Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Insularité et développement durable

 | 
François Taglioni

Résumés

Texte intégral

1Jersey, de la dérive planétaire au recours identitaire : une vision élargie du développement durable ?

Christian FLEURY
Jersey donne l’exemple d’un territoire insulaire ayant progressivement intégré des réseaux globaux jusqu’à devenir un centre financier offshore parmi les plus actifs et les plus réputés. Ce développement s’est traduit par une forte hausse de sa population et a des conséquences importantes dans les domaines économique, environnemental et social. Mais, concernant un territoire dont l’homogénéité culturelle n’avait pas été fondamentalement remise en cause jusqu’au milieu du siècle dernier, il fait également craindre une perte d’identité. Ce texte évoque les différentes conséquences de cette évolution, puis décrit les principales stratégies gouvernementales pour y faire face. L’aspect culturel – à travers la promotion d’une nation jersiaise et des symboles qu’on lui attribue – est ici plus particulièrement développé.

2Les îles peuvent-elles être des modèles de tourisme durable ?
Une analyse comparative des stratégies des acteurs publics et privés en Corse et aux Baléares

Jean-Marie FURT
Marie-Antoinette MAUPERTUIS
La prise en compte du développement humain et social dans les stratégies de tourisme durable fait encore largement défaut. Or, au-delà de la pression environnementale et de la durabilité économique, l’activité touristique génère, en particulier dans les espaces insulaires, des effets pervers sur les plans social et sociétal. Il s’agit ici d’étudier dans une perspective comparatiste les stratégies des acteurs privés et publics menées en Corse et aux Baléares en la matière. Dans ces deux destinations insulaires qui ont fait l’objet dès les années 1990 d’analyses géographiques et sociologiques les ayant érigées en laboratoire ou en expérience de développement touristique, aucun modèle de tourisme durable ne semble avoir émergé. Dans les deux cas, mais pour des raisons différentes, la soutenabilité sociale du développement touristique a été presque totalement occultée.

3La Balagne, entre identités territoriales, valorisations paysagères et développement touristique

Dominique CHEVALIER
Cet article tente de comprendre comment les différents acteurs de la Balagne, devenue « Pays de Balagne » en 2003 et première destination de la Corse en 2007, tentent de mettre en place des politiques d’aménagement qui répondent à la fois à la nécessité d’un développement économique lié au tourisme, à l’injonction de la protection des espaces convoités, à la préservation des héritages à la fois naturels et culturels et au complexe respect des « identités » locales.

4Baisse de la population et concept d’île renouvelable dans l’archipel des Açores

Louis MARROU
Nina SOULIMANT
Est-il possible de faire du handicap potentiel qu’est la faible densité de population, un atout dans un contexte de préservation environnementale ? Les îles océaniques et faiblement peuplées de l’archipel des Açores peuvent-elles devenir des modèles d’îles « renouvelables » ? C’est l’analyse croisée de la démographie et des politiques de gestion environnementale des îles de Flores et Pico qui nous amène à y répondre. Région autonome portugaise depuis 1975, les Açores sont confrontées à de redoutables questions d’aménagement du territoire. Certaines îles n’ont jamais retrouvé leur population du début du xxe siècle suite à la saignée démographique ayant eu lieu entre 1950 et 1975. Elles sont aujourd’hui passées ou en voie de passer sous la barre des 30 hab./km2. C’est donc la question même du développement qui est posée. Comment « tenir » le territoire quand la vitalité même des populations est en jeu et que le coût et le maintien des services publics deviennent un enjeu ? Comment y intégrer l’environnement ? Quels scénarios futurs sont imaginés par les gestionnaires et les insulaires ?

5Perceptions du développement durable par les éleveurs des hautes terres du Piton de la Fournaise (île de la Réunion)

Laurent JAUZE
Stéphane ARNOUX
Il existe quatre zones d’élevage bovin sur les hautes terres de la Fournaise. Un audit réalisé auprès des éleveurs montre qu’il y a une pluralité dans la perception qu’ils ont du développement durable. Les résultats de l’enquête indiquent également qu’il y a un décalage entre la représentation du concept et la réalité des pratiques. Certains procédés sont des « copier/coller » du modèle continental métropolitain influencé par les plans sectoriels européens. Ce constat révèle toute la complexité de l’articulation des échelles d’application du développement durable dans un contexte spécifique insulaire.

6La pêche à pied dans l’archipel de Chausey (France)
Contribution à une analyse des politiques de gestion durable de l’estran à travers la prise en compte des activités récréatives

Solenn LE BERRE
Louis BRIGAND
La pêche à pied est une activité pratiquée par les populations du bord de mer depuis toujours. Dans l’archipel de Chausey (Manche), le jeu des marées multiplie par soixante-dix la surface utile de l’archipel. Cette « extension » de l’espace insulaire donne accès à de nombreuses ressources très recherchées. La question de la gestion des estrans s’impose aujourd’hui comme une priorité. Pour y parvenir, il convient de disposer de données précises pour qualifier ces activités à travers une connaissance des acteurs, de leurs pratiques mais aussi de co-construire une politique de gestion durable des ressources.

7La valorisation des ressources locales : une voie de développement économique, respectueuse de l’environnement et des sociétés
Le cas du sel de Bandrélé à Mayotte

Jean-Paul DANFLOUS
Céline BENINI
Anli ABDOU
Bernard DOLACINSKI
Les zones insulaires possèdent de nombreuses ressources spécifiques, parfois faiblement valorisées, pouvant aboutir à leur extinction progressive et définitive due à des pertes de savoirs et savoir-faire détenus par des « vieux » et non transmis aux nouvelles générations, perte de biodiversité... Ces ressources, qu’elles soient biologiques, naturelles, culturelles, sociales, représentent un capital important et engendrent de la territorialité (sentiment d’appartenance à un territoire). Leur valorisation peut contribuer au développement durable des territoires, à condition qu’elles s’inscrivent dans une démarche raisonnée.

En agro-alimentaire, cette démarche implique la prise en compte des relations homme/produit/territoire (social/économique/environnement) où l’homme met en avant les spécificités du territoire. Cette démarche aboutit à des produits à forte spécificité territoriale (typicité) qui permettent en retour la valorisation des hommes (reconnaissance des savoir-faire, de la culture) et du territoire (renforcement de son attractivité). Une telle démarche de développement, collective, s’inscrit sur le long terme et est source de richesses sociales et économiques d’autant plus importantes que les produits et services proposés sur le territoire y sont fortement ancrés et de qualité, et que l’environnement est préservé. L’image territoriale engendrée profite alors au développement touristique, réalisé dans une logique de préservation de la ressource.

8L’eau, pilier du développement durable en milieu insulaire
L’exemple de l’île de la Réunion

David LORION
Comme beaucoup d’autres îles, la Réunion a dû gérer l’indigence de sa ressource en eau en développant des transferts sur des longues distances. Actuellement le basculement de l’eau d’une côte à l’autre va permettre, selon ses promoteurs, de résoudre les problèmes liés aux déficits pluviométriques de la région sous le vent. Mais nous savons dès maintenant que cet apport ponctuel largement réservé à l’extension des périmètres irrigués en zone sèche ne pourra résoudre durablement les disparités actuelles, il risque même dans une certaine mesure de les aggraver.

9Timor-Leste, entre développement durable et hydrocarbures : le faux dilemme ?

Marie REDON
L’objectif de cet article est d’explorer la relation tripartite entre Timor-Leste (gouvernement et population), les hydrocarbures (en tant que besoins et ressources) et la notion de développement durable. Le cas de cet État insulaire, à la fois récemment indépendant (2002) et rentier (2005), permet d’analyser différentes formes d’appropriation du discours sur le développement durable et de mettre en évidence son instrumentalisation. Les compagnies pétrolières jouissent de la respectabilité procurée par une labellisation « développement durable » ; les ONG qui œuvrent en faveur de ce dispositif trouvent désormais un soutien décisif auprès de ces pourvoyeurs financiers de moins en moins sulfureux ; quant au jeune État, il pourrait user de l’autonomie financière que lui confère la rente pétrolière pour parachever son indépendance à l’égard des instances internationales.

10Écologie industrielle, gestion des déchets et territoire insulaire
L’exemple de l’archipel des Fidji

Jean-Baptiste BAHERS
L’écologie industrielle est un modèle opérationnel des nouveaux savoir-faire dans le champ du développement durable. Les projets d’écologie industrielle, comme ceux initiés à l’University of South Pacific aux îles Fidji, s’intègrent totalement dans le nouveau paradigme de la production et de la consommation durables. La problématique spécifique des Petits États insulaires en développement nous invite à repenser cette démarche et la méthodologie de l’outil d’Analyse des flux de matières (AFM) concernant les échelles pertinentes et les contraintes spécifiques des territoires insulaires. Ainsi, l’écologie industrielle associée à une stratégie de gouvernance territoriale propose des solutions de coordination de filières de compétences et de nouvelles relations de proximité économique, participant ainsi à la fabrique endogène du développement durable.

11Quelles nouvelles stratégies pour rendre durables les zones franches industrielles d’exportation en République dominicaine et à l’île Maurice ?

Laurence BUZENOT
Les zones franches ont deux statuts différents dans les territoires dominicain et mauricien. Ce sont des enclaves économiques pour le premier tandis que toute l’île est une zone franche pour le second. Ces différences de statuts induisent des différences fondamentales pour l’adoption de stratégies économiques pour rendre durables les activités. Toutefois, les grands principes de préservation de l’environnement sont appliqués (ou en cours d’application), à savoir l’optimisation de la gestion des déchets solides et liquides et la gestion des ressources énergétiques. L’écologie industrielle, nouveau concept, peut servir à la mise en œuvre de réflexions et, par la suite, de pratiques pour un développement plus soucieux de l’environnement insulaire. Les nouvelles stratégies intègrent la dimension sociale par le biais du concept de Responsabilité sociale des entreprises (RSE).

12Un indicateur de développement humain soutenable pour les Petits espaces insulaires en développement

Sabine GARABEDIAN
Jean-François HOARAU
L’objectif de cette étude est de construire un indicateur synthétique de la mesure du développement durable pour les petites économies insulaires. Pour ce faire, nous proposons une méthodologie permettant d’adapter un outil largement accepté en économie du développement, en l’occurrence l’Indicateur de développement humain, au cadre très particulier des économies insulaires. Cela nous amène à mettre en avant les notions de vulnérabilité économique et de soutenabilité environnementale dans le cadre d’un développement humain durable. Ensuite, l’évaluation de ces notions, et leur introduction dans le calcul de l’IDH classique, nous permettent de déduire un Indicateur de développement humain soutenable pour un ensemble large de pays en voie de développement dont une vingtaine de petites économies insulaires.

13Enjeux et réalité de l’activité écotouristique au Mozambique : le cas de l’archipel de Bazaruto

Fabrice FOLIO
Situé dans la province d’Inhambane, l’archipel de Bazaruto est sans conteste un des joyaux naturels du Mozambique. Classé Parc national marin depuis 1971, ses cinq îles, à forte biodiversité et dotées d’espèces protégées, font assaut de dégradés de tons de bleu et de vert émeraude ourlés de dunes blanches. Des groupes de pêcheurs y vivent de leur labeur à la barre d’embarcations traditionnelles. Ce cadre idyllique n’a pas laissé indifférents les groupes hôteliers étrangers qui, depuis la décennie 1990 et incités en cela par l’État central, s’y sont implantés sur un créneau faible densité-haute valeur ajoutée. L’articulation entre ces priorités s’inscrit dans les tendances à l’œuvre dans les pays du Sud où le développement du secteur touristique s’opère sous forme d’enclaves écologiques, au risque de tomber dans une sanctuarisation élitiste. Conscient de la nécessité d’associer les communautés d’accueil aux enjeux des politiques de conservation et d’essor touristique, le gouvernement mozambicain, inspiré par les ONG environnementales, y a instauré une politique écotouristique ambitieuse, quoique fragile et non exempte d’accents homogénéisants et paternalistes.

14Performances économiques, gouvernance et vulnérabilité des Petits États insulaires : quelles typologies ?

Jérôme JOUBERT
François FULCONIS
Pierre-Michel BOUSQUET
Ce chapitre propose une approche multidimensionnelle de Petits États insulaires (PEI) au travers de l’étude systématique de leurs caractéristiques économiques, sociales et environnementales. À partir de bases de données récentes, des typologies significatives sont dégagées. Elles sont mobilisées pour comparer, d’une part, les PEI retenus avec d’autres groupes homogènes de pays et d’autre part, ces PEI entre eux. Il est notamment testé le rôle discriminant et explicatif de l’insularité, de l’exposition aux chocs et du niveau de développement, mais aussi de la gouvernance et des caractéristiques socio-culturelles sur la vulnérabilité et les performances économiques de ces PEI.

15Les transports à la Réunion, « sur la voie » du développement durable ?

Marie-Annick LAMY-GINER
À la Réunion, une île marquée par le règne du « tout automobile » et en proie à une congestion permanente, la question des transports se veut cruciale. D’autant que l’île manque d’espace et que la pression démographique continue d’être forte. Dans un tel contexte, les aménagements actuels et futurs sont-ils en adéquation avec une politique de développement durable, dans une île qui veut devenir exemplaire en la matière, ou ne sont-ils que des demi-mesures, faute de mieux ? Ce petit territoire insulaire français, et région ultrapériphérique européenne, a-t-il les moyens de ses ambitions ?

16L’aménagement du territoire dans les îles à risques majeurs : de nouvelles orientations pour le développement durable

Maurice BURAC
Dans les îles de la Caraïbe et sur le continent américain affectés par les catastrophes naturelles, les institutions internationales, les gouvernements, les professionnels interviennent de façon significative dans le domaine de la prévention des risques. Dans les stratégies de développement durable, l’aménagement du territoire permet d’agir en amont, avant la catastrophe, pour diminuer la vulnérabilité des pays et des sociétés. Différentes expériences ont été menées au cours des vingt dernières années, résultat d’une active coopération régionale, dans les îles et autres territoires à forte sismicité de la Grande Caraïbe ou nécessitant l’élaboration de guides méthodologiques ou de plans de prévention et de réduction des risques.

17Les conditions du développement durable insulaire posées par le risque volcanique à Miyake-jima (Japon) : atouts ou menaces ?

Marie AUGENDRE
Julie PERRIN
Miyake-jima est une petite île-volcan au sud de Tôkyô, évacuée après une éruption en 2000. Son image est fortement stigmatisée par les émissions de gaz qui perdurent, notamment à cause de la nocivité présumée d’une exposition continue au dioxyde de soufre. Le retour des insulaires a été retardé jusqu’en 2005, à cause de l’ampleur de la reconstruction et de la mise en sécurité du bâti, autant que de la frilosité des autorités à engager leur responsabilité dans un contexte incertain et inédit.

L’opiniâtreté des habitants, sous la contrainte d’un volcan qui se réveille à chaque génération, fait de Miyake un laboratoire d’étude de la durabilité du développement insulaire, car la question de la pérennité de la communauté locale et de la soutenabilité de son économie concerne aussi la plupart des régions insulaires du Japon. L’analyse du retour et de la reconstruction à Miyake permet de repenser l’imbrication des piliers du développement durable, tout en questionnant un rapport au centre, à mi-chemin entre dépendance et rente de situation.

18Développement durable et ruralité en Nouvelle-Calédonie
Quelle articulation du local et du global dans les politiques publiques ?

Gilles PESTANA
Vincent GERONIMI
Patrick SCHEMBRI
Jean-Michel SOURISSEAU
À travers les politiques de développement rural en Nouvelle-Calédonie, il s’agit d’explorer les enjeux qui sous-tendent la construction de politiques de « développement durable » confrontées aux caractéristiques et dynamiques d’une petite économie insulaire doublement rentière (rente administrative et minière).

Quels ont été les mécanismes d’intégration du développement durable et quels sont ses impacts sur les politiques et les dynamiques locales ? Quel est le degré d’intégration de l’insularité dans la réflexion sur le développement en général et durable en particulier ?

L’analyse de l’émergence du développement durable montre la faible réponse aux injonctions internationales des années 1990. Cette situation démontre la force des préoccupations locales dans la construction des politiques et le poids et la permanence d’un modèle d’économie assistée choisi à la fin des années 1960. La toile de fond politique limite en grande partie les interrogations ou les remises en cause que pourrait porter le concept de développement durable par rapport à l’économie rentière du pays. La prégnance du politique explique également que le thème de l’insularité est absent (ou presque) tant du discours politique que de la rhétorique autour du développement durable.

19Disparités et limites du développement durable dans les Petites Antilles : le cas de la Martinique et de la Dominique

Jean-Valéry MARC
Pascal SAFFACHE
La décennie qui vient de s’écouler a vu l’émergence dans les Petites Antilles de politiques locales volontaristes en faveur de la protection et de la mise en valeur de l’environnement. Mais dans ces territoires insulaires caribéens, les initiatives politiques en faveur du développement durable se heurtent fréquemment aux conditions du milieu naturel (récurrence des risques naturels majeurs, exiguïté des territoires, topographie tourmentée, fragilité des écosystèmes littoraux), ainsi qu’aux difficiles réalités économiques et sociales (taux de chômage élevés, hypertrophie du marché du travail, pauvreté, pression foncière exacerbée) et accusent au final des résultats mitigés. À travers les exemples de la gestion intégrée des zones côtières et du jardin créole urbain, cette étude cherche à montrer d’une part, comment il est difficile pour l’instant d’appliquer une politique de développement durable à l’échelle de l’île (Martinique, Dominique) et d’autre part, comment, à l’inverse, peuvent perdurer de véritables initiatives écologiques et économiquement porteuses, à l’échelle locale.

20Repenser les liens entre agriculture et environnement dans les territoires insulaires
Intérêts et limites du concept de service environnemental

William’s DARÉ
Muriel BONIN
Xavier AUGUSSEAU
Jérôme QUESTE
Julie MICHALSKI
Élodie VALETTE
Martine ANTONA
La notion de service environnemental (SE) permet d’analyser la prise en compte de la question environnementale dans les politiques publiques. Nous avons conduit cet exercice dans deux territoires insulaires tropicaux soumis à la législation européenne, la Réunion et la Guadeloupe. Nous avons décrit le paysage général des instruments de politiques agricoles qui visent à protéger l’environnement, puis nous avons reconstruit la trajectoire de l’un de ces dispositifs, les mesures agri-environnementales. Le bilan de l’appropriation des dispositifs et de leur nouvelle philosophie reste mitigé et paradoxal. Afin de répondre facilement aux exigences administratives européennes, les institutions réunionnaises et guadeloupéennes continuent de promouvoir l’intensification de ces agricultures insulaires. Nous discutons enfin de l’intérêt d’une appropriation du concept de SE pour conduire davantage ces agricultures dans la voie du développement durable.

21Opérationnalité du concept de ville durable dans les Mascareignes : application aux villes de l’Est réunionnais

Stéphanie LEPERLIER
Laurence RIVIÈRE
Le développement durable ne peut être uniquement l’enjeu de grands principes internationaux, il doit se traduire localement dans les politiques d’aménagement et de construction de la ville. Comment réconcilier la jeunesse de l’héritage urbain des villes de l’Est réunionnais avec les nouvelles exigences environnementales ? La gestion durable de la ville peut, dans ce contexte, être un outil de préservation des équilibres qu’ils soient économiques, écologiques, sociaux ou territoriaux. La question centrale reste donc celle des engagements et stratégies à mettre en œuvre dans cette perspective.

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.