Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 5. Cultes et rituels en mouvement

Chapitre 19. Vivants et morts dans les migrations mexicaines

Un système de relations inscrit dans la mobilité1

Françoise Lestage

Abstract

Chez les migrants, le choix de l’emplacement de la sépulture pose question dans la mesure où il rompt avec la multi-territorialisation et la circulation en sédentarisant à jamais le défunt et en le rattachant à une partie de sa lignée. Cette irrévocabilité de la sédentarisation et de l’identité sociale post-mortem tranche donc, apparemment, avec les complexes et subtiles identifications des vivants. Cependant, ce n’est là qu’un aspect du système global qui régit les vivants et les morts, quel que soit l’emplacement des résidences des premiers et des sépultures des seconds. Cette contribution postule qu’il convient en effet de considérer les pratiques et rites relatifs aux défunts comme un ensemble et de penser leur articulation au sein d’un système fonctionnant dans un espace social dominé par une mobilité généralisée : il est structuré par cette mobilité autant qu’il la structure.

The migrant’s choice concerning the burial place breaks with the multi-territorialisation and the circulation which characterized migration because it settles the deceased for ever and attaches him to a party of its lineage. Therefore, this irrevocable settlement and post-mortem identity are in stark contrast to the complex and subtle identifications of the living. However, this is only one aspect of the general system that governs the living and the dead, wherever the residences of the first and the burial places of the second are located. This chapter shows that it is necessary to consider funeral practices and rites as a whole and to link them to a social space characterized by generalized mobility and structured by it.

Full text

  • 1 Je remercie El Colegio de la Frontera Norte (Tijuana, BC, Mexique) pour son appui dans la collecte (...)

1Jusqu’à quel point peut-on mettre l’accent sur l’aspect circulatoire des pratiques et rites relatifs aux défunts, qu’il s’agisse du transfert des restes du migrant ou des rituels auxquels la famille satisfait dans le lieu d’origine et de migration ? Si l’on s’attache à l’emplacement de la sépulture, n’est-il pas plus pertinent de considérer qu’il s’agit là de sédentarisation, puisque le corps lie objectivement la personne à un seul lieu ?

2Au Mexique, cadre de la recherche présentée ici, l’emplacement de la sépulture est en principe définitif, dans la mesure où il n’existe pas de rituel d’exhumation répétée, à ma connaissance du moins. Tout en posant avec acuité la question du lieu auquel le défunt sera rattaché, l’inhumation met fin à la multipolarité des espaces occupés jusque-là par le migrant. L’irrévocabilité de la « dernière demeure » interroge-t-elle pour autant la notion de circulation ? Ou ne convient-il pas plutôt d’envisager comme un ensemble les pratiques et rites relatifs aux défunts, y compris le choix de l’emplacement de la sépulture ?

3Je propose de penser l’articulation de ces divers éléments dans un système global qui régit les relations entre les vivants et les morts, quel que soit l’emplacement des résidences des premiers et des sépultures des seconds ; un système qui fonctionne aujourd’hui dans un espace social dominé par une mobilité généralisée qui le structure et qu’il structure.

Les données utilisées

4Je développerai cet argument en m’appuyant sur des données recueillies depuis le milieu des années 1990 auprès d’une population de migrants mexicains aux États-Unis, notamment en Californie, et au Mexique, en particulier à Tijuana, ville frontalière de l’État de Baja California. Les Mexicains migrent en effet dans leur propre pays et dans le pays voisin et il me paraît plus pertinent de présenter en parallèle ces deux situations migratoires qui se font écho. Des informations obtenues auprès du ministère des Affaires étrangères mexicain et du consulat mexicain à San Diego, détenteurs de chiffres sur les transferts des cadavres d’un pays à l’autre, sont également utilisées. Notons que les éléments ainsi obtenus sont de nature différente (statistiques nationales ou régionales, entretiens et observation de situation vécue) et qu’ils se réfèrent à des populations hétérogènes.

  • 2 Au Mexique, les recensements détectent une soixantaine de groupes ethniques différents dont le cri (...)

5D’une part, ils concernent à la fois des migrants mexicains et des migrants mexicains indiens, notamment « mixtèques », c’est-à-dire considérés et se considérant comme appartenant à un groupe ethnique spécifique originaire du sud du Mexique2. Or les représentations du monde, et notamment de la mort et des défunts chez les Indiens mixtèques, diffèrent de celles des autres Mexicains : la plupart d’entre eux sont généralement plus attachés au culte des défunts et le jour des morts constitue le rituel le plus central de l’année pour ceux qui vivent dans les campagnes, et une sorte de « fête nationale mixtèque » mettant en scène et renforçant l’identité mixtèque pour ceux qui ont émigré dans les villes hors de leur territoire d’origine (Lestage, 2008 : 142-145).

6D’autre part, ces données concernent migrants mexicains nationaux – résidant dans la région frontalière qui jouxte la Californie – et migrants mexicains internationaux, établis aux États-Unis pour une courte période ou toute une vie. Elles seront distinguées les unes des autres afin de souligner les similitudes et les différences entre la migration nationale et internationale, car les logiques du choix du lieu de la sépulture, les coûts des obsèques et les aides de l’État varient selon que le migrant décède dans son propre pays ou aux États-Unis.

Les transferts des défunts en quelques chiffres

7L’emplacement de la sépulture définitive, et par conséquent le transfert des cadavres et des cendres des migrants, se trouve au cœur du système familial qui relie les vivants et les morts parce qu’il constitue un des éléments de la cérémonie qui assure également le repos à l’âme du défunt et marque le début de la période de deuil. C’est aussi l’élément le plus visible et le plus lourd, symboliquement, psychologiquement et économiquement. Avant de s’attacher à étudier ce système, voyons d’abord quelle est l’ampleur nationale et internationale de ce phénomène central afin de ne pas le réduire à des choix individuels ou familiaux, mais de l’inscrire dans un vaste contexte social.

8Depuis le milieu du xxe siècle, la population mexicaine connaît une mobilité croissante et massive, autant à l’intérieur du pays que vers l’extérieur. À l’intérieur du Mexique, personnes et familles se déplacent des campagnes vers les villes ou des campagnes vers des zones d’agriculture plus productives que d’autres. Parallèlement, d’autres personnes et familles, parfois les mêmes, se déplacent vers les États-Unis. Dans les deux cas, il s’agit soit de mouvements saisonniers, soit de migrations dont la durée englobe les plus temporaires aux plus permanentes. Au cours de ces déplacements, naissances et décès continuent de se produire, bien entendu. Mais les statistiques ne tiennent pas toujours compte de cette évidence : elles saisissent aussi mal les personnes décédées au loin dont le corps est transporté dans le lieu d’origine, que les enfants nés au cours des périodes migratoires de leurs parents. Or, combien de fois ai-je rencontré des personnes nées à Culiacan, zone agricole, se disant originaires d’Oaxaca, État pourvoyeur de migrants, et résidant en Baja California, à plusieurs milliers de kilomètres des deux autres États ! À l’heure de choisir un lieu pour la sépulture, cette pluralité d’origines, et souvent de résidences, doit être résolue concrètement. Ce qui entraîne alors des choix socio-spatiaux, c’est-à-dire des choix qui reflètent un rapport aux personnes et aux réseaux sociaux, mais des personnes et des réseaux inscrits dans des espaces donnés.

Les transferts des défunts à l’intérieur du Mexique3

  • 3 Pour les migrants mexicains décédés au Mexique, ce sont en général les agences des pompes funèbres (...)

9En milieu migrant, naissances et décès sont donc fréquemment comptabilisés hors de l’endroit où ils ont lieu. Ou bien ils sont comptés plusieurs fois : là où l’événement se produit ; là où l’événement est enregistré sur le registre civil ; et/où là où repose le mort quand il s’agit de décès. Bien que l’expérience du terrain prouve la récurrence de ces situations, il reste difficile d’obtenir des chiffres qui les confirmeraient à un niveau régional ou national, la plupart des recensements étant prévus pour saisir une origine – celle de la naissance – et un lieu de décès – celui de l’inscription sur le registre civil avec mention de la place de la sépulture. Seules de petites enquêtes locales préparées à cet effet permettent de détailler ce point ; à ce jour, je ne dispose pas encore de résultats de cet ordre.

  • 4 Il établit ces distinctions à travers trois documents : le certificat de décès, document principal (...)

10Par conséquent, les chiffres exposés ici pour présenter un cadre général des transferts de défunts à l’intérieur du Mexique sont ceux fournis par l’Institut national de statistiques, géographie et informatique du Mexique, l’Inegi, qui distingue les « décès enregistrés », des « décès ayant eu lieu », des « décès par résidence habituelle du défunt »4. Au niveau national, les totaux de chacun de ces trois types de décès sont équivalents : 473 417 en 2004, 472 140 en 2003, 459 687 en 2002, etc. En revanche, au niveau régional (de chaque État fédéré), ils diffèrent. Les « décès enregistrés » et les « décès ayant eu lieu » présentent des chiffres presque identiques à quelques décès près, alors que la dernière catégorie s’en éloigne et varie selon les États, allant jusqu’à près de 6 % en plus ou en moins selon les années.

  • 5 Hypothèse suggérée par l’Inegi (Cuadernos n° 17, Estadísticas demográficas, 2005 : 90).
  • 6 Ce sont là des hypothèses provisoires, qui seront prochainement vérifiées dans une enquête de terr (...)

11Or ce décalage semble avoir une logique : dans les États récepteurs de migrants, les décès de résidents sont moins nombreux que les décès inscrits ou enregistrés, alors que l’inverse se passe dans les Etats expulseurs de migrants où il y a davantage de défunts résidents que de défunts effectivement décédés ou inscrits sur les registres. On fera l’hypothèse que les défunts supplémentaires (non inscrits, dont le décès n’a pas eu lieu dans l’État, mais dont on considère qu’ils en étaient « résidents ») ou les défunts manquants (inscrits, dont le décès a eu lieu dans l’État mais qui n’y résident pas) étaient soit des malades, soignés dans des États où les centres de soins sont plus accessibles ou réputés5, soit des personnes en voyage, ou migrantes, donc mobiles6.

12Dans quels États trouve-t-on un total de défunts plus élevé que le nombre de défunts résidents ? Dans les États frontaliers avec les États-Unis comme le Nuevo León, où, en 1999, 5,6 % des décès enregistrés (948 défunts) sont ceux de personnes qui ne résident pas habituellement dans cet État ; en 2004, ce chiffre s’élève à 3,6 % (652 défunts) ; la moyenne de 1999 à 2004 étant de 4,7 % de défunts non résidents. De même dans celui de Baja California, également frontalier avec les États-Unis, la différence représente 3,3 % (393 défunts) en 1999, 2,1 % (271 défunts) en 2004, la moyenne de 1999 à 2004 s’élevant à 2,4 %. On remarque que si le décalage se maintient dans ces deux États, il diminue progressivement au cours des six dernières années. Dans le Tamaulipas, au sud du pays, le décalage reste constant : 3,3 % (402) des défunts résidaient ailleurs en 1999, 3,5 % (462) en 2004, 3,6 % en moyenne de 1999 à 2004.

13Dans les États où l’on trouve plus de résidents que de défunts, soit des défunts « en trop », les pourcentages restent plus stables au cours des ans. Dans l’État d’Oaxaca, en 1999, ce sont 384 défunts supplémentaires qui apparaissent dans les statistiques de l’Inegi, soit 2,2 % des décès enregistrés ou ayant eu lieu dans l’État ; en 2004, ce sont 404 défunts de plus, ce qui représente 2,3 % ; la moyenne étant de 2,2 % de 1999 à 2004, un chiffre stable. Dans l’État du Chiapas, les pourcentages sont équivalents : on note 329 défunts supplémentaires en 1999 et 462 en 2004, soit respectivement 2,2 % et 2,8 % de plus que de décès certifiés ; la moyenne de 1999 à 2004 étant de 2,3 %. Dans celui de Veracruz, ce sont 732 défunts de plus en 1999, soit 2,3 %, et 662 en 2004, soit 1,9 %, pour une moyenne de 2 %.

  • 7 Sauf cas particuliers qu’il faudrait étudier dans les registres et dans les cimetières même.

14D’où viennent ces défunts « en trop » ? Nécessairement d’autres États du Mexique puisque le chiffre pour tout le pays s’équilibre dans les trois types de décès. Du reste, les décès enregistrés par les consulats mexicains à l’étranger ne sont pas répertoriés dans les États originaires des migrants, mais dans le District Fédéral, qui est l’État de la ville de Mexico7. Pour l’instant, on conclura que ces défunts supplémentaires, dont le certificat de décès n’a pas été rédigé dans l’État, et qui n’y sont pas morts non plus, sont majoritairement des migrants résidant dans d’autres États de la république mexicaine. Il y aurait donc des transferts de défunts réguliers entre les États. Le nombre de ces transferts fluctue au cours des ans, très nettement dans les États frontaliers du Nord, comme le Nuevo León ou la Baja California dont la population migrante vieillissante est bien enracinée aujourd’hui.

Les transferts des défunts des États-Unis au Mexique8

  • 8 Les données sur les transferts de cadavres du Mexique aux États-Unis ont été obtenues auprès de la (...)
  • 9 En 2000, 9,2 millions de personnes nées au Mexique étaient recensées aux États-Unis.

15Qu’en est-il des migrants résidant aux États-Unis, soit l’immense majorité des migrants internationaux mexicains ? En six ans, de 2000 à 2005 inclus, une moyenne de plus de 8 000 corps ont été transférés des États-Unis au Mexique9. Ces chiffres ne reflètent pas le nombre exact de défunts transférés car les urnes funéraires ne sont pas comptabilisées par le ministère des Affaires étrangères du Mexique. Seuls les consulats mexicains aux États-Unis en connaissent le nombre : pour celui de San Diego, le transfert des urnes funéraires oscille entre 10 et 20 % de celui des cadavres, pourcentage qu’il faut rajouter aux chiffres du ministère pour approcher le nombre des transferts de défunts contrôlés par les consulats. Il faut encore y ajouter ceux qui utilisent les services étatsuniens, et pas les consulats mexicains. On peut donc l’estimer, très globalement, à environ 10 000 par an (sur une population d’environ 10 millions).

16Ces défunts proviennent de cinquante comtés, le plus grand nombre étant issu de celui de Los Angeles (une moyenne de presque 1 300 entre 2000 et 2005 inclus), suivi par celui de Chicago (environ 650 en moyenne pour la même période) puis de San Diego (488) et de Dallas (478). Alors que le comté d’Omaha dans le Nebraska affiche une moyenne de 32, toujours pour la même période. Cette distribution permet de se faire une idée des lieux de résidence de ces défunts mexicains, mais elle ne constitue pas une bonne mesure pour obtenir des chiffres absolus car elle reflète autant la répartition des migrants mexicains aux États-Unis que l’activité consulaire, inégale selon les comtés.

  • 10 1 831 familles ont été aidées en 2004, 2 755 en 2005.

17Du côté mexicain, la diffusion des défunts en provenance des États-Unis est tout aussi étendue puisqu’elle touche les trente-trois États de la république mexicaine, avec, là encore, des différences importantes. On y retrouve les États expulseurs de migrants vers le pays voisin, aussi bien les « vieux » États de migrants où plus de quatre générations se sont déjà succédé que les plus jeunes (1 à 2 générations). Si l’on fait la moyenne des trois années de 2003 à 2005, 388 transferts ont eu lieu vers le Michoacán, 270 vers le Guanajuato, mais aussi 318 vers le Guerrero et 244 vers l’Oaxaca, tous étant en augmentation constante. Du reste, depuis 2004, et surtout 2005, l’État fédéral offre une aide aux familles de migrants qui souhaitent rapatrier le corps d’un défunt, alors qu’auparavant seuls quelques États fédérés collaboraient aux frais de ces transferts10.

18On constate à la lecture de ces chiffres que les transferts des restes des migrants défunts ne se réduisent pas à des exceptions familiales dues à quelques choix individuels, mais qu’il s’agit bien d’une tendance générale, accompagnée par des politiques publiques en sa faveur. Si les rapports entre vivants et morts concernent avant tout les proches, et donc les familles plus ou moins étendues, ils rejaillissent aussi sur les relations des migrants avec leur nation d’origine ainsi que sur l’économie des pays concernés. Bien que ce chapitre s’attache avant tout à l’échelle familiale, il convenait de signaler que la question des migrants défunts se pose à l’échelle nationale et internationale, et d’en brosser le contexte.

Le système familial de relations entre vivants et morts

19Le système familial de relations entre les vivants et les morts se compose d’un ensemble d’actes (pratiques et rites), reposant sur des croyances et des émotions (Hertz, 1970 [1928]) qui prennent place à des moments précis que l’on peut découper en plusieurs périodes : celle qui va du décès à la cérémonie destinée à séparer le mort des vivants (soit les obsèques, soit un rituel plus tardif) ; celle du deuil ; celles des hommages aux défunts ou des « rencontres » entre vivants et morts, selon la conception qu’en ont les sociétés. Chacune correspond à une série de pratiques ou de rites. Dans le cas des migrants, se pose la question des lieux : les lieux où sont célébrés les rites, où se font les pratiques, où repose le défunt. Or, on l’a souligné, si l’usage des lieux reste flexible quand il s’agit de rites et de pratiques, la dépouille du défunt ne peut avoir qu’une sépulture et contraint donc à un choix.

Le choix de l’emplacement de la sépulture

20Qui choisit l’emplacement de la sépulture et pour quelles raisons favorise-t-on un lieu ou un autre ? Ce choix peut être personnel ou familial. Il s’exerce entre les lieux de résidence de la famille et ceux où elle a établi des liens sociaux au cours des années. La question se pose de façon similaire quand le migrant mexicain se trouve hors de sa région d’origine au Mexique ou aux États-Unis. Ce choix dépend de celui qui le fait : soit le migrant qui décède, soit certains membres de sa famille.

Un choix personnel

21En effet, tous les migrants n’organisent pas leur dernier départ. Généralement, seuls les malades ou les plus âgés s’en soucient et prennent leurs dispositions pour en contrôler les conséquences. Certains disent ouvertement qu’ils quittent le pays où ils ont travaillé et vécu pour prévenir une mort au loin :

  • 11 Uno no quiere dejar su pellejo alla (Oaxaca, 1998).

22Un migrant d’une cinquantaine d’années, de retour dans son village d’origine après avoir travaillé au Texas et que j’interrogeais sur les raisons pour lesquelles il ne voulait plus s’éloigner de son village me répondit spontanément : « On ne veut pas laisser sa peau là-bas11 »

23D’autres s’y préparent et achètent une concession sur le lieu de migration, comme le fit Juvencio à 64 ans, alors qu’il avait vécu près de quarante ans à Tijuana (État de Baja, California). D’autres encore, lors d’une maladie, demandent à leurs proches de les ramener dans leur village d’origine pour y mourir :

24La grand-mère de Juana, 30 ans, vendeuse de rues, était venue à Tijuana avec son plus jeune fils en 1997, celui-ci ayant la charge de ses parents comme cela se fait habituellement dans la Mixtèque et souhaitant lui aussi émigrer. Mais elle n’aimait pas Tijuana. En 2001, elle est tombée malade et a souhaité retourner dans son village, en accord avec ses deux plus jeunes fils qui l’y ont accompagnée. Elle y est décédée trois ans après ce retour, le 10 janvier 2004, à l’âge de 100 ans.

Un choix familial

25Mais la mort survient parfois plus abruptement, à la suite d’une maladie soudaine ou d’une complication :

26Ce fut le cas de Guillermo, venu se faire soigner à Tijuana en 1999. Guillermo décède sur place à la suite d’une opération. Ce sont alors ses deux cousins germains, notamment celui qui l’hébergeait lors de son séjour, qui vont transférer son corps dans son village d’origine.

27Ou dans le cas d’un accident ou du décès d’un jeune :

  • 12 Notes de terrain, consulat de San Diego, février 2006.

28Après un accident de la circulation en Californie, le corps d’un jeune garçon de 13 ans, a été transféré à Tijuana par ses parents afin d’y être inhumé, alors que ceux-ci sont originaires du sud du Mexique, mais résident à Tijuana. À l’inverse, le corps d’un autre jeune garçon accidenté dont les parents résident en Californie a été enterré sur place, là où les parents résident depuis une quinzaine d’années12.

29On voit que ce sont alors les membres de la famille du défunt qui prennent la décision. Qu’entend-on par famille ? Dans les transferts de corps, ce sont généralement les parents très proches qui en font la demande. Du reste, la loi internationale impose une hiérarchie dans le choix du « parent le plus proche » (« familiar más cercano » au Mexique, « legal next of kin » aux États-Unis) : dans l’ordre prioritaire, le/la conjoint/e ; le/la concubin/e ; les enfants ; les parents ; les frères et sœurs ; etc.

30Au bout du compte, quand il s’agit de migrants anciens, résidant depuis longtemps dans le lieu de migration, les membres de la famille sont généralement nombreux autour de lui et s’occupent à la fois des formalités et du choix de la sépulture. S’il s’agit d’un migrant récent aux États-Unis, le plus proche parent sur place se chargeant des formalités pourra être un cousin au premier ou au deuxième degré, mais la décision est prise par d’autres parents qui résident au Mexique, les communications se faisant par téléphone :

31Quand Julio, 35 ans, est décédé en janvier 2003, écrasé par un train, dans un comté de Californie, à peine quinze jours après avoir traversé la frontière et avant d’envoyer le moindre sou à sa femme et à ses enfants qui vivent à Tijuana depuis environ quatre ans, c’est son fils aîné, un adolescent d’une quinzaine d’années, qui l’avait accompagné, qui a signé les documents nécessaires ; et c’est sa femme qui a décidé, en accord avec les frères et sœurs du défunt, travaillant dans un autre État du nord du Mexique, le Sinaloa, de transférer le corps dans le village où était né son mari.

32L’extrême dispersion des parents proches de Julio ne représente pas un obstacle dans la mesure où elle est compensée par l’usage de moyens de communication modernes qui permettent des conseils de famille téléphoniques entre deux pays et quatre lieux différents : la Californie (US) où se trouve le défunt et son fils ; la Baja California (MX) où est son épouse ; le Sinaloa (MX) où travaillent les frères et sœurs du défunt ; le Guerrero (MX) où se trouvent une partie de la famille et le cimetière.

Les « ici » et les « là-bas » : autant de tombes possibles que de maisons

33Le choix de l’emplacement de la sépulture ne se fait pas entre « ici » ou « là-bas ». Il se révèle plus complexe dans le cas des migrants mexicains, puisqu’il arrive fréquemment que les familles (nucléaires) se partagent entre plusieurs lieux de résidence où elles construisent des maisons et établissent des liens sociaux. Ces différentes résidences se répartissent entre le village d’origine, les villes que l’on peut dire « relais » où la famille a vécu suffisamment longtemps pour souhaiter y maintenir des liens et une maison, et le lieu d’habitation au moment du décès. Dans le cas de la population d’Indiens migrants que je considère, il s’agit souvent, comme dans l’exemple ci-dessus de Julio, du village d’origine, d’une ville mexicaine proche de la frontière mexico-étatsunienne ou d’une zone d’agriculture industrielle et d’une autre aux États-Unis.

34Toujours dans le cas de Julio, la disparition pose la question du rapatriement du corps et de l’endroit où rapatrier ce corps : le lieu de résidence de la femme et des enfants ou bien le village d’origine où se trouve la tombe des parents et des ancêtres ? Ce cas est loin d’être une exception puisque beaucoup d’hommes partent travailler aux États-Unis et laissent femmes et enfants dans un lieu-relais de la migration, souvent sans aucune ressource, pensant qu’ils subviendront mieux à la vie de la famille une fois aux États-Unis, comme le fit Julio.

Les critères du choix13

  • 13 L’état de mon enquête ne me permet pas de donner des réponses chiffrées à ce type de questions, ma (...)

35Les raisons avancées le plus fréquemment par les familles des migrants décédés pour transférer les corps sont relatives au traitement du cadavre, ainsi qu’à la nécessité de s’inscrire dans un lieu et dans une lignée, mais elles évoluent aussi au cours de la vie d’une personne. De plus, il convient de tenir compte du biais existant dans les discours entre les normes et les pratiques. De façon générale, quand je pose la question à des migrants mixtèques établis à Tijuana, la réponse est unanime : nous envoyons tous nos défunts à Oaxaca. Pourtant dans les faits que j’ai pu noter au cours des années, certains défunts sont enterrés sur place. Cela donne à penser que le discours sur la sépulture, tout comme le discours sur les projets de vie des migrants, contient toujours la dimension mythique du retour, même quand on contrevient régulièrement à la règle de rapatriement des défunts dans le village d’origine.

Un choix dans lequel n’apparaissent jamais les raisons économiques

36L’argument économique n’est jamais avancé par les migrants mexicains aux États-Unis. Il devrait pourtant être pris en considération car dans ce pays les obsèques coûtent entre 4000 et 6000 dollars, alors que le transfert du cadavre au Mexique revient deux fois moins cher : il s’élève à environ 2 300 dollars, auxquels il faut rajouter la prise en charge jusqu’au lieu de sépulture et l’achat de la concession, sachant que celle-ci est souvent gratuite dans les campagnes. Mais ce n’est pas cela qui décide les personnes à transférer le corps de leurs défunts, comme me le confirme la personne chargée des dossiers d’aide au transfert au consulat de San Diego. Du reste, l’attitude des agences de pompes funèbres spécialisées dans les transferts de cadavres des États-Unis vers le Mexique, ainsi que celle des compagnies vendant des assurances de rapatriement des restes des défunts renforcent la vacuité d’un tel argument car elles ne l’utilisent pas non plus dans leur publicité qu’elles axent sur le retour vers « la terre d’origine » et sur une image mythifiée du Mexique.

  • 14 À Tijuana, de 35 000 pesos (2 400 euros environ) dans un mur à 50 000 pesos en terre (3 400 euros) (...)

37Au Mexique, l’argument économique est rarement avancé, excepté pour quelques migrants originaires de villages où les concessions sont gratuites. Du reste, le coût du transfert par avion réduit le poids de l’argument économique, même si l’achat d’un terrain au cimetière revient cher pour des catégories sociales modestes14.

Un choix fait en fonction de l’investissement social dans un lieu

  • 15 Cela ne signifie pas que la forte présence du groupe social d’origine empêche l’« intégration » so (...)

38Les proches des défunts sont préoccupés par l’ancrage du défunt dans un lieu donné qui rattache aussi ses descendants à ce lieu. L’inhumation dans le lieu du décès – que l’on peut qualifier de « territorialisation » ou « reterritorialisation » selon l’endroit choisi – est fonction d’un ensemble de facteurs liés à la migration, comme l’emploi ou encore le nombre de migrants de même origine présents dans le lieu de migration. L’emploi occupé par le défunt et par son entourage proche conditionne pour partie sa migration et le choix de la sépulture : un emploi stable dans une usine, dans un bureau ou dans une école semble pousser à une sépulture locale ; un emploi temporaire, comme ouvrier agricole ou un emploi informel, comme jardinier, à une sépulture dans le lieu d’origine. Par ailleurs, le nombre de migrants originaires d’un même village et résidant sur place joue aussi un rôle sur le choix de la sépulture, en incitant à inhumer les défunts dans le lieu d’origine, tant par les possibilités d’aide financière qu’il représente que par l’influence sociale que le groupe conserve ainsi sur les familles et les individus. J’ai souligné ailleurs le rôle joué par cette forte présence sur le maintien de pratiques traditionnelles, telle la langue indigène notamment, et la reproduction de structures familiales et villageoises, par exemple le mariage entre jeunes dont les familles sont originaires du même village, même quand ils sont nés au cours de la migration15.

Un choix fait en fonction de l’inscription dans une lignée

39Les restes du défunt ancrent ses descendants géographiquement dans un lieu, mais aussi symboliquement dans une lignée. De ce point de vue, le choix de la sépulture aboutit le plus souvent à privilégier soit les ascendants, soit les descendants, comme le souligne aussi A. Petit (2004 : 1180-81), puisque le défunt est enterré dans le lieu d’origine (auprès de ses ancêtres) ou dans le lieu de résidence (où vivent souvent ses enfants). Il est du reste clairement explicité par certaines des personnes que j’ai interrogées : « ma mère me dit “quand je mourrai, je veux rester ici, là où toi tu es.” » (Valeria, 24 ans, 2005).

40Cependant l’inscription dans la lignée, que ce soit dans le sens ascendant ou descendant, est parfois difficile à réaliser quand les familles sont éclatées, comme on le constate dans le cas de Juvencio ci-dessous. Il a finalement choisi une inhumation loin de son fils – réside aux États-Unis – et loin de la sépulture de ses parents – qui se trouve dans son village d’origine, mais près de sa femme, de la nièce qu’il a élevée et de tous les frères de sa femme et de leur famille.

Un choix qui évolue au cours de la vie du migrant

41Le nouvel ancrage de la personne par le biais de la sépulture doit également être mis en relation avec la biographie du migrant, notamment quand il se préoccupe lui-même du lieu de sa sépulture.

42Juvencio, décédé en mai 2003 à Tijuana où il vivait depuis plus de quarante ans, était originaire d’un village de l’État d’Oaxaca au sud du Mexique, à 2 000 km de là, village dont il gardait un souvenir ému de son vivant, tant qu’il n’y était pas retourné.

43Quand je l’interrogeais avant 1998, date à laquelle il prit sa retraite et retourna dans son village d’origine, il me disait souhaiter être enterré dans ce village lointain.

44Après y être retourné une seule fois pour ne pas perdre la jouissance des terres revenant à sa famille (une loi coutumière locale), il en revint très déçu, constatant « qu’il ne s’y retrouvait plus » (no me hallo).

45En 2002, J. décida d’acheter une concession perpétuelle de quatre places à Tijuana pour lui, sa femme et deux autres personnes, favorisant ainsi clairement le lieu où il avait eu une vie sociale très active pendant plus de quarante ans, relativement proche de la ville où réside son fils unique depuis une quinzaine d’années en Californie, à environ 500 km au nord de la frontière mexicaine, tout en travaillant en Alaska plusieurs mois par an.

46On remarque ici que le mythe du retour dans le village d’origine peut perdre de son attrait à la suite d’un retour réel et faire pencher la balance vers le temps passé dans le lieu de migration, les liens qui y sont noués prenant le pas sur l’attachement à la région natale, qui est davantage de l’ordre du mythe et du souvenir transcendé que du réseau social.

Un choix fait en fonction des traitements du corps et de la sépulture

47Pour une partie de la population, celle des migrants mexicains indiens, les réticences les plus profondes concernent les techniques de traitement du corps et de l’inhumation dans les agences funéraires et dans les cimetières. D’une part, elles sont interprétées comme un manque de respect de l’intégrité du cadavre. En ville, « le corps n’est pas entier, on lui enlève les dents, le cœur… » m’explique une des personnes interrogées, alors que dans le village il est « enterré entier ». Le corps est effectivement embaumé et subit un traitement, mais il l’est, inévitablement, pour un transfert par avion, ce que mes interlocuteurs paraissent ignorer.

48D’autre part, elles sont perçues comme un obstacle au repos du défunt alors que, dans la société d’origine des migrants, les rites funéraires visent au contraire à préserver son repos et à assurer ainsi la tranquillité des vivants. Dans les cimetières urbains, « on déplace les morts » m’explique Abelardo (se mueven los muertos) car on met plusieurs morts les uns sur les autres dans la tombe et il faut souvent en bouger certains pour caser les nouveaux. Dans le village, chaque mort a son emplacement et on ne le déplace plus. Par ailleurs, on l’enterre très profond dans la terre (mon interlocuteur me montre la hauteur du toit de la maison à côté et me dit « cette hauteur-là »). Ici, dit-il, à Tijuana, on ne creuse pas si profond, à peine un peu, et on met ensuite du ciment.

49Mes interlocuteurs ne mentionnent pas l’impossibilité de pratiquer des rites spécifiques comme le signalent Jean-Pierre Hassoun pour les Hmong (1997 : 68-72), Agathe Petit pour les migrants musulmans (2004 : 1177) ou comme le note Michèle Tribalat (1996 : 138) à propos des migrants originaires d’Europe, d’Afrique du Nord et d’Afrique noire établis en France dont les souhaits en matière d’enterrement reflètent « l’attachement à des rites difficiles à pratiquer en situation d’exil ».

Les rites funéraires

50Un deuxième élément fondamental du rapport entre les vivants et les morts est le rite : il permet la communication entre les uns et les autres ou encore l’annulation temporaire de la distance qui les sépare. Au Mexique, on satisfait à deux séries de rites : les rites entourant le décès et les rites du jour des morts.

Les rites entourant le décès

51Les rites entourant la période du décès établissent clairement la séparation avec les vivants. Ils accompagnent le mort dans l’autre monde et garantissent qu’il y restera et ne reviendra pas troubler les vivants. Une fois l’enterrement passé, au bout d’un délai de moins de trois jours après le décès, les obsèques ne sont pas terminées. Il faut attendre neuf jours, la neuvaine (novenio), qui s’achève avec « la levée de la croix » (levantamiento de la cruz) et consacre le départ de « l’âme » (anima) du défunt (Katz, 2007). La croix est en effet couchée sur le sol pendant une semaine. On la « lève » le 9e jour pour l’amener au cimetière et la planter sur la tombe. Après cela, le défunt est considéré comme étant tout à fait séparé des vivants. Un nouveau rituel a lieu à la date anniversaire du décès, au moment où son « ombre » (sombra) quitte enfin le corps (Katz, 2007), puis durant trois années consécutives.

52Soit ces rituels sont suivis à distance par les migrants :

53Herminia dont la tante vient de mourir dans son village de l’État d’Oaxaca, perd une journée de travail pour assister à une messe donnée en l’honneur de la défunte, le jour de la levée de la croix, à 2 000 km du lieu du décès, à Tijuana.

54Soit les migrants se déplacent pour l’enterrement et la neuvaine, notamment quand il s’agit du décès des ascendants directs, même s’ils hésitent avant de prendre ce congé imprévu économiquement lourd :

55Un nouvel instituteur envoyé d’Oaxaca est revenu pour l’enterrement de sa mère il y a quelques jours. Quand il était parti à Tijuana, sa propre mère lui avait demandé de ne pas revenir à Oaxaca en aucun cas, son travail étant à Tijuana. Il fallait qu’il s’y consacre, même au cas où quelqu’un mourait, raconte mon interlocuteur. Et c’est ce qui s’est passé. C’est elle qui est morte. Le nouvel instituteur renonça à aller à Oaxaca pour l’enterrement. Finalement ses collègues se sont cotisés et il est parti jusqu’à ce que la neuvaine soit terminée (Tijuana, 1995).

  • 16 Cela se produit dans d’autres lieux qu’au Mexique, comme le signale A. Dumont (2005) à propos d’un (...)

56Les migrants se déplacent aussi pour être présents lors du jour des morts dans le village d’origine. Cela affecte leur rythme migratoire soit temporairement car ces événements jouent sur les dates des déplacements des membres de la famille (novembre pour le jour de défunts, par exemple), soit définitivement car ils peuvent infléchir le cours de la vie et provoquer de nouveaux choix migratoires, en provoquant le retour des enfants qui accompagnent le mourant ou viennent à l’enterrement et décident de ne plus repartir16 :

57Roberto, 58 ans, était jardinier quand il vivait à Tijuana. Depuis qu’il est reparti dans son village natal avec son plus jeune frère quand sa propre mère est tombée malade en 2001, Roberto ne va plus à Tijuana que temporairement, trois mois de temps en temps pour gagner un peu d’argent et rendre visite à ses enfants. Sa mère a été malade pendant trois ans et ce retour a rompu une dynamique migratoire qui, par ailleurs, le fatiguait. Pourtant, n’étant pas le cadet, mais l’avant-dernier, il n’était pas tenu de rester auprès de sa mère (Mes notes, février 2005).

58Par ailleurs, la migration massive dans certaines régions et l’absence qui s’ensuit entraînent des modifications des rites funéraires du lieu d’origine.

59Teofilo me raconte un événement récent qui l’a profondément choqué. Pour l’enterrement de sa grand-mère maternelle de près de 100 ans, le cercueil n’a pas pu être porté par des habitants du village de la maison à l’église, comme le voulait la coutume jusqu’à maintenant parce que toutes les personnes présentes étaient bien trop âgées et n’avaient pas la force physique suffisante. Les petits-enfants et arrière-petits-enfants de la défunte – qui vivent tous hors du village – arrivèrent une fois le cortège dans l’église et purent ensuite porter le cercueil sur leurs épaules de l’église au cimetière.

60L’abandon pour des raisons mécaniques, en quelque sorte, de ce dernier rite d’accompagnement du défunt par sa famille et par le groupe social dans lequel il a vécu dérange l’ordonnancement de la séparation entre vivants et morts telle qu’elle se pratiquait jusqu’à aujourd’hui. Elle est choquante pour mon interlocuteur car elle introduit un élément de chaos dans la représentation des rapports établis entre les vivants et leurs défunts.

Les rites du jour des morts

  • 17 « La présence des morts est désirée, mais seulement au moment convenable et de la manière convenab (...)

61Une seconde série de rites funéraires préside au retour orchestré des morts, un retour contrôlé et souhaité17, dans une « visite » annuelle rendue aux vivants, avec lesquels ils fument, trinquent et mangent par le biais d’un autel élevé dans l’intimité des maisons, orné de fleurs, de fruits, d’images saintes et de produits qu’aimaient les défunts de la famille de leur vivant, suivi d’une visite des vivants sur la tombe des défunts, quand cela est possible.

62Chez les migrants mixtèques, au cours de ce rituel, les proches du défunt (descendants, collatéraux, ascendants) l’honorent, où que se trouve la sépulture. L’inscription symbolique dans la lignée que marque matériellement la tombe peut alors être actualisée dans le rituel de l’autel des morts et de la consommation du plat traditionnel, le mole (poulet dans une sauce aux piments et au cacao), un autel qui a pour fonction d’annuler la barrière habituelle entre vivants et morts, en partageant nourriture, boisson et cigarettes. De fait, ce rituel annule également l’espace entre le lieu de l’inhumation du défunt et le lieu de résidence des vivants.

  • 18 Ya ve que los muertos vienen donde está uno (novembre 2005).

63Lors du jour des morts, alors qu’elle me montrait son autel et m’offrait des produits qu’elle y avait exposés, une migrante mixtèque originaire d’Oaxaca et résidant à Tijuana, doña Catalina, m’expliqua que le fait que tous ses défunts soient enterrés à Oaxaca, n’avait aucune incidence sur le rituel de l’autel des morts puisque « les morts viennent là où on se trouve18 ».

64Elle raconta alors que peu de temps après la mort de sa mère, elle avait fait l’autel des morts et l’avait vue, là, dans la cuisine où nous nous trouvions. Sa mère était debout, les bras le long du corps et la regardait. Mais quand doña Catalina voulut la prendre dans ses bras, la morte s’en est allée, elle a disparu en s’envolant (d’après ce qu’elle dit et montre avec ses bras, je comprends qu’elle a disparu comme de la fumée).

65Ainsi, les rites funéraires post-mortem compensent l’ancrage du défunt dans un lieu précis en permettant aux manifestations de son âme de rendre visite aux vivants où qu’ils résident.

66Du reste, l’éloignement des villages d’origine et l’urbanisation progressive d’une grande partie de la population mexicaine au cours du dernier demi-siècle (des trente dernières années pour les Indiens mixtèques) ont probablement renforcé certains de ces rituels, ou certains aspects de ces rituels, par un souci d’affirmer et de fortifier l’attachement au lieu d’origine, ainsi que celui de se conformer autant que possible à la figure idéale du villageois tel que se l’imagine chaque migrant ou certains leaders migrants.

67C’est ce que remarque Norberto, instituteur bilingue de 43 ans arrivé en 1982 à Tijuana, quand il affirme qu’il n’aurait pas spontanément observé la coutume d’hommage aux défunts des premiers jours de novembre s’il n’avait pas eu l’exemple d’un migrant plus âgé de son quartier, très soucieux de reproduire dans son lieu de migration les rites de son village d’origine. Cette personne, sorte de leader rituel, sans pouvoir politique ni syndical, mais considéré et se considérant comme le dépositaire d’une « tradition » originale et lointaine à faire vivre et revivre chez les migrants, était par ailleurs guérisseur et très respecté par ses voisins qui firent de lui maintes fois leur parent rituel.

68C’est ainsi en effet que « se reproduisent » les coutumes en milieu migrant : elles sont répétées ou réinventées ou réadaptées dans l’intimité des familles et des maisons, puis, par mimétisme, par souci d’identification, elles se propagent dans les familles et les maisons des voisins et des amis, migrants eux aussi.

Conclusion

69Chez les migrants mexicains, les rites et pratiques funéraires s’inventent ou se reproduisent dans une société où règne la mobilité : toutes les familles du pays ont au moins un membre qui est allé aux États-Unis à un moment donné, ou qui y réside aujourd’hui, et au moins un membre – généralement davantage – qui a quitté son lieu de naissance pour une autre destination.

70Certes la sépulture représente une territorialisation inévitable et irréversible qui inscrit symboliquement les proches du défunt tant dans l’espace que dans la lignée. Mais elle peut aussi ouvrir une nouvelle lignée dans un nouveau lieu, par suite de la mobilité des membres de la famille sans pour autant cesser d’inscrire les individus dans la permanence.

71Par ailleurs, il ne faut pas limiter l’inscription symbolique à son ancrage dans le territoire. D’une part, parce qu’il existe des moyens de manipuler la fixité du lieu, par exemple en prenant la tombe en photo et en transportant la photo avec soi : les photos des tombes des défunts sont parfois exposées avec les photos des défunts dans la pièce principale de la maison. D’autre part, parce que les relations avec les défunts se poursuivent par-delà la mort, notamment par les visites au cimetière qui représentent un des objectifs des retours temporaires des migrants, avec celui des fêtes familiales ou, chez les migrants indiens, par le biais de l’autel des morts, y compris quand les vivants résident loin de leur terre d’origine.

72On a vu que les pratiques relatives aux défunts peuvent être considérées comme un ensemble de « flux ». Ceux-ci contribuent à produire de la mobilité : le déplacement des vivants pour les obsèques des défunts ou pour les honorer lors du jour des morts ; le transfert des cadavres. Ces flux contribuent également à structurer cette mobilité car ils unifient l’espace et le temps en « multi-territorialisant » les événements ou certains de leurs éléments, comme cela se passe aussi avec les mariages ou les fêtes patronales. En effet, les rituels funéraires sont soit accomplis dans plusieurs lieux simultanément, soit transposés dans les lieux de migration : la messe dite au moment de la levée de croix à des milliers de kilomètres de la sépulture ; la tombe dans le lieu d’origine et la photo de la tombe, dans la maison du migrant, qui duplique la sépulture.

73Parallèlement, le rapport entre vivants et défunts est lui-même structuré par la mobilité des personnes aux niveaux individuel, familial et collectif : il est endommagé quand l’enterrement de la grand-mère de T. ne se fait pas selon les règles à cause de l’absence de jeunes pour porter le cercueil ; il est modifié par le choix de J. qui a renoncé à être le descendant d’une lignée pour en amorcer une nouvelle dans un autre contexte familial et social ; il est renforcé par la migration et par l’isolement socioculturel des migrants mixtèques dont certains sont plus attachés à la reproduction des rites du jour des morts que s’ils avaient continué à vivre dans leur région d’origine.

74Quelles que soient les distances qui séparent les vivants entre eux, et les vivants des sépultures des défunts, bref quelle que soit la mobilité des personnes, les rites et pratiques funéraires affirment ou réaffirment des appartenances familiales et socioculturelles. Les pratiques funéraires sont étroitement dépendantes des pratiques sociales et des relations familiales au cours de la vie du migrant et elles reflètent avant tout un rapport aux personnes, aux liens et aux réseaux sociaux – et mobilisent donc des solidarités – plus qu’aux lieux comme purs espaces ou à un lien sentimental avec la terre natale. Il n’y a pas de contradiction avec la territorialisation dont il a été question plus haut, mais celle-ci n’a de sens que dans un espace social et socialisé.

Bibliography

Références bibliographiques

Dumont A., 2005 – « Circuler pour militer. Trajectoires individuelles et réseaux associatifs des migrants marocains en France ». Communication présentée au colloque Circulations et territoires dans la migration internationale, Toulouse, 16-18 mars.

Hassoun J.-P., 1997 – Hmong du Laos en France. Changement social, initiatives et adaptations. De l’autre côté du monde. Paris, PUF, 215 p.

Hertz R., 1970 [1928] – « Contribution à une étude collective de la représentation de la mort ». In : Sociologie religieuse et folklore, Paris, PUF : 1-83. Éd. électronique par G. Paquet, http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html

Katz E., 2007 – « Rites de vie, rites de mort (enfants mixtèques du Mexique) ». In Bonnet D., Pourchez L. : Du soin au rite dans l’enfance, Paris, IRD Éditions/Érès : 281-300.

Lenoir F., De Tonnac J.-P., 2004 – La mort et l’immortalité. Encyclopédie des savoirs et des croyances. Paris, Bayard, 1692 p.

Lestage F., 1997 – À la croisée des identités. Les aménagements de l’alliance chez les migrants mixtèques (Frontière nord du Mexique). Cahier des Amériques Latines, 25 : 97-113.

Lestage F., 2001 – La construction des différences chez les migrants à la frontière mexico-étatsunienne. Études rurales, 159-60 : 189-204.

Lestage F., 2008 – Les indiens mixtèques dans les Californies contemporaines. Migrations et identités collectives. Paris, PUF, coll. Ethnologies, 184 p.

Petit A., 2004 – « Mourir en terre d’immigration. Conception et traitement de la mort chez les immigrés en France ». In Lenoir F., De Tonnac J.-P. (dir.) : La mort et l’immortalité. Encyclopédie des savoirs et des croyances, Paris, Bayard : 1173-1184.

Petit A., 2005 – « Circulation des morts, des dons et des biens cérémoniels : un versant inexploré de la circulation migratoire ». Communication au colloque Circulations et territoires dans la migration internationale, Toulouse, 16-18 mars, 9 p.

Tribalat M., 1996 – De l’immigration à l’assimilation. Enquête sur les populations d’origine étrangère en France. Paris, La Découverte/Ined, 302 p.

Notes

1 Je remercie El Colegio de la Frontera Norte (Tijuana, BC, Mexique) pour son appui dans la collecte des données présentées dans cet exposé.

2 Au Mexique, les recensements détectent une soixantaine de groupes ethniques différents dont le critère de définition est la langue parlée. Les migrants mixtèques parlent le mixtèque. Ils sont également originaires d’une région appelée la Mixtèque et s’étendant sur trois États (Guerrero, Oaxaca et Puebla).

3 Pour les migrants mexicains décédés au Mexique, ce sont en général les agences des pompes funèbres effectuant le transfert du corps qui se chargent des démarches auprès des autorités sanitaires. C’est le département de Régulation sanitaire, dépendant du ministère de la Santé, qui rédige le permis de transfert depuis mai 2004, mais chaque État fédéral conserve ses propres statistiques, ce qui rend leur collecte difficile.

4 Il établit ces distinctions à travers trois documents : le certificat de décès, document principal ; l’acte de décès, utilisé si le premier n’existe pas ; et le formulaire de mort violente établi par le médecin légiste, utilisé en lieu et place des deux autres (Cuadernos n° 17, Estadísticas demográficas, 2005 : 90).

5 Hypothèse suggérée par l’Inegi (Cuadernos n° 17, Estadísticas demográficas, 2005 : 90).

6 Ce sont là des hypothèses provisoires, qui seront prochainement vérifiées dans une enquête de terrain.

7 Sauf cas particuliers qu’il faudrait étudier dans les registres et dans les cimetières même.

8 Les données sur les transferts de cadavres du Mexique aux États-Unis ont été obtenues auprès de la sous-direction de Coordination et de Lien interinstitutionnel du ministère des Affaires étrangères à Mexico dont je remercie le responsable, Oliver Contla. Je remercie également pour leur aide et leur efficacité Marco Antonio Frayre, responsable de la Direction générale de protection et affaires consulaires (DGPAP) de ce ministère, et Rosa Maria Leyva, employée de la DGPAP. Pour les données du consulat de San Diego, je remercie le consul général, Luis Cabrera, le consul de protection, Mario Cuevas, la vice-consul Laura Quintanilla et le responsable du département de transferts des restes humains, Juan Carlos Sanchez pour leur gentillesse et leur coopération.

9 En 2000, 9,2 millions de personnes nées au Mexique étaient recensées aux États-Unis.

10 1 831 familles ont été aidées en 2004, 2 755 en 2005.

11 Uno no quiere dejar su pellejo alla (Oaxaca, 1998).

12 Notes de terrain, consulat de San Diego, février 2006.

13 L’état de mon enquête ne me permet pas de donner des réponses chiffrées à ce type de questions, mais seulement de les poser en insistant sur la complexité du choix de cette ultime territorialisation entre plusieurs « ici » et plusieurs « là-bas », anciens ou nouveaux lieux de vie.

14 À Tijuana, de 35 000 pesos (2 400 euros environ) dans un mur à 50 000 pesos en terre (3 400 euros) pour une concession de quatre personnes dans un cimetière paysager de la ville, payable à crédit.

15 Cela ne signifie pas que la forte présence du groupe social d’origine empêche l’« intégration » sociale et économique des personnes dans la société locale ; bien au contraire, il aurait plutôt tendance à la faciliter. Mais les apports de cette intégration servent également au renforcement du groupe.

16 Cela se produit dans d’autres lieux qu’au Mexique, comme le signale A. Dumont (2005) à propos d’un migrant originaire du Maroc et établi en France qui, parti pour deux mois au moment du décès de son père, reste finalement trois ans dans son village d’origine, jusqu’à ce que la pression policière le contraigne à repartir.

17 « La présence des morts est désirée, mais seulement au moment convenable et de la manière convenable » souligne R. Hertz reprenant les termes d’un autre auteur (1970 [1928] : 53).

18 Ya ve que los muertos vienen donde está uno (novembre 2005).

Author

anthropologue, professeur à l’université Paris-Diderot/Paris-VII et chercheur à l’Urmis, unité de recherche Migrations et Société (UMR 7032). Ses recherches portent sur l’ethnicité, en particulier l’indianité dans les Amériques hispaniques, sur les dynamiques familiales, sociales et étatiques induites par les situations migratoires des Mexicains ainsi que sur les usages de la mort et le rapport à la mort en milieu migrant mexicain. Depuis 2007, elle est directrice de l’UFR de sciences sociales de Paris-Diderot/Paris-VII.

© IRD Éditions, 2009

Terms of use: http://www.openedition.org/6540