Desktop versionMobile version

Insularité et développement durable

 | 
François Taglioni

Partie 4. Gouvernance et interactions

Introduction à la quatrième partie

François Taglioni

Full text

1Cette quatrième partie traite de gouvernance et interactions dans les politiques publiques dont on sait qu’elles sont essentielles pour mener à bien des actions de développement durable. Dans le Pacifique français, l’exemple de la Nouvelle-Calédonie confirme la nécessité du changement d’échelle dans la gouvernance pour une gestion optimale du développement durable. À travers les politiques de développement rural en Nouvelle-Calédonie, il s’agira d’explorer les enjeux qui sous-tendent la construction de politiques de développement durable confrontées aux caractéristiques et dynamiques d’une petite économie insulaire doublement rentière (rente administrative et minière). Le degré d’intégration de l’insularité dans la réflexion sur le développement en général, et durable en particulier, sera le point central (Pestaña et al.). La décennie qui vient de s’écouler a vu l’émergence dans les Petites Antilles de politiques locales volontaristes en faveur de la protection et de la mise en valeur de l’environnement. À travers les exemples de la gestion intégrée des zones côtières et du jardin créole urbain, les auteurs montreront d’une part combien il est difficile pour l’instant d’appliquer une politique de développement durable à l’échelle de l’île (Martinique, Dominique), et d’autre part comment, à l’inverse, peuvent perdurer de véritables initiatives écologiques et économiquement porteuses, à l’échelle locale (Marc et Saffache). Une comparaison entre la Guadeloupe et la Réunion éclairera sur la notion de service environnemental afin d’analyser la prise en compte de la problématique dans les politiques publiques agri-environnementales et de repenser les liens entre agriculture et environnement dans les territoires insulaires (Daré et al.). Le développement durable ne peut être uniquement l’enjeu de grands principes internationaux, il doit se traduire localement dans les politiques d’aménagement et de construction de la ville. Comment par exemple réconcilier la jeunesse de l’héritage urbain des villes de l’Est réunionnais avec les nouvelles exigences environnementales ? La gestion durable de la ville peut, dans ce contexte, être un outil de préservation des équilibres qu’ils soient économiques, écologiques, sociaux ou territoriaux (Rivière et Leperlier).

© IRD Éditions, 2011

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search