Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 2. Trajectoires et ruptures géopolitiques

Chapitre 8. Vers le nord ou vers le sud : les chemins de l’émigration nicaraguayenne

Lucie Médina-Nicolas

Résumé

L’Amérique centrale se présente comme une région traditionnelle de forte émigration internationale. L’accroissement des mouvements enregistrés au cours des dernières années place le phénomène au premier plan de diverses discussions dans la région de l’Isthme. Dans ce chapitre, la dynamique migratoire est analysée à partir du cas du Nicaragua. La migration est ici une réponse à une situation profonde de crise dont les éléments sont variés : pauvreté, violences politiques, catastrophes naturelles. Au cours de la période récente, le champ migratoire nicaraguayen est caractérisé par une bipolarité nette, entre des flux orientés traditionnellement vers le Costa Rica et des mouvements en augmentation rapide vers les États-Unis. Ces flux migratoires, largement clandestins et source de tension dans les pays d’accueil, constituent un mouvement dont le traitement s’avère particulièrement complexe car il donne lieu à de fortes tensions politiques, économiques et sociales, sur place dans les pays récepteurs mais aussi entre ceux-ci et le pays de départ. Cela étant, le regard porté sur cette migration est aujourd’hui en cours de modification. Les nouvelles formes de mobilisation sociale des migrants à l’étranger et les rapports que ceux-ci entretiennent avec les autorités nationales conduisent à une attention renouvelée du phénomène et à une transformation des discours sur les liens entre migration, intégration et développement.

Central America is considered as a traditional region of large international immigration. As increasing movements have been registered during the last years, the phenomenon is nowadays a key point in different discussions in the Isthmus region. In this chapter, the migratory dynamics is analysed starting from the case of Nicaragua. Migration is here an answer to a deep situation of crisis based on varied elements as poverty, political violence and natural disasters. Currently, the Nicaraguan migratory field is characterized by a net bipolarity, with streams traditionally headed towards Costa Rica and fast-increasing movements towards the United States. Dealing with those migration flows, widely illegal and source of tension in host countries, turns out to be particularly complex. Strong political, economic and social tensions are observed as well in host countries as between the latter and the country of origin. Anyway, the focus on migration is changing. New forms of social mobilization of the migrants abroad and relations between them and the national authorities lead to reconsider the phenomenon and to transform the discourse on the links between migration, integration and development.

Texte intégral

1L’Amérique centrale se présente comme une région traditionnelle d’émigration. Au vu de l’accroissement des mouvements enregistrés au cours des dernières décennies, la question des migrations internationales se trouve aujourd’hui au premier plan des discussions de la région. Ces mouvements sont pourtant mal connus, d’une part car ils sont bien souvent occultés dans les analyses par le poids réel ou idéel des migrations des Mexicains, des Portoricains ou des Cubains, et d’autre part car l’intérêt qu’ils ont suscité s’est en grande partie focalisé sur les déplacements de réfugiés des années 1980.

2Nous nous proposons d’envisager ici la dynamique migratoire nicaraguayenne. Le Nicaragua est en effet un des principaux pays d’émigration de la région (on peut estimer le nombre de résidents à l’étranger à 1,5 million, pour 4,5 millions d’habitants dans le pays), en réponse à une situation de crise profonde dont les éléments sont variés et se sont jusqu’alors conjugués : pauvreté, violences, catastrophes naturelles (cyclone Mitch en 1998). Par conséquent, la migration est un phénomène dont le traitement s’avère particulièrement complexe et donne lieu à de fortes tensions politiques, économiques et sociales. Au cours de la période récente, le visage de cette migration a changé et, par voie de conséquence, le regard porté sur celle-ci également. Dans ce chapitre, notre objectif est d’analyser, dans un contexte d’augmentation très forte du volume des flux et de réorientation des destinations, l’évolution du traitement politique de la question et des discours développés dans l’appréhension du phénomène.

  • 1 Bien que terre d’émigration, l’Amérique centrale compte trois pays également récepteurs : le Beliz (...)

3Les trajectoires prises par les Nicaraguayens de plus en plus nombreux qui quittent leur pays dessinent aujourd’hui un champ migratoire structuré par deux pôles récepteurs dominants : les États-Unis et le Costa Rica (1re partie de l’exposé). Cette bipolarisation fonde tout l’intérêt et la complexité du cas nicaraguayen car elle place ce pays au cœur des enjeux géopolitiques régionaux liés à la question migratoire (2e partie). Le Salvador est sans conteste le principal pays de départ de l’Amérique centrale, mais seul le Nicaragua, même s’il ne vient qu’en seconde position, se trouve au centre des deux principaux mouvements observables à l’échelle de l’Amérique centrale : le plus massif vers le nord, qui part des pays du nord de l’isthme (Nicaragua, El Salvador, Guatemala, Honduras) et se dirige vers les États-Unis ; le second vers le sud, qui part du Nicaragua à destination du Costa Rica (Siemca-OIM, 2004). L’examen de l’émigration nicaraguayenne permet donc de se placer au cœur de la double dynamique migratoire centraméricaine, à la fois extrarégionale et intrarégionale, de mettre en évidence l’existence d’un pôle récepteur au sein de l’isthme, le Costa Rica1, et de souligner ainsi la complexité des dynamiques migratoires régionales et du traitement politique de la question. L’organisation du premier congrès de la Diaspora nicaraguayenne, à Miami en 2004, offre l’occasion de changer de regard sur une migration systématiquement envisagée jusqu’alors en termes problématiques. L’initiative de cet événement est symptomatique d’une appréhension renouvelée du phénomène et son décryptage permet d’approcher la « diaspora » nicaraguayenne qui se structure (3e partie).

L’émigration nicaraguayenne, un phénomène en accélération constante

  • 2 À l’inverse, seulement 26 043 personnes nées à l’étranger avaient été recensées au Nicaragua lors (...)

4Le nombre d’émigrés nicaraguayens est très difficile à estimer. Les enquêtes réalisées par l’Institut national des statistiques et du recensement du Nicaragua estiment la proportion de nationaux résidant à l’étranger aux alentours de 12 % (Inec, 2001)2. Cela correspondrait à environ 550 000 émigrés, or ce chiffre est à peine celui du nombre de Nicaraguayens dénombrés officiellement au Costa Rica et aux États-Unis. Il s’agit donc d’une sous-estimation très importante de la réalité, étant donné le caractère largement illégal des flux. Le nombre réel, qui s’élève sans doute à plus du double, traduit une émigration structurelle et massive, devenue aujourd’hui une question récurrente de l’actualité : un des principaux quotidiens nicaraguayens, La Prensa, comporte même une rubrique spécifique, un temps intitulée Migrantes, tras la frontera et aujourd’hui Nicas en el exterior.

Une périodisation possible en trois vagues migratoires

5La fuite des Nicaraguayens hors des frontières est un phénomène ancien, perceptible depuis le xixe siècle. Cependant, c’est au cours des trois dernières décennies du xxe siècle qu’elle a acquis des proportions considérables.

6Une première vague de migrations dans les années 1970 a été motivée par la répression menée par le régime dictatorial des Somoza (père et fils). Elle fut également alimentée par les conséquences du grand tremblement de terre à Managua en 1972. Les départs, estimés entre 50 000 et 70 000 personnes, ont cependant été suivis d’une grande quantité de retours après la victoire de la révolution sandiniste.

7Une reprise de l’émigration dans les années 1980 a été suscitée par les conflits politico-militaires internes et la crise économique corollaire. 200 000 Nicaraguayens auraient fui aux États-Unis et au moins autant au Costa Rica au cours de cette décennie, d’abord des pro-somozistes s’exilant devant la victoire inéluctable des sandinistes en 1978-1979, puis des populations plus nombreuses fuyant les combats entre le gouvernement sandiniste et les Contras. Beaucoup sont revenus au Nicaragua après la victoire de l’Unión Nacional Opositora à la tête du gouvernement en février 1990, qui a marqué le début du processus interne de démocratisation et de pacification. Cette période correspond au moment fondamental de changement de modèle migratoire en Amérique centrale. Sensible à partir de la fin des années 1970, celui-ci correspond à l’émergence de deux phénomènes nouveaux qui se combinent : les déplacements forcés à grande échelle suite aux conflits militaires de la « décennie perdue » (guerres civiles au Guatemala, au Salvador et au Nicaragua) et l’augmentation marquée de la migration extrarégionale.

8Depuis le début des années 1990, une nouvelle vague de départs alimente des flux de plus en plus importants. 80,4 % des Nicaraguayens actuellement résidant à l’étranger seraient sortis du pays après 1990. Sans le retour des réfugiés partis dans la décennie antérieure, cette proportion serait inférieure (Baumeister, 2003). Cette fuite vers l’étranger apparaît dorénavant mue par la détérioration de la situation économique et sociale au Nicaragua, à laquelle s’ajoutent les catastrophes naturelles qui affectent périodiquement le pays. La plus forte accélération de ces dernières années a été enregistrée suite au cyclone Mitch, qui a dévasté le pays en 1998. Les enquêtes conduites par l’Inec (la première date de 1998) pour pallier le vide statistique sur ce thème font apparaître que les candidats à la migration proviennent de l’ensemble du territoire national, la capitale en tête. On peut remarquer que les régions septentrionales du Nicaragua, par ailleurs les plus pauvres, n’apparaissent pas comme les plus pourvoyeuses de migrants (Inec, 2001), ce qui permet de souligner une fois de plus que la pauvreté n’est pas le seul moteur à la migration et que d’autres variables doivent être considérées, comme la proximité géographique ou culturelle, ou encore l’existence de liens familiaux ou de réseaux avec un pays récepteur.

  • 3 Les disparités démographiques sont souvent citées comme des facteurs explicatifs, parmi d’autres, (...)

9L’émigration nicaraguayenne est donc aisément analysable dans ses causes, spécifiques à chaque vague migratoire. Alors que d’aucuns pensaient que l’apaisement des conflits internes allait faire disparaître le phénomène de départs, le différentiel économique apparaît aujourd’hui comme un moteur tout aussi puissant3. Selon la plupart des observateurs, les plans de stabilisation et d’ajustement structurel imposés au Nicaragua ont accentué la crise économique (nombre important de militaires démobilisés sans emploi et restructuration des services de l’État, réduction de l’accès au crédit, réduction du budget touchant éducation et santé…). On comprend donc que le traitement de cette question s’avère particulièrement complexe.

La structure d’attraction du champ migratoire : une bipolarité très marquée

10Le champ migratoire qui se dessine aujourd’hui depuis le Nicaragua est polarisé par deux pays récepteurs, les États-Unis et le Costa Rica, qui captent près de neuf migrants nicaraguayens sur dix à eux deux. L’attractivité des États-Unis n’est plus à démontrer, mais, étant simplement séparé du Nicaragua par une frontière très poreuse, le Costa Rica demeure pourtant la première destination, en attirant plus d’un migrant nicaraguayen sur deux (52,9 %) contre un peu plus d’un tiers pour les États-Unis (34,5 %). Les 12 % de migrants restants se dispersent dans plusieurs pays, dont le Canada, le Mexique et le Honduras, accentuant ainsi le pôle d’attraction septentrional (déclarations des foyers d’origine, enquête Mecovi, Nicaragua, 2001).

Une visibilité du phénomène très différente au Costa Rica et aux États-Unis

11Selon les résultats du recensement de 2000, les Nicaraguayens d’origine sont 226 374 à résider au Costa Rica, soit cinq fois plus que lors du recensement précédent de 1984. Il faut ajouter à ce chiffre les travailleurs saisonniers avec un permis temporaire, ainsi que le fort contingent de migrants clandestins (indocumentados), ce qui conduit à des estimations de l’ordre de 500 000 Nicaraguayens au Costa Rica.

12La place du Costa Rica comme première destination n’est pas surprenante, au vu de la profondeur des liens qui unissent les deux pays et de l’existence d’une communauté historique de peuplement, le nord du Costa Rica ayant longtemps vécu sous l’influence des éleveurs du sud du Nicaragua, qui y possédaient des haciendas. S’ajoute à cela la perméabilité de la frontière – à l’inverse de celle des États-Unis – dont le franchissement est facilité par la déficience de surveillance (deux postes frontières officiels sur 300 km). Ces raisons ne doivent pas faire oublier l’influence primordiale du différentiel économique. Il n’est pas vain de rappeler que la frontière entre le Nicaragua et le Costa Rica sépare l’État le plus pauvre de l’État le plus stable et le plus riche de l’isthme, surnommé la « Suisse » centraméricaine. Le PIB/habitant présente un rapport proche de un à quatre : 2 427 dollars au Nicaragua et 9 035 au Costa Rica (36 520 aux États-Unis, chiffres Nations unies 2003). L’écart de salaires est tout aussi significatif : un kinésithérapeute gagne l’équivalent de 100 dollars par mois au Nicaragua, tandis que, de l’autre côté de la frontière costaricienne, une nounou nicaraguayenne gagne 130 dollars.

Figure 1. Carte des principaux flux d’émigration nicaraguayenne et d’immigration costaricienne.

Figure 1. Carte des principaux flux d’émigration nicaraguayenne et d’immigration costaricienne.

©S.C.-MTE-UMR 5045-CNRS/2004
Source : recensement 2000

13Au final, si la proportion d’immigrés demeure relativement basse au Costa Rica (7,8 % en 2000), leur présence est ressentie de manière de plus en plus problématique, notamment à cause de la part massive de Nicaraguayens, qui représentent les trois quarts de la population née à l’étranger (fig. 1), et de l’importance parmi ces derniers des indocumentados.

  • 4 Population résidente aux États-Unis en 2000, selon le pays de naissance : El Salvador 817 336, Gua (...)
  • 5 Les deux publications sont consultables en ligne par le site estrelladenicaragua.com.

14À l’inverse, aux États-Unis, les études et la littérature sur l’immigration hispanique se sont considérablement étoffées mais s’arrêtent rarement sur les flux en provenance de l’Amérique centrale, masqués par la prédominance des Mexicains. Sur les 32,8 millions de personnes d’origine hispanique recensées en 2000 aux États-Unis, les Centraméricains ne sont que 2,02 millions. Leur nombre progresse à un rythme très rapide, mais pas supérieur à l’ensemble des Hispaniques : il a été multiplié par trois entre 1970 et 1980, à nouveau entre 1980 et 1990, et par deux entre 1990 et 2000 (Siemca, 2004). Le Nicaragua n’apparaît que comme le quatrième pourvoyeur de migrants de l’isthme4, avec 220 335 résidents légaux, soit l’équivalent du nombre de Nicaraguayens recensés au Costa Rica à la même date. Les données d’enquête déjà citées montrent pourtant une prédominance nette de la destination costaricienne, ce qui amène logiquement et sans surprise à conclure que la part d’indocumentados non comptabilisés y est plus importante. Même si les Nicaraguayens sont donc relativement peu nombreux aux États-Unis, ils constituent une communauté pourtant bien structurée, notamment dans les États du Sud, particulièrement à Miami qui a été le point de ralliement des exilés contre-révolutionnaires en 1979. Depuis 1986, un quotidien, La Estrella de Nicaragua, paraît simultanément à Miami et au Nicaragua, et le même groupe distribue depuis 1990 des « pages jaunes nicaraguayennes-USA », intitulées « Le Nicaragua à Miami », qui recensent les administrations utiles mais aussi les commerces et services tenus par des Nicaraguayens5.

15Les migrants nicaraguayens semblent donc opter pour deux destinations aux attraits divergents : d’un côté les États-Unis, pôle d’attraction d’échelle mondiale mais difficilement accessible de par l’éloignement, les restrictions migratoires et donc le coût, de l’autre le Costa Rica, pôle secondaire à l’échelle mondiale, mais contigu et perméable. Aller au Costa Rica représente la migration « de proximité », permettant une circulation intense, parfois une saisonnalité.

L’intérêt d’une démarche de « comparaison divergente »

  • 6 On peut souligner que cette démarche est poursuivie par Tassé Abye dans Parcours d’Éthiopiens en F (...)

16Face à la bipolarisation extrême du champ migratoire ainsi dessiné, rendue plus caricaturale encore par ses deux directions géographiquement opposées, on est évidemment amené à confronter les caractéristiques des deux courants. La démarche de « comparaison divergente », qui consiste à étudier un même groupe national ou ethnique ayant émigré vers deux ou plusieurs destinations (Green, 2002)6, s’avère particulièrement intéressante dans le cas présent. La comparaison d’enquêtes fondées sur l’analyse de trajectoires individuelles ou de données censitaires n’est pas aisée (décalages de dates et de contenus) mais elle montre cependant l’originalité de chacun des deux courants migratoires, même s’il ne semble pas possible de déceler d’autonomie visible de chaque mouvement, puisque sur la période récente la progression des flux vers le Costa Rica et les États-Unis semble parallèle.

17La principale similitude dans les profils des migrants nicaraguayens, qu’ils aillent vers le nord ou vers le sud, réside dans le fait qu’il s’agit de personnes d’âge actif et non pas d’une émigration familiale. On constate cependant un certain nombre de différences. La première tient au niveau éducatif et professionnel, en moyenne plus élevé chez les Nicaraguayens aux États-Unis qu’au Costa Rica. Les Nicaraguayens qui se dirigent vers le Costa Rica, dont le profil a fait l’objet d’études plus précises, occupent en majorité des postes peu qualifiés : ouvriers agricoles dans les grandes plantations d’orangers et d’ananas (Del Oro, Jaffa) du nord du Costa Rica qui n’emploient presque uniquement que des Nicaraguayens, ou ouvriers dans le secteur de la construction, que l’essor touristique et la construction des hôtels ont dynamisé. On peut remarquer aussi que la proportion hommes/femmes, égale au départ du Nicaragua (50,5 % d’hommes – 49,5 % de femmes, Inec 2001), est sensiblement inverse dans chacun des deux grands courants : l’émigration vers les États-Unis est légèrement plus féminine, tandis qu’elle est plus masculine vers le Costa Rica (Siemca, 2002).

18Les migrants nicaraguayens sont donc loin de constituer un groupe homogène : entre d’un côté, le somoziste qui s’est exilé au moment de la révolution sandiniste avec son capital et a trouvé refuge à Miami et de l’autre, le travailleur saisonnier coupeur de canne qui migre, souvent de manière illégale, au Costa Rica voisin, il y a peu de points communs hormis leur origine géographique. Cette opposition caricaturale force le trait, mais il est indéniable que les conditions de départ sont loin d’être uniformes, tout comme les profils sociaux. De la même manière, l’appréhension de la question aux États-Unis et au Costa Rica est également nettement différente.

Une émigration largement illégale génératrice de tensions

19La Commission mondiale sur les migrations internationales situe l’Amérique centrale en première place parmi les régions du monde qui ont développé un processus de consultation multilatéral relatif à la question migratoire (Migrations in the Americas, 2005). Divers forums de discussion ont été créés dans ce sens par les instances isthmiques, dans un contexte où l’importance des mouvements soulève un certain nombre de tensions et invite à réfléchir à des politiques spécifiques.

La question migratoire au cœur des préoccupations régionales

20Le processus de négociation de paix mené à l’initiative des pays de l’isthme a permis d’instaurer une plate-forme de débat régional depuis les années 1980. En 1987, l’accord d’Esquipulas II signé par les présidents centraméricains jetait les premières bases d’une « paix ferme et durable » en Amérique centrale. Ce pas décisif a été suivi en 1989 par la mise en place d’une conférence internationale sur les Réfugiés centraméricains, montrant l’importance stratégique de cette question comme partie intégrante du processus de paix en Amérique centrale. Créée avec la participation active du HCR, des gouvernements (du Mexique au Costa Rica) et d’ONG, la Cirefca a joué un rôle majeur dans la résolution des problèmes des populations déplacées et réfugiées en facilitant leur retour ou leur intégration (signature de conventions régionales par les gouvernements).

21Dans le contexte politique plus serein des années 1990, d’autres initiatives ont poursuivi le processus de convergence en matière migratoire. Deux instances de concertation forment le cadre institutionnel actuel au niveau régional : l’Ocam (Commission centraméricaine des directeurs des services migratoires de chaque pays) créée en 1990, et la CRM (Conférence régionale sur les migrations) ou Processus Puebla, qui réunit périodiquement depuis 1996 (suite aux accords de Tuxtla II) les représentants de tous les États de l’isthme (Panama et Belize inclus), ainsi que du Mexique, des États-Unis et du Canada. Cette prise en considération du phénomène migratoire, face à son ampleur dans l’ensemble de la région, impliquait d’avoir une information systématique et harmonisée sur le volume et les répercussions économiques et sociales des migrations, pour aider à la formulation de politiques cohérentes et efficaces et de réponses institutionnelles adaptées. De là est né, en 2001, le Siemca (Système d’information statistique sur les migrations en Amérique centrale), qui travaille à partir des sources des instituts statistiques de chaque pays membre. Le changement de nom du programme en 2005, en Siemmes (Système d’information statistique sur les migrations en Méso-Amérique), correspond d’ailleurs à l’inclusion du Mexique.

22La problématique migratoire apparaît donc à travers les discours comme faisant partie intégrante du scénario méso-américain. Toutefois, la formulation de politiques migratoires communes (pour harmoniser les procédures de contrôle migratoire par exemple) ne connaît pas encore d’avancée significative. On peut citer la constitution du CA4 entre le Nicaragua, le Guatemala, le Honduras et le Salvador, qui avait marqué une avancée en 1993, en permettant la libre circulation sans visa et sous forme gratuite des citoyens des quatre pays signataires. Mais le Guatemala, à cause de sa situation de pays de transit, et sous la pression des pays du Nord, a imposé depuis des restrictions d’entrée sur son territoire aux Salvadoriens en 1999 et a cherché à plusieurs reprises à rompre les termes de l’accord qui le lie à ses trois voisins du Sud. La problématique actuelle est visiblement de plus en plus dépendante des pressions exercées par les pays du Nord. Même le positionnement du Mexique s’en ressent, lié à l’intérêt de Vicente Fox de maintenir de bonnes relations avec les États-Unis, il est désormais perçu pour l’Amérique centrale comme un « ennemi infranchissable, un gardien » (La Reforma, 05/10/2001). Les restrictions ont pour conséquence une augmentation de la migration illégale et des déportations que les pays de départ ont à gérer (204 207 déportations de Centraméricains par les États-Unis en 2004, SIEMCA-OIM). Cela a fait apparaître une dimension supplémentaire, relative aux droits de l’homme, face aux abus et aux violations des droits des migrants. Les présidents centraméricains ont affiché depuis quinze ans leur souci de garantir le respect des Droits de l’Homme dans ce domaine (Déclaration de Puntarenas, 1991), mais la condition illégale reste pour nombre de migrants un élément de vulnérabilité. Ce dernier point reste malgré tout un objet de litige, par exemple entre le Nicaragua et le Costa Rica.

Des problématiques différentes aux États-Unis et au Costa Rica

23Dans les deux pays récepteurs, la question migratoire est omniprésente mais traitée de manière diverse. Aux États-Unis, elle touche au processus constitutif même de la nation, et le poids de la communauté d’Hispaniques la rend incontournable. À l’heure actuelle, le cas des Centraméricains n’est toutefois pas spécifique et n’occasionne pas un traitement politique particulier. Il faut remonter aux années 1980 pour trouver des programmes d’aide bénéfiques aux réfugiés. En 1980, un Refugee Act a codifié les procédures d’admission des réfugiés centraméricains aux États-Unis, en leur facilitant l’obtention du droit d’asile, et le pays a alors ouvert ses portes à des Nicaraguayens notamment. En 1986, ceux-ci ont bénéficié d’une politique d’amnistie en faveur des migrants illégaux, qui a donné un statut légal à près de trois millions de résidents. Ces dernières années, surtout après les attentats de 2001, c’est en revanche une fermeture croissante qui se distingue à l’encontre des migrations latino-américaines.

24Au Costa Rica, la donne est différente, puisque c’est spécifiquement le flux massif et croissant d’immigrants nicaraguayens qui est posé comme un problème d’ordre national et crée un contentieux majeur avec la république voisine. Le nombre d’entrées de Nicaraguayens enregistrées au Costa Rica connaît une augmentation vertigineuse depuis 1990 : uniquement pour les entrées légales, 46 000 en 1990, 100 000 en 1995, 214 265 en 2004 (Dirección de Migración et Siemca, Costa Rica). La « question nicaraguayenne » (titre d’El Nuevo Diario, 07/08/1999) s’inscrit par conséquent en toile de fond des litiges qui éclatent périodiquement entre les deux pays, avec une réactivation depuis 1998, année durant laquelle plusieurs conflits frontaliers ont ressurgi, dont le principal portant sur le fleuve frontalier San Juan (fig. 2).

25Le Costa Rica n’a pas réussi ces dernières années à endiguer l’accélération de ce flux et les quelques accords binationaux pourtant signés avec le Nicaragua n’ont rien réglé sur le fond, même si, en signe d’apaisement, le gouvernement costaricien a promulgué une amnistie migratoire par trois fois, en 1990, 1994 et 1998. La dernière, motivée par les ravages du cyclone Mitch, a entraîné 140 000 régularisations dont 97,4 % de Nicaraguayens. Dans le même temps, ces épisodes de régularisation pour les immigrés illégaux venant se déclarer se sont accompagnés dans les deux cas de l’annonce d’un durcissement des contrôles.

Figure 2. Caricature parue dans la presse nicaraguayenne et reprise dans le quotidien costaricien La Nación, pour dénoncer l’exagération des médias nicaraguayens (édition du 2 août 1998).

Figure 2. Caricature parue dans la presse nicaraguayenne et reprise dans le quotidien costaricien La Nación, pour dénoncer l’exagération des médias nicaraguayens (édition du 2 août 1998).
  • 7 Angle mort, chemin ou sentier permettant de franchir clandestinement la frontière.
  • 8 Le permis vicinal est une autorisation de séjour pour une durée limitée (48 à 72 heures) et dans l (...)
  • 9 Le Nicaragua l’a introduite en 1996. Loi n° 240 relative au contrôle du trafic de migrants illégau (...)

26Les autorités costariciennes se heurtent en premier lieu à la difficulté de surveiller la frontière commune que franchiraient quotidiennement plus de 700 Nicaraguayens, par les nombreux puntos ciegos7. Ce transit incessant de centaines de migrants, souvent sans papiers et très démunis, engendre un climat d’insécurité sur toute la bande frontalière, où beaucoup d’agressions sont dénoncées. À cela s’ajoute une intense circulation clandestine d’émigrés, parfois légaux, qui vont et viennent pour aller voir leur famille restée au Nicaragua ou faire de la contrebande « fourmi », en évitant soigneusement de passer par le poste frontière et de payer les formalités migratoires. De là un raidissement récent des autorités costariciennes, à grand renfort d’annonces sur le renforcement des expulsions et les limitations aux migrations saisonnières. Les autorités migratoires costariciennes tentent d’une part de faire pression sur le Nicaragua pour restreindre le nombre de documents d’entrée temporaire sur le territoire costaricien qu’il délivre (visas touristiques, permis vicinaux et pases de frontera8), au motif que ceux-ci font l’objet de détournements, puisqu’ils servent souvent au porteur à entrer légalement au Costa Rica et à y demeurer ensuite au-delà de la durée autorisée, facilitant ainsi la résidence illégale. D’autre part, les reconduites à la frontière ont augmenté (34 493 rechazos de Nicaraguayens ont été comptabilisés en 2002, contre 45 206 en 2004), provoquant en réponse les accusations du gouvernement du Nicaragua de se servir de la menace des expulsions comme moyen de pression dans les relations binationales. Cela contraste avec la souplesse qui prévaut d’ordinaire sur cette frontière, d’autant plus compréhensible quand on connaît les liens étroits des populations (la responsable des services migratoires costariciens à la frontière, en poste au début des années 2000, est mariée avec un Nicaraguayen). Enfin, le Costa Rica cherche également à lutter contre les réseaux d’« intermédiaires » et les « facilitateurs » des passages illégaux : fonctionnaires véreux, taxis pirates, « prêteurs » de la somme de solvabilité requise et passeurs. Les modalités des stratégies d’introduction au Costa Rica ont fait l’objet d’enquêtes précises (Los Nicaragüenses en Costa Rica. Enfoque de una problemática, 1996) mais le gouvernement costaricien se heurte cependant encore pour l’heure à des lacunes légales, comme l’absence de la figure du « coyote » (passeur) dans le code pénal9. Par conséquent, il n’existe pas de sanction applicable contre ce dernier (la loi costaricienne ne punit que l’immigrant illégal) et c’est pourquoi une réforme de la législation migratoire est en projet dans ce sens.

  • 10 Préoccupation déjà ancienne, ainsi que le montre l’historienne Patricia Alvarenga dans l’article « (...)

27Depuis une dizaine d’années, l’immigration nicaraguayenne est donc devenue au Costa Rica un enjeu social majeur et engendre des réactions négatives au sein de la société costaricienne : les Nicas, reconnaissables à un accent différent qu’ils essaient parfois de contrefaire, sont un peu trop « morenitos » (bruns, typés) et « violents », ils viennent « prendre le travail » des nationaux et « coûtent cher à l’État », selon les formulations les plus fréquentes. Ces préjugés répandus au sein de la population costaricienne traduisent les thèmes classiques de la crainte de l’identité menacée10, de la remise en cause de la cohésion sociale et de la concurrence sur le marché du travail. En 2000, a été menée la première Enquête nationale de santé et migration qui envisage les immigrants nicaraguayens de manière distincte et, depuis lors, le gouvernement a entrepris de solliciter une aide économique extérieure pour compenser le coût supplémentaire engendré par l’utilisation des services publics par les immigrés.

28Le bilan qui se dégage de tout cela est malgré tout l’absence de politique explicite (ouverture, fermeture, sélection) envers le flux arrivant du Nicaragua, tout comme l’absence de programmes dirigés pour l’intégration sociale de la population immigrée. Les réponses apportées par le gouvernement costaricien apparaissent peu articulées et à court terme, prises souvent au coup par coup.

29Le panorama n’est pas très différent si l’on se tourne vers le Nicaragua. Une étude binationale menée par l’OIM conclut à l’inexistence de politiques publiques en matière migratoire, « preuve en est que la politique sociale du Nicaragua n’aborde pas le thème directement, même si sont considérées des actions qui pourraient contribuer à la réduction des causes du phénomène migratoire » (2001 : 45). Le gouvernement est forcé de reconnaître l’« exode de Nicas incontrôlable » (titre de première page d’El Nuevo Diario, 10/01/2000) mais préfère dénoncer à la fois l’exploitation des nationaux au Costa Rica et les expulsions jugées abusives. Un premier Forum nicaraguayen sur les migrations s’est tenu cependant en 2001, avec comme objectif d’approfondir la connaissance de la situation des migrants nicaraguayens à l’extérieur mais aussi d’informer ces derniers sur leurs droits en matière de santé, d’éducation, de travail et de logement (Siemca, 2001). Ce type d’initiative relève en partie du rôle joué par les ONG en Amérique centrale dans le traitement des questions migratoires. Actives depuis les années 1980, elles ont constitué en 1999 un Réseau régional d’organisations civiles pour les migrations (RROCM). Elles contribuent ainsi à attirer l’attention des gouvernements et à changer le regard sur les migrants, tout comme vient de le faire le congrès de la Diaspora nicaraguayenne à Miami.

Le 1er congrès de la Diaspora nicaraguayenne : un affichage résolument nouveau

30Il est une histoire très prisée qui circule au sein de la communauté nicaraguayenne de Miami : une dame vend des crabes nicaraguayens et des crabes cubains ; les premiers sont dans une corbeille découverte, alors que les seconds sont gardés enfermés. Questionnée, la commerçante explique qu’il n’est pas nécessaire de freiner l’envie d’évasion des crabes nicaraguayens, car quand l’un d’eux arrive en haut du panier, les autres se chargent de le happer pour le retenir, alors que le Cubain qui réussit à s’échapper tend la pince aux autres pour les aider à le suivre. Cette histoire drôle est racontée comme une satire de l’attitude des Nicaraguayens, dans laquelle primerait l’égoïsme, la suspicion et jusqu’au discrédit personnel quand un compatriote commence à « sortir du trou ».

31C’est dans une optique résolument inverse que le 1er congrès de la Diaspora nicaraguayenne, organisé à l’initiative de l’Union de la diaspora nicaraguayenne, s’est ouvert à Miami le 26 juin 2004, dans l’enceinte du Miami Dade Community College. L’affichage donné de ce congrès montre un nouveau visage de cette émigration, bien loin de l’image d’épinal du pauvre Nica illégal et exploité. Il fait émerger un discours différent chargé d’un certain nombre de problématiques nouvelles.

32Parmi les thèmes abordés à l’occasion de ce premier congrès, celui-ci montre, de la part des migrants, une volonté de se poser comme acteurs du développement, investisseurs dans leur pays d’origine et consommateurs dans celui de résidence. Les organisateurs entendent promouvoir le « rapprochement social et commercial entre le Nicaragua et ses migrants », mais revendiquent aussi des droits politiques dans le pays d’origine.

La structuration d’une diaspora

33L’attention doit tout d’abord se porter sur la pertinence de l’emploi du terme de diaspora. Celui-ci est depuis quelques années de plus en plus utilisé par les migrants nicaraguayens pour s’autodéfinir, mais a-t-on bien affaire à une diaspora ? La dispersion des Nicaraguayens hors des frontières de leur pays peut amener à le penser, mais l’on sait que la résistance à l’assimilation sur la durée est une autre condition nécessaire. Ce qui est intéressant, c’est la désignation des migrants eux-mêmes par ce terme, que les organisateurs du congrès essaient de promouvoir en structurant en réseau des communautés d’une même origine mais dispersées dans des zones géographiques diverses. L’objectif du congrès est de donner de l’ensemble de l’émigration nicaraguayenne une image structurée et à l’encontre des clichés habituels : l’émigré se donne à voir, fait parler de lui et va même jusqu’à réclamer des droits dans son pays d’origine. Selon les paroles du coordinateur Reynaldo Pérez interrogé dans la presse, il s’agit d’« intégrer la communauté nicaraguayenne à l’étranger dans une seule voix » (La Prensa, 07/07/2004), c’est-à-dire d’unir les Nicaraguayens résidant à l’étranger et les aider à prendre conscience de leurs droits, ainsi que de leur importance politique et sociale au Nicaragua.

34Le lieu de l’événement et le fait que l’initiative vienne des États-Unis ne sont pas un hasard. Les organisateurs se présentent comme des acteurs économiques intégrés dans leur pays d’accueil, ayant pignon sur rue. La confection de « pages jaunes » nicaraguayennes à Miami traduisait déjà la volonté de conserver des liens communautaires et de constituer un réseau local. La « grand-messe » de juin 2004 poursuit dans le même sens mais œuvre pour élargir considérablement la démarche, puisqu’elle a réuni des délégations venues de différents États (New York, Virginie, Washington, Californie, Nouvelle-Orléans), mais aussi du Costa Rica.

Le renforcement du cordon ombilical et le rôle d’acteurs du développement

  • 11 Americana de Servicios est une entreprise d’envoi de remises familiales depuis les États-Unis vers (...)

35Le congrès consacre une identification forte des migrants à leur pays d’origine, qui va à l’encontre de la dissimulation habituelle. Le congrès a été abondamment couvert par la presse nicaraguayenne et a donc contribué à médiatiser les migrants sous un jour inhabituel. Il y a donc nettement un nouveau discours qui émane des participants : ils se positionnent comme interlocuteurs-ressource pour le gouvernement nicaraguayen et comme acteurs émergents du développement dans leur pays d’origine. Leonel Arana Gúzman, un des organisateurs du congrès, se pose comme exemple : il a quitté le Nicaragua au début des années 1980, a travaillé longtemps chez IBM, a été consultant pour une multinationale en Corée et se dit prêt à investir au Nicaragua. Cela introduit un déplacement du débat sur l’émigration nicaraguayenne. Les organisateurs se veulent promoteurs d’un dialogue et d’un resserrement des liens avec leur terre natale. Les transferts d’argent classiques (remesas) sont déjà un lien économique fort et représentent une manne financière essentielle pour la plupart des pays d’émigration, mais les migrants se proposent d’aller au-delà. Au Nicaragua, c’est un foyer sur cinq qui reçoit de l’argent de l’étranger de la part d’un membre de la famille et les remises familiales représentent environ 15 % du PIB, ce qui équivaut à plus des deux tiers de la valeur des exportations, selon la Banque centrale du Nicaragua en 2002. Celle-ci avance qu’en 2004, devaient entrer dans le pays environ 500 millions de dollars au titre de transferts, desquels 335 millions proviendraient des États-Unis, 140 millions du Costa Rica et 25 millions d’autres pays. Les deux principaux foyers de migration se distinguent donc, montrant cependant un volume de transferts bien supérieur venant des États-Unis, alors même que les migrants y sont moins nombreux qu’au Costa Rica. Preuve de l’importance des transferts depuis les deux pays vers le Nicaragua, un premier accord a été signé en 1999 par les Correos (Postes) du Nicaragua avec leur homologue costaricien pour offrir ensemble un service public d’envoi d’argent plus compétitif que les entreprises privées, suivi d’un même accord avec l’Americana de Servicios11 aux États-Unis.

36Les participants au congrès estiment donc déjà contribuer à l’économie nicaraguayenne à hauteur de 800 millions de dollars, à travers les transferts monétaires, le tourisme et la consommation à l’étranger de produits exportés par le Nicaragua. Mais ils ont voulu mettre en avant le rôle économique plus large que pourraient jouer les migrants. Le message en direction du Nicaragua est clair : la diaspora compte des investisseurs disposés à contribuer au développement économique du Nicaragua. C’est dans ce sens qu’ils manifestent leur désir de chercher des mécanismes qui aident à canaliser l’investissement, en demandant notamment à ce que soient éliminées certaines restrictions économiques et bancaires. Plus largement, la question en jeu est la reconnaissance de l’importance des membres de la diaspora nicaraguayenne résidant à l’étranger, dans la vie économique, sociale et politique de leur pays.

La revendication de droits sur le plan politique

37Le congrès de Miami a été l’occasion également pour les participants de réclamer au gouvernement nicaraguayen la reconnaissance de droits civiques. Ceux-ci portent sur la possibilité d’obtention d’une carte d’identité nicaraguayenne, d’un droit de vote aux élections nicaraguayennes, ainsi que d’un accès à des charges politiques, car à l’heure actuelle, les citoyens recensés à l’étranger ne peuvent pas être candidats à un mandat au Nicaragua. Les organisateurs se réfèrent d’ailleurs directement à d’autres communautés immigrées qui ont déjà fait ce chemin : aux Italiens vivant aux États-Unis, mais aussi aux Dominicains et aux Vénézuéliens, ainsi qu’aux Salvadoriens qui ont créé un vice-ministère pour répondre aux besoins de leurs ressortissants à l’étranger, ou bien encore aux Colombiens qui ont obtenu le droit d’élire des députés qui les représentent à Bogotá. Au Nicaragua, pour l’heure, un certain nombre de réticences s’expliquent par le fait que parmi les porteurs de ces revendications se distinguent des exilés somozistes de la première heure, bien qu’ils ne s’en revendiquent jamais et que la démarche se veuille « civique et apolitique ».

38Les appels lancés aux dirigeants nicaraguayens ont été entendus et ont permis une première prise de parole des migrants sur la scène politique nicaraguayenne. Des représentants menés par Sergio Zeledón (le secrétaire du groupe) et Leonél Arana, se présentant comme des représentants de la Diaspora nicaraguayenne, ont été invités à s’exprimer devant l’Assemblée nationale à Managua, le 19 octobre 2004. Le sens de leur intervention a été de solliciter l’appui des parlementaires pour que leur soit reconnu le plein exercice de leurs droits humains, civiques et politiques au Nicaragua. La question de la révision de la loi dans le but de faciliter les investissements économiques a été évoquée également : « notre souhait est que l’on nous permette de nous intégrer, d’organiser notre capital pour le canaliser en investissements qui aident à atteindre le démarrage économique du Nicaragua. Nous sommes nombreux, nous avons la bonne volonté de participer à cette opportunité risquée, permettez-nous de nous intégrer » (Informations parlementaires en ligne, Assemblée nationale, Managua, octobre 2004).

Conclusion

39Le congrès de Miami a le mérite, comme nous l’avons souligné, de faire parler de l’émigration nicaraguayenne sous un angle renouvelé, en montrant que les éléments du débat évoluent. Il est également pour nous l’occasion de rappeler qu’en Amérique centrale, la question des migrations, sous les feux de l’actualité internationale dans les années 1980, est loin d’avoir été réglée par la stabilisation politique gagnée au cours des années 1990. Notre intention était de mettre en relief les caractéristiques d’une émigration mal connue et d’orienter le regard vers une région du monde pour laquelle la connaissance et la gestion de ces mouvements sont aujourd’hui cruciales. Dans le contexte des efforts du processus d’intégration régionale, une réflexion sur les flux migratoires qui se produisent sur leur territoire s’avère incontournable pour les gouvernements de l’isthme. Or on perçoit bien que la donne géopolitique est complexe car multidimensionnelle, relative au fait que l’on se trouve confronté à des mouvements qui n’ont pas seulement une logique sud-nord, mais également sud-sud et engendrent des relations conflictuelles non seulement avec les pays du Nord mais également entre pays centraméricains. Le cas de l’émigration nicaraguayenne illustre la consolidation de l’émigration extrarégionale, à destination quasi exclusive des États-Unis, mais aussi la complexité des situations au sein même de l’isthme. Dans ce cas spécifique, ni le Nicaragua ni le Costa Rica ne sont parvenus à fixer de politique explicite par rapport aux flux de population nicaraguayenne et gardent une attitude passive, malgré la discussion des questions migratoires par les instances régionales centraméricaines. Nous voulons retenir plutôt le premier pas réalisé par l’Amérique centrale : l’incorporation de la variable migratoire dans les discussions régionales et la prise de conscience des multiples interrelations entre migration, intégration et développement.

Bibliographie

Références bibliographiques

Abye T., 2004 – Parcours d’Éthiopiens en France et aux États-Unis. Paris, L’Harmattan, 401 p.

Araya C., 1992 – Marco jurídico de protección para la población refugiada e indocumentada. San José, Instituto Interamericano de Derechos Humanos-HCR, 36 p + annexes.

Baumeister E., 2003 – Mobilidad espacial de la población nicaragüense a comienzos del nuevo siglo. Managua, ed. I. Aguledo Builes, 67 p.

Brenes Camacho G. et al., 2000 – Migrantes nicaragüenses en Costa Rica 2000 : volumen, características y salud reproductiva. San José, UCR (Rapport préparé pour la gestion de pensions de la Caisse costaricienne de sécurité sociale), 64 p.

Castillo M. A., 2003 – Los desafíos de la emigración centroamericana en el siglo XXI. Amérique latine, Histoire et Mémoire, n° 7, (alhim.revues.org).

Cohen J., Tréguer A. dir., 2004 – Les Latinos des USA. Paris, IHEAL éditions, 176 p.

Cortes G., 1999 – « Mobilités paysannes et identités territoriales dans les Andes boliviennes ». In Bonnemaison J. (coord.) : Les Territoires de l’identité. Le territoire, lien ou frontière ? (tome 1), Paris, L’Harmattan : 259-268.

Demyk N., 1998 – Vers un nouveau modèle d’intégration centraméricain. Problèmes d’Amérique latine (L’Amérique centrale de l’après-guerre), 30 : 3-29.

Maguid A., 1999 – Gente en Movimiento : dinámica y características de las migraciones internacionales en Centroamérica. OIM, 74 p.

Marmora L., 1996 – El fenómeno migratorio regional en América Central y del Norte. Políticas y gobernabilidad. San José, Foro regional sobre derechos humanos en América Central, 28-30 oct., OIM, 58 p.

Médina-Nicolas L., 2004 – Le dilemme des frontières en Amérique centrale, marges symboliques ou espaces en construction. Le cas des frontières Nicaragua-Costa Rica et Costa Rica-Panamá. Thèse de géographie, univ. Paris X-Nanterre.

OIM, 2001 – Estudio binacional : situación migratoria entre Costa Rica y Nicaragua. 111 p.

Olmos C., 2003 – América central : situación migratoria después de los conflictos. Amérique latine, Histoire et Mémoire, 7 (alhim.revues.org).

O’neil K., Hamilton K., Papademetriou D., 2005 – Migration in the Americas. Washington, Global Commission on International Migration, 42 p.

Quesada Quesada C., 1998 – Al sur del Río San Juan. Diagnóstico sobre la situación de los Derechos Humanos de los migrantes nicaragüenses en Costa Rica. San José, Comisión para la Defensa de los Derechos Humanos en Centroamérica, 32 p.

Siemca, 2001 – Diagnóstico de Fuentes Estadísticas. Documento de Trabajo n° 1.

Siemca-Cepal-Oim-Bid, 2002 – Informes nacionales sobre migración internacional en países de Centroamérica. 258 p.

Siemca-OIM, 2004 – Inmigración y emigración en Centroamérica a inicios del siglo xxi : sus características e impacto. Serie Perfil de los Migrantes n° 1, 70 p.

Vargas J. C., 2004 – Migración internacional en Costa Rica : características y tendencias en el período 1990-2003. San José, Décimo Informe sobre el Estado de la nación en desarrollo humano sostenible, 16 p.

Notes

1 Bien que terre d’émigration, l’Amérique centrale compte trois pays également récepteurs : le Belize, le Panama et le Costa Rica, ce dernier étant le plus notable.

2 À l’inverse, seulement 26 043 personnes nées à l’étranger avaient été recensées au Nicaragua lors du recensement de 1995, soit 0,6 % de la population.

3 Les disparités démographiques sont souvent citées comme des facteurs explicatifs, parmi d’autres, de l’expulsion migratoire, mais il faut se garder de raisonnements trop rapides. Ainsi, si la croissance démographique que connaît le Nicaragua est souvent mise en avant, avec des hypothèses moyennes qui envisagent pour la période 2005-2010 un taux de croissance de 2,4 % par an, la densité moyenne de peuplement reste cependant faible, estimée en 2003 à 46 habitants/km2, alors que celle du Costa Rica s’élève pratiquement au double (82).

4 Population résidente aux États-Unis en 2000, selon le pays de naissance : El Salvador 817 336, Guatemala 480 665, Honduras 282 852, Nicaragua 220 335, Panama 105 177, Costa Rica 71 870, Belize 47 915 (U.S. Census Bureau, 2000).

5 Les deux publications sont consultables en ligne par le site estrelladenicaragua.com.

6 On peut souligner que cette démarche est poursuivie par Tassé Abye dans Parcours d’Éthiopiens en France et aux États-Unis, L’Harmattan, 2004.

7 Angle mort, chemin ou sentier permettant de franchir clandestinement la frontière.

8 Le permis vicinal est une autorisation de séjour pour une durée limitée (48 à 72 heures) et dans la limite de la bande frontalière, en vertu d’un accord bilatéral. Ces permis s’adressent en théorie aux populations qui vivent dans la zone frontalière et leur nombre est limité, mais le Nicaragua les délivre à tous et avec largesse. Le pase de frontera n’existe que pour faciliter la rencontre des familles vivant de part et d’autre de la frontière, et n’autorise le porteur qu’à se rendre jusqu’à la ligne frontière même, dans la zone gouvernementale.

9 Le Nicaragua l’a introduite en 1996. Loi n° 240 relative au contrôle du trafic de migrants illégaux du 3 octobre 1996 : « Les auteurs du délit (…) seront sanctionnés par une peine de quatre à huit ans de prison et une amende qui oscille de dix à cinquante mille córdobas » (art. 22).

10 Préoccupation déjà ancienne, ainsi que le montre l’historienne Patricia Alvarenga dans l’article « La identidad amenazada : los costarricenses ante la migración nicaragüense », Política, cultura y sociedad en Centroamérica. Siglos xviii-xx, Vannini M., Kinloch F. (ed.), Managua, IHNCA, 1998.

11 Americana de Servicios est une entreprise d’envoi de remises familiales depuis les États-Unis vers l’Amérique latine, fondée en 1993.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte des principaux flux d’émigration nicaraguayenne et d’immigration costaricienne.
Légende ©S.C.-MTE-UMR 5045-CNRS/2004Source : recensement 2000
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5835/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Figure 2. Caricature parue dans la presse nicaraguayenne et reprise dans le quotidien costaricien La Nación, pour dénoncer l’exagération des médias nicaraguayens (édition du 2 août 1998).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5835/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

Auteur

maître de conférences en géographie à l’université Paul-Valéry Montpellier-III et chercheur au sein du laboratoire Mutations des territoires en Europe (Montpellier). Elle consacre ses travaux aux dynamiques transfrontalières, qu’il s’agit de l’analyse des interactions sociales et économiques (migrations, constructions identitaires) ou de la mise en place par le politique de processus de développement transnationaux (coopérations transfrontalières), sur des terrains centraméricains.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540