Version classiqueVersion mobile

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 3. Le migrant, un acteur du développement ?

Chapitre 10. Transferts migratoires, trajectoires de mobilité et développement Regards croisés sur la Bolivie et le Mexique

Virginie Baby-Collin, Geneviève Cortes et Laurent Faret

Résumé

Dans le cadre d’une réflexion sur les impacts des migrations sur le développement des espaces d’origine, ce chapitre propose une analyse comparée des liens entre transferts monétaires de la migration, systèmes de mobilité et trajectoires de migration en Bolivie et au Mexique. À partir d’une proposition méthodologique sur la mesure des transferts monétaires et leur usage, l’objectif est de mettre en évidence deux modèles différenciés des usages de l’argent de la migration, réalisés au niveau individuel et familial dans les lieux d’origine (usage productif ou non). Si ces modèles sont liés à des contextes de ruralité différenciés, ils varient également selon des éléments qui tiennent à l’intensité et aux rythmes de mobilité (degré de circulation, durée migratoire, etc.). À partir de cette analyse, les auteurs proposent une lecture des stratégies plurielles d’investissements productifs et des dynamiques de pluriactivité dont on observe un développement significatif dans les lieux d’émigration. Les parcours d’ascension socio-économique des acteurs qui les mettent en place sont significatifs de la forte imbrication des logiques de développement socioéconomique local et des dynamiques de migration/circulation à l’échelle internationale. La création d’activités nouvelles associée au maintien de l’ancrage des migrants dans leur espace d’origine font de ceux-ci des acteurs clés du développement local. Mais plus largement, la question est posée de l’articulation sur le long terme des dynamiques de circulation avec les processus et modèles de développement des régions concernées.

Texte intégral

  • 1 40 % pour le seul Mexique.
  • 2 Selon une étude conjointe de la BID (Banque interaméricaine de développement), du Fomin (Fonds mul (...)

1À l’échelle mondiale, l’Amérique latine et les Caraïbes sont la première région réceptrice de transferts monétaires de la migration, avec une forte croissance des volumes au cours des deux dernières décennies. Cette position, de toute évidence, est en grande partie liée à l’ampleur de l’émigration mexicaine (Sela, 2005). Selon la Comición Económica para la América Latina (Cepal « Panorama social de 2005 »), 55 % des transferts des émigrés latino-américains et des Caraïbes seraient perçus par le Mexique et l’Amérique centrale1, 31 % par les pays sud-américains et 14 % par les pays de la région caraïbe. En considérant le poids relatif des transferts monétaires dans les pays récepteurs, en revanche, la part des adultes mexicains recevant des transferts monétaires est comparable à celle de certains pays andins, comme la Bolivie (respectivement 18 % et 11 %)2.

2L’importance des transferts monétaires de la migration internationale suscite un vif débat autour du lien entre migration et développement, tant au sein de la sphère politique et institutionnelle, que scientifique, prenant souvent un caractère très polémique (Lozano Ascencio, 2000, 2005 a). Quoi qu’il en soit, les modalités d’usage des transferts monétaires opérés par les familles de migrants dans les lieux d’origine s’avèrent être un des indicateurs pertinents, bien que nécessairement partiel et insuffisant, des impacts de la migration sur le développement des espaces d’origine. Or, selon nombre de travaux, les impacts des transferts demeureraient très limités et n’entraîneraient pas, dans la majorité des cas, une réelle dynamique de développement. Les revenus de la migration seraient destinés essentiellement à la satisfaction des besoins de première nécessité (alimentation, biens de consommation courante), au logement ou encore à des dépenses de type « ostentatoire », mais très peu à des investissements « productifs ». Selon la Cepal (2005, op. cit.), les transferts auraient permis l’allègement de la pauvreté en 2004 pour plus de 2,5 millions de personnes en Amérique latine, sans pour autant constituer une voie vers une réelle sécurité financière et la mise en place d’un véritable processus de développement des espaces d’émigration.

3Loin de suivre des trajectoires identiques et homogènes, la transformation des espaces d’origine sous l’effet des transferts dépend de la spécificité des contextes régionaux, de la nature du tissu socio-culturel et économique local des sociétés de départ. Au-delà de ces effets de contextes, les phénomènes de différenciation sont à analyser également au regard des systèmes migratoires en tant que tels (Starck et Lucas, 1988 ; Canales, 1999). De quelle manière les logiques d’usage des transferts s’inscrivent-elles dans des trajectoires résidentielles et professionnelles, individuelles et familiales ? En quoi sont-elles liées aux formes et aux modalités spatio-temporelles de la mobilité ? Les trajectoires révèlent-elles des mécanismes convergents de stratégies d’investissement, au-delà de la différence de contextes d’émigration ?

  • 3 Bien que d’importance tout aussi majeure dans les processus de développement, l’usage collectif de (...)

4Nous proposons une approche comparative de l’impact local des transferts migratoires au Mexique et en Bolivie, pays qui ont en commun d’avoir une émigration ancienne et fortement structurée à l’échelle continentale (le premier vers les États-Unis, le second majoritairement vers l’Argentine). À partir d’enquêtes réalisées en 2002-2003 dans quatre régions rurales boliviennes et mexicaines, combinant données quantitatives et qualitatives, l’objectif est de s’interroger sur les capacités individuelles et familiales de transfert migratoire3, ainsi que sur les modalités d’utilisation et les priorités données à des formes d’investissements productifs. Nous chercherons à éclairer, ensuite, les phénomènes de différenciation d’usage des transferts au regard des formes et des trajectoires migratoires.

Migrations et utilisation des transferts monétaires : des modèles différenciés

5Historiquement, la migration mexicaine aux États-Unis, processus démographique majeur, s’est développée comme une migration saisonnière, essentiellement orientée vers l’agriculture (programme Bracero, entre 1942 et 1964). À partir des années 1980, on assiste à une hausse des volumes d’émigration, une installation plus durable aux États-Unis et à la diffusion des flux vers de nouvelles destinations dans ce pays (Durand et Massey, 2003 ; Faret, 2003). De leur côté, les migrations boliviennes en Argentine, champ également anciennement structuré au sein du cône sud depuis les années 1920 (Balan, 1992), se sont intensifiées à partir des années 1960 avec le passage d’une migration rurale-rurale en direction des régions frontalières du nord-ouest de l’Argentine (San Salvador de Jujuy, Salta, Mendoza) à une migration tournée vers le milieu urbain de la région métropolitaine de Buenos Aires (Sassone, 2002).

Contextes migratoires et dispositif d’enquêtes

6Les espaces étudiés (carte 1) sont, dans des contextes de ruralité contrastés, diversement intégrés à leur environnement régional et national. En Bolivie, la première zone d’étude (Toco, province d’Esteban Arze, département de Cochabamba) regroupe des communautés rurales étroitement articulées, par le biais d’économies agricoles diversifiées, au milieu urbain. En position centrale, sur l’axe stratégique Santa Cruz-La Paz, la région est néanmoins soumise à l’émiettement de la terre, une forte pression démographique et des sécheresses récurrentes expliquant une migration précoce vers l’Argentine. La seconde zone en Bolivie, celle de Tupiza (province Sud Chichas, Potosí), très proche de la frontière argentine (trois heures de bus), est en situation plus périphérique au niveau national. Isolées et plus pauvres, les communautés rurales, où domine l’agriculture vivrière, ne sont que faiblement polarisées par les bourgs urbains. L’effet de proximité de la frontière explique l’ancienneté et la permanence de migrations saisonnières.

Carte 1. Direction des flux migratoires boliviens.

Carte 1. Direction des flux migratoires boliviens.

© S.C / MTE - UMR 5045 - CNRS / 2005.
Source : Enquête Parmi 2002.

7Au Mexique, les deux zones d’étude se situent dans le Centre-Ouest mexicain, région traditionnelle d’émigration, en dépit de sa distance à la frontière nord du pays. Le secteur de Jalostotitlán, localisé dans les Altos de Jalisco, au cœur d’un triangle actif entre Guadalajara, Aguascalientes et León, est une région traditionnelle d’élevage bovin. L’urbanisation et l’industrialisation qu’a connu la région ont contribué à une relative diversification des activités. La croissance démographique rapide de ces trente dernières années, ainsi qu’une bonne desserte régionale facilitant la mobilité, ont entretenu une migration ancienne vers les États-Unis. Le village d’Urireo, dernière zone d’étude à l’extrême sud de l’État de Guanajuato, se situe en périphérie sud-orientale de la grande plaine d’agriculture irriguée et intensive du Bajío. Son économie peu diversifiée est dominée par l’agriculture pluviale et l’élevage bovin, parallèlement à une activité commerciale traditionnelle locale. Moins ancienne que dans la région précédente, la migration internationale, amorcée lors des contrats de braceros, s’est surtout amplifiée à partir des années 1970.

  • 4 La répartition des enquêtes est la suivante : 254 ménages dans la zone de Toco (huit communautés), (...)

8Au-delà de ces degrés d’intégration économique différenciés, ayant pour corollaire des niveaux de pauvreté contrastés (plus accentués à Urireo et à Tupiza), l’ancienneté et l’importance du phénomène migratoire sont un point commun aux quatre zones d’étude. Au plan méthodologique, la démarche comparative repose sur l’application d’une enquête par questionnaire, en 2002, auprès de 1 060 foyers comportant au moins un individu ayant une expérience de migration internationale (soit un échantillon de 6 212 individus au total)4. Le recensement des six derniers événements migratoires, relevés pour un total de 2 118 personnes, montre que le poids des migrants dans la population totale enquêtée est d’importance assez comparable : entre 20 % et 30 %.

9Comme l’indique la carte 1, les enquêtes en Bolivie montrent une nette polarisation de l’aire métropolitaine de Buenos Aires (28,6 % du total des flux). Toutefois, les migrants de Toco donnent la préférence à la ville de La Plata, voisine de Buenos Aires. Ces destinations urbaines correspondent à une insertion dans des activités secondaires ou tertiaires (construction pour les hommes, commerce ou industrie textile pour les femmes). Les Tupizeños, quant à eux, se dirigent préférentiellement à Mendoza (plus d’un tiers des flux), mais également à San Salvador de Jujuy, Cordoba et Bahia Blanca. Les migrants travaillent essentiellement dans l’agriculture (canne à sucre à Jujuy, fruits et légumes dans les ceintures urbaines de Mendoza ou Buenos Aires), et plus récemment dans la construction et le service domestique.

10Un système de canalisation différenciée des migrations caractérise également les deux terrains mexicains. À Jalostotitlán, 70 % des départs recensés se dirigent vers la Californie, principalement vers les régions urbaines de Los Angeles et de San Francisco et, à un degré moindre, vers les vallées centrales californiennes. Il s’agit là d’une route migratoire ancienne et bien structurée. Les flux au départ d’Urireo sont plus dispersés, bien que deux pôles d’attraction dominent : la région urbaine de Chicago (34 % des flux) et celle de Miami (21 %). Mais les États du Texas, du Colorado et de la Californie sont également attractifs. L’organisation de la migration mexicaine en filière spatio-professionnelle est moins marquée qu’en Bolivie ; dans les pôles californiens et à Chicago, les activités sont diversifiées, à l’image des économies urbaines, le secteur tertiaire étant le plus représenté (restauration, jardinage ou autres services). On y note aussi une importante proportion de migrants non actifs, retraités ou femmes au foyer. Dans les vallées centrales californiennes ou en Floride, la part des travailleurs agricoles reste dominante.

Mesure des flux monétaires

11Les enquêtes ont permis une analyse des volumes et des modes d’usage des transferts monétaires liés à la migration. Au plan méthodologique, un double niveau d’analyse a été combiné : à l’échelle de l’individu migrant, l’enquête a relevé les transferts monétaires réalisés lors de la dernière migration (épargne ramenée lors du retour et/ou envois monétaires depuis l’étranger). À l’échelle de la famille, ce sont les usages des transferts cumulés au cours du cycle de vie dont on tient compte.

12Deux paramètres ont permis de mesurer l’importance de la circulation d’argent : d’une part, les « capacités » de transfert (l’existence ou non de transfert d’argent) et d’autre part, la « rentabilité » monétaire de la migration (montant des transferts).

  • 5 Le calcul de la « rentabilité migratoire » tient compte de la somme d’argent déclarée par le migra (...)
  • 6 Ce qui équivaut à 150 dollars mensuels. M. Orozco (2005), par exemple, donne un montant moyen de t (...)

13Sur le total des familles enquêtées, 63,4 % déclarent avoir investi dans un ou plusieurs domaines au cours de leur vie grâce à l’épargne de la migration. La capacité à transférer de l’argent au lieu d’origine est donc importante. Cette tendance est confirmée par les données collectées à l’échelle individuelle : 70 % des migrants déclarent avoir transféré de l’argent à l’occasion de leur dernier séjour. Toutefois, les montants de l’épargne ramenée ou envoyée (exprimés en dollars par jour5) s’avèrent globalement peu élevés : un bon tiers des migrants transfère moins de 5 dollars par jour, ce qui est inférieur à certaines évaluations internationales ou plus localisées (tabl. 1)6. La Bolivie présente la situation la plus défavorable : moins de 15 % des migrants injectent plus de cinq dollars par jour dans leur foyer d’origine contre 30 % au Mexique. Au sein de cette configuration générale, la région de Tupiza présente à la fois la plus faible capacité de transfert et le niveau le plus bas de rentabilité.

Tableau 1. Montant des transferts monétaires lors du dernier séjour à l’étranger (en % de l’ensemble des migrants de chaque zone d’étude).

Tableau 1. Montant des transferts monétaires lors du dernier séjour à l’étranger (en % de l’ensemble des migrants de chaque zone d’étude).

Source : enquête Parmi, 2002.

  • 7 Telle que calculée ici, la rentabilité d’un événement migratoire est directement affectée par tout (...)
  • 8 Rappelons que le PIB par habitant est dans un rapport de 1 à 4 entre la Bolivie et le Mexique au d (...)

14Les conditions d’exercice d’une activité professionnelle dans le pays de migration, en termes d’accès au marché de l’emploi, et surtout de niveau de salaire, peuvent expliquer des capacités de transfert supérieures pour les migrants mexicains, même si les frais à supporter pour accéder et séjourner aux États-Unis sont également plus élevés7. Par ailleurs, l’incidence des transferts n’est pas la même selon les contextes régionaux dans lesquels ils s’inscrivent ; si les sommes reçues au Mexique sont plus importantes, leur impact n’est pas pour autant plus fort qu’en Bolivie du fait d’un coût de la vie globalement plus élevé8.

Usage de l’argent de la migration

  • 9 Les critères de cette catégorisation peuvent être largement débattus. Les dépenses de santé ou de (...)

15L’analyse des modes d’utilisation des transferts se fonde sur la distinction entre usages productifs et non productifs. Ces derniers se réfèrent à l’utilisation de l’argent pour les besoins de consommation courante (alimentation, vêtements, etc.) ou l’amélioration du cadre de vie (logement, équipement). Les investissements productifs renvoient, quant à eux, au développement d’une activité économique et professionnelle permettant l’obtention de revenus pour la famille9. Ils témoignent ainsi de l’existence de dynamiques locales favorables à la création de richesses et d’emplois, éventuellement de processus de mobilité professionnelle ou d’ascension économique. Il s’agit, dans tous les cas, d’un processus global de développement pour les régions d’origine.

  • 10 Les investissements productifs comprennent l’achat de terres, d’animaux, de tracteurs, d’araires, (...)
  • 11 Nous avons procédé à un regroupement des familles en 5 types : celles qui font 1) aucun investisse (...)

16En procédant à une catégorisation des usages, à partir des investissements réalisés au sein du foyer au cours de la trajectoire de migration familiale, nous observons une nette différenciation entre les deux pays : les investissements productifs10 sont plus cités en Bolivie (respectivement par 46,5 % et 75,2 % des foyers à Toco et Tupiza, contre 11,5 % et 12 % à Urireo et Jalostotitlán). La répartition est assez équilibrée pour les investissements non productifs, avec une proportion un peu plus élevée dans le cas de Jalostotitlán. Cette catégorisation donne lieu à une typologie des familles11 (fig. 1) qui montre que seulement 11,7 % des familles au Mexique réalisent des investissements productifs (exclusifs ou associés à d’autres usages) contre 60,8 % en Bolivie.

Figure 1. Typologie des modes d’usage des transferts monétaires. (en % du nombre de familles)

Figure 1. Typologie des modes d’usage des transferts monétaires. (en % du nombre de familles)

Source : enquête Parmi, 2002.

17Inversement, peu nombreuses sont les familles boliviennes (8 %) qui ne consacrent leur épargne qu’à des investissements non productifs, c’est-à-dire à l’amélioration de leurs conditions de vie et à leur confort, alors que le pourcentage est nettement plus élevé au Mexique (42 %). Notons qu’à Tupiza, nous trouvons un profil « extrême » où plus d’un tiers des familles ne réalise que des investissements productifs, à forte dominante agricole (l’achat de terres, d’animaux ou d’araires est cité par 92 % des familles). À l’opposé, les zones mexicaines sont caractérisées par l’importance des investissements exclusivement non productifs, avec une assez nette priorité donnée à la maison (citée par environ 40 % des familles) et à l’achat de véhicules.

  • 12 L’alimentation n’apparaissait pas dans la variable familiale, n’ayant pas été identifiée comme « i (...)

18L’analyse des modalités d’usage de l’épargne, saisies cette fois à l’échelle de l’individu lors de sa dernière expérience migratoire, nuance ces tendances. Les dépenses basiques (à savoir l’alimentation) émergent comme domaine d’usage prioritaire des transferts, tout particulièrement à Tupiza et Urireo (cité par un migrant sur deux)12.À Tupiza, la proportion de familles destinant leur épargne de la migration exclusivement à la subsistance alimentaire est la plus élevée, ce qui confirme un niveau de pauvreté plus marqué dans cette région.

  • 13 Ces observations vont dans le sens des travaux récents du Fomin/BID et de S. Bendixen (2005, op. c (...)

19Ainsi, l’analyse des transferts monétaires de la migration met à jour des modèles différenciés liés, certes, à des niveaux de développement hétérogènes aux échelles locales ou régionales (Martínez Pizarro, 2003 ; Portes, 2005) mais également à la nature même des tissus socio-économiques des régions de départ. On l’a vu, contrairement à ce que nous observons en Bolivie, la migration mexicaine ne s’inscrit que faiblement dans des logiques d’investissements productifs. Cette différenciation tient, pour une grande part, à des profils de ruralité très contrastés. En Bolivie, l’activité agricole garde une place majeure dans les économies familiales face aux faibles perspectives d’insertion sur le marché du travail local ou urbain. La migration joue un double rôle : assurer la subsistance quotidienne des familles mais également leur permettre de sortir de la pauvreté, par le biais d’investissements productifs générateurs de meilleurs revenus13. À ce titre, les investissements fonciers à vocation agricole déterminent fortement les écarts de modèles.

20Au Mexique, des logiques plus structurelles, inscrites dans la longue durée, guident les stratégies migratoires. Les ressources de la migration étant très significatives à l’échelle locale (contrastant fortement avec les niveaux de rémunération régionaux), la valorisation productive de ces ressources n’est réalisée que par une minorité des migrants. Qui plus est, l’agriculture est de plus en plus concurrencée par d’autres secteurs plus rémunérateurs, expliquant la relative faiblesse des investissements agricoles ou liés à la terre. Pour une grande part des familles, la migration constitue avant tout une amélioration immédiate des conditions de vie, voire dans certains cas le maintien d’un niveau de vie préalablement acquis. On assiste, en d’autres termes, à une véritable « professionnalisation » de la migration, devenue pilier de l’économie familiale.

Trajectoires, systèmes de mobilité et formes plurielles d’investissements productifs

21Du point de vue des impacts de la migration sur le développement des lieux d’origine, les investissements productifs méritent une analyse plus approfondie. Quel rôle joue le système de mobilité dans les mécanismes d’usage des transferts ? L’expérience migratoire et l’intensité des déplacements sont-ils des déterminants significatifs ? À quelles trajectoires migratoires sont associés les investissements productifs ?

22Outre les éléments fournis par l’enquête quantitative, nous présentons ici des résultats complémentaires issus d’entretiens menés auprès d’individus migrants, pour certains rencontrés au moment des retours dans leur lieu d’origine.

Expériences et temporalités migratoires

23L’intensité et les rythmes de mobilité varient selon les régions d’étude (tabl. 2). Tupiza, fortement identifiée par la saisonnalité traditionnelle d’une migration calée sur les calendriers agricoles, se distingue à la fois par une plus forte intensité des mouvements migratoires selon des logiques plutôt familiales (ce qui explique le nombre élevé de migrants par famille), par un temps cumulé passé à l’étranger plus important, que par une forte répétitivité des voyages, généralement de courte durée (3 mois à un an). Les systèmes de mobilité des trois autres zones d’étude s’organisent autour de migrations plus individuelles, à caractère temporaire et dont les séjours sont de durée plus importante (un à deux ans, en grande majorité).

Tableau 2. Caractéristiques migratoires des zones d’étude.

Tableau 2. Caractéristiques migratoires des zones d’étude.

Source : enquête Parmi, 2002.

24La répétitivité des voyages, reflet de l’intensité circulatoire entre un pays et l’autre, est un premier indicateur important des formes d’expérience migratoire. Or l’enquête révèle que, dans les quatre zones d’étude, les investissements productifs sont plus importants chez les familles à forte circulation (sont comptabilisées ici les migrations de tous les membres de la famille), relation plus nettement marquée pour la Bolivie (fig. 2).

Figure 2. Familles avec investissement productif en fonction du nombre de voyages.

Figure 2. Familles avec investissement productif en fonction du nombre de voyages.

Source : enquête Parmi, 2002.

Figure 3. Familles avec investissement productif en fonction de la durée migratoire familiale.

Figure 3. Familles avec investissement productif en fonction de la durée migratoire familiale.

Source : enquête Parmi, 2002.

  • 14 La « durée migratoire familiale » est le temps cumulé à l’étranger de la totalité des membres migr (...)

25L’expérience migratoire, mesurée par les durées migratoires familiales14, ne joue pas sur les capacités de transfert en tant que telles. Par contre, elle interfère sur leurs modes d’usage : la part des foyers boliviens n’ayant réalisé aucun investissement dans leur lieu d’origine diminue à mesure que les durées augmentent. Au Mexique, la relation est moins visible, bien que l’absence d’investissement caractérise les plus courtes durées migratoires (jusqu’à quatre ans). La figure 3 montre que, pour les deux pays, la part des familles ayant réalisé des investissements productifs augmente avec la durée migratoire familiale. Ces données viennent contrecarrer l’idée selon laquelle plus le migrant prolonge son expérience migratoire, plus le relâchement des liens au lieu d’origine est probable.

  • 15 Selon nos enquêtes, plus de la moitié des Boliviens étaient en situation légale lors de leur derni (...)

26Au total, les enquêtes indiquent donc une nette corrélation entre logiques d’usage des transferts et expérience migratoire, que ce soit en termes de durée ou de répétitivité. Ce lien renvoie au rôle fondamental des « compétences migratoires » car, de toute évidence, l’acquisition de savoir-faire au fil de séjours successifs à l’étranger, la connaissance progressive des lieux, des conditions et des opportunités, tant professionnelles (stabilité du travail, meilleurs salaires) que résidentielles, la consolidation de réseaux tendent à favoriser les chances d’insertion rapide et efficace dans les lieux d’accueil, et donc les capacités d’épargne et de transferts monétaires. Au-delà du « savoir » mais aussi du « pouvoir » circuler15, l’âge du migrant est de toute évidence un facteur de probabilité accru d’usage productif des transferts, dans la mesure où les capacités de capitalisation augmentent à mesure que le migrant avance dans son cycle de vie. Cette relation est particulièrement vérifiée pour la Bolivie.

Pluriactivité et stratégies plurielles d’investissements productifs

27Les itinéraires des migrants boliviens et mexicains, mis à jour par les entretiens, confirment le lien entre investissements productifs et expérience migratoire longue, rythmée d’une intense circulation. Qui plus est, certaines logiques d’investissements productifs mettent en évidence des stratégies originales de création de micro-entreprises et de diversification des activités, facteurs de profonds changements dans les localités de départ.

28Au Mexique, les investissements dans les services ou le commerce sont largement plus fréquents qu’en Bolivie. Certains investissements de migrants mexicains dans le commerce (ameublement, matériaux de construction, textile, alimentation) témoignent d’initiatives originales, inscrites dans le temps long des trajectoires migratoires. Par ses nombreux séjours aux États-Unis, Jésus, migrant d’Urireo âgé de 69 ans, a amélioré sa maison, acheté un véhicule, pris un compte-épargne assurance maladie ; il a surtout ouvert un petit commerce au village (épicerie de quartier) tenu par sa femme. Ces cas ne sont pas rares au Mexique. Quelques initiatives de ce type, très marginales toutefois, ont été identifiées en Bolivie comme celle d’Elva à Toco, partie travailler trois ans dans les ateliers textiles de Buenos Aires, pour implanter à son retour un petit point de restauration dans son village.

29Le développement des services de transport lié à la migration est un phénomène observé dans les deux pays. En Bolivie, et plus spécifiquement dans la région rurale de Cochabamba, l’achat de véhicules est lié au développement du « taxi-brousse ». Selon Carlos : « la plupart des migrants qui réussissent à épargner de l’argent s’achètent une voiture pour faire taxi collectif. Ils travaillent un peu ici, puis embauchent des chauffeurs et repartent en Argentine ou ailleurs » (Toco). Le transport, comme forme de diversification des activités rurales liées à la proximité urbaine, est l’un des impacts importants de la migration dans cette région, surtout pour les jeunes générations qui ne veulent pas ou n’ont pas les terres pour s’engager dans l’activité agricole.

30Au Mexique, la « motorisation » des familles dans les espaces d’émigration est un phénomène encore plus visible. Nombreux sont les migrants qui ramènent un véhicule des États-Unis (voiture, camionnette, 4x4), profitant des coûts d’achat moins élevés dans le pays voisin. Certains en font un usage domestique, d’autres en tirent une marge financière par la revente. Comme en Bolivie, l’achat d’un véhicule facilite les conditions de travail de la famille dans le lieu d’origine, en particulier pour le transport de marchandises ou de produits agricoles.

31Au Mexique, certaines activités de services impulsées par la migration sont directement reliées au système migratoire, comme l’établissement d’agences de change et de transfert de devises. Miguel, 35 ans, a une trajectoire migratoire ascendante sans doute assez exceptionnelle. Après avoir vécu près de 25 ans aux États-Unis (de 10 à 35 ans), il s’est marié dans le village de son enfance, à Urireo, et a investi dans des agences de transfert des devises permettant aux migrants du village de ne plus passer par les agences dominant le marché et de bénéficier de moindres coûts de transaction. Il a ouvert des agences de part et d’autre de la frontière, et couvre ainsi l’espace migratoire des Urireños. « Aux États-Unis, j’ai ouvert mes propres agences pour que les gens du village puissent envoyer directement leur argent. Pour l’instant, j’ai des agences à Rochel en Illinois, à Four Valley en Georgie, à West Palm Beach en Floride et à Calamasu dans le Michigan. Je vais en ouvrir d’autres à Aurora en Illinois et au Colorado. Ici, à Salvatierra et à Urireo, j’en ai deux. Tout ça, je l’ai fait avec l’argent que j’ai épargné. »

32Dans certains cas, l’usage des transferts de la migration peut prendre des formes plurielles, très abouties, combinant dépenses de subsistance quotidienne, de confort et investissements productifs de différentes natures. La variabilité des activités professionnelles et la pluriactivité dans le lieu d’origine caractérisent très souvent ce type de migrant, tout comme leur intense circulation migratoire maintenue sur un temps long. Celle-ci est d’ailleurs facilitée, dans bien des cas, par le statut légal du migrant aux États-Unis ou en Argentine (permis de résidence ou citoyenneté).

33La trajectoire d’Amélia représente probablement un des cas les plus significatifs du multi-investissement et de la logique d’entrepreneuriat. Démarrant son parcours migratoire en 1973, à l’âge de 23 ans, elle en est venue à partager son temps de vie entre les États-Unis (Texas) et Urireo (double résidence). Tout en maintenant une intense circulation, elle continue à gérer au village, avec son époux, un élevage de porcins et de volailles relativement important, ainsi que des activités agricoles (2,5 ha). Parallèlement à la mise en location de biens immobiliers aux États-Unis et au Mexique, un commerce informel de fripes, achetées aux États-Unis et vendues au village, constitue son activité principale. Ainsi, les stratégies économiques d’Amélia et de sa famille sont aujourd’hui entièrement organisées autour d’un système de circulation et de résidence bi-polaire, les États-Unis jouant le rôle d’espace « ressource » où sont puisés les moyens productifs générateurs de revenus dans le lieu d’origine.

34Ces logiques de pluri-investissements productifs prennent souvent une forme improvisée, proches du système de « débrouille ». Francisco, migrant d’Urireo (fig. 4), développe une stratégie de multi-activités grâce à l’épargne de la migration, en cherchant à maintenir une activité agricole et d’élevage tout en faisant fructifier son capital dans l’immobilier ou encore en faisant du trafic de biens divers. « J’ai acheté des terrains pour faire construire, j’en ai cinq pour l’instant. Je vais les vendre ou peut-être les louer, je verrai. J’ai aussi un élevage de vaches. Des États-Unis, j’ai aussi ramené plusieurs voitures, deux camionnettes, des télévisions, des appareils ménagers que je revends ici ».

35Plus minoritaires, les logiques plurielles d’investissement sont cependant lisibles en Bolivie. L’investissement productif privilégie cependant la construction d’un patrimoine foncier, lié à la fonction économique et agricole de la terre, mais également à sa vocation identitaire et symbolique. La plupart du temps, les transferts fonciers obéissent à une redistribution de la terre entre migrants saisonniers ou temporaires et migrants plus durablement installés à l’étranger (ceux qui partent vendent à ceux qui restent).

Figure 4. Trajectoire migratoire de Francisco, 36 ans en 2002 (Urireo, Mexique).

Figure 4. Trajectoire migratoire de Francisco, 36 ans en 2002 (Urireo, Mexique).

36Parallèlement aux investissements fonciers, la migration constitue pour les agriculteurs un vecteur d’innovation culturale. Le développement de la culture maraîchère sous serre ou encore l’introduction de la culture de l’ail, qui ont démarré dans les années 1990 à Tupiza, sont le résultat d’un transfert de compétences et de savoir-faire acquis en Argentine. Ces processus se sont traduits par une réelle dynamique de développement local, des prises d’initiatives et des formes d’auto-organisation des populations, parfois relayées par les actions des ONG.

37Certains investissements répondent à des logiques de diversification et de pluriactivité familiale, comme à Toco : « Les deux hectares de terres que j’ai, je les ai achetés avec mon travail en Argentine comme ouvrier dans la construction et comme menuisier. Ici les gens ont l’habitude d’acheter des terres quand ils peu- vent. Récemment, j’ai aussi acheté un tracteur avec un autre du village, que nous louons. Mon fils lui a pu s’acheter un taxi. Avec tout ça, la famille arrive à vivre » (Teofilo, Toco).

Figure 5. Trajectoire migratoire de Camillo, 41 ans (Tupiza, Bolivie).

Figure 5. Trajectoire migratoire de Camillo, 41 ans (Tupiza, Bolivie).

38De même à Tupiza, la trajectoire de Camillo (fig. 5) qui, au cours de son parcours migratoire a expérimenté plusieurs lieux de destination et différentes activités professionnelles, s’inscrit dans un véritable processus d’ascension socio-économique. « Grâce à la migration, j’ai fait étudier mes enfants, acheté une maison, des terrains et des véhicules. Avec une petite camionnette achetée en Argentine, j’ai commencé à travailler comme transporteur de passagers à Tupiza. Il n’y avait rien ici. Du coup, les gens ont commencé à aller vendre leurs produits à la ville avec ma camionnette. Alors, je suis reparti travailler en Argentine et j’ai acheté un vieil autobus. Et maintenant, j’utilise la camionnette pour aller à Santa Cruz vendre l’ail qui est produit ici. Trois personnes travaillent avec moi. J’ai avancé comme ça, grâce à l’Argentine » (Camillo, de la zone de Tupiza).

Conclusion

39Ainsi les migrants expérimentés, organisant souvent leur vie autour d’une migration circulaire, réussissent leur parcours d’ascension socio-économique, tout en maintenant un ancrage dans leur espace d’origine où ils sont des acteurs clefs du développement local par la création d’activités nouvelles. La relation entre intensité de la circulation migratoire et usage productif des transferts exprime ici la force des liens maintenus avec le lieu d’origine et la dimension stratégique des pratiques bipolaires de mobilité.

40Ces observations conduisent à nous interroger sur l’amplification des migrations et la complexification des systèmes de mobilité, où la circulation prend désormais une dimension structurelle dans nombre de régions (Zahniser, 2000 ; Ma Mung et al., 1998 ; Charef, 1999). Autrement dit, les formes amplifiées de circulation migratoire, et plus largement l’émergence de logiques transnationales entre l’ici et l’ailleurs, constituent-elles une « chance » de développement pour les régions de départ ? L’étude comparative entre le Mexique et la Bolivie tend à montrer que, au-delà des contextes régionaux, la circulation des migrants, par la mise en réseaux de liens et de lieux que l’expérience produit et que les statuts de légalité favorisent, augmente les probabilités de retombées positives sur les espaces locaux (tant en termes de volume des transferts que d’investissements productifs).

41Ce constat, qui appelle de toute évidence de sérieux approfondissements, renvoie à un questionnement plus large sur la portée actuelle des politiques restrictives à la libre circulation des individus et de frein à la mobilité. Car la singularité de ces individus expérimentés, dotés de capacités d’investissements productifs, ne doit pas nous faire omettre la réalité d’autres migrants, sans doute les plus nombreux, dont la mobilité prend un caractère souvent aléatoire et difficile du fait de leur clandestinité dans les lieux de travail aux États-Unis ou en Argentine. Soumis aux aléas du marché du travail, à des situations de précarité et de non-droit (travail non déclaré, absence de couverture sociale, bas salaires) et aux risques des passages de la frontière, ils expriment souvent les difficultés qu’ils ont à épargner, et du même coup à investir dans leur village dans d’autres domaines que leur logement ou la consommation quotidienne.

42En d’autres termes, il paraît difficile de concevoir un développement soumis aux aléas de la migration. Les transferts monétaires de la migration constituent, certes, un enjeu majeur tant pour les sociétés locales et les familles que pour les institutions financiè- res nationales ou internationales, les pouvoirs publics et la société civile (associations, ONG, organisations du secteur privé, etc.). Ces flux offrent un appui vital pour des millions de foyers dont les effets multiplicateurs sur les économies rurales et régionales sont incontestables (Orozco et Lapointe, 2003 ; Papail, 2002 ; Durand et al., 1996). De même, le rôle des migrants « qui réussissent » dans la génération de nouvelles activités au sein des espaces d’origine constitue un fort potentiel pour d’éventuelles mesures de canalisation des transferts, via les politiques publiques, les collectivités territoriales ou les acteurs privés, visant à l’impulsion du développement local.

43Mais prendre en compte les transferts de la migration nécessite d’aller au-delà de la dimension strictement économique et financière. Fondés sur l’absence du migrant et la séparation des familles, ces transferts représentent aussi un coût social, affectif et psychologique très élevé (Terry, 2005). Ils révèlent également les fractures des économies nationales comme ils signifient la fuite du capital humain (Altamirano Rua, 2005). Par ailleurs, pour qu’un effet des retours de la migration sur le développement local et régional soit tangible, encore faut-il que les tissus socio-économiques des espaces de départ soient potentiellement réceptifs d’initiatives entrepreneuriales. Cela suppose un véritable accompagnement des politiques publiques (Garcia Zamora, 2002) beaucoup plus qu’une imposition « par le haut » des modes d’usage des transferts individuels ou familiaux (Lozano Ascencio, 2005 b).

44En dernière analyse, les retombées monétaires de la migration ne peuvent se substituer à aucun modèle de développement des territoires ruraux, et plus largement nationaux. S’il n’est pas réfutable que ces transferts font aujourd’hui pleinement partie de la dynamique économique des régions émettrices, les impacts que nous observons en Bolivie et au Mexique ne peuvent justifier le désengagement des politiques publiques et (ou) de l’aide au développement. Les processus de développement appellent, pour le moins, un encadrement des formes d’investissement. De ce point de vue, les migrants ne sont pas dupes, comme l’atteste un entretien collectif en Bolivie : « Avec l’argent de l’Argentine, on améliore nos maisons. On met aussi de l’argent dans l’agriculture. La zone change beaucoup. Le gouvernement sait qu’ici les gens vivent de l’Argentine. Et ça lui convient. Nous supportons parce que les gens ici sont habitués à s’en aller quand l’argent manque. Mais l’Argentine ne résoudra pas le manque de crédits, de terres, de routes, d’écoles ».

Bibliographie

Références bibliographiques

Alarcon R., 2000 – Home Town Associations and Money Remittances in Mexico (Reporte de Investigación). Colef, Tijuana, México.

Altamirano Rua T., 2005 – « Transnationalismo y remesas : el caso peruano ». In Sela : Migraciones y remesas en America Latina y en el Caribe : los flujos intraregionales y los determinantes macroeconómicos : 111-248.

Balan J., 1992 – « The Role of Migration Policies and Social Netwoks in the Developement of a Migration System in the Southerne Cone ». In Kritz et al. : International Migration System. A global Approach, New York, Oxford, Clarendon Press IUSSP.

Canales A., 1999 – Periodicidad, estacionalidad, duración y retorno. Los distintos tiempos en la migración México-Estados Unidos. Papeles de Población, 5 (22) : 11-41.

Cesop, 2004 – Migración y remesas familiares : conceptos y perspectiva comparada. Centro de Estudios Sociales y de Opinión Pública, 35 p.

Durand J., Massey D., 2003 – Clandestinos. Migración Mexico- Estados Unidos en los albores del siglo xxi. Mexico, Miguel Angel Porrúa/Univ. de Zacatecas, 207 p.

Durand J., Parrado E., Massey D., 1996 Migradollars and development : a reconsideration of the Mexican case. International Migration Review, 30 (2) : 423-444.

Garcia Zamora R., 2002 – Los retos actuales de la teoría del desarrollo. Red International de migración y desarrollo. www.migración y desarrollo.org

Garcia Zamora R., 2003 – Migración, remesas y desarrollo local. Universidad Autónoma de Zacatecas, 271 p.

Lozano Ascencio F., 2000 – « Experiencias internacionales en el envio y uso de las remesas ». In Tuirán Rodolfo (coord.) : Migración Mexico-Estados Unidos. Opciones de política, Consejo Nacional de Población, Mexico : 146-166

Lozano Ascencio F., 2005 a – « Tendencias actuales de las remesas de migrantes en America Latina y Caribe : una evaluación de son importancia económica y social ». In Sela : Migraciones y remesas en America Latina y en el Caribe : los flujos intraregionales y los determinantes macroeconómicos : 25-60.

Lozano Ascencio F., 2005 b Migración, remesas y desarrollo en América Latina y el Caribe. L’Ordinaire Latino-Américain, n° 200- 201 : 149-158.

Martínez Pizarro J., 2003 Panorama regional de las remesas durante los años noventa y sus impactos macrosociales en América Latina. Migraciones internacionales, 2 (5) : 40-76.

Orozco M., 2005 – « Remesas hacía America Latina y el Caribe : cuestiones y perspectivas acerca del desarrollo ». In Sela : Migraciones y remesas en America Latina y en el Caribe : los flujos intraregionales y los determinantes macroeconómicos : 61-109.

Orozco M., Lapointe M., 2003 – « Migrations, envois de fonds et secteurs rural en Amérique latine ». In : Convergence : mouvements d’intégration régionale, Coopération Sud, Pnud : 88-104.

Papail J., 2002 – Migrations internationales, transferts monétaires et investissements dans les milieux urbains du Centre-Ouest mexicain. Autrepart, 23 : 89-105.

Sassone M. S., 2002 – Geografías de la exclusión. Inmigración limítrofe indocumentada en la Argentina. Del sistema-Mundo al lugar. Tesis de Doctorado, Buenos Aires, 745 p.

Sela (Sistema Económico Latinoamericano), 2005 – Migraciones y remesas en America Latina y en el Caribe : los flujos intraregionales y los determinantes macroeconómicos. Sela, novembre, Caracas, 248 p.

Terry D.F., 2005 – Para mejorar el impacto de las remesas en el desarrollo. Foreign Affairs En Español, Julio-Septiembre, 5 (3).

Vargas Lundius R., 2004 – Remittances and rural developement. Discussion Paper, Latin America and Carribean Division, Ifad, 24 p.

Wiest R., 1984 – « External dependency and the perpetuation of temporary migration to the United States ». In Jones R. (ed.) : Patterns of Undocumented mirgration. Mexico and the U.S., New Jersey, Rowman & Allanheld : 111-135.

Zahniser S., 2000 – « One border, two crossings : Mexican migration to the United States as a two-way process ». In Foner, Rumabaud, Gold (eds.) : Immigration research for a new century, New York, Russell Sage Foundation : 242-271.

Notes

1 40 % pour le seul Mexique.

2 Selon une étude conjointe de la BID (Banque interaméricaine de développement), du Fomin (Fonds multilatéral d’investissements) et de Bendixen and Associates réalisée dans 11 pays latino-américains en 2005. El Universal, 04/10/05 http://deportes.eluniversal.com/2005/10/04/eco_ava_04A617033.shtml.

3 Bien que d’importance tout aussi majeure dans les processus de développement, l’usage collectif des transferts monétaires à l’échelle villageoise et communautaire, pourtant saisi par nos enquêtes, ne sera pas abordé ici.

4 La répartition des enquêtes est la suivante : 254 ménages dans la zone de Toco (huit communautés), le même nombre dans la zone de Tupiza (douze communautés), 325 à Jalostotitlán et 227 à Urireo.

5 Le calcul de la « rentabilité migratoire » tient compte de la somme d’argent déclarée par le migrant rapportée à la durée de son dernier séjour à l’étranger. Précisons toutefois que cette variable rend compte d’une situation momentanée, pouvant être soumise aux effets de conjoncture.

6 Ce qui équivaut à 150 dollars mensuels. M. Orozco (2005), par exemple, donne un montant moyen de transfert mensuel de l’ordre de 350 dollars pour les migrants mexicains aux États-Unis et autour de 250 dollars pour les migrants boliviens dans ce même pays. De son côté, l’étude de la BID/Fomin, Bendixen and Associates, réalisée en 2005 auprès de 1 523 individus récepteurs de transferts en Bolivie, plus proche de nos résultats, évalue la somme mensuelle envoyée à 110 dollars.

7 Telle que calculée ici, la rentabilité d’un événement migratoire est directement affectée par toute période de non-activité à l’étranger.

8 Rappelons que le PIB par habitant est dans un rapport de 1 à 4 entre la Bolivie et le Mexique au début des années 2000.

9 Les critères de cette catégorisation peuvent être largement débattus. Les dépenses de santé ou de scolarisation, par exemple, pourraient être considérées comme des usages productifs, en tant qu’ils sont un investissement dans le « capital humain » (Durand et al., 1996 ; Alarcon, 2000).

10 Les investissements productifs comprennent l’achat de terres, d’animaux, de tracteurs, d’araires, l’installation d’un commerce ou d’une entreprise. Les investissements non productifs concernent les dépenses pour la maison, les véhicules ou l’éducation des enfants. La catégorie « autres » fait référence à la santé, aux festivités.

11 Nous avons procédé à un regroupement des familles en 5 types : celles qui font 1) aucun investissement ; 2) seulement des investissements non productifs ; 3) seulement des investissements productifs ; 4) des investissements productifs associés à d’autres modes d’usage ; 5) autres (toutes autres configurations).

12 L’alimentation n’apparaissait pas dans la variable familiale, n’ayant pas été identifiée comme « investissement » sur le long terme par le questionnaire d’enquête.

13 Ces observations vont dans le sens des travaux récents du Fomin/BID et de S. Bendixen (2005, op. cit.), selon lesquels la proportion des transferts monétaires des migrants boliviens (sur un total de 900 millions en 2004) destinée à des dépenses basiques (subsistance quotidienne) serait la plus basse de toute la région latino-américaine et des Caraïbes. L’épargne, l’éducation ou l’investissement productif sont, en revanche, plus représentés.

14 La « durée migratoire familiale » est le temps cumulé à l’étranger de la totalité des membres migrants d’une famille.

15 Selon nos enquêtes, plus de la moitié des Boliviens étaient en situation légale lors de leur dernière migration (disposant d’un permis de résidence ou nés dans le pays) et seulement 15 %ont circulé sans papiers. Au Mexique, par contre, plus de la moitié des migrants se trouvaient en situation illégale (70 % à Urireo). Cela traduit, de toute évidence, le contrôle migratoire beaucoup plus restrictif aux États- Unis qu’en Argentine. Dans les deux pays, en revanche, les enquêtes montrent le même lien direct entre statut légal des migrants et intensité de la circulation.

Auteurs

géographe, maître de conférence à l’université de Provence, membre de l’UMR Telemme (UMR 6570, « Temps, espaces et langages en Europe méridionale et méditerranéenne », Aix-en-Provence). Ses recherches portent sur les métropoles latino-américaines et méditerranéennes, les pratiques citadines, la construction de l’urbanité et les territorialités des groupes de migrants internationaux, entre Amérique latine et Europe méridionale (Espagne et France méditerranéenne).

géographe, maître de conférence habilitée à diriger des recherches à l’université Paul-Valéry de Montpellier. Ses recherches portent sur les migrations et les mobilités spatiales dans leurs liens avec les constructions territoriales et les enjeux du développement en Amérique latine et en Europe. Elle est directrice du laboratoire MTE « Mutations des territoires en Europe », unité mixte de recherche du CNRS et de l’université de Montpellier-III.

géographe, professeur à l’université Paris-Diderot. Ses recherches portent sur les dynamiques migratoires et les transformations territoriales en Amérique latine. Il est directeur de la revue L’Ordinaire latino-américain et responsable de l’axe « Circulations, réorganisations des territoires et gouvernance » de l’UMR Sedet « Sociétés en développement dans l’espace et dans le temps ».

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search