Version classiqueVersion mobile

Insularité et développement durable

 | 
François Taglioni

Partie 3. Économie, enjeux et risques

Les conditions du développement durable insulaire posées par le risque volcanique à Miyake-jima (Japon) : atouts ou menaces ?

The conditions for sustainable development posed by the island volcanic hazard in Miyake-jima (Japan): opportunities or threats?

Marie Augendre et Julie Perrin

Résumé

Miyake-jima est une petite île-volcan au sud de Tôkyô, évacuée après une éruption en 2000. Son image est fortement stigmatisée par les émissions de gaz qui perdurent, notamment à cause de la nocivité présumée d’une exposition continue au dioxyde de soufre. Le retour des insulaires a été retardé jusqu’en 2005, à cause de l’ampleur de la reconstruction et de la mise en sécurité du bâti, autant que de la frilosité des autorités à engager leur responsabilité dans un contexte incertain et inédit.

L’opiniâtreté des habitants, sous la contrainte d’un volcan qui se réveille à chaque génération, fait de Miyake un laboratoire d’étude de la durabilité du développement insulaire, car la question de la pérennité de la communauté locale et de la soutenabilité de son économie concerne aussi la plupart des régions insulaires du Japon. L’analyse du retour et de la reconstruction à Miyake permet de repenser l’imbrication des piliers du développement durable, tout en questionnant un rapport au centre, à mi-chemin entre dépendance et rente de situation.

Texte intégral

1Miyake-jima est une île volcanique de l’archipel d’Izu, au Japon (fig. 1). Située à 160 km de la capitale, elle fait partie du département de Tôkyô, même s’il y a peu en commun entre la petite île volcanique de 55 km2 portant 3 000 habitants et la mégapole tôkyôte.

2Elle présente les contraintes propres aux îles éloignées (ritô), notamment en termes de desserte et de peuplement, tout en bénéficiant des moyens financiers et politiques de la capitale. Cette situation et les enjeux qui en résultent doivent être pris en compte pour comprendre les incohérences apparentes de la reconstruction qui a suivi la dernière éruption.

  • 1 Données 2008 de l’observatoire volcanologique d’Hawaii. Page consultée le 15 mars 2010 : http://hvo (...)

3En effet, en juin 2000, le mont Oyama, volcan actif constituant l’île, s’est réveillé pour la quatrième fois depuis 1940. Dans les mois qui suivirent, la totalité de la population dut quitter Miyake. La phase explosive se mua en émissions de gaz volcaniques. L’ordre d’évacuation ne fut levé qu’en février 2005, une fois ces émissions considérablement atténuées et stabilisées. Les émissions de dioxyde de soufre perdurent aujourd’hui à des niveaux moyens de 1 000 à 3 000 tonnes par jour (fig. 2), un ordre de grandeur comparable aux émissions conjointes des deux cratères actifs du Kilauea à Hawaii1. Par précaution, les autorités locales ont interdit l’accès aux abords du cratère et ont gelé – en théorie du moins -la réoccupation de deux secteurs de l’île, là où les concentrations en gaz enregistrées sont les plus élevées.

Figure 1. Miyake-jima, cinq districts pour un volcan.

Figure 1. Miyake-jima, cinq districts pour un volcan.

4Dans ce contexte territorial risqué, où chaque éruption peut faire table rase ou provoquer des bouleversements majeurs, comment envisager le retour, la réappropriation et un développement sur le long terme ? L’approche par le développement durable permet de questionner la finalité de la restauration post-éruptive, l’articulation entre temps du volcan et temps des hommes, les compromis possibles entre intérêts divergents, et finalement l’identité de l’île. Elle permet aussi de reconsidérer le cumul des faiblesses territoriales de Miyake-jima, soumise à un volcanisme dévastateur récurrent et marginalisée par sa position de périphérie, en appréhendant de manière transversale le rôle des acteurs et leurs contradictions.

5Si le concept de développement durable a envahi la sphère politique et celle de la communication des sociétés occidentales, il conserve un usage marginal au Japon, et ne sort guère des documents administratifs. Néanmoins, la durabilité, jamais nommée comme telle, fait écho à plusieurs notions mobilisées pour désigner la relation des habitants de Miyake à leur île, notamment yomigaere, « résurrection » et kyôson, « coexistence ». La récurrence des éruptions, et notamment la longue période d’évacuation forcée entre 2000 et 2005 rendent les conditions de développement a priori paradoxales : d’un côté, l’éclatement, l’incertitude et la dépendance, de l’autre une cohésion, une prévention et une autonomie réaffirmées.

Figure 2. Chronologie indicative de la décennie 2000 à Miyake.

Figure 2. Chronologie indicative de la décennie 2000 à Miyake.

6Le concept de durabilité offre une grille de lecture de la reconquête de Miyake-jima qui s’échafaude sur le plan environnemental, avec la construction d’ouvrages de protection destinés à confiner le risque de lahars, sur le plan social, avec la volonté affichée de retrouver l’île et sur le plan économique, avec d’importants espoirs de renouveau fondés sur l’écotourisme et la promotion des ressources naturelles, notamment celles qui dérivent du volcanisme.

Entre « force de la nature » et « force des hommes » : quelle durabilité du développement insulaire face au risque ?

7L’expression shizen chikara – ningen chikara, « la force de la nature et la force des hommes » prolonge la notion de coexistence. Leitmotiv des discours d’insulaires, elle témoigne d’une volonté de reconquête et de reconstruction. Cette formule ambigüe interroge autant qu’elle affirme la possibilité d’un retour pérenne et d’une adaptation à la dynamique du milieu. Elle accompagne la mise en place de mesures de protection et de prévention.

Des contre-mesures qui répondent de manière paradoxale aux impératifs du pilier environnemental du développement durable

8La catastrophe de 2000 fut une catastrophe sans morts, mais avec des « exilés forcés » durant plus de quatre années. Les dégâts occasionnés, autant que la récurrence des éruptions, ont favorisé la mise en place de mesures de protection sous la forme d’une politique de grands travaux et d’artificialisation dont l’impact sur les écosystèmes n’a été ni mesuré ni même questionné. Le bétonnage systématique des lits torrentiels de l’île (fig. 3) est d’abord justifié par l’alibi du risque. Celui-ci donne le primat à la quête de sécurité immédiate des résidents et à la viabilité à long terme de l’espace bâti. La préservation du milieu local et les préoccupations écologiques plus globales, inclus les controverses autour des impacts environnementaux de la filière ciment et des barrages, ou encore les services paysagers qui rendent attractifs des espaces sans construction, sont escamotés. Pour les résidents toutefois, l’esthétique peut être ailleurs, et un chenal bétonné sur trois côtés pourra sembler « beau » parce que ses berges n’ont plus à être entretenues (Berque, 1994 : 14).

Figure 3. Zonage préventif et barrages à Miyake-jima.

Figure 3. Zonage préventif et barrages à Miyake-jima.

9Il convient également de préciser que ces ouvrages en béton qui prolifèrent désormais dans les lits et sur les versants de l’île s’accompagnent de procédures de revégétalisation des pentes dénudées lors de l’éruption. Ces mesures accélèrent la cicatrisation de la couverture végétale et la stabilisation des versants, autrement dit, elles contribuent au renouvellement de la biosphère qui avait été mise à mal par l’éruption. Aussi, si ces contre-mesures peuvent concourir à calmer l’érosion et confiner une dynamique torrentielle intensément ravivée depuis 2000, elles participent d’une certaine manière à la préservation des ressources environnementales de l’île-volcan et de son habitabilité.

10En effet, l’important ici n’est pas le sentiment de sécurité généré par ce type de mesures, dont P Pigeon (2002) a montré le caractère illusoire et les effets pervers. Ces travaux rendent possible le retour des habitants, parce qu’ils facilitent la prise de responsabilité et la décision politique. A plus long terme, ces ouvrages de protection contre les sédiments (sabô) apparaissent comme l’une des conditions du maintien de la population parce qu’ils assument aussi un important rôle socio-économique de redistribution des fonds depuis la capitale et sont une source d’emploi pour les populations locales. Ainsi, la première entreprise de Miyake-jima, Miyake-jima kensetsu, est aussi la plus grande entreprise de construction de l’archipel d’Izu. La pérennité de cette source de revenus vient autant d’une volonté du pouvoir central, manifestée par les politiques de grands travaux récurrentes à différents moments de l’histoire (Totman, 1992 ; Nogushi, 1998), que des cycles éruptifs, qui assurent régulièrement des destructions et donnent matière à la reconstruction, à l’édification et l’entretien de nouveaux barrages, à l’élargissement des routes, etc.

11Il faut donc considérer les barrages moins pour leur fonction matérielle de réduction de la vulnérabilité que pour leur fonction économique, sociale et symbolique.

Des travaux précoces de protection passive, relayés par des mesures de prévention destinées à durer

12Dans les mois qui suivent l’évacuation, l’île connaît des va-et-vient constants d’équipes de secours, de surveillance et de reconstruction, car les travaux commencent dès 2000. Elle n’a donc jamais été totalement désertée, malgré les apparences et un imaginaire du « retour à zéro » qui accompagne l’évacuation et le retour sur place, particulièrement relayé dans la presse (Perrin, 2008).

13L’éruption, après une brève phase explosive responsable de l’évacuation, se mue en une phase de dégazage inédite qui retarde le moment du retour. L’incertitude résultante explique que les travaux soient au départ limités à la journée, avec la mise à contribution des bateaux de pêche pour faire les navettes. En compliquant l’accostage, les conditions météorologiques de la mauvaise saison ralentissent le rythme de la reconstruction et il devient nécessaire de permettre à la main-d’œuvre mobilisée (environ 400 personnes) de séjourner sur place, tout en limitant l’exposition aux polluants. Le gouvernement de Tôkyô décide alors de construire des cleanhouses, bâtiments préfabriqués dotés d’appareils extracteurs d’air et d’en équiper également les hébergements collectifs disponibles (pensions, auberges). L’une de ces cleanhouses, construite à Izu deux ans après l’éruption, a une capacité de 300 places. Elle sert depuis 2005 de refuge pour les insulaires en cas d’alerte.

14Les travaux de génie civil et de reboisement, qui constituent un préalable et accompagnent les autres travaux de réfection, sont complétés par la mise en place des deux principales mesures de prévention : le zonage de l’île et l’information des résidents.

15Le zonage gèle, en théorie, plus de la moitié de la superficie insulaire. Trois secteurs sont distingués (fig. 3) : la caldera et ses abords, strictement prohibés, un anneau autour de cette zone centrale, dont l’accès est soumis à autorisation et restreint aux nécessités de la reconstruction, et deux secteurs de forte concentration en gaz en aval, se prolongeant jusqu’à la mer (Ako, où la restriction a finalement été levée au printemps 2009, et Tsubota-Miike). Dans ces deux secteurs, circulation et maintenance sont permis, mais pas l’activité agricole ni la résidence. En pratique, malgré leur aspect désolé au premier abord, ces deux territoires ont été partiellement réinvestis. À Miike, le côté sous le vent où persistent de fortes concentrations en gaz, de nouveaux champs sont cultivés, et des maisons remises en état, au milieu d’autres qui tombent en ruine. La mairie y a pourtant interdit tant l’habitat permanent que le tourisme, et attendu trois ans supplémentaires avant de rouvrir la liaison aérienne. Elle a par contre autorisé l’occupation à la journée pour les entreprises et le passage en voiture, pour permettre le tour de l’île et surtout l’accès au port, nécessaire au ferry. Cette politique ambigüe explique en partie la transgression, d’autant qu’un gel foncier est peu compatible avec le développement. L’occupation spontanée exprime directement l’attractivité du territoire pour ses habitants, qui pour certains n’ont pas les moyens matériels de reconstruire ailleurs.

16L’autre mesure phare est le dispositif visuel et sonore protéiforme qui permet l’information de la population. Des panneaux jalonnent les routes pour signaler l’entrée dans un secteur où les gaz ont une concentration élevée, des haut-parleurs sont disséminés en périphérie de l’île complétés de récepteurs radio sans fil portables ou installés à domicile, et des cartes sont distribuées à la population avec des livrets d’information. Des annonces vocales indiquent les évolutions de la concentration de dioxyde de soufre par secteur, et des alertes sont émises en fonction des valeurs seuils, pouvant appeler au confinement ou à l’évacuation des populations sensibles – jeunes, personnes âgées ou souffrant d’affections respiratoires.

17Les effets du dioxyde de soufre sont bien étudiés. Qu’il soit d’origine volcanique ou industrielle, il altère les fonctions respiratoires et favorise, surtout chez les enfants, les crises d’asthme ou les bronchites chroniques. En dépôt sec ou combiné à l’eau (acide sulfurique), il irrite les muqueuses et la peau, altère les tissus végétaux, corrompt aussi certains matériaux (OMS, 2008). Des études épidémiologiques montrent que l’exposition au S02 est corrélée avec une morbidité et une mortalité accrues (Longo et al., 2008). En contexte volcanique en particulier, dans certains secteurs où les concentrations peuvent atteindre des pics importants lors des éruptions, les hospitalisations peuvent augmenter significativement, comme ce fut par exemple le cas sur l’île de la Réunion en 2007 (Viane et al., 2009). À Miyake-jima, les conséquences sur la santé d’une exposition au gaz modérée mais durable sont encore mal connues, en l’absence de résultats d’enquête concluants sur le sujet (Uno et al., 2005 et 2006) et faute de recul temporel suffisant. Les gênes olfactives, les migraines de certains résidents âgés ou encore le flétrissement localisé de la végétation sont pourtant des manifestations tangibles des effets de ces émanations. Malgré tout, l’île reste l’horizon d’attente de la population, et la majorité des résidents d’origine est revenue, une fois levé l’ordre d’évacuation.

Entre éclatement et cohésion : quelle durabilité de la communauté insulaire après cinq ans d’évacuation ?

18Jima, ou shima, « île » en japonais, a aussi le sens de « communauté villageoise ». Cette dimension est incontournable dans l’étude des conditions du retour à Miyake-jima, car la volonté de perdurer possède une double inscription, territoriale et communautaire.

19Le retour sur l’île dépendait de contraintes naturelles et techniques. Il reposait également sur des enjeux sociaux. Ainsi, la notion de jurusato « pays natal » fut mobilisée pour que la communauté insulaire, mise à mal pendant les cinq années d’évacuation, puisse rester soudée malgré sa dispersion hors de son territoire habituel. En effet, alors que les autorités locales et départementales œuvraient pour permettre le retour, l’évacuation se prolongeait, faisant peser une incertitude très lourde sur les habitants. Les visites temporaires permirent aux insulaires de prendre conscience dès 2001 que le retour risquait d’être largement retardé. Ceux-ci ont donc exercé un véritable lobbying pour rentrer à Miyake-jima. La peur d’être oublié a mobilisé une importante majorité des insulaires, comme en témoignent les opérations de médiatisation de leur situation et de leur volonté (Perrin, 2008).

Le « pays natal », vecteur de l’identité territoriale pour les insulaires évacués

20La gestion hésitante de la crise durant l’été 2000, avec une évacuation de l’île annoncée, repoussée et finalement ordonnée tardivement, ont contribué à un éclatement de la communauté insulaire, autant physique que social.

  • 2 « Miyake-village », nom de la municipalité de Miyake.

2170 % de la population ont quitté l’île de manière spontanée, sans attendre l’ordre d’évacuation du 2 septembre 2000, ce qui a contribué à isoler les foyers. Il a fallu plus de deux mois aux autorités pour localiser les évacués, en lançant un appel dans les médias (Miyake-mura2, 2008). Une association de bénévoles fondée dès 2000, Miyake-jima furusato saisei network « Réseau pour la renaissance du pays natal Miyake », a recensé en parallèle les évacués pour maintenir des liens entre eux tout au long de la période d’évacuation. Si 90 % des habitants sont relogés dans le département de Tôkyô (fig. 4), ils sont dispersés à l’échelle de la capitale. Cette population, rurale et plutôt âgée (la moitié a plus de cinquante ans en 2000), a des difficultés à s’adapter au mode de vie tokyoïte.

22La population de l’île s’élève à 3 857 habitants début 2000 (Asahi Shimbun, 2000). Elle s’est stabilisée durant les années 1990, après avoir diminué de près de 50 % depuis les années 1950. L’exode rural des dernières décennies a particulièrement marqué les esprits, et les habitants craignent que l’évacuation prolongée se mue en exode définitif. De fait, plusieurs centaines d’insulaires, dont deux tiers d’enfants et de jeunes adultes, ne rentrent pas. Près de 200 personnes sont décédées durant la période d’évacuation, et à la veille du retour, en 2005, la population inscrite comme résidente ne s’élève plus qu’à 3 200 habitants.

23La situation d’évacués a cristallisé, chez les insulaires exilés et éparpillés, la peur préexistante de voir leur communauté disparaître. En réaction, ceux-ci se sont fortement mobilisés en faveur du retour, avec la volonté de perdurer et de préserver, même hors du cadre insulaire, les liens de la communauté locale.

Figure 4. Des évacués regroupés près de la capitale.

Figure 4. Des évacués regroupés près de la capitale.

24La notion de furusato (le pays natal) a porté cette mobilisation. Elle se retrouve dans de nombreux témoignages, relayés par les autorités locales. En 2004, Hirano Sukeyasu, nouveau maire de Miyake-mura est élu en raison de son engagement pour permettre à la population de rentrer sur l’île. Sa campagne avait pour mot d’ordre : « je défends le pays natal », et les habitants de la première vague de retour furent accueillis en 2005 par cette injonction, placardée à la poste et sur les panneaux d’affichage municipaux : « Désormais, ensemble dans notre Miyake-jima natale, accrochons-nous ! ».

25Dans le discours des habitants, la survie de la communauté insulaire et l’attachement au territoire argumentent en faveur du retour. Ces notions sont fortement associées à la mort, que ce soit à travers la peur de voir mourir le pays natal, le désir exprimé de rentrer pour « mourir à Miyake-jima », ou encore les rites funéraires pratiqués pour ceux qui disparaissent avant d’avoir pu rentrer.

Les conditions d’un retour plébiscité

26À partir des élections de février 2004, la volonté des insulaires est portée officiellement par le nouveau maire, qui annonce la mise en place d’un plan de réoccupation de l’île. Les discussions avec le gouverneur de Tôkyô, Ishihara Shintarô, portent dès lors sur la question de la responsabilité du retour. Elles font écho aux difficultés politiques à prendre la responsabilité de l’évacuation quatre ans plus tôt. La garantie de la sécurité est d’autant plus importante que Miyake-jima a largement été médiatisée comme un modèle de gestion de la crise, de l’évacuation et de la surveillance de la part des autorités tokyoïtes. Le maire engage donc la responsabilité de la municipalité et celle des habitants.

27Lors de l’enquête menée en 2004 (Miyake-mura 2008) après une communication intense sur les conditions de vie sur l’île et les mesures de sécurité ainsi qu’un bilan médical des insulaires évaluant leur degré de sensibilité au gaz, 70 % des foyers déclarent désirer retourner vivre à Miyake-jima. De plus, les aides publiques leur donnent la possibilité financière de concrétiser ce souhait. Cependant, l’annonce du zonage de l’île, notamment dans les parties habitées de Miike et Ako, qui repousse le retour d’une partie de la population, est vécue comme une double peine.

28Les autorités fournissent – aux niveaux local, départemental et national- un soutien logistique et financier aux insulaires, largement médiatisé (Miyake-mura, 2008 ; Perrin 2008). Le prolongement de l’évacuation questionne la gestion de l’aide. Les premières enquêtes de 2001 révèlent des taux de pauvreté très forts chez les insulaires, précarisés par l’incertitude du retour comme par les difficultés sociales d’adaptation. Le retour est défini en deux phases, notamment pour la gestion des aides. La première phase, prolongée de trois à six mois (février-juillet 2005), constitue le retour au sens strict. La « résurrection », yomigaere, débute ensuite.

29En 2007, d’après les statistiques fournies par la mairie, 2 853 habitants sont recensés, dont 37 % de plus de 60 ans, soit 7 % de plus qu’en 2000. Seuls 4 % d’entre eux déclarent regretter leur retour contre 78 % de satisfaits. 85 % sont des habitants évacués et revenus sur Miyake-jima (Perrin, 2008). La population restante, entre 300 et 400 personnes non originaires de l’île, est composée en majorité d’ouvriers et de personnel administratif installés à court terme.

  • 3 Kazan shiiki no shimin dantai sôgoshien nettowâku, ou en abrégé Kazan shimin netto. réseau d’habita (...)

30L’activité du mont Oyama est le principal objet de préoccupation des insulaires au moment du retour. Elle questionne la réappropriation du territoire et les conditions de vie. La question économique devient prépondérante dès 2006, comme le soulignent plusieurs enquêtes réalisées par le Réseau des habitants des régions volcaniques3 (Perrin, 2008). Bien que les habitants espèrent fonder le renouveau de l’activité sur le tourisme, l’image de l’île est profondément stigmatisée, effet pervers de la forte médiatisation de la gestion de la crise et des enjeux sécuritaires. Les initiatives qui en résultent sont révélatrices de visions décalées, sinon contradictoires, d’une même réalité.

Entre dépendance et autonomie locale : quelle durabilité des projets de développement territorial insulaire ?

31Dans cet espace rural et insulaire, la pêche est la principale ressource primaire, tandis que l’agriculture est avant tout destinée à l’autoconsommation. L’élevage, décimé lors de l’éruption, ne sera pas rétabli avant longtemps. Les activités de construction ont aussi une importance notable, qu’elles conservent quatre ans après le retour. Mais l’économie de l’île dépend avant tout, directement ou indirectement, du tourisme, qui représente, en 1999, 80 % des revenus (Perrin, 2008). La structure économique après 2005 renforce ce modèle, car les activités tertiaires concentrent près de 70 % des 1 300 actifs de l’île en 2007 selon les données de la municipalité.

32Au début de l’année 2007, la mairie recense 261 entreprises dont 20 % de créations. Les activités de service sont les mieux régénérées, mais les revenus restent fragiles : en 2006, le revenu moyen des habitants ne dépasse pas 70 % de celui de 2000 (Perrin, 2008). C’est dans ce contexte que l’île-volcan se tourne vers le tourisme, selon plusieurs modalités.

Enjeux d’image et patrimonialisation du volcan

33En 2005, à l’heure du retour, la presse nippone se focalise davantage sur les difficultés des conditions de vie, notamment en termes sécuritaires, que sur la joie des insulaires. Particulièrement jusqu’en 2007, les médias relaient largement les contremesures et les injonctions de prudence des autorités. Cette communication hyperbolique est à double tranchant, car si elle fait connaître largement le nom de l’île auprès du public, elle véhicule aussi une image d’île dangereuse qui nuit à la réactivation du tourisme. Cependant, l’île est aussi perçue comme un territoire à aider. Alors que les insulaires prennent conscience de cette mauvaise image et de ses conséquences économiques, cette nuance leur permet de développer un nouveau discours. Le touriste devient celui dont l’île a besoin, mais aussi le témoin privilégié d’une nature régénérée lors des années d’évacuation (thème du « ré-ensauvagement »), ainsi que du renouveau de Miyake-jima. C’est dans ce contexte que le terme yomigaere, « résurrection », apparaît.

34L’écotourisme et le tourisme éducatif sont présentés comme une solution de substitution au tourisme « classique » : le contexte post-éruptif permet de découvrir le cratère encore fumant et de faire l’expérience, à moindre risque, des effluves de soufre et d’un paysage encore dévasté. Les catastrophes volcaniques successives ont laissé dans le paysage de nombreux stigmates qui enrichissent le patrimoine naturel de l’île et font la fierté des habitants. Ceux-ci n’oublient jamais de conduire les touristes de passage à la table d’orientation panoramique, d’où la presqu’île d’Izu et le mont Fuji sont visibles par temps clair, bien qu’elle soit située dans la zone interdite sommitale.

35Des cratères, comblés depuis (Shinmiyo-ike) ou remplis par des lacs (Tairô-ike), des coulées de lave débouchant en falaise sur la mer ou ayant partiellement enseveli un lotissement et un collège, des anneaux de tufs aux couleurs vives, ou encore le sanctuaire recouvert par des dépôts de coulée de boue jusqu’au faîte sont devenus des hauts lieux de mieux en mieux valorisés, notamment par la mise en place en 2008 d’un sentier pédagogique sur la coulée de lave d’Ako, à l’ouest de l’île.

36La patrimonialisation du volcan va de pair avec la mise en place d’un marketing de la catastrophe et de la volonté de renouveau de l’île. La communication s’articule à la fois sur des symboles de la richesse environnementale de Miyake, de son histoire et sa culture ainsi que de l’activité volcanique récente. Il s’agit autant d’une réponse aux difficultés économiques qu’un écho de la question réaffirmée de l’identité insulaire. Les productions locales ont une dimension symbolique et touristique qui dépasse leurs valeurs productives, dans une logique proche des mouvements de « renaissance du local » japonais (Bouissou, 1997). Par exemple, les gyûnyû sembei, des biscuits traditionnels au lait, restent labellisés Miyake-jima bien qu’ils ne soient plus produits sur l’île.

Une mise en valeur pleine de contradictions

37Si la population semble voir dans le tourisme, et plus particulièrement dans l’écotourisme, un potentiel économique et une valorisation à long terme de son territoire, ce désir n’est pas relayé à toutes les échelles. De multiples initiatives vont dans ce sens, mais leur portée est souvent économiquement limitée. Pourtant, leur abondance illustre une vision commune de Miyake-jima et de son renouveau économique. À titre d’exemple, les articles dans la presse spécialisée des ornithologues du Centre Akakokko décrivant les oiseaux de l’île, ou le portrait de Yamazaki Yuhei, professeur de yoga, publié dans le magasine Yogini, font tour à tour de Miyake « l’île aux Oiseaux » ou « l’île du Yoga » (Perrin, 2008). Derrière toutes ces propositions, le territoire est présenté comme fascinant, préservé et unique. Sur ce dernier point, les activités traditionnelles mettent en avant le caractère exceptionnel et la richesse du site, quand des activités conjoncturelles, renouvelées par l’éruption, valorisent le contexte de transition très spécifique, tant au niveau environnemental qu’humain. De plus, l’événementiel tend, en partie, à ressouder la communauté, notamment par la reprise d’activités dont l’évacuation avait forcé l’interruption (festivals, course de vélo, feux d’artifice, concours, etc.). Ces manifestations contribuent aussi à apporter une manne substantielle dans une économie marchande spécialisée dans la construction et surtout les services – publics et touristiques en particulier.

38Soucieux de relancer l’économie locale, le gouverneur de Tôkyô a décidé, quant à lui, d’instaurer à partir de 2007 une course de motocross, et de faire de Miyake « l’île de Man japonaise ». Antimodèle de l’écotourisme comme du développement endogène, cette action contraste avec les initiatives locales et associatives qui la rendent comparativement saugrenue. Leur vision de l’île et du renouveau n’est pas la même, notamment en termes de temporalité et de moyens. Ce décalage symptomatique entre pouvoir central et local court-circuite notamment les orientations environnementales et pérennes du tourisme. Ce festival ne vise pas non plus le même public et risque de déstabiliser les touristes potentiellement attirés par la vision de Miyake portée localement.

Une durabilité économique fondée sur la rente volcanique

39La concentration de l’investissement public rapproche Miyake d’autres îles-volcans ou d’autres périphéries rurales. Les services publics surreprésentés et les commandes passées au secteur de la construction, gonflées par les destructions depuis 2000, ont contribué à limiter le dépeuplement de l’île, tandis que les aides financières conjoncturelles ont facilité le retour de la population, dont de nouveaux habitants. Il ne s’agit pas d’une perfusion sans contrepartie, responsable d’une atrophie des autres secteurs de l’économie exposés à la concurrence. Miyake jouit d’une rente de situation en fournissant tour à tour plusieurs types de services non marchands : préservation d’une certaine qualité de vie pour ses habitants, tourisme (pêche, plongée), étude de la renaissance d’un milieu après une éruption. L’hypertrophie du secteur tertiaire peut donc être analysée comme une adaptation optimale aux ressources et aux risques locaux (Poirine, 1993). Sans garantie que la prochaine éruption ne vienne pas forcer la génération suivante à tout reconstruire, cette rente volcanique permet à la communauté locale de se maintenir et de faire la promotion de son territoire.

40La catastrophe nourrit l’économie locale. Le modèle de rente qu’elle contribue à perpétuer pourrait être considéré comme durable dans le double sens où il corrige en partie des inégalités spatiales entre la petite île et le cœur du département et répond aux besoins des habitants. À plus long terme, il peut assurer une certaine pérennité au développement économique, mais sans garantir ni la viabilité ni la sécurité du territoire insulaire puisqu’il contribue à le soumettre au risque.

41Pour conclure sur l’analyse d’une décennie qui marquera longtemps la mémoire des insulaires, la figure 5 propose une synthèse mettant en évidence le jeu des acteurs et leurs territoires. Elle se lit en trois temps de haut en bas, depuis l’avant éruption jusqu’au retour et à la reconstruction de la vie quotidienne sur Miyake-jima.

42Ce schéma illustre le rapport au territoire physiquement distendu par l’évacuation imposée par l’activité volcanique. Il permet de comprendre les conditions qui précèdent le retour et celles qui l’ont rendu possible.

43L’évacuation de l’année 2000 provoque un éclatement territorial de la population de l’île, qui menace l’intégrité de la communauté insulaire. Une majorité des habitants, disséminés dans Tokyo, se sent en danger en tant que communauté. Une forte mobilisation pour le retour se met alors en place, sous forme d’un réseau associatif qui participe à la restauration et au maintien du lien social. Elle supplée les autorités, dont les compétences se bornent à une gestion matérielle de la crise et à la reconstruction préliminaire à la levée de l’évacuation.

44L’année 2005, terme des années d’« exil », est représentée dans le cadre inférieur avec ses suites. Le maire et les insulaires qui l’ont élu début 2004 prennent la responsabilité de l’exposition au risque en revenant sur l’île-volcan. Intermédiaire entre le pouvoir tokyoïte et les habitants, la mairie concentre ses actions sur la prévention et l’information de la population vis-à-vis des émissions de gaz. Le comportement des insulaires face à ce territoire sinistré oscille entre prudence et transgression des instructions, le quotidien l’emportant sur les précautions sécuritaires. L’île n’est plus seulement mise en avant comme l’écrin d’une richesse environnementale rare, mais fait l’objet d’une valorisation accrue en tant qulle-volcan dont la catastrophe est faite patrimoine.

Figure 5. Acteurs et territoires à Miyake-jima, 2000-2009.

Figure 5. Acteurs et territoires à Miyake-jima, 2000-2009.

Bibliographie

Asahi Shimbun, 2000, « Miyake-mura jinkô wa zero [La population de Miyake-jima à zéro] », 20 décembre. Article en ligne du quotidien Asahi consulté le 28 décembre 2000

http://www.asahi.com/paper/special/miyake/news/national20036.html

Augendre M., 2008 – Vivre avec le volcan, une géographie du risque volcanique au Japon. Thèse doct., département de géographie et aménagement, Univ. de Lyon, 352 p.

Berque A. (dir.), 1994 – Cinq propositions pour une théorie du paysage. Champ Vallon, 128 p.

Bouissou J.-M., 1997 – Un nouveau Japon ? Regards sur les mouvements alternatifs. Les études du CERI, n° 30, 48 p.

Ishihara H., 2006 – 2000 nen Miyake-jima kazan gasu saigai. Taisaku no hensen. [2000 Miyakejima eruption – changing countermeasures for volcanic gazes]. Journal of Geography, 115 (2): 172-192.

Longo B.M. et al., 2008 – Cardiorespiratory health effects associated with sulphurous volcanic air pollution. Public health, 122: 809-820.

Miyake-mura, 2008 – Miyakejima funka 2000. Kazan to no kyôsei [L’éruption de Miyake-jima en 2000. La symbiose avec le volcan], 32 p. Version anglaise disponible sur le site de l’USGS, consulté le 15 mars 2010 : http://hvo.wr.usgs.gov/hazarcls/FAQ_SO2-Vog-Ash/miyakejima_english.pdf

Nogushi Y, 1998 -The 1940 System: Japan under the wartime economy. The American Economic Review, vol. 88, n° 2: 404-407.

OMS (Organisation mondiale de la santé), 2008 – Santé et qualité de l’air. Aide-mémoire n° 313.

Disponible en ligne et consulté le 15 mars 2010 : http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs313/fr/

Pelletier P., 1990 -Miyake-jima ou la géopolitique insulaire. Revue Belge de Géographie, vol. 46 : 61-78.

Pelletier P., 2003 – « Le Japon sans risques ? ». In Paris, Sedes : Les risques : 161-177.

Perrin J., 2008 – Retour à Miyake-jima ou Vivre avec Vile-volcan. Réappropriations et représentations. Mémoire de master 1, département de Géographie, Univ. de Lyon, 162 p.

Pigeon P., 2002 – Réflexions sur la géographie des risques dits naturels. Univ. de Nice -Sophia Antipolis, 598 p.

Poirine B., 1993 – Le développement par la rente dans les petites économies insulaires. Revue économique, vol. 44, n° 6 : 1169-1199.

Totman C, 1992 -Preindustrial river conservancy. Causes and consequences. Monumenta Nipponica, vol. 47, n° 1: 59-76.

Uno H. et al., 2005 -Effects of Volcanic Sulfur Dioxide on Reconstruction Workers and Residents Returning to Miyake Island. Saneishi, vol. 47: 142-148.

Uno H. et al., 2006 – The Effect of Heavy Net Sulfur Air Pollution on Healthy Japanese Workers: The Relationship of Lung Function to Long-term Exposure to Sulfur Volcanic Emissions on Miyake Island. Jichi Medical University journal, 29: 243-252.

Viane C. et al., 2009 – Étude comparative des émissions de gaz volcanique du Piton de la Fournaise et des hospitalisations de la population réunionnaise de 2005 à 2007. Revue française d’allergologie, 49 : 346-351.

Notes

1 Données 2008 de l’observatoire volcanologique d’Hawaii. Page consultée le 15 mars 2010 : http://hvo.wr.usgs.gOv/hazards/FAQ_S02-Vog-Ash/P1.html#so2

2 « Miyake-village », nom de la municipalité de Miyake.

3 Kazan shiiki no shimin dantai sôgoshien nettowâku, ou en abrégé Kazan shimin netto. réseau d’habitants créé à Shimabara après l’éruption du mont Unzen en 1991, rejoint par les riverains des monts Usu et Oyama après 2000.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Miyake-jima, cinq districts pour un volcan.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5768/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 2. Chronologie indicative de la décennie 2000 à Miyake.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5768/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 3. Zonage préventif et barrages à Miyake-jima.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5768/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 4. Des évacués regroupés près de la capitale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5768/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 5. Acteurs et territoires à Miyake-jima, 2000-2009.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5768/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 380k

Auteurs

marie.augendre@univ-lyon2.fr
Maître de conférences, université Lyon-2

japerrin@gmail.com
Doctorante, université Paris-Est Marne-la-Vallée

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search