Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Insularité et développement durable

 | 
François Taglioni

Partie 4. Gouvernance et interactions

Disparités et limites du développement durable dans les Petites Antilles : le cas de la Martinique et de la Dominique

Disparities and limits of sustainable development in the Lesser Antilles: The case of Martinique and Dominica

Jean-Valéry Marc e Pascal Saffache

Abstract

La décennie qui vient de s’écouler a vu l’émergence dans les Petites Antilles de politiques locales volontaristes en faveur de la protection et de la mise en valeur de l’environnement. Mais dans ces territoires insulaires caribéens, les initiatives politiques en faveur du développement durable se heurtent fréquemment aux conditions du milieu naturel (récurrence des risques naturels majeurs, exiguïté des territoires, topographie tourmentée, fragilité des écosystèmes littoraux), ainsi qu’aux difficiles réalités économiques et sociales (taux de chômage élevés, hypertrophie du marché du travail, pauvreté, pression foncière exacerbée) et accusent au final des résultats mitigés. À travers les exemples de la gestion intégrée des zones côtières et du jardin créole urbain, cette étude cherche à montrer d’une part, comment il est difficile pour l’instant d’appliquer une politique de développement durable à l’échelle de l’île (Martinique, Dominique) et d’autre part, comment, à l’inverse, peuvent perdurer de véritables initiatives écologiques et économiquement porteuses, à l’échelle locale.

The decade which has just passed by saw the emergence in Lesser Antilles of voluntarist local politics in favour of the environmental protection and development. But in these Caribbean island territories, the political initiatives in favour of the sustainable development collide frequently with the natural environment (recurrence of the major natural risks, exiguity of territories, restless topography, fragility of the littoral ecosystems) as well as with the difficult economic and social realities (high unemployment rates, hypertrophy of the labor market, poverty, aggravated land pressure) and show in the end mixed results.

Through the examples about integrated management of the coastal spaces and the urban Creole garden, this paper tries to show on one hand how it is difficult at the moment to apply a sustainable development policy in the island (Martinique, Guadeloupe, Dominica, Santa Lucia); and on the other hand how, on the contrary, real ecological and economically can continue locally initiatives fruitful.

Testo integrale

Introduction

1Les deux décennies qui viennent de s’écouler ont vu l’émergence dans les Petites Antilles (fig. 1), de politiques locales volontaristes en faveur de la protection et de la mise en valeur de l’environnement. Du programme Action 21, adopté lors du sommet de Rio en 1992, en passant par la conférence de la Barbade en 1994 réitérant l’importance pour les Petits États insulaires en développement (PEID) de mener des stratégies et des actions en faveur de leur développement durable, jusqu’à la première conférence mondiale des Nations unies sur le développement durable des PEID suivie près de dix ans plus tard par celle de Maurice en 2005, c’est bien de l’urgence du développement durable dans les territoires insulaires dont il est question. Les orientations plus récemment affichées lors du sommet mondial sur le développement durable de Johannesburg en 2002 viennent à nouveau le confirmer.

Figure 1. Les Petites Antilles dans l’espace caribéen.

Figure 1. Les Petites Antilles dans l’espace caribéen.

2Mais dans les territoires insulaires et notamment ceux de la Caraïbe, les initiatives politiques en faveur du développement durable se heurtent fréquemment aux conditions du milieu naturel (récurrence des risques naturels majeurs, exiguïté des territoires, topographie tourmentée, fragilité des écosystèmes littoraux), ainsi qu’aux difficiles réalités économiques et sociales (taux de chômage élevés, hypertrophie du marché du travail, pauvreté, pression foncière exacerbée) et accusent au final des résultats mitigés. Cette vulnérabilité économique et environnementale des petites entités insulaires est soulignée par nombre de travaux (Briguglio, 1993, 1995, 2001, 2004 ; Saffache, 2002 ; Briguglio et Galea, 2004 ; Adrianto et Matsuda, 2004 ; Van der Velde et al., 2007 ; Dehoorne et al., 2008 ; Angeon et Saffache, 2008). La fragilité intrinsèque des écosystèmes des territoires ultramarins apparaît alors comme l’une des caractéristiques majeures des PEID (Dehoorne et al., 2008), notamment ceux de la Caraïbe.

3Près de 70 % de la population caribéenne insulaire vit aujourd’hui dans des aires urbaines et en 2025, conséquence de la modernisation, ce pourcentage atteindra 75 % selon les dernières estimations (World Bank, 2007). L’implantation géographique de ces aires urbaines est avant tout littorale, du fait d’une orographie intérieure importante qui limite toute occupation homogène du centre de ces îles ; il s’en suit un fort mitage de l’espace. Cette occupation humaine littorale s’est considérablement accentuée ces dernières années sous l’effet démographique et migratoire. Dès lors, la gestion des espaces côtiers dans ces territoires insulaires, déjà fortement contraints naturellement, devient la préoccupation majeure des politiques environnementales.

4En Martinique, la commune du Robert s’est engagée dans une politique de développement durable avec la mise en place du projet de Gestion intégrée des zones côtières (GIZC) du programme Diact (ex-Datar) qui s’intègre dans cette démarche. Il fait suite au programme Liteau II du ministère de l’Écologie et du Développement durable, initié en 2005. Durant le site atelier Liteau de la baie du Robert, une première série de mesures de la sédimentation dans la baie a été réalisée en 2005. La démarche intégrée de l’étude de la zone côtière est justifiée par le lien entre les bassins versants et le milieu marin récepteur. Les polluants et sédiments provenant du milieu terrestre arrivent en partie dans la baie. Les études scientifiques de la GIZC ont mis en évidence ce lien terre/mer.

5À travers deux exemples, l’un concernant la gestion intégrée des zones côtières au Robert, l’autre le jardin créole urbain, il s’agit de montrer d’une part comment il est difficile pour l’instant en Martinique d’appliquer une politique de développement durable, notamment la gestion intégrée des zones côtières (GIZC), et d’autre part comment, à l’inverse, peuvent perdurer de véritables comportements écologiques et économiquement porteurs (pratique du jardin créole), à l’échelle locale.

Efficacité potentielle des politiques, rareté des mises en œuvre effectives : l’exemple d’une GIZC

La GIZC, un outil d’aménagement et de développement durables

6Une exception relativement récente mais notable d’outil d’aménagement et de développement durables des espaces littoraux et marins est la GIZC. Apparus dans les années 1970 (convention de Ramsar), puis promus dans le cadre des sommets de la terre (Rio en 1992, Johannesburg en 2002) et par l’Union européenne, les préceptes de la GIZC ont été exprimés dans divers cénacles. En filiation aux principes du développement durable, la GIZC invite à une gestion raisonnée des espaces côtiers qui tienne compte de l’ensemble des facteurs (dont les facteurs humains) qui agissent ou interagissent sur le milieu marin. Cette prérogative de réglementation publique basée sur l’articulation terre mer incarne les nouveaux référentiels des politiques publiques (Rey-Valette et Roussel, 2006) au sens où elle doit veiller au respect d’une logique transversale, s’inscrire dans une perspective de long terme en se faisant le garant de considérations éthiques et intergénérationnelles (assurer la satisfaction des besoins des populations présentes sans altérer ceux des générations futures), promouvoir la philosophie des démarches participatives et concertées. Ce dernier point renvoie au principe de gouvernance qui caractérise la participation d’un ensemble d’acteurs de statut divers à la décision et à l’action publique.

7La mise en place d’une politique de GIZC doit donc permettre de conserver les habitats naturels, de contrôler la pollution et la dégradation des rivages, de gérer efficacement les activités pratiquées sur les bassins versants, de réhabiliter les espaces dégradés, enfin, de fournir aux décideurs des outils leur permettant de procéder à une gestion raisonnée des ressources.

8Cependant, toutes les baies protégées sont sujettes au phénomène naturel de sédimentation, accéléré pour certaines par les activités anthropiques des bassins versants. Les sédiments sont issus de l’érosion des sols, mélangés en proportions variables à des sables d’origine organique marine (démantèlement des récifs, squelettes d’algues calcaires, etc.). Les sédiments fins sont généralement en proportion importante dans les stations calmes (fond de baies, mangroves) ou en profondeur dans le lagon. Les sédiments plus grossiers issus de l’érosion des récifs se trouvent en général sur et autour des cayes, sur les pentes internes du lagon (fonds blancs, herbiers) ou au pied des tombants. En outre, sur les hauts fonds exposés, les sédiments fins sont continuellement remis en suspension par le clapot engendré par les alizés. Les particules fines ne se déposent définitivement que dans les zones abritées ou profondes. La diversité des biotopes de la baie du Robert (mangroves, herbiers et communautés coralliennes) a favorisé une grande richesse des biocénoses, ce qui en fait un site particulièrement intéressant du point de vue écologique.

9Mais une grande partie de ces biocénoses remarquables souffre de l’hypersédimentation qui vient s’ajouter à l’eutrophisation. Tout comme la baie du Marin (Saffache et al., 2001), celle du Robert subit un envasement manifeste qui aurait tendance à s’accélérer de façon alarmante depuis quelques années. Trois raisons principales peuvent être avancées. Il y a d’abord la progression rapide de l’urbanisation avec un rythme croissant d’aménagements, de constructions et travaux sur la frange littorale et sur les bassins versants (habitats diffus). Ensuite, viennent les pratiques agricoles réalisées sur les versants environnants, et enfin la destruction des mangroves pour la squatérisation.

10La double conséquence de ce phénomène d’hypersédimentation est, d’une part le comblement progressif de chenaux (notamment devant le bourg et la marina) et du fond de baie, susceptible de nuire à la circulation des navires et aux mouvements des masses d’eaux dans le fond de la baie, d’autre part l’étouffement des herbiers et des communautés coralliennes encore présents dans la partie est de la baie.

Le projet de la baie de la commune du Robert : un contexte local bloquant, un projet perfectible

11Située sur la côte est de la Martinique, entre les communes du François au sud et celle de La Trinité au nord, la commune du Robert (fig. 2) est l’une des plus attractives de l’île. Contrairement à d’autres communes, ce n’est pas le bourg qui concentre l’essentiel de la population (14 %) mais l’arrière-pays (86 %). L’attractivité de cette commune résulte de deux facteurs : un éloignement du chef-lieu (Fort-de-France) suffisamment important qui lui évite de ressentir son hypertrophie et une position centrale qui permet aux administrés d’accéder aux plages méridionales et aux montagnes septentrionales dans des délais records. Son solde migratoire est positif depuis de nombreuses années et son taux de variation de la population a été estimé à plus de 15 % au cours de la dernière période intercensitaire (1990-1999). Sa densité moyenne de population dépasse aussi la moyenne nationale, puisqu’elle est estimée à 449 hab./km2 (Insee, 2008). À cela s’ajoute la présence d’une baie, oblongue et semi-fermée, ornée de nombreux îlots qui sont autant d’attractions et de lieux de détente.

12Ce contexte serait idyllique si les bassins versants qui entourent la baie ne subissaient pas un mitage excessif, et si la baie elle-même ne servait pas de réceptacle à toutes sortes de polluants et de matières en suspension qui altèrent son équilibre écologique. Pour pallier ces atteintes, la municipalité s’est engagée depuis 2003 dans un vaste programme d’études centrées sur l’élaboration d’un schéma directeur de la bande côtière, la réalisation d’une expertise préalable à l’aménagement du front de mer, l’établissement d’un diagnostic de fréquentation des îlets (Madame, Chancel et Loup-Garou) et la création d’un « centre caribéen de la mer ». Les résultats de ces études visent à la mise en place d’une gestion intégrée de la zone côtière. Sur un plan pratique, une brigade chargée de nettoyer les îlets et de les surveiller a été mise en place. De même, un projet de construction de station d’épuration a été initié pour remédier aux défaillances des anciennes stations sous-calibrées. Enfin, une tentative de restauration de l’état écologique initial de la baie a été engagée avec les Affaires maritimes et le Comité régional des pêches. La moitié de la baie du Robert est classée maintenant en zone de cantonnement pour assurer le renouvellement des ressources. L’ensemble de ce dispositif présente trois objectifs : établir une nouvelle façon de gérer le milieu marin (nouvelle gouvernance environnementale), développer le tourisme de découverte et le tourisme scientifique, et disposer enfin de suffisamment de données scientifiques pour comprendre la filiation terre mer.

Figure 2. L’organisation de l’espace dans la baie du Robert.

Figure 2. L’organisation de l’espace dans la baie du Robert.

13Si toutes ces initiatives sont louables, cette dynamique risque toutefois de ne pas fournir les résultats escomptés. Plusieurs raisons peuvent être évoquées. Tout d’abord, bien que pluridisciplinaire (biologiste, économiste, anthropologue, sociologue, agronome, pédologue), ce collectif de travail n’est pas en mesure de maîtriser tous les aspects inhérents à l’hydrodynamisme marin, à la sédimentologie, à l’érosion des bassins versants (Saffache, 2006). Par ailleurs, on note l’absence d’une conduite de démarches globales et transversales pour appréhender les particularismes de la baie du Robert. En conséquence, des analyses sectorielles sont réalisées et elles conduisent à une juxtaposition des savoirs sans réelle mutualisation des connaissances.

14Autre problème majeur, la municipalité du Robert s’enorgueillit de disposer de « gardes littoraux » assermentés, qui nettoient quotidiennement les abords des îlots en y enlevant les algues et les feuilles qui s’y sont déposées. En agissant ainsi, ces agents perturbent le fonctionnement naturel du site. En effet, au xviie et au xviiie siècles, toutes les plages de la Martinique et des îlots voisins étaient colonisées jusqu’à la zone de déferlement par des plantes ammophiles de type « patate bord-de-mer » (Ipomea pès caprea). En dehors de leur rôle de stabilisateur du substratum, ces plantes servaient aussi de lieu de reproduction et de vie à de nombreuses espèces : larves, vers, moucherons, etc. En supprimant cette biomasse végétale, on détruit d’autant la microfaune qui y est associée. Par ailleurs, en soutenant ces pratiques, la municipalité tend à privilégier une logique de développement survalorisant des normes et références en contradiction avec l’essence du développement durable qu’elle entend promouvoir.

15Le projet de GIZC de la baie du Robert pèche par deux aspects. Premièrement, il semblerait qu’il n’y ait pas de tradition de coopération efficace au sein même des membres de l’équipe de travail recrutés au sein de la municipalité. Cette absence ou difficulté de dialogue nuit certainement à l’élaboration d’un projet crédible qui viserait à susciter un espace d’échange entre les différents acteurs parties prenantes. Le seul acteur véritablement impliqué dans le projet est la commune. On est alors bien loin de l’injonction à la participation de l’ensemble des acteurs : élus, administrations, représentants socioprofessionnels, usagers, associations de protection de l’environnement. Si une diminution de la pollution peut être escomptée de cette pratique de gestion de la baie et de ses bassins versants, le projet de GIZC du Robert relève plus de la juxtaposition d’idées et d’intentions que d’une véritable démarche de gestion, d’aménagement et de développement durables du milieu.

16Deuxièmement, sur le plan de la prise en compte de la dimension sociale de la démarche de développement durable prétendue, la GIZC du Robert s’apparente à un échec. Loin de favoriser l’appropriation des ressources locales par la population et de recueillir dans une démarche de concertation l’avis des différents acteurs concernés ou impliqués dans la gestion des ressources, la municipalité risque de susciter -par son action- un conflit de représentations entre populations autochtones et allochtones. On notera qu’actuellement l’absence de prise de conscience écologique de la population locale retarde l’éclatement de conflits. Si on envisage que, dans une perspective de développement (territorial) durable, des campagnes d’information et de sensibilisation du public et des autres acteurs seront menées à d’autres échelles que celle de la seule municipalité, on peut imaginer que des oppositions violentes apparaissent entre habitants locaux et visiteurs extérieurs, amenuisant à terme les recettes du tourisme. La GIZC du Robert fournit alors un cas d’étude qui montre en quoi les effets d’annonce et d’affichage d’un acteur dominant (la municipalité) plongent le territoire dans un cercle vicieux de développement.

Une pratique culturale traditionnelle porteuse : le jardin créole

Un héritage historique, des fonctions multiples

17Les mises en valeur du végétal, indépendamment des formes prises et des desseins auxquels elles étaient vouées, ont toujours joué un rôle primordial dans la structuration des paysages antillais. Le jardin créole urbain désigne la petite unité spatiale de production agricole moyennement délimitée et attenante aux maisons individuelles, très répandue dans les espaces désormais urbanisés des Antilles. Il est dit créole pour son mode cultural hérité des époques précoloniale et coloniale, et pour son utilisation centrée d’abord sur l’autoconsommation.

18Ces jardins créoles à Fort-de-France restent originaux dans la mesure où, bien qu’ils soient situés sur de très petites surfaces avec de fortes contraintes mésologiques, ils accusent un formidable foisonnement d’espèces végétales, issues du riche milieu naturel antillais (Marc, 2007 ; Sastre et Breuil, 2007). Leur présence en milieu urbain s’inscrit dans une longue tradition d’attachement au végétal et de mise en valeur du milieu naturel dans les territoires caribéens. En effet, le jardin créole trouve ses origines d’une part dans les pratiques culturales des premiers habitants de l’île, les Amérindiens, qui relèvent de la culture itinérante sur brûlis avec longue jachère forestière ; d’autre part dans celles des esclaves venus d’Afrique à partir du deuxième quart du xviie siècle. Ces jardins ont joué un rôle important dans l’alimentation des esclaves assurant ainsi un complément alimentaire à la maigre ration hebdomadaire qui leur était donnée. Ils ont également favorisé l’appropriation de l’espace, « attacher le nègre au sol » (Hatzenberger, 2001). La crise de l’industrie cannière dans les années 1950, généralisée à la quasi-totalité des îles à économie de plantation, a été le principal facteur de l’exode rural vers les villes et plusieurs milliers d’hommes et de femmes se sont installés dans les villes capitales comme Fort-de-France (Martinique), Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), Castries (Sainte-Lucie), Roseau (Dominique), dans l’espoir d’y trouver de meilleures conditions de vie. Constituées en grande majorité de ruraux et occupant très souvent des emplois faiblement rémunérés, ces populations ont dû s’accommoder au mieux des vicissitudes urbaines. L’une de ces accommodations les plus visibles demeure le jardin créole.

19Les multiples investigations à travers les différents types de quartiers de Fort-de-France (Marc, 2007) ont permis de mettre en lumière que le jardin créole urbain, véritable espace vécu, se révèle être un facteur de cohésion sociale. La survivance en milieu urbain de pratiques traditionnelles héritées du monde rural et des cultures amérindiennes et africaines est attestée par la forte utilisation des plantes médicinales, puisqu’en moyenne 60 % de l’ensemble des personnes interrogées (Marc, 2007) les utilisent pour la préparation de remède. À cela s’ajoute une bonne connaissance de l’usage de ces plantes et de leurs diverses propriétés. Les recettes d’origine populaire apparaissent parfois surprenantes dans leur composition, mais concordent avec les propriétés pharmaceutiques avérées des plantes utilisées (Longuefosse, 2003). Elles sont surtout l’héritage d’un savoir populaire ethnobotanique antillais que les cadres sociaux traditionnels (familles élargies vivant sous le même toit, éducation multiparentale) avaient permis de transmettre à plusieurs générations. Aujourd’hui, cette transmission de savoirs ethnobotaniques demeure fortement menacée par les nouvelles formes de structure familiale (foyer monoparental, familles nucléaires ou recomposées), par la nouvelle place (importante et néfaste) jouée par la télévision dans l’éducation des jeunes générations, ainsi que par le dictat du tout-consommation (Dufour, 2003).

20Une autre survivance ethnobotanique est attestée en milieu urbain, celle des croyances magico-religieuses. La plante peut servir à se protéger d’un point de vue purement technique (haie de bougainvilliers en clôture, par exemple) de par ses attributs (épines, propriétés urticantes), mais aussi sur le plan spirituel notamment contre les mauvais esprits ou personnes mal intentionnées, ou encore pour faciliter le quotidien – gain d’argent, chance (Benoît, 2000).

21Le jardin aura d’abord été un moyen d’autosubsistance pour l’esclave des plantations, ensuite pour l’habitant des campagnes antillaises, et enfin aujourd’hui pour le citadin. C’est d’ailleurs précisément dans la ville que le rapport ethnobotanique antillais, au travers du jardin privé, s’exprime avec l’acuité la plus forte : survivances de traditions rurales, vecteur puissant de cohésion sociale, indéniable revenu économique informel. Échanges de plants, de plantes médicinales, de recettes curatives, de fruits, création de liens de bon voisinage, de relations humaines durables, sont là encore autant de preuves que le jardin créole est un des facteurs de cohésion sociale entre les habitants d’un ou de plusieurs quartiers. Il relève également d’une judicieuse mise en valeur d’une unité spatiale, le terrain, à des fins ornementales mais aussi d’autoconsommation alimentaire, et ce, quasi systématiquement comme par « réflexe identitaire et culturel ».

Perspectives du jardin créole

  • 1 Selon les données Insee 2008 : 25 % de chômage en Martinique en 2008 ; 20 % de la population vit en (...)

22La notion de développement durable dans le cadre du jardin créole urbain est donc, à bien des égards, perceptible à travers l’ensemble des pratiques horticoles d’entretien effectuées par les propriétaires et la fonction souvent économique du jardin. Les conditions socio-économiques peu favorables de ces dernières années1 en Martinique ont d’ailleurs fortement accru cette fonction économique et d’autonomie alimentaire du jardin créole en milieu urbain comme rural. Malgré un indice de développement humain (IDH) qui la place parmi le peloton de tête des pays caribéens (fig. 3), la Martinique accuse par ailleurs de fortes disparités de niveaux de vie certes masquées, mais où une frange importante de sa population se trouve bien souvent en deçà du seuil de pauvreté et doit constamment louvoyer entre emploi précaire, revenus sociaux, travail informel, « système D ». Au croisement de la préservation de la culture, du patrimoine, de l’environnement et de l’autoconsommation, le jardin créole urbain révèle une véritable stratégie de survie économique pour les populations défavorisées. Cette logique de survie à travers le jardin créole (backyard garden dans les îles anglophones) est encore plus forte dans des villes comme Castries et Roseau, puisqu’appartenant à des pays caribéens indépendants à l’IDH peu élevé et ne bénéficiant pas des transferts de revenus contrairement aux départements français d’Amérique (DFA).

23Si les données sont aujourd’hui encore insuffisantes pour avoir une estimation chiffrée de l’apport du jardin créole en termes de sécurité alimentaire sur l’ensemble du territoire, plusieurs éléments allant dans ce sens peuvent néanmoins être soulignés : premièrement, le jardin créole, notamment en milieu urbain, joue un rôle important dans l’autonomie et la sécurité alimentaire des populations les moins favorisées qui en possèdent un, dans la mesure où sa composition botanique obéit à la théorie économique d’Engel : ainsi il a été démontré que plus le revenu d’un individu, d’une famille est faible, plus la part des plantes nourricières devient prépondérante dans la composition botanique du jardin créole (Marc, 2007).

Figure 3. Les disparités de développement dans la Caraïbe.

Figure 3. Les disparités de développement dans la Caraïbe.

24Deuxièmement les travaux de G. Chauvin et J. Poupon (1983) ont montré comment l’arbre à pain (Artocarpus altilis, Moracées) est l’arbre social par excellence dans les Antilles d’une part parce qu’il est omniprésent dans les jardins créoles, d’autre part parce qu’un fruit permet de nourrir au moins quatre à cinq personnes.

25Si le jardin créole reste commun à l’ensemble de la Caraïbe insulaire, le rapport ethnobotanique qu’il implique varie cependant selon les niveaux de vie des sociétés caribéennes (Marc, 2007). Les travaux d’Alice Peeters ont par exemple montré la différence d’attitude vis-à-vis de la médecine traditionnelle (réalisée à partir du jardin créole) entre les Antilles françaises et les îles anglophones, Sainte-Lucie en l’occurrence ; utilisation quasi systématique des plantes médicinales pour les usages domestiques quotidiens, réflexe automatique de se tourner vers la médecine traditionnelle pour se soigner en cas de maladie, absence d’opposition entre médecine traditionnelle et médecine moderne dans la conscience collective mentale des Saint-Luciens, autant d’éléments montrant le rôle joué par le jardin créole dans la sécurité alimentaire notamment sur le plan thérapeutique. Elle estime que les causes de ces différences ont des origines économiques et socioculturelles : « le niveau de vie, affirmation de l’identité culturelle ou recherche de conformité aux modèles des pays occidentaux développés » (Peeters, 1986).

26Enfin, à la Dominique (fig. 4), les habitants cueillent la drupe du cocotier de leur jardin créole et la vendent aux touristes environ 1 dollar américain sur le marché ou juste devant leur maison afin de se constituer ainsi une monnaie d’appoint, pour acheter de l’essence (Marc, 2007).

27Dans les villes principales des territoires insulaires de la Caraïbe, le jardin créole est en définitif l’expression spatiale la plus concrète, la plus aboutie, de la combinaison entre l’héritage des « sociétés post-traditionnelles » marquées par une forte ruralité d’une part, et les aspirations des sociétés urbaines postmodernes (ou de consommation) d’autre part. Il se révèle ainsi comme un possible archétype du développement durable. Les récents efforts de mise en valeur effectués par la municipalité de Fort-de-France (animations publiques autour des plantes du jardin créole, visites...) témoignent d’une prise de conscience politique de la valeur touristique forte du jardin créole et font apparaître de multiples enjeux urbains (écologie, cohésion sociale, éco-citoyenneté, alimentation), tout en faisant écho à l’importance de la nature dans les milieux géographiques.

Figure 4. L’organisation de l’espace de l’île de la Dominique.

Figure 4. L’organisation de l’espace de l’île de la Dominique.

28Les récentes menaces sanitaires et pollutions des sols agricoles (chloredécone) ont certes renforcé le scepticisme à l’égard des grandes cultures d’exportation, mais ont en revanche accéléré le regain d’engouement pour la mise en valeur (multiforme) du jardin créole.

Conclusion

29Si le milieu insulaire s’avère bien souvent fragilisé par un certain nombre de facteurs naturels et socio-économiques, il serait néanmoins erroné de dire que l’insularité en tant que telle est un frein au développement durable. Certes, les dynamiques de relations sociales à l’œuvre sont préjudiciables à la mise en place de réelles démarches de développement territorial durable (Angeon et Saffache, 2008). Plus généralement, force est de constater qu’il n’y a pas toujours de réelle prise de conscience de la dégradation des milieux littoraux et marins antillais, et que la mise en œuvre des politiques de protection de l’environnement n’est pas toujours conduite de manière optimale. Les incitations financières et les enjeux de court terme sont souvent cités comme variable explicative de ce constat. Si les politiques de GIZC fournissent un cadre institutionnel visant à soutenir des pratiques d’aménagement et de développement durables des espaces marins et littoraux, elles ne se traduisent pas nécessairement par des effets d’apprentissage de la durabilité.

30Au-delà même du développement durable et de son application effective, l’épreuve des faits et des expériences de terrain en Martinique montre l’urgence d’une éthique durable au sein de tous ces organismes de gouvernance. Quand cette dernière est convoquée, la préservation intelligente de l’environnement est alors en marche.

Bibliografia

Adrianto L., Matsuda Y., 2004 – Study on assessing economic vulnerability of small island regions. Environment, Development and Sustainability, n° 6: 317-336.

Angeon V., Saffache P., 2008 – Les petites économies insulaires et le développement durable : des réalités locales résilientes ? Études caribéennes, 11 novembre, Petits territoires insulaires et développement durable.

Benoît C., 2000 – Corps, jardins, mémoires. Anthropologie du corps et de l’espace à la Guadeloupe. Paris, éd. CNRS, éd. de la Maison des Sciences de l’homme, 309 p.

Bernardie N., Taglioni E (dir.), 2005 – Les dynamiques contemporaines des petits espaces insulaires : de l’île-relais aux réseaux insulaires. Paris, Éd. Karthala, 443 p.

Briguglio L., 1993 – « The economic of small island developing states study ». Commissioned by CARICOM for the regional technical meeting of the global conference on the sustainable development of small island developing states, Port of Spain, Trinidad and Tobago, July.

Briguglio L., 1995 – Small island developing states and their economic vulnerabilities. World Development, 23 (9): 1615-1632.

Briguglio L., 2001 – « The Vulnerability Index ». In: Workshop on Trade, Sustainable developement and Small Islands Developing States, Montego Bay, Jamaïque, 12-15 december.

Briguglio L., Galea, W., 2004 – Updating and Augmenting the Vulnerability Index. Islands and Small States Institute, University of Malta, Occasional paper 4.

Chauvin G., Poupon J., 1983 – Les arbres de la Martinique. Office national des forêts, Direction régionale pour la Martinique, 256 p.

Dehoorne O., Saffache P. (dir.), 2008 a – Mondes insulaires tropicaux. Géopolitique, économie et développement durable. Paris, Ellipses, Coll. Carrefours, les Dossiers, 251 p.

Dehoorne O., Saffache P. (dir.), 2008 b – Le tourisme dans les îles et littoraux subtropicaux. Usages des lieux et enjeux de développement. Paris, Éditions Publibook, Études Caribéennes, n° 9-10, 375 p.

Desse M., Saffache P., 2005 – Les littoraux antillais : des enjeux de l’aménagement à la gestion durable. Paris, Ibis Rouge Éditions, Coll. Géographie et Aménagement des espaces insulaires, 116 p.

Dufour D.-R., 2003 – L’art de réduire les têtes. Sur la nouvelle servitude de l’homme libéré à l’ère du capitalisme total. Éditions Denoël, 251 p.

Duran P., 1999 – Penser l’action publique. L.G.D.J. Éd. Maison des Sciences de l’Homme, Droit et société, série Politique, 209 p.

Hatzenberger E, 2001 – Paysages et végétation des Antilles. Paris, Karthala, 508 p.

Impact-Mer, 1999 – Études d’assainissement station d’épuration du Robert. Phase 2 et phase 3, étude du rejet et étude d’impact du rejet. Rapport de contrat de la commune du Robert, 62 p. + annexes.

Impact-Mer, 2005 a – Étude de la sédimentation, état actuel de la baie. Études de modélisation en trois dimensions de la baie du Robert. Safège-Caraïbe/Impact Mer, rapport de contrat de la ville du Robert, 19 p. + annexes.

Impact-Mer, 2005 b – Étude de l’eutrophisation, de la sédimentation et cartographie des biocénoses benthiques de la baie du Robert. Rapport de contrat MEDD Liteau II, Site atelier de la baie du Robert, 57 p.

Jauze J.-M., Saffache P. (dir.), 2007 – Approche des littoraux réunionnais et martiniquais. Travaux et Documents, n° 32, la Réunion, 199 p.

Longuefosse J.-L., 2003 – Plantes médicinales de la Caraïbe. Éd. Gondwana, 2 vol. , 238 et 239 p.

Marc J.-V, 2007 – Le végétal dans les espaces urbains et périurbains des Petites Antilles : le cas de Fort-de-France. Thèse doct. 3e cycle, Univ. des Antilles et de la Guyane, 338 p.

Peeters A., 1986 – « La médecine populaire traditionnelle et ses rapports avec la médecine officielle ». In : A.T.P. Santé et Environnement, étude comparative des facteurs socioculturels relatifs à la santé et à l’environnement dans les Petites Antilles, Centre national de la recherche scientifique, octobre.

Rey-Valette H., Roussel S., 2006 – « L’évaluation des dimensions territoriale et institutionnelle du développement durable : le cas des politiques de gestion intégrée des zones côtières ». Développement durable et territoire, Dossier 8 : Méthodologies et pratiques territoriales de l’évaluation en matière de développement durable, mis en ligne le 13 décembre 2006.

Saffache P. (dir.), 2002 – Les outre-mers français et le développement durable. Paris, Éditions Ibis Presse, Coll. Aménagement et Nature, 174 p.

Saffache P. (dir.), 2006 – Micro-insularité et dégradations des milieux marins : l’exemple de la Caraïbe. Paris, Éditions Publibook, Études Caribéennes, n° 5, 112 p.

Saffache P., 2008 – « Les ressources naturelles des îles tropicales et l’importance d’un développement durable ». In Wackermann G. (coord.) : Le développement durable, Paris, Éditions Ellipses, Coll. Carrefours, les Dossiers : 454-481.

Saffache P., Thomas Y.E, Vankatapen C., Duranty J., 2001 – Le Cul-de-Sac du Marin (Martinique) : éléments pour une gestion et un aménagement raisonnés. Lyon, Éditions Naturellement, Coll. Sciences, 63 p.

Sastre C, Breuil A., 2007 – Plantes, milieux et paysages des Antilles françaises. Éditions Biotope, Coll. arthénope, 672 p.

Van der Velde M., Green S. R., Vanclosster M., Clothier B. E. 2007 -Sustainable development in small island developing states: agricultural intensification, economic development, and freshwater resources management on the coral atoll of Tongatapu. Ecological Economics, 61 : 456-468.

Note

1 Selon les données Insee 2008 : 25 % de chômage en Martinique en 2008 ; 20 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté c’est-à-dire avec moins de 500 € par mois; 15 % de la population reçoit le revenu minimal d’insertion.

Indice delle illustrazioni

Titolo Figure 1. Les Petites Antilles dans l’espace caribéen.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5778/img-1.jpg
File image/jpeg, 380k
Titolo Figure 2. L’organisation de l’espace dans la baie du Robert.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5778/img-2.jpg
File image/jpeg, 680k
Titolo Figure 3. Les disparités de développement dans la Caraïbe.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5778/img-3.jpg
File image/jpeg, 376k
Titolo Figure 4. L’organisation de l’espace de l’île de la Dominique.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5778/img-4.jpg
File image/jpeg, 660k

Autori

jvmarc@yahoo.fr
Docteur en géographie, université des Antilles et de la Guyane

pascal.saffache@martinique.univ-ag.fr
Maître de conférences, HDR, président de l’université des Antilles et de la Guyane

© IRD Éditions, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540