Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants des Suds

 | 
Virginie Baby-Collin
, 
Geneviève Cortes
, 
Laurent Faret
, 
et al.

Partie 1. La construction du transnational

Introduction à la première partie

Stéphane de Tapia

Texte intégral

1La migration est sans doute aussi vieille que l’humanité. Dès les premiers âges des hominidés, la mobilité est liée au besoin d’assurer au groupe comme à l’individu membre du groupe les conditions minimales de la survie et de la reproduction de l’espèce, dans un monde parfois hostile et toujours changeant. Ce ne sera que bien plus tard qu’il sera question de limites fixes, de bornes et de frontières, quand bien même tout ce qui vit est amené à déterminer son territoire. Sans aucunement faire ici l’historique de la civilisation, de la culture, de la mobilité ou de la migration, force est de constater que la nation, qui nous semble si évidente, n’est qu’un développement très récent de la territorialisation d’un groupe humain. Elle est mieux ancrée dans les cultures européennes et issues de la culture occidentale (Amérique du Nord, du Centre et du Sud, Australie-Nouvelle-Zélande…) que dans bien des cultures et civilisations non européennes, où la notion d’État est ancienne – comme la Chine, la Corée, le Japon ou le Viêt-nam. Ces dernières ont pourtant construit également leur identité sur une équation culture-langue-religion-territoire tout aussi ancienne (sinon plus) qu’en Europe, née de l’Antiquité gréco-latine, par ailleurs fortement remaniée par les invasions barbares que les descendants des principaux intéressés appellent simplement les Völkerwanderungen ou « migrations de peuples » et les historiens français les « Grandes invasions » ou les « Invasions barbares ». Aussi la notion de national, opposée à transnational, mérite-t-elle d’être dûment interrogée, qu’il s’agisse de populations externes faisant irruption dans la « stabilité » de l’État-nation de type européen (dont on soulignera à nouveau le caractère relativement récent) ou de populations vivant dans le cadre « national » d’États encore plus récents nés de la colonisation européenne, quelles que soient leurs bases historiques par ailleurs : Irak, Égypte, Iran, Corées, Mexique ou Pérou, pour ne citer que ceux-là, ont des racines historiques et culturelles bien plus ancrées dans le passé que bien des États européens.

2Cette partie se compose de quatre contributions. Cristóbal Mendoza étudie le rôle de l’espace frontalier dans l’articulation des espaces transnationaux Mexique-États-Unis. Raffaele Poli analyse la circulation des joueurs dans l’espace européen du football professionnel. Honoré Mimche et Zénabou Tourère se penchent sur la circulation migratoire des élites économiques de l’Ouest-Cameroun et, en particulier, le cas des antiquaires. Enfin, Giovanni Semi présente les réseaux migratoires marocains et les processus historiques urbains à Turin. Ces contributions sont de fait très diverses, tant par les populations étudiées (footballeurs africains du Centre-Ouest du continent, antiquaires de l’ethnie bamoun au Cameroun, Mexicains, Marocains) que par leur inscription spatiale (transcontinentale, transfrontalière, bilatérale) et l’échelle de l’observation (transcontinentale, continentale, locale). Il est difficile d’y faire la part entre transnationalisme, circulation migratoire, migration internationale, mobilités entravées par des frontières exogènes ou espace circulatoire. Le fait certain est bien, selon l’expression d’Alain Tarrius, l’apparition d’un paradigme migratoire, mais il est ici, comme d’ailleurs tout au long de l’ouvrage, particulièrement polymorphe et multi-dimensionnel.

3La question posée par Giovanni Semi (continuité du modèle migratoire ou rupture et discontinuité de ce même modèle ?) est tout sauf anodine. Il n’est donc de transnational que confronté au national, qu’il soit transnational de facture récente comme les diasporas ouvrières ou prolétaires (dirait Gildas Simon ou Gabriel Sheffer) ou hérité de périodes antérieures comme les vieilles diasporas ou diasporas archétypales (selon la définition d’Alain Médam), ou encore pseudo-diasporas (lorsque le territoire national, sous l’effet d’événements externes, se rétracte sous les pieds des populations dispersées par l’histoire ou l’économie). C’est le cas des Turcs issus de l’Empire ottoman à Chypre et dans les Balkans, des Russes des nouvelles républiques indépendantes, des Maures et Touaregs des indépendances d’après l’Afrique Occidentale française, des Kurdes ottomans devenus citoyens de nouveaux États ou encore des Peuls tout à coup fractionnés par de nouvelles frontières internationales qu’ils n’ont aucunement souhaitées ou qui ne correspondent pas à leurs pratiques de l’espace.

4Les quatre contributions mettent en exergue des formes parfois très sophistiquées de précarité sociale et d’instabilité géographique liées à la migration. Précarité sociale ou précarité juridique ne signifient pas pauvreté : antiquaires camerounais comme footballeurs d’Afrique subsaharienne « s’en sortent plutôt bien », comparés à leurs compatriotes restés au pays, mais cette ascension sociale, sanctionnée par des revenus bien supérieurs à ceux de leurs proches et voisins, reste fragile. Pour l’instant, rien n’indique une réelle stabilisation, ni dans l(es)’espace(s) d’accueil, ni dans l’espace d’origine et de retour éventuel. Les Mexicains étudiés par Cristóbal Mendoza sont, ou paraissent a priori, plus proches du migrant classique et les Marocains de Turin en situation intermédiaire entre les deux modèles. Dans tous les cas, les distinctions habituelles d’immigré, émigré, régulier, irrégulier, voire migrant temporaire ou en transit, sont peu opérantes.

5Cristóbal Mendoza propose d’abord une revue des concepts et des théories en cours dans les recherches américaines et mexicaines sur les flux migratoires sud-nord, entre Mexique et États-Unis. Sa contribution est suivie d’une riche bibliographie sur le thème du transnationalisme, repris sous de nombreuses dénominations. Les interrogations des chercheurs sont à la fois très proches de celles des Européens, mais jouent de fait un rôle important dans la définition de nouveaux concepts européens. Les concepts et notions abordés et interrogés, ici centrés sur le cas d’école mexicain (apport d’une enquête originale sur les agglomérations frontalières mexicano-américaines : Tijuana, Mexicali, Nogales…), sont ceux d’hyperespace ou espace-tiers, de communautés, de localités et d’espaces transnationaux, de champ/espace/circuit migratoire transnational, de réseau migratoire, de lieu transfrontalier… Les résultats de l’enquête montrent que, si une partie des migrants se trouve très proche des schémas les plus classiques de la migration internationale de travail, il faut impérativement tenir compte de la démographie et de la pyramide des âges comme de « l’effet-frontière », fortement renforcé par les autorités étatsuniennes. Cet « effet-frontière », très fort entre Mexique et États-Unis, est également apparu sur les rives de la Méditerranée et en Europe de l’Est, sous le coup de la définition de l’espace « Schengen ». Il est donc difficile dans le cas mexicain de faire la part entre nouvelles migrations et effet-frontière. Toujours est-il que l’auteur montre bien la diversification des flux migratoires mexicains depuis quelques années, diversification comparable à ce que l’on observe sur d’autres continents.

6Raffaele Poli applique dans l’exemple de l’étude des footballeurs africains professionnels (et candidats à ce métier) les notions de migration transnationale et de circulation migratoire. Pour être très spécifique (faibles effectifs, migrants jeunes et exclusivement masculins, fortes rémunérations espérées, forte mobilité), cette migration illustre bien les nouvelles tendances et nouveaux flux migratoires. La question de l’autonomie réelle des migrants est ici posée face au fonctionnement du marché spécifique de recrutement de joueurs professionnels. Les migrants sont ici confrontés à un marché libre, faiblement réglementé dans les faits (alors qu’il existe une réglementation assez contraignante favorable aux joueurs). Une typologie des espaces est présentée : « espace plate-forme », « espace d’aboutissement », « espaces tremplin », « espace relais », permettant de comprendre le fonctionnement de cette migration. Cet exemple, encore une fois très spécifique, montre les effets de la mondialisation, où, sur une part de rêve des jeunes Africains essayant de se hausser au niveau international (hauts salaires, célébrité, considération), se jouent des mécanismes de marché purement économiques.

7Honoré Mimche et Zénabou Tourère, dans leur contribution sur les « antiquaires », montrent comment une ethnie, les Bamoun, un groupe relativement marginalisé dans l’économie nationale du Cameroun, réussit à inverser une situation de crise en valorisant d’abord un savoir-faire ancien, y compris par les exclus de la modernité économique. Une nouvelle classe sociale « privilégiée » de migrants est née, en mobilisant ce savoir-faire traditionnel de la forge et une capacité de construction de réseaux migratoires sur un vaste espace, allant de l’Afrique au Moyen-Orient, aux États-Unis et au continent européen. On pense aux nombreux travaux maintenant classiques sur les Mourides sénégalais comme à ceux, récents, d’Alessandro Monsutti (2004) sur les Hazaras d’Afghanistan, où la mobilité et la construction de réseaux reposant avant tout sur la confiance entre individus, au-delà d’un premier cercle familial et ethnique, permet de gérer intelligemment une situation de crise profonde comme la marginalité économique pour les Bamoun ou la longue guerre civile pour les Hazaras. La migration chez les Bamoun est presque exclusivement masculine, spécialisée sur un commerce très spécifique d’antiquités « réelles », au sens d’objets anciens vendus comme tels, ou d’artisanat reposant sur des productions traditionnelles qui, tout en gardant une authenticité de facture, s’adaptent aux demandes des marchés. La migration repose aussi sur des filières migratoires spécialisées par quartiers de résidence dans la ville au centre de la région d’émigration : Foumban. Les migrants se désignent d’après leur destination principale et les quartiers se réorganisent autour de ces spécialisations. Les migrants circulant sans cesse, les catégories classiques d’immigrés, émigrés ou même de migrants en transit n’ont pas de sens, ce qui est un autre point commun avec l’étude d’A. Monsutti.

8Giovanni Semi, à partir d’une description détaillée des acteurs et du fonctionnement du marché du quartier de Porta Palazzo (Turin), s’interroge sur la définition actuelle du transnationalisme, appliquant la notion de circulation aux populations immigrées ou migrantes successives qui ont animé le quartier depuis 1853, date de la fondation du marché. Il aborde la question, qui lui semble centrale, de la vision des chercheurs autour de la relation entre continuité et discontinuité dans les processus historiques de circulation de migrants entre pays d’origine et lieux d’arrivée. Le contraste s’organise autour d’un lieu (relativement) fixe dans son implantation urbaine et ses caractéristiques sociales (malgré des populations qui se sont succédé, des migrants internes italiens aux courants actuels, très diversifiés de Marocains, Chinois, Mexicains, Philippins, Albanais…) et un fonctionnement très fluide reposant sur des interrelations entre populations, stables et instables, intégrées et non intégrées, nouvelles et anciennes, qui se côtoient sans heurts manifestes, où la confiance est la norme de base des relations entre individus et groupes. L’interrogation porte aussi sur l’émergence d’une économie de bazar (en référence aux travaux d’Alain Tarrius (1995) ou ceux de Michel Péraldi (2001) à Marseille-Belsunce). La question de la « nouveauté » de ce mode de relations interethniques est fondamentale, car, se référant aux travaux des historiens turinois, Giovanni Semi fait remarquer que ce type de relations existe depuis longtemps, même si la diversification des acteurs présents ou la modification des horizons des migrants, venus de plusieurs continents et non plus de plusieurs régions d’Italie ou du bassin méditerranéen, peut être justement le fait nouveau.

  • 1 Pour reprendre un terme, néologisme un tantinet provocateur, mais riche de sens, de Hervé Domenach (...)

9Si l’on peut se référer, une fois encore, à la thèse d’Alessandro Monsutti ou au petit ouvrage de Stéphane Dufoix (2003) simplement intitulé Les diasporas, je dirais que « circulation migratoire », comme « transnationalisme » ou « diaspora », commence à « parler tout seul », tant les acceptions de cette expression, plus française (et peut-être assez facilement appréhendée en espagnol) qu’anglo-saxonne, commence à envahir le lexique de la « migratologie »1. Autant pris isolément, migration, mobilité, circulation, ont des sens reconnus et relativement bien cernés, autant circulation migratoire, diaspora ou transnationalisme, désignent des phénomènes migratoires fortement divergents, le point commun étant la nouveauté de la forme migratoire ou de la population intéressée.

Notes

1 Pour reprendre un terme, néologisme un tantinet provocateur, mais riche de sens, de Hervé Domenach : « De la migratologie », 1996.

Auteur

stephane.detapia@misha.fr
directeur de recherche au CNRS, chargé de cours au département d’Études turques de l’université de Strasbourg et chargé d’une mission pour l’enseignement du turc à l’Inspection générale de l’Éducation nationale. Il travaille sur la définition et le fonctionnement des champs migratoires turcs entre l’Europe occidentale, la Turquie et l’Asie centrale.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540