Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 3. Le migrant, un acteur du développement ?

Chapitre 12. L’évolution des stratégies migratoires des Burkinabé en Côte d’Ivoire et le rôle des réseaux communautaires

Alain Bonnassieux

Résumé

Plusieurs centaines de milliers de Burkinabé sont revenus dans l’urgence dans leur pays depuis 1999 à cause de la crise en Côte d’Ivoire. Bien que la situation soit restée très tendue jusqu’en 2007, beaucoup sont repartis. Les difficultés de réinsertion des rapatriés qui ont peu d’attaches au Burkina Faso expliquent en partie cette attitude. Mais au-delà, l’enracinement ancien de la diaspora burkinabé en Côte d’Ivoire, la diversité des positions que ses membres occupent, jouent un rôle déterminant. La mobilité accrue des migrants sur un territoire qui englobe la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso a aussi une influence importante parce qu’elle contribue à la reproduction sociale des populations confrontées à l’insécurité économique. La mobilisation de réseaux familiaux et ethniques, si elle a été un des facteurs clés de l’affirmation des positions de la diaspora burkinabé dans l’économie, surtout en milieu rural, la fragilise aussi à cause des frustrations qu’elle accroît dans un contexte de tensions.

Several hundred thousand Burkinabé have returned to their home country since 1999 due to the crisis in the Ivory Coast. Many of them went back to the Ivory Coast even though the situation was unstable up to 2007. This behaviour is explained partly by the difficulty of reintegration experienced by those who have few family ties in Burkina Faso. Furthermore, the old settlement patterns characteristic of the Burkinabé diaspora in Ivory Coast and the various positions held by his (her) members play a decisive role. The increasing mobility displayed by migrants on a territory including Ivory Coast and Burkina Faso is also highly significant because it contributes to the social reproduction of populations confronted with economic and social insecurity. Even though the mobilization of family and ethnic networks has been one of the key factors in consolidating the positions held by the Burkinabé diaspora in the economy especially in rural areas, it makes it vulnerable due to the increasing frustrations caused in a tense situation.

Texte intégral

  • 1 Ce texte sur l’évolution des migrations des Burkinabé en Côte d’Ivoire est le résultat de la réali (...)
  • 2 Un accord conclu dans le cadre d’une médiation organisée par Blaise Compaoré, le président du Burk (...)

1La situation des Burkinabé en Côte d’Ivoire1, environ 2,3 millions sur une population de 16 millions d’habitants s’est gravement détériorée depuis 1999 dans le cadre des troubles qu’a connus ce pays. Selon les estimations, plus de 600 000 Burkinabé ont été contraints de retourner dans leur pays. La plus grande partie de ces migrations de retour se sont produites après le démarrage, en septembre 2002, de la rébellion qui contrôle le Nord et une partie de l’Ouest du territoire ivoirien. Mais, bien que le territoire ivoirien soit toujours divisé et que les tensions restent élevées entre les forces antagonistes, beaucoup de Burkinabé sont repartis2, quitte à faire face à de nombreuses difficultés pour regagner les zones où ils étaient installés en Côte d’Ivoire. Cette volonté de repartir soulève plusieurs questions. Les unes concernent les problèmes de réinsertion auxquels ont été confrontés les membres de la diaspora burkinabé contraints de revenir d’urgence dans leur pays d’origine. D’autres portent sur la formation de la communauté burkinabé en Côte d’Ivoire, son insertion dans le pays, la place qu’elle occupe dans l’économie, particulièrement dans les zones de plantations cacaoyères et caféières dans la partie méridionale du pays. Enfin, certaines, en phase avec ces interrogations, portent sur la place et l’évolution des stratégies migratoires des Burkinabé, particulièrement l’accroissement de leur mobilité sur un espace transnational qui couvre les territoires du Burkina et de la Côte d’Ivoire et le rôle qu’elles exercent sur les mécanismes de reproduction et de promotion économique et sociale dans un contexte marqué par la précarité et l’incertitude.

Les difficultés de réinsertion des membres de la diaspora burkinabé

2Les migrations de retour des Burkinabé ont toujours existé. Mais, à partir du début des années 1980, dans un contexte de ralentissement de la croissance en Côte d’Ivoire, due en grande partie à la chute du prix du cacao, la principale ressource du pays, la proportion des retours a progressé à cause de la réduction de la demande de main-d’œuvre burkinabé par les planteurs ivoiriens et de la hausse du chômage en milieu urbain. Ainsi de 1988 à 1992, les arrivées de Burkinabé en Côte d’Ivoire ont été équivalentes à leurs départs. La mutation opérée au cours de cette période a correspondu au renversement d’une tendance de longue durée, puisque depuis l’époque coloniale, suite notamment à l’abolition du travail forcé en 1946, il y a eu un net excédent des départs en Côte d’Ivoire. La crise économique et la baisse importante du niveau de vie dans le courant des années 1980 ont provoqué un rééquilibrage des flux migratoires avec les pays sahéliens.

3La majorité des Burkinabé rentrés au pays y avaient gardé des attaches. Leur épargne a facilité la création d’entreprises urbaines ou rurales. Les migrations de retour qui ont eu lieu dans les années 1980 sont intervenues à une période où il y avait encore des réserves foncières sur les nouveaux fronts pionniers agricoles dans l’Ouest. Le contexte était favorable pour négocier un accès à la terre sans limitation de durée avec les responsables de lignages autochtones. Les migrants, en raison de leurs moyens, ont joué un rôle important dans l’expansion des productions cotonnières, céréalières et maraîchères. Une partie des migrants issus du milieu rural se sont aussi réinstallés en ville, suite fréquemment à une expérience acquise par un travail dans le secteur informel en milieu urbain après un emploi de manœuvre dans l’économie de plantation. L’apport des Burkinabé revenus au pays a eu une incidence importante sur la croissance urbaine, notamment celle de Ouagadougou. Ils ont contribué à l’expansion du secteur informel, particulièrement dans le commerce et la construction de logements.

4À partir de 1999, l’intensité et les caractéristiques des mouvements de retour au Burkina des ressortissants en Côte d’Ivoire ont profondément changé. Ils ont pris un caractère massif et sont intervenus très souvent dans l’urgence à cause de l’aggravation des différentes formes de violences contre les étrangers dans un contexte d’extrême tension politique et sociale, comme l’explique Sylvie Bredeloup dans la 2e partie de ce même ouvrage. Du fait des conditions dramatiques dans lesquelles ils se sont déroulés, les membres de la diaspora, qui avaient peu d’attaches dans leur pays d’origine et qui étaient démunis à leur arrivée, ont pris une part beaucoup plus importante qu’auparavant à ces mouvements de retour. Leur réinsertion a été délicate car beaucoup d’entre eux, nés en Côte d’Ivoire, y avaient tous leurs biens et ne connaissaient pas la région dont leur famille était originaire au Burkina. Certains étaient de père burkinabé et de mère ivoirienne, mais n’avaient pas eu accès à la nationalité ivoirienne. D’autres, installés en Côte d’Ivoire depuis plus de 20 ans y avaient un emploi stable et une nombreuse famille.

5Dans les principales villes, Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, l’arrivée massive de rapatriés sans ressources a fait exploser la demande des petits boulots. Leur prise en charge a été rendue plus difficile par l’accentuation de la pauvreté depuis quelques années en milieu urbain. Dans les zones rurales, les rapatriés ont été confrontés à de plus grandes difficultés d’insertion que par le passé, à cause de la réduction des terres disponibles, notamment dans le bassin cotonnier de l’Ouest. Du fait de la saturation croissante de cette région, il y a une convergence des migrations internes et externes vers les provinces du Sud et du Sud-Ouest (Zongo, 2003) qui présentent le plus de potentialités. L’acquisition de terres par les rapatriés de Côte d’Ivoire a contribué à accroître la valeur du foncier, ce qui a mis parfois en difficulté les migrants qui avaient pu s’installer auparavant sans contrepartie financière.

6Les membres de la diaspora burkinabé, qui avaient fait l’apprentissage de rapports sociaux dans des environnements pluriethniques en Côte d’Ivoire, ont été confrontés à des problèmes d’insertion en milieu rural à cause de la rigidité des coutumes et de la prégnance du pouvoir des aînés. Chez les Mossi, une distinction est établie entre deux types de migrants, ceux qui sont partis pour ne plus revenir et ceux qui reviennent souvent. Les migrants qui sont partis définitivement et qui ont adopté les mœurs de la terre d’accueil, désignés sous le terme de « Paweogo », sont considérés comme « perdus » (Déverin, 2004). La confrontation à l’austérité des modes de vie dans de nombreux villages s’est révélée souvent difficile du fait des habitudes acquises en Côte d’Ivoire où le niveau de vie est plus élevé. En ville aussi, le décalage entre les recettes des activités informelles et celles obtenues à Abidjan a contraint à réduire les prétentions en matière de consommation. Le dénuement des ressortissants de retour dans l’urgence a accru les problèmes de reconnaissance auxquels ils ont été confrontés dans des milieux où c’est la capacité à redistribuer argent et cadeaux au niveau de la parentèle et des proches qui confère un statut avantageux à celui qui revient.

D’une migration de main-d’œuvre à une migration d’établissement en Côte d’Ivoire

7Du fait de leur enracinement en Côte d’Ivoire et des difficultés de réinsertion au Burkina, dès le début de l’année 2003, bien que la frontière entre les deux pays était fermée, des jeunes et des chefs de famille, qui avaient mis femmes et enfants en sécurité au Burkina, ont pris des risques importants pour repartir. Ensuite, après la réouverture de la frontière en septembre 2003, les retours ont augmenté.

8La présence des Burkinabé en Côte d’Ivoire est à appréhender en référence aux modalités sur le long terme de la formation de cette communauté dans ce pays et en mettant en évidence l’importance de son rôle dans l’économie.

9D’après les chiffres du recensement de 1998, les Burkinabés sont 2,3 millions en Côte d’Ivoire. Les deux tiers vivent en milieu rural. Ils représentent un peu plus de la moitié de la population étrangère. Depuis le précédent recensement, bien que la part des étrangers ait légèrement diminué dans la population passant de 28 % à 26 %, le nombre et la proportion des Burkinabé se sont accrus. Cette évolution s’explique par la croissance naturelle de la communauté burkinabé plus que par les migrations vers la Côte d’Ivoire au cours de cette période.

10Les Burkinabé sont deux fois plus nombreux que les Maliens, classés en second parmi les étrangers. La migration burkinabé, amorcée dès les années 1930, a été renforcée par des flux importants pendant plusieurs décennies. La composition de la communauté a profondément évolué, la part des familles ne cessant d’augmenter, ce qui a contribué de manière significative à son accroissement.

  • 3 En 1984, la Haute-Volta est devenue le Burkina Faso.
  • 4 Gold Coast : nom du Ghana sous la colonisation britannique.

11La migration des Burkinabé a démarré sous la contrainte à l’époque coloniale dans le cadre du travail forcé pour les travaux d’infrastructure de l’administration, les chantiers forestiers et les grandes exploitations agricoles des colons. C’est parce que la Haute-Volta3 était nettement plus peuplée que la Côte d’Ivoire qu’elle a été démantelée de 1932 à 1947. La plus grande partie, l’Ouest, le Plateau central qui abritait les plus fortes densités sont devenues la Haute-Côte d’Ivoire. Le territoire voltaïque a été considéré comme un réservoir de main-d’œuvre pour l’expansion des activités dans les régions méridionales de la Côte d’Ivoire, riches et faiblement peuplées. De cette époque date la création de plusieurs villages dans le centre de la Côte d’Ivoire qui ont des noms mossi. Parce que la situation de la main-d’œuvre était très dure, qu’elle était selon le témoignage des anciens, assimilée à du « bétail », beaucoup de jeunes ont déserté les villages pour échapper aux recrutements et sont partis en Gold Coast4, où le régime du travail était plus libéral.

  • 5 Siamo : Syndicat interprofessionnel pour l’acheminement de la main-d’œuvre.

12La migration des Burkinabé s’est accrue à partir de 1946, suite à l’abolition du travail forcé et dans un contexte de forte croissance de l’économie ivoirienne jusque dans les années 1970. Bien qu’une structure ait été créée pour organiser la venue de la main-d’œuvre, le Siamo5, les migrants vont se rendre en Côte d’Ivoire pour la majorité en dehors des circuits officiels pour profiter des opportunités offertes par une économie en plein essor à une époque où leur force de travail est recherchée et où il est facile de changer d’emploi. Dans les années 1950, les migrants étaient pour la majorité des hommes jeunes qui gardaient des liens étroits avec le milieu d’origine et y retournaient régulièrement après avoir travaillé dans les zones d’économie de plantation, sur les chantiers forestiers et dans l’industrie et les services en ville. Après l’Indépendance en 1960, le régime d’Houphouet-Boigny qui fondait le développement du pays sur l’expansion des cultures de rente, cacao et café principalement dans les zones méridionales et forestières, a favorisé la venue des Burkinabé. Ils ont joué un rôle important dans la mise en valeur des potentialités de l’économie parce qu’ils étaient réputés bons travailleurs et qu’ils acceptaient de faibles rémunérations. En milieu rural, la présence massive de manœuvres burkinabé dans les zones d’extension des cultures de rente a réduit l’emploi de la main-d’œuvre familiale et contribué à la promotion d’une couche de moyens et grands planteurs ivoiriens qui ont scolarisé leurs enfants avec comme perspective pour eux un emploi salarié en ville. Pour fidéliser ces travailleurs étrangers mal payés, des portions de terre leur ont été concédées leur permettant de cultiver des produits vivriers pour leur alimentation. Dans les villes en plein essor, surtout Abidjan, les Burkinabé occupaient une forte proportion des emplois les moins qualifiés et les plus durs dans l’industrie, la construction, les travaux publics et les services. Du fait de l’importance de leur migration, la population de la Côte d’Ivoire, nettement inférieure à celle de la Haute-Volta au moment de l’Indépendance, en 1960, la dépassait largement en 1980.

13Au cours de cette période en Haute-Volta, la migration d’une partie importante des hommes jeunes, pour la majorité originaires des régions très peuplées du plateau Mossi et du Yatenga, a été le plus souvent organisée avec l’appui des chefs de familles pour contribuer à la reproduction d’unités familiales confrontées à un déficit de ressources à cause de la dégradation de l’environnement. La migration sur la côte était fréquemment perçue par les cadets comme un moyen d’avoir un revenu personnel et de se soustraire à la tutelle des aînés. Chez les Mossi notamment, elle se prolonge tardivement et limite l’accès aux responsabilités familiales et à l’autonomie économique.

14Dans les années 1960 et 1970, alors que l’importance de la communauté burkinabé n’a cessé de progresser, les caractéristiques de la migration ont évolué. La mobilité de courte durée s’est transformée en une mobilité de longue durée et a abouti fréquemment à une installation définitive. D’une migration individuelle des jeunes hommes célibataires, on est passé progressivement à une migration collective à caractère familial (Balac, 2002). La naissance d’enfants et l’ampleur des processus de regroupement familial ont contribué à la transformation de la migration de main-d’œuvre en migration d’établissement. La présence d’anciens et de parents qui avaient une situation stable en Côte d’Ivoire a favorisé l’élargissement et l’entretien de la migration. Pour les nouveaux arrivants, il était facile dans un premier temps d’être hébergé et de trouver de quoi survivre en travaillant pour un parent souvent sans percevoir de salaire. La forte emprise de réseaux burkinabé sur certains secteurs d’activités, comme le gardiennage, les emplois de personnel de maison, facilitait ensuite l’obtention d’un emploi rémunéré. Les situations n’étaient pas figées en cette période de croissance. Les jeunes qui commençaient d’abord comme manœuvres dans les plantations partaient ensuite fréquemment en ville pour y exercer des activités mieux payées et plus valorisées aux niveaux inférieurs du salariat.

Affirmation des positions de la diaspora burkinabé face à la récession

15À partir de la fin des années 1970, la crise et la récession ont réduit ces possibilités de promotion. Bien que la communauté burkinabé ait été très affectée par la baisse du niveau de vie, notamment du fait de son exclusion croissante des emplois salariés du secteur industriel et commercial (Bonnassieux, 1987) et de la réduction des emplois domestiques suite à la diminution de la présence européenne, le taux d’activité des Burkinabé à Abidjan s’est maintenu à un niveau plus élevé que celui des Ivoiriens à cause de l’implication plus forte des hommes et des femmes dans les activités informelles du commerce et de l’artisanat (Le Pape, 1997). L’extension de l’habitat spontané pour résoudre les problèmes d’accès au logement d’une proportion croissante des citadins a entraîné la prolifération des activités marchandes et artisanales. Elles ont été l’occasion pour des Burkinabé et leurs familles qui avaient de petits emplois dans l’informel, gardiens par exemple, ou qui avaient été licenciés de multiplier les sources de revenus à partir de l’exercice de plusieurs activités : fabrication de panneaux pour la construction de baraques, gestion d’une boutique, vente d’eau, location de logements (Yapi Diahou, 2000). Leur insertion dans le tissu de l’économie populaire abidjanaise, la solidité de leurs réseaux relationnels, le recours à une main-d’œuvre issue de l’environnement familial et ethnique et constituée de travailleurs non salariés ou rémunérés à la tâche ont favorisé l’expansion de leurs entreprises.

16Encore plus en milieu rural, à une phase de crise profonde de l’économie de plantation, il y a eu une affirmation des positions des Burkinabé. Elle a eu lieu principalement dans le courant des années 1970 et 1980 sur les fronts pionniers agricoles du Sud-Ouest où les modes de mise en valeur étaient très différents de ceux des vieilles zones de plantations de l’Est. Dans celles-ci, les migrants occupaient des positions de manœuvres, de métayers, les planteurs autochtones gardant le contrôle des ressources foncières. La mise en valeur des fronts pionniers agricoles du Sud-Ouest s’est faite selon une logique à la fois de peuplement et de colonisation agraire avec une migration massive d’allogènes baoulé et d’étrangers burkinabé, qui sont devenus nettement majoritaires dans des régions jusque-là peu peuplées. Ainsi, en 13 années, la population a été multipliée par 4 dans la zone de Soubré (Balac, op. cit.). Le faible contrôle des autochtones sur la terre et le peu d’intérêt pour les activités agricoles de beaucoup de jeunes Ivoiriens attirés par des emplois salariés en ville ou dans le transport maritime, comme les Kroumen de la région de Tabou, ont favorisé la venue d’immigrants. Le mot d’ordre des autorités « la terre appartient à celui qui la travaille » a contribué a renforcer un mouvement amorcé depuis longtemps, qui consistait, pour sécuriser la main-d’œuvre étrangère dont l’apport était indispensable, à la rémunérer sous forme de cession de parcelles. Cela a entraîné un accroissement de la migration pour des raisons familiales dans les exploitations détenues par les Burkinabé où le recours à une main-d’œuvre domestique est la norme. Cette évolution s’est effectuée de manière discrète à cause du confinement par les paysanneries autochtones des immigrants en majorité mossi dans des campements de culture des zones forestières. Vivant à l’écart des villages, ils étaient peu visibles et leurs contacts avec les populations locales portaient essentiellement sur les activités agricoles (Dembèle, 2002).

17Cette expansion des positions des Burkinabé est intervenue à partir des années 1980 dans un contexte de fragilisation des positions des petits et moyens planteurs ivoiriens, dont le revenu a chuté avec la baisse des cours du cacao.

18Les Burkinabé sont parvenus à mieux faire face à la crise de l’économie de plantation à cause de leurs capacités à mettre en œuvre des stratégies plus intensives en travail et sur le plan technique, par une utilisation plus fréquente d’intrants chimiques et d’insecticides que d’autres groupes d’agriculteurs. À la différence des planteurs nationaux qui avaient misé sur la scolarisation de leurs enfants pour qu’ils accèdent à des emplois salariés en ville, les Burkinabé en scolarisant moins leurs enfants, ont préservé les emplois domestiques. Le recours à une main-d’œuvre à faible coût, fondé principalement sur le travail des jeunes au sein d’unités familiales élargies et la mobilisation de réseaux de main-d’œuvre sur une base lignagère et villageoise et sur un espace transnational, a représenté un avantage important. Les épouses, surtout chez les agriculteurs mossi où la prééminence du mari est forte, ont concouru à ces processus d’intensification par leur contribution à la production cacaoyère et au développement du vivrier marchand. De plus, les pratiques plus innovantes des immigrants en matière de préparation des sols, de sarclage, d’utilisation d’engrais, ainsi que l’extension des productions vivrières ont amélioré la rentabilité de leurs activités. Cela leur a permis de mettre en œuvre des stratégies plus offensives, notamment dans le domaine foncier à une période où les planteurs ivoiriens étaient contraints de décapitaliser et de réduire l’emploi de manœuvres salariés (Balac et Léonard, 2005). Ainsi, dans le terroir de Bodiba dans la région d’Oumé, dans le Centre-Ouest, deux tiers des nouvelles exploitations entre 1973 et 1990 ont été créés par des Burkinabé et les exploitations qu’ils détenaient ont été systématiquement agrandies (Chauveau, 1995). Ils sont parvenus aussi en s’appuyant sur des réseaux intra-communautaires à diversifier leurs activités au-delà de la production agricole : approvisionnement en intrants, commercialisation du cacao et du vivrier, crédit, location de terres et de logements dans les bourgs ruraux.

Enracinement et diversité des situations des Burkinabé en Côte d’Ivoire

  • 6 Sidwaya (30/6/2004), Trafic routier Burkina-Côte d’Ivoire : 18 cars refoulés de Bouaké, des passag (...)

19Bien que la situation de la diaspora burkinabé se soit beaucoup détériorée ces dernières années, une partie de ceux qui sont rentrées dans l’urgence et beaucoup parmi ceux qui sont restés n’envisagent pas d’abandonner leurs exploitations agricoles et les activités informelles exercées en ville. Lorsqu’en juin 2004, 18 cars transportant des centaines de Burkinabé vers les régions cacaoyères ont été refoulés par l’armée ivoirienne à l’entrée de la partie du pays contrôlée par le pouvoir d’Abidjan, le convoyeur des passagers pour justifier leur entêtement à retourner coûte que coûte dans le centre-ouest de la Côte d’Ivoire, malgré le prix très élevé du transport Ouagadougou-Gagnoa, les dangers encourus, les souffrances endurées, déclarait6 : « Si quelqu’un persiste à entrer dans un feu d’où il vient de sortir, ce n’est pas par plaisir. Il est animé par une question de survie qui l’attire dans ce feu. Nous avons tellement d’intérêts en Côte d’Ivoire que nous ne pouvons rester longtemps ici ».

20L’attachement des Burkinabé à la Côte d’Ivoire s’explique ainsi par la diversité des positions économiques qu’ils y occupent, l’ancienneté de l’installation d’une grande partie des membres de leur communauté et la faiblesse des liens avec un pays d’origine mal connu.

21Au sein de la diaspora burkinabé, ce sont souvent les jeunes à la tête d’exploitations qui marchent bien, qui sont les plus déterminés à se battre pour défendre leurs intérêts. Ayant investi dans des exploitations qui rapportent parfois plusieurs millions par an, ils n’acceptent pas de partir sans rien comme nombre de leurs compatriotes chassés de la région de Tabou. Ils sont moins enclins à transiger que leurs aînés face aux exigences croissantes, notamment sur le plan financier, des autochtones, qui leur ont cédé des parcelles et sont considérés comme leurs tuteurs. Ces immigrants ont l’impression que leurs perspectives de réinsertion au pays sont très réduites, dans des régions qu’ils connaissent mal et qu’ils perçoivent comme confrontées à une sécheresse endémique.

22De nombreuses familles burkinabé en Côte d’Ivoire depuis plusieurs générations n’ont plus d’attaches avec leur pays d’origine. Leur intégration dans le tissu social local est nettement plus forte que ceux qui sont arrivés récemment. C’est le cas des Burkinabé de la région d’Abengourou dans l’est du pays qui sont considérés comme de quasi-autochtones (Tujague, 2004). Une grande partie de ces Burkinabé installés depuis longtemps en Côte d’Ivoire ne sont pas devenus Ivoiriens, parce qu’ils n’ont pas demandé à l’être avant la réforme 1972 qui a restreint les conditions d’accès à la nationalité ivoirienne en privilégiant le droit du sang par rapport à celui du sol. Une petite élite d’Ivoiriens d’ascendance burkinabé existe aussi. Certains de ses membres occupent des positions en vue dans plusieurs sphères, administration, secteur privé, sport, monde du spectacle, politique. La mise en scène d’une notion restrictive de « l’ivoirité », dans le cadre des polémiques soulevées par le rejet de la candidature d’Alassane Ouattara à la présidentielle du fait de son origine en partie burkinabé, les a mis particulièrement mal à l’aise.

23Mais la situation de beaucoup de jeunes Burkinabé, qui sont nés ou sont arrivés dans leur enfance en Côte d’Ivoire est précaire. En milieu rural, ils constituent souvent une main-d’œuvre à bon marché sur les champs détenus par leurs parents. Leurs chances d’obtenir une parcelle à cultiver en compensation de leurs prestations sont nettement plus réduites que celles qu’avaient leurs aînés à cause du manque de terres disponibles. Ceux qui occupent des emplois de salariés agricoles faiblement rémunérés ont moins accès que leurs aînés aux lopins agricoles qui permettent de survivre grâce aux compléments alimentaires qu’ils procurent (Anoh et al., 2005).

  • 7 Argot parlé par les jeunes des quartiers populaires.

24De nombreux jeunes de la diaspora burkinabé en milieu urbain ont des trajectoires marquées par le chômage, la violence, la recherche de petits boulots, les trafics pour survivre. Leurs références culturelles sont souvent proches de celles des jeunes Ivoiriens qui ont connu des années de « galère ». Ils parlent le nouchi7 et apprécient les genres musicaux, Zouglou, Rap et Reggae, qui sont l’expression du malaise de la jeunesse et d’une culture contestataire dont l’écho dépasse largement les frontières ivoiriennes et qui est populaire aussi au Burkina Faso.

25Bien que les possibilités de mobilité sociale se soient réduites à cause de la crise en Côte d’Ivoire, de nombreux membres de la diaspora burkinabé n’envisagent pas un retour dans le pays d’origine parce qu’ils ne connaissent presque rien du pays d’origine de leurs parents et y ont peu de liens. Parmi ceux qui ont conservé des attaches avec le Burkina Faso, la contribution des activités exercées en Côte d’Ivoire à la subsistance de leurs familles et à la scolarisation de leurs enfants au Burkina est un des facteurs qui incitent à rester dans ce pays.

L’accroissement de la mobilité sur un espace transnational face à l’incertitude

26Les relations qui existent au sein de réseaux familiaux et lignagers sur une base transnationale, les transferts financiers qui se réalisent par leur intermédiaire, jouent un rôle déterminant dans les mécanismes de promotion et de reproduction sociale dans des contextes caractérisés par l’accroissement de l’incertitude. L’intensité de la circulation des migrants s’explique par l’ancrage de nombreux burkinabé sur un territoire qui englobe la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.

27Ainsi, pour faire face aux problèmes rencontrés en Côte d’Ivoire et améliorer l’insertion au Burkina Faso, il y a eu un accroissement de la mobilité des hommes et des ressources dans un espace qui dépasse le cadre des frontières nationales (Marchal et Quesnel, 1995). La mobilité s’est amplifiée dans le cadre de la mise en réseaux d’entreprises constituées par les familles des migrants. Dans un contexte de montée des tensions en Côte d’Ivoire, mais aussi des difficultés d’insertion au Burkina Faso, la mobilité dans un espace transnational est devenue un des facteurs les plus importants pour lutter contre l’insécurité économique et sociale. De nombreux retours au Burkina se sont effectués, sans rupture avec les zones de production cacaoyère ou caféière en Côte d’Ivoire, ni avec le milieu urbain ivoirien. Ainsi à Abidjan, à cause de la détérioration des conditions de vie, beaucoup de chefs de famille ont rapatrié femmes et enfants au Burkina Faso, tout en poursuivant des activités dans le secteur informel. Il y a eu une multiplication des lieux de production sur un espace transnational à partir de réseaux familiaux et villageois (Blion, 1996). Les achats de terres par des migrants se sont développés dans l’ouest du Burkina, principale zone d’expansion de la production cotonnière, ainsi que dans le bassin du Nakambé en même temps que la poursuite d’activités dans les zones de production cacaoyères en Côte d’Ivoire. Des migrants qui s’installaient au Burkina ont confié leur exploitation à un parent en Côte d’Ivoire (Breusers, 2003). Les ressources obtenues en Côte d’Ivoire ont été investies dans la création d’exploitations agricoles et d’activités dans le secteur informel. Dans le même temps, surtout dans les zones de plantation en Côte d’Ivoire, les exploitants burkinabé, pour maintenir et étendre leurs positions, ont eu recours à la main-d’œuvre familiale. Ils ont bénéficié ainsi que les exploitations ivoiriennes de l’apport d’une main-d’œuvre à faible coût, en partie constituée de jeunes de moins de 18 ans, fournie par des réseaux familiaux, villageois et de voisinage à partir de la région d’origine (Bazziveil et Siè, 2002).

  • 8 Pénibilité et risques liés notamment à l’importance des tâches de nettoyage, de défrichage, à la m (...)

28Ces réseaux sont les acteurs de processus de mobilité qui fonctionnent depuis longtemps en dehors du contrôle étatique. La migration vers la Côte d’Ivoire s’est poursuivie, alimentée par les besoins de main-d’œuvre des Burkinabé, et aussi la soif d’aventure et le besoin d’argent des jeunes de familles pauvres et de leurs parents. L’emploi comme manœuvre dans les exploitations cacaoyères en dépit de la pénibilité des tâches et des risques encourus8 est perçu par une partie des jeunes, sans perspective de travail rémunérateur au Burkina, comme un des seuls moyens de se constituer un capital pour monter une petite entreprise qui permet d’accéder à l’autonomie. Cette mobilité saisonnière et pluriannuelle des jeunes a contribué au maintien et à l’extension de la production des exploitations. Elle s’est déployée en fonction des besoins de main-d’œuvre, des calendriers des activités agricoles et des opportunités économiques sur trois types d’espaces, d’une part les zones forestières en Côte d’Ivoire, d’autre part les zones de savanes de l’ouest et du sud-ouest du Burkina Faso favorables à l’expansion des productions cotonnières, maraîchères et céréalières, enfin les terroirs saturés du plateau central d’où sont issus beaucoup de migrants. L’alternance du travail dans la plantation en Côte d’Ivoire et dans les champs au pays, dans la région d’origine et dans les zones de migration s’est accrue. L’amélioration des infrastructures de communication, notamment des systèmes de transport ainsi que les facilités de paiement accordées par les transporteurs aux migrants en déplacement ont favorisé cette mobilité.

29Les obstacles à la mobilité du fait de la crise en Côte d’Ivoire ont été particulièrement ressentis au Burkina. Ils se sont matérialisés par l’accroissement du racket dont étaient victimes les travailleurs de retour de Côte d’Ivoire lors des contrôles formels et informels et l’augmentation des entraves à la circulation des jeunes et des transporteurs entre les deux pays. La fermeture des frontières pendant une année après le déclenchement de la rébellion en Côte d’Ivoire a constitué un problème très important pour le Burkina à cause de son enclavement et de la dépendance par rapport à son voisin du Sud pour l’importation et l’exportation de marchandises. Les nombreuses interactions entre les économies ivoiriennes et burkinabé ont été mises en évidence à cette période. En Côte d’Ivoire, notamment dans les zones de production cacaoyère et caféière, des pertes importantes ont été enregistrées suite à l’abandon de certaines plantations par leurs propriétaires immigrés et faute de main-d’œuvre. Le départ de dizaines de milliers de Burkinabé et de nombreux Maliens a été d’autant plus ressenti que la dépendance de la production ivoirienne envers ces travailleurs, par la propriété directe, par le métayage ou par d’autres contrats de travail, s’est nettement accrue entre les années 1980-1983 et le début des troubles politiques en 2000. Les étrangers assurent près de 50 % de la production de cacao du pays. Alors que le tissu économique en Côte d’Ivoire s’est gravement détérioré depuis 2002, les investissements des agriculteurs burkinabé en travail et en soins manuels aux plantations jouent un rôle déterminant dans le maintien à un niveau élevé de la production de cacao, qui constitue la première ressource du pays (Ruf et Konan, 2005).

  • 9 Albert Ouedraogo, « Le Burkina et la Côte d’Ivoire condamnés à fusionner ou à se détruire », Sidwa (...)

30Cette complémentarité entre les économies et sociétés burkinabé et ivoirienne a été soulignée par les intellectuels et les politiques au Burkina9. Lors d’une intervention, l’universitaire Albert Ouedraogo, qui dirige l’ONG le Tocsin dont le rôle dans la réinsertion des rapatriés de Côte d’Ivoire a été important, faisait observer que les deux pays sont condamnés à fusionner ou à se détruire à cause de la complémentarité de leurs ressources et d’une histoire en grande partie commune au xxe siècle. Le conflit en Côte d’Ivoire et ses répercussions, à cause notamment des difficultés de réinsertion des membres de la diaspora, ont été le révélateur d’une communauté de destin avec le voisin du Sud, qui était jusque-là peu perçue par une large partie de l’opinion.

Force et limites des réseaux communautaires

31La remise en cause de la pérennité de l’installation des agriculteurs burkinabé dans les zones d’économie de plantation a été un facteur déterminant de la détérioration des relations entre la Côte d’Ivoire et le Burkina. Du fait de l’extension de leurs positions, ceux-ci ont été les plus visés dans les conflits fonciers qui n’ont cessé de s’accroître dans le courant des années 1990 dans un contexte de raréfaction des réserves forestières dans les zones de fronts pionniers et de tensions entre aînés et cadets pour l’accès à la terre suite au retour dans les villages de jeunes citadins autochtones sans emploi. Ces derniers ont souvent repris aux Burkinabé les terres que leur avaient concédées leurs parents et qui n’étaient pas encore mises en valeur (Ibo, 2006). L’instrumentalisation par une large partie de la classe politique des problèmes fonciers et d’emploi dans certaines branches du secteur informel a entraîné l’adoption de mesures particulièrement restrictives qui limitent l’accès durable à la terre et l’emploi des étrangers.

32Ainsi, la loi de 1998 qui confère à terme la propriété de la terre aux Ivoiriens a eu pour effet de légitimer l’expulsion de milliers de Burkinabé des terres qu’ils exploitaient. Ces mesures, adoptées dans une période de surenchère nationaliste, sont liées aussi aux frustrations provoquées par le mode de fonctionnement des réseaux de la diaspora. Les bases essentiellement communautaires sur lesquelles l’essor de leurs activités est souvent fondé provoquent une ethnicisation croissante des processus de production de ressources qui sont source de clivages et d’affrontements. Cela est bien apparu dans le centre-ouest de la Côte d’Ivoire, où en 2003 les tensions entre Ivoiriens et Burkinabé se sont accrues parce que ces derniers commercialisaient leurs productions agricoles sans passer par les coopératives créées par les autochtones. Les planteurs autochtones les ont accusés de ne pas participer au développement local, parce qu’ils restaient à l’écart de structures communautaires dont une partie des ressources servent à la création d’infrastructures collectives. Le repli sur des modes d’organisation endogène de commercialisation a contribué à une stigmatisation accrue des migrants déjà suspectés par les Ivoiriens de soutenir les rebelles (Chauveau et Bobo, 2003).

33Ces observations nous montrent que la question de la stabilité de l’insertion des Burkinabé dans les espaces où ils vivent en Côte d’Ivoire est en partie liée à leurs capacités à articuler leurs dynamiques à celles des sociétés locales. Les humiliations et les violences qu’ils ont subies ne favorisent pas la transgression des clivages communautaires. Mais cette perspective n’est pas hors de portée. Dans de nombreux espaces ruraux, l’entraide entre planteurs de différentes origines a souvent permis de résoudre des problèmes pour faire face à l’ampleur des travaux à effectuer dans les exploitations cacaoyères dans un environnement forestier où la végétation repousse vite. Lors des périodes de tensions, les relations anciennes de collaboration qui existent entre agriculteurs ivoiriens et burkinabé et responsables de communautés locales ont contribué à réduire les antagonismes.

Bibliographie

Références bibliographiques

Anoh A., Fassassi R., Adjamagbo A., 2005 – « Dynamiques familiales et solidarités communautaires ». In Léonard E., Vimard P. (ed.) : Crises et recomposition d’une agriculture pionnière en Côte d’Ivoire, Paris Karthala : 217-259.

Balac R., 2002 – « Dynamiques migratoires et économie de plantation ». In Tapinos G. P., Hugon P., Vimard P. (ed.), : La Côte d’Ivoire à l’aube du xxie siècle, Paris Karthala : 195-231.

Balac R., Léonard É., 2005 – « L’achèvement du cycle pionnier et la crise du système agraire ». In Léonard É., Vimard P. : Crises et recomposition d’une agriculture pionnière en Côte d’Ivoire, Paris Karthala : 149-214.

Bazzi-Veil L., SIÈ K., 2002 – Étude communautaire sur le travail des enfants dans les plantations cacaoyères de Côte d’Ivoire. Organisation internationale du travail et Institution internationale d’économie tropicale, Abidjan, 105 p.

Blion R., 1996 – « Migrants internationaux de retour au Burkina Faso, acteurs et témoins d’une circulation migratoire multiforme ». In Otayek R., Sawadogo F. M., Guingané J.-P. (ed.) : Le Burkina entre démocratie et révolution (1983-1993), Paris Karthala : 133-155.

Bonnassieux A., 1987 – L’autre Abidjan. Paris Karthala, Abidjan Inades, 220 p.

Breusers M., 2003 – « La dynamique foncière et la poursuite d’une sécurité de subsistance dans la province du Sanmatenga, Burkina Faso ». In Kuba R., Lentz C., Somda C. N. (ed.) : Histoire du peuplement et relations interethiques au Burkina Faso, Paris Karthala : 41-58.

Chauveau J.-P., 1995 – « Pression foncière, cycle domestique et crise économique, étude de cas en Côte d’Ivoire forestière ». In Blanc-Pamard C., Cambrézy L. (ed.) : Dynamiques des systèmes agraires : terre, terroir et territoire : les tensions foncières, Paris Orstom : 107-129.

Chauveau J.-P., Bobo Koffi S., 2003 – La situation de guerre dans l’arène villageoise. Un exemple dans le centre-ouest de la Côte d’Ivoire. Politique Africaine, 89, Paris Karthala : 12-33.

Dembèle O., 2002 – « La construction de la catégorie « étranger ». In Le Pape M., Vidal C. (ed.) : La Côte d’Ivoire, l’année terrible 1999-2000, Paris Karthala : 123-171.

Déverin Y., 2004 – « Facteurs culturels et représentations de l’espace en pays mossi ». In Dulucq S., Soubias P. (eds.) : L’espace et ses représentations en Afrique, Paris Karthala : 15-32.

Ibo J., 2006 – « Retraits de terres par les “jeunes autochtones” sur les anciens front pionniers de Côte d’Ivoire : expression d’une crise de transition intergénérationnelle ». In : Colloque international Les frontières de la question foncière, Montpellier, 21 p.

Le Pape M., 1997 – L’énergie sociale à Abidjan. Paris Karthala, 166 p.

Marchal J.-Y., Quesnel A., 1995 – « Dans les vallées du Burkina Faso, l’installation de la mobilité ». In Blanc-Pamard C., Cambrézy L. (ed.) : Dynamiques des systèmes agraires : terre, terroir et territoire : les tensions foncières, Paris Orstom : 595-614.

Ruf F., Konan A., 2005 – Cacao, « Le paradoxe ivoirien ». La Tribune et JA L’Intelligent, 2339, 8-12 novembre, 83 p.

Tujague L., 2004 – Le maraîchage en économie de plantation. Afrique Contemporaine, 210 : 171-190.

Yapi D. A., 2000 – Baraques et pouvoirs dans l’agglomération abidjanaise. Paris, L’Harmattan, 456 p.

Zongo M., 2003 – La diaspora burkinabé en Côte d’Ivoire. Politique Africaine, 90 : 113-126.

Notes

1 Ce texte sur l’évolution des migrations des Burkinabé en Côte d’Ivoire est le résultat de la réalisation d’enquêtes de terrain et de la collecte de témoignages en Côte d’Ivoire et au Burkina, ainsi que de l’analyse de la production scientifique sur le sujet sur une longue période (1978-2006).

2 Un accord conclu dans le cadre d’une médiation organisée par Blaise Compaoré, le président du Burkina Faso, en mars 2007 entre le président ivoirien Laurent Gbagbo et Guillaume Soro, l’ex-responsable des rebelles, a conduit à la formation d’un nouveau gouvernement dirigé par celui-ci et au démarrage effectif d’un processus de réunification du pays. Parmi les mesures prises, la circulation et l’intégration des Burkinabé ont été facilitées par la suppression de la carte de séjour dont le contrôle donnait lieu à de nombreux abus.

3 En 1984, la Haute-Volta est devenue le Burkina Faso.

4 Gold Coast : nom du Ghana sous la colonisation britannique.

5 Siamo : Syndicat interprofessionnel pour l’acheminement de la main-d’œuvre.

6 Sidwaya (30/6/2004), Trafic routier Burkina-Côte d’Ivoire : 18 cars refoulés de Bouaké, des passagers expliquent…

7 Argot parlé par les jeunes des quartiers populaires.

8 Pénibilité et risques liés notamment à l’importance des tâches de nettoyage, de défrichage, à la manipulation de pesticides ou d’engrais, ainsi qu’au paiement partiel de la rémunération fixée lors du recrutement du travailleur (informations recueillies par l’auteur à Bobo-Dioulasso en 2006).

9 Albert Ouedraogo, « Le Burkina et la Côte d’Ivoire condamnés à fusionner ou à se détruire », Sidwaya, 30/4/2004. Youssouf Ouedraogo, ministre des Affaires étrangères, « Le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire formaient un seul pays, ne l’oublions pas », L’intelligent d’Abidjan, 19/7/2004.

Auteur

sociologue, chercheur/ingénieur de recherche au laboratoire Dynamiques rurales (UMR 1926, MEN et MAP) à Toulouse (UTM, Enfa, Ensat). Il travaille sur les constructions identitaires et territoriales, les mobilités spatiales et la gestion des ressources (notamment l’eau) en Afrique de l’Ouest.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540