Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 1. La construction du transnational

Chapitre 3. Circulations migratoires des élites économiques dans l’ouest du Cameroun

Le cas des « antiquaires »

Honoré Mimche et Zénabou Tourère

Résumé

La globalisation des économies et les changements socio-économiques qui ont cours depuis la fin de la décennie 1990 en Afrique se sont accompagnés d’une intensification des flux migratoires entre les pays du continent et, plus largement, entre le Sud et le Nord, diversifiant par ailleurs les formes de circulation migratoire. Dans la partie occidentale du Cameroun, on assiste depuis plus d’une décennie à la constitution d’une néo-bourgeoisie spécialisée dans la commercialisation et l’exportation des objets d’art ancien. Les processus de mobilité de ces antiquaires s’accompagnent de transferts de biens, de capitaux, de technologies et de modèles architecturaux qui contribuent à d’importantes dynamiques de recomposition socio-spatiale et d’acculturation. Dans les villes comme dans les campagnes des Grassfields du Cameroun, les territoires et les sociétés sont façonnés par la mobilité de ces élites économiques. Ce chapitre est une réflexion sur les formes d’organisation de cette circulation migratoire et sur la façon dont elle contribue à déstructurer et restructurer les espaces sociaux locaux.

The economic globalization and socioeconomic changes that have been affecting Africa since the end of the 1990’s come along with increasing migratory flows between the countries of the Continent and, more widely, between the South and the North, thus diversifying the types of migratory circulation. In the western part of Cameroon, the emergence of a neo-bourgeoisie specialized in the marketing and the export of ancient art products has been observed for more than a decade. The mobility of those antiquaires leads to transfers of goods, capital, technologies and architectural models that contribute to considerable socio-spatial reorganization and acculturation. In cities as in the Cameroonian Grassfields, territories and societies are affected by the mobility of these economic elites. This chapter is a discussion on the organisation forms of this migratory circulation and on how it contributes to disorganise and restructure the local social spaces.

Texte intégral

1La globalisation des économies et les changements socio-économiques qui ont cours depuis la fin de la décennie 1990 en Afrique se sont accompagnés d’une intensification des réseaux et flux migratoires entre les pays du continent et, plus largement, entre le Sud et le Nord, diversifiant par ailleurs les formes de circulations migratoires. Bien qu’ils ne soient en rien nouveaux, comme en atteste d’ailleurs la dense bibliographie qui a été développée sur la thématique (Simmons, 1995 ; Russell, 1996), ces mouvements humains continuent de prendre une ampleur parfois inédite dans le contexte de mondialisation qui les sous-tend. Les importantes dynamiques de reconfiguration et de complexification à l’échelle mondiale des flux de personnes entre États, devenues des variables significatives dans les efforts de théorisation (Simmons, 2002), participent à la construction de configurations migratoires renouvelées, dans lesquelles les dynamiques de franchissement de multiples frontières, de va-et-vient, d’accélération des mouvements de capitaux, de modèles et de pratiques deviennent des lignes d’analyse particulièrement fécondes. Mettant en relation des espaces socioéconomiques distincts, les processus de migration internationale entraînent une implication de pays et régions restés jusque-là isolés du champ de la migration internationale (Lututala, 1995 ; Simmons, 1995 ; Caselli, 2003). Dans nombre de cas, la mobilité constitue d’une part une réponse à des situations de crise et apparaît d’autre part comme l’une des composantes, particulièrement active, du processus de mondialisation socio-économique. Depuis deux décennies, les flux migratoires internes et la mobilité depuis l’Afrique vers le monde développé ont pris une place nouvelle dans les questionnements sur l’évolution du continent. Élément de transformation des environnements sociaux, la question migratoire est aussi au cœur des discours politiques et idéologiques, en Afrique comme en Europe.

2La constitution de formes de mobilité aux logiques particulières, produits de la crise observée au Sud et de la paupérisation croissante d’une partie de la population, place la question des nouvelles configurations migratoires au cœur de l’analyse. Comme le relève d’ailleurs Gérard (2002 : 7), « l’originalité du phénomène migratoire en ce début de siècle réside dans l’apparition de nouvelles logiques migratoires à l’échelle de la planète. Les choses sur ce plan ont bien évolué depuis le milieu du xxe siècle et même les années 1960-1970 ». Ces formes migratoires renouvelées peuvent être appréhendées sous plusieurs angles : soit par l’analyse des profils des nouveaux candidats à la migration et des mobiles de leur déplacement, soit par l’observation des territoires sur lesquels les circulations migratoires prennent place. Dans l’étude des processus socio-démographiques de mobilité, et au-delà de la seule question de l’amplification des phénomènes, l’élargissement des bassins migratoires est une dimension à laquelle il convient d’être attentif aujourd’hui. Quelle que soit la manière dont sont analysés les flux, il apparaît qu’ils participent à la déconstruction des ordres territoriaux nationaux avec l’ensemble des stratégies qui les sous-tendent. Dans ce sens, les transformations des enjeux, des logiques et des dynamiques migratoires contemporaines confrontent les sciences sociales à de nouveaux défis théoriques et empiriques.

3De ce point de vue, la migration internationale dans le contexte africain garde toute sa spécificité de facteur de dé/reconstruction des espaces transnationaux (Pliez, 2004 ; Roitman, 2004). La sociologie se doit désormais d’intégrer cette notion pour une analyse approfondie des dynamiques de population et de reconfiguration sociale (Westwood et Phizacklea, 2001 ; Simmons, 2002 ; Rayaprol, 2005). En se diversifiant avec le processus de mondialisation, les formes d’articulation et d’interdépendance des contextes économiques contemporains et les schémas de la migration internationale contribuent à une hybridation et une trans-nationalisation des cultures : les flux tendent des passerelles culturelles et socio-économiques entre les pays, en dépit de politiques de migration de plus en plus restrictives.

Migrations et mobilités dans l’Ouest-Cameroun

  • 1 Dans la partie occidentale du Cameroun, les structures sociales traditionnelles ont toujours confé (...)

4Au Cameroun, comme dans bien d’autres sociétés africaines, on assiste à l’irruption de nouveaux acteurs du fait migratoire et à de nouvelles formes de mobilité : mobilités au féminin, migrations clandestines, demandeurs d’asile, migrations forcées (Lalou, 1996 ; Bonnassieux, 2005). Au-delà des changements dans les caractéristiques socio-démographiques des migrants (sexe, âge, statut familial, statut professionnel)1, cette complexification de la nouvelle dynamique migratoire s’exprime par la diversification des formes spatiales du mouvement migratoire : élargissement des destinations, multiplication des lieux d’émigration, complexification du processus migratoire par la multiplication des relais migratoires, diversification de la mobilité professionnelle des migrants et intensification des échanges entre espaces du déplacement contribuent à la construction du transnational. Concernant ce dernier aspect, la mobilité des personnes est devenue un vaste processus de transferts de biens, de capitaux, d’idées et de pratiques. Les territoires et les sociétés sont continuellement façonnés par les pratiques des acteurs du fait migratoire (Simmons, 2002).

5À travers un cas spécifique, celui des antiquaires originaires de la partie occidentale du Cameroun, ce texte s’intéresse à des formes socio-spatiales émergentes et aux formes de reconfiguration de l’espace local générées par la circulation migratoire d’individus que l’on peut considérer comme des élites économiques. Par leurs mobilités et les réseaux sociaux et économiques qu’ils mobilisent, ces populations spécialisées dans la commercialisation et l’exportation des objets d’art sont à la base de la constitution d’une nouvelle classe bourgeoise. Être antiquaire est devenu localement un indicateur de réussite sociale, voire un ethos de classe. Même si les statistiques font largement défaut pour ce groupe, l’approche des flux migratoires internationaux dont ils sont les acteurs peut se prêter à une observation sociologique de nature qualitative.

6Les déplacements des antiquaires revêtent deux dimensions géographiques : il s’agit soit de mobilité spatiale (déplacements d’individus ou de groupes de personnes du lieu d’origine vers d’autres lieux, avec éventuellement retour au pays natal), soit de migrations, c’est-à-dire de déplacements plus ou moins définitifs d’individus avec des niveaux variables de relâchement des liens avec leur région d’origine. Dans ce sens, la néo-bourgeoisie que constitue le groupe des antiquaires se caractérise par une ubiquité résidentielle qui fait d’eux des personnes géographiquement instables mais inscrites dans une dynamique d’attachement aux pays d’immigration et au terroir (entendu comme le lieu d’origine). L’élargissement de leurs espaces de vie et la circulation sur ces espaces conduisent à un processus de multipolariation de ces acteurs sociaux et à une « transnationalité » due à leur appartenance conjointe à plusieurs pôles socio-culturels.

7En nous intéressant aux pratiques sociales qui sous-tendent la circulation migratoire et aux formes de transfert et capitalisation qu’elles génèrent, nous visons ici à mesurer la façon dont la mobilité des antiquaires influence le développement et la polarisation des territoires locaux, conférant à ces individus de nouveaux statuts d’acteurs de développement local et de changement social dans les espaces d’origine.

Carte 1. Carte de situation de la région étudiée.

Carte 1. Carte de situation de la région étudiée.

Source : nouvelle carte administrative du Cameroun

8Situé au cœur du pays, l’Ouest-Cameroun (carte 1) désigne à la fois une province administrative et la région montagneuse (Champaud, 1983). Mais c’est plus la dimension administrative qui définit ici l’espace concerné par cette étude. Il s’agit d’une mosaïque socio-démographique de populations autochtones et allogènes (venues soit de l’intérieur, soit de l’extérieur du pays). Parmi les groupes autochtones repartis dans les huit départements de la province administrative, notre étude se focalise plus particulièrement sur le groupe Bamoun. Contrairement à leurs voisins Bamiléké, plus connus pour leur dynamisme (Ndongmo, 1981), les Bamoun sont rarement reconnus pour leur participation dans le domaine économique.

Être antiquaire-migrant : un itinéraire alternatif d’accumulation et de promotion sociale pour les jeunes

9Les individus auxquels nous nous intéressons ici sont exploitants et exportateurs d’objets d’art anciens vers les villes côtières intérieures et principalement vers l’étranger. Identifiés sous le label d’antiquaires, ces actifs ont connu une forme de réussite qui s’est développée à la faveur du contexte de crise que connaît le Cameroun depuis plus d’une décennie. L’activité d’antiquaire résulte à l’origine d’un effort de valorisation de la forge en pays bamoun. Les activités de négoce d’œuvres d’art, pour lesquelles un intérêt croissant n’a cessé de se développer au-delà du pays, ont émergé à côté des modalités traditionnelles d’ascension socioéconomique (soit par l’héritage, l’école et le mariage, soit à travers des activités économiques traditionnelles). Les trajectoires des individus insérés dans cette activité s’apparentent localement à de nouvelles formes de réussite et de promotion sociale, conduisant à des stratégies d’insertion jusqu’alors beaucoup moins connues. Historiquement, ce sont d’abord les descendants de forgerons qui se sont lancés dans cette pratique, avant d’être rejoints par des exclus du système éducatif en situation de rupture avec le marché du travail local ou national, à la recherche d’une stratégie alternative pour faire face à la crise et assurer leur promotion sociale. En cela, la dynamique de construction de cette catégorie d’acteurs économiques est représentative d’observations plus générales, telles que celles conduites par Geschiere et Konings (1993 : 9), « dans certaines régions du Cameroun, de nouvelles catégories d’entrepreneurs ont vu le jour : ils développent des modes d’accumulation qui persistent malgré la crise actuelle ou sont même renforcés par cette crise ».

10Se plaçant dans une perspective essentiellement ethno-méthodologique (Coulon, 1987 ; 2004), la réflexion produite ici s’appuie sur des observations menées depuis 2001 et sur des entretiens réalisés auprès de cette population d’antiquaires dans la région de départ et dans les lieux d’accueil, notamment à Foumban, Yaoundé, Douala, Paris, Bruxelles et Liège. L’analyse se place dans le contexte du renouvellement de la sociologie des migrations, à partir du regard porté sur les pratiques de « l’acteur migrant » (ses stratégies, ses projets, ses systèmes de valeur, etc.), sans pour autant négliger les enjeux socio-économiques et (géo)politiques qui l’entourent et participent des trajectoires migratoires. L’objectif est de s’éloigner d’approches ayant longtemps réduit les migrants à de simples exécutants des déterminismes sociaux et téléguidés par les structures normatives. Dans ce sens, nous postulons que le phénomène des antiquaires est un mode d’accumulation basé sur la commercialisation d’objets d’art anciens dont le principal ressort est une mise à profit de différentes mobilités spatiales. L’activité s’appuie sur l’élargissement de l’espace migratoire des entrepreneurs et conduit au développement de formes de circulation migratoire spécifiques.

11Avant d’aller plus loin, le débat sur ce phénomène doit être resitué dans le cadre spécifique de l’histoire économique et sociale du Cameroun, dont on ne peut faire abstraction si l’on veut le rendre intelligible. Depuis son accession à l’indépendance, le Cameroun a connu une croissance économique relativement importante jusqu’à la fin de la décennie 1970 (Ezo’o Bizeme et Komon, 1996). Ce contexte économique, doublé d’une stabilité politique interne, a favorisé une nette amélioration des conditions de vie des populations camerounaises, en accentuant une immigration étrangère de peuples voisins (Nigeria, Niger, Centrafrique, Tchad). La progression massive de l’offre scolaire, suivie d’une nette augmentation du taux de scolarisation (Tsafak, 2000 ; Aerts et al., 2000), s’accompagne d’une insertion socio-professionnelle assez facile pour les diplômés du secondaire et du supérieur par l’entrée dans la vie active soit dans le secteur privé, soit dans l’administration publique, qui constitue un « débouché naturel ».

  • 2 La presse camerounaise se fait l’écho de cette évasion clandestine des jeunes désemparés à destina (...)

12Mais au milieu des années 1980, l’entrée du pays dans une zone de turbulences durables conduit à une situation nouvelle. Alors que le contexte de prospérité qu’avait connu le pays dans la première décennie de l’indépendance avait institué des modes classiques de promotion sociale des jeunes, la crise est venue saper les espoirs de ces derniers, avec pour conséquence la naissance de nouveaux modes d’accumulation (Ela, 1994). Dans cette situation d’essoufflement, « les autorités camerounaises cherchent à définir de nouvelles stratégies de développement » (CEA, 2003 : 65) et l’application des premiers programmes d’ajustement structurel s’en trouve justifiée. Elle est suivie d’une dévaluation du franc CFA, une « pilule » dont les effets sociaux seront encore plus difficiles à digérer pour les Camerounais (Courade, 1994). Dès lors, le contexte de crise devient particulièrement fertile à l’émergence de nombreuses stratégies de survie chez les nouveaux damnés du pays et constitue à la fois un révélateur des dynamiques sociales et un vecteur de la clochardisation des couches les plus vulnérables (Kengne Fodouop et Metton, 2001 ; Mimche, 2006). On observe notamment le développement du secteur informel et une irruption des cadets sociaux dans les espaces et les secteurs socioéconomiques où ils étaient jadis peu représentés. À côté de l’intensification des migrations clandestines vers l’eldorado européen2, d’autres voies d’ascension sociale s’offrent aux jeunes localement (Ela, 1998). Dans ce contexte, l’irruption des antiquaires constitue véritablement la renaissance des « lieux d’invention où, sans tambour ni tam-tam, les acteurs anonymes et les systèmes d’organisation tentent de réagir aux contraintes internes et aux pressions extérieures » (Ela, 1994 : 15-16).

Élargissement des espaces migratoires et construction des territoires en réseaux

13Comme on l’a observé ailleurs dans le monde, « de véritables “territoires circulatoires” se créent, au travers des frontières et sur des distances de plus en plus étendues » (Simon, 2002). Avec le développement de diverses formes de mobilité, les migrations internationales au départ du Cameroun ont connu une mutation importante. De nouvelles dynamiques ont émergé depuis plus d’une décennie pour alimenter des couloirs migratoires reconfigurés. Pour les antiquaires, la diversification des flux migratoires contemporains s’est traduite par de nouveaux courants établis en dehors des couloirs migratoires traditionnels, en élargissant le bassin de la mobilité à tous les continents. C’est cette complexification de la migration qui fait des antiquaires aujourd’hui un élément clé de l’économie locale et même régionale.

Les courants migratoires des élites économiques et leurs déterminants sociaux

14C’est la découverte de nouveaux espaces de commerce qui a favorisé au cours de ces dernières années la modification des destinations géographiques et des modalités migratoires des antiquaires. Ceux qui étaient longtemps restés restreints à la simple exploration des marchés intérieurs et au travail de sculpture du bois pour les touristes étrangers sont partis à la conquête de nouveaux marchés transcontinentaux. Désormais, ces individus explorent tous les continents pour proposer leur culture dans un espace mondialisé, faisant des cultures locales des réalités hybrides et transnationales objet d’acculturation. Les courants migratoires sont multiples, avec la création sur chacun d’eux de sites relais ou de transit.

La migration intra-africaine ou Sud/Sud

15Pour la vente des produits d’art camerounais, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Bénin, le Kenya, le Nigeria et surtout l’Afrique du Sud constituent les principaux marchés au sein du continent. Si les pays de l’Afrique occidentale étaient traditionnellement la cible privilégiée des migrants-antiquaires, la chute du régime raciste et la montée d’une démocratie en Afrique du Sud ont réorienté les flux vers cette « forteresse africaine ». Ce retournement de situation a fait de l’Afrique du Sud le nouveau pôle africain de l’immigration antiquaire. En raison du volume des capitaux que cette nouvelle destination migratoire a permis de générer, les flux de déplacements se sont considérablement accrus vers cette destination au cours des dernières années. Cette conquête intra-continentale a modifié la carte de la circulation migratoire : le franchissement de la boucle kenyane et le passage par la République démocratique du Congo ont redessiné les parcours, ces régions devenant des espaces de transit des flux. L’émergence de l’activité des antiquaires dans les villes de ces pays de transit est fonction du type d’agence de transport et des opérateurs aériens qui assurent la mobilité des commerçants. C’est ainsi que de nouveaux flux prennent corps pour élargir l’espace de la circulation migratoire des antiquaires.

L’eldorado européen

16Hors du continent, c’est d’abord vers l’Occident que les antiquaires ont développé leurs migrations internationales. Longtemps restée comme le principal pôle de cette migration, la France deviendra par la suite un pays relais pour les candidats à l’émigration occidentale lorsque de nouveaux pays du Nord s’y prêteront : ce sont l’Allemagne, la Belgique, l’Italie et dans une moindre mesure la Hollande et l’Espagne. Les principales zones d’immigration sont des pays desquels sont exportés les principaux produits vers le Cameroun. La multiplication des pays de transit en Europe rend plus complexes le champ et la circulation migratoire des antiquaires, d’autant que les trajectoires migratoires sont aujourd’hui fragilisées par des politiques d’immigration devenues de plus en plus rigides dans les pays tels que la France, l’Allemagne et l’Italie. Les déplacements sont davantage sous-tendus par des logiques de destinations alternatives qui déterminent finalement l’insertion migratoire de même que de multiples réseaux sociaux déployés par ces commerçants de l’art comme stratégie d’immigration. Les trajectoires migratoires et la circularité reposent sur des « capitaux » divers, parmi lesquels l’appui sur des groupes à caractère religieux, musulmans notamment, des systèmes de parenté, l’appartenance à des groupes socioprofessionnels, des réseaux d’entraide à caractère ethnique… Dans bien des cas, cette donne est la résultante de l’expression de la crise des systèmes migratoires internationaux africains depuis la transformation des politiques d’immigration en Europe.

17En Europe on peut distinguer deux types de déplacement : les migrations quasi définitives et la circulation. Dans le premier cas, les déplacements constituent une partie intégrante des logiques familiales et de solidarité (Locoh, 1993). La nuptialité facilite l’insertion définitive des migrants qui sont désormais assistés dans leur activité traditionnelle par les tiers restés au pays. Ce sont des membres du système de parenté qui assurent le ravitaillement en objets d’art. La recherche d’une conjointe répondant à une stratégie de nationalisation est reconnue comme une démarche courante pour les immigrants.

Un nouvel élargissement migratoire

18La transformation des contextes migratoires liée aux recompositions politiques en Europe a contribué à une nouvelle diversification des parcours migratoires des antiquaires. Les États-Unis deviennent un nouveau pôle d’immigration, bien que les commerçants se confrontent à d’importantes difficultés d’obtention de visas dues aux restrictions des conditions de séjour depuis les événements terroristes de septembre 2001. Par ailleurs, le Moyen Orient est devenu une nouvelle destination migratoire. Alors que la région n’avait guère été explorée par les originaires de l’Ouest-Cameroun que dans le cadre du pèlerinage, cette partie du monde devient un important espace commercial pour les antiquaires. Dubaï apparaît là comme le lieu de principale exploration des destinations orientales pour cette élite économique.

Une migration principalement jeune, masculine et basée sur des réseaux sociaux

19La nature de la migration antiquaire permet de mettre en évidence quelques caractéristiques socio-démographiques essentielles, parmi lesquelles le sexe, l’âge et le niveau d’instruction. Malgré l’essai de féminisation des couloirs migratoires vers l’Afrique occidentale, la circulation des antiquaires est restée un phénomène typiquement masculin. Si cette prédominance repose en premier lieu sur la division traditionnelle du travail et des systèmes matrimoniaux au Cameroun, elle est aussi due à l’endurance physique qu’implique le transport de biens qui est inhérent à cette forme de mobilité. Par ailleurs, il s’agit d’une migration qui concerne avant tout les jeunes générations (25-45 ans), soit les catégories de population les plus précarisées par le contexte de crise. Même si l’on est toujours tenté de postuler – comme le font bon nombre de théories de la migration internationale – que la migration africaine draine hors des pays d’origine les éléments les mieux éduqués (Ricca, 1990), les migrants antiquaires sont généralement des personnes peu ou pas instruites, pour lesquelles la sortie du système éducatif correspond au contexte de crise mentionné précédemment.

20Du point de vue des logiques sociales, les éléments d’organisation des dynamiques migratoires des antiquaires correspondent à des dynamiques qui ont aussi été observées dans d’autres contextes. L’installation des premiers groupes familiaux de migrants à l’étranger est un déterminant des courants et flux migratoires futurs. Dans ce sens, il y a un lien étroit entre la constitution des réseaux d’immigration et les quartiers d’origine et appartenances familiales de ces antiquaires. Du point de vue des stratégies commerciales, chaque groupe cherche à faire d’une entité géographique ou socio-spatiale sa chasse gardée. C’est ce qui explique le développement des logiques familiales de reproduction par des réseaux d’assistance aux jeunes migrants, visant à asseoir sur certaines régions un certain monopole. Ainsi dans la ville camerounaise de Foumban, les destinations des antiquaires en Europe peuvent varier en fonction de leur quartier d’habitation. Les originaires d’un quartier ou les membres d’une même famille s’approprient des localités en Europe, créant ainsi une concurrence qui explique en partie l’extension du champ/bassin migratoire à tous les continents aujourd’hui. C’est ce type de facteurs qui justifie des dénominations telles que « Chicago boy », « Marseillais », « le Parisien », « Santiago », « Georges Bush », « Dubai » ou « Tabou Ley » qui sont couramment utilisées localement. Traduisant les logiques de conquête du marché mondial, ces appellations révèlent surtout des modes d’appropriation des systèmes socio-spatiaux selon le quartier d’origine des migrants et des logiques transnationales. L’organisation spatiale de la ville de Foumban présente désormais ce découpage en fonction des zones d’émigration.

Construction du transnational et dynamiques de recomposition socio-spatiale

21Il semble aujourd’hui difficile d’analyser les processus et les stratégies migratoires sans interroger le développement des identités transnationales et des doubles nationalités, de même que l’existence de « communautés transnationales ». Dans le contexte africain, la crise ivoirienne et l’invention du concept d’« ivoirité » renseignent suffisamment sur ce sujet. À ce propos, on peut considérer que, à la faveur de leurs différentes formes de mobilité et d’ancrage, les antiquaires du Cameroun répondent à un contexte où l’on assiste à « l’apparition de communautés multiculturelles [et transnationales], de liens sociaux et de solidarité transnationaux et de doubles citoyennetés juridiques ou de fait » (Simmons, 2002 : 26). Pour les migrants antiquaires, chercher à acquérir la nationalité du pays d’immigration apparaît concrètement comme une stratégie pour une « ubiquité résidentielle » accrue, de même qu’un instrument pour faciliter le développement de vastes réseaux migratoires impliquant la parenté. Par ailleurs, la recherche d’une double nationalité confère à ces derniers de nouveaux droits dans le pays d’adoption : droits fonciers, accès au marché du travail, droit à l’éducation. Comme le signale Kastoryano (2000 : 358), le transnationalisme apparaît désormais comme « l’expression institutionnelle d’une appartenance multiple : il fait du pays d’origine un pôle d’identité, du pays de résidence une source de droit et du nouvel espace transnational un espace d’action politique associant ces deux pays et parfois d’autres encore ». La multinationalité permet aux populations de contourner les lois nationales des pays d’accueil, d’éviter la stigmatisation ou la marginalisation afin de réclamer le droit d’appartenance (droit à la citoyenneté) à une même entité socio-politique en bénéficiant désormais des mêmes attentions de l’État que toutes les autres composantes sociologiques nationales. Dans ce sens, elle favorise la participation des « migrants » à la vie des deux entités territoriales en remettant « aussi en cause le principe de l’allégeance unique exigée des membres d’une communauté politique » (Kastoryano, 2000 : 354). Pouvant aussi être une stratégie facilitant l’intégration dans l’administration pour les générations issues de l’immigration, la recherche de multinationalité est une stratégie d’autochtonisation, surtout dans les pays développés. L’intensification des réseaux migratoires entre le Sud et le Nord participe à « l’émergence de nouveaux territoires et de nouvelles citoyennetés qui sont le fruit d’une « intégration par le bas » » (Fall, 2004 : 2). En clair, la recherche des identités transnationales apparaît comme une nouvelle modalité de construction d’espaces transnationaux de mobilité (Simmons, 2002).

  • 3 Cette expression est issue du contexte local.

22Dans les pays du Nord comme dans ceux du Sud, nombre des transformations socio-territoriales contemporaines résultent de façon significative des logiques multiformes de la mobilité, dont les migrations internationales font indiscutablement partie. Les flux migratoires génèrent des infrastructures qui contribuent à la structuration de l’espace local et donnent lieu à de puissantes dynamiques de transformation des territoires et des sociétés. Les transferts de biens, de capitaux, de technologies, de modèles architecturaux constituent des formes d’acculturation qui déstructurent et restructurent les espaces sociaux locaux. Dans les villes comme dans les campagnes des Grassfields du Cameroun, on assiste à une dynamique de reconfiguration socio-spatiale dans laquelle le rôle des antiquaires, en position d’élites économiques dans la perspective des sociétés locales, est significatif. Le « retour au village » s’accompagne de la valorisation d’une homogamie de classe qui détermine de nouvelles logiques et stratégies résidentielles. Ainsi, l’influence des migrants antiquaires sur les territoires locaux peut être envisagée par leurs rapports sociaux à l’espace et les pratiques spatiales émergentes. La région de l’Ouest est aujourd’hui travaillée par une logique de recomposition résidentielle déjà facilitée par la conception traditionnelle selon laquelle « la valeur d’un homme se mesure par sa capacité à bâtir sa propre maison »3. Dans cette perspective, les schémas d’organisation de l’espace habité des villages comme des villes sont en pleine transformation. C’est l’ère des « duplex » et de la ségrégation socio-spatiale, permise par l’ampleur des flux d’argent générés par les migrants. Chez les élites économiques issues de la migration, deux modèles de comportements résidentiels divergents peuvent être relevés : d’une part, la tendance au repli identitaire par le développement des investissements mobiliers au sein de grandes concessions familiales ; d’autre part, l’émergence d’une conscience de classe dont la matérialisation est le retrait dans de nouveaux quartiers résidentiels en constitution dans les périphéries des villes.

23Dans le premier cas, ces pratiques résidentielles correspondent à des stratégies de mobilité sociale sur le plan traditionnel par l’acquisition de titres nobiliers (à travers l’héritage), alors que dans le second cas, la mobilité sociale est procurée par cette identification de soi à un nouveau groupe de référence, à savoir la classe bourgeoise principalement constituée d’intellectuels, d’hommes d’affaires et de hauts cadres de l’administration. Le développement de ces quartiers résidentiels est à la base de la construction d’un ethos de classe. Par ailleurs, il s’ensuit des dynamiques de conflits intra-familiaux induits par de nouvelles formes de solidarité organique qui semblent se substituer à la solidarité mécanique traditionnelle. Cette émergence d’une conscience de classe a un impact sur les dynamiques de recomposition de la migration et de ses trajectoires, celles-ci reproduisant désormais les systèmes familiaux ou les affinités géographiques des zones de départ. En effet, le regroupement en zones résidentielles et le retrait de la famille souche peuvent fragiliser dans certains cas les pratiques de migration en réseau familial et faciliter plutôt des réseaux trans-familiaux. Chez les antiquaires, ces dernières formes sont perceptibles pour l’accès au crédit et pour l’obtention de certaines facilités liées au déplacement.

Recomposition sociale liée à la migration

  • 4 C’est en interrogeant en profondeur ce processus de transfert des biens que l’on se rend bien comp (...)

24Au-delà de la simple mobilité des personnes, la migration est un vaste processus d’échanges, de transfert de biens, de capitaux, de technologies et de pratiques4. Dans le cas des antiquaires, la diversification des objets destinés à l’exportation a eu pour effet une spécialisation fonctionnelle des quartiers/villages dans la fabrication des objets d’art. L’intensité du processus migratoire dépend alors de cette capacité de mise sur le marché et de marketing. Les transferts de biens, de pratiques et de technologies qui sont associés à ces commercialisations sont à leur tour des vecteurs de la mobilité.

25Généralement, ce sont des groupes constitués depuis longtemps à l’étranger qui entretiennent les transferts de biens : vêtements, meubles, appareils électroniques, appareils électroménagers, voitures d’occasion, etc. Les grandes villes camerounaises sont aujourd’hui prises sous les effets de cette offre de biens parfois peu onéreux et qui correspondent facilement à la bourse du camerounais paupérisé depuis la dévaluation du franc CFA. Ces échanges établissent et pérennisent les liens entre les zones d’accueil et celles d’origine des migrants, tout en structurant davantage les champs migratoires par les réseaux sociaux qui se déploient en conséquence. Les transferts de biens intègrent des logiques capitalistes plus larges impliquant la mobilité sociale des femmes restées longtemps dans la sphère domestique. Cette irruption dans la vie économique accroît leur visibilité en tant qu’agents économiques.

26« Métier masculin », la migration dans l’Ouest-Cameroun n’en est pas moins un facteur de transformation des rôles sociaux des hommes et des femmes. Dans la plupart des cas, la migration des hommes conduit à un processus de mobilité sociale pour les femmes, notamment à travers la féminisation de la figure de chef de ménage. Au-delà de cette dimension sociologique, la mobilité des femmes se traduit par l’acquisition d’une autonomie financière relative car ce sont les femmes qui, dans certains cas, se chargent désormais de la commercialisation des produits importés (vêtements, bijoux en or, appareils électriques ou électroménagers, etc.). Un autre domaine dans lequel le transfert de biens est tout aussi explicite de ce point de vue est celui de la vente de véhicules. Certains véhicules importés sont transformés en taxi localement et placés sous la tutelle des épouses. Les revenus que génèrent l’ensemble de ces activités économiques leur facilitent une mobilité sociale et l’amélioration de leur statut traditionnel. En Afrique de l’Ouest, on sait que c’est la commercialisation du textile et de vêtements féminins qui constitue la principale orientation dans l’usage des biens de consommation transférés par les migrants.

  • 5 Entretien, homme adulte, Yaoundé, novembre 2004.

27En marge de la recomposition des rôles de genre, la dynamique sociale est aussi transformée par des logiques d’interdépendance entre les différents groupes qui constituent la société locale. De ce point de vue, l’apparition et l’organisation de collectifs de migrants et le rôle pris par ces structures sont significatifs. Les antiquaires sont aujourd’hui regroupés au sein d’associations de défense de leurs intérêts et de développement local. Dans bien des cas, ce sont ces réseaux qui procèdent au recrutement de nouveaux candidats à la migration internationale sous forme d’aides multiformes. Les plus jeunes sollicitent auprès des anciens une assistance financière pour leurs déplacements, aides qui prennent la forme de prêts, de crédits au sein des tontines et servent à l’obtention des frais de voyage pour ceux qui ont déjà pu accumuler les produits destinés à l’exportation. Comme nous le dit un antiquaire à propos des plus jeunes, « il peut arriver que nous les aidions à obtenir un billet d’avion dans une agence de voyages où nous sommes déjà un client fidèle, et une fois à l’étranger ils sont tenus de transférer les fonds pour que le versement soit assuré car nous on émet le billet à crédit »5. C’est à travers ce système de « tutorat » que les flux migratoires s’intensifient, en élargissant le champ. Les nouveaux migrants sont encouragés à découvrir de nouveaux espaces commerciaux et il s’agit parfois d’une des conditions d’obtention de l’aide auprès des anciens migrants. L’exploration d’un marché par un groupe de personnes (par une famille de préférence) leur permet d’en acquérir le monopole pour l’exportation des produits. Cette nouvelle forme de perpétuation de la circulation conduit soit à une tendance à l’immigration définitive (en particulier face aux restrictions des conditions d’obtention de visas et de séjour dans l’Union européenne), soit au prolongement des trajectoires migratoires, la découverte de nouveaux marchés étant rendue nécessaire par l’affaiblissement de la demande de produits d’art. C’est d’ailleurs dans ce contexte qu’émergent les flux migratoires vers l’Afrique du Sud et l’Orient.

Conclusion

28L’intensification de la circulation migratoire des antiquaires de l’Ouest-Cameroun et les stratégies transnationales qui la sous-tendent traduisent le déclin du principe de l’intangibilité des frontières nationales dans le contexte de la mondialisation. Formant une catégorie d’élites économiques dont l’émergence et la mobilité sont des spécificités de notre époque, les antiquaires migrants sont à l’origine de la constitution d’une nouvelle classe bourgeoise qui connaît depuis environ une décennie une mobilité sociale significative. La logique capitaliste sur laquelle reposent leurs stratégies d’accumulation est intrinsèquement mêlée à leur fluidité spatiale : leur grande propension à migrer et à évoluer dans des contextes « d’instabilité géographique » les a conduits à la conquête de nouveaux espaces de commerce et d’exploration des mobilités qui leur sont associées.

29Cette migration-mobilité des antiquaires est apparue au terme de nos analyses comme une dynamique migratoire de nature économique dont les horizons dépassent aujourd’hui les frontières du seul continent africain. La découverte de l’Amérique et de l’Orient montre l’extension du champ d’une migration destinée d’abord à l’exportation des objets d’art camerounais. Sa principale implication est une nouvelle configuration de l’espace sur la base d’une insertion poussée dans les dynamiques de l’économie de marché.

30La société d’origine autant que le territoire de cette population sont façonnés par ces circulations migratoires. La mobilité des antiquaires s’accompagne d’un vaste réseau de transferts de biens qui se constitue tant dans les lieux de départ que dans les zones d’accueil. La circulation migratoire est devenue une interaction sociale entre ces différents pôles de la migration internationale, avec pour corollaire un processus d’acculturation qui découle du transfert de technologie, de croyances et de modèles résidentiels. Vecteurs d’une recomposition rapide et profonde des dynamiques sociales, ces transferts produisent dans les zones de départ une paupérisation significative du tissu social traditionnel. Le phénomène des antiquaires est devenu un nouvel indicateur de mobilité sociale, tant sur le plan traditionnel, à travers notamment l’acquisition de titres nobiliers, que sur le plan social : la possession et l’usage de nombreux capitaux sociaux et économiques contribuent à conférer à ces migrants et à leurs familles de nouveaux statuts sociaux.

Bibliographie

Références bibliographiques

Aerts J.-J. et al., 2000 – L’économie camerounaise. Un espoir évanoui. Paris, Karthala, 287 p.

Bonnassieux A., 2005 – « Migrations et frontières en Afrique : quelles représentations ? ». Université de Toulouse-Le Mirail, Café Géographique du 19-01-2005, http://www.cafe-geo.netcafe2/article.php3

Caselli G., 2003 – « Les migrations internationales au xxe siècle. Le cas des pays occidentaux ». In Caselli G., Vallin J., Wunsch G. : Démographie : analyse et synthèse. Les déterminants de la migration, Paris, INED, vol. IV : 13-53.

Cea, 2003 – Les économies de l’Afrique centrale. Maisonneuve et Larose, 246 p.

Champaud J., 1983 – Villes et campagnes du Cameroun de l’Ouest. Paris, Orstom, n° 98, 508 p.

Coulon A., 1987 – L’éthnométhodologie. Paris, PUF, 127 p.

Coulon A., 2004 – L’école de Chicago. Paris, PUF, 127 p.

Courade G. (dir.), 1994 – Le village camerounais à l’heure de l’ajustement. Paris, Karthala, 410 p.

Ela J.-M., 1994 – Afrique. Irruption des pauvres. Société contre ingérence, pouvoir et argent. Paris, L’Harmattan, 266 p.

Ela J.-M., 1998 – Innovations sociales et renaissance de l’Afrique noire. Les défis du monde d’en-bas. Paris, L’Harmattan, 425 p.

Ezo’o Bizeme M., Komon J.-P., 1996 – La crise économique continue. Africa Development, 21 (2-3) : 67-77.

Fall P. D., 2004 – État-nation et migrations en Afrique de l’Ouest : le défi de la mondialisation. Unesco, 22 p.

Gérard C., 2002 – Migrations en Méditerranée. Paris, Ellipses, 128 p.

Geschiere P., Konings P. (dir.), 1993 – Itinéraires d’accumulation au Cameroun. ASC-Karthala, Paris, 396 p.

Kastoryano R., 2000 « Immigration, communautés transnationales et citoyennetés ». In : La migration internationale, Revue internationale des sciences sociales, Paris, Unesco : 353-359.

Kengne F., Metton A. (éd.), 2001 – Économie informelle et développement dans les pays du Sud à l’ère de la mondialisation. Presses universitaires de Yaoundé, 391 p.

Lalou R., 1996 – « Les migrations internationales en Afrique de l’Ouest face à la crise ». In Coussy J., Vallin J. (dir.) : Crise et population en Afrique. Crises économiques, politiques d’ajustement et dynamiques démographiques, Paris, Ceped, EHESS, Insee, Orstom, université de Paris-VI : 345-373.

Locoh T., 1993 – « Solidarités et survies des populations africaines : quel rôle pour la famille, l’État et les autres acteurs sociaux ». In Chastelend J.-C., Véron J., Barbieri M. (dir.) : Politiques de développement et croissance démographique rapide en Afrique, Paris, Ined/PUF, 13 : 215-221.

Lututala M. B., 1995 – « Les migrations africaines dans le contexte socio-économique actuel. Une revue critique des modèles explicatifs ». In Gérard H., Piché V. : Sociologie des populations, Montréal, PUM/Aupelf-Uref : 391-416.

Mimche H., 2006 – « Les populations camerounaises face à la privatisation du chemin de fer ». In Chaléard J.-L. et al. : Le chemin de fer en Afrique, Paris, Karthala, Prodig : 241-254.

Ndongmo J.-L., 1981 – Le dynamisme Bamiléké. Yaoundé, université de Yaoundé, 2 vol., 423 p. et 293 p.

Pliez O., 2004 – Le bassin du lac Tchad, un espace migratoire polarisé par la Libye ? Politique africaine, 94, dossier Autour du lac Tchad : intégrations et désintégrations : 42-58.

Rayaprol A., 2005 – « Being American : Learning to be Indian : Gender and Generation in the Transnational Migration ». In Meenakshi T. : Transnational migration and Politics of Identity, Sage Publications Inc : 130-149.

Ricca S., 1990 – Migrations internationales en Afrique. Aspect légaux et administratifs. Paris, L’Harmattan, OIT, 278 p.

Roitman J., 2004 – Introduction au thème : les recompositions du bassin du lac Tchad. Politique africaine, 94, dossier Autour du lac Tchad : intégrations et désintégrations : 7-22.

Simon G., 2002 – Penser globalement les migrations. Ceras, revue Projet n° 272.

Tsafak G., 2000 – L’enseignement secondaire au Cameroun. Tendances organisationnelles et résultats d’apprentissage des élèves. Yaoundé, PUY, 281 p.

Westwood S., Phizacklea A., 2001 Trans-Nationalism and the Politics of Belonging. London, Routledge, 184 p.

Notes

1 Dans la partie occidentale du Cameroun, les structures sociales traditionnelles ont toujours conféré aux hommes le statut de chef de ménage, ce qui les a toujours prédisposés à une grande mobilité spatiale. Mais depuis qu’on assiste à une recomposition des questions de genre par la mixité sur le marché du travail, le processus migratoire se désexualise avec pour conséquence la grande mobilité des femmes entrepreneurs et femmes d’affaires. De même, la mobilité dont il est question dans ce texte est devenue une affaire des cadets sociaux. On semble assister à une révolution dont l’expression immédiate est la grande mobilité sociale des cadets sociaux.

2 La presse camerounaise se fait l’écho de cette évasion clandestine des jeunes désemparés à destination de l’Europe en mettant en exergue une diversification des réseaux et des filières à l’œuvre (Mutations n° 1436 du jeudi 30 juin 2005 ; Le Messager n° 1913 du 4 juillet 2005 et n° 1914 du 5 juillet 2005 ; Mutations n° 1438 du 4 juillet 2005). À titre d’illustration, Cameroon Tribune (mercredi 26 juin 2002 :16) relève que « leur destination privilégiée est l’Europe qui exerce sur ces jeunes désespérés une véritable fascination… Les plus astucieux et les plus courageux se livrent à cette aventure, faisant preuve de beaucoup d’imagination et d’ingéniosité ».

3 Cette expression est issue du contexte local.

4 C’est en interrogeant en profondeur ce processus de transfert des biens que l’on se rend bien compte des visages masqués de ce nouvel itinéraire d’accumulation au Cameroun. En effet, les trajectoires d’échanges semblent bien reproduire des réseaux de trafic de stupéfiants et parfois même d’exportation des ossements humains.

5 Entretien, homme adulte, Yaoundé, novembre 2004.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Carte de situation de la région étudiée.
Légende Source : nouvelle carte administrative du Cameroun
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5820/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

Auteurs

enseignant-chercheur en sociologie. Il travaille à l’Iford (Institut de formation et de recherche démographique) de l’université de Yaoundé-II au Cameroun. Ses champs de recherche concernent les liens entre migration, famille, éducation et santé en Afrique noire.

économiste, chercheuse au CNE (Centre national d’éducation) du ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation du Cameroun. Ses recherches s’inscrivent plus particulièrement dans le champ de l’économie du développement et des rapports de genre et développement en Afrique centrale.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540