueilliront sans doute à bras ouverts, même si, il est vrai, c’est souvent dans l’espoir de vous vendre quelques objets brodés.

42C’est un village de petite taille (environ 700 m N-S), très calme avec de nombreuses maisons traditionnelles, donc pas encore envahi par « la modernité » et ses maisons « en bandes ». Le patrimoine ici est assez limité, preuve des revenus modestes de la population. Il n’y a pas de đình dans le village, mais un temple où l’on vénère l’ancêtre du métier (voir encadré intitulé « Du fil à retordre », p. 227), très joli à visiter. Il suffit, quand on entre dans le village, de prendre l’unique ruelle bétonnée à droite. Au bout d’environ 250 m, sur la droite, vous verrez une cour, un temple, un étang, selon la trilogie consacrée.

43Vous pouvez aussi visiter le mausolée du fondateur. Il se trouve à l’opposé du temple, au nord du village : retournez sur vos pas. Juste après le temple, sur la gauche, un grand puits recouvert de plantes qui servaient autrefois à approvisionner la population. Il ne sert plus. Passez l’intersection sur la gauche qui permet l’accès à la nationale, et continuez environ 80 m. Sur la gauche, vous trouverez le mausolée qui se mire dans un joli bassin. Un festival en l’honneur de l’ancêtre du métier a lieu au village le 12e jour du 6e mois lunaire.

BRODERIES EXPOSÉES DANS LA MAISON D’UN ARTISAN DE QUẤT ĐỘNG

Point de retraite : un vieux brodeur file des jours heureux
Le maître-artisan attitré de la broderie à Quất Ðộng s’appelle M. Phạm Viết Định. Né en 1932 dans une famille nombreuse de brodeurs qui, de fil en aiguille, prétendent retracer leur lignée directement jusqu’à Lê Công Hành (l’ancêtre brodeur légendaire), il a survécu à son époque mouvementée en cultivant la terre en Nghệ An pendant la Guerre américaine, avant de revenir à Quất Ðộng et devenir conseiller et inspecteur de la qualité de la broderie pendant la période collectiviste. Devenu renommé pour son art, M. Ðinh a réalisé plusieurs projets ambitieux, dont dernièrement les illustrations magnifiques d’un livre pour enfants (intitulé Ten Mice for Tet !), publié (et primé) aux États-Unis : www.chroniclebooks.com
Aujourd’hui, M. Ðịnh incarne la mémoire vivante du métier à Quất Ðộng. Quoique « retraité » depuis 1990, il vit et brode encore avec toute sa famille dans une maison ancienne de très belle facture qui se trouve à l’est du village. Chez lui, on est sûr d’acheter des broderies de qualité.
Quand vous entrez dans Quất Ðộng, dépassez la première intersection, et continuez tout droit. Passez une dizaine d’habitations puis prenez la première véritable ruelle sur la gauche, puis la deuxième sur la droite. Allez au fin fond de la ruelle. Si vous vous perdez, montrez son nom à un villageois qui vous guidera.
« Phạm Viết Định a passé plus de 30 ans de sa vie dans le métier. Il se consacre aux portraits brodés, depuis une dizaine d’années. Sa maison est remplie de tableaux de paysages, tels la baie de Hạ Long, le pagodon au Pilier Unique, le pont couvert à Hôi An, etc. En 1996, il a brodé un portrait de Hồ Chí Minh, qu’il considère comme son chef-d’œuvre. Lui et son frère Phạm Viết Khân tentent de réaliser une série d’imageries populaires traditionnelles du village Ðông Hồ. Vieux, je ne peux plus exercer les travaux agricoles, confie l’artisan Phạm Viết Ðịnh. Mais je ne veux pas non plus être inutile. La broderie me convient. Le plus difficile est de broder des portraits. En effet, ils exigent non seulement du temps, de la patience et de la précision, mais aussi du doigté, des connaissances sur l’harmonie ainsi que la répartition des fils de couleur. Un point de broderie mal fait risque de déformer le portrait, d’où des journées de travail perdues. Ainsi le brodeur doit-il toujours être attentif, surtout en réalisant les traits du visage”. » (Le Courrier du Vietnam, 28/02/02)
Portraits cousus
M. Thái Đức Duy (village de Nguyễn Bi). Cet artisan expérimenté fait beaucoup de portraits. En 1999, travaillant dans l’atelier d’un autre artisan, il a fait le gros de l’ouvrage pour un grand tableau représentant le président Hồ Chí Minh qui a rendu le patron de cet atelier célèbre.
M. Duy a également brodé un portrait remarqué de Saddam Hussein. Ce portrait mesurait 1,2 m sur 1,8 m (vendu à 6 500 USD) et a nécessité plus d’un million de VNÐ de fils de soie. Il a fallu à M. Duy deux mois de travail avec 17 ouvriers de confiance, qui faisaient les trois-huit afin de terminer l’ouvrage dans les délais fixés par le client.

44La visibilité de l’artisanat est plus marquée dans la commune de Thắng Lợi, au sud de Quất Ðộng (au-delà de Nguyễn Bi), plus récemment admise dans le cercle des initiés de la broderie : les artisans les plus dynamiques ici ont pignon sur route et ont installé des magasins le long de la route nationale. Ils hèlent le visiteur, l’invitant à passer le pas de la porte pour découvrir les merveilles brodées à l’intérieur. Mais les villages de la commune de Thắng Lợi seraient plus spécialisés dans les paysages et ne maîtriseraient pas aussi bien les techniques de la broderie que les maîtres-artisans de Quất Động, le berceau de l’activité, selon M. Phạm Viết Định (voir encadré p. 233). Les deux communes se livrent à une âpre concurrence.

45Comme nous l’avons déjà fait remarquer, la broderie est une activité pratiquée en parallèle avec l’agriculture. Elle est soumise aux impératifs de cette dernière. Donc si vous voulez visiter les villages de brodeurs, n’y allez pas pendant la récolte du riz ou la période des semailles qui suit (juin et octobre) : à ces époques, si on brode, on ne brode que le soir. (Il y de l’électricité à Quất Ðộng depuis seulement une dizaine d’années : auparavant, lorsque les ombres se rallongeaient, les artisans se penchaient au-dessus de leur ouvrage à la lueur des lampes à pétrole).

46Enfin, les brodeurs ne travaillent qu’à la commande, souvent en provenance de l’étranger, ou bien passées par des entrepreneurs de textiles du cru, comme ceux de Vạn Phúc par exemple (voir Itinéraire 4, p. 173). Les artisans sont fortement soumis aux sauts d’humeur de la conjoncture économique et parfois, faute de commandes, les brodeurs sont « au chômage ». Donc n’imaginez pas que Quất Động et ses villages voisins soient comme une ruche industrieuse en permanence.

47Néanmoins, il existe de grands maîtres artisans dans ces villages, qui sont capables de reproduire toutes sortes de modèles et se spécialisent dans les travaux de qualité sophistiqués, des commandes provenant de clients riches (japonais pour la plupart : des photos à copier, des kimonos à broder) et pour des montants de plusieurs millions de VNÐ. La broderie, c’est un métier fragile, qui a peu de chance de survie à long terme, ce qui justement lui confère, à notre sens, une grâce supplémentaire plutôt poignante.

CHUYÊN MỸ

COMMENT Y ALLER ?

48Retournez vers la route nationale. Prenez à gauche vers le sud. Vous longez la voie ferrée qui va jusqu’à Hồ Chí Minh Ville pendant 14 km. Traversez le chef-lieu du district de Phú Xuyên jusqu’au km 35. Avant le panneau indiquant la sortie de la ville, une enseigne sur votre droite indique « Chuyên Mỹ, village de Krảm Trai ». Tournez à droite et traversez la voie ferrée.

49La route serpente entre plusieurs villages sur environ 5 km ; vous aurez à traverser deux petits ponts qui enjambent des canaux. Puis vous arrivez au village de Ðại Nghiệp, sur la rivière Nhûe, un grand axe fluvial le long duquel s’étire la commune de Chuyên Mỹ et ses villages spécialisés. Le pont est récent (2006) et permet dorénavant aux artisans de s’approvisionner en bois sans une multitude de ruptures de charges.

50La commune de Chuyên Mỹ contient un chapelet de sept villages spécialisés depuis plusieurs siècles dans la préparation et l’incrustation de nacre sur bois laqué (meubles, objets décoratifs, tableaux) et (depuis beaucoup plus récemment) dans « l’incrustation » des coquilles d’œuf sur laque. Parmi les sept villages de ce cluster, nous vous proposons de n’en visiter que trois/quatre (même s’il y en a bien plus dans la liste qui suit) :

  • Chuôn Ngọ, appelé Thôn Ngọ sur la carte et parfois aussi appelé Ngọ Hạ, puisque Thôn Ngọ et Thôn Hạ – un autre village de la commune – étaient autrefois regroupés. On peut également rencontrer des vieux de la vieille qui appellent ce village Chuyên Nghiêp ou même Chuôn, mais, rappelons-le, il est communément nommé Chuôn Ngọ.
  • Chuôn Trung (appelé Thôn Trung sur la carte) ;
  • Thôn Thýợng, plutôt spécialisé dans le traitement des coquillages ;
  • Bối Khê (appelé – étrangement – Bối Khê par tout le monde).

LE CONTEXTE

51Chuôn Ngọ (enfin, Ngọ Hạ à l’époque) serait le berceau du métier de l’incrustation de nacre, d’où il s’est diffusé lentement vers les villages voisins de la commune. Celui qui mit le bébé dans le berceau, ce serait Trýõng Công Thành, célébré comme le génie protecteur du village. Les vieux du village racontent que lorsque M. Trýõng Công Thành était moine, il voyagea un peu partout. Il apprit l’art de l’incrustation de la nacre lors de ses déplacements (mais pas en Chine cette fois-ci, semblerait-il), puis le transmit à ses descendants et aux villageois pour les aider à améliorer leur quotidien. Un temple au village est dédié à Trýõng Công Thành, sacré ancêtre du métier. Localisé au bord de la rivière Nhuê, il est permis de croire (et on y croit au village) qu’aux premiers temps du métier, on incrustait avec des coquillages du cru fluvial. Cependant, en raison de son caractère très laborieux, cette activité ne se développa pas rapidement.

52Plus tard, lors du règne du roi Lê Hiển Tông (1740-1786), un artisan nommé Nguyễn Kim, originaire de la province de Thanh Hóa, se réfugia lors des troubles politiques (la révolte de Tây Sõn) à Chuyên Mỹ. Incrusteur de nacre lui aussi, il enseigna ses secrets aux villageois. Il est considéré comme un post-ancêtre du métier. Puis, à la moitié du xixe siècle, certains des incrusteurs de nacre de la commune migrèrent vers Hà Nội – spécifiquement vers Cửu Lâu, ancien village de Hà Nội, qui donnait sur le bord sud du lac Hoàn Kiếm. Cửu Lâu avait un đình qui honorait Nguyễn Kim comme patron des incrusteurs, depuis longtemps disparu. Cửu Lâu céda la place à la rue Hàng Khay.

53Khay veut dire « plateau », mais par extension (les plateaux incrustés furent l’un des objets ainsi ornés les plus recherchés), la rue était connue comme celle des incrusteurs. À l’époque coloniale française, un tronçon de Hàng Khay fut détruit et remplacé par la haussmannienne rue Paul Bert, où les incrusteurs ne parvinrent pas à s’incruster. Cette même artère est connue aujourd’hui comme la rue de Rivoli hanoïenne : Tràng Tiền, qui miroite et scintille entre l’Opéra de Hà Nội et le lac Hoàn Kiếm.

54Autrefois, les artisans de Chuôn Ngọ (Ngọ Hạ) produisaient des objets pour la Cour royale de Huế destinés aux temples et pagodes. Ils fabriquaient des sentences parallèles et des panneaux horizontaux, des objets rituels, des armoires, des lits, des pipes à eau, des plats pour le bétel en laque, incrustés de dessins en nacre représentant des images traditionnelles d’inspiration chinoise.

55Sous la colonisation, ils fabriquèrent beaucoup d’objets (généralement plus sobrement incrustés) pour les Français. Suivit l’époque collectiviste, avec la recherche de nouveaux marchés et la création de plusieurs coopératives dans la commune, dont certaines qui fusionnèrent, d’autres qui scissionnèrent au fil des années. C’est pendant cette période que certains artisans commencèrent à travailler pour les villageois de Ðồng Kỵ (voir Itinéraire 1 p. 70 et encadré sur la Đồng Kỵ Connection p. 240), qui les approvisionnaient en bois et leur passaient des commandes.

56Quand les coopératives socialistes ont arrêté de fonctionner au début des années 1980, les artisans se sont mis à leur compte. Seule la Coopérative Ngọ Hạ (voir « une promenade… », p. 241) a maintenu sa production, devenant une coopérative « privée », même si la province lui apporte un certain soutien. Après le déclin des coopératives, il ne restait plus que quelques familles dans trois villages de la commune qui pratiquaient l’artisanat. L’accès à la matière première – les coquillages nacrés – et à un marché « de luxe » était difficile dans cette période de transition économique, une fois perdus les marchés de l’Europe de l’Est. Afin de redresser la situation, on a appliqué des politiques incitatives : formation de paysans dispensée par les meilleurs artisans du village de Ngọ, accès aux crédits… Ces initiatives, combinées avec l’ouverture des marchés, ont redynamisé cette activité entre 1993 et 1996.

LE MÉTIER

57Autrefois, la division du travail entre villages était très marquée. Avec l’ouverture encore récente des marchés, les ateliers essayent de maîtriser le processus de fabrication en entier et ont plus de capitaux à investir dans les matières premières. Il reste cependant une certaine spécialisation des villages (au sein même des villages, certaines familles sont très spécialisées) :

58Thôn Ngọ : c’est le noyau du métier. Spécialisé dans la fabrication des meubles de haute qualité et dans l’incrustation de la nacre.

59Thôn Trung : village chrétien qui pratique l’artisanat depuis longtemps. Les artisans de ce village fabriquent aussi des objets à vocation religieuse : crucifix incrustés de nacre, autels des ancêtres à la mode chrétienne. Fabrication de gros meubles (armoires, armoires à glace incrustées de nacre) et de petits objets en bois.

60Thôn Thýợng : plutôt spécialisé dans le traitement des coquillages, le travail et le commerce de la nacre, mais pas dans l’incrustation. On compte une dizaine de petits ateliers de traitement de la nacre. Certains artisans offrent leurs services pour traiter les coquillages et travailler la nacre chez les autres artisans incrusteurs. La plupart des artisans de ce village ne savent pas faire de l’incrustation. Ce métier existe depuis plusieurs générations dans le village, mais il s’est surtout développé depuis la moitié des années 1990. Intéressant à voir sur le plan technique et celui de la division du travail, on peut y acheter aussi des boutons et toutes sortes de pièces en nacre…

61Bối Khê : un peu à l’écart des villages d’incrusteurs qui longent la rivière, il a une histoire différente. Les laqueurs autrefois étaient itinérants et allaient restaurer et laquer les objets d’art, les meubles rituels et les sculptures des pagodes. Les femmes travaillaient à la maison et laquaient des objets sur place. Récemment, un certain nombre d’artisans se sont mis à « l’incrustation » de coquilles d’œuf sur des objets laqués.

EN QUOI CONSISTE LE TRAVAIL DE LA NACRE ?

62Il faut tout d’abord aplatir les coquillages (qui arrivent dans de gros sacs qui sentent la marée basse) en les mettant dans un étau, après les avoir plongés dans l’eau. Parfois, la nacre casse. Les ouvriers découpent le coquillage plat en morceaux et séparent les parties plates des bords, puis les polissent. Puis on affine, pendant 24 heures, les morceaux polis dans un étau dans de l’eau, en donnant un tour de vis toutes les 15 minutes.

63Ensuite, la façon traditionnelle de procéder est de coller des morceaux de nacre sur un modèle en papier du dessin à exécuter et d’en faire le découpage à l’aide d’une minuscule scie, puis à la lime. Les fragments de nacre ainsi taillés sont posés sur la surface de bois à décorer et leur contour gravé avec un outil pointu. Puis, avec un ciseau à bois et un maillet, on évide un morceau de bois exactement du même volume et de la même forme que le morceau de nacre qui va le remplacer. Si le trou creusé dans le bois est trop grand pour la nacre, on doit colmater avec un mastic fait de laque et de déchets de bois, mais tout l’art de l’incrusteur consiste à éviter le recours à ce rattrapage, qui diminue sensiblement la qualité (et évidemment la valeur) de l’objet incrusté.

64Comme dans bon nombre de villages artisanaux, les savoir-faire et les secrets du métier sont activement protégés : si une femme du village se marie à l’extérieur, elle ne pourra pas continuer à exercer son activité, car les vendeurs de nacre de Chuyên Mỹ refuseront de l’approvisionner – et l’on peut même lui couper l’électricité dans son nouveau village si elle persiste à incruster !

65Dans les ateliers, le travail est divisé entre artisans et ouvriers, chacun en effectue une partie : coupe du bois, polissage, découpe de la nacre, incrustation, polissage, laquage. Les artisans subissent de fortes variations dans l’approvisionnement en nacre. La découpe et le limage des petites pièces à incruster occupe une main-d’œuvre nombreuse. Des ateliers se sont spécialisés dans cette activité et vendent les pièces pré découpées. Une partie est vendue en pièces prédécoupées sur le marché de la nacre de Ðồng Kỵ (voir Itinéraire 1) ou dans les boutiques du village de Thôn Thýợng. Les petites pièces de nacre vietnamienne de faible qualité, prêtes à l’emploi, se vendent 60 000 VNĐ le kilogramme en 2006.

QUELS TYPES D’OBJETS SONT INCRUSTÉS AVEC DE LA NACRE ?

  • Meubles en bois de qualité (armoires, tables, lits de type chinois), lourdement chargés en incrustation. Ces meubles rapportent beaucoup de bénéfices, mais ont des coûts de production élevés.
  • Objets de culte en bois (par exemple, les bàn thờ, ou autels des ancêtres), sur lesquels on incruste des images représentant des scènes légendaires avec montagnes, arbres, animaux mythiques… Les boîtes et fourreaux d’épée nacrés, et les sentences parallèles et horizontales incrustées de lettres en nôm (l’ancien système d’écriture vietnamienne).
  • Depuis le Đổi Mới, des artisans se sont mis à fabriquer des petits objets en bois incrustés de nacre pour l’exportation et pour les touristes (boîtes, cendriers, porte-cartes de visite, boîtes à bijoux ou à cure-dents). Ces objets sont généralement de qualité modeste et rapportent peu, mais demandent moins d’investissement que les meubles. Certains artisans se sont également spécialisés dans la fabrication de boutons, de perles pour les colliers, et d’objets décoratifs en nacre, comme les bateaux et tableaux revendus aux touristes dans les stations balnéaires.
  • Les tableaux en nacre de grande taille sont des objets de prestige pour la nouvelle classe aisée.

D’OÙ VIENT LA NACRE ?

66Si la source fluviale des coquillages autochtones a tari, les artisans ont trouvé plusieurs nouvelles sources, de qualité et de coût variable :

  • Les gros coquillages lourds en spirale de Singapour coûtent 200 US$ la pièce. Ils ont de très beaux reflets. Selon l’angle de vue et la lumière, les dessins nacrés changent de couleurs. Mais on n’utilise cette nacre que pour les meubles les plus coûteux, ou au moins pour une partie des dessins.
  • Les coquillages plats de Taiwan coûtent 30 000 VNĐ la pièce et ont moins de reflets.
  • Les coquillages plats du Vietnam ou de Chine coûtent entre 5 000 et 10 000 VNĐ la pièce.

67Pour acheter de la nacre, selon les marchés visés, les artisans passent par des intermédiaires (Indonésie, Singapour, Japon) ou se cotisent pour louer un camion de 20 tonnes et aller l’acheter eux-mêmes (à la frontière chinoise à Lạng Sõn pour les coquillages chinois de faible qualité). Des commerçants de la commune se sont installés spécialement dans le sud du pays pour s’adonner à l’importation de nacre (de Singapour ou Indonésie). Ils se chargent aussi de l’exportation des produits finis.

QU’EST-CE QUE « L’INCRUSTATION » DE COQUILLES D’ŒUFS DANS LA LAQUE ?

68Bối Khê est spécialisé dans la laque et « l’incrustation » des coquilles d’œuf dans les objets laqués. Les artisans travaillent de plusieurs façons : soit ils se déplacent à Ðồng Kỵ (voir Itinéraire 1, p. 70), à Nhị Khê, le village des tourneurs de bois (voir Itinéraire 5, p. 204), ou à Hà Nội pour laquer des meubles, soit on leur apporte des objets de plus petite taille à laquer à domicile. En fait, il n’y a qu’un rapport faible entre ce métier et l’incrustation de la nacre proprement dit dans les autres villages de la commune. A l’époque collectiviste, il y avait deux coopératives dans ce village. La première fabriquait des objets en nacre et travaillait avec Mme Vui (voir « une promenade… », p. 241), l’autre fabriquait des objets en laque. C’est ainsi que les villageois se sont mis à l’incrustation.

69Des ateliers travaillent à la commande pour l’exportation, la décoration des hôtels et le marché touristique. Ils font de « l’incrustation » de coquilles d’œufs dans la laque. Ils cherchent à diversifier la production : laquage avec coquilles d’œufs sur des objets en bambou ou en bois, sur carton aggloméré de Malaisie, sur du plastique et des céramiques : les artisans ont des liens avec des céramistes de Bát Tràng (voir Itinéraire 2, p. 111) à qui ils passent des commandes. Grâce à ces innovations, on trouve des objets insolites en vente ici : si vous rêvez de vous procurer un cœur en céramique incrusté de coquilles d’œufs, vous êtes dans le bon village.

QUELLES SONT LES CONDITIONS DE VIE ET DE TRAVAIL CHEZ LES INCRUSTEURS DE NACRE ?

70Pas très bonnes… La plupart des artisans travaillent dans la cour ou le salon de leur domicile. Leur habitation est envahie par l’activité. On fait tout dans la maison, y compris les finitions, la peinture (hautement toxique) et l’emballage. Il est permis de se demander où vit la famille…

71Les problèmes environnementaux pour les artisans spécialisés dans le traitement de la nacre sont particulièrement aigus :

  • Le bruit : il faut couper et poncer les conquillages nacrés et l’on utilise des machines électrifiées dont émane un vacarme à réveiller les ancêtres.
  • Les déchets et les poussières des coquillages : lorsqu’on nettoie et ponce les morceaux de nacre, une poussière très nocive s’en dégage. De nombreuses personnes souffrent de maladies pulmonaires dans la commune, particulièrement dans les villages spécialisés dans le traitement de la nacre, comme Thôn Thýợng. La plupart des artisans de ce village travaillent dans leur maison et doivent porter des masques. Ils attendent la construction d’une mini-zone industrielle informelle au bord de la rivière Nhuê, déjà très polluée par les eaux usées de Hà Nội. Le travail de la nacre entraîne des inflammations du système respiratoire.
  • La peinture laquée dégage des vapeurs nocives.

INCRUSTEURS DE CHUYÊN MỸ EN TRAIN DE SCIER DES MORCEAUX DE NACRE

DIFFÉRENTES ÉTAPES DE L’INCRUSTATION SUR DES PANNEAUX OUVRAGÉS

La désertion du village par les artisans et la Đồng Kỵ connection
La qualité du travail des artisans de cette commune est réputée. Cependant, le manque d’insertion dans les réseaux commerciaux limite leur capacité à valoriser ce métier traditionnel. Les artisans ont du mal à vivre de leur activité : le coût des matières premières est très élevé et il leur est difficile d’immobiliser du capital longtemps. On compte environ 1 000 personnes parties ailleurs pour exercer leur métier. Au début de l’année, de nombreuses voitures viennent chercher des artisans du village pour les emmener dans le centre et le sud du pays : à Huế, Hồ Chí Minh Ville ou les stations balnéaires de Nha Trang, Hội An et Ðà Nẵng, où ils fabriquent des objets de faible qualité pour les touristes. Ils reviennent en général uniquement pour le Tết.
En contraste avec les incrusteurs de Chuyên Mỹ, les menuisiers de Ðồng Kỵ (village célèbre pour ses meubles d’art : voir Itinéraire 1) sont très actifs dans le commerce et la promotion de leur activité et emploient de nombreux artisans originaires de Chuyên Mỹ afin de décorer leurs meubles. Il y un marché de la nacre important à Ðồng Kỵ, principalement animé par des artisans de Chuyên Mỹ. Certains de ces artisans se déplacent constamment entre leur domicile et leur nouveau village d’adoption localisé à plus de 60 km ; d’autres vivent de façon temporaire et précaire autour de Đồng Kỵ. La vie communautaire des villages de Chuyên Mỹ en souffre, affectant par exemple l’éducation des enfants.
Pire encore, les Dongkinois commencent à apprendre à incruster eux-mêmes (à « voler » le métier, comme diraient les artisans de Chuyên Mỹ) et cherchent d’autres sources de matière première afin de se soustraire au monopole de ces fournisseurs venus de la province de Hà Tây. L’avenir viable du métier millénaire de Chuyên Mỹ, déjà un travail difficile et moyennement lucratif, paraît actuellement compromis.

COUVERCLE DE BOÎTE LAQUÉE INCRUSTÉ DE NACRE

Une promenade dans Chuyên Mỹ
Deux axes parallèles pour visiter ces villages
À l’aller, prenez la route qui traverse les villages en enfilade ; et au retour passez par la digue. Cette route est moins pittoresque que la première, véritables coulisses des ateliers les plus polluants tournés vers la rivière.
On vous suggère de commencer la promenade par la coopérative Ngọ Hạ. Traversez le pont sur la rivière Nhuê, et prenez la route-digue sur la gauche. Vous longez la rivière pendant environ 300 m. Elle a perdu son caractère romantique tant chanté par les bardes, et véhicule vers la mer les eaux noirâtres des égouts hanoïens. Sur la droite des étangs, une rue qui descend de la route-digue s’ouvre sur la droite. À 100 m, prenez la rue à gauche. Au bout de 50 m sur la droite, une enseigne vous indique que vous êtes enfin arrivés chez Mme Nguyễn Thị Vui au village de Thôn Ngọ.
C’est une coopérative « privée », installée dans une très belle maison traditionnelle, qui peut être visitée. Vous y verrez les différentes étapes de la production des objets en bois incrustés de nacre. Un magasin offre aux visiteurs une grande variété d’objets artisanaux en laque et en bois. Cette coopérative, seul vestige de l’époque collectiviste, est dirigée d’une main de fer par Mme Vui. En plus de faire travailler une centaine d’ouvriers et d’apprentis et d’assurer la vente des produits de nombreuses familles du village, celle-ci organise des cours de formation à l’art du laque et de l’incrustation de nacre pour des apprentis de 15 à 20 ans et des jeunes handicapés de la province. Elle a un projet pour s’occuper des enfants des invalides de guerre ! Elle est la seule entreprise formelle de la commune à avoir la capacité juridique d’exporter.
Puis, on vous suggère d’aller à Bối Khê. Tournez à droite en sortant de la coopérative et dirigez-vous vers le centre de Thôn Ngọ. Au bout de 300 mètres environ, une ruelle part sur la droite, un peu en biais, et sort du village. On traverse les rizières pendant un peu plus d’un kilomètre, non sans avoir enjambé un pont au dessus d’un canal et croisé de nombreux étangs où s’agitent des canards.
Dans le village de Bối Khê, vous trouverez de nombreux ateliers spécialisés dans l’art du laque, l’incrustation de coquilles d’œufs, des fabricants de baguettes incrustées en nacre pour attraper les aliments… Vous verrez des paniers de coquilles d’œufs sécher au soleil ! Il est possible d’acheter des objets joliment décorés chez M. Týõng Sinh. Si vous avez la chance d’être invités à franchir le pas d’une de ces belles maisons anciennes, vous aurez l’occasion de voir la beauté des meubles sacrés en laque. Bối Khê était réputé pour ses artisans laqueurs itinérants qui, de Hà Nội à Huế ou Saigon entretenaient le mobilier de la Cour royale ou des riches bourgeois, avant que le collectivisme ne sonne le glas de ce marché politiquement incorrect.
Pour continuer la visite, il faut retourner jusqu’à la coopérative de Mme Vui. De là, vous pouvez aller visiter le temple dédié à Trýõng Công Thành, sacré ancêtre du métier dans le village de Thôn Ngọ. Vous continuez tout droit la rue et à 50 m, de la coopérative, niché au fond d’un jardin, se trouve le temple. C’est cette rue qui traverse en enfilade quatre des villages de la commune et que vous allez suivre pendant votre périple entre nacre et menuiserie.
La balade s’étire sur un kilomètre : le premier village au nord de Thôn Ngọ est Thôn Trung, dont la limite est marquée par un très beau portail ancien, puis Thôn Thýợng, spécialisé dans le traitement de la nacre (voir carte p. 243). Ces deux villages comportent chacun une église. Celle de Thôn Thýợng, plus monumentale, s’ouvre sur une grande esplanade.
De la rue, il est possible de voir les artisans et leurs ouvriers travailler la nacre, l’incruster au milieu d’un nuage de poussière de nacre ou de bois. De nombreuses boutiques vendent des pièces déjà prédécoupées de toutes formes, et aussi des boutons de mercerie. Dans les ruelles perpendiculaires, des ateliers plus imposants avec des cours envahies de matériaux bourdonnent comme des ruches au son des scies sauteuses, des perceuses, des ponceuses A Thôn Thýợng, des eaux blanchâtres sortent des ateliers et sont évacuées vers les canaux d’irrigation. Plus industriel que Thôn Trung, ce dernier village est intéressant sur le plan des techniques. Vous pouvez terminer la promenade, après une petite pause dans le jardin de l’église de Thôn Thýợng, par la route digue qui longe le fleuve et rejoint le pont par lequel vous êtes arrivés.

Chuyên Mỹ

Chuyên Mỹ

Source : Google Earth 2008, Secteur de cartographie de l’IRD

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende STATUES DANS UNE PAGODE
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6569/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6569/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende BRODERIE
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6569/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Légende FEMME DE QUẤT ĐỘNG BRODANT À SA FENÊTRE
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6569/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende BRODERIES EXPOSÉES DANS LA MAISON D’UN ARTISAN DE QUẤT ĐỘNG
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6569/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende INCRUSTEURS DE CHUYÊN MỸ EN TRAIN DE SCIER DES MORCEAUX DE NACRE
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6569/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende DIFFÉRENTES ÉTAPES DE L’INCRUSTATION SUR DES PANNEAUX OUVRAGÉS
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6569/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende COUVERCLE DE BOÎTE LAQUÉE INCRUSTÉ DE NACRE
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6569/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Chuyên Mỹ
Légende Source : Google Earth 2008, Secteur de cartographie de l’IRD
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6569/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540