Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les marchés de la biodiversité

 | 
Catherine Aubertin
, 
Florence Pinton
, 
Valérie Boisvert

Partie 4. À la recherche du marché

Introduction à la partie 4

Texte intégral

1« Marchés de la biodiversité », « contrats de bioprospection », « ressources génétiques » sont autant de termes qui ont fortement marqué la constitution de la biodiversité comme objet économique. L’opposition entre pays du Sud, hôtes d’une grande biodiversité, et pays du Nord, utilisateurs potentiels de ressources génétiques, a souvent été présentée, par facilité, comme une opposition entre offre et demande sur un marché en devenir. Le pouvoir d’évocation de telles images est indéniable. Mais, au-delà du lexique, la théorie économique a-t-elle joué un rôle déterminant dans le régime de conservation et de gestion de la biodiversité ? Nous avons voulu tester cette hypothèse en accordant une place à part à l’approche économique de la biodiversité.

2L’économie de la biodiversité est apparue alors même que naissait le terme de biodiversité et que se définissait la problématique qu’il recouvrait. Elle met l’accent sur la nécessité de bien définir les droits de propriété sur les ressources pour favoriser l’épanouissement d’un marché, une influence qui se lit aisément dans la CDB. Les difficultés rencontrées dans la mise en oeuvre de cette dernière ont conduit les économistes à réorienter leurs travaux dans une veine plus positive et procédurale. La dernière génération de travaux sur la biodiversité détaille et analyse ainsi les problèmes liés à la bioprospection et suggère des moyens pragmatiques pour faire en sorte que son organisation se rapproche davantage des critères d’efficacité définis par la théorie économique. La lecture proposée pourrait fournir une grille d’interprétation des thématiques présentées dans les six chapitres précédents. Ce serait cependant réduire à des comportements économiques fondés sur le calcul les stratégies et les attentes des industriels, des chercheurs, des États du Sud et des populations autochtones dont nous avons montré par ailleurs la richesse et la complexité.

3C’est pourquoi nous avons choisi de présenter l’analyse économique de la biodiversité en contrepoint, à la suite de la lecture pluridisciplinaire du marché que nous avons privilégiée.

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540