Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Insularité et développement durable

 | 
François Taglioni

Partie 3. Économie, enjeux et risques

Introduction à la troisième partie

François Taglioni

Texte intégral

1Qu’en est-il de la vulnérabilité, des enjeux et des risques en milieu insulaire dans la perspective du développement durable ? Ce sera le questionnement central de la troisième partie. Pour ce faire, l’idée de construire un Indicateur de développement humain soutenable (IDHS), qui a pour ambition de tenir compte de la vulnérabilité économique et de la soutenabilité environnementale dans le cadre d’un développement humain durable, semble prometteur (Garabedian, Hoarau). Dans la même perspective l’étude systématique des caractéristiques économiques, sociales et environnementales des Petits États insulaires (PEI) permet d’envisager des typologies significatives. La préoccupation est d’évaluer le rôle éventuellement discriminant et explicatif de l’insularité, de l’exposition aux chocs et du niveau de développement, mais aussi de la gouvernance et des caractéristiques socioculturelles sur la vulnérabilité et les performances économiques de ces PEI (Joubert et al.). A partir de l’étude de l’archipel de Bazaruto au Mozambique et de son parc national, il est possible de lire les tendances du développement durable dans les pays du Sud où l’expansion du secteur touristique s’opère sous forme d’enclaves écologiques, au risque de tomber dans une sanctuarisation élitiste. Conscient de la nécessité d’associer les communautés d’accueil aux enjeux des politiques de conservation et d’essor touristique, le gouvernement mozambicain, inspiré par les ONG environnementales, y a instauré une politique écotouristique ambitieuse, quoique fragile et non exempte d’accents homogénéisants et paternalistes (Folio). La question des transports dans les petits espaces insulaires est cruciale tant le risque d’asphyxie économique et sociale par le « tout automobile » est grand. À la Réunion, comme dans d’autres d’îles, le manque d’espace et la pression démographique se conjuguent pour aggraver rapidement la situation quotidienne de congestion des transports. En la matière les choix et la volonté politiques sont essentiels et dépassent les seules contraintes territoriales (Lamy-Giner). Dans le domaine des risques naturels, les îles de la Caraïbe, comme d’autres, sont affectées et restent vulnérables aux catastrophes naturelles. Dans les stratégies de développement durable, l’aménagement du territoire permet d’intervenir en amont, avant la catastrophe, pour diminuer la vulnérabilité. Les institutions internationales, les gouvernements et les professionnels interviennent de façon significative et prépondérante dans le domaine de la prévention des risques dits naturels (Burac). Les conditions du développement durable insulaire posées par le risque volcanique à Miyake-jima, petite île volcanique au sud de Tôkyô, posent les questions plus générales, pour les îles aux volcans actifs, de la durabilité du développement insulaire, de la pérennité de la communauté locale et de la soutenabilité de l’économie. L’analyse du retour et de la reconstruction à Miyake permet de repenser l’imbrication des piliers du développement durable, tout en interrogeant un rapport à mi-chemin entre dépendance et rente de situation (Augendre, Perrin).

Auteur

Professeur des universités, université de la Réunion, Cregur, UMR Prodig

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540