Version classiqueVersion mobile

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 2. Trajectoires et ruptures géopolitiques

Chapitre 5. Les Grecs de l’ex-Union soviétique à Chypre

Politiques des États et projets des migrants

Kira Kaurinkoski

Résumé

Il y a aujourd’hui environ 15 000 Grecs de l’ex-Union soviétique à Chypre. La majorité des migrants sont des Grecs pontiques originaires de Géorgie ou de Russie, mais il y a aussi des Grecs de Mariupol en Ukraine. Parmi les résidents permanents, 80 % ont la citoyenneté grecque et, de ce fait, le droit de séjour et de travail permanents à Chypre. En ce qui concerne les projets d’avenir, il apparaît que l’incorporation dans la nation chypriote concerne surtout les Grecs de Géorgie. Une partie des migrants vont certainement tenter de s’installer en Grèce. Dans ce contexte, les programmes d’installation mis en place par l’État grec dans les années 1990 et en 2002 sont des stimulants importants. La migration de retour concerne essentiellement la Russie et dans la longue durée aussi l’Ukraine. La mobilité circulatoire avec des allers-retours fréquents entre Chypre et le pays d’origine en CEI ou la Grèce concerne une partie de la population migrante.

Texte intégral

  • 1 Demographic Report 2001. Population Statistics, series II, Report 39, Republic of Cyprus.
  • 2 Ibid.
  • 3 Entretien avec O. Poursanidis, président de la Fédération des associations grecques de Chypre, Pap (...)

1La transformation de Chypre – connu pour ses divisions ethniques et comme pays d’émigration et d’exil – en pays d’immigration est un phénomène récent. Aujourd’hui, sur une population d’environ 800 000 habitants (dont 80,7 % de Chypriotes grecs et 11 % de Chypriotes turcs), les étrangers constituent 8,3 %1 de la population totale et 16 % de la population économiquement active du pays (Trimikliniotis, 2003 : 124). Selon le recensement de 2001, les résidents étrangers étaient en premier lieu des Anglais, des Allemands, des Grecs et des Russes, alors que les travailleurs étrangers venaient surtout des pays d’Europe centrale et orientale, d’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient2. Les Grecs, originaires de l’ex-Union soviétique forment un groupe de migrants à part. Parmi les résidents permanents, estimés à 12 000, 80 % ont la citoyenneté grecque3.

2D’après un accord bilatéral conclu entre les gouvernements grec et chypriote, la citoyenneté et la carte d’identité grecque leur donnent le droit de séjour et de travail permanents à Chypre, ce qui est un avantage certain pour l’accès à un travail et à des conditions de travail relativement meilleures (Trimikliniotis, 2003 : 122).

  • 4 La connaissance de ces situations est basée sur des sources écrites et des entretiens avec des rep (...)

3Les situations des migrants d’origine grecque venus de l’ex-Union soviétique sont multiples4 et fonction tant de leurs appartenances nationales et régionales que de l’évolution politique de Chypre et des politiques d’intégration qu’elle propose. Ce texte s’interroge sur la manière dont les projets des migrants s’articulent avec les politiques des États.

  • 5 Sur les Grecs pontiques, voir, par exemple, Journal of Refugee Studies (1991) ; M. Bruneau (1998)  (...)
  • 6 Ministère de l’Intérieur de Chypre (2000).

4La majorité des Grecs de l’ex-Union soviétique à Chypre sont des Grecs pontiques, originaires de Géorgie (65 %) ou de Russie (22,1 %), dans un moindre degré aussi des républiques d’Asie centrale et d’Arménie. Les Grecs pontiques sont des descendants des Grecs de la mer Noire (Pont Euxin) en Turquie actuelle5. La majorité d’entre eux se sont installés dans l’Empire de Russie et en Union soviétique, entre la fin du xviiie et le début du xxe siècles, y cherchant refuge à la suite des guerres russo-turques ou attirés par les avantages (terres, exemption des taxes et du service militaire) concédés aux « colons étrangers ». Les Grecs pontiques firent partie des peuples déportés par Staline, avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale. À la veille de l’éclatement de l’Union soviétique, les grandes communautés des Grecs pontiques se trouvaient en Géorgie (100 000), dans le Nord-Caucase russe (98 000) ainsi que sur les lieux de leur déportation stalinienne en Asie centrale. Une première vague de migration de « retour » de l’ex- Union soviétique en direction de la Grèce eut lieu dans les années 1920-1930. À petite échelle, la migration de retour a ensuite continué, mais c’est seulement après le début de la perestroïka qu’elle est devenue importante atteignant des chiffres significatifs vers la fin des années 1980. Depuis 1990, les Grecs pontiques se dirigent aussi vers Chypre, où les arrivées étaient particulièrement importantes entre 1996 et 19996.

5Il convient aussi d’évoquer les Grecs de Mariupol d’Ukraine, qui seraient des descendants des Grecs de Crimée dont les origines remontent à la période byzantine ou à l’Antiquité. À la fin du xviiie siècle, ils furent transférés à Mariupol sur les rives de la mer d’Azov en Ukraine actuelle. Les Grecs de Mariupol sont parmi les rares Grecs de l’ex-Union soviétique qui n’ont pas été déportés. Aujourd’hui, ils forment une communauté de plus de 100 000 personnes. Leur émigration vers la Grèce et vers Chypre a commencé à la fin des années 1980, mais n’est devenue significative qu’à partir de 1994 avec la stagnation de la situation économique en Ukraine. Depuis 1997, elle est aussi familiale (Kaurinkoski, 1998, 2003).

6Linguistiquement parlant, aujourd’hui, aussi bien les Grecs de Mariupol que les Grecs pontiques sont en premier lieu russophones. Les Grecs de Mariupol ont leur propre dialecte grec et parlent aussi le ouroum (fondé sur le tatar) (Drettas, 1997 ; Mackridge, 1991), alors que les Grecs pontiques parlent un dialecte grec de Pontos, de la côte nord-est de la mer Noire soit le Rom, un dialecte turc (Sokolov, 1930 ; Aklayev, 1988). À Chypre, parallèlement avec le russe, les Grecs d’Ukraine et de Russie (Mariupolites et Pontiques) pratiquent leurs propres dialectes hellènes, alors que la majorité des Grecs de Géorgie sont turcophones.

  • 7 Selon une étude faite par le gouvernement chypriote en 2000, 45 % sont arrivés dans le pays avec u (...)

7Dans l’ensemble, il y a aujourd’hui environ 15 000 Grecs de l’ex- Union soviétique à Chypre. Une partie des migrants est arrivée à Chypre directement de son pays d’origine. D’autres, un peu plus nombreux, sont d’abord passés par la Grèce. C’est notamment le fait des Grecs pontiques de Géorgie ou de Russie7.

Les politiques migratoires de Grèce et de Chypre vis-à-vis des Grecs de l’ex-Union soviétique

  • 8 La décision conjointe 24755/1990 entre le ministère de l’Intérieur et le ministère de la Défense d (...)
  • 9 Selon la loi 2130/1993 sur l’enregistrement des migrants grecs d’origine pontique sur les registre (...)
  • 10 Loi (2790/2000) sur l’obtention de la citoyenneté par les omogeneis (personnes d’origine grecque) (...)
  • 11 Les documents demandés sous la nouvelle loi comprennent une photocopie d’un passeport valide, un c (...)
  • 12 En Grèce, les commissions sont composées d’un représentant du ministère des Affaires étrangères, d (...)

8En Grèce, la politique de « rapatriement » des Grecs pontiques de l’ex-Union soviétique est conçue dans le prolongement du traité de Lausanne de 1923. En 1990, le droit de « retour » fut étendu à tous les Grecs de l’ex-Union soviétique, donc aussi aux Grecs de Mariupol. Ceux qui « retournent au pays » sont qualifiés de palinnostountes ou de « rapatriés », et des mesures spéciales sont prévues par l’État pour faciliter leur intégration (Argyros, 1996 : 19 ; 2001). De 1990 à 2005, trois périodes différentes de « migration de retour » sont à distinguer selon la législation et les politiques en vigueur : jusqu’en 1993, il était relativement facile d’obtenir un visa de retour (palinnostisi) et la citoyenneté grecque sur simple déclaration sur l’honneur et une preuve justifiant les origines grecques8. Après cette date, plus de documents furent requis pour l’obtention d’un « visa de retour »9. Depuis 2000, la responsabilité du processus de naturalisation a été transférée au ministère de l’Intérieur10, de l’Administration publique et de la Décentralisation et le nombre des documents requis pour l’obtention d’un visa a été réduit11. En revanche, avec la nouvelle loi, les intéressés doivent passer un entretien devant une commission12.

  • 13 Une carte d’identité semblable est consentie aux Épirotes du Nord avec la différence que dans leur (...)

9Le but de l’entretien est de voir si l’intéressé a une « conscience grecque ». Les personnes qui ne souhaitent pas perdre la nationalité de leur pays d’origine (l’Ukraine et la Géorgie notamment ne permettent pas la double nationalité) ont, au lieu de la nationalité, la possibilité d’obtenir une carte d’identité grecque d’omogeneis (Eidiko Deltio Tavtotitas Omogenous) faisant fonction de permis de séjour et de travail en Grèce et à Chypre. Toutefois, il faut souligner que cette carte n’est pas assimilée à une preuve de nationalité grecque et ne donne pas le droit de voter aux élections13. L’évolution de la réglementation rend compte de la valorisation d’une référence à une identité grecque commune (langue, sentiment hellénistique, etc.).

  • 14 Dans l’ensemble, depuis la fin des années 1980, la Grèce a accueilli près de 200 000 personnes qui (...)

10Mais en réalité, depuis 1994, face à des flux migratoires importants, la Grèce tente d’assurer l’existence de sa diaspora orientale dans les lieux d’origine en limitant les départs vers la Grèce. Pour contourner ces difficultés, un nombre significatif de personnes d’origine grecque ou d’autres nationalités (russe, géorgienne, ukrainienne, moldave, etc.) sont arrivées en Grèce ou à Chypre avec un visa touristique. Celles d’origine grecque ont souvent pu régulariser leur situation14, contrairement aux autres migrants qui sont alors restés « sans papier ».

  • 15 Et même au bout de dix ans de résidence dans le pays, l’acquisition de la citoyenneté n’était pas (...)

11En ce qui concerne l’acquisition de la citoyenneté chypriote par des non-Chypriotes, jusqu’à récemment, les lois étaient très restrictives. D’après la Constitution de 1960, valable jusqu’à une date récente, le droit de sang prévalait ou les liens de mariage. Pour les travailleurs étrangers, dix ans de résidence dans le pays étaient requis avant qu’ils puissent déposer leur demande15.

  • 16 Selon leur situation légale, les Grecs de l’ex-Union soviétique à Chypre forment un ensemble compo (...)
  • 17 Voir, par exemple, F. Barth (1995, 1969 pour la v.o.) ; H. Vermeulen et C. Govers (eds) (1994).

12Les difficultés liées à l’acquisition de la nationalité chypriote par les étrangers s’expliquent par la peur de l’Autre, ou par la peur de la « perte d’identité ». Il s’agit aussi d’une attitude prudente face à un éventuel changement démographique dans la composition de la population aussi longtemps que la « question de Chypre », considérée une « priorité nationale », reste ouverte. Dans ce contexte, le débat identitaire est vif dans les milieux scientifiques et politiques chypriotes grecs sur l’helléno-centrisme et chypro-centrisme (Papadakis, 1993 ; Mavratsas, 1997), et parmi les Chypriotes turcs, sur le Turko-centrisme et le chypro-centrisme. À Chypre sud, les milieux de droite mettent en avant une identité centrée sur l’hellénisme, alors que les milieux du centre et de gauche, d’habitude, sont plus « chypriotistes » et plus ouverts à l’égard de la diversité. Enfin, pour devenir membre de l’Union européenne, Chypre a dû modifier sa législation en matière d’immigration et des droits des travailleurs étrangers, et mettre en place une politique plus « tolérante » et plus respectueuse de la diversité. Le fait de permettre l’accès d’un nombre important des Grecs de l’ex-Union soviétique16, perçus comme des « autres, culturellement proches », est à appréhender dans ce contexte. Il illustre le trouble face aux « nouvelles » idées qui concernent la « nation » et ses « frontières17 » (Trimikliniotis, 1999 : 159-163).

La géographie des Grecs de l’ex-Union soviétique

  • 18 Ministère de l’Intérieur de Chypre (2000).
  • 19 En dépit d’un bon niveau éducatif, trois quarts travaillent comme marchands ambulants, femmes de m (...)

13Selon une étude faite par le gouvernement de Chypre en 200018, la grande majorité des Grecs de l’ex-Union soviétique est jeune, bien éduquée19, vit en famille et habite à Paphos (43,4 %) et à Nicosie (31,5 %). D’autres, moins nombreux, habitent à Limassol (14,4 %), à Larnaca (9,2 %) ou à Ammochosto (1,5 %) (carte 1). Le choix du lieu de résidence dépend de la possibilité de trouver un travail et de la présence de la famille.

Carte 1. Répartition des Grecs soviétiques dans le sud de l’île de Chypre selon la préfecture en 2000.

Carte 1. Répartition des Grecs soviétiques dans le sud de l’île de Chypre selon la préfecture en 2000.

Source : ministère de l’Intérieur de Chypre, 2000

14Les modalités de l’insertion dépendent des types d’emplois occupés. Or la nature de l’emploi exercé à Chypre est un travail non spécialisé et mal payé, au moins durant les années qui suivent l’installation. Cette caractéristique se double d’une différenciation selon le genre des migrants. À leur arrivée, les femmes ont tendance à trouver des emplois dans le secteur des services, comme employées non qualifiées, notamment dans la restauration ou l’hôtellerie ou encore femmes de ménage chez des particuliers.

15Les hommes trouvent souvent du travail dans le domaine de la construction et des travaux routiers. Le recours au travail agricole se présente comme une solution pour les hommes et les femmes. Avec le temps, il semblerait qu’une certaine mobilité s’opère des emplois subalternes ou précaires vers des emplois plus stables et lucratifs dans le commerce ou l’industrie, certains s’installant à leur compte.

16En ce qui concerne la nature de l’emploi exercé et les voies de l’insertion professionnelle, la situation des Grecs de l’ex-Union soviétique en Grèce et à Chypre est semblable. Dans les deux pays, la mauvaise connaissance du grec et la non-reconnaissance des diplômes de l’ex-Union soviétique sont des obstacles importants à une meilleure insertion. Toutefois, jusqu’à récemment, les possibilités de trouver un travail furent estimées meilleures à Chypre. En fait, c’est « parce qu’il y avait du travail à Chypre », que beaucoup de Grecs venus de l’ex-Union soviétique ont choisi de s’installer dans ce pays. C’est notamment le fait des personnes qui, en Grèce, avaient rejoint le programme d’installation rurale de l’État grec dans la région de Thrace (1991-1999), où il était difficile de trouver du travail. C’est aussi le fait de nombreux migrants d’Ukraine, de Russie ou de Géorgie, qui sont partis de leur pays dans la deuxième moitié des années 1990, période où la Grèce est devenue de plus en plus difficile d’accès.

Le bilan de l’expérience migratoire

17Le bilan quinze ans après l’arrivée des Grecs de l’ex-Union soviétique à Chypre est mitigé. Pour un nombre significatif, l’intégration au sein de la société chypriote n’est toujours pas acquise. Les expériences de racisme (C. Guillaumin, 2002 : 98-112) et de xénophobie en milieu scolaire et dans le travail, notamment pendant les années 1990, ont aussi laissé des traces. Dans un tel contexte, le fait d’avoir la citoyenneté grecque n’a pas semblé en mesure de faciliter une meilleure acceptation du migrant. Cette situation se lit dans la constitution de quartiers dits « sensibles » où se retrouve une concentration importante des Grecs venus de l’ex-Union soviétique, tels Kato-Paphos (la partie basse de Paphos) ainsi que certains quartiers de Nicosie. Dans ces quar- tiers, beaucoup de Grecs de l’ex-Union soviétique ont reconstruit leur univers en réaction à la marginalisation dont ils étaient l’objet. La langue russe, le dialecte propre à chaque groupe, la télévision russe et ukrainienne, ainsi que les valeurs et traditions du pays du départ forment un environnement quotidien.

  • 20 En Grèce, des mesures spéciales sont prises par l’État pour faciliter l’entrée des personnes d’ori (...)

18Parmi les jeunes, venus à Chypre à un âge de douze à quinze ans compris, certains quittent l’école avant de parvenir au lycée. Les difficultés dues à la maîtrise de la langue grecque et les conditions d’une mauvaise intégration économique sont mises en avant pour indiquer les principaux facteurs responsables de l’échec scolaire. Pour la génération qui a commencé l’école à Chypre, la situation apparaît plus favorable du point de vue de la réussite scolaire. Elle dépend pour beaucoup aussi du niveau socio-éducatif des parents (Trimikliniotis, 2001). Environ 10 % des élèves poursuivent leurs études après le lycée : dans la plupart des cas en Russie, dernièrement aussi en Grèce20 et à Chypre.

  • 21 Entretien avec M. Hristodoulidis, préfet de Paphos ; avec M. Laouris au Bureau d’information et de (...)

19Depuis quelques années on peut constater aussi d’autres développements positifs : les Grecs de l’ex-Union soviétique, et notamment de Géorgie, achètent des appartements à Chypre et ouvrent des commerces. Ce sont des signes d’installation et d’intégration21.

Un groupe hétérogène : les Grecs de Géorgie et les Grecs d’Ukraine

20Malgré l’amélioration de la situation générale des Grecs de l’ex- Union soviétique à Chypre, l’attitude de la presse et du grand public à leur égard est plutôt réservée. Pour ces derniers, ce sont des Pontioi (Pontiques), des Ellinopontioi (Grecs pontiques) ou des Rossopontioi (Russes pontiques). La continuité de l’hellénisme dans le temps est valorisée lorsqu’est apprécié un fait d’actualité ou, dans le cas contraire, tout le groupe est stigmatisé. Dans ce contexte, ce sont les Grecs de Géorgie et la ville de Paphos qui apparaissent comme cible particulière des journalistes et du grand public. Paphos est une petite ville touristique de 45 000 habitants. L’arrivée d’un nombre important de gens d’une autre culture qui n’ont pas réussi à s’intégrer dans leur nouveau pays d’accueil et qui maintiennent leurs coutumes a bouleversé l’ordre moral de la ville.

« Ils se promènent en moto sur la promenade au bord de la mer, torse nu. Ce n’est pas joli. C’est une zone touristique ici. » (Garçon de café dans un bar, Paphos, novembre 2003)
« Ils vivent comme les Chypriotes dans les années 1950. En début de soirée, ils se retrouvent tous ensemble, ils mangent, boivent, jouent aux cartes, discutent. Vers minuit, commencent les bagarres… » (M. Hristodoulidis, le préfet de Paphos, novembre 2003)

  • 22 Entretien avec M. Hristodoulidis, préfet de Paphos et avec M. Laouris au Bureau d’information et d (...)

21Selon les autorités locales, deux groupes sont considérés particulièrement difficiles. D’une part, il s’agit des jeunes gens de Géorgie, qui sont arrivés dans le pays à l’âge de 15 ans, qui ont quitté l’école avant de parvenir au lycée et qui sont à l’origine des « troubles » : des vols, des cambriolages, des problèmes avec la drogue. D’autre part, il s’agit des hommes âgés de 40 à 50 ans qui ne travaillent pas. Dans les deux groupes, la connaissance du grec est souvent insuffisante. Qu’il s’agisse d’une population turcophone ne facilite pas leur acceptation par la population locale. Il convient de noter que parmi les migrants de l’ex-Union soviétique à Paphos, il y a beaucoup de ruraux avec un niveau de formation moyen ; à Nicosie, il y a plus de ressortissants des universités et des villes22.

22En comparaison avec les Grecs de Géorgie, que la presse et la population locale appellent « violents », les migrants d’Ukraine (Grecs et Ukrainiens) sont mieux appréciés. Dans la plupart des cas, ils sont perçus « plus calmes et plus sérieux ». Ils sont aussi moins nombreux.

23Les Grecs de l’ex-Union soviétique ne forment pas un groupe uni. D’une part, on a affaire à des Grecs de Mariupol dont les relations avec la Grèce sont anciennes et, d’autre part, à des Grecs pontiques qui en soi forment un groupe hétérogène selon leur lieu d’origine dans l’ex-Union soviétique et selon qu’ils ont été déportés ou non (Voutira, 1991). En règle générale, ceux qui vivaient en Russie et en Ukraine étaient bien intégrés dans la société environnante, alors que ceux qui vivaient en Géorgie – connue pour ses nationalismes et pour ses conflits ethniques – ou parmi des populations musulmanes notamment sur les lieux de déportation stalinienne en Asie centrale avaient tendance à se renfermer davantage sur le groupe. Les personnes ayant conclu des mariages mixtes avec les Russes, les Ukrainiens, les Géorgiens, etc. constituent aussi un cas à part.

24Après l’arrivée à Chypre, les divisions anciennes se maintiennent, tout en prenant de nouvelles formes et raisons d’être ; elles deviennent manifestes dans la compétition pour le travail. Une de mes informatrices, une grecque de Mariupol, qui habite à Chypre depuis cinq ans, raconte :

« À six heures le matin, tous ceux qui n’ont pas de travail, se retrouvent devant M. Chicken (un établissement de restauration rapide) à Kato-Paphos. Il y a toujours 60-100 personnes qui attendent d’être embauchées. Les employeurs qui ont besoin de main d’oeuvre passent prendre des gens là-bas. Aussi longtemps qu’il y a un Pontique qui attend, les Mariupolites ne passeront pas...
Il n’y a pas que cela. Ils nous tuent moralement. Ils parlent turc entre eux. Nous, on ne comprend rien. Pendant ma première année ici, j’ai travaillé aux champs, j’ai fait la cueillette des raisins. Il y avait plein de Pontiques. Elles sont toutes restées entre elles. Il n’y avait personne avec qui je pouvais former une paire. Puis, j’ai trouvé une Chypriote. … Une fois, il y avait une Pontique qui est venue avec moi. Elle m’a tourné le dos et a continué à parler turc avec ses amies pontiques. Elle ne m’a pas adressé un mot. Moralement, cela m’a tué. »

25Les divisions entre les Grecs pontiques et les Mariupolites sont maintenues aussi parmi les jeunes générations. Ainsi, il n’y a pas de mariages entre les Mariupolites et les Grecs pontiques. Idéalement, on se marie à l’intérieur de son propre groupe. Chez les Mariupolites, les femmes peuvent épouser des Chypriotes ou des Ukrainiens de la partie orientale du pays. Les hommes qui ne trouvent pas d’épouse à Chypre vont en chercher une au pays. Chez les Grecs pontiques, on se marie à l’intérieur du groupe, éventuellement avec des Chypriotes, dans un moindre degré aussi avec des Russes. Dans la plupart des cas, c’est la différence de langue qui est mise en avant comme argument principal pour expliquer l’absence de mariages entre les Grecs pontiques (de Tsalka) et les Mariupolites. Chez les uns, on parle russe, chez les autres, turc. Au-delà, pour les Grecs pontiques, les Mariupolites sont « trop russifiés », et « n’ont pas le sens de la patrie (grecque) ». Aux yeux des Mariupolites, les Pontiques représentent un groupe « clos » et « nationaliste ».

  • 23 Pour les questions concernant la régularisation du statut des migrants dans le pays d’accueil et l (...)

26Chacun de ces groupes se subdivisent en plusieurs sous-groupes (les Mariupolites, les Grecs pontiques de Géorgie, de Russie, des républiques d’Asie centrale). Sur le plan local, sont évoqués les « Grecs pontiques de Géorgie » et « les Grecs d’Ukraine ». Sur un plan collectif, les Grecs de l’ex-Union soviétique sont regroupés depuis 2001 au sein de la Fédération réunissant quinze associations pontiques de Chypre. Elle joue le rôle de médiateur23 entre les migrants et les autorités chypriotes, grecques et russes. Tous les responsables de la Fédération et presque tous les présidents de ces associations sont des Grecs pontiques de Géorgie. Sur le plan des représentations, il s’agit là d’une « démonstration » de la domination des Grecs de Géorgie sur les Mariupolites, qui sont des migrants plus récents à Chypre. Ils sont aussi moins nombreux et n’ont pas d’association propre.

La multiplicité des situations et des projets migratoires

  • 24 Entre 2002 et 2005, les ministères de l’Intérieur et de l’Économie de Grèce accordaient des emprun (...)

27En ce qui concerne les projets d’avenir, pendant longtemps, pour beaucoup de migrants grecs de l’ex-Union soviétique, Chypre représentait « une petite île à la marge de l’Europe où il n’y avait pas de place ni de possibilités ». Ce n’était pas un pays où ils se sentaient en « sécurité ». Beaucoup percevaient leur séjour comme provisoire, une étape avant de repartir chez eux ou d’aller ailleurs, en premier lieu en Grèce, pays historique, continental et membre de l’Union européenne. L’entrée de Chypre dans l’Union européenne a alors été un élément de sécurité même si le lien avec la Grèce reste significatif. Parmi les Grecs pontiques, beaucoup ont de la famille en Grèce, arrivée au cours des quinze dernières années, dans les années 1960 ou auparavant. Parmi les personnes qui avaient pris part au programme d’installation rurale de l’État grec en Thrace24, certains ont laissé derrière eux une maison ou de la famille ; d’autres attendent toujours de l’État l’allocation d’une maison. Parmi les Grecs de Mariupol, l’expérience de la Grèce est plus limitée.

28La migration de retour concerne essentiellement la Russie, dans la longue durée aussi l’Ukraine. D’une part, c’est le fait des personnes âgées et adultes dont la famille est restée au pays. Pour eux, le séjour à Chypre se veut souvent temporaire alors que leur but principal est d’améliorer leur situation économique. En partie, on a ici affaire à un groupe de migrants qui circule entre Chypre et leur pays d’origine, qui « vivent ici et là-bas ». Parmi les jeunes, certains font des projets professionnels et misent sur les opportunités dans le secteur des services et de l’entreprenariat. Souvent il s’agit aussi d’une réaction face à l’exclusion sociale et professionnelle dans un pays où ils se sentent mal acceptés.

29Du côté des Mariupolites, le retour est souvent motivé par des aspects « sécuritaires », par la volonté de vivre parmi les siens et de mourir au pays. Dans les mots d’une dame grecque de Mariupol :

« Il y a beaucoup parmi les nôtres qui sont fatigués déjà, même si on peut vivre ici. L’Ukraine aujourd’hui, c’est un pays pauvre. Les jeunes se droguent, il n’y a pas de travail. Ici, au moins, on a du travail. Après, sans doute, je vais retourner à la maison. Qui veut mourir à l’étranger ? Ici, on ne nous aime pas. On nous appelle “Pontiques” ou “Russes pontiques”. Il y a eu des bagarres, des accidents de la route où les nôtres sont impliqués. Le mot “Pontique” est devenu une injure. … L’Ukraine, c’est ma patrie. C’est là que je suis allée à l’école. Toute ma vie est làbas. J’y connais les lois. C’est une question sécuritaire. »

30Comme le montre cette citation, chez les Grecs de Mariupol, on constate un attachement fort à leur pays, région et village d’origine. La plupart explique leur raison d’être à Chypre, mais aussi en Grèce, par des raisons économiques et par les conditions de vie difficiles dans l’Ukraine actuelle. Même au bout de dix ans à Chypre, beaucoup continuent à se considérer migrants temporaires.

  • 25 En ce qui concerne les autres mesures prises par l’État grec pour faciliter l’intégration des Grec (...)

31Les États jouent un rôle dans la formulation des projets des migrants. L’État grec par exemple, a mis en place une « politique de retour » permettant l’immigration et l’intégration des Grecs de l’ex-Union soviétique en Grèce. La législation sur l’acquisition de la citoyenneté (grecque), le programme d’installation rurale en Thrace (1991-1999) et le programme d’octroi de crédits pour l’acquisition d’une maison ou d’un appartement sont les éléments les plus substantiels de cette politique25. La reconnaissance par l’État chypriote de la citoyenneté et de la carte d’identité grecque d’omogeneis de l’État grec, dès le début des années 1990, a aussi permis à un nombre important de Grecs de l’ex-Union soviétique de s’installer et de travailler dans ce pays dans des conditions légales. Les cours de langue grecque et les stages de formation professionnelle, proposés par le ministère de Travail et de Commerce chypriote, depuis 1999, visent quant à eux à une meilleure intégration des migrants.

32Dans la formulation des projets de retour, les raisons affective et personnelle jouent un rôle sensible. Pour que le projet devienne réalité, d’habitude, il faut que le pays en question puisse garantir des conditions de vie, jugées acceptables. Jusqu’à récemment, c’était le cas de la Russie uniquement – le seul des pays de la CEI où la situation économique et politique montrait des signes de stabilité. Depuis quelques années, ces signes sont également visibles en Ukraine. Le fait que la Russie et l’Ukraine sont des États pluriethniques, qui reconnaissent les minorités ethniques, où la langue russe a le statut de langue officielle ou protégée (dans le cas d’Ukraine), est également un facteur important.

33Dans le cas de la Géorgie, la situation n’est pas aussi heureuse. Au bout de plusieurs années de crises et conflits ethniques, la situation politique dans le pays reste instable et la situation économique difficile. En outre, dans ce pays, la langue et la culture géorgienne se sont imposées dans la société dès l’indépendance faisant du russe une langue secondaire. Parmi les migrants grecs de Géorgie, personne ne parle de retourner en Géorgie. Leurs projets ont pour cadre Chypre, la Grèce et pour certains, la Russie. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant de constater que la vocation de l’incorporation dans la nation chypriote concerne notamment les Grecs de Géorgie.

Conclusion

34À Chypre, les Grecs de l’ex-Union soviétique constituent une catégorie particulière de migrants. Parmi les résidents permanents, la grande majorité a la citoyenneté grecque, et de ce fait, le droit de séjour et de travail permanent à Chypre. Sur un plan quotidien, la citoyenneté grecque n’a pas semblé en mesure de permettre une meilleure acceptation du migrant par la population locale. En comparaison avec la situation des Grecs de l’ex-Union soviétique en Grèce, à Chypre, leur situation sur le marché de travail apparaît un peu meilleure, notamment en ce qui concerne l’accès au travail. Parallèlement, parmi les personnes ayant un niveau d’éducation élevé, la plupart travaille au-dessous de leur niveau de qualification.

35En ce qui concerne les projets d’avenir, l’incorporation dans la nation chypriote concerne surtout les Grecs de Géorgie. Une partie des migrants vont certainement tenter de s’installer en Grèce.

36Dans ce contexte, le programme d’allocation des crédits mis en place par l’État grec en 2002 est un stimulant important, notamment en vue de la construction d’une maison pour la retraite. La migration de retour concerne essentiellement la Russie, dans la longue durée, aussi l’Ukraine. La mobilité circulatoire avec des allers-retours fréquents entre Chypre et le pays d’origine en CEI ou la Grèce concerne une partie de la population migrante.

37Le déclenchement du processus migratoire est bien sûr lié aux contextes économiques et politiques des pays de départ respectifs et à la situation propre de chacune des communautés. Mais il ne faut pas complètement exclure le goût pour l’aventure, la recherche du défi ou de meilleures opportunités. Parallèlement, les migrants invoquent aussi la volonté de rester en contact avec le pays d’origine ou avec un lieu de résidence antérieur, éventuellement la volonté d’y retourner, souvent pour des raisons multiples : familiale, affective, économique. Pour ceux qui s’installent dans la mobilité circulatoire, il s’agit souvent d’un train de vie, voulu ou imposé par les circonstances, et motivé par des raisons économiques, professionnelles ou familiales.

Bibliographie

Références bibliographiques

Aklayev A. R., 1988 – Situation ethno-linguistique et identité ethnique des Grecs de la région de Tsalka en Géorgie [soviétique] (en russe). Sovetskaya Etnografiya : 60-70.

Argyros A., 1996 – To nomiko kathestos ton palinnostounton [La situation légale des rapatriés]. Eiyapoe, 415 p.

Argyros A., 2001 – To nomiko kathestos ton palinnostounton [La situation légale des rapatriés]. Armenopoulos, 8 : 1022-1034.

Barth F., 1995 – « Les groupes ethniques et leurs frontières ». In Poutignat P., Streiff-Fenart J. (ed.) : Théories de l’ethnicité, Paris, PUF : 203-249 (v.o. publiée en 1969).

Bruneau M. (éd.), 1998 – Les Grecs pontiques. Diaspora, identité, territoires. Paris, CNRS, 247 p.

Drettas G., 1997 – Aspects pontique. Paris, Association des recherches internationales.

Eiyapoe [Fondation nationale grecque pour l’admission des Grecs expatriés et rapatriés], 1990-1995.

Eiyaapoe [Fondation nationale grecque pour l’admission et la réinstallation des Grecs expatriés et rapatriés], 1991-2001.

Essays on Greek Migration, 1967 – Migration Series 1, Athens, Ekke, 190 p.

Guillaumin C., 2002 – L’idéologie raciste. Paris, Gallimard, 378 p.

Horowitz D., 1985 – Ethnic Groups in Conflict. London, University of California Press.

Kaurinkoski K., 1998 – Les Grecs dans le Donbass. Analyse des identités collectives dans deux villages d’Ukraine orientale. Thèse de doctorat, université de Provence (Aix-Marseille-I) et Presses universitaires du Septentrion, université Charles de Gaulle, Lille-III, 556 p.

Kaurinkoski K., 2003 – Les Grecs de Mariupol (Ukraine).

Réflexions sur une identité en diaspora. Revue Européenne des Migrations Internationales, (19) 1 : 125-146.

Kaurinkoski K., 2006 – « Le ‘retour’ des Grecs de l’ex-Union soviétique : politiques d’accueil et stratégies des migrants dans l’agglomération athénienne ». In BerthomièreWilliam, Chivallon C. (ed.) : Les diasporas dans le monde contemporain, MSHA-Karthala : 283-300.

Koromila M., 2001 – Oi Ellines sti Mavri thalassa. Apo tin epohi tou Halkou os tis arhes tou 20ou aiona [Les Grecs de la mer Noire. De l’âge de Bronze au début du xxe siècle]. Athènes, Panorama, 477 p.

Mackridge P., 1991 – The Pontic Dialect : A Corrupt Version of Ancient Greek. Journal of Refugee Studies, 4 (4) : 335-339.

Mavratsas C., 1997 – The ideological Contest between Greek- Cypriot Nationalism and Cypriotism 1974-1995 : Politics, Social Memory and Identity. Ethnic and Racial Studies, 20 : 717-737.

Ministère de l’Intérieur de Chypre, Préfecture de Paphos, 2000 – Analysi Pliroforion apo to Erotimatologio Apografis Omogenon Pontion [Analyse des données du questionnaire du recensement des Grecs pontiques].

Notaras G., 1998 – « État et sociétés helléniques face au problème pontique ». In Bruneau M. (éd.) : Les Grecs pontiques. Diaspora, identité, territoires, Paris, CNRS : 229-239.

The Odyssey of the Pontic Greek, 1991 – Journal of Refugee Studies, Special issue, 4 (4).

Papadakis G., 1993 – Perceptions of History and Collective : a Study of Contemporary Greek Cypriot and Turkish Cypriot Nationalism. PhD Thesis.

De Rapper G., Sintès P. (ed.), (sous presse) – Nommer et classer dans les Balkans. École française d’Athènes, Collection Champs helléniques modernes et contemporains.

Sokolov I. I., 1930 – O jazyke grekov Mariupolskogo i Stalinskogo okrugov. Jazyk i literatura, t. 4 : 49-67.

Trimikliniotis N., 1999 – « Racism and New Migration to Cyprus : The Racialisation of Migrant Workers ». In Anthias F., Lazaridis G. (eds.) : Into the Margins : Migration and Exclusion in Southern Europe, Alderhote, Ashgate : 139-178.

Trimikliniotis N., 2001 – To Provlima apo tin Foitisi ton Pontion sti Dimotiki Ekpaidevsi : Prokatartiki Erevna kai Ekthesi [Les difficultés liées à la présence des Pontiques dans l’enseignement primaire : recherche préliminaire et présentation]. Recherche faite pour l’Union des sociologues de Chypre.

Trimikliniotis N., Pantelides P., 2003 – Mapping Discriminatory Landscapes in Cyprus : Ethnic Discrimination in the Labour Market. The Cyprus Review, 15 (1) : 121-146.

Vergeti M., 1994 – Apo ton Ponto stin Ellada. Diadikasies diamorfosis mias ethnotopikis tavtotitas [Du Pont en Grèce. Les processus de la formation d’une identité ethnique et locale]. Thessaloniki, Ekdotikos Oikos Adelfon Kyriakidi, 409 p.

Vermeulen H., Govers C. (eds), 1994 – The Anthropology of Ethnicity. Beyond ‘Ethnic Groups and Boundaries’. Amsterdam, Het Spinhuis, 104 p.

Voutira E., 1991 – Pontic Greeks Today : Migrants or Refugees ? Journal of Refugee Studies, 4 (4) : 400-420.

Voutira E., 2006 – Post-Soviet Diaspora Politics : The case of the Soviet Greeks. Journal of Modern Greek Studies, 24 (2) : 379-414.

Notes

1 Demographic Report 2001. Population Statistics, series II, Report 39, Republic of Cyprus.

2 Ibid.

3 Entretien avec O. Poursanidis, président de la Fédération des associations grecques de Chypre, Paphos, novembre 2003.

4 La connaissance de ces situations est basée sur des sources écrites et des entretiens avec des représentants des associations pontiques, des autorités grecques et chypriotes, ainsi qu’avec des migrants à Chypre (2002-2003) et en Grèce (2001-2005). Dans l’ensemble, 62 entretiens ont été conduits avec des personnes d’origine grecque (12 à Chypre et 50 en Grèce) et 35 entretiens avec des migrants de l’ex-Union soviétique d’autres origines (8 à Chypre et 27 en Grèce). Avec certains informateurs, plusieurs autres entretiens ont aussi été conduits. Cette recherche se fonde aussi sur un « terrain » anthropologique et des recherches conduites en Ukraine (1993-1994, 1997, 2003).

5 Sur les Grecs pontiques, voir, par exemple, Journal of Refugee Studies (1991) ; M. Bruneau (1998) ; M. Koromila (2001) ; M. Vergeti (1994) ; E. Voutira (2006).

6 Ministère de l’Intérieur de Chypre (2000).

7 Selon une étude faite par le gouvernement chypriote en 2000, 45 % sont arrivés dans le pays avec un passeport grec, 36,2 %, avec un passeport russe, 14,3 % avec un passeport géorgien, 3,5 % avec un passeport ukrainien et 1 % avec un autre passeport.

8 La décision conjointe 24755/1990 entre le ministère de l’Intérieur et le ministère de la Défense détermina les modalités de leur inscription sur les registres municipaux de leur lieu de résidence en Grèce, et la décision 34205/1990 du ministère de l’Intérieur, les modalités d’obtention de la nationalité grecque.

9 Selon la loi 2130/1993 sur l’enregistrement des migrants grecs d’origine pontique sur les registres municipaux qui légalisa la notion de « migration de retour ».

10 Loi (2790/2000) sur l’obtention de la citoyenneté par les omogeneis (personnes d’origine grecque) de l’ex-Union soviétique.

11 Les documents demandés sous la nouvelle loi comprennent une photocopie d’un passeport valide, un certificat de naissance, un certificat de mariage, un certificat faisant preuve de la composition de la famille, un passeport interne ou tout autre document susceptible de prouver les origines grecques de l’intéressé.

12 En Grèce, les commissions sont composées d’un représentant du ministère des Affaires étrangères, d’un représentant du ministère de l’Intérieur, de l’Administration publique et de la Décentralisation, ainsi que d’un représentant des omogeneis. Dans les pays de la CEI, le Consul général et deux omogeneis forment la commission.

13 Une carte d’identité semblable est consentie aux Épirotes du Nord avec la différence que dans leur cas, la carte d’identité est consentie pour trois ans à la fois.

14 Dans l’ensemble, depuis la fin des années 1980, la Grèce a accueilli près de 200 000 personnes qui seraient d’origine grecque. Environ 150 000 ont déjà obtenu la citoyenneté grecque.

15 Et même au bout de dix ans de résidence dans le pays, l’acquisition de la citoyenneté n’était pas considérée un droit, mais une exception, consentie par le Conseil des ministres (Trimikliniotis, 1999 : 148-149). Selon la loi 141(I)/2002 sur l’acquisition de la citoyenneté, en vigueur actuellement, les citoyens étrangers peuvent demander la citoyenneté au bout de sept ans de résidence dans le pays. Pour les conjoint(e)s des citoyens chypriotes, trois ans de résidence sont requis par la loi.

16 Selon leur situation légale, les Grecs de l’ex-Union soviétique à Chypre forment un ensemble composé de plusieurs sous-populations : la grande majorité sont des citoyens grecs bien qu’un certain nombre d’entre eux aient de « faux papiers ». Source personnelle : entretien avec M. Laouris au Bureau d’information et de soutien aux migrants d’origine grecque de l’ex-Union soviétique, ministère de Travail et de Commerce, Paphos, novembre 2003. Il y a aussi des citoyens russes, ukrainiens ou géorgiens avec une carte d’identité grecque d’omogeneis ou, à défaut de celle-ci, une carte de séjour et de travail chypriote ; enfin, il y a les personnes « sans papiers » qui sont restées dans le pays après l’expiration de leur visa. Jusqu’à présent, un nombre très limité parmi les Grecs de l’ex-Union soviétique a obtenu la citoyenneté chypriote. Source personnelle : entretien avec des migrants et des représentants des associations pontiques à Chypre, novembre 2003.

17 Voir, par exemple, F. Barth (1995, 1969 pour la v.o.) ; H. Vermeulen et C. Govers (eds) (1994).

18 Ministère de l’Intérieur de Chypre (2000).

19 En dépit d’un bon niveau éducatif, trois quarts travaillent comme marchands ambulants, femmes de ménage, huissiers, gardiens, ouvriers ou artisans dans le domaine de la production. Les autres travaillent comme employés dans les services ou dans les magasins, les domaines de la construction, dans les garages, les bureaux ou font des travaux agricoles. Parmi les personnes ayant une formation supérieure, moins de 10 % exercent une profession qui va de pair avec le niveau de formation. C’est notamment le fait des ingénieurs, des mécaniciens et des architectes.
Source personnelle : entretien avec M. Poursanidis, président de la Fédération des associations pontiques de Chypre, Paphos, novembre 2003.

20 En Grèce, des mesures spéciales sont prises par l’État pour faciliter l’entrée des personnes d’origine grecque de l’ex-Union soviétique dans les universités grecques (quota ou examens spéciaux), en particulier à l’université de Thrace, ainsi que dans les écoles à vocation technique (ARGYROS, 2001).

21 Entretien avec M. Hristodoulidis, préfet de Paphos ; avec M. Laouris au Bureau d’information et de soutien aux migrants d’origine grecque de l’ex-Union soviétique, ministère de Travail et de Commerce et avec M. Polyvios, directeur adjoint au service de l’Immigration de la police de Paphos, Paphos, novembre 2003.

22 Entretien avec M. Hristodoulidis, préfet de Paphos et avec M. Laouris au Bureau d’information et de soutien aux migrants d’origine grecque de l’ex- Union soviétique, ministère de Travail et de Commerce ; ministère de l’Intérieur de Chypre (2000).

23 Pour les questions concernant la régularisation du statut des migrants dans le pays d’accueil et la reconnaissance des diplômes obtenus en l’ex-Union soviétique et en CEI.

24 Entre 2002 et 2005, les ministères de l’Intérieur et de l’Économie de Grèce accordaient des emprunts bancaires à des taux avantageux d’un montant de 60 000 € aux Grecs de l’ex-Union soviétique qui voulaient acheter un terrain, construire une maison ou acheter une maison ou un appartement. L’aide de l’État fut différente selon la région choisie. En Macédoine orientale et en Thrace, les migrants ont reçu 30 %du crédit gratuitement sans intérêt. La Thrace, région économiquement sous-développée du nord-est de la Grèce, fait frontière avec la Turquie. Une forte minorité musulmane y réside. Dès les années 1960, cette région a connu une émigration importante vers l’Allemagne. Le choix prioritaire de Thrace, pour le programme d’installation rurale, ensuite comme zone de premier choix en matière d’allocution de crédits, répond à des choix géopolitiques. Le programme d’allocation de crédits du gouvernement grec concerne aussi les Grecs de l’ex-Union soviétique qui habitent à Chypre. En fait, beaucoup voient là une possibilité de construire une maison pour la retraite.

25 En ce qui concerne les autres mesures prises par l’État grec pour faciliter l’intégration des Grecs de l’ex-Union soviétique en Grèce, voir, par exemple, A. Argyros (2001).

Table des illustrations

Titre Carte 1. Répartition des Grecs soviétiques dans le sud de l’île de Chypre selon la préfecture en 2000.
Légende Source : ministère de l’Intérieur de Chypre, 2000
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5828/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

Auteur

anthropologue, membre associé à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (UMR 6591, Aix-en-Provence). Ses recherches portent sur les diasporas grecques post-soviétiques et les migrations transnationales de l’ex-Union soviétique vers les pays méditerranéens (la Grèce et Chypre), l’intégration culturelle, les constructions identitaires et les appartenances.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search