Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Conclusion générale

Virginie Baby-Collin et Hélène Guétat-Bernard

Texte intégral

1Le constat est récurrent dans les études contemporaines sur les migrations internationales : celles-ci se complexifient et se diversifient dans un contexte de mondialisation accélérée et de détérioration de certaines situations économiques nationales au cours des vingt-cinq dernières années, dont le corollaire est une multiplication du nombre de migrants internationaux. Cet ouvrage a permis de démêler un certain nombre d’expressions de ces migrations, dans des contextes spatiaux variés, ayant pour point commun de caractériser des mouvements issus des Suds, à destination d’autres Suds ou de pays des Nords.

2Avec le choix d’une entrée portant sur les acteurs migrants eux-mêmes plus que sur les déterminants macro-économiques ou les contextes démographiques et géopolitiques des flux, l’ouvrage a mis en lumière la très grande variété de stratégies activées dans la migration, cet ensemble de pratiques qui « donnent sens aux départs, aux absences, aux retours » (C. Quiminal). Dans ce livre, on a voyagé en compagnie de migrants aux statuts et aux profils très divers, depuis les migrants « classiques », jeunes hommes actifs déployant des stratégies de survie ou d’amélioration de leur condition économique familiale, légaux ou illégaux, jusqu’aux migrants très jeunes, portés dans certains cas par l’élan de « l’aventure migratoire » et la curiosité de la découverte ou ceux plus âgés, inscrits dans des rythmes de circulation ancrés dans la longue durée. On a aussi rencontré des migrantes, pour raisons économiques ou de regroupements familiaux, parties prenantes de systèmes familiaux transnationaux traversés par des mobilités croisées. On a suivi enfin les itinéraires de migrants qualifiés, aux stratégies professionnelles et familiales ciblées, concernant notamment la scolarisation et plus généralement l’avenir de leurs enfants.

3La « nouveauté de la forme migratoire » (S. De Tapia), mais aussi la grande diversité des projets migratoires sont ainsi au cœur du débat. Or ces derniers, pour beaucoup, vont au-delà de la stricte variable économique ; des logiques plurielles à caractère social, culturel et symbolique se recoupent, révélant aussi bien des stratégies patrimoniales ou éducatives, de quête de prestige ou de prise de pouvoir dans les sphères locales d’appartenance, de reconstruction identitaire, d’initiation et d’apprentissage, etc. La migration devient alors une culture, un mode d’existence, elle peut aussi être l’expression d’« un train de vie » (K. Kaurinkoski).

Expériences, temporalités et systèmes migratoires

4Au-delà de la variété accrue des profils et des stratégies d’acteurs migrants, les expériences de mobilité observées ne se comprennent qu’au sein de systèmes migratoires complexes et, en ce sens, les choix des acteurs sont à repositionner au sein des différentes forces faisant pleinement partie de la mise en œuvre de la migration. Les migrants ne sont pas seuls, leurs trajectoires de mobilité s’inscrivent dans des stratégies qui évaluent et négocient en permanence les multiples éléments des contextes dans lesquelles elles s’inscrivent, pesant opportunités, contraintes, désirs de mieux-être et souffrances.

5Le système migratoire enchâsse ainsi les projets personnels dans des contextes familiaux et sociaux, dans des réseaux relationnels toujours essentiels à la préparation des voyages et à la mise en relation des lieux. Il fait intervenir la gestion de contraintes et d’opportunités relatives tant aux environnements des régions de départ qu’à ceux des lieux de destination. On peut y repérer des facteurs récurrents, mais c’est toujours de leur combinaison particulière, déclinée localement, que résulte la compréhension des logiques de la migration.

6Les facteurs macro-économiques, tels les différentiels de développement entre pays et régions de départ et de destination, les situations économiques et politiques spécifiques des zones de départ, les politiques migratoires des pays d’origine et de destination, jouent bien sûr un grand rôle dans la construction des trajectoires, leur accélération dans certains contextes de crise (comme dans le cas du vaste mouvement de retour des Burkinabé en Côte d’Ivoire) ou d’ouverture (comme dans le cas de la migration des Grecs de l’ex-Union soviétique), leur décélération dans des contextes de durcissement politique ou de crise économique (comme dans le cas des Boliviens en Argentine, suite à la crise de 2001).

7Les situations familiales, les relations intergénérationnelles au sein des familles, tout comme les cycles de vie des migrants, les réseaux établis au cours des histoires migratoires, le capital économique, social et le niveau de formation ont également une importance considérable dans la compréhension de ces systèmes. Ces combinaisons s’inscrivent bien sûr dans des temporalités plurielles. La circulation des migrants, les mouvements de retour, de reprise de migration, l’élargissement de la migration à de nouveaux membres des familles ou des groupes sociaux (regroupement familial, fonctionnement actif des réseaux) jouent sur des temporalités diverses, qui se comprennent en fonction des évolutions de l’une ou l’autre composante des systèmes observés. La perspective des acteurs migrants permet ainsi de mesurer le poids relatif de chacun de ces facteurs et d’en observer l’articulation dans le contexte de la trajectoire étudiée.

Des territorialités construites dans l’interdépendance

8Les migrants des Suds contribuent à faire évoluer les espaces dans lesquels s’inscrivent leurs trajectoires et leurs expériences de migration, apparaissant en cela comme de véritables acteurs de la transformation des territoires, dans les lieux d’origine, de destination comme dans les espaces traversés, notamment les espaces « intermédiaires » frontaliers (C. Mendoza), les espaces « relais et de tremplin » (R. Poli), de transit, de passage, etc. Les modes d’analyse des impacts spatiaux de la migration en sont ainsi à la fois pluriscalaires et pluriels. La mise en relation des lieux par la migration rend nécessaire la prise en compte de ces liens pour comprendre les territorialités locales et leurs évolutions.

9Si la migration tend à produire des « économies déterritorialisées » (A. Del Rey, A. Quesnel), une autre lecture des territoires traverse l’ouvrage ; celle qui renvoie à des logiques discontinues et réticulées, plutôt qu’inscrites dans une continuité spatiale, à la manière de territorialités en archipel. La circulation des migrants, mais aussi des capitaux, des biens, les échanges tant matériels que symboliques qui s’opèrent dans la mise en relation de plusieurs lieux en sont les supports essentiels. Que l’on observe le rôle des migrants dans les transformations des espaces de départ au Mexique, en Argentine, en Côte d’Ivoire ou au Mali, les stratégies de leur insertion dans les lieux d’arrivée aux États-Unis, en Italie, en Argentine, à Chypre ou encore l’évolution des espaces frontaliers sous l’effet de leur mobilisation dans la migration, il est difficile de comprendre les transformations territoriales sans prendre en considération l’articulation entre ces différents « segments » spatiaux du champ migratoire. L’interdépendance des territoires traversés par les migrants, d’autant plus complexe que les mobilités supportent des circulations diverses et qu’elles s’inscrivent dans la longue durée (faites d’allers et de retours qui peuvent concerner plusieurs membres d’un groupe familial), nécessite cette prise en considération de l’ensemble des lieux qui peuvent conduire à parler de territoires transnationaux. C’est ainsi que les trajectoires des footballeurs africains, par exemple, rendent compte d’espaces aux statuts différenciés, dont la valeur dépend de leur rôle en tant qu’espaces ressources dans la carrière footballistique (espace relais, tremplin, aboutissement), dépassant ainsi la simple dualité origine/destination.

10Mais même dans des cas de mobilités moins complexes en termes d’articulation de lieux, les évolutions des espaces de départ, qui concernent les localités rurales vidées de leurs forces vives, les économies familiales dépendantes des flux de transferts financiers, les systèmes familiaux recomposés (où le rôle des femmes est accru suite au départ des conjoints), les systèmes productifs restructurés suite aux évolutions techniques et aux apports financiers permis par les circulations, ne se comprennent que dans l’observation des dynamiques relationnelles d’échange qui les lient, plus ou moins directement, et par le biais de circulations tant matérielles que symboliques, aux espaces de destination des migrants. La discussion, au cœur des textes de la quatrième partie, sur le potentiel de développement généré par la migration dans les espaces de départ, et à laquelle les réponses sont diverses et nuancées, fait entrer en jeu tant les spécificités des contextes locaux, en termes fonciers, en termes d’accompagnement politique et économique, que les modalités de la migration (qui migre et selon quelles temporalités) et les modes d’articulation des espaces d’origine et d’arrivée des migrants.

11L’observation des stratégies migratoires dans les lieux d’installation des migrants fait intervenir le rôle de l’espace comme ressource migratoire, et là encore les modalités du rapport au territoire d’accueil nécessitent la prise en considération des projets des migrants qui impliquent bien souvent aussi les territoires d’origine. De la variété de ces projets découle aussi la diversité des relations aux lieux dans les espaces d’arrivée. Pour exemple, les stratégies résidentielles des migrants qualifiés aux États-Unis sont liées aux « ressources éducationnelles » des lieux (D. Giband), permettant une scolarisation choisie pour leurs enfants. De même, les modalités d’intégration diverses des Grecs issus de différentes républiques de l’ex-Union soviétique à Chypre, ou la relation des migrants népalais dans les espaces d’accueil en Inde qui varie en fonction des cycles de vie, révèlent des positionnements dans le lieu d’arrivée qui dépendent fortement du rapport au pays d’origine et des projets que les migrants peuvent y avoir construit. Ces derniers peuvent eux-mêmes évoluer au cours de la vie ou de l’histoire du groupe familial élargi, sur plusieurs générations. Enfin, les turbulences qui affectent les espaces frontaliers sont éminemment liées aux acteurs migrants qui les traversent ou qui s’y installent, les rendant en cela particulièrement sensibles aux évolutions des mouvements, des politiques migratoires de l’un comme de l’autre pays, de stratégies recomposées de migrants qui peuvent aussi être des migrants nationaux avant (ou au lieu) de traverser les frontières.

Entre tiraillements et recompositions identitaires

12La focalisation sur les acteurs de la migration met à jour la complexité des recompositions identitaires et culturelles générées par la mobilité. Celles-ci affectent avant tout les migrants, mais elles contribuent aussi à modeler les pratiques et identifications culturelles des groupes avec lesquels ils sont en relation.

13Les questionnements identitaires se jouent en effet dans la gestion du tiraillement entre l’ici et le là-bas, dans le balancement entre pôles parfois générateurs d’une certaine instabilité, de l’entre-deux des sentiments d’appartenance de ceux qui sont en mobilité. Les situations sont bien sûr fort diverses, dépendant là encore de la combinaison particulière des différents éléments du système migratoire, des temporalités de la migration, des projets individuels aussi. Que prédomine la projection dans les territoires d’origine, en fonction desquels et à partir desquels se construisent les projets migratoires, ou que l’investissement dans les lieux d’arrivée prenne le dessus, pouvant contribuer à une progressive rupture des liens avec les espaces d’origine et des risques « d’acculturation » des tissus locaux (H. Mimche, Z. Tourère), les questionnements et les positionnements identitaires traversent les acteurs et leurs environnements, dont les références bougent avec le mouvement. Pour autant, « l’espace social transnational » (C. Mendoza) n’affaiblit pas le concept territorial ; il rappelle qu’il ne se limite pas non plus à l’association trop étroite entre une localité, des valeurs et une communauté mais traduit aussi les prises de place multiples des migrants dans des contextes mis en lien.

14Outre la variabilité de son contexte et de ses modalités, le retour probable ou effectif au pays, au lieu d’origine (celui des réfugiés burkinabé de Côte d’Ivoire dans leur pays, ou l’ultime retour, au travers de la gestion de la mort des Mixtèques installés aux États-Unis, ou encore celui qui s’exprime dans l’attachement à la terre d’origine dans le cas des Népalais migrant en Inde, ou par les réinvestissements des antiquaires camerounais en terre bamoun) surgit comme une question cruciale qui renvoie tout autant à cette « puissante force centripète » de l’appartenance (F. Mestries) qu’au re-positionnement des migrants dans la société dont ils sont un temps partis. Les relations au pays d’accueil des migrants, elles aussi, impliquent la gestion de la relation à l’autre dans des sociétés inégalement ouvertes aux étrangers, où la question des origines n’est pas exempte de crispations identitaires ou de tensions raciales, parfois relayées par les politiques locales, comme le montrent l’accueil différencié réservé aux migrants issus de l’ex-Union soviétique à Chypre, l’inégale réussite scolaire des migrants asiatiques et hispaniques aux États-Unis, ou la montée en force de l’ivoirité dans les réflexions consacrées aux Burkinabé.

15Au-delà des tiraillements identitaires qui affectent les acteurs migrants, ou du « travail identitaire » qu’ils mettent en œuvre (S. Bredeloup), les recompositions concernent aussi plus largement les pratiques culturelles des territoires affectés par les migrations : la circulation des modes, des techniques, des savoirs, des pratiques religieuses, accompagne les mobilités des personnes, et celles-ci sont inévitablement ré-agencées, tant dans les espaces de destination que dans les lieux d’origine. Les échanges religieux liés à la présence bolivienne à Buenos Aires, les circulations des pratiques de vaudou entre Guyane française et Haïti, les rites funéraires des Mixtèques morts aux États-Unis, ou encore les innovations architecturales des antiquaires camerounais dans leurs régions d’origine, trouvent leur fondement dans la puissance des valeurs symboliques en même temps qu’ils contribuent à remodeler les pratiques, les lieux et les paysages, bref cette « topologie » migratoire (L. Cambrézy). On touche là une autre composante essentielle des territorialités construites par les migrations, qui relève du mélange, du syncrétisme, du métissage, de la modification des pratiques culturelles. Les mobilités matérielles, de personnes et de biens, sont toujours articulées aux circulations des symboles et des représentations, génératrices de porosité et de fluidité, pas toujours incompatibles, pourtant, avec des processus de crispation identitaire et « d’ethnicisation » conflictuelle (Bonnassieux), néanmoins révélatrices elles-mêmes de la tangibilité des ré-agencements qui accompagnent les migrations, leurs acteurs, leurs sociétés et leurs territoires.

Des cadres territoriaux à déconstruire, une « gouvernance migratoire » à inventer

16Les migrations internationales posent ainsi aujourd’hui la question de la pertinence des échelles territoriales où s’élaborent les politiques, auxquelles conduisent aussi les lectures scientifiques des processus sociaux inscrits dans des espaces déterminés. Alors que s’accentue la « dureté des frontières » (L. Cambrézy) – certaines devenues des lieux d’abus et de violences meurtrières –, alors que le migrant est plus que jamais « le bouc émissaire idéal des gouvernements en échec » (H. Domenach), les États-nations n’ont qu’une prise partielle sur des processus qui relèvent de logiques et de réseaux transnationaux, échappant en grande partie à leur contrôle. Les analyses localisées ne suffisent plus à rendre compte des changements socio-territoriaux impliquant la prise en compte de plusieurs lieux, de plusieurs contextes. Le hiatus existe bel et bien entre des stratégies individuelles, familiales, de groupes, fonctionnant au sein de territoires réticulés et en archipel, et des cadres politiques qui, d’un côté, demeurent contraints par des limites administratives et politiques figées et, de l’autre, sont remis en cause par une nouvelle « géopolitique des intégrations régionales » (L. Médina). C’est là un des défis essentiels que l’observation des trajectoires des acteurs migrants souligne : il s’agit bien de la déconstruction des cadres établis et des modalités de leur possible recomposition. En partant des acteurs, la traversée des frontières et la mise en relation des espaces sont plus aisées. En se faufilant dans les circuits des pratiques, des stratégies, des trajectoires, on comprend mieux la fluidité comme la pluralité de territoires et de sociétés réticulées ; on n’en résout pas pour autant la question de la toujours prégnante intangibilité des cadres d’intervention sur les territoires, au cœur des politiques. La dimension politique est ainsi réaffirmée : dans les lieux de départ, les transferts des migrants ne peuvent suppléer à la déficience des politiques d’encadrement du développement par l’État. Dans les lieux d’arrivée, l’absence d’intervention publique fait reposer sur les seuls migrants le coût social, psychologique, humain et économique de la migration.

Auteurs

géographe, maître de conférence à l’université de Provence, membre de l’UMR Telemme (UMR 6570, « Temps, espaces et langages en Europe méridionale et méditerranéenne », Aix-en-Provence). Ses recherches portent sur les métropoles latino-américaines et méditerranéennes, les pratiques citadines, la construction de l’urbanité et les territorialités des groupes de migrants internationaux, entre Amérique latine et Europe méridionale (Espagne et France méditerranéenne).

géographe et socio-économiste, maître de conférence habilitée à diriger des recherches à l’université Toulouse-le Mirail. Ses recherches portent sur les rapports de genre et le développement rural et agricole, les mobilités spatiales et les modes d’habiter en France, au Brésil et en Afrique centrale. Elle est directrice adjointe du laboratoire Dynamiques rurales (UMR 1926, MEN et MAP), coresponsable de l’axe « Construction sociale du territoire et modes d’habiter » et de la collection « Ruralités nord-sud » aux Presses universitaires du Mirail.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540