Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 1. La construction du transnational

Chapitre 4. Processus historiques urbains et réseaux migratoires marocains à Turin, Italie

Giovanni Semi

Résumé

L’histoire urbaine turinoise est une histoire de multiples mouvements migratoires et de circulations. Le développement économique de la principale ville fordiste italienne a été rendu possible par l’arrivée de populations extérieures, piémontaises d’abord puis du reste de l’Italie, en particulier du Sud. Ces dernières décennies, l’attractivité migratoire de la ville s’est élargie vers l’Europe de l’Est et la région du Maghreb. Pour autant, les formes « anciennes » de migration et d’insertion urbaine s’opposent-elles aux « nouvelles » ou peut-on parler d’une continuité des processus historiques ? Quelles sont les dynamiques économiques qui sous-tendent ces mobilités et comment se traduisent-elles dans les transformations de l’espace urbain ? L’analyse porte ici sur l’exemple du quartier central de Turin, Porta Palazzo, qui abrite depuis 1853 le principal marché régional. Autour de la place du marché, un véritable quartier marchand s’est établi. Celui-ci a été investi dans les quinze dernières années par les commerçants marocains qui, dans le contexte de la crise du système fordiste local, ont remplacé les Italiens et ont développé des activités basées sur des formes de circulation migratoire élargies. Si l’insertion dans les marchés du travail, les conditions de logement ou les modalités de rejet par la population turinoise ne sont pas spécifiques à cette vague migratoire, des discontinuités apparaissent quand on s’intéresse au secteur commercial et au développement de l’économie de bazar. La mobilisation des réseaux marocains en Europe repose notamment la question des « cosmopolitismes » affichés et pratiqués et de la nature des relations entretenues avec les institutions nationales.

The urban history of Turin is characterized by multiple migration streams and circulations. The economic development of the main Fordist city of Italy was made possible by the arrival of outside populations, from Piedmont region at first then from all over Italy, in particular from the south regions. During the last decades, the migratory attractiveness of the city widened towards Eastern Europe and the Maghreb region. But may “former” forms of migration and urban insertion be opposed to the “new” ones or should we speak about a continuity of the historical processes? What are the economic dynamics that underlie those mobilities and how do they affect the transformation of urban space? The chapter focuses on the example of the central district of Turin, Porta Palazzo, where the main regional market has been settled since 1853. Around the marketplace, a real trade district has been built up and invested for the last fifteen years by Moroccan storekeepers. In the context of the crisis of the local Fordist system, the Moroccans replaced the Italians and developed activities based on widened migration circulation. If the insertion in the labour markets, the housing conditions or the phenomenon of rejection by the local population are not specific to this migratory wave, there are discontinuities concerning the trading sector and the development of the “bazaar” economy. The mobilization of the Moroccan networks in Europe raises again the question about the displayed and practised “cosmopolitanism” and the relations maintained with the national institutions.

Texte intégral

« À Porta Palazzo est passée et ne cesse de passer la longue file des hommes et des jeunes qui n’ont personne. Ils sont peu nombreux, si on les compare au nombre total des immigrés, mais année après année ils se renouvellent. Cette zone de la ville les attire pour plusieurs raisons : elle est au centre de Turin, très proche de Via Roma et de la gare, on y retrouve le vieux et grand marché, il y a la mairie et tous les bureaux administratifs les plus importants. Mais les raisons principales sont la présence de traiteurs et auberges à bon marché, et aussi pour les années passées la possibilité d’y trouver une mansarde ou un petit appartement assez rapidement (avant le congestionnement actuel, car les Piémontais quittaient le centre pour la périphérie ou les quartiers nouveaux), la présence des « coopératives » et de recruteurs pour différents types de travail, la présence d’un grand nombre de gens du Sud. Cette dernière raison est en elle-même importante : le sentiment de confiance dont profite l’immigré qui vient d’arriver, la possibilité de retrouver des gens du village, sûrement quelqu’un de la même région, et le fait de trouver des lieux de rencontre et de connaissance (la place, qui le dimanche est pleine d’hommes aux vêtements de couleur sombre, réunis en petits groupes, parlant des mêmes choses dans des dialectes différents ; les petits cafés, dont celui qui est fréquenté par les gens de la Sardaigne, ou l’autre par les gens de Foggia ou de Palerme). L’aspect des bâtiments est typique du Nord, mais les cours et l’animation produisent une atmosphère où on sent le Sud, bien que certains caractères turinois demeurent »
(Fofi, 1976 : 102-103).

1Au début des années 1960, Goffredo Fofi, un intellectuel italien qui penchera bientôt vers la critique cinématographique et littéraire, écrit un livre sur l’immigration des paysans du sud de l’Italie à Turin. Issue d’une enquête de terrain, cette œuvre demeura longtemps l’une des références obligatoires pour ceux qui s’occuperont de migration interne ou du cas turinois. Ce livre parlait du même quartier turinois dont, quarante ans après, je voulais faire mon terrain, dans le cadre d’une thèse de doctorat (Semi, 2004 a), le quartier de Porta Palazzo. Ce qui surprend, à la lecture du livre de Fofi, c’est que très peu de choses ont changé entre les années 1950 et 1960 et le début du xxie siècle. Les mêmes raisons expliquent, aujourd’hui comme hier, le choix de ce quartier pour les nouveaux arrivants (le logement, le travail et la nourriture à bas prix, le fait de retrouver les gens du village, etc.). On retrouve également une continuité dans certains processus économiques et sociaux (comme l’existence du plus grand marché régional au centre du quartier). Tout cela contribue à donner le sentiment du temps qui s’arrête à Porta Palazzo.

2Or, la continuité ne peut pas faire oublier trois changements majeurs : le fait que les immigrés actuels ne sont plus des nationaux, que la ville de Turin n’est plus la même que celle des années 1950 et, en dernier lieu, que la façon d’aborder les migrations a aussi changé et cela d’une double façon : non seulement la population « autochtone » – fréquemment les hommes politiques et les journalistes – considère que les immigrés actuels sont radicalement différents des anciens immigrés nationaux, mais la théorie à laquelle il est souvent fait référence sur les migrations internationales nous dit également que le cadre général a radicalement changé (Portes, 1999 ; Faist, 2000).

3Dans ce texte, je suivrai un fil conducteur tout d’abord généalogique. L’histoire d’un quartier d’immigration est esquissée depuis sa construction jusqu’à nos jours pour éclairer les rapports entre ville en tant que projet public (et politique) et quartier en tant qu’espace de vie quotidienne pour ses (nouveaux) habitants. L’histoire de la succession de vagues de migrants dans le quartier de Porta Palazzo permettra de mettre en avant les continuités avec le passé mais aussi de souligner les aspects nouveaux, voire spécifiques, par exemple le cas de l’émergence du processus « d’économie de bazar ».

Porta Palazzo et la ville de Turin : bref parcours historique

4L’espace urbain qui est connu dans la ville de Turin sous le nom de « Porta Palazzo » peut être décrit à partir de la place « della Repubblica », celle-là même qui est occupée pendant toute la semaine par le plus grand marché à ciel ouvert d’Europe. Autour de cette place, on retrouve deux autres aires, l’une au nord, « Borgo Dora » et l’autre au sud, « Quadrilatero Romano », qui forment ensemble Porta Palazzo en tant que quartier commercial et résidentiel du centre-ville de Turin (carte 1).

5La « Piazza della Repubblica » est un bon exemple de ce que l’on a qualifié de « production sociale de l’espace » (Lefebvre, 1974) : les conditions matérielles de constitution d’un territoire en un espace identifiable et stratégique y sont nettement observables. Cette place est initialement née en raison de la disparition de la muraille fortifiée du centre de Turin, que Napoléon fit abattre dans toutes les principales villes reconquises sur les Autrichiens en 1800. La Piazza della Repubblica est néanmoins fille indirecte de l’expansion économique et démographique du centre de la Maison de Savoie, dont l’expansion d’influence aux bourgs limitrophes était nécessaire. Du point de vue architectural, cet espace naît entre 1826 et 1837 et résulte d’une myriade de projets qui, dès 1808, année de la présentation d’un plan d’embellissement du gouvernement napoléonien, ont continué à se succéder souvent de manière juxtaposée et désordonnée. Au cours de la première moitié du xixe siècle, Turin était en effet une ville encore trop petite pour attirer les investissements et les intérêts immobiliers, sans lesquels le Royaume de Savoie n’aurait pu soutenir financièrement le projet de la remodeler selon ses besoins.

Carte 1. L’espace urbain de « Porta Palazzo ».

Carte 1. L’espace urbain de « Porta Palazzo ».
  • 1 Il semble que dès le xviiie siècle, on y jouait à un jeu de ballon (Bianchi, 1991 : 48). De là dér (...)

6La forme octogonale, la remarquable dimension (51 300 m2) et le dessin architectonique fragmentaire témoignent des différentes volontés de production de l’espace qui ont conduit à concevoir la place comme une zone commerciale et marchande, une zone de transit mais aussi de promenade, un lieu de travail mais aussi de distraction. À la différence de la place marchande, les zones du Quadrilatère romain et du Borgo Dora ont connu des évolutions différentes. Alors que la première a suivi toutes les vicissitudes du développement du centre historique originel de la ville, celle du Borgo Dora est, comme son nom l’indique, le fruit d’une expansion de la ville vers l’extérieur. Alors qu’aux époques romaine et médiévale cette vaste zone constituait un ensemble de districts ruraux, la zone du Borgo Dora vit à partir du xve siècle la naissance de l’industrie turinoise, en raison de la force motrice que l’on pouvait tirer de la rivière Dora. Le premier exemple de quartier populaire manufacturier de la ville se développe alors. Appelé également « Borgo del pallone »1, ce territoire fut progressivement intégré à la ville en sa qualité de zone industrielle et aire de distraction, en raison des nombreux « bistrots » et des espaces liés au jeu que l’on pouvait y fréquenter.

7Le rapport entre la forme du développement urbain turinois, la constitution d’un centre-ville et les changements sociaux qui ont accompagné ces deux processus crée cet amalgame spatial que l’on nomme « Porta Palazzo », même s’il n’existe aucune entité administrative qui corresponde à ce nom. Selon la vision de l’historienne de l’urbanisme Donatella Calabi, un élément fondamental qui peut contribuer à éclaircir la nature de cet amalgame est justement le marché :

8« Qui a examiné et comparé un grand nombre de plans de ville a souvent mis en évidence une correspondance entre l’aire circonscrite, spécialisée à des fins mercantiles, et des lieux de plus grande discontinuité (physique et/ou chronologique) du tissu urbain. […] Le marché semble se poser souvent comme trait d’union entre deux mondes ; se situer où l’agglomération est constituée de parties juxtaposées ; jouer dans la topographie urbaine le même rôle que le port assume dans la géographie économique d’un territoire » (Calabi, 1993 : 48).

9Comme a pu l’observer cette chercheuse, dans les villes européennes d’Anvers, de Londres, de Paris ou de Venise, le marché a mis en relation des mondes urbains différents. Dans le cas de Porta Palazzo, l’aire marchande qui occupe tous les jours avec ses activités la superficie de la Piazza della Repubblica continue encore aujourd’hui à constituer un trait d’union entre deux mondes, l’un indissolublement lié au centre historique, l’autre incorporé à celui-ci suivant le rôle joué par le marché et les conceptions historiques du quartier. Au cours des cinquante dernières années en particulier, le Quadrilatère romain et le Borgo Dora se sont soudés au marché, tant dans la mémoire historique que dans les pratiques sociales ou dans les représentations publiques, comme faisant partie de l’aire de Porta Palazzo. L’urbanisation turinoise plus récente, celle de l’après-guerre, s’est fondée de façon croissante sur les arrangements et sur les modifications nécessaires pour faire de Turin une ville fonctionnellement fordiste. L’édification de quartiers-dortoirs en croissance rapide et convulsive dans les zones périphériques, l’expansion des zones résidentielles autour des installations industrielles et la naissance d’une viabilité fonctionnelle dans cette transformation fordiste de la ville ont fait de Turin la one-company town qui s’est développée jusqu’à la moitié des années 1970 (Bagnasco, 1986).

10Le développement démographique de la ville, comme illustré dans le tableau 1, a été significatif. La période qui va de 1853 à 1930 marque le début d’une forte urbanisation turinoise, avec des flux provenant principalement des campagnes alentours puis, avec le début du siècle, des régions septentrionales. On parle d’environ « 400 000 immigrés et fils d’immigrés » qui concourent à la constitution du premier prolétariat urbain turinois (Gribaudi, 1987 : XV). C’est ce que nous pourrions appeler sommairement la « première vague ». Par la suite, à partir de l’après-guerre, la force d’attraction de l’industrie mécanique turinoise domine encore plus le développement urbain et se traduit, dans un premier temps, par un développement démographique à nouveau marqué par l’arrivée d’une vague de travailleurs non autochtones. Avec l’arrivée de la deuxième vague de travailleurs migrants nationaux, provenant cette fois des régions du sud de l’Italie, Turin devient non seulement la principale ville industrielle italienne, mais également la troisième plus grande ville méridionale d’Italie (Castronovo, 1987).

Tableau 1. Source : Mairie de Turin.

Tableau 1. Source : Mairie de Turin.

Source : Mairie de Turin.

  • 2 En 1971, 50 % des résidents de la « province » de Turin y étaient nés, alors que 36,7 % étaient né (...)
  • 3 Autant dans la zone collinaire que dans la zone de la Crocetta, le taux d’occupation des logements (...)

11Entre 1951 et 1971, soit en seulement vingt ans, la population de Turin augmente de façon très importante jusqu’à dépasser le seuil du million d’habitants2, chiffre qui s’est progressivement réduit à un peu plus de 800 000 à ce jour. Pendant la période fordiste de la ville, la conception du centre historique et sa mise en valeur, sa récupération et « marchandisation » n’étaient pas au centre du débat public. En particulier, l’appropriation par les classes populaires de l’aire résidentielle du centre n’a jamais été mise en discussion jusqu’à une époque récente. Alors que les classes supérieures s’installaient de préférence dans des contextes suburbains – comme ce fut le cas avec la zone collinaire ou dans des zones spécifiques du centre, comme dans le quartier de la Crocetta3 – la zone du marché de Piazza della Repubblica, une bonne partie du Quadrilatère romain et le Borgo Dora sont ainsi restés unifiés sous l’étiquette centrale et populaire de « Porta Palazzo ». Un des ciments utilisés par les pouvoirs publics pour « tenir uni » l’ensemble de ces trois mondes a été justement ce qui divise aujourd’hui ce quartier : la présence d’une vaste et identifiable population « étrangère ». Le mouvement migratoire et les répercussions sociales et culturelles qui en ont découlé ont en effet modelé le contexte d’évolution de cet espace urbain, permettant une identification entre l’idée d’altérité et un quartier du centre historique. Porta Palazzo a été en effet avant tout un quartier populaire de travailleurs immigrés, mais aussi de marginaux et de déviants, de pauvres et d’exclus. Dans la conception fordiste de la ville, l’attraction et l’intégration de vagues successives de nouveaux résidents se sont produites dans un contexte de relatif désintérêt pour la conception esthétique du centre historique, alors que l’esthétique de l’usine et du modernisme de la technique étaient beaucoup plus prégnants. Avec la fin de Turin en tant que ville fordiste, on a pu noter deux changements concomitants et radicaux : d’une part, l’arrivée de la troisième vague d’immigrés, cette fois provenant de régions extranationales ; d’autre part, le « retour en ville » de projets, de politiques publiques et d’investissements (Pinson, 2002).

Porta Palazzo aujourd’hui

12L’hétérogénéité sociale et culturelle à Porta Palazzo est une caractéristique récurrente depuis longtemps. Précisément, l’histoire de cet espace urbain peut être reconstruite et présentée en s’intéressant à deux dimensions : d’une part, la genèse et le développement du marché quotidien, dont l’origine remonte à 1835 ; d’autre part, le processus complexe d’installation urbaine de populations étrangères pendant la même période. Le quartier s’est enrichi de biens, de produits et de savoir-faire nouveaux, en même temps qu’il s’est enrichi de la diversité des personnes qui y ont habité. Piémontais, Vénitiens, Calabrais, Siciliens, Marocains, Chinois, Nigérians et Roumains sont les principaux acteurs de ce processus qui dure depuis plus d’un siècle.

  • 4 Le pourcentage de licences commerciales enregistrées au nom de citoyens étrangers dans la zone de (...)

13Depuis une dizaine d’années, on a assisté à une série de changements notables, notamment le renouveau commercial et une réhabilitation urbanistique et sociale de cette zone. La présence d’un pourcentage significatif de population étrangère est essentielle dans ces deux processus. Suite et grâce au développement d’un réseau de commerces « ethniques »4, une augmentation de la demande de biens connotés culturellement s’est amorcée de la part de la population étrangère résidente et également d’un nombre croissant de ceux que Patrick Simon a appelés les « multiculturels » (Simon, 1995), cette fraction de la classe moyenne, souvent composée de jeunes artistes, d’intellectuels, d’architectes, de graphistes entre autres, « consommateurs » de diversité culturelle. Mais le développement commercial renouvelé d’une zone considérée comme en crise au début des années 1990 a eu comme conséquence paradoxale une conflictualité croissante, précisément liée à l’émergence, entre autres paramètres, de l’ethnic business et à la visibilité retrouvée de l’Étranger.

14Simultanément, l’intérêt pour la récupération du centre urbain, associé à la volonté d’offrir des réponses au thème de l’insécurité urbaine a conduit à l’élaboration d’une série de politiques d’intervention sur cette zone. Allasino et al. (2000) ont distingué cinq types de réponses portant sur : la sécurité et l’ordre public ; la réhabilitation urbaine et les infrastructures ; les services sociaux, les initiatives interculturelles et la médiation des conflits ; les politiques pour le développement et enfin les projets intégrés. Dans une perspective urbaine plus ample et attentive aux transformations du territoire dans son ensemble, on assiste à un investissement qui est à la fois économique et symbolique d’une ville toujours plus complexe dans les changements de l’espace urbain et de son économie, qualifiée par Sharon Zukin (1995) d’« économie symbolique ». Au niveau local, par exemple, une vaste gamme d’interventions précises et visant à augmenter la valeur symbolique et économique de l’espace ont été réalisées dans le but de diversifier les offres et les usages et enfin de modifier la population. Connu sous le nom de gentrification, il s’agit d’un processus qui, dans le cas de Porta Palazzo, non seulement « produit l’espace » mais également, à travers les usages qu’il en consent et nie, définit d’une certaine façon les utilisateurs légitimes (Atkinson, 2003 ; Ley, 1996 ; Smith, 1996, 2003 ; Zukin, 1991, 1995).

15C’est de cette façon que, dans la zone au sud de Porta Palazzo, on commence à parler de « Quartier latin » (Semi, 2004 b, 2005) alors qu’au nord, les médias locaux utilisent les mots de « ghetto », « médina » ou « casbah » (Semi, 2006). La frontière qui sépare les deux territoires de ce même quartier n’est pas un fleuve, comme peut être la Seine pour diviser la Rive gauche de la Rive droite à Paris, mais une rue, corso Regina Margherita. Comme s’ils revisitaient de façon postmoderne les murs d’enceinte ou les fossés de la ville médiévale qui démarquaient effectivement cette zone de la ville, le passage souterrain de Regina Margherita et la ligne de tramway (avec ses arrêts) brisent le vide urbanistique représenté par la Piazza della Repubblica qui occupe le centre de cet espace, marquant ainsi la séparation entre le Quadrilatère romain et le « lungo Dora » (le long de la rivière Dora), entre la gentrification et une sorte d’enclave.

16Le processus de réhabilitation qui prend au sud de Piazza della Repubblica l’aspect cité ci-dessus, recouvre au nord plutôt celui du contrôle social policier, généralement porteur d’une forte tension, voire de l’abandon dans certains cas. Intérêts de marché, intérêts publics et interactions sont donc différents. La remise à neuf de certains édifices ou le soutien de quelques activités artisanales, comme dans la zone du marché du Balôn, s’accompagne d’une présence accrue des forces de police (avec l’évacuation d’immeubles occupés illégalement ou se trouvant dans des conditions vétustes), mais ne présente pas encore de processus comparable à celui développé dans le Quadrilatère romain.

17L’aire de Borgo Dora – comprise entre la rivière Dora au nord, corso Regina Margherita au sud, les boulevards XX settembre à l’est et XI febbraio à l’ouest – est un ensemble de lieux et d’espaces caractérisés par une dégradation visible des habitations, une forte présence de population immigrée et de hauts niveaux de pauvreté. Une série de conduites marginales, voire illégales comme la consommation et la vente de produits stupéfiants, le recel d’articles volés ou encore simplement de fortes visibilité et présence dans les espaces publics comme les rues et la place complètent le tableau. La zone de la marginalité est aussi facilement identifiable et opposable à celle de la réhabilitation. L’image d’une zone abandonnée à elle-même est néanmoins fausse. En parallèle de ce processus d’abandon apparent, on observe le développement d’une autre forme de services et d’activités commerciales, dirigés surtout vers la population étrangère résidant dans le quartier. Deux mosquées, presque une trentaine de boucheries islamiques, de bazars et de nombreuses autres activités (phone-centers, coiffeurs, grossistes, banques spécialisées dans le transfert d’argent à l’étranger, restaurants, bars) rendent cet espace beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. En bref, les deux « âmes commerciales », celle traditionnelle et celle « ethnique », sont à la base des rapports sociaux qui définissent cet espace.

La naissance d’une économie de bazar

  • 5 En particulier du point de vue de la circulation migratoire. Pour la plupart des immigrés italiens (...)

18Les vagues migratoires des années 1920 et 1930, puis celle des années 1950 et 1960, bien que différentes entre elles, puisaient dans les régions italiennes et étaient marquées par l’absorption fordiste de la main-d’œuvre qui s’urbanisait. On assistait au double phénomène d’une urbanisation des modes de vie pour des individus et des familles au passé rural et d’une intégration sociale et économique dans l’espace de la grande ville fordiste. Bien que ce modèle ait été sans nul doute plus complexe que ce que l’on admettait à l’époque5 et que chaque vague entraînait des processus sociaux tout à fait spécifiques (Pugliese, 2002), ces vagues migratoires sont de plus en plus considérées comme radicalement différentes de celles qui, dans les années 1980 et surtout 1990, ont caractérisé le panorama migratoire italien. Il y a bien sûr lieu de signaler ici la différence des origines géographiques qui caractérise les migrations récentes : l’aire du Maghreb, la Chine et les Philippines, l’Est européen (Albanie, Roumanie et Ukraine), sont les lieux d’origine de la plupart des immigrés récents en Italie. On pourrait ajouter les différents traits culturels qui sont de plus en plus pris en compte pour argumenter la discontinuité par rapport au passé.

19Il est satisfaisant de noter que le clivage entre Italiens du Sud et Italiens du Nord, entre paysans et citadins, s’est réduit jusqu’à faire oublier que dans les années 1950 et 1960 les gens du Sud étaient tous nommés de façon péjorative « napuli » (dans la mesure où l’on ne reconnaissait à la complexité du sud de l’Italie qu’un lieu, la ville de Naples, pouvant identifier tous les gens des Pouilles, de Campanie, de Sicile, de Calabre et de Sardaigne !). De même, le « racisme » quotidien s’exprimait selon des formes très proches des actuelles (on ne louait pas les appartements aux « Napuli », comme on ne le fait pas maintenant aux familles marocaines) et le marché du travail urbain distinguait très précisément ses travailleurs selon des catégories ethnoculturelles plutôt que selon le jeu de l’offre et de la demande. Tout cela rappelé, il est remarquable de constater que, à l’heure actuelle, les vagues migratoires des Roumains, des Marocains, des Albanais et des Chinois, pour ne citer que les groupes les plus importants numériquement, constituent en tant que telles un phénomène nouveau (tabl. 2).

20Après avoir rappelé qu’il existe des traits communs entre les vagues migratoires, l’exemple développé ci-dessous permet de montrer qu’il existe également des éléments allant dans le sens de la discontinuité. Le processus de naissance d’une « économie de bazar » à Porta Palazzo fait partie de ceux-ci.

Tableau 2. Population étrangère résidente à Turin selon la nationalité, en 2001 et 2002.

Tableau 2. Population étrangère résidente à Turin selon la nationalité, en 2001 et 2002.

Source : Mairie de Turin.

21On considère par l’expression « économie de bazar » un phénomène qui associe l’établissement de certaines activités économiques au sein d’un espace urbain précis et la naissance et le développement de rapports sociaux spécifiques à ce type d’activités (Geertz, 1978 ; Péraldi, 2001). Les activités concernées sont principalement commerciales mais, s’agissant d’une forme économique autonome, il faut signaler le rôle de toutes les activités qui s’établissent à côté du commerce : la distribution avant tout, mais aussi les service légaux, ceux pour l’aide financière à la création d’entreprises (qu’elles soient formelles ou informelles), etc. Dans plusieurs cas, comme dans celui du commerce du textile, commerce et distribution sont étroitement liés à la production assurée dans d’autres systèmes économiques urbains gérés par d’autres immigrés (c’est le cas des Chinois dans la région de Prato-Florence et de Naples, mais aussi des entreprises italiennes de Biella qui vendent « au noir » aux commerçants marocains de Turin).

22À côté du mécanisme économique, on observe une série de rapports sociaux spécifiques, dont plusieurs auteurs ont remarqué le caractère cosmopolite, lié à la confiance plutôt qu’à des identités figées (Péraldi, 2001 ; Tarrius, 2002 ; Schmoll, 2004). Selon ces auteurs, l’acte marchand, l’échange, n’est qu’une situation urbaine dont l’existence même n’est possible que s’il y a une série préalable de relations sociales d’interconnaissance, de confiance, de « société » (Manry et Péraldi, 2004). Dans les échanges marchands plus petits et apparemment événementiels, on retrouve l’entrecroisement des trajectoires sociales des partenaires avec l’histoire des échanges passés et le renouveau continu du pacte commercial.

23La naissance d’un tel processus s’est produite à Porta Palazzo en raison de la nature commerciale du quartier et, comme on l’a vu, parce qu’il s’agit du lieu par excellence des activités sociales des immigrés récemment établis à Turin. Ce sont les Marocains, avec des commerçants chinois, qui ont permis le développement de cette économie. Il est important de souligner qu’il ne s’agit pas, au démarrage, d’un fait « communautaire », voire « ethnique », mais plutôt du fait d’une capacité d’entrepreneur développée par certains individus. N’ayant pas une idée précise de leur action, ceux-ci ont compris néanmoins que le commerce pouvait servir à deux buts : celui d’encadrer un « marché pour immigrés », en germe mais pas encore exploité, et celui de trouver pour eux-mêmes une occupation leur permettant de ne pas rester dépendant des marchés du travail locaux, plutôt segmentés et caractérisés par des niveaux de rémunération faibles (Klooesterman et Rath, 2003).

24Le cas de Salim, l’un des « pionniers » des mondes commerciaux marocains de Porta Palazzo (Schmidt Di Friedberg, 2002 : 44-45), est intéressant à ce titre. Il s’agit d’un jeune ayant compris avant les autres les opportunités offertes à ceux qui proposaient à leurs co-ethnics des produits nécessaires au processus de stabilisation de la vague migratoire de la fin des années 1980. Il s’agissait notamment de produits alimentaires pour la consommation quotidienne qui manquaient presque complètement sur le marché. Au début des années 1990, Salim résidait régulièrement à Valenciennes, en France. Il se rendit à Turin pour voir des « gens du pays », Oued Zem au Maroc, et réfléchit aux possibilités liées à l’existence d’une population marocaine en forte croissance à Turin (tabl. 3).

25Au début des années 1990, l’économie de bazar n’en était qu’à ses débuts : les produits arrivaient avec les camionnettes qui faisaient la navette informelle entre la France et l’Italie, notamment Lyon et Marseille. Avec l’augmentation de la population arabe et notamment marocaine, la naissance de cette économie apparaît comme une forme d’institutionnalisation de l’intuition des premiers entrepreneurs, mais aussi et surtout comme un bon marché du travail, indépendant, stable et séparé des marchés de l’emploi autochtones. Suite à la croissance de la demande de produits qu’on nomme de plus en plus « ethniques » – et qui sont simplement la base de l’alimentation marocaine – l’offre s’est également accrue et avec elle l’économie de bazar.

Tableau 3. Population étrangère et marocaine résidente à Turin, 1992-2003.

Tableau 3. Population étrangère et marocaine résidente à Turin, 1992-2003.

Source : Mairie de Turin.

  • 6 Le marché aux Puces de Turin, au centre de Borgo Dora, qui a lieu chaque samedi toute la journée.

26Les propos tenus par Salim illustrent cette évolution de l’activité : « Un jour je me baladais [à Turin]... ah et pendant que je faisais mes allers-retours entre France et Italie il y avait des copains qui me disaient, ils me demandaient toujours “amène-nous du thé, du couscous, un peu d’épices” parce qu’ici il n’y avait rien. Puis un jour, c’était la première fois que j’allais au Balôn6 le samedi. […] Je traînais et j’ai vu trois ou quatre étals avec ces produits-là et je me suis dit “tiens”… c’était déjà pas mal quoi ! J’ai demandé un peu les prix… et j’ai vu qu’il y avait du profit pas mal, et donc j’ai demandé à un mec “si ça t’intéresse, je peux t’amener des produits, bas prix…” et lui il m’a dit oui car à l’époque il y avait des problèmes pour aller en France, il y avait le visa […] mais moi j’avais le permis français et je pouvais bouger tranquillement. J’ai donc acheté une voiture, une Fiat Regata… qui… à l’époque était la plus appréciée [il rit]. Je me suis dit : je commence comme ça » (entretien Salim, avril 2003).

27Salim revient de Lyon avec sa voiture pleine de produits, il la vide complètement et devient rapidement le relais entre la France et Porta Palazzo. S’appuyant sur cette position dominante dans un marché encore restreint, il a ensuite augmenté son capital et ouvert la troisième boucherie halal de la ville (la deuxième à Porta Palazzo), puis un bazar. À partir du bazar-boucherie, il a commençé l’importation de menthe et de coriandre frais. Fort de ces succès, il a ouvert une petite boutique de traiteur et, dernièrement, un café-restaurant plutôt chic pour clients italiens dans la partie gentrifiée de Porta Palazzo.

28De façon générale, le pourcentage des entrepreneurs marocains croît de manière progressive depuis le début des années 1990 et ce groupe national est le premier pour le nombre d’inscriptions au registre du commerce depuis 2001 (tabl. 4). La plupart des Marocains inscrits le sont dans le secteur du commerce. Comment cet essor économique s’est-il produit ? S’agit-il d’une spécialisation ethnique ? D’un côté, se spécialiser dans le commerce était une stratégie gagnante, surtout au début, car le marché pour une consommation communautaire offrait plusieurs bénéfices et les commerçants étaient très peu nombreux. C’est dans le moyen terme, dix ans environ après que Salim ait commencé en 1992, que l’on peut voir les effets du choix commercial pour les Maghrébins de Turin, avec une lente diminution de la marge de profit pour la plupart de ces petits entrepreneurs.

29À partir du recensement effectué personnellement à la fin de 2003 sur un ensemble d’une dizaine de rues du nord de Porta Palazzo, 35 activités marchandes marocaines pouvaient être comptabilisées (tabl. 5). Plus de la moitié de celles-ci sont des bazars et des bazar-boucheries, des commerces qui vendent une gamme assez variée de produits, allant du petit électroménager aux épices, en passant par des vêtements, de la maroquinerie, des produits pour la maison et de la poterie. Les phone-shops constituent le plus récent secteur dans lequel investissent les petits entrepreneurs marchands, s’agissant d’une activité économique qui sert entre autres les nombreux migrants clandestins qui habitent dans le quartier sans pouvoir compter sur un contrat téléphonique régulier et, plus généralement, tous ceux qui changent souvent d’appartement et qui utilisent ce service à la place d’un contrat téléphonique à leur domicile. Par rapport à mon recensement, les phone-shops à Porta Palazzo ont doublé en un an et, de façon générale, l’économie de bazar ne cesse de grandir.

Tableau 4. Citoyens étrangers et marocains inscrits à la chambre de commerce de Turin.

Tableau 4. Citoyens étrangers et marocains inscrits à la chambre de commerce de Turin.

Source : Camera di Commercio de Turin.

Tableau 5. Activités commerciales de Porta Palazzo et origine de l’entrepreneur (septembre 2003).

Tableau 5. Activités commerciales de Porta Palazzo et origine de l’entrepreneur (septembre 2003).

Source : Recensement auteur.

30Les mécanismes qui font évoluer ce processus peuvent être ainsi résumés : les premiers entrepreneurs – comme c’est le cas de Salim et d’une dizaine d’autres Marocains – ont connu le succès avec leurs premières expériences commerciales. En même temps qu’ils apprenaient les techniques commerciales, la population marocaine et étrangère de Turin augmentait. Les capitaux que ces premiers entrepreneurs ont gagnés ont été réinvestis dans l’économie de bazar, parfois en différenciant l’offre commerciale (la boucherie halal suit le bazar, pas le contraire). Pour gérer ces commerces, ces entrepreneurs ont d’abord appelé des parents de l’étranger, à travers le dispositif du regroupement familial du Maroc ou de la France, où plusieurs membres des familles avaient essayé de s’établir avant que l’Italie, de même que l’Espagne, ne deviennent les destinations de la migration marocaine de fin de siècle. Une fois les bazars laissés aux proches, ces entrepreneurs ont soit choisi de tenter leur chance sur d’autres marchés (Salim, par exemple, se penche vers le marché de la « consommation de la différence culturelle » pour clients italiens, Semi, 2004 b), soit de faire évoluer l’économie de bazar en tissant plusieurs liens avec les autres places marchandes de « l’espace circulatoire » maghrébin et non seulement du sud de l’Europe (Tarrius, 1994). Pour cela, ils ont ouvert des activités d’import-export, des agences de voyages, des sociétés de transport pour personnes et produits, qui relient Turin au reste de l’Italie, notamment les districts industriels du textile et des contrefaçons de Biella, de Prato ou de Naples, les villes de Milan, de Padoue et de Bologne pour les transports de passagers, etc. De l’autre côté de la frontière, Turin a été de plus en plus connecté avec les autres espaces marchands, de Marseille à Barcelone, de Lyon à Paris (Aslafy Gauthier, 2002).

31Les plaques d’immatriculation des camionnettes que l’on voit dans les rues de Borgo Dora témoignent de cet encastrement spatial de l’économie de bazar turinoise dans l’espace circulatoire maghrébin. De même, en suivant les commerçants turinois à Marseille ou à Lyon (Semi, 2004 a), on mesure l’ampleur de ce mécanisme et la façon dont il prend la forme d’une économie à l’intérieur du cadre plus large de l’économie urbaine. Il s’agit de fait d’un mécanisme économique lié directement à la ville et à l’économie urbaine, ne serait-ce que pour sa forme spatiale aux frontières identifiables et visibles et pour le fait qu’il s’agit d’une économie connue et reconnue par la chambre du commerce local, les institutions et les organisations commerciales de Turin. À côté de cela, c’est une économie qui se nourrit de la condition de marginalité de ses clients et de ses travailleurs. Très peu d’entrepreneurs gagnent bien leur vie, la majorité des gens travaillant dans l’économie de bazar sont plutôt exploités comme simples « lieutenants » des propriétaires et soumis aux mécanismes assez connus dans la littérature sur ces phénomènes, qualifiés notamment par Alejandro Portes d’« encastrement relationnel » (1995 : 25). En fait, ces lieutenants sont souvent des clandestins qui travaillent deux ou trois ans sans contrat régulier avant d’être régularisés, comme c’est souvent le cas dans le contexte italien où agit un mécanisme institutionnel de régularisation tous les trois ans environ, au lieu d’une politique d’accès constant et régulier de la main-d’œuvre étrangère (Carfagna, 2002 ; Barbagli et al., 2004). En cela, les migrants marocains constituent une force de travail vulnérable et nombreuse qui trouve un refuge temporaire dans l’informalité de l’économie de bazar avant de pouvoir essayer d’intégrer les marchés réguliers italiens. L’insertion dans une économie largement informelle gérée par des compatriotes constitue aussi, dans plusieurs cas, une stratégie d’évitement d’autres marchés du travail. Plusieurs jeunes clandestins font ainsi l’expérience de l’informel « italien » (surtout dans le secteur du bâtiment), et de « l’illégal » (notamment les activités de vente de drogue légère ou de places de parking). Plusieurs carrières commencent par ces deux types d’expérience et l’une des manières de s’en sortir est justement d’entrer dans l’économie de bazar, en commençant par être un petit vendeur à la sauvette à qui on donne à crédit des petits produits à vendre et qui, ensuite, peut aller travailler dans un bazar.

Conclusion

32Dans la ville de Turin, l’immigration n’est pas un phénomène récent. L’histoire urbaine des deux derniers siècles est l’histoire d’une croissance liée à l’arrivée de centaines de milliers de migrants, d’abord de l’Italie du Nord à la fin du xixe siècle, ensuite de l’Italie du Sud pendant les soixante premières années du xxe siècle et, vers la fin du siècle, du bassin de la Méditerranée, de l’est de l’Europe et de la Chine. Les éléments de continuité dans ces processus sont multiples, mais le premier et le plus marquant est incontestablement le type d’accueil que ces vagues migratoires ont reçu à leur arrivée. À côté du racisme que ces populations expérimentaient dans le quotidien, l’existence de marchés du travail pour immigrés obligeait la première génération de migrants à s’insérer dans les secteurs d’emploi les plus difficiles et les plus faiblement rémunérateurs. Lorsqu’on lit quarante ans après les témoignages ou les journaux de l’époque, on reste frappé par le fait que ceux-ci pourraient bien souvent être publiés aujourd’hui, en changeant seulement les noms et les nationalités des protagonistes.

33Pour autant, les éléments de discontinuité ne manquent pas. La ville n’est plus la même, en particulier la ville fordiste de Fiat, qui encadrait les vagues migratoires jusqu’aux années 1970 et qui, depuis, n’a cessé de perdre de son poids dans l’évolution urbaine. Bien que des migrants plus récents aient eu accès au monde de l’usine (et que d’autres auraient souhaité y accéder), le salariat industriel apparaît à la fois comme un emploi numériquement en chute et dont la nature s’est trouvée très largement transformée en termes de relations de travail, tant avec les chefs qu’entre collègues. Dans ce contexte, l’économie des services s’est renforcée et, avec elle, une petite économie de services pour un secteur spécifique de la population de Turin, l’économie de bazar destinée à remplir les besoins de la nombreuse population étrangère de la ville. Cette économie s’est localisée dans une zone spécifique de la ville, Porta Palazzo, un espace urbain qui, dans la mémoire des Turinois, est celui des immigrés par excellence. Encore une fois continuité, donc. Mais aussi changement, discontinuité, car cette économie, longtemps étudiée en France, présente la particularité de relier des espaces urbains très différents, que ce soit des districts industriels ou des quartiers d’immigrés dans les villes de l’Europe du Sud. S’agit-il d’un phénomène transnational, comme une vaste littérature semble l’indiquer ? S’agit-il d’un simple choix de refuge pour une vaste population étrangère qui a de plus en plus de mal, en Europe, à trouver un espace d’intégration et de visibilité ? S’agit-il de la renaissance des espaces marchands, des foires et des routes que l’on connaît en Europe depuis le Moyen Âge ? Le sociologue n’a pas, à la différence de l’historien, la possibilité de connaître aujourd’hui ce qui résistera à l’épreuve du temps, mais il peut pourtant suggérer que seule une prise en compte historiquement fondée du processus de circulation migratoire, et des activités économiques corrélées, peut fournir une base pour des interprétations correctes.

Bibliographie

Références bibliographiques

Allasino E. Bobbio L., Neri S., 2000 – Crisi Urbane : che cosa succede dopo ? Le politiche per la gestione della conflittualità legata all’immigrazione. Torino, Ires, Working paper 135.

Aslafy Gauthier C., 2002 – « Les routes du bled : commerce et mobilités marocaines ». In Péraldi M., (sous la direction de) : La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose.

Atkinson R., 2003 – Introduction : Misunderstood Saviour or Vengeful Wrecker ? The Many Meanings and Problems of Gentrification. Urban Studies, 40 (12) : 2343-2350.

Bagnasco A., 1986 – Torino. Un profilo sociologico. Torino, Einaudi.

Barbagli M., Colombo A., Sciortino G. (sous la direction de), 2004 – I sommersi e i sanati. Le regolarizzazioni degli immigrati in Italia. Bologna, Il Mulino.

Belluati M., Bocco A., 2001 – Progetto The Gate – Unità dati e monitoraggio. Rapporto di Attività. Cicsene.

Bianchi C., 1991 – Porta Palazzo e il Balon. Storia e mito. Torino, Il Punto.

Bonifazi C., Gesano G., Heins F., 2001 – Popolazione e società in Piemonte. Mutamenti e meccanismi nell’ultimo mezzo secolo. Torino, Ires, Working paper 153.

Calabi D., 1993 – Il mercato e la città : piazze, strade, architetture d’Europa in età moderna. Venezia, Marsilio.

Carfagna M., 2002 – « I sommersi e i sanati. Le regolarizzazioni degli immigrati in Italia ». In Colombo A., Sciortino E. G. (sous la direction de) : Stranieri in Italia. Assimilati ed esclusi, Bologna, Il Mulino.

Castronovo V., 1987 – Torino. Bari, Laterza.

Fofi G., 1976 – L’immigrazione meridionale a Torino. Milano, Feltrinelli, (2) ed. ; ed. or. 1964).

Geertz C., 1978 – « Suq : the bazaar economy in Sefrou ». In Geertz C., Geertz H., Rosen L. : Meaning and Order in Moroccan Society, Cambridge, Cambridge University Press : 123-276.

Gribaudi M., 1987 – Mondo operaio e mito operaio. Spazi e percorsi sociali a Torino nel primo novecento. Torino, Einaudi.

Lefebvre H., 1974 – La production de l’espace. Paris, Anthropos.

Ley D., 1996 – The New Middle Class and the remaking of the Central City. Oxford, Oxford University Press.

Manry V., Péraldi M., 2004 – « Le lien et le gain. Le marché aux puces de Marseille : une aberration économique ? ». In Barbe N., Latouche S. (sous la direction de) : Économies choisies ?, Paris, Éditions de la MSH : 39-58.

Péraldi M. (dir.), 2001 – Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers. Paris, Maisonneuve et Larose, 361 p.

Petsimeris P., 1998 – Urban Decline and the New Social and Ethnic Divisions in the Core Cities of the Italian Industrial Triangle. Urban Studies, 35 (3) : 449-465.

Pinson G., 2002 – Political Government and Governance : Strategic Planning and the Reshaping of Political Capcity in Turin. International Journal of Urban and Regional Research, 26 (3) : 477-493.

Pugliese E., 2002 – L’Italia tra migrazioni internazionali e migrazioni interne. Bologna, Il Mulino.

Schmidt Di Friedberg O., 2002 – « Du local au transnational. Les réseaux économiques et les activités d’entreprise des Marocains à Milan et Turin ». In Cesari J. (sous la direction de) : La Méditerranée des réseaux. Marchands, entrepreneurs et migrants entre l’Europe et le Maghreb, Paris, Maisonneuve et Larose.

Schmoll C., 2004 – Une place marchande cosmopolite. Dynamiques migratoires et circulations commerciales à Naples. Thèse de doctorat, université Paris X-Nanterre.

Semi G., 2004 a – Le multiculturalisme quotidien : Porta Palazzo entre commerce et conflit. Thèse de doctorat en cotutelle, Università di Torino et EHESS-Paris.

Semi G., 2004 b – Il quartiere che (si) distingue. Un caso di “gentrification” a Torin. Studi Culturali, 1 : 83-107.

Semi G., 2005 – « Chez Said » à Turin, un exotisme de proximité. Ethnologie française, 1 : 27-36.

Semi G., 2006 – « Il ritorno dell’economia di bazar. Attività commerciali marocchine a Porta Palazzo, Torino ». In Decimo F., Sciortino G. (sous la direction de) : Stranieri in Italia, vol. 4, Bologna, Il Mulino.

Simon P., 1995 – La société partagée. Relations interethniques et interclasses dans un quartier en rénovation. Cahiers internationaux de Sociologie, 98 : 161-190.

Smith N., 1996 – The New Urban Frontier. Gentrification and the Revanchist City. London and New York, Routledge.

Smith N., 2003 – « La gentrification généralisée : d’une anomalie locale à la “régénération” urbaine comme stratégie urbaine globale ». In Bidou-Zachariasen C. (dir.) : Retours en ville, Paris, Descartes & Cie.

Zukin S., 1991 – Landscapes of Power. From Detroit to Disney World. Berkeley, University of California Press.

Zukin S., 1995 – The Cultures of Cities. Oxford, Blackwell.

Notes

1 Il semble que dès le xviiie siècle, on y jouait à un jeu de ballon (Bianchi, 1991 : 48). De là dérive probablement le nom de l’actuel marché aux puces du Balôn.

2 En 1971, 50 % des résidents de la « province » de Turin y étaient nés, alors que 36,7 % étaient nés dans une autre région et 11 % dans une autre province piémontaise (Bonifazi et al., 2001 : 13).

3 Autant dans la zone collinaire que dans la zone de la Crocetta, le taux d’occupation des logements par des entrepreneurs libéraux et des dirigeants d’entreprise indique une sur-représentation de ces groupes par rapport au total des travailleurs (Petsimeris, 1998 : 459).

4 Le pourcentage de licences commerciales enregistrées au nom de citoyens étrangers dans la zone de Porta Palazzo est de 11,62 %, à mettre en relation avec le taux de 2 % en moyenne pour Turin (Belluati et Bocco, 2001 : 23). On ne peut par ailleurs exclure une sous-estimation de ces chiffres liée à l’utilisation de prête-noms ou de conjoints de nationalité italienne.

5 En particulier du point de vue de la circulation migratoire. Pour la plupart des immigrés italiens il ne s’agissait pas de la première expérience migratoire familiale car plusieurs des immigrés dans le nord de l’Italie avaient des parents en Amérique du Sud, du Nord, en Australie ou dans le reste de l’Europe.

6 Le marché aux Puces de Turin, au centre de Borgo Dora, qui a lieu chaque samedi toute la journée.

Table des illustrations

Titre Carte 1. L’espace urbain de « Porta Palazzo ».
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5823/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Tableau 1. Source : Mairie de Turin.
Légende Source : Mairie de Turin.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5823/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Tableau 2. Population étrangère résidente à Turin selon la nationalité, en 2001 et 2002.
Légende Source : Mairie de Turin.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5823/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Tableau 3. Population étrangère et marocaine résidente à Turin, 1992-2003.
Légende Source : Mairie de Turin.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5823/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 4. Citoyens étrangers et marocains inscrits à la chambre de commerce de Turin.
Légende Source : Camera di Commercio de Turin.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5823/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Tableau 5. Activités commerciales de Porta Palazzo et origine de l’entrepreneur (septembre 2003).
Légende Source : Recensement auteur.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5823/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

Auteur

sociologue, maître de conférences à l’université de Milan. Il s’intéresse aux dynamiques spatiales des mondes marchands, à l’ethnographie urbaine et à l’entreprenariat ethnique.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540