Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

À la découverte des villages de métier au Vietnam

 | 
Sylvie Fanchette
, 
Nicholas Stedman

Les itinéraires des villages de métier et du patrimoine culturel

Itinéraire 1 bis. Villages de potiers (Bắc Ninh et Bắc Giang)

Texto completo

Les villages artisanaux
Les villages de la commune de Phu Lang (Đồng Sai, Phân Trung et Thủ Công) et le village de Thổ Hà.
Patrimoine culturel et architectural
L’architecture en brique des trois villages très pittoresques constituant Phu Lang et leurs alentours, l’architecture traditionnelle très riche et diversifiée et la maison communale de Thổ Hà.

PHÙ LÃNG

COMMENT Y ALLER ?

1Prenez la sortie de Ha Nội a l’est par Gia Lâm. Passez le carrefour Nguyễn Văn Cừ/Nguyễn Văn Linh et tournez a droite vers l’autoroute (la route nationale 5) en direction de Hải Phong. A environ 11 kilomètres, tournez a gauche pour prendre l’autoroute qui mène a la capitale provinciale de Bắc Ninh. Au bout de 25 km a travers les rizières, prenez la sortie pour Bắc Ninh, tournez a droite (la route nationale 18) en direction de Phố Mới, le chef-lieu du district de Quế Vo – vous laissez le pont qui passe au-dessus de l’autoroute, a gauche. Arrivés a cette petite ville, comptez six kilomètres. Vous verrez une grande briqueterie sur votre gauche. Tournez a gauche et prenez une petite route surélevée qui passe a travers les rizieres. Dans le fond, vous verrez les collines sur lesquelles sont nichés les villages de Phu Lang. Au bout d’un kilomètre, la route grimpe. Elle traverse le village de Hữu Bằng et serpente le long de la colline. Vous passez le village de Phung Dị, puis la route amorce un grand tournant vers la droite et contourne la colline. Vous commencez a voir des enseignes de potiers. Vous etes bientôt arrivés ! Un kilomètre plus tard, vous arrivez a un carrefour en T. Si vous continuez tout droit, vous allez a Đồng Sai, le village ou s’est installé le célèbre céramiste Nhung. Si vous tournez a gauche, la route mène a Thủ Công, le village d’origine du métier.

LE CONTEXTE

2Cet itinéraire de trois villages de potiers s’annonce comme une remontée dans le temps en ce qui concerne l’historique de ce métier dans le delta du fleuve Rouge : le visiteur pourra a la fois admirer des vestiges fascinants du passé et voir a l’œuvre le mouvement impitoyable vers le présent.

3Nous commençons ce parcours par la destination la plus lointaine de tous les villages proposés autour de Ha Nội : Phu Lang. Cependant, l’éloignement (plus de soixante kilomètres) est amplement compensé par la beauté et l’originalité des lieux. En réalité une suite de trois villages de potiers (Đồng Sai, Phân Trung et Thủ Công) qui longent la rivière Cầu, Phu Lang est un endroit enchanteur. Entouré de rizières fertiles et loin des grands axes routiers de la région, cette petite concentration de maisons, adossées sur le versant d’une succession de collinettes, conserve plusieurs aspects des villages traditionnels tonkinois, tout en présentant des éléments uniques et recélant une dimension bien moderne.

LE(S) MÉTIER(S)

4Il y a des potiers dans la commune de Phu Lang depuis fort longtemps : grâce a des recherches archéologiques on a découvert enfouis dans le sol des tessons de céramique datant de la dynastie des Trần (xiiie/xive siècles). La légende veut que le savoir-faire fut rapporté par trois mandarins, Hứa Vĩnh Kiều, Đao Trí Tiến et Lýu Phong Tú, suite a leur mission diplomatique en Chine et transmis aux habitants de leur village.

5Catherine Noppe (Musée royal de Mariemont, 2006) nous donne une des versions de ce mythe fondateur : « …Rentrés sains et saufs au pays, ils font profiter les gens de leur village natal de leur expérience : Kiều enseigne a Bát Tràng (Itinéraire 2, p. 110 l’art de l’émail blanc, Tiến enseigne a Thổ Hà (voir p. 104) celui de l’émail rouge et Tú enseigne a Phu Lang celui de l’émail jaune profond. Un peu plus tard, leur production est présentée a la cour qui s’en dit satisfaite et l’honneur en rejaillit sur les villages qui les honorent au titre de tổ sý ancêtre fondateur” et un culte avec des fêtes solennelles est alors établi… ».

6Jadis, les potiers du village produisaient essentiellement des objets utiles a la vie quotidienne des villageois : des marmites, bols, chopes, jarres a alcool, tuiles, brule-parfum… Ces objets étaient revêtus d’un émail brun clair et trouvaient un marché dans d’autres villages du delta et jusqu’a Ha Nội. Phu Lang jouissait d’assez bonnes connexions par voie fluviale pour le transport de matières premières (une fois les gisements d’argile et le bois disponibles sur place épuisés) et ensuite pour la distribution et la commercialisation de leur production – relativement lourde et fragile. Cependant, ce village n’a jamais pu percer le marché de l’exportation, a l’instar de Bát Tràng (Itinéraire 2), Chu Đậu et Hợp Lễ (naguère deux autres importants villages céramistes du delta) qui au xviie siècle s’imposaient en Asie du Sud-Est. Par contre, Phu Lang était renommé pour la qualité de ses produits : a la fin du xixe siècle, on a choisi les meilleurs artisans de la commune pour fabriquer 200 brule-parfums finement travaillés et émaillés afin de les offrir à la Cour royale.

QUELQUES TYPES DE POTERIES DE PHÙ LÃNG

7L’amélioration des routes et l’apparition des véhicules motorisés au Vietnam à supplanté le transport fluvial, devenu trop lent et onéreux pour des déplacements compétitifs de marchandises dans le delta, bien que de grosses péniches et jonques sillonnent encore le fleuve Rouge. Phu Lang a pâti de cette évolution : éloigné de Ha Nội et assez mal desservi par le réseau routier, il a souffert entre autres choses de la concurrence de Bát Tràng, le village potier le plus connu de tout le delta (voir Itinéraire 2, p. 110) et situé a proximité de Ha Nội, le pôle commercial principal de toute la région.

8Cependant, c’est avant tout le cours des événements géopolitiques et les grands remous sociaux du début du xxe siècle, débordant ainsi sur les plaines deltaïques du Vietnam comme ailleurs, qui ont provisoirement plongé l’activité traditionnelle de Phu Lang dans une période de déliquescence. L’état de guerre s’est installé et le mouvement de guérilla a été lancé contre le régime colonial français. Les fours de Phu Lang ont été laissés a l’abandon.

9La renaissance de l’activité ne s’est opérée que pendant l’époque collectiviste. Contrairement a Thổ Hà, ou les coopératives ont sonné le glas d’une production de qualité multiséculaire, a Phu Lang les coopératives ont permis de rétablir une production de qualité moyenne et destinée a la vie quotidienne, autour des fours regroupés dans le village de Thủ Công, lové le long de la rivière Cầu.

10Puis, il y a une vingtaine d’années, un petit groupe d’artisans de la commune ont trouvé une nouvelle façon de diversifier leur activité et d’augmenter la production. Ils sont partis a Thổ Hà (voir p. 104) se procurer des modèles d’urnes funéraires (voir encadré p. 96), production traditionnelle des potiers de Thổ Hà, et se sont mis a façonner des moules afin de les copier, les vendre moins cher et ainsi supplanter ce dernier dans ce fructueux marché pour tout le nord du delta du fleuve Rouge.

11Plus récemment, certains jeunes artisans du village ont, eux aussi, commencé a se reconvertir, cette fois-ci dans la céramique artistique : quelques-uns ont fait des études a l’École des beaux-arts et l’École des arts industriels a Ha Nội, ramenant des idées créatives au village. Ce « nouveau » métier a connu un franc succès et certains de ces artisans artistes sont devenus carrément célèbres.

Le glas sonne toujours deux fois
Les urnes ou coffrets funéraires en céramique (tiểu) reçoivent les os des défunts lors d’une cérémonie solennelle de déterrement trois (ou parfois quatre) ans après le trépas de l’être aimé. Ce jour-là, on voit un groupe endimanché (chaque membre portant le bandeau blanc du deuil) qui part dans les champs vers les tombes. Ils apportent des pelles et des brosses à dents (pour déterrer et ensuite bichonner l’ossature décharnée par l’usure du temps) – ainsi qu’une urne (sans aucun doute fabriquée désormais à Phù Lãng), prévue pour la remise en rizière définitive. Les côtés de ce petit cercueil sont percés de petits trous pour laisser circuler des esprits gardiens du squelette. Avant de récupérer ce qui reste du défunt, il faut faire des sacrifices, d’abord aux ancêtres, ensuite aux génies de la Terre, de celle que quitte le mort ce jour-là ainsi que de celle où il ira se reposer pour toujours. Comme au premier enterrement, les endeuillés se remémorent leur proche disparu et s’abandonnent aux pleurs et lamentations comme exutoire à leur peine.
L’urne, garnie de sa dépouille phosphatée calcique noircie par les éléments, une fois les os parfumés, rangés selon un ordre consacré et recouverts de papier d’or et papier rouge, est enterrée dans une sépulture à un nouvel endroit, choisi avec soin selon des règles de géomancie afin de pouvoir espérer un coup de main des morts en faveur des vivants. La haute importance d’un terrain régi par une certaine configuration topographique est résumée ainsi par l’historien vietnamien Hữu Ngọc :
« … le souffle du Tigre Blanc ou celui du Dragon pourraient donner à la famille des rejetons misérables ou richards, roturiers ou aristocrates, ou mêmes rois. » (Hữu Ngọc, 2007)
Espérer engendrer des enfants rois (et non pas simplement des enfants-rois…) pourrait paraître un brin optimiste dans une république socialiste, mais il faut reconnaître que, malgré les turbulences et le décloisonnement culturel des temps récents, les croyances et pratiques du culte des ancêtres sont encore très respectées au Vietnam.
Les Vietnamiens savent très bien que ces pratiques traditionnelles concernant la dépouille mortelle – qui trouvent pourtant des répliques similaires dans plusieurs autres cultures en Asie et ailleurs – sont étrangères aux Occidentaux ; il faut être considéré comme un intime de la famille avant que l’on vous invite à assister à un tel rite de passage final vers l’au-delà.

URNES FUNÉRAIRES ENTREPOSÉES À THỦ CÔNG (PHÙ LÃNG)

À VOIR

12Tout abord, il y a plusieurs belles habitations : mis a part quelques horreurs inévitables de béton peint en couleurs pastel (du genre nouveau riche), les maisons, plutôt modestes, sont généralement construites en briques d’argile locale (comme le sont les murs d’enceinte autour des hameaux d’origine) et se marient harmonieusement au paysage environnant. Ces villages sont aérés car ils sont nichés sur des collines : ici, pas de concurrence avec l’agriculture, contrairement aux villages de la plaine deltaïque (songez a l’exemple des bourgades bourguignonnes a l’étroit sur leurs terres, en remplaçant toutefois des vignobles de Nuits-Saint-Georges devant l’église par des rizières de paddy derrière la pagode). Les autres éléments d’architecture intéressants sont les ateliers de fabrication (souvent a l’arrière des maisons) et les fours a cuisson des céramiques.

Les fours

13Ils sont très présents a Phu Lang (ils sont une trentaine) et méritent une attention particulière. Ils sont du type dit « couché » (ou en vietnamien : l. ống, four-tunnel), de volume relativement vaste par rapport a d’autres modèles de fours traditionnels (plusieurs ont plus de 20 m de long). Construits a plat ou légèrement inclinés, certains sont partiellement enterrés et se marient aux contours voluptueux de ce lieu charmant. Chaque four est protégé de la pluie par une belle toiture en tuiles, qui peut également abriter beaucoup d’articles qui sèchent en attendant la prochaine fournée.

14Les fours sont chauffés au bois (traditionnellement l’unique combustible employé par les potiers tonkinois), et partout a Phu Lang, on en croise de vertigineux empilements : des gratte-ciel et des barres xylotechniques, échafaudés contre le ciel et obstruant le paysage, mais conférant également un charme chaotique au village. Le chauffage au bois rajoute a la dimension artisanale du procédé : cela laisse un contrôle limité de la durée de la fournée et de sa température (qui devrait être a 500-700 °C). On assistera sans doute a une introduction progressive de fours a gaz (comme a Bát Tràng : voir Itinéraire 2) qui répondront mieux d’ailleurs aux exigences plus précises de la céramique artistique (pièces parfois compliquées ou fragiles, émaux variés…). Il faut dire aussi que l’emploi du bois présente de graves problèmes environnementaux : on doit aller de plus en plus loin pour en trouver (dans les régions montagneuses limitrophes du delta) et la fumée pollue l’air du village, d’autant plus que le volume de production continue d’augmenter (et qu’en temps de pénurie de bois, on le complète avec du charbon).

15N’hésitez pas à rentrer dans un four (de préférence pas en marche) afin d’en apprécier les dimensions et le détail. Dans le hameau de Thủ Công (localisé sur la digue), les fours sont regroupés autour de l’ancienne coopérative. Une poignée de dispositifs privés mise a part, chaque four est partagé entre dix a douze potiers qui s’en servent a tour de rôle pour leur production indépendante. Ils tirent au sort leur tour, tout en se cotisant pour acheter le bois nécessaire a lancer la première fournée, quand le four est encore froid (et en espérant ne pas écoper du deuxième tour, réputé mauvais pour la qualité de la fournée…). Notons également que l’impôt perçu par la commune de Phu Lang n’est pas payé en fonction des fenêtres, des chapeaux, des barbes ou des escaliers, – mais est bien lié aux fours de potiers !

16Un autre élément saisissant du paysage est l’utilisation faite des ratés de cuisson : ces déchets plutôt esthétiques (principalement des urnes funéraires, mais également des jarres ou autres pots, ce qui fait tout de suite mieux que des sacs en plastique ou des produits chimiques), sont employés pour construire des murets d’enceinte, rehausser des murs, boucher des trous, ou sont tout simplement empilés aux alentours. Cet emploi des rebuts pour ériger des clôtures entre les fours et les habitations, plutôt que les petites haies en matière végétale usuelles, a également l’avantage de minimiser le risque de propagation d’incendie.

Les ateliers de potiers

17Il y en a un peu partout dans le village – des ateliers familiaux (parfois depuis plusieurs générations) ainsi que des petites sociétés de production. En demandant (bien entendu) la permission d’abord, on peut facilement en visiter plusieurs. Depuis la relance du métier a l’aide des urnes funéraires, le style de poterie répandu a Phu Lang (celle qui est en glaise cendrée d’aspect clairement artisanal) est remonté en vogue. Par exemple, plusieurs restaurants se voulant chics ou d’ambiance artistique a Ha Nội s’en servent désormais, et l’on verra ici une grande variété d’articles a tous les stades de fabrication. On peut également acheter ici des poteries chez l’artisan a des prix défiant toute concurrence hanoïenne.

ENTREPÔT DE POTERIES À THỦ CÔNG (PHÙ LÃNG)

Nhung, un artisan qui monte
L’artisan-artiste de loin le plus connu s’appelle Vũ Hữu Nhung, de son nom d’artiste, Nhung tout court. Ce jeune céramiste et peintre médiatique (il est né au village en 1975, tandis que le pays renaissait des cendres de la Guerre américaine) semble jouer sur du velours. Parti de très peu, mis à part ses origines avec les pieds solidement ancrés dans l’argile, façonnée à la façon de Phù Lãng, il a aujourd’hui une société déclarée avec plus de 200 employés, il expose et exporte un peu partout dans le monde. On achète ses œuvres pour agrémenter des bureaux de conseil d’administration de grosses entreprises, des salles de consulat, des cheminées d’illustres invités d’État …
Quittant Phù L.ng pour étudier à l’université des Beaux Arts à Hà Nội pendant cinq ans, (un parcours encore très peu emprunté par la grande majorité des jeunes des régions rurales) le futur artiste en céramique Nhung s’est bien imbibé des influences aussi bien classiques que contemporaines. Ensuite, au lieu de succomber définitivement (comme plusieurs de sa génération) au chant de sirène de la capitale, après un court mais précieux passage à Bát Tràng comme apprenti (chez les céramistes « modernes » de la banlieue hanoïenne), il est retourné dans son quê hýõng, la terre de ses aïeux. Il s’est installé à son propre compte, empruntant au besoin à sa famille, s’imposant comme artisan accompli et comme artiste original. Cette originalité, reliée au succès commercial, fait de lui un cas exemplaire – mais également une cible de choix : on imite beaucoup le travail des autres au Vietnam, et nombreux sont ceux qui essaient de « faire du Nhung », d’abord autour de lui à Phù Lãng, et de plus en plus à Bát Tràng, où la supercherie est encore plus difficile à dévoiler ou à dénoncer.
Nhung n’est pourtant pas un homme à se laisser abattre : il a enregistré ses produits auprès du service de la Propriété intellectuelle (un organisme national qui a décidément du pain sur la planche). Il change et varie ses produits régulièrement, génère beaucoup de travail et d’activité économique pour la commune, attire des acheteurs et visiteurs étrangers au village, fait parler de Phù L.ng dans les médias, conduit des affaires avec des producteurs de Bát Tràng.
Les pièces de Nhung se vendent à des prix élevés (surtout les vraies…) ; cependant, sa réputation internationale grandissante peut faire de l’achat de ses produits un investissement, en plus d’être de beaux objets à admirer et à exposer. On peut en trouver dans le village de Đồng Sài, où le jeune Sieur Nhung s’est réfugié dans un très grand espace, à l’abri des regards des imitateurs (les céramiques sont en vente au salon d’exposition de sa société, Gốm Nhung/Công Ty Gốm Sao Bắc/North Star Ceramics Company). Il y a du Nhung également disponible à Hà Nội, dans des magasins sur les rues Nguyễn Thái Học et Thợ Nhuộm, mais à moins d’être sûr de son coup, sans doute vaudrait-il mieux acheter directement à Phù Lãng. Nous déconseillons également l’achat de céramiques artistiques, parmi celles en vente à Bát Tràng (Itinéraire 2), qui ressemblent étrangement (et spécifiquement) à du Nhung (jusqu’aux prix élevés), mais qui sont vendues comme des œuvres originales d’illustres inconnus (en réalité, surtout d’anciens apprentis de Nhung qu’il a formés et qui se sont mis à leur compte ou qui travaillent au prix fort pour des entreprises de Bát Tràng). Nhung espère attirer des quantités progressivement plus importantes de visiteurs à son salon d’exposition (et accessoirement à Phù Lãng), en fléchant le parcours avec des tuiles en céramique à lui (bien cimentées, on imagine) et en proposant un espace café, des formations en poterie, etc.

18En ce qui concerne les foyers produisant des poteries d’art, il y en a une vingtaine dans la commune, dont six ont monté des entreprises déclarées qui recueillent 40 % de la totalité des bénéfices réalisés par cette activité, mais ces chiffres sont surement destinés a évoluer rapidement, au vu du succès (artistique, certes, mais commercial surtout) remporté par certains.

19Mentionnons les noms de quelques autres producteurs artistiques qui ne manquent pas d’intéret :

20M. Phạm Vãn Cýõng (village de Thủ Công) vit dans une belle vieille maison a côté de la rivière ou, après des études de mécanique en Tchécoslovaquie, il a repris le métier de ses parents. Il a son propre four et produit une petite quantité de poteries décoratives. Il accueille régulièrement des étudiants des Beaux-arts en stage.

21M. Minh Ngọc est le voisin de monsieur Cýõng, et a installé un petit atelier en face du grand four du hameau ; il fait des copies de Nhung et les vend (beaucoup moins cher), sans état d’âme. Ses pieces, créées avec son fils, étudiant aux beaux-arts à Ha Nội, sont achetées par des boutiques de la capitale et des grossistes de Bát Trang.

22M. Trần Mạnh Thiều a monté, en 2007, une entreprise déclarée qui s’appelle « Thiều Ceramics », qui lui permet d’exporter ses produits un peu partout dans le monde. Il y a créé un atelier très agréable dans le village de Phân Trung, sur les hauteurs, d’ou on peut admirer la plaine rizicole. Lui aussi a fait des études aux beaux-arts de Ha Nội et exhibe ses pièces. Elles sont très originales, tant sur le plan de la forme que celle des modèles ou des couleurs ; c’est par ceci qu’il se démarque bien de la plupart de ses voisins, dont les oeuvres ont décidément une forte tendance a ressembler étrangement a celles de Nhung. On peut facilement trouver les céramiques de Thiều en vente dans les boutiques sur la rue Nha Thờ a Ha Nội, mais une visite de l’atelier (ou travaille une trentaine de personnes) est recommandée – ainsi que la fourchette de prix (plus modestes) perçus au village.

23On peut également visiter des ateliers ou l’on fabrique les urnes funéraires et autres produits usuels : ils sont nombreux (surtout dans le village de Thủ Công) et il suffit – comme toujours – de demander la permission. Profitez de l’exploration libre de Phu Lang afin d’apprécier la beauté particulière de cet endroit aux teintes et perspectives si harmonieuses, ou les déchets de la production rajoutent a l’aspect esthétique du paysage : une belle exception a la regle tristement établie par l’homme dans son environnement.

Des détails à observer

  • C’est presque toujours une femme qui travaille sur le tour de potier : selon l’un des céramistes de métier (mâle) que nous avons questionné, ce travail ne serait pas « digne » des hommes… Les rares hommes qui s’y adonnent ne sont pas très rassurés. Un des leurs est mort récemment, et ses confrères évoquent le fait qu’il « tournait » comme une des raisons possible de son décès ! il avait osé défier la division sexuelle ancestrale du travail.
  • Une fois les objets bruts ainsi crées par les femmes, ce sont normalement les hommes qui s'occupent d’en assurer la décoration. Les objets sont ensuite disposés a sécher, la ou on trouve de la place a l’abri de la pluie.
  • L’espace est limité, comme dans beaucoup de villages de métier, est sa gestion présente en soi un spectacle fascinant.

Les fêtes annuelles

24La fête du fondateur du métier de potier (selon la légende), Lýu Phong Tú, a lieu le 7e jour du premier mois lunaire. Un autre festival du village est célébré le 21e jour du 2e mois lunaire.

Une promenade dans Phù Lãng
Une fois arrivés au carrefour en T, précédemment mentionné dans les indications pour atteindre cette commune difficile d’accès, nous vous conseillons d’aller directement chez M. Nhung. Donc, vous continuez tout droit et laissez la route qui traverse les rizières sur la gauche. Vous entrez dans le village de Đồng Sài. Au bout de 400 m, tournez à droite, un panneau fléché indique la direction de l’atelier. Puis à gauche, et encore à droite. La ruelle monte. Comptez encore 400 m : un second panneau indique la direction de l’atelier tant attendu. Au fond de la rue où subsiste une grille : vous êtes arrivés. Ce jeune artisan très célèbre a l’habitude de recevoir des visiteurs. Donc n’hésitez pas à entrer. Si on vous conduit directement au magasin, vous pouvez demander à visiter d’abord l’atelier composé de nombreux bâtiments où plusieurs centaines de jeunes ouvriers et artisans (cela dépend des commandes du moment) exécutent toutes les étapes de production des céramiques : la préparation de la glaise rosâtre, le tournage des pots, le séchage, le dessin, l’enduit par différents produits des pièces, puis, enfin, la cuisson. On compte plusieurs fours à gaz dans ce lieu.
Dans le magasin, vous trouverez toutes sortes d’objets (pots, tableaux, jarres, assiettes, carreaux, petites statues…) pour des prix bien inférieurs à ceux de Hà Nội.
La seconde étape que nous vous proposons est la visite de Thủ Công, village au bord de l’eau (tous les villages de potiers sont localisés au bord des fleuves !) où se trouvent les fours à bois de l’ancienne coopérative.
Retournez au carrefour en T et tournez à droite. La route part tout droit au milieu des rizières puis tourne en angle droit (toujours au milieu des rizières). Au bout d’environ trois kilomètres vous débouchez sur le marché (localisé à gauche). Tournez à gauche et montez sur la route-digue. Vous surplombez les rizières très inondées sur la gauche et un grand plan d’eau sur la droite (reste d’un ancien méandre de la rivière Cầu). Sur les abords de la route digue, des artisans ont élevé des remblais pour construire leur atelier, dont certains avec des fours « couchés » traditionnels, comme celui de M. Hùng Loan (n° 5 sur la carte p. 102). L’espace manque sérieusement dans ce village et les souvenirs des terribles inondations de 1971, qui ont détruit une partie du village et obligé les ateliers à migrer vers le village de Phân Trung, restent vivaces dans la mémoire des habitants. Vous croiserez le long de la route des « vertigineux empilements de bois : des gratteciel et des barres « xylotechniques », échafaudés contre le ciel et obstruant le paysage… », des empilements non moins chaotiques d’urnes funéraires en train d’attendre leurs acheteurs... Puis vous arrivez au village proprement dit : des maisons en brique charmantes au milieu d’un empilement désordonné de poteries de toutes sortes. Une ruelle tourne à droite vers l’embarcadère (n° 6 sur la carte). De là, on peut voir les lourdes barges chargées de sables, de glaise, de bois ou de poteries glisser doucement sur le fleuve.
Continuez la rue qui serpente dans ce village de terre et de briques. De part et d’autre, des enseignes « gốm mỹ thuật » indiquent le nom des ateliers de potiers les plus divers : ceux qui fabriquent des objets artistiques ou qui s’improvisent « artistes ». Vous verrez aussi des ateliers spécialisés dans les urnes funéraires. Les cours sont envahies de moules et d’urnes qui sèchent (les jours de pluie, vous ne verrez pas grand-chose car ces artisans ne travaillent pas !). Au bout de quelques centaines de mètres, vous débouchez sur le quartier des fours à bois (sur la gauche). À droite se trouvent les ateliers de M. Ngọc (n° 7 sur la carte) et M. Cýõng (n° 10 sur la carte) (voir p. 100, présentation des artisans). En contrebas de la rue, des empilements de bois, véritables forteresses ceinturent le village.
La dernière étape de cette promenade dans Phù Lãng, le village de Phân Trung, niché au flanc de la colline, à l’abri des inondations.
Retournez jusqu’au marché. Continuez tout droit sur la route-digue, en laissant sur la droite la route qui traverse les rizières par laquelle vous êtes venus. Au bout de 500 m environ, une pagode sur votre gauche. Tournez à droite. Vous passez devant les bureaux du Comité populaire de la commune, Uỷ Ban X.. Encore 500 m à travers les rizières, et la rue monte : vous êtes arrivés à la dernière étape.
Tournez à droite et prenez le temps d’admirer ce très beau village qui surplombe la plaine, les ruelles bordées de murets fabriqués avec les ratées de cuissons (voir p. 97). Tout de suite, sur la droite, se trouve l’atelier de M. Thiều (n° 1 sur la carte). Vous pouvez continuer tout droit et vous enfoncer dans les venelles à flanc de colline.
Pour quitter le village et retourner à la route nationale n° 18, nous vous proposons un autre chemin que celui par lequel vous êtes arrivés à Phù Lãng. Revenez sur vos pas, passez devant l’atelier de monsieur Thiều et continuez tout droit en laissant sur votre gauche la route par laquelle vous êtes venus de Thủ Công. Comptez environ 3 km à travers les rizières et les collines pour rattraper la route nationale n° 18. Là, vous tournerez à droite et au bout d’un peu moins de trois kilomètres vous passerez devant la route que vous avez empruntée à l’aller. Continuez jusqu’à l’autoroute. Passez au-dessus du pont de l’autoroute et vous entrez dans la capitale provinciale de Bắc Ninh.

Phù Lãng

Phù Lãng

Source : Google Earth 2008, Secteur de cartographie de l’IRD

THỔ HÀ

COMMENT S’Y RENDRE ?

25Vraiment difficile d’accès par la route, nous vous proposons d’aller a Thổ Hà en bac, c’est le trajet le plus simple (et le plus agréable), en laissant son véhicule près de l’embarcadère. Ces petits bateaux rudimentaires partent a quelques kilomètres seulement du centre ville de Bắc Ninh (quoique Thổ Hà se retrouve aujourd’hui tout juste dans la province avoisinante de Bắc Giang), et n’ont que la largeur de la rivière Cầu a traverser.

26En arrivant dans la ville de Bắc Ninh par la route nationale 1 en provenance de Ha Nội, chercher une église a droite a un carrefour/rond-point. Il y a une pancarte sur le portail de l’église : « Tổa giám mục » (évêché). (N.B. : Si vous arrivez de Phu Lang, rentrez dans la ville par la cité administrative, allez tout droit jusqu’au bout de la rue qui traverse le centre-ville. Tournez a gauche et prenez la route en direction de Ha Nội et … cherchez l’église sur votre gauche).

27A ce carrefour, tournez a gauche (droite a partir du centre-ville) sur Ðýờng Thien Đức. Traversez la voie de chemin de fer. Après 800 m (la même route est devenue maintenant Ðýờng Le Phụng Hiểu), tournez a droite sur Công Hâu (Phýờng Kinh Bắc, Bắc Ninh) et continuez tout droit, pendant 2 km (on sort de la ville). Vous passerez un pont.

28Sur votre droite, vous longerez la berge de la rivière Cầu en face de Thổ Hà, dans Xa Vạn An ; il y a deux bacs qui traversent, d’abord un petit, ensuite un plus grand environ 300 m plus loin. Le premier passage (surtout) est difficile a trouver : la ruelle étroite qui descend vers la berge se trouve 3-4 maisons après une grande maison bleu foncé/bleu clair, avec une pancarte : « Gửi xe » (consigne de véhicules).

LE CONTEXTE

29Poursuivant notre remontée dans le temps et la rivière Cầu, nous allons à Thổ Hà, un village fascinant, avec une riche tradition potière, hélas presque entièrement conjuguée au passé.

30Thổ Hà est construit sur une languette de terre légèrement surélevée, mais hors digue, dans le creux d’un méandre dans la rivière Cầu (bien en amont de Phu Lang). Quoique frôlant la perfection selon les critères du phong thùy (en chinois : feng shui) – la géomancie vietnamienne, cette situation géographique expose le village a de terribles inondations, normalement au moins deux fois par an, et une quasi-disparition temporaire au temps des grandes crues (environ tous les 15 ans, lorsque débordent les deux étangs qui ceinturent le côté nord du village). Un autre problème relié a sa situation est le manque de terres rizicoles : Thổ Hà est pour ainsi dire condamné a être un village de métier, puisque autrement il ne pourrait se nourrir, mais il manque également de place pour une expansion des activités industrielles.

31Partout a Thổ Hà, on peut voir les traces d’un passé plus fastueux : les beaux bâtiments anciens, publics et privés sont légion, notamment le célèbre đính et la pagode Đoan Minh. Il n’est pas difficile de conclure que ce village a sombré dans une période plus pénible, sans avoir trouvé de façon aussi réussie que Phu Lang les moyens de se relever.

LE(S) MÉTIER(S)

32Comme l’on a déjà mentionné, Thổ Hà était autrefois réputé dans le nord du delta comme fournisseur d’urnes funéraires, ainsi que d’autres produits céramiques non émaillés de couleur marron clair ou gris foncé (comme des jarres, des vases, ou des brule-parfums). Des artisans de Phu Lang ont « volé » le savoir-faire des urnes funéraires aux céramistes de Thổ Hà au tournant du siècle, mais le déclin du métier remonte plus loin.

33Depuis au moins le xviie siècle (un habitant de Thổ Hà prétend que des archéologues ont trouvé des traces de fours remontant au ixe siècle) jusqu’a après la fin de l’époque coloniale, Thổ Hà fut un centre très réputé de production d’objets en céramique (et surtout de ces fameuses urnes funéraires dont vous avez vu les copies faites a Phu Lang). Le chercheur français Pierre Gourou, auteur d’une superbe étude approfondie de la vie des paysans du delta tonkinois relate, en 1936, que les artisans de Thổ Hà descendaient la rivière Cầu avec des bateaux remplis de céramiques a vendre, allant jusqu’a l’extrême sud du delta et remontant avec du nýóc mắm (saumure de poisson) et du sel afin de rentabiliser le voyage.

34Dans un passage admiratif de l’ingéniosité des contrebandiers d’alcool, Pierre Gourou relate que : « on a trouvé des jarres pleines de riz en fermentation (…) dissimulées dans les rebuts de fabrication des poteries de Thổ Hà, grandes jarres ou petits cercueils de terre cuite, qui constituent les murs de nombreux villages a l’ouest de Bắc Ninh… ».

35Hélas, aujourd’hui pratiquement toute production de céramique s’est arrêtée à Thổ Hà. Pourquoi ? Il y a plusieurs raisons (dont certaines expliquent d’ailleurs pourquoi des dizaines d’autres villages de potiers ont « disparu », en ne laissant presque pas de trace de leur ancienne activité).

36Tout d’abord, l’arrivée d’autres matières, plus légères, plus robustes, moins chères, comme l’aluminium, l’inox et le plastique. D’autres gouts, d’autres modes s’installent. C’est le progrès. Ensuite, le problème de transport déjà évoqué dans le cas de Phu Lang : Thổ Hà tourne le dos a Ha Nội sur son méandre resserré d’alluvions de la rivière Cầu, et l’accès routier est étonnamment pénible. Passer par le bac et les petites routes vers Bắc Ninh et au-delà n’est guère préférable. C’est la modernité. Enfin, il y eut l’époque collectiviste. On a fait travailler les potiers de Thổ Hà dans une coopérative, assez loin du village, en accord avec une politique de collectivisation de l’artisanat. Auparavant, les potiers vendaient directement leur production. Ensuite, l’État s’en chargeait, et l’artisan était payé principalement en riz. Le problème, c’est que l’État payait peu et irrégulièrement, la commercialisation laissait a désirer et les artisans, moins impliqués donc moins motivés, ne donnaient pas forcément le meilleur d’eux mêmes. En 1991, il a fallu dissoudre la coopérative. C’est l’idéologie.

37Depuis, la plupart des habitants de ce village très dense, pratiquement sans terres, ont du trouver d’autres moyens de se nourrir. Thổ Hà a massivement changé de métier et aujourd’hui est réputé pour ses bánh đa, des petites galettes de riz pour faire les nem. L’une des vraies joies de la visite du village, c’est la beauté de la lumière tamisée transparaissant a travers ces galettes translucides, étendues a sécher sur des claies en bambou qui forment de véritables toits au-dessus des venelles pas plus larges qu’un mètre. On trouve de ces claies de galettes également devant la pagode, sur les toits, en équilibre sur des murets, contre des tombes au cimetière… Donc, allez a Thổ Hà plutôt en tout début d’après-midi ou le matin, les jours ou il ne pleut pas et ou l’électricité fonctionne, pour admirer ce spectacle ! A partir de 3-4 heures de l’après-midi, les villageois rentrent leurs claies au bercail.

38Une des moins grandes joies de la visite a travers les venelles qui partent toutes en angle droit de la rue principale du village, c’est l’odeur des cochons… La transformation du riz en galettes, nouilles, pâtes de tous genre et alcool est toujours associée a l’élevage des cochons qui sont alimentés avec les résidus du riz.

QUE RESTE-T-IL DE NOS VIEUX FOURS ?

39Avant son déclin, Thổ Hà comptait une bonne cinquantaine de fours a bois dans un espace urbanisé très dense. Pierre Gourou (op. cit.) fait remarquer que déjà dans les années 1930, faute de bois, les potiers employaient même de l’herbe sèche comme combustible. Aujourd’hui, on ne voit que des vestiges de vieux fours – surtout des fours-crapauds (l. cóc), encore très beaux, mais tous laissés a l’abandon. – Tous ? Non, il reste toujours un foyer au village ou, a l’aide d’un four-crapaud a dimensions réduites dans la cour, une petite quantité d’objets en céramique est produite.

40C’est la demeure de M. Trịnh Đắc Tân, restaurateur de métier et anciennement de la coopérative (celle de l’époque collectiviste), et de son parent, M. Cáp Trọng Tuất, militaire a la retraite, qui ensemble tentent de renouer avec le savoir-faire ancestral (ils sont d’une longue lignée de céramistes) et de former d’autres artisans afin de relancer l’activité traditionnelle du village. En 2006, ils étaient une dizaine a travailler dans l’atelier, la coopérative recommençant a fabriquer des urnes funéraires avec des toitures sophistiquées (qu’on ne voit pas a Phu Lang), des bassins pour bonsaïs et poissons, des petites théières, des tabourets pour pots de fleurs, etc. Cette coopérative peut être visitée et on peut même y acheter des poteries simples (théières, bols…). Son entrée donne sur la droite de la place de la pagode.

41On ne peut qu’espérer que cette initiative courageuse porte ses fruits : une proportion importante des habitants de Thổ Hà (jusqu’à 70 % selon Le Courrier du Vietnam en 2003) vivent actuellement dans le besoin (le village, très peuplé déjà il y a un siècle s’approche d’une population de 4 000 pour une superficie de seulement une trentaine d’hectares). Qui plus est – avanie suprême –, les endeuillés de ce village autrefois réputé dans tout le delta pour ses urnes funéraires se voient contraints d’aller les acheter chez les « voleurs de métier » a Phu Lang.

42Ceux qui tentent de relancer la production céramique à Thổ Hà commencent à bénéficier d’appuis importants :

  • Les autorités villageoises (qui ont assisté de près au déclin des entreprises de Thổ Hà et qui, dans les bâtiments publics traditionnels dont ils sont les gardiens, disposent d’anciens modèles de céramiques datant de la dynastie des Lý).
  • Les autorités provinciales (qui se sont engagées à céder une parcelle de terrain afin d'aider à la relance du métier).
  • L’École des beaux-arts (qui souhaite former des étudiants originaires de Thổ Hà et voir les traditions potières reprendre là-bas).
  • Le Département du Patrimoine culturel du ministère de la Culture, du Tourisme et du Sport du Vietnam (qui œuvre a protéger et rénover certains bâtiments du village depuis longtemps et qui représente le gouvernement central, lequel commence a s’intéresser vivement aux villages de métier comme endiguement potentiel a l’exode rural vers les grands centres urbains).
  • Le service général du Patrimoine culturel et des Arts plastiques de la Communauté française de Belgique ainsi que le Musée royal de Mariemont en Belgique (qui ont établi un itinéraire culturel dans les villages artisanaux de potiers du delta du fleuve Rouge, comprenant Thổ Hà et qui proposent de participer a la restauration du patrimoine architectural et culturel du village).

À Voir

43Meme si actuellement il n’y a pratiquement plus d’activité potière a apprécier a Thổ Hà, ce ne sont pas les choses a admirer qui manquent. Commençons avec les patrimoines religieux et cultuel remarquables, qui datent de la période ou Thổ Hà jouissait d’une prospérité et d’une notoriété exceptionnelles grâce a son métier traditionnel.

Đinh de Thổ Hà

44En avançant tout droit avec le bac principal (nommé Van) dans son dos, on tombe presque directement dans la zone cultuelle, qui divise le village en deux. Il faut d’abord traverser la place du marché du village, ensuite un grand terrain bordé de salles basses récemment rénovées. Le đính s’élève désormais devant vous : l’un des plus grands de tout le delta (27 mètres de façade par presque 16 mètres de profondeur), qui impressionne vraiment par sa taille imposante, ses détails de décoration et son état de préservation (malgré quelques réparations assez récentes).

45Ce bâtiment est en fait deux : d’abord une salle de sacrifice, cinq travées de large. On y trouve une stèle qui raconte la construction du đính, a la fin du xviie siècle ainsi que deux stèles plus petites qui témoignent de la participation financière des familles de Thổ Hà aux travaux de construction. Certains de leurs descendants vivent toujours au village.

46On passe ensuite dans la salle de prières, un bâtiment distinct, sept travées de large (et 500 m2 de surface). Ici, on voit 48 piliers en bois de lim (ou « bois de fer ») qui reposent sur des socles en pierre verte. Les piliers principaux au centre sont peints en rouge et or avec des motifs de dragons et de nuages. Selon la tradition populaire, les poutres sont adroitement sculptées avec des formes d’animaux sacrés et mythiques ; de fort jolies danseuses chevauchent certaines de ces bêtes, accompagnées de moins jolis danseurs (on y devine facilement la préférence des sculpteurs).

47Cette salle principale de la maison communale communique derrière avec la chapelle sanctuaire du génie du village, par un petit passage étroit, afin de donner par l’ensemble la forme approximative du caractère chinois « I » (cong).

48Ne manquez pas d’apprécier la très belle toiture de la salle des prières de l’extérieur, avec ses quatre larges pans couverts de tuiles dites « en forme de pointe de soulier ». Les extrémités du faîtage sont incurvées et décorées de figurines en terre cuite (produites à Thổ Hà, bien entendu), représentant des dragons aquatiques et des lionceaux. Il y d’autres décorations délicatement exécutées dans les briques creuses qui soutiennent le toit.

49En octobre 2008, le đình était en pleine rénovation entreprise sous l’égide du ministère de la Culture dans le cadre du projet « Itinéraire des villages de potiers » effectué en partenariat avec le Centre Wallonie Bruxelles (voir p. 58).

La Pagode Đoan Minh

50Avançant plus loin a travers le village, on arrive a la pagode ou chùa. Elle précède la maison communale d’une soixantaine d’années (en 1633), elle est d’inspiration fortement chinoise, similaire en conception a la superbe pagode Bút Tháp (Itinéraire 3, p. 148), et comporte plusieurs beaux éléments, comme ses magnifiques statues et encensoirs (en céramique avec glaçures de couleur peau d’anguille). Une stèle, érigée en 1693, évoque l’époque de grande gloire mercantile de Thổ Hà (déjà mentionné dans la première partie) :

51« ... au cours de la dernière dynastie, notre village avait déjà un embarcadère pour son marché bouddhiste, qui se tenait 12 fois par mois. On y vendait de la faïence et de la céramique : les marchands amoncelaient leurs articles, richesse et marchandises circulaient librement et abondamment. Chaque foyer avait son propre four pour fabriquer des outils et on célébrait un festival chaque automne... ».

52Au xviiie siècle, selon (Nguyễn Đức Nghinh, 1993), un grand marché des potiers se tenait dans la cour de la pagode a Thổ Hà, jusqu’a 12 fois par mois.

53Aujourd’hui, cependant, la situation de cette pagode dans le village la laisse très exposée aux inondations, elle a une toiture très lourde qui commence à s’effondrer et de nombreuses réparations (pas toujours des plus respectueuses du patrimoine) n’ont pas empêché le bâtiment de tomber dans un état assez critique de délabrement. D’ambitieux projets de rénovation sont a l’étude.

D’autres bâtiments et constructions intéressants sont éparpillés dans le village :

  • L’imposante porte d'entrée du village, du côté nord-ouest, près de la pagode ;
  • Les petits điêm, temples, répartis dans chacun des quatre xóm (hameau) du village. Ces petits temples servent de lieu de refuge en cas de pluie, de prière, de regroupement avant de partir aux funérailles, de réunion… Tous les 15 jours, (le 1er et le 15e jour du mois lunaire) on y brule de l’encens pour les ancêtres. On y stocke même les claies en bambou sur lesquelles on fait sécher les bánh đa.

Les fêtes annuelles

54La fête du printemps du village commence le 20e jour du 1er mois lunaire et dure trois jours, avec des jeux traditionnels, des spectacles, du chant quan họ (voir encadré Itinéraire 1, p. 91) et de l’opéra tuồng.

JARRE EN TRAIN DE SÉCHER À THỔ HÀ

RENCONTRE DANS UNE RUELLE DE THỔ HÀ

TRAVERSÉE DE LA RIVIÈRE CẦU VERS THỔ HÀ

Índice de ilustraciones

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6564/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 92k
Leyenda QUELQUES TYPES DE POTERIES DE PHÙ LÃNG
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6564/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 129k
Leyenda URNES FUNÉRAIRES ENTREPOSÉES À THỦ CÔNG (PHÙ LÃNG)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6564/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 632k
Leyenda ENTREPÔT DE POTERIES À THỦ CÔNG (PHÙ LÃNG)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6564/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 444k
Título Phù Lãng
Leyenda Source : Google Earth 2008, Secteur de cartographie de l’IRD
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6564/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 399k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6564/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 619k
Leyenda JARRE EN TRAIN DE SÉCHER À THỔ HÀ
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6564/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 296k
Leyenda RENCONTRE DANS UNE RUELLE DE THỔ HÀ
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6564/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 274k
Leyenda TRAVERSÉE DE LA RIVIÈRE CẦU VERS THỔ HÀ
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6564/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 158k

© IRD Éditions, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540