Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Insularité et développement durable

 | 
François Taglioni

Partie 3. Économie, enjeux et risques

Performances économiques, gouvernance et vulnérablité des Petits États insulaires : quelles typologies ?

Economic performance, governance and vulnerability of Small Island States: What typologies?

Jérôme Joubert, François Fulconis et Pierre-Michel Bousquet

Résumé

Ce chapitre propose une approche multidimensionnelle de Petits États insulaires (PEI) au travers de l’étude systématique de leurs caractéristiques économiques, sociales et environnementales. À partir de bases de données récentes, des typologies significatives sont dégagées. Elles sont mobilisées pour comparer, d’une part, les PEI retenus avec d’autres groupes homogènes de pays et d’autre part, ces PEI entre eux. Il est notamment testé le rôle discriminant et explicatif de l’insularité, de l’exposition aux chocs et du niveau de développement, mais aussi de la gouvernance et des caractéristiques socio-culturelles sur la vulnérabilité et les performances économiques de ces PEI.

This chapter proposes a multidimensional approach to Small Island States through the systematic study of their economic, social and environmental characteristics. From recent databases, significant typologies are apparent. These are used to compare on the one hand the Small Island States selected with other homogeneous groups of countries, and on the other hand the Small Island States with each other. We tested in particular the discriminating and explanatory role of the insularity and of the development level, but also of the governance and socio-cultural characteristics in the vulnerability and economic performances of these Small Island States.

Texte intégral

Introduction

1Définie en 1987 par le rapport Brundtland, la notion de développement durable a très vite concerné les petits espaces insulaires (Colloque de l’université de Corse, 1997 ; Cazes-Duvat et Magnan, 2004 ; Bernardie et Taglioni, 2005). Répartis de par le monde et parfois bien éloignés des continents, ils sont directement impliqués dans la mondialisation économique contemporaine et peuvent même apparaître comme des centres stratégiques dans la géopolitique mondiale (McElroy et De Albuquerque, 1999 ; Lambourdière, 2007 ; Dehoorne et Saffache, 2008 ; ODIT, 2009). Cependant, ils demeurent parfois très vulnérables et se trouvent de plus en plus confrontés à des défis faisant peser un risque sur leur développement, voire sur leur survie.

2C’est dans ce contexte que nous proposons une approche multi-dimensionnelle de Petits États insulaires (PEI) au travers de l’étude systématique de leurs caractéristiques et de leurs vulnérabilités économiques, sociales et environnementales. Certes des typologies évidentes existent déjà sur la base d’appartenance à des aires géographiques communes, ou bien en fonction de la surface, de la population, voire des principales caractéristiques géomorphologiques. Notre objectif consiste à aller au-delà de ces classifications traditionnelles et de procéder, à partir d’un ensemble de variables, à des regroupements non évidents et émiettés géographiquement. Dans un premier temps, une analyse compare les 35 PEI retenus avec d’autres groupes homogènes de pays membres de l’ONU. Dans un second temps, ces PEI sont comparés entre eux en mobilisant tout particulièrement les critères de taille, de vulnérabilité, d’ouverture et d’insertion internationale et, enfin, de gouvernance.

Les PEI et le monde

3La population totale de l’ensemble des PEI représente un peu moins de 1 % de la population mondiale. Il existe dans le monde d’autres petits pays, d’autres îles et d’autres îles en développement. Cette première partie s’attache à situer les PEI dans ce vaste ensemble des nations souveraines.

Sous-ensembles et frontières

4Les 192 pays étudiés sont choisis en fonction du principe de souveraineté. Ce dernier se caractérise par l’adhésion aux Nations unies qui détermine le statut d’État indépendant. Cela exclut un grand nombre de territoires insulaires faisant partie intégrante de pays souverains (comme la Réunion), mais aussi des territoires sous domination étrangère tels que les Antilles néerlandaises ou les îles Vierges. Il n’y a pas de frontières stables et étanches permettant de définir précisément l’appartenance aux PEI, comme le montrent les écarts entre les différentes listes de PEI produites par plusieurs organisations et associations internationales (Banque mondiale, FAO, ONU, Small Island Developing States – SIDS Network). Les PEI étudiés sont sélectionnés uniquement parmi ces 192 États avec l’attribut supplémentaire d’être renseignés correctement par les bases de données de la Banque mondiale (WDI – World Development Indicators), ce qui ne permet pas de toujours prendre en compte Nauru, Niue et Tuvalu. Afin de définir les conditions de cette appartenance, nous présentons et discutons la variabilité des critères généralement retenus. L’objectif est de répartir l’ensemble des pays du monde en plusieurs familles et de proposer une classification des PEI selon cette partition. La construction des différentes familles s’effectue par des regroupements et des tracés de frontières réalisés à l’aide de quatre critères : taille, insularité, niveau de vie, appartenance aux PMA (Pays les moins avancés).

Quatre critères retenus

5La taille est mesurée par l’importance de la population totale. Pour la Banque mondiale, les petits pays sont ceux dont la population est inférieure à 2 millions d’habitants. Un autre seuil parfois utilisé est celui d’une population totale inférieure à 10 millions, ce qui concerne des pays comme la République dominicaine ou la Jamaïque. La surface pourrait constituer un autre critère de taille. Les 28 PEI en développement dans le monde, retenus par la Banque mondiale, ont tous une superficie inférieure à 30 000 km2. Pour François Taglioni (2003 : 36), les PEI ont une superficie inférieure à 11 000 km2. Si on peut éliminer sans difficulté les îles continentales comme le Sri Lanka, Madagascar ou Sumatra, la question se pose pour des pays comme la République dominicaine ou la Papouasie-Nouvelle-Guinée qui appartiennent pourtant au réseau des SIDS.

  • 1 « L’AOSIS est une coalition ad hoc de pays insulaires qui sont particulièrement vulnérables à une h (...)

6L’insularité est assez facile à définir. D’un point de vue strictement géographique, il s’agit d’un territoire entièrement entouré d’eau, n’ayant par conséquent que des frontières maritimes, par opposition aux territoires « enclavés » qui n’ont que des frontières continentales (Doumenge, 1986). Elle ne doit pas se confondre avec l’isolement ou l’éloignement qui caractérisent certains pays non insulaires mais subissant des contraintes identiques (Doumenge, 1966 ; Taglioni, 2010). C’est le cas de la Guyane ou encore de la Centrafrique parfois assimilée à une île au milieu du continent africain. Néanmoins, certains pays (Surinam, Guinée-Bissau) sont considérés comme suffisamment insulaires pour être membres du SIDS Network (composé de 51 membres dont certains n’adhèrent pas à l’ONU) ou de l’AOSIS (Alliance Of Small Island States)1 composée de 38 membres.

  • 2 Deux indices assez proches et fortement corrélés entre eux existent : l’indice de capital humain (H (...)

7Le niveau de vie se mesure traditionnellement par l’indicateur de revenu par habitant et par l’indice de capital humain2. C’est en ajoutant à ces deux critères la prise en compte de la vulnérabilité économique que les grandes institutions de développement identifient les 49 PMA actuels (CDP, 2000). Nous retenons ainsi trois grandes catégories de pays : les PMA, les pays en développement non PMA (PIB/habitant < 11,455 US $) et les pays à hauts revenus.

8Le croisement des quatre critères (taille, insularité, niveau de vie et appartenance aux PMA) fait apparaître douze familles de pays et permet d’identifier les 35 PEI qui constituent notre échantillon. Les premiers chiffres figurant entre parenthèses sur la figure 1 indiquent le nombre de PEI, les seconds indiquent les autres pays membres de l’ONU.

Figure 1. Répartition des 192 pays membres de l’ONU en 12 familles.

Figure 1. Répartition des 192 pays membres de l’ONU en 12 familles.
  • 3 Pour comparaison, il y a 38 PEI en développement membres de la FAO, les 35 pays de l’échantillon pl (...)

Tableau 1. Identification des 35 pays de l’échantillon3

Tableau 1. Identification des 35 pays de l’échantillon3

Tableau 1. (suite)

Tableau 1. (suite)

9Les 35 PEI étudiés figurent en « gras soulignés » dans le tableau 1. Le principe qui préside à la classification est l’observation des 4 critères : taille (1 si < à 2 millions, 0 si non), îles (1 si oui, 0 si non), revenu (1 si PIB/habitant < à 11 455 US $, 0 si non) et PMA (1 si oui, 0 si non).

Rôle discriminant des critères

10Mesure imparfaite et critiquée de la performance (cf. Stiglitz et al., 2009), le taux de croissance du PIB/hab. constitue néanmoins un indicateur utile car il est bien renseigné pour tous les pays. Il est de plus assez bien corrélé à l’évolution des indicateurs physiques de développement. Comme l’indique le tableau 2, les douze familles retenues présentent des niveaux assez variables en matière de performances économiques. Ce tableau permet aussi de constater une amélioration générale des performances mesurées sur la période 1996-2008 par rapport à celles mesurées sur la période 1975-2008.

  • 4 Exemple : selon le critère taille, les douze familles sont divisées en deux groupes : « petit » (co (...)

11Afin d’isoler le rôle de chacun des 4 critères retenus sur la performance économique et la volatilité, 4 partitions de l’ensemble des 12 familles, selon qu’elles possèdent ou ne possèdent pas un des critères retenus, sont réalisées4. Pour chaque critère sont calculées la moyenne des taux de croissance moyens (Moy Moy) et la moyenne des écarts-types des taux de croissance moyens (Moy EcTy) qui permettent de mesurer la volatilité des taux de croissance (tabl. 3).

Tableau 2. Performances économiques

Tableau 2. Performances économiques

Tableau 3. Rôle des critères dans la performance et la volatilité

Tableau 3. Rôle des critères dans la performance et la volatilité

12Concernant la taille, nous confirmons à l’instar de plusieurs études qu’il n’existe pas à l’évidence un handicap ou un avantage de la taille pour les résultats en termes de croissance (Spence, 2008), mais seulement une volatilité plus forte (Easterly et Kraay, 2000) qui s’explique par des niveaux d’ouverture aux échanges, et donc d’exposition aux chocs, plus élevés pour les petits pays. L’hypothèse de J. E Atkins et al. (2000) sur le lien entre volatilité et vulnérabilité semble ainsi vérifiée. Quant à l’insularité, elle est un facteur non discriminant sur la période 1975-2008 pour la performance économique, mais elle le devient fortement sur la période 1996-2008. Sur cette dernière période, l’insularité apparaît comme un handicap dont les causes sont à chercher dans la hausse des coûts de transport et du prix de certaines matières premières, dans la dégradation des conditions environnementales et climatiques. Les pays à faibles revenus et plus encore les PMA enregistrent un déficit de croissance en longue période par rapport aux autres pays, situation qui tend à s’atténuer ces dernières années, surtout pour les PMA.

Une première typologie

13La réalisation d’une typologie suppose de trouver un ensemble de variables discriminantes dont certaines sont suffisamment indépendantes pour obtenir des axes de répartition permettant de procéder à des dispersions et à des regroupements de pays. Tel est l’objet de ce point tout en maintenant la distinction entre les PEI et les non-PEI.

Un ensemble de variables pour une comparaison générale

  • 5 Indicateur synthétique normalisé reposant sur 7 critères : population, isolement, concentration des (...)

14À partir de la décomposition de l’Economic Vulnerability Index (EVI)5 publié par l’ONU, la valeur moyenne pour les 35 PEI retenus est comparée avec celle des autres pays en développement et émergents (les 130 pays pour lesquels l’ONU calcule l’EVI). Comme l’indique le tableau 4, les PEI ont un niveau de vie moyen supérieur d’environ 20 % aux autres (4 869 contre 4 052) et la plupart des indicateurs physiques présentent une même proportion que ce soit l’indice de développement humain, le taux de scolarisation ou le taux d’alphabétisation. Seule la proportion de sans-abri est nettement différente puisqu’elle est plus du double dans les PEI (2,56 %) que dans les non-PEI (1,25 %).

Tableau 4. Comparaison des EVI, HAI et PIB entre PEI et non-PEI

Tableau 4. Comparaison des EVI, HAI et PIB entre PEI et non-PEI

Source : calcul à partir des données de 2007 des Nations unies.

15A contrario, la vulnérabilité économique des PEI est de 20 % supérieure à la moyenne des autres pays. Cela s’explique par un indice d’exposition nettement plus élevé pour les PEI (60 % supérieur) qui se combine à un indice de choc identique pour les deux groupes de pays. Cet écart entre l’indice d’exposition et l’indice de choc provient de leur spécialisation qui est moins sensible aux variations des termes de l’échange et, également, d’une plus faible variabilité de la production agricole par rapport à celle des autres pays en développement. Il est aussi signe d’une forte capacité de résilience des PEI par rapport aux autres pays en développement (Guillaumont, 2009). La figure 2, élaborée à partir des familles A, B, C, D, E, F, H, K, L, indique que les EVI des PEI présentent des valeurs significativement supérieures à celles des non-PEI (affirmation validée par la méthode statistique d’ANOVA : Analysis of variance).

Figure 2. Boîtes à moustaches représentant les EVI des PEI et des non-PEI.

Figure 2. Boîtes à moustaches représentant les EVI des PEI et des non-PEI.

Dispersions comparées

16Afin de caractériser les 35 PEI par rapport aux autres pays en développement et émergents, une première analyse en composantes principales (ACP 1) est effectuée. Elle s’appuie sur un ensemble de 18 variables utilisées pour le calcul de l’EVI, dont le HAI et le PIB par habitant (fig. 3). Cette ACP 1 indique qu’un grand nombre de variables peut être regroupé sur deux dimensions expliquant à plus de 50 % la dispersion de l’ensemble de ces pays (fig. 4).

17L’axe horizontal regroupe les indicateurs traditionnels de développement humain bien corrélés entre eux. L’axe vertical regroupe les indicateurs de vulnérabilité parmi lesquels la faiblesse et l’isolement jouent un rôle déterminant. L’orthogonalité de la vulnérabilité par rapport au développement permet de répartir les pays selon ces deux dimensions d’une part, et rappelle la quasi-indépendance entre la vulnérabilité et le développement des pays étudiés d’autre part.

Figure 3. Cercle des corrélations (ACP 1).

Figure 3. Cercle des corrélations (ACP 1).

Variables non significatives :
1. Population
2. Instabilité des exportations
3. Concentration des exportations
4. Eloignement
5. Indice de choc naturel
6. Pourcentage de sans-abris
7. Instabilité agricole
8. PBI par habitant

18La figure 4 fait ressortir que les 32 PEI sont globalement plus vulnérables, mais également plus développés, que la moyenne des 130 pays considérés. Cette combinaison de vulnérabilité et de développement est la signature de la majorité des PEI. Ils demeurent cependant hétérogènes, il est alors possible de les classer en 3 grands ensembles. L’ensemble 1 est constitué de pays très vulnérables, principalement des petites îles archipélagiques de l’océan Pacifique et de l’océan Indien. L’ensemble2 se compose de pays répartis sur les quatre zones géographiques et très en retard en matière de développement humain. Ils ne sont néanmoins pas particulièrement vulnérables du fait, pour certains, de leur population relative assez importante. L’ensemble3, qui regroupe la majorité des PEI, est constitué d’États assez développés bien que vulnérables. Ils appartiennent le plus souvent à la zone Caraïbe et beaucoup d’entre eux sont des paradis fiscaux.

Figure 4. Vulnérabilité économique et développement (ACP 1).

Figure 4. Vulnérabilité économique et développement (ACP 1).

Note : en cercles noirs apparaissent les 32 PEI et en cercles grisés les 98 autres pays, soit un total de 130 pays en développement extrait du fichier des Nations unies portant sur les indicateurs de vulnérabilité.

19En conservant les deux axes tirés de l’ACP 1 et en reprenant le nuage de points représentant l’ensemble des pays, la figure 5 fait apparaître les zones de concentration de 9 familles identifiées (les familles I, M et N ne faisant pas partie de l’ACP sont ignorées).

20Les familles C et H sont très proches et correspondent en grande partie aux petits États des Caraïbes. Les familles K et L se distinguent très nettement en fonction de leur niveau de développement. On notera que les deux membres de la famille B (Haïti et Madagascar) pourraient appartenir à la famille K. La position centrale de la famille E permet de comprendre la logique spatiale du schéma. Horizontalement, il s’agit de pays en développement mais ne faisant pas partie des plus pauvres, alors que verticalement la petite taille, qui augmente la vulnérabilité, est contrecarrée par la non-insularité qui la réduit.

Figure 5. Localisation spatiale des familles.

Figure 5. Localisation spatiale des familles.

Les PEI : quelles typologies ?

21Pour élaborer des typologies des PEI, il convient tout d’abord de souligner leur dispersion. En reprenant les variables de l’ACP 1, mais en ne considérant que celles relatives aux PEI, il s’avère que les deux premières valeurs propres sont encore plus élevées que pour l’ACP 1, ce qui explique, sur les deux dimensions, 60 % des caractéristiques de l’échantillon (fig. 6).

22Si les PEI apparaissent toujours très dispersés, ils peuvent néanmoins être regroupés en 4 sous-ensembles : (1) les PEI les plus importants en termes de population et figurant parmi les plus développés ; (2) les PEI types, majoritairement des Caraïbes ; (3) les petits pays types très vulnérables, mais possédant néanmoins des atouts touristiques et des capacités de résilience supérieures au sous-ensemble suivant ; (4) les pays en difficulté, pauvres, le plus souvent des PMA. Nous observons bien une « décontinentalisation » des PEI puisque, dans chacun des 4 sous-ensembles, se retrouvent deux voire trois zones géographiques différentes. Ainsi, les Comores, la Guinée-Bissau et la Papouasie-Nouvelle-Guinée appartiennent au même groupe. On notera aussi la présence de profils particuliers : Maurice, les Seychelles et Fidji au milieu des petites îles des Caraïbes, Bahreïn et Grenade dans la catégorie des grands pays, et les Maldives avec les îles du Pacifique. On remarque enfin que les PEI se trouvant au centre de la figure 6 ne sont pas des îles puisqu’il s’agit du Surinam et de la Guyane.

Figure 6. Vulnérabilité économique et développement des PEI (ACP 2).

Figure 6. Vulnérabilité économique et développement des PEI (ACP 2).

23Pour compléter la typologie proposée, 4 critères majeurs susceptibles d’influencer fortement les performances économiques sont retenus. À la taille des pays mesurée par la population totale et, à la vulnérabilité mesurée par l’EVI, s’ajoutent le degré d’ouverture économique mesurée par la somme des échanges rapportée au PIB, et la qualité de la gouvernance mesurée par des indicateurs synthétiques. Nous pourrons ainsi suggérer 3 typologies complémentaires : une première fondée sur le croisement des vulnérabilités (fig. 8), une deuxième sur le type d’insertion internationale (fig. 9) et une troisième sur la qualité de la gouvernance et le croisement « gouvernance vulnérabilité » (tabl. 6, fig. 10). Les PEI, qui se retrouvent positionnés dans ces typologies, seront d’autant plus proches les uns des autres qu’ils appartiendront toujours au même groupe quelles que soient les typologies concernées. Par exemple, Samoa et Tonga appartiennent régulièrement au même groupe dans les premières typologies, mais ne se distinguent que par la qualité de leur gouvernance, ce qui laisse présager des capacités de résilience supérieures pour Samoa.

Taille

24Bien que les 35 membres de l’échantillon soient de petite taille, leur diversité sur d’autres critères est telle qu’il est difficile d’en tirer des conséquences communes. Quelles similitudes existent, par exemple, entre la République dominicaine, Palau et les Seychelles ? Cela semble néanmoins possible au regard de la vaste littérature économique consacrée aux avantages et aux inconvénients de la petitesse (Alesina et Spolaore, 2003). Plus les pays sont petits, plus ils sont handicapés par une absence de profondeur économique qui empêche la diversification de leurs productions et de leurs exportations. Leurs difficultés à réaliser des économies d’échelle augmentent inévitablement le coût unitaire de nombreux services administratifs pourtant indispensables à l’exercice de leur souveraineté. L’insularité, lorsqu’elle se cumule avec l’isolement, induit des coûts de transport élevés auxquels s’ajoute, le plus souvent, une forte dépendance énergétique. Cette situation explique d’ailleurs l’importance accordée, depuis 2005 par le programme de Maurice, aux énergies renouvelables admises comme l’une des conditions du développement durable des PEI.

25En revanche, les PEI possèdent aussi un certain nombre d’atouts soulignés déjà par S. Kuznets (1960), comme l’existence de frontières stables, un sentiment d’appartenance associé à une forte cohésion sociale, une maîtrise du territoire et une capacité d’adaptation plus rapide (Easterly et Kraay, 2000). Nous avons donc la coexistence par certains aspects du « small is harmfull » et par d’autres du « small is beautiful ». Ainsi, s’ils apparaissent plus vulnérables aux chocs externes, ils possèdent également des facteurs de résilience élevés (Briguglio, 1995 ; Witter et al., 2002). La résilience est ici considérée comme la capacité à surmonter rapidement des chocs exogènes négatifs (dégradation rapide des termes de l’échange, catastrophes naturelles). En général, les éléments structurels favorables à la résilience sont la gouvernance, la stabilité macro-économique, la réforme des marchés et le développement social. Les politiques de diversification de l’économie et de réduction des coûts de transport contribuent à son renforcement. La poursuite de notre analyse met en évidence que la petite taille peut en effet apparaître comme une forme de protection contre les très mauvaises performances ou gouvernances économiques.

Vulnérabilité

26Plus que la taille, la vulnérabilité peut constituer un critère discriminant entre les PEI. Cette vulnérabilité est polymorphe, elle peut être économique, environnementale ou géographique. La vulnérabilité économique, mesurée régulièrement à l’aide de l’EVI, est assez forte pour les PEI Cela s’explique par l’importance donnée au critère de taille dans la construction de l’indice. Comme l’EVI n’est corrélé ni au PIB, ni aux performances économiques, il pourrait être utile de le corriger en fonction du niveau de richesse des pays pour mesurer au plus près la véritable vulnérabilité économique, et ce, en isolant la richesse qui est un facteur essentiel de la résilience comme le propose L. Briguglio (2003) avec l’Economic Vulnerability Index Adjusted for Resilience (EVIAR).

27Les PEI sont également plus vulnérables que la moyenne des pays sur le plan environnemental. Cela apparaît en observant l’Environmental Vulnerability Index, indice synthétique élaboré par la SOPAC (Pacific Islands Applied Geoscience Commission). Cet indice normalisé permet de les classer en 5 catégories (at risk, low, medium, high, extremely) en fonction de 7 sous-indices : changements climatiques, désastres naturels, santé humaine, pêche et agriculture, eau, désertification, biodiversité.

28Enfin, en utilisant un indice de vulnérabilité géographique, appelé aussi « vulnérabilité de place » (CVI – Composite Vulnerability Index), R. Turvey (2007) propose de classer les pays en 3 catégories (low, medium, high). Cet indice se décompose en 4 sous-indices : risques d’inondations (coastal index), index d’isolement (peripherality index), indicateur d’urbanisation (urbanisation indicator) et vulnérabilité aux désastres naturels (vulnerability to natural disasters).

29En testant les corrélations entre les différentes mesures de vulnérabilité, il ressort qu’absolument aucune corrélation n’existe entre la vulnérabilité économique et la vulnérabilité environnementale. Ce constat est d’autant plus surprenant qu’il existe au sein même de l’EVI l’indicateur du nombre de sans-abri qui est, en partie, lié aux risques climatiques et sismiques. Le cercle des corrélations (fig. 7) indique clairement que les deux composantes sont orthogonales, ce qui permet d’observer une large dispersion des 35 PEI en fonction de ces deux dimensions sans que des typologies évidentes apparaissent (fig. 8). Notons cependant que la vulnérabilité géographique se présente comme une synthèse des autres vulnérabilités (économique et environnementale) dans la mesure où les pays doublement vulnérables sont souvent classés dans la catégorie high par l’indicateur de Turvey.

Figure 7. Cercle des corrélations EVI éco. – EVI envir. des PEI (ACP 3).

Figure 7. Cercle des corrélations EVI éco. – EVI envir. des PEI (ACP 3).

Figure 8. Vulnérabilités économique et environnementale des PEI (ACP 3).

Figure 8. Vulnérabilités économique et environnementale des PEI (ACP 3).

Ouverture et insertion internationales

30Les petits pays sont, toutes choses égales par ailleurs, plus ouverts que les autres sur l’extérieur. Le besoin de se spécialiser et l’impossibilité de pratiquer des politiques de développement centrées sur leur marché intérieur les encouragent fortement à adopter des politiques d’ouverture au commerce et aux investissements. Pour les PEI, ce phénomène est accentué par une double vocation : touristique, liée à la situation géographique, et financière pour l’accueil de capitaux et de sociétés étrangères. Cette ouverture se combine avec de forts déplacements de personnes, notamment des taux de migration négatifs élevés dépassant parfois les 5 % (Samoa, Guyana, Tonga). Ces migrations peuvent être provoquées par des phénomènes environnementaux (sécheresse, inondations, cyclones) et risquent d’être renforcées pour les PEI très sensibles à la hausse du niveau de la mer. Par ailleurs, pour les personnes qualifiées, les taux de migration dépassent parfois les 70 % entraînant une fuite des cerveaux préoccupante (Docquier et al., 2005 : 1315). Ces migrations peuvent toutefois apporter des ressources sous forme de reversements salariaux (> à 10 % du PIB pour le Cap-Vert, la Jamaïque, Haïti, Guyana et Tonga).

31Afin de rendre compte de la forme de cette ouverture sur l’extérieur, la décomposition du compte courant de la balance des paiements est utilisée. Nous montrons comment se positionnent 26 PEI parmi 59 pays en développement (possédant des bases de données historiques complètes et comparables) dans un espace à 3 dimensions dont les axes, exprimés en pourcentage du PIB, sont les exportations de biens, les exportations de services (principalement le tourisme) et les transferts (aides et reversements salariaux). Mettant de côté 3 singletons atypiques (Liberia, Singapour et Bahamas), quatre catégories de pays apparaissent (fig. 9, tabl. 5).

Figure 9. Types d’ouverture et d’insertion internationales.

Figure 9. Types d’ouverture et d’insertion internationales.

Tableau 5. Différentes formes d’insertion internationale des PEI

Tableau 5. Différentes formes d’insertion internationale des PEI

32Cette classification en 4 catégories met en évidence que les pays étudiés sont globalement concentrés vers les « exportations de services » et les « exportations de biens ». Par rapport aux autres pays considérés, il est également à noter qu’une grande partie des PEI se situe davantage vers les « exportations de services », alors qu’un second groupe moins important se retrouve vers les « exportations de biens ». Ce phénomène s’explique par la vocation touristique des PEI et par l’accueil de services financiers. Il ressort enfin que les PEI sont moins concernés par le « transfert courant » que les autres pays, résultat logique d’une richesse relative par habitant supérieure en moyenne à celle des autres pays de l’échantillon.

Gouvernance

  • 6 L’importance des corrélations observées entre les 6 indicateurs du WGI autorise à parler d’indice s (...)

33La gouvernance est depuis de nombreuses années une des explications des écarts de performance entre les pays. Assez complexes à mesurer, les premières études suscitées par la Banque mondiale ont cherché à montrer que l’efficacité de l’aide dépendait de la politique économique suivie, « il faut aider les bons élèves » (Burnside et Dollar, 2000). Par rapport à notre échantillon, la littérature économique indique qu’en général les petits pays sont relativement bien gouvernés. Ils ont des institutions assez stables, des dirigeants plutôt pragmatiques et concernés par l’harmonie sociale (Dömeland et Sander, 2007 ; Sutton, 2007). A l’aide des 6 indicateurs utilisés par le WGI (démocratie, stabilité politique et absence de violence, efficacité gouvernementale, qualité de la réglementation, État de droit, contrôle de la corruption), nous construisons un indice synthétique de gouvernance (G)6. Il correspond à la première composante principale d’une ACP effectuée sur ces 6 variables.

  • 7 Guyana, Palaos et Timor oriental, non renseignés pour G, ont été exclus de cette analyse.

34La répartition des pays selon cet indicateur montre des situations extrêmement variables et permet de distinguer 3 groupes (tabl. 6)7. L’étude des deux extrêmes fait apparaître un premier groupe de pays particulièrement mal gouvernés (G < – 2), ils y sont toujours assez peuplés et enregistrent des performances négatives en matière de croissance économique (excepté Cuba). À l’opposé, un deuxième groupe de pays assez bien gouvernés (G > 2) est essentiellement constitué de petites îles des Caraïbes (exceptée Maurice) ayant des revenus et des taux de croissance plutôt élevés et souvent connues pour être des paradis fiscaux. Les moyennes calculées pour les 3 groupes mettent clairement en évidence la relation entre la qualité de la gouvernance, l’importance de la population, la croissance économique, l’ouverture et la prévalence des paradis fiscaux. Ce tableau renforce le sentiment d’hétérogénéité de notre échantillon, car, en effet, quoi de commun en dehors de l’insularité entre Haïti et Antigua, entre la Papouasie-Nouvelle-Guinée et les Bahamas, entre Maurice et les Comores ?

35Une étude plus systématique par le cercle des corrélations de l’ensemble des variables du tableau 6, auquel est ajouté l’indice d’exposition de l’EVI, montre que la gouvernance est fortement corrélée avec le niveau de développement, le taux de croissance et l’ouverture économique, mais absolument pas avec cet indice d’exposition.

36En répartissant les PEI selon leur gouvernance et leurs performances économiques d’une part, et l’indice d’exposition d’autre part, il est possible de distinguer quatre zones d’appartenance (fig. 10) : (1) une zone « favorable à la résilience » composée de pays vulnérables mais bien gouvernés. Ce sont souvent des paradis fiscaux possédant un fort potentiel touristique. Les difficultés qu’ils auront à surmonter seront notamment les conséquences de la crise actuelle auxquelles s’ajoute une limitation de leur avantage économique procuré par leur qualité de paradis fiscal (les paradis fiscaux purs étant les plus vulnérables) ; (2) une zone de pays « en danger » qui se caractérisent par une forte vulnérabilité et des indicateurs de gouvernance assez faibles ne présageant pas de réponses rapides et efficaces aux éventuels chocs externes négatifs. Ces pays cumulent donc une vulnérabilité inhérente et auto-infligée, comme le soulignent régulièrement les rapports de la FAO. La grande majorité des PMA se retrouve dans cette zone, leur caractéristique consiste à cumuler vulnérabilité et pauvreté, les archétypes étant la Guinée-Bissau ou les Comores et Tonga ; (3) une zone d’« immobilisme » dans laquelle se retrouvent les pays embourbés dans leur pauvreté tels qu’Haïti et la Papouasie-Nouvelle-Guinée ; (4) une zone enfin aux « avantages multiples ». Elle se compose de pays cumulant plusieurs avantages, celui d’être bien gouvernés et d’avoir un potentiel touristique élevé, mais aussi une activité industrielle et (ou) d’importantes ressources naturelles, les archétypes étant Maurice ou Trinidad-et-Tobago.

Tableau 6. Gouvernance et performances économiques des PEI (2007)

Tableau 6. Gouvernance et performances économiques des PEI (2007)
  • 1 Indice synthétique de gouvernance.
  • 2 Zones : océan Atlantique (At), Caraïbes (Ca), océan Indien (In) et océan Pacifique (Pa).
  • 3 Ouverture : somme des exportations et des importations de biens et de services par rapport au PIB.

Note *1
Note **2
Note ***3

Figure 10. Quatre zones d’appartenance des PEI (ACP 4).

Figure 10. Quatre zones d’appartenance des PEI (ACP 4).

Conclusion

37Les PEI constituent-ils un objet de recherche identifiable ou ne sont-ils que l’accumulation de cas particuliers sans autres unités que l’insularité ou le sentiment d’insularité ? Les PEI ont certes perçu leur identité commune et la nécessité de se constituer en associations et en groupes de pression pour porter leurs revendications.

38L’appel à la prise de conscience mondiale de leurs difficultés singulières pourrait se traduire néanmoins par la mise en place d’un traitement spécial et différencié pour certains d’entre eux. Cette problématique de la gradation se retrouve dans les institutions internationales lorsqu’il s’agit de mettre en place des accès prioritaires aux financements ou des exceptions aux règles communes. De ce point de vue, nous avons fait le pari, dans cette étude, d’utiliser des méthodes de classification et d’analyse typologique pour repérer, au sein des PEI, des groupes homogènes partageant les mêmes caractéristiques et devant relever des défis similaires. Si les PEI sont tous confrontés à deux défis communs, certains d’entre eux en subissent en plus trois spécifiques.

39Tous les PEI rencontrent les difficultés des petits États dans la mondialisation. Ils doivent concilier ouverture extérieure et cohésion sociale, migration des élites et conservation des ressources humaines, édification des attributs de leur souveraineté et limitation des dépenses publiques. Tous les PEI sont également sensibles aux enjeux du développement durable sous ses aspects économiques, sociaux et environnementaux. Concernés par les 20 chapitres du programme de Maurice, ils sont soumis plus que les autres à l’impérieuse nécessité de miser sur les énergies renouvelables, de réduire les coûts de transport et de communication, de pratiquer une gestion protectrice de leurs ressources maritimes et côtières, d’assurer aux populations l’approvisionnement en eau potable et de traiter les déchets ménagers.

40Parmi les PEI, maintenant, trois groupes concernés chacun par un défi supplémentaire se distinguent. Un premier groupe est aujourd’hui une victime collatérale de la crise financière et du renforcement de la lutte contre les paradis fiscaux. Les pays concernés risquent de perdre des ressources financières importantes. Ils disposent néanmoins de capacités de résilience et d’un avantage de localisation qui devraient les aider à surmonter ces difficultés. Un deuxième groupe partage une exposition aux chocs naturels élevée pour les petites îles isolées et plates des océans Pacifique et Indien, avec une sensibilité particulière aux conséquences du réchauffement climatique et un risque de disparition. Un troisième groupe est confronté à la grande pauvreté avec des indices de développement humain parmi les plus faibles du monde et des systèmes de gouvernance publique les rendant incapables par eux-mêmes d’aller vers des trajectoires d’amélioration. Lorsque les pays de ces deux derniers groupes sont, en plus, soumis à une fragmentation ethnique ou à une bipolarisation conflictuelle de la société, l’instabilité politique constitue un handicap supplémentaire. Enfin, les besoins d’assistance sont différents d’un groupe à l’autre. Heureusement, aucun pays n’appartient simultanément aux trois, même si certains doivent affronter deux des trois défis supplémentaires. Alors que les deux premiers groupes ont chacun des difficultés spécifiques qui méritent des protocoles d’assistance adaptés, le troisième, qui rassemble les PEI en grande pauvreté, a les mêmes besoins que tous les membres de la vaste famille des PMA.

Bibliographie

Alesina A., Spolaore E., 2003 – The Size of Nations. Cambridge, MA, MIT Press, 255 p.

Atkins J.P., Mazzi S., Easter C., 2000 – A Commonwealth Vulnerability Index for Developing Countries: The Position of Small States. Commonwealth Secretariat, Economic Paper Series, n° 40, 64 p.

Bernardie N., Taglioni E (dir.), 2005 – Les dynamiques contemporaines des petits espaces insulaires. De l’île-relais aux réseaux insulaires. Paris, Éditions Karthala, 443 p.

Briguglio L., 1995 – Small Island States and their Economic Vulnerabilities. World Development, vol. 23, n° 9: 1615-1632.

Briguglio L., 2003 – « Economic vulnerability and resilience: concepts and measurements ». In: International Workshop, Vulnerability and Resilience of Small States », Commonwealth Secretariat and the University of Malta, University Gozo Centre, Malta, 1-3 March, 11 p.

Burnside C., Dollar D. – 2000 -Aid, Policy, and Growth. American Economic Review, vol. 90, n° 4: 847-868.

Cazes-Duvat V, Magnan A., 2004 – L’île de Bird aux Seychelles : un exemple de développement durable ? Paris, Univ. de la Réunion, L’Harmattan, 238 p.

CDP – Comité des politiques du développement, 2000 – Rapport de la deuxième session. 03-07 avril. Conseil économique et social, Documents officiels, Supplément n° 13, 38 p.

Colloque de l’Université de Corse, 1997 – L’Île laboratoire. Ajaccio, Éditions Alain Piazzola, 459 p.

Dehoorne O., Saffache P. (dir.), 2008 – Mondes insulaires tropicaux. Géopolitique, économie et développement durable. Paris, Ellipses, 251 p.

Docquier E, Lohest O., Marfouk A., 2005 – Union européenne et migrations internationales. L’UE 15 contribue-t-elle à l’exode des travailleurs qualifiés ? Revue économique, vol. 56, n° 6 : 1301-1330.

Dömeland D., Sander E, 2007 – Growth in African Small States. PRMED, Washington, The World Bank, 31 p.

Doumenge F., 1966 – L’homme dans le Pacifique sud – Étude géographique. Publication de la Société des Océanistes, n° 19, Paris, 633 p.

Doumenge F., 1986 – Enclavement et développement – Viabilité des États enclavés en développement de l’ACCT. Paris, Agence de Coopération culturelle et technique, 92 p.

Easterly W, Kraay A., 2000 – Small States, Small Problems? Income, Growth, and Volatility in Small States. World Development, vol. 28, n° 11: 2013-2027.

Guillaumont P., 2009 – Assessing the Economic Vulnerability of Small Island Developing States and the Least Developed Countries. Série Études et Documents, CERDI, E 2009.13, 39 p.

Kuznets S., 1960 – « Economic growth of small nations ». In Robinson E.A. G. (ed.): The economic consequences of the size of nations, Proceedings of a conference, International Economic Association, Toronto, Macmillan.

Lambourdière E. (dir.), 2007 – Les Caraïbes dans la géopolitique mondiale. Paris, Ellipses, 460 p.

McElroy, J.-L., De Albuquerque K., 1999 – Measuring tourism penetration in small island. Pacific Tourism Review, vol. 3, n° 2 : 161-169.

ODIT, 2009 – Tourisme durable dans les îles – Protéger, développer, valoriser. Paris, ODIT France, n° 29, 132 p.

Spence M., 2008 – Rapport sur la croissance – Stratégie pour une croissance durable et un développement solidaire. Commission sur la croissance et le développement, Washington, Banque mondiale, 165 p.

Stiglitz J., Sen A., Fitoussi J.-P., 2009 – « Rapport de la Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social », 324 p. http:/www.stiglitz-sen-fitoussi.fr

Sutton P.K., 2007 – « Democracy and Good Governance in Small States ». In Kisanga E.J., Danchie S.J. (eds.): Commonwealth Small States: Issues and Prospects, London, Commonwealth Secretariat et Commonwealth Parliamentary Association: 199-217.

Taglioni F., 2003 – Recherches sur les petits espaces insulaires et sur leurs organisations régionales. Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Univ. Paris IV-Sorbonne, 218 p. http://www.taglioni.net/hdr.htm

Taglioni F., 2010 – « L’insularisme : une rhétorique bien huilée dans les petits espaces insulaires ». In Sevin O. et al. (dir.) : Comme un parfum d’île, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne (PUPS) : 421-435.

Turvey R., 2007 – Vulnerability Assessment of Developing Countries: The Case of Small Island Developing States. Development Policy Review, vol. 25, n° 2: 243-264.

Witter M., Briguglio L., Bhuglah A., 2002 – « Measuring and Managing the Economic vulnerability of Small Island Developing States ». In: Vulnerability and SIDS: exploring mechanisms for partnerships, Montego Bay, Jamaica, 9-10 May, 33 p.

Notes

1 « L’AOSIS est une coalition ad hoc de pays insulaires qui sont particulièrement vulnérables à une hausse du niveau de la mer et qui partagent des positions politiques publiques communes sur les changements climatiques portant sur les mesures appropriées pour la période située au-delà de l’an 2000 » (http://www.sommetjohannesburg.org/institutions/frame-aosis.html).

2 Deux indices assez proches et fortement corrélés entre eux existent : l’indice de capital humain (HAI – Human Asset Index) basé sur 4 indicateurs physiques (calories absorbées, mortalité infantile, taux de scolarisation et taux d’alphabétisation) et l’indice de développement humain (IDH) prenant en compte le taux de scolarisation, le taux d’alphabétisation, l’espérance de vie et le logarithme du PIB/habitant en parité du pouvoir d’achat.

3 Pour comparaison, il y a 38 PEI en développement membres de la FAO, les 35 pays de l’échantillon plus les îles Cook, Nauru, Niue et Tuvalu moins Bahreïn.

4 Exemple : selon le critère taille, les douze familles sont divisées en deux groupes : « petit » (comprenant les familles A, C, D, H, E et I) et « grand » (comprenant les familles N, F, B, K, L et M).

5 Indicateur synthétique normalisé reposant sur 7 critères : population, isolement, concentration des exportations, poids de l’agriculture (composant tous les 4 l’« indice d’exposition »), nombre de sans-abri, instabilité de la production agricole et instabilité des exportations de biens et de services (composant tous les 3 l’« indice de choc »).

6 L’importance des corrélations observées entre les 6 indicateurs du WGI autorise à parler d’indice synthétique plutôt que d’indice composite.

7 Guyana, Palaos et Timor oriental, non renseignés pour G, ont été exclus de cette analyse.

Notes de fin

1 Indice synthétique de gouvernance.

2 Zones : océan Atlantique (At), Caraïbes (Ca), océan Indien (In) et océan Pacifique (Pa).

3 Ouverture : somme des exportations et des importations de biens et de services par rapport au PIB.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition des 192 pays membres de l’ONU en 12 familles.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 1. Identification des 35 pays de l’échantillon3
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Tableau 1. (suite)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Tableau 2. Performances économiques
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5758/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Tableau 3. Rôle des critères dans la performance et la volatilité
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5758/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 4. Comparaison des EVI, HAI et PIB entre PEI et non-PEI
Légende Source : calcul à partir des données de 2007 des Nations unies.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5758/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 2. Boîtes à moustaches représentant les EVI des PEI et des non-PEI.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5758/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 3. Cercle des corrélations (ACP 1).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5758/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 4. Vulnérabilité économique et développement (ACP 1).
Légende Note : en cercles noirs apparaissent les 32 PEI et en cercles grisés les 98 autres pays, soit un total de 130 pays en développement extrait du fichier des Nations unies portant sur les indicateurs de vulnérabilité.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5758/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 5. Localisation spatiale des familles.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5758/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 6. Vulnérabilité économique et développement des PEI (ACP 2).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5758/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 7. Cercle des corrélations EVI éco. – EVI envir. des PEI (ACP 3).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5758/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 8. Vulnérabilités économique et environnementale des PEI (ACP 3).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5758/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 9. Types d’ouverture et d’insertion internationales.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5758/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 5. Différentes formes d’insertion internationale des PEI
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5758/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Tableau 6. Gouvernance et performances économiques des PEI (2007)
Légende Note *1Note **2Note ***3
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5758/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Figure 10. Quatre zones d’appartenance des PEI (ACP 4).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5758/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 240k

Auteurs

jerome.joubert@univ-avignon.fr
Économiste, maître de conférences, université d’Avignon, laboratoire Biens, normes et contrats (LBNC)

francois.fulconis@univ-avignon.fr
Maître de conférences en sciences de gestion, université d’Avignon, laboratoire CRET-LOG

pierre-michel.bousquet@univ-avignon.fr
Ingénieur en informatique, PRAG, université d’Avignon, Laboratoire d’informatique d’Avignon (LIA)

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.