Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 3. Le migrant, un acteur du développement ?

Chapitre 9. Migrations internationales et mobilisation des ressources

Les Maliens de l’extérieur et la problématique du développement

Seydou Keïta

Résumé

Le Mali, pays sahélien enclavé, connaît un mouvement migratoire de ses populations vers l’extérieur depuis l’époque précoloniale jusqu’à nos jours. Le mouvement s’est amplifié ces dernières décennies à cause de la sécheresse endémique, la crise économique et les problèmes politiques. En effet, l’émigration malienne ou ce que nous appelons aujourd’hui les Maliens de l’extérieur, s’est distinguée par la réalisation de certains projets de développement, au-delà de la simple satisfaction des besoins domestiques. Cette migration comporte aujourd’hui des enjeux éminemment économiques et politiques que la création du Haut Conseil des Maliens de l’extérieur après la révolution de mars 1991 a contribué à mettre au jour.

Mali, a landlocked Sahelian country, has been experiencing migratory movements since the pre-colonial time. The phenomenon increased over the last decades due to endemic drought, economic crisis and political problems. In fact, the Malian immigration or what is called Malians Abroad is distinguished by some development projects, which go beyond mere satisfaction of domestic needs. The High Council for Malians Abroad created after the March, 1991 Revolution contributed to reveal the economic and political implications related to this migration.

Texte intégral

Introduction

1L’histoire du Mali, pays enclavé de l’Afrique de l’Ouest sahélien, est particulièrement marquée par les mobilités spatiales de ses populations. Les représentations collectives valorisent d’ailleurs la migration dans l’acquisition de richesses et de compétences. Un dicton bambara indique que si le migrant n’amasse pas de fortune, il peut au moins acquérir des connaissances et les problèmes que la sédentarité ne peut résoudre trouveront leurs solutions dans la migration : « ni sigi tèna ko min ban Mandé, taama de b’o ban ».

  • 1 Citons les travaux d’Adrian Adams (1977) sur les migrations dans la vallée du fleuve Sénégal, de L (...)

2L’ampleur des migrations des dernières décennies, leurs causes et leurs conséquences économiques et sociales, la vie des migrants dans les pays d’accueil, comment ils s’engagent pour un retour dans le pays d’origine afin d’impulser un développement local, l’importance de l’épargne des migrants dans la reproduction domestique et dans l’économie globale des pays concernés, tout cela a été largement étudié1. Les organisations des migrants sont en revanche peu interrogées notamment comme groupes sociaux recherchant des positions de pouvoir au niveau de l’État pour l’accès et le contrôle des ressources. Ce chapitre aborde précisément, d’une part, l’analyse globale des migrations au Mali depuis le temps des grands empires jusqu’à la période post-indépendance du pays, d’autre part, le rôle joué par les migrants dans le processus démocratique de mars 1991, et plus spécifiquement leur organisation à travers le Haut Conseil des Maliens de l’extérieur et les enjeux économiques et politiques auxquels ils ont à faire face dans le processus de développement du pays.

Contexte et problématique

  • 2 9 810 912 habitants au recensement général de la population et de l’habitat de 1998.
  • 3 Depuis 1960, le pouvoir politique est monopolisé de fait par le parti unique USRDA (Union soudanai (...)
  • 4 La politique nationale en matière de population, définie par le gouvernement en mai 1991, prend en (...)

3Le Mali connaît depuis des décennies une forte migration de ses populations2 vers l’extérieur. Ce phénomène migratoire, même s’il n’est pas nouveau, a pris de l’ampleur au début des années 1970, à la suite de la sécheresse qui a frappé tous les pays du Sahel, remettant en cause des équilibres déjà fragiles. La crise économique que traverse le pays, les programmes d’ajustement structurel récurrents, le poids de la dette extérieure, la décomposition des structures socio-économiques traditionnelles à la campagne et la sécheresse quasi endémique font des stratégies migratoires, basées sur des réseaux de solidarité familiale, une solution privilégiée pour diversifier les sources de revenus et faire face aux difficultés. Le contexte politique3 (brimades subies par les populations à tous les niveaux, répression politique contre les intellectuels) explique aussi les migrations à partir des années 1980. Cette période marque en effet un tournant décisif de la lutte du peuple malien contre la dictature du régime semi-civil du général Moussa Traoré. Les dividendes rapportés par la migration internationale ont un impact certain sur la vie des populations concernées et dans le développement du pays4, notamment par le biais des investissements effectués au niveau des familles, des villages, dans l’immobilier et le commerce.

  • 5 Guichet unique pour les investisseurs potentiels, nouveaux lotissements de l’ACI 2000 (Agence de c (...)
  • 6 Le terme « Malien de l’extérieur » a été adopté à la suite de la Conférence nationale. Il se défin (...)

4Sous les première et deuxième Républiques (1960-1968, 1968-1991), la migration malienne n’avait aucun rôle économique ou politique reconnu au niveau des instances de l’État ou, tout au moins, elle était parfois confondue avec l’opposition politique extérieure. En 1991, la Conférence nationale convoquée par le nouveau régime pose les jalons de la démocratisation du pays en opérant des réformes institutionnelles. Tenant compte de l’importance de la population malienne de l’extérieur, de son poids économique et du rôle qu’elle a joué dans ce processus de démocratisation, la Conférence nationale recommande la création d’un organe pouvant prendre en compte tous les problèmes des Maliens vivant à l’étranger. Ainsi, sous l’impulsion des migrants eux-mêmes, organisés en association, une institution appelée le Haut Conseil des Maliens de l’extérieur (HCME) est créée en novembre de la même année. Une représentation des Maliens de l’extérieur au niveau de la nouvelle Assemblée nationale issue du nouveau régime pluraliste est annoncée et des facilités d’investissements et d’accès aux ressources du pays leur sont accordés5. Si la migration internationale d’une partie de la population malienne constitue une variable majeure dans le développement du Mali, elle n’en demeure pas moins un facteur principal d’enjeux et de stratégies diverses quant à l’accès et à la mobilisation des ressources. La situation des Maliens de l’extérieur6 devient ainsi une préoccupation nationale, compte tenu de ses conséquences sociales (problèmes d’intégration, rapatriement forcé, confiscations ou gel des avoirs dans les pays d’accueil, etc.). En plus de ces aléas, cette migration comporte aujourd’hui des enjeux éminemment économiques et politiques que la création du Haut Conseil des Maliens de l’extérieur a contribué à mettre au jour.

Historique de la migration internationale des Maliens

Les migrations précoloniales

  • 7 Mongo Park qui a voyagé au Soudan (Mali) au xviiie siècle, à propos de ces mêmes marchands, disait (...)

5Les sources écrites et orales de l’histoire du Mali attestent d’une ouverture sur l’extérieur vieille de plusieurs siècles (Bagayogo Shaka, 1989 : 445) et d’une grande considération attachée à celui qui a beaucoup voyagé (Niane, 1975 : 197). Les migrations pré-coloniales sont essentiellement liées au commerce et à la traite des Noirs (système fondé sur la base d’une société esclavagiste déjà existante pendant le Moyen Âge africain) vers l’Arabie, l’Amérique et l’Europe. Du xiiie au xve siècle, les marchands soninké7 colonisent les routes commerciales de la boucle du Niger à la haute Gambie et du sud de Djenné à l’arrière-pays Akan dans ce qui est aujourd’hui le Ghana (Colvin, 1982 : 298). Cela dénote de l’ancienneté de la migration intra-africaine des différentes ethnies du Mali.

Les migrations pendant la période coloniale

6La colonisation, se situant dans le prolongement de la traite négrière, réglemente à son tour les migrations en vue de l’exploitation des ressources. Au début du siècle dernier, les jeunes étaient réquisitionnés pour la construction du chemin de fer Dakar-Bamako (commencé en 1921, il a mobilisé plus de 20 000 hommes) et des routes, pour assurer la navigabilité des fleuves (Condé, 1986 : 39). Des milliers de Voltaïques et autres Soudanais sont réquisitionnés et convoyés pour l’aménagement des terres de l’Office du Niger créé en 1920 (Magasa, 1999). Les migrations vont grossir les villes, surtout celles des pays côtiers, où l’économie est déjà beaucoup plus évoluée et requiert des bras à des conditions moins arbitraires que dans l’intérieur du continent. Les zones bambaras de la région de Kayes servent de réservoir de main-d’œuvre pour le Sénégal.

7C’est ainsi que les travailleurs du Soudan (navetanes) partent au Sénégal comme contractuel pour la culture de l’arachide ; les habitants de Haute-Volta et du Niger descendent en Gold Coast et en Côte d’Ivoire, aidant à l’essor déjà amorcé de ces pays, tandis qu’ils enlèvent des forces précieuses à leur propre région, n’y expédiant en retour que d’insignifiantes économies sur leurs maigres salaires (Ki-Zerbo, 1978 : 437-438). Durant les Première et Seconde Guerres mondiales, des milliers de « tirailleurs » sont recrutés dans les armées coloniales pour combattre en Europe. Pendant tout l’entre-deux-guerres, l’immigration africaine en France est principalement le fait des militaires et dans une moindre mesure des étudiants et cadres de l’administration (Barons, 1978 : 61).

8L’émigration malienne change de direction à partir des années 1950 avec l’attraction exercée par la Côte d’Ivoire. Le départ des populations du nord du Mali s’accroît durant la même période en lien avec la faiblesse relative des ressources du milieu. Le manque d’emploi, surtout dans l’intervalle des périodes de culture, et l’impossibilité d’accroître sérieusement les ressources familiales sans quitter le pays expliquent l’importance de l’émigration temporaire au Ghana.

Les migrations postcoloniales

9Depuis l’indépendance, intervenue en 1960, l’émigration malienne connaît une nouvelle évolution.

La première phase : de 1960 à 1968

  • 8 Le premier président du Mali indépendant, parlant du retrait du Sénégal de la Fédération du Mali ( (...)

10En août 1960, des appels sont lancés aux Maliens afin qu’ils rentrent au pays pour le bâtir. Non seulement le pouvoir s’oppose à l’émigration, mais il exhorte « les bons citoyens » à revenir8 (Cerpod-CILSS, 1996 : 39). Cette première phase est caractérisée par une certaine restriction de l’émigration par les autorités du régime socialiste du président Modibo Keïta. L’opposition à l’émigration est totale et les passeports sont délivrés avec parcimonie (Cerpod-Cilss, 1996 : 20). Le changement de régime avec le coup d’État de 1968 va relancer le flux migratoire des Maliens vers l’extérieur du pays.

La deuxième phase : de 1968 à 1991

11À partir de 1968, l’émigration malienne connaît un regain d’activité à la suite des effets conjugués de la sécheresse, de la pauvreté généralisée et de la répression politique du régime militarobureaucratique du président Moussa Traoré. Le chômage qui frappe les jeunes, notamment des diplômés, alimente l’émigration des intellectuels mais aussi des jeunes ruraux sans qualification.

12Les rapports entre l’État malien et les émigrés sont à cette époque emprunts de méfiance. Ils sont considérés par le régime comme des opposants politiques et de leur côté les migrants regrettent la lourdeur administrative et bureaucratique entretenue par un État considéré comme prédateur. Les rapports entre les autorités de l’État et les migrants sont conflictuels, pourtant, les émigrés mènent, surtout à partir des années 1980, des actions de développement à la base. C’est le cas du projet de Somankidicoura (région de Kayes) où des émigrés de retour regroupés en associations valorisent l’agriculture dans les périmètres irrigués du fleuve Sénégal (Kanouté, 1982).

La troisième phase : de 1991 à nos jours

13En dehors d’un recensement exhaustif de la colonie malienne à l’étranger, de sources proches de la Délégation générale des Maliens de l’extérieur (ministère des Affaires étrangères), le chiffre de 3,5 à 4 millions de Maliens vivant à l’extérieur est avancé. La révolution de mars 1991 a permis à l’émigration malienne de franchir une autre étape. Les migrants ont joué un rôle déterminant dans la démocratisation, avant et après la révolution. Ce qui leur a valu un nouveau statut par la création du Haut Conseil des Maliens de l’extérieur et leur représentativité dans les institutions. C’est pendant cette période que l’émigration malienne se structure pour la défense de ses intérêts.

  • 9 Cf. Déclaration de la politique nationale de population du Mali, ministère du Plan et de la Coopér (...)

14Une politique nationale en matière de population est élaborée par les nouvelles autorités en mai 19919. Le gouvernement opte pour une politique de pilotage et de régulation du phénomène migratoire par l’information et la sensibilisation des migrants et des candidats au départ sur les avantages et les inconvénients de la migration.

Les Maliens de l’extérieur et la mobilisation des ressources

  • 10 Par exemple, un diamantaire malien aurait acheté 15 cars d’occasion à Anvers dans l’optique d’assu (...)

15La sécurisation des biens des migrants dans les pays d’accueil, le drainage de leur épargne vers le Mali, la garantie de la reproduction domestique, la réalisation d’investissements productifs et sociaux, tels sont les principaux défis auxquels ont à faire face les émigrants et l’État malien. Avant mars 1991, l’État malien n’incite pas au rapatriement des capitaux, bien au contraire. Sous le régime du président Modibo Keïta (1960-1968), il est interdit d’être propriétaire de plus d’une maison. Ce qui a obligé les diamantaires maliens à investir davantage au Congo dans les secteurs immobilier et commercial (Bredeloup, 1994 : 89). Mais les difficultés tiennent tant au cadre législatif qu’à la maîtrise des circuits informels établis et aussi des méthodes de gestion10.

16Aussi, pour développer de nouvelles activités commerciales au pays et défendre les intérêts de leur communauté, les migrants tentent de tisser des réseaux d’obligés, à tous les niveaux de la hiérarchie administrative et politique. Face à la déliquescence de l’État, se développe une économie mercantile en partie visible et déclarée et en partie invisible et non enregistrée (Amselle, 1987 : 70). L’économie malienne ne se juge pas alors uniquement en termes d’exploitation, de bilan et de ratio de gestion.

17Au Mali, la quête d’une réputation (ka togo nyini) et la rivalité entre pairs (fadenya) modèlent le comportement des acteurs, quelle que soit leur origine sociale. L’ « aventure », c’est-à-dire la migration, s’inscrit dans le cadre de cette norme sociale. Le commerce du diamant autrefois dans l’ex-Zaïre et le commerce de l’or en Afrique de l’Ouest et en Europe sont à l’origine de quelques grosses fortunes. Il peut s’agir aussi de travailleurs qui ont mis à profit leur séjour en Europe pour acquérir une qualification. Cette omniprésence du commerce explique l’existence d’une diaspora marchande dont on trouve des représentants dans des lieux aussi éloignés qu’Anvers, Genève, Singapour ou Tokyo et aujourd’hui en Chine. L’économie du pays ne peut alors se concevoir de façon isolée, car elle reçoit les apports des commerçants fixés à l’étranger et fait office de plaque tournante pour la collecte d’un certain nombre de produits primaires destinés à l’exportation (l’or de l’Afrique de l’Ouest, par exemple) ou pour la redistribution de produits manufacturés vers les pays limitrophes (Amselle, 1987 : 69-70).

La mobilisation de l’épargne vers le Mali

18Une étude faite en 1983 sur les migrants maliens, mauritaniens et sénégalais de la vallée du fleuve Sénégal en France (Condé et al., 1983) montre que la masse monétaire drainée mensuellement par la main-d’œuvre émigrée est évaluée entre 150 millions et 200 millions de francs CFA. Pour comparaison, les budgets nationaux de fonctionnement, pour l’année fiscale 1981-1982, du Mali, de la Mauritanie et du Sénégal sont respectivement de 42,59 milliards de F CFA, de 10 300 millions d’ouguiyas, et 146 695 milliards de F CFA. Ces budgets sont à comparer avec les gains totaux annuels des travailleurs immigrés, soit une somme comprise entre 1 800 millions et 2 400 millions de FF ou 90 milliards et 120 milliards de F CFA. Ces sommes représentent plus de deux fois le budget du Mali, plus de cinq fois celui de la Mauritanie et 61 % à 81 % celui du Sénégal. La même étude rapporte que les PTT de Kayes et Yélimané au Mali enregistrent des mandats internationaux et locaux élevés. Pour le premier cercle cité, il a été payé pour l’année 1982, 671 201 695 de francs maliens, 52 % de cette somme (soit 345 907 441) viennent du Mali et 48 % de l’étranger dont 10 % (68 497 069) des États de la Cedao et 38 % de la France (256 797 544). Alors que pour le cercle de Yélimané, sur 109 353 323 de francs maliens, 83 % (90 588 703) viennent de la France et 17 % (18 164 620) des pays de la Cedao ; la totalité des mandats vient de l’étranger.

19Les enquêtes que nous avons menées auprès de deux banques de la place à Bamako concernant les transferts d’argent confirment l’importance des sommes actuelles en jeu. Nous nommons ces banques par les lettres A et B. En deux ans, la banque A a reçu des transferts d’argent d’à peu près 100 milliards de francs CFA de la part des Maliens de l’extérieur. Les envois de la France et du Gabon sont les plus importants, avec un cumul de 31 milliards et demi. Il y a ensuite les États-Unis d’Amérique avec un cumul de plus de 21 milliards. Le cumul des autres localités est de plus de 37 milliards.

20Les transferts des États-Unis d’Amérique deviennent de plus en plus importants alors qu’il ne s’agit pas traditionnellement d’un pays d’émigration pour les Maliens. Au cours d’une année, la banque B a reçu plus d’un milliard de francs CFA des Maliens de l’extérieur. Les sources des trois banques les plus anciennement implantées n’ont pas été accessibles. À ces transferts par les circuits officiels, il faut ajouter les sommes importantes qui sont rapatriées dans les valises des voyageurs. Un commerçant soninké du grand marché de Bamako affirme recevoir en moyenne 5 millions de francs CFA par semaine de la part de ses compatriotes de l’extérieur. Ces sommes sont remises directement à leurs familles. Le niveau de revenu moyen ou faible des immigrés maliens et sénégalais en France et les transferts d’épargne ne peuvent toutefois pas porter à eux seuls les efforts nécessaires pour aider au développement économique des pays d’origine (Blion et Wistka, 1998 : 45-46).

Les investissements sociaux et productifs

  • 11 En revanche, les investissements productifs ne sont pas très nombreux et il n’y a pas de projets d (...)
  • 12 Les Échos Magazine, hors série, Bamako, 24 mars 2000.

21Les migrants font aussi des investissements à caractère culturel et religieux. Les premières actions ont surtout consisté en des investissements prestigieux à caractère socioculturel et symbolique fort comme les mosquées (Timerat, 1996 : 70-71). Aujourd’hui, ils investissent11 dans les écoles, les centres de santé, les coopératives et mutuelles. Pour le seul cercle de Yélimané, par exemple, l’émigration a permis, en 20 ans, la réalisation de 11 dispensaires, 7 maternités, 70 salles de classes, 1 bibliothèque, 45 logements de maîtres, 12 pharmacies, 180 puits et forages, 5 châteaux d’eau, 6 petits barrages, 14 écoles coraniques, 19 coopératives, 1 bureau de poste, 45 mosquées12. En France, aujourd’hui, 70 % des émigrés des trois pays de la vallée du fleuve (Mali, Mauritanie, Sénégal) sont organisés dans de très nombreuses associations tournées vers le développement des villages d’origine (Daum, 1993 : 17). L’activité de ces associations est intense. Leurs réalisations recouvrent tant de secteurs importants de la vie villageoise qu’elles deviennent parfois incontournables même si les différentes institutions publiques ou privées qui interviennent sur le développement de la région du fleuve ne les considèrent pas vraiment comme des partenaires.

La question de la sécurisation des biens dans les pays d’accueil

22L’un des soucis majeurs du migrant quand il acquiert des biens est de les mettre à l’abri des aléas car ils deviennent objet de convoitise. Les tentatives d’intégration aux sociétés des pays d’accueil ne sont pas toujours des remparts sûrs contre les actes de xénophobie, en témoignent les expulsions fréquentes ou les rapatriements forcés à la suite des guerres dans certains pays d’accueil en Afrique. Les exemples du Congo (1965), du Zaïre (1977), du Nigeria (1983), de la France (1986), de la Libye (1985 et 1991), de la Zambie (1991), de l’Angola (1996) montrent bien une permanence des expulsions. Environ 30 000 Maliens en ont été victimes de 1977 à 1985 dans une dizaine de pays. Dix mille Maliens ont été rapatriés de la Côte d’Ivoire en 2002 suite à la guerre dans ce pays. Selon les données recueillies auprès de l’Association malienne des expulsés (AME) au 4e trimestre 2006, il y a eu 475 expulsions dont 175 de France. De janvier à juillet 2007, l’association a dénombré 550 personnes expulsées dont 350 de la France, 103 de l’Espagne et 97 de la Libye.

23Pour le Haut Conseil des migrants de l’extérieur (HCME), l’État doit défendre et protéger ses citoyens par les moyens diplomatiques dont il dispose. Situation difficile lorsque les pays d’accueil ne respectent pas les conventions internationales, notamment les normes de l’Organisation internationale du travail ou même le traité de libre circulation des personnes et des biens de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest.

Les stratégies de mobilisation des ressources

La Bourse des valeurs

24Afin de mieux concentrer et sécuriser les biens des Maliens de l’extérieur, lors du conseil d’administration de 1994, le président du HCME a proposé la création d’une banque des Maliens de l’extérieur qui attend de voir le jour. Cependant, ces Maliens prennent des actions dans les banques déjà existantes. Le président du HCME lui-même a donné l’exemple en prenant une part de 250 millions de F CFA dans les actions de la Banque internationale du Mali (BIMSA).

25Le projet de création de la Bourse des valeurs qui devrait être un marché d’achat et de vente de l’or et du diamant n’a pu être réalisé à cause des dissensions entre les membres dirigeants du HCME et de la faiblesse des compétences qui devraient travailler à sa réalisation.

La terre au cœur des stratégies d’accumulation

26La question foncière est l’un des enjeux économiques les plus importants pour le HCME. L’État, soucieux d’augmenter la production et la productivité agricole, de diversifier les productions, encourage les Maliens de l’extérieur à investir dans le secteur de l’agriculture. En 2000, le gouvernement a attribué 100 ha de casiers rizicoles aux Maliens ayant fait un retour volontaire au pays. En 2002, 200 ha ont été octroyés aux rapatriés de Côte d’Ivoire. Sur le même registre, en 2006, l’Association des rapatriés de Côte d’Ivoire a obtenu 2 000 parcelles de terrain à usage d’habitation au profit de ses membres dans le village de Balandougou (commune rurale du Mandé), cercle de Kati. Il est intéressant de noter que cette action a contribué à alimenter la spéculation foncière autour de Bamako étant donné que la quasi-totalité de ces migrants rapatriés est déjà retournée en Côte d’Ivoire.

27L’enjeu foncier est aussi urbain. Monique Bertrand (1994), traitant de la question foncière dans la ville de Sikasso, détaille les réseaux migratoires des ressortissants du Mali méridional, expatriés en Côte d’Ivoire, qui expérimentent des échanges économiques entre patrimoines fonciers et activités pourvoyeuses de ressources. L’acquisition d’un lot urbain est généralement pour eux l’objectif final de la migration ; il peut aussi représenter un souci de diversification des revenus individuels et familiaux. Après la création du HCME, sa première revendication a été l’attribution de parcelles d’habitation aux Maliens de l’extérieur et l’aménagement d’une zone industrielle. Le gouvernement a attribué 500 parcelles au HCME, 300 autres ont été attribuées à l’association de migrants « Benkunda » dans la ville de Kayes.

28Benkunda est une association de migrants ressortissants de la région de Kayes basée en France. En 1995, elle demande au président de la République des lots à usage d’habitation dans la ville de Kayes pour ses membres. Le gouverneur de région, saisi de la demande, fait construire par ses services de l’urbanisme 500 lotissements pour le compte de l’association. Les parcelles rétrocédées à 350 000 F CFA l’unité ont été toutes bâties à ce jour par les migrants, donnant ainsi naissance à un boom immobilier dans la ville de Kayes.

29Les sources proches de la Délégation générale des Maliens de l’extérieur indiquent que les transferts des activités économiques des migrants en direction du pays concernent principalement les investissements immobiliers. Ce sont surtout les Maliens de l’Afrique centrale qui investissent dans ce domaine. Plus de 185 bénéficiaires de parcelles, tous Maliens du Gabon, ont adressé une lettre de remerciement aux responsables de l’Agence de cession immobilière (ACI) pour son sérieux et sa compétence et ont invité leurs compatriotes de l’extérieur à faire confiance à cette structure (Le Malien n° 100 du 6 février 1995).

30Les statistiques sur la clientèle de l’ACI, à la date du 20 mai 1995, indiquent que 20,51 % des acquéreurs des parcelles à Bamako sont des Maliens de l’extérieur, soit 1 048 lots. Ce chiffre a évolué jusqu’à 36,7 % en 2004. Un centre commercial d’un coût global de 9 milliards de F CFA financé par les migrants maliens est en voie de finition en cette fin d’année 2007 sur le site de l’ACI 2000 (anciens aéroports de Bamako).

31Ces exemples montrent que l’accès à la terre est un enjeu économique majeur pour les migrants. La terre est (pour le migrant qui veut retourner maintenant ou plus tard) un moyen de conversion de la rente migratoire en rente foncière et favorise l’accumulation. Le triptyque, rente migratoire/appropriation foncière/rente foncière, participe du processus de capitalisation de l’économie. C’est à ce niveau que s’établissent aussi les plus grandes complicités – voire corruption – entre les émigrés fortunés et la bureaucratie d’État. Ce secteur spéculatif ne crée pas d’emplois permanents et contribue faiblement au développement.

La coopérative de l’habitat comme stratégie d’accès aux ressources foncières

32Le programme de l’habitat des Maliens de l’extérieur connaît un début de réalisation avec la création de la coopérative de l’habitat dénommée « Soutoura » (le gîte) sous l’égide du HCME. Des terrains ont été achetés auprès de certains propriétaires fonciers qui ont fait les transferts au nom de la coopérative. Quatre sites d’un total de 500 lots ont pu être obtenus et viabilisés pour le moment. Ce sont les quartiers de Moribabougou avec 17 ha au total pour 85 millions de F CFA et de Niamana (commune de Kalabancoro) 12 ha pour 150 millions de F CFA qui sont concernés par la première opération. En 2006, selon les sources de la coopérative, 500 lots de terrain à usage d’habitation lui ont été cédés par la commune de Safo aux environs de Bamako. Les terrains ou les maisons clés en main sont rétrocédés aux adhérents qui remplissent les conditions. La coopérative a permis aussi au HCME d’échapper au réseau des spéculateurs fonciers. En dehors de cela, elle permet au HCME de disposer des ressources et d’étendre son influence auprès des Maliens de l’extérieur.

Les projets d’investissements des Maliens de l’extérieur

33Les projets d’investissements productifs ne sont pas nombreux. La plupart des projets sont basés sur des entreprises artisanales et de services, incluant l’immobilier. Malgré les facilités accordées aux migrants, aucun matériel d’investissement comme des pièces d’usines, des engins lourds ou autres n’a été enregistré au service des Douanes, chargé des Maliens de l’extérieur. Ce constat fait douter de la capacité réelle des Maliens de l’extérieur de faire des investissements productifs.

Logiques et pratiques des migrants entrepreneurs

34Nous définissons le migrant-entrepreneur comme un migrant qui, à partir de ressources acquises en dehors de son pays, se propose de les investir par la création d’entreprises pour le développement économique. Deux principales catégories de migrants existent quand on se situe dans la perspective de la migration comme facteur de développement. D’une part, les migrants organisés en associations de développement et, d’autre part, les migrants transnationaux qui se considèrent comme entrepreneurs ou hommes d’affaires. Ces deux catégories d’acteurs ont les mêmes logiques et les mêmes pratiques. Le premier groupe est investi dans l’action associative en faveur du développement des villages d’origine. Ces associations de migrants pour le développement ont des actions politiques limitées à leur localité et ont peu d’effet sur la politique globale du pays. Le deuxième groupe a des ambitions nationales puisqu’il prétend œuvrer pour le développement global du pays. C’est ce dernier qui a investi le HCME et qui essaye d’accéder à l’État et à ses ressources.

35Le HCME est composé de migrants-entrepreneurs qui, à partir d’une accumulation initiale faite à l’extérieur, ont réussi, à la faveur de la démocratisation entamée depuis 1991, à organiser des relations de type clientéliste dans les hautes sphères de l’État. Ils ont bâti leur stratégie d’accès et d’accumulation des ressources sur la combinaison de leurs ressources économiques initiales et les relations personnelles établies au niveau de l’État. La mise en pratique de cette stratégie passe par une redistribution financière au travers de libéralités au niveau de la société et de l’État dont l’objet est, via l’obtention d’une renommée, de gérer un pouvoir d’influence.

36Prenons l’exemple d’un migrant malien, dont nous taisons le nom, conseiller occulte du président d’un pays d’Afrique centrale qui s’est fait une renommée en redistribuant sa fortune de façon ostentatoire. Il s’est tissé des relations dans les milieux du pouvoir depuis le régime dictatorial de Moussa Traoré jusqu’au régime démocratique de Alpha Oumar Konaré (1992-2002) en offrant voitures et argent. C’est ainsi qu’il a bénéficié d’une protection de l’État. Élu maire de sa commune d’origine, il accède comme député à l’Assemblée nationale aux dernières élections législatives de juillet 2002. C’est grâce à la fortune accumulée au cours de la migration, et la façon dont il l’a convertie en capital social, qu’il a pu se hisser à un niveau politique. Il a maintenant un pouvoir de décision. La position stratégique qu’il occupe, en tant que leader politique, lui permet d’accéder aux biens économiques, notamment aux ressources minières de son terroir. Il porte ainsi la double casquette de migrant-entrepreneur et de politicien favorisant un chevauchement des positions politique et économique (Médard, 1992), montrant qu’il n’y a pas d’incompatibilité entre service public et affaires.

37Le deuxième exemple est celui du premier responsable du HCME. Il a d’abord une ascendance religieuse qui lui a donné la renommée et du prestige. Il a redistribué une partie de sa fortune pour accéder à la présidence du HCME. Ce bénéfice social, transformé en position politique, lui a permis, par le biais de relations clientélistes d’obtenir des relations dans les cercles du pouvoir et d’accéder aux ressources de l’État. L’accumulation économique a ainsi été transformée en position politique lui permettant en retour l’accès aux ressources économiques qui, une fois acquises, sont réinvesties dans différentes entreprises économiques. C’est ainsi qu’il a acheté des actions dans plusieurs sociétés (Air Mali-SA qui a ensuite déposé le bilan ou la banque BIM-SA).

38Dans l’ensemble, les membres dirigeants du HCME, en tant que migrants-entrepreneurs, se sont engagés dans une entreprise globale politico-économique et sociale. Cette globalisation marque l’indifférenciation des champs de l’économique et du politique. Ils comptent développer le pays par l’intermédiaire du réinvestissement des ressources issues de la migration. Mais, en même temps, ils cherchent des positions politiques : l’analyse de leur discours montre qu’ils considèrent qu’il faut d’abord compter politiquement pour pouvoir peser économiquement, expliquant qu’une partie de la rente migratoire est réinvestie dans la négociation des positions politiques. Or la pratique a montré, qu’au Mali, si l’on veut faire carrière dans la politique, il faut disposer de ressources économiques importantes pour se constituer une base politique.

39Le politicien qui veut être député ou maire doit pouvoir se faire d’abord une clientèle en distribuant ses ressources. Une fois élu, il doit redistribuer ce dont il a pu bénéficier par cet accès à l’État. Il doit partager son salaire et ses primes de session ou autres biens acquis à la suite de cette fonction politique. Il doit entretenir sa clientèle s’il ne veut pas hypothéquer sa réélection. En rentrant dans un tel système, les migrants-entrepreneurs peuvent-ils être de vrais acteurs du développement sans s’engager dans certaines contradictions ?

40Au préalable, les migrants-entrepreneurs sont soumis aux contraintes de la satisfaction des besoins domestiques de leur famille, donc de la redistribution familiale. En faisant de la politique, ils vont être soumis à l’État, aux corps de fonctionnaires et à leur propre base politique. Pour accéder à l’État, il faut redistribuer et pour s’y maintenir, il faut redistribuer. Toutes choses qui nuisent à l’action entrepreneuriale. Le migrant-entrepreneur entre dans des contradictions, car la logique de l’accumulation économique et celle de l’accumulation politique sont contradictoires. L’accumulation économique exige de la rigueur dans les dépenses, de faire des profits, d’éviter le gaspillage des ressources. L’accumulation politique demande la redistribution des ressources à des soutiens politiques. Ce mode de redistribution est purement de type clientéliste.

  • 13 Ils deviennent des rentiers d’État selon le mot de Shaka Bagayogo, 1999 : 30.

41Le migrant-entrepreneur, en redistribuant soit pour conquérir des positions de pouvoir, soit pour les conserver, cherche des possibilités de patronage13, plutôt que de réels investissements productifs. La rationalité politique prend le pas sur la rationalité économique. Il y a là une autre contradiction entre l’accumulation sociale, le fait de se constituer un capital de prestige, et l’accumulation économique. L’engagement dans un processus d’accumulation globale des ressources sociales et politiques constitue ainsi un obstacle à une accumulation économique et politique différenciée. Or, le développement économique est difficile à atteindre sans cette différenciation.

Conclusion

42La migration internationale procure des ressources au Mali. Cela est indéniable. Les logiques et pratiques développées par les migrants-entrepreneurs à travers l’organe consultatif qu’est le Haut Conseil des Maliens de l’extérieur, en essayant d’accéder aux hautes sphères de l’État par le clientélisme, ne favorisent pas la meilleure réinsertion des migrants maliens dans l’économie et n’impulsent pas le développement. La rente migratoire, au lieu d’être investie dans les secteurs productifs, est plutôt investie pour acquérir des positions de pouvoir. Pour atteindre les objectifs qu’elles se sont fixés, les organisations de migrants doivent se différencier de l’État et se constituer comme une société civile autonome. Elles doivent chercher à avoir leurs propres moyens d’action, revoir leurs principes d’organisation et se départir du clientélisme. C’est en cela que les migrants maliens pourraient être de véritables acteurs du développement.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adams A., 1977 – Le long voyage des gens du fleuve. Paris, Maspero, 222 p.

Amselle J.-L., 1977 – Les négociants de la savane : histoire et organisation sociale des korokos (Mali). Paris, Anthropos, 290 p.

Amselle J.-L., 1987 – Fonctionnaire et hommes d’affaires au Mali. Politique africaine, 26, Paris, Karthala, 72 p.

Bagayogo S., 1989 – Lieux et théories du pouvoir dans le monde mandé : passé et présent. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 25 (4), 445 p.

Bagayogo S., 1999 – Le cheminement du Mali vers un espace politique pluriel. Bamako, Association Djoliba-Fondation Konrad Adenauer, 98 p.

Barons J., 1978 – Les travailleurs africains en France. Revue Culturelle du Monde noir, nouvelle série bilingue, n° 105-106, 162 p.

Bertrand M., 1994 – La question foncière dans les villes du Mali (marchés et patrimoines). Paris, Karthala, 236 p.

Blion R., Wistka S., 1998 – Revenus, épargnes et transferts d’économies des immigrés maliens et sénégalais en France. Hommes et Migrations, n° 1214, juillet-août : 45-46.

Bredeloup S., 1994 – L’aventure contemporaine des diamantaires sénégalais. Politique africaine, 56, Paris, Karthala : 86-91.

Cerpod-Cilss, 1996 – Enquête malienne sur les migrations et l’urbanisation (Emmu) 1992-1993. Rapport descriptif, 168 p.

Condé J., Pape et al., 1983 – Les migrations internationales Sud-Nord, une étude de cas : les migrants maliens, mauritaniens, et sénégalais de la vallée du fleuve Sénégal en France. Cerpod, Insah-Cilss, 126 p.

Condé J., Fleury-Brousse M. et al., 1986 – Les migrations internationales en France : le cas des Maliens, Mauritaniens, et Sénégalais ; l’état de la question. Paris, Oced-Cilss, 150 p.

Dam C., 1998 – Les associations de Maliens en France : migration, développement et citoyenneté. Paris, Karthala, 253 p.

Daum C., (sous la direction), 1993 – « Quand les immigrés du Sahel construisent leur pays ». In : Quand les immigrés du Sahel construisent leur pays, synthèse de l’étude « Migrants et Développement », Paris, L’Harmattan-Institut Panos, 208 p.

Gallistel Colvin L. et al., 1982 – Les migrants et l’économie monétaire en Sénégambie. Usaid, université de Maryland, Baltimore Country, 150 p.

Kanouté B., 1982 – Migration et Développement : les problèmes de réinsertions des immigrés dans leur milieu (l’expérience de Somankidicoura). Mémoire de Philo-psychopédagogie, Bamako, École normale supérieure (Ensup), 60 p.

Keïta M., 1965 – Discours et interventions. Bamako, Imprimerie-Koulouba, 205 p.

Ki-Zerbo J., 1978 – Histoire générale de l’Afrique. Paris, Présence Africaine, 750 p.

Magasa A., 1999 – Papa-Commandant a jeté un grand filet devant nous : l’Office du Niger 1902-1962. Bamako, 2e édition, Amap, 171 p.

Médard J.-F., 1990 – L’État néo-patrimonial en Afrique noire. États d’Afrique noire, Paris, Karthala, 329 p.

Médard J.-F., 1992 – Le Big man en Afrique. Esquisse d’analyse du politicien entrepreneur. Année Sociologique, 42.

Meillassoux C., 1975 – Femmes, greniers et capitaux. Paris, Maspero, 254 p.

Niane Djibril T., 1975 – Le Soudan occidental au temps des grands empires du xie au xvie siècle. Paris, Présence Africaine, 271 p.

Olivier de Sardan J.-P., 1998 – Anthropologie et développement. Paris, Karthala, 221 p.

Park M., 1996 – Voyage dans l’intérieur de l’Afrique. Paris, La Découverte, 364 p.

Perroux F., 1969 – L’économie du xxe siècle. Paris, PUF, 764 p.

Ricca S., 1990 – Migrations internationales en Afrique : aspects légaux et administratifs. Paris, L’Harmattan, 280 p.

Timerat M., 1996 – Les Soninkés en France, d’une histoire à l’autre. Paris, Karthala, 248 p.

Notes

1 Citons les travaux d’Adrian Adams (1977) sur les migrations dans la vallée du fleuve Sénégal, de Lucie Gallistel Colvin et al. (1982) sur les migrants et l’économie monétaire en Sénégambie, de Julien Condé et al. (1983) sur les migrations internationales Sud-Nord dans le cas des migrants maliens, mauritaniens et sénégalais, de Catherine Quiminal (1991), de Christophe Daum (1993) sur les rapports migration et développement toujours dans la vallée du fleuve Sénégal. D’autres recherches sont plus théoriques : celles de Claude Meillassoux (1975) sur les migrations et l’économie domestique, de Sergio Ricca (1990) sur les aspects légaux et administratifs des migrations internationales en Afrique et d’Alan B. Simmons (1995) sur les rapports entre migrations internationales et capital global. Le travail presque pionnier de Christophe Daum (1998) sur les associations de Maliens en France qui étudie les relations migration, développement et citoyenneté mérite aussi d’être cité.

2 9 810 912 habitants au recensement général de la population et de l’habitat de 1998.

3 Depuis 1960, le pouvoir politique est monopolisé de fait par le parti unique USRDA (Union soudanaise-Rassemblement démocratique africain), ensuite, en 1968, par l’armée symbolisée par le CMLN (Comité militaire de libération nationale) et enfin par le parti unique constitutionnel UDPM (Union démocratique du peuple malien) en 1979.

4 La politique nationale en matière de population, définie par le gouvernement en mai 1991, prend en compte la migration internationale comme une variable du développement.

5 Guichet unique pour les investisseurs potentiels, nouveaux lotissements de l’ACI 2000 (Agence de cession immobilière) à Bamako et ceux de Kayes octroyés à l’association des migrants « Benkunda » ressortissants de cette région.

6 Le terme « Malien de l’extérieur » a été adopté à la suite de la Conférence nationale. Il se définit comme toute personne physique ayant la nationalité malienne et résidant à l’extérieur pour une raison ou une autre, mais ne faisant pas partie du personnel diplomatique de l’État tel que celui des ambassades et des consulats. Les fonctionnaires des organismes internationaux en font partie comme les membres dirigeants du HCME qui ont été délégués pour assurer la permanence au siège de l’association, même s’ils résident au Mali depuis un certain nombre d’années. Les termes d’émigré ou d’immigré, considérés comme péjoratifs, ont été rejetés. L’adoption du terme « Malien de l’extérieur » relève tout aussi bien de l’aboutissement d’une revendication des émigrés de l’extérieur comme Maliens à part entière que de la désignation d’une réalité sociologique qu’on ne peut plus occulter.

7 Mongo Park qui a voyagé au Soudan (Mali) au xviiie siècle, à propos de ces mêmes marchands, disait : « Les serawoulis (seracolets comme les Français les nommaient) s’adonnent ordinairement au commerce. Ils en faisaient autrefois un très grand avec les Français, à qui ils vendaient de la poudre d’or et des esclaves. Aujourd’hui, ils fournissent quelques esclaves aux factoreries anglaises établies sur les bords de la Gambie. Ils font un profit considérable sur le sel et sur les toiles de coton qu’ils vont vendre dans les contrées les plus éloignées. »

8 Le premier président du Mali indépendant, parlant du retrait du Sénégal de la Fédération du Mali (qui regroupait le Sénégal et le Mali), indiquait : « Nous entendons garder nos richesses, mêmes humaines pour accélérer le développement économique de notre république » (Keïta Modibo, 1965 : 9).

9 Cf. Déclaration de la politique nationale de population du Mali, ministère du Plan et de la Coopération internationale, 8 mai 1991.

10 Par exemple, un diamantaire malien aurait acheté 15 cars d’occasion à Anvers dans l’optique d’assurer le transport sur une longue distance dans son pays mais aurait revendu rapidement les véhicules, dès les premières difficultés rencontrées, reproduisant sa logique de diamantaire sans l’adapter à ce secteur d’activité (Bredeloup, 1994 : 91).

11 En revanche, les investissements productifs ne sont pas très nombreux et il n’y a pas de projets d’entreprises de grande envergure. Le secteur des services est prioritairement concerné par les projets.

12 Les Échos Magazine, hors série, Bamako, 24 mars 2000.

13 Ils deviennent des rentiers d’État selon le mot de Shaka Bagayogo, 1999 : 30.

Auteur

anthropologue, attaché de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique, à Bamako au Mali. Il mène des recherches dans les domaines des « Migrations et développement », « Institutions et gouvernance des ressources naturelles » au Mali.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540