Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Insularité et développement durable

 | 
François Taglioni

Partie 2. Environnements et ressources

L’eau, pilier du développement durable en milieu insulaire

L’exemple de l’île de la Réunion

The water as a pillar of sustainable development within insular spaces. The example of Reunion Island

David Lorion

Résumé

Comme beaucoup d’autres îles, la Réunion a dû gérer l’indigence de sa ressource en eau en développant des transferts sur des longues distances. Actuellement le basculement de l’eau d’une côte à l’autre va permettre, selon ses promoteurs, de résoudre les problèmes liés aux déficits pluviométriques de la région sous le vent. Mais nous savons dès maintenant que cet apport ponctuel largement réservé à l’extension des périmètres irrigués en zone sèche ne pourra résoudre durablement les disparités actuelles, il risque même dans une certaine mesure de les aggraver.

Like many other tropical islands, Reunion island had to handle with its scarce water resources developing long-distance water transfers. The shift of water from the east to the west part of the island has currently led to a major issue. But we are now aware that this limited supply of water is widely dedicated to the expansion of irrigated areas in the dry part of the island and that it may not solve the current disparities but may, to a certain extent, even make them worse.

Texte intégral

Introduction

1Les précipitations sont importantes à la Réunion mais les écoulements pérennes sont rares. La Réunion possède certains records mondiaux de pluie mais les masses d’eau glissent comme sur un toboggan aquatique le long des planèzes ou s’infiltrent rapidement dans tout un réseau de failles et de tunnels souterrains (Join, 1991). Les hautes montagnes volcaniques exacerbent les mécanismes de la pluviogenèse mais elles rendent aussi difficiles les interconnexions entre les régions d’abondance, à l’est, et celles qui ne disposent que de maigres ressources, à l’ouest. Les déséquilibres entre besoins et ressources sont susceptibles d’être aggravés par les conflits d’usage dans une situation de pénurie. L’eau devient ainsi un enjeu fondamental de développement et de pouvoir car elle accroît les inégalités territoriales. Face à ces peurs qui hantent la politique réunionnaise, les collectivités locales ont tout misé sur les grands travaux d’adduction d’eau et les transferts massifs sur de longues distances. La réponse à une demande croissante pour tous les usages s’est également traduite par de vastes chantiers nouveaux de recherche d’eau dans le milieu naturel. Il faut rappeler que la consommation d’eau par habitant et par jour est parmi la plus forte du monde avec plus de 250 l/j./hab. Seuls les États-Unis avec 295 l/j./hab. et le Canada avec 326 l/j./hab. se situent à des niveaux supérieurs !

2Face à cette situation préoccupante, l’évaluation des limites des réserves naturelles réunionnaises est devenue pour l’île un enjeu majeur de développement. Après avoir donné un bref aperçu du contexte climatique, géomorphologique et hydrologique local, nous présentons l’histoire de la tradition des transferts d’eau depuis le xixe siècle, qui a abouti au grand chantier actuel de basculement de l’eau d’est en ouest. Dans cette course entreprise en 1989 et face aux besoins croissants, différentes statistiques et évaluations nous alertent sur le caractère limité des différents types d’aquifères naturels réunionnais. Dans une optique de développement durable, le présent chapitre évalue les possibilités d’investissement dans les systèmes de traitement des eaux usées et le recyclage des eaux d’épuration. Il préconise par ailleurs les options d’économies de consommation d’eau et l’amélioration des infrastructures de réseau où s’écoule la moitié de l’eau prélevée, deux alternatives nécessaires à la gestion durable de l’eau à la Réunion.

La Pli nou nana ; lo nou na poin, « Nous avons de la pluie, mais il nous manque de l’eau »

Un contexte volcanique insulaire peu favorable au stockage des eaux

3L’île de la Réunion détentrice des records mondiaux en matière de pluviométrie reçoit chaque année entre 3 et 5 milliards de mètres cubes mais elle n’arrive pas à satisfaire tous les besoins en eau de sa population. L’île est sous l’influence des masses d’air chaudes et humides qui arrivent par l’est face à d’imposants fronts orographiques. Ils sont à l’origine d’une ascendance brutale des masses d’air et de la localisation privilégiée des pluies sur la façade orientale. Également, les passages des cyclones tropicaux ou des masses nuageuses plus ou moins spiralées à proximité de l’île génèrent des pluies de fortes intensités qui ne ressemblent à aucun autre type de précipitations tant dans les volumes d’eau que dans leur répartition. Ces pluies apportent sur l’île plus de la moitié du total annuel des précipitations mais elles sont marquées par une grande irrégularité. Les contrastes locaux s’expliquent par un relief vigoureux lié aux remparts de démantèlement de l’appareil volcanique de plus de 1 000 m de dénivelé.

4Pour l’essentiel de sa construction, les volcans de la Réunion se sont édifiés par accumulation des coulées issues de fracturations excentriques formant de vastes pentes régulières comprises entre 5° et 18° inclinées vers la mer, les planèzes. Une grande partie de ces planèzes sont l’œuvre des dernières phases éruptives du Piton des Neiges et du Piton de la Fournaise (Villeneuve, 2007). Ces deux grands boucliers naturels forment une double carapace qui guide une organisation radiale du réseau hydrographique exceptée au droit des grands accidents tectoniques.

  • Les ravines sur les planèzes ont des bassins versants de forme filaire d’une surface relativement faible entre 10 et 30 km2. Elles ne fonctionnent de manière torrentielle qu’au moment des fortes pluies, localement appelées des avalasses (LORION, 2007). Le reste de l’année, le fond du lit est complètement perméable et les eaux superficielles rejoignent l’écoulement souterrain. Les ravines, sauf le cas exceptionnel de celle de Saint-Gilles, ne peuvent fournir une alimentation en continu.

  • Les rivières, elles, correspondent aux bassins de réception des eaux des grands encaissements ou aux lignes d’escarpement de faille qui jalonnent la construction de tout édifice volcanique. Le contour des cirques, les remparts de certaines grandes vallées (rivière Saint-Denis, rivière des Remparts...) marquent les limites des grands bassins versants topographiques. Les superficies des bassins versants sont dans ce cas plus proches des 100 km2 et les rivières peuvent alors être alimentées par plusieurs sources qui donnent un caractère pérenne à l’écoulement. Les vallées se sont enfoncées profondément et rapidement jusqu’aux séries anciennes autocolmatées qui forment un imperméable général sous les massifs volcaniques. Bien que des coulées volcaniques plus récentes aient pu recouvrir ce fond de vallée imperméable, l’écoulement ne s’infiltre pas mais resurgit au détour d’une rupture de pente sous la forme de cascades. Les lignes de partage des eaux souterraines ne se confondent pas toujours avec les lignes de partage des eaux superficielles. C’est pour cette raison que certaines rivières qui ne bénéficient pas d’un grand bassin topographique ont une alimentation relativement importante et pérenne grâce à un bassin versant hydrogéologique plus vaste. Par exemple, le bassin versant topographique du Bras de la Plaine est défini par l’encaissement du Grand Bassin, mais le bassin versant géologique se développe sur l’ensemble de l’ensellement de la plaine des Cafres et des planèzes voisines.

Une longue tradition des transferts d’eau

  • 1 Canal Lemarchand fin du xviiie siècle, canal des Aloès en 1818, canal Saint-Étienne en 1826.
  • 2 Expression créole pour désigner l’eau distribuée par le service public en opposition à celle vendue (...)
  • 3 Les usines sucrières consomment entre 6,6 et 16 m3 par tonne de cannes broyées. Les apports d’eau s (...)

5Les possibilités de prise d’eau en rivière sont rares et toutes les opportunités de captage ont été utilisées. Un premier canal a été creusé à même la roche sur les versants de la ravine Saint-Gilles par les esclaves de madame Desbassyns, grande propriétaire terrienne des hauts de Saint-Gilles. Au xixe siècle, certains propriétaires ont même fait construire des canaux d’alimentation1 pour assurer un bon fonctionnement de leur sucrerie. La réalisation des premiers aqueducs s’inscrivait dans une logique globale depuis le captage, l’irrigation des champs et l’alimentation de la population par de l’« eau de canal »2 et enfin les apports d’eau nécessaires au bon fonctionnement de l’usine3.

Aqueduc Chabrier dans la ravine du Gol à Saint-Louis destinée à alimenter la sucrerie du Gol (lithographie d’Hastrel, 1836)

Aqueduc Chabrier dans la ravine du Gol à Saint-Louis destinée à alimenter la sucrerie du Gol (lithographie d’Hastrel, 1836)

6Au xixe siècle, la prise d’eau la plus importante concerne le sud de l’île à partir du Bras de la Plaine et du Bras de Cilaos. Les premiers équipements d’adduction d’eau nécessitèrent des ouvrages hydrauliques importants dont les vestiges marquent toujours le paysage (photo 1). A partir de 1963, les fonds européens de développement financèrent la construction d’un nouvel ouvrage à partir du Bras de la Plaine pour irriguer 5 500 ha de terrain agricole. De la même manière, en 1981, un aménagement hydraulique réutilise la ressource du Bras de Cilaos. La mise en service à partir de 1985 a permis d’étendre le périmètre irrigué vers l’ouest jusqu’à la commune de Saint-Leu pour une superficie irriguée totale de 3 600 ha. L’ensemble est géré par une société mixte, la Saphir (Société d’aménagement hydro-agricole de l’île de la Réunion) (Soubadou, 2006).

7La consommation d’eau potable issue de l’eau superficielle est passée de 44 millions de mètres cubes en 1985 à 80 millions de mètres cubes en 2009 (fig. 1). Comment peut-on expliquer cette nouvelle redistribution de l’eau superficielle vers les usages domestiques ? Tout d’abord, la diminution des surfaces agricoles dont une partie irriguée transformée en zone constructible a concerné plus de 5 000 hectares. Ensuite c’est l’augmentation de la vente d’eau brute à destination des réseaux d’eau potable à un prix plus important que celui pratiqué pour l’eau d’irrigation qui a permis de maintenir jusqu’à maintenant un coût aussi bas notamment dans le périmètre irrigué du Bras de la Plaine. Le consommateur domestique finançant parfois à son insu le prix de l’eau d’irrigation.

Figure 1. Les prélèvements sur la ressource en eau en 1985 et 2009.

Figure 1. Les prélèvements sur la ressource en eau en 1985 et 2009.

Sources : BRGM, 1986 et Office de l’eau, 2008.

8Si l’utilisation de cette ressource en eau superficielle présente bien des avantages au regard du faible coût énergétique lié à une distribution gravitaire, elle n’est pas sans difficultés dans un climat insulaire tropical soumis aux passages des cyclones et à une forte instabilité géologique. Étant donné que la moitié des précipitations surviennent pendant la période chaude et principalement pendant les plus forts épisodes pluvieux, le reste de l’année se résume souvent à un maigre étiage (Robert, 1986). Cette situation est d’autant plus grave que certaines communes dépendent en grande partie d’une alimentation par des eaux de rivière. Les étiages saisonniers font peser chaque année de lourdes menaces sur l’alimentation en eau potable dans les communes.

9L’autre menace évidente est la crue torrentielle. Les eaux qui charrient une charge solide importante mettent en danger les aménagements de dérivation. Quand tout n’est pas arraché lors du passage des blocs rocheux de la taille du mètre, les sables saturent les dégraveurs et rendent inutilisables les bassins de décantation. Enfin, chaque crue mobilise des particules d’argile qui entraînent une pollution chronique pendant plusieurs semaines avec des coupures d’eau longue et pénible notamment après le passage d’un cyclone. La situation peut devenir catastrophique quand aux crues s’ajoute un glissement de terrain dans la vallée qui crée un embâcle et empêche toutes possibilités de captage dans la rivière. En janvier 2007, lors du dernier glissement de terrain dans un des affluents du Bras de la Plaine, le Bras des Roches Noires, certains quartiers de la commune de Saint-Pierre ont été privés d’eau pendant plus d’un mois.

Le grand basculement d’est en ouest : le mirage

  • 4 La Possession, Le Port, Saint-Paul, Trois-Bassins et Saint-Leu.

10Le chantier du basculement, commencé en 1989, devrait après plusieurs prolongations se terminer en 2012. Le projet a pour vocation d’irriguer 7 150 ha de terrains agricoles répartis entre 0 et 600 m d’altitude avec des antennes de refoulement de l’eau à partir de l’altitude de 275 m. Un périmètre supplémentaire de 1500 ha pourrait être envisagé entre 600 et 800 mètres à partir d’une seconde ligne de refoulement (fig. 2). Cinq communes4 concernées directement par de grandes difficultés pour trouver de nouvelles ressources vont accueillir sur leur territoire ces infrastructures d’irrigation. Les objectifs clairement affichés sont une augmentation de la production de la canne qui doit compenser la diminution des terrains agricoles et la diversification des cultures. C’est bien dans une mission de reconquête des terres agricoles pour une nouvelle mise en valeur que ce projet trouve sa réelle argumentation. Néanmoins, le débat reste vif sur les volumes qui seront accordés pour l’eau potable et industrielle. Les activités touristiques et industrielles sont loin d’être une partie négligeable de l’économie réunionnaise surtout dans la ville du Port et sur la côte balnéaire de Saint-Gilles. La surexploitation des nappes littorales, notamment de la Pointe des Galets, pour satisfaire une demande croissante ne pourra se maintenir. Si les conventions ont déjà octroyé environ 20 % du volume d’eau basculée, soit environ 10 millions de mètres cubes, pour desservir les réseaux d’eau domestique et industrielle, elles ne répondent pas complètement aux demandes des différentes communes. Les évolutions observées font apparaître qu’en 25 ans la moitié de l’eau captée pour un usage agricole sera détournée vers un usage domestique. D’un projet d’irrigation du littoral ouest (ILO), nous migrerons vers un projet d’aménagement de l’alimentation du littoral ouest (ALO).

Figure 2. Les transferts d’eau massifs à la Réunion.

Figure 2. Les transferts d’eau massifs à la Réunion.

Les eaux souterraines : une ressource de plus en plus convoitée

Les nappes perchées : des sources rares et précieuses

11Les nappes perchées sont portées par des niveaux imperméables mis en place lors des différentes phases de construction et de destruction du volcan (Steltjes et al., 1986). Les écoulements peuvent être interceptés par un imperméable local étendu qui est le résultat de formations autocolmatées par hydrothermalisation ou des paléosols liés à de longues périodes d’inactivité sur une partie du massif. Ces types de formation géologiques sont présents sur les flancs nord du massif du Piton des Neiges à Bébour et Bélouve et sont à l’origine de l’alimentation des rivières pérennes des Roches et des Marsouins (Join, 1991). Les débits soutenus de la seule ravine pérenne (ravine Saint-Gilles) de la planèze du Grand Bénare sur la côte sous le vent peut aussi s’expliquer par la présence d’un niveau imperméable local. Cependant, c’est dans l’ensellement des deux massifs volcaniques que nous trouvons l’exemple le plus remarquable d’émergence des nappes perchées. Le Bras de la Plaine est alimenté par la source des Hirondelles dont le débit reste constant pendant toute l’année (entre 147 et 175 l/s). Cette source constitue l’émergence d’une nappe perchée s’étendant largement sous la plaine des Cafres. L’importance et la régularité du module du Bras de la Plaine même pendant les années sèches dans la région sous le vent en ont fait une rivière nourricière pour tout le développement agricole du sud de l’île.

Les nappes alluviales des grandes rivières

12Les grandes rivières pérennes de l’île donnent naissance par l’infiltration des eaux dans leurs propres alluvions à des nappes d’eau souterraine que l’on appelle encore des nappes alluviales ou nappes d’accompagnement. Ces nappes constituent des gisements privilégiés d’exploitation pour les eaux souterraines. Cette eau peut être captée dans le lit alluvial de la rivière et les cônes d’épandage au débouché des cirques volcaniques (fig. 2). L’exploitation de la nappe alluviale des grandes rivières est réalisée par la construction d’un ouvrage spécifique « les puits-galeries » installés perpendiculairement au flux à quelques mètres de profondeur dans les alluvions du lit mineur (Gourgand et al., 1986). Ces « puits-galeries » sont d’un grand intérêt pour l’exploitation de la ressource en eau à l’île de la Réunion car le captage d’eau à une altitude élevée permet une distribution par gravité peu coûteuse et une extension des réseaux sur plusieurs communes. Cependant, ces ouvrages sont aussi très vulnérables face aux crues cycloniques.

Menaces sur le complexe aquifère de base

13L’ensemble des écoulements hydrogéologiques dans la structure volcanique étagée aboutit à un niveau de saturation généralisé appelé « nappe de base » composée de plusieurs nappes phréatiques superposées qui constituent le complexe aquifère de base (fig. 2). Celui-ci offre la principale ressource en eau souterraine de l’île. Dans les îles volcaniques, l’eau douce prend la forme d’une lentille flottante sur l’eau de mer. On ne connaît cette nappe que dans sa frange littorale, mais elle s’étend aussi sous les massifs volcaniques où elle devient difficilement exploitable à cause de sa profondeur. Sur le littoral ouest et dans les grands cônes de déjection, les réservoirs exploités du complexe aquifère de base apparaissent très sensibles à l’invasion d’eau salée en provenance de l’océan. Ce phénomène est lié à la faiblesse, certaines années, du potentiel d’alimentation et à la perméabilité plus grande des laves les plus récentes du bouclier volcanique qui sont arrivées les dernières sur le littoral. Cette sensibilité se traduit dans la zone sous le vent par une assez forte minéralisation, généralement chlorurée sodique, qui témoigne d’une pollution des eaux douces par des eaux marines. Il est évident qu’une surexploitation peut rapidement aboutir à une pollution de la nappe si les surveillances par tout un réseau de piézomètres ne fonctionnent pas de manière continue et si les pompages ne s’arrêtent pas à temps. En 2008, les deux tiers des stations, soit environ 36 forages, présentent des teneurs moyennes annuelles inférieures à 50 mg/l. Ce taux de chlorure est un indicateur d’une absence de salinisation car pour mémoire la limite de qualité des eaux brutes destinées à la consommation humaine est de 200 mg/l. Six stations de pompage localisées dans les nappes de l’ouest et du sud sont sensibles au phénomène de salinisation avec des taux qui dépassent 100 mg/l. Ce phénomène n’est pas récent mais ces chiffres montrent combien nous devons faire attention à l’évolution de ces nappes et aux ponctions trop importantes qui conduiraient inéluctablement à abandonner cette ressource essentielle pour le sud et l’ouest (fig. 3).

Figure 3. Teneurs moyennes en chlorure dans les nappes stratégiques de l’ouest et du sud en 2002 et 2009.

Figure 3. Teneurs moyennes en chlorure dans les nappes stratégiques de l’ouest et du sud en 2002 et 2009.

Source ORE, 2003 et Office de l’eau, 2008.

14L’eau des nappes phréatiques constitue une ressource particulièrement intéressante pour l’alimentation domestique des populations. C’est en général une eau de très bonne qualité chimique et bactériologique avec un débit régulier et réglable. D’autre part, sa localisation littorale permet des raccordements et des adductions dans un milieu très urbanisé. En 1985, 47 forages ont fourni aux différents réseaux de l’île 40,8 millions de mètres cubes par an, ce qui représente 42 % de la ressource exploitée pour la consommation domestique. En 2009, ce sont 54 forages qui fournissent 74,2 M m3 par an. Pour la seule commune de Saint-Pierre, la production d’eau d’origine souterraine a été multipliée par 3 en 18 ans, passant de 3 Mm3 en 1992 à environ 9 M de m3 en 2010 ! Les volumes d’eau souterraine prélevés n’ont cessé d’augmenter depuis une dizaine d’années. Cependant, ces nappes sont de plus en plus menacées par la présence des nitrates et des pesticides.

15Les nitrates sont naturellement présents dans toutes les eaux souterraines à de faibles concentrations. Mais des teneurs importantes témoignent de la contamination des eaux souterraines par des apports azotés provenant des activités humaines (excédents d’engrais agricoles, ruissellement des eaux usées, mauvais fonctionnement des fosses septiques...). Les teneurs en nitrate ne cessent d’augmenter dans les eaux souterraines de la Réunion. Pour mémoire, on peut retenir que la limite de qualité des eaux potables est de 50 mg/l, mais que pour l’alimentation des nourrissons un taux inférieur à 25 mg/l est conseillé. En 2009, 18 forages révèlent un niveau de contamination assez avancé avec des concentrations moyennes dépassant les 10 mg/l. Les secteurs les plus concernés sont la nappe de Saint-Denis avec un taux de 19,7 mg/l sur le forage du Chaudron, le littoral ouest avec deux forages, Fl l’Hermitage à 29,3 mg/l et Montée-Panon à 16 mg/l, la nappe de Pierrefonds avec le forage de Coco 1 qui atteint 30,6 mg/l et celle de Saint-Pierre avec le forage de la Salette 21,8 mg/l. Les mesures des différentes stations font apparaître des taux particulièrement élevés dans un contexte géographique de développement en amont des nappes stratégiques d’une activité agricole importante et étendue. C’est le cas notamment pour la nappe stratégique de Saint-Pierre/Pierrefonds qui voit depuis une vingtaine d’années ses taux de nitrate augmenter. En même temps, les activités agricoles de la commune voisine en amont de la planèze des Cabris, Le Tampon, ont été identifiées comme celles utilisant les volumes les plus importants d’engrais.

16Les pesticides montrent la grande sensibilité des nappes stratégiques littorales aux différentes pollutions. En 2009, sur les 24 stations suivies à quatre reprises, les deux tiers, soit 16 stations ont présenté une détection de pesticides au moins une fois. C’est un herbicide puissant, l’atrazine déséthyl qui a été mesuré le plus souvent (56 % des cas). Trois forages sont même concernés par les dépassements du seuil de 0,1 μg/1. En ce qui concerne l’unité de distribution du forage de la Salette, qui représente environ 1/3 des apports des eaux souterraines de la ville de Saint-Pierre, les dépassements de la limite autorisée ont conduit la Direction régionale des affaires sanitaires et sociales à demander à la commune de suivre de manière précise l’évolution de ce résidu, tout en confirmant que cette eau peut être utilisée pour la boisson et la préparation des aliments. Cependant, les différents prélèvements entre 2006 et 2007 ont montré que le taux d’atrazine déséthyl restait plutôt stable à environ 0,15 μg/l au-dessus du seuil réglementaire. La ville de Saint-Pierre applique alors depuis cette date une procédure de gestion de non-conformité dans laquelle elle s’engage à suivre ces données, à réaliser une interconnexion et un mélange pour diluer l’atrazine déséthyl et faire passer les taux en dessous du seuil réglementaire de 0,10 μg/l. La ville s’est engagée également dans la construction d’une unité de potabilisation sur le site de la Salette pour garder cette ressource et assurer à l’eau domestique une qualité irréprochable.

La révolution verte de l’or bleu est-elle possible ?

« Dieu a donné l’eau, mais il n’a pas donné les tuyaux »

17Le mythe de l’eau gratuite car donnée par la nature est préjudiciable au développement durable. Sans ressources financières pérennes, aucun service de l’eau ne peut investir ou entretenir des réseaux pour desservir des abonnés en eau potable ou assainir les eaux usées (Frérot, 2009). La problématique du prix de l’eau est donc essentielle pour garantir une stratégie économique et environnementale, pilier du développement durable insulaire. Les prix bas de l’eau aboutissent le plus souvent à une consommation importante d’eau de ceux qui pourraient la payer un peu plus cher. Par exemple, les collectivités locales paient souvent des factures d’eau avec un prix au mètre cube inférieur à celui des abonnés. Les raisons sont nombreuses : fournitures d’eau aux services de la ville, aux écoles, aux bornes incendies, arrosage des espaces publics, les lavoirs publics... Ce sont les plus gros consommateurs d’eau dans la ville. Comme le note Yves Lacoste, « ces prises de position [gratuité de l’eau] sont sympathiques, mais, en s’opposant à ce qu’on pose en termes financiers le problème de la distribution d’eau, on freine d’autant la mise en œuvre de grands programmes hydrauliques qui nécessitent l’investissement d’importantes masses de capitaux » (Lacoste, 2008).

18Actuellement, les aménagements liés à l’eau sont financés partiellement par les communes qui ont la responsabilité de la desserte en eau potable de leurs abonnées. Le financement est assuré par des recettes perçues sur les consommations. De la même manière, le budget assainissement est lui aussi indépendant des autres budgets communaux et il ne peut être financé que par les recettes et les diverses taxes facturées aux abonnés. La séparation budgétaire de l’eau et de l’assainissement a obligé les collectivités à être vigilantes dans les dépenses d’infrastructures, d’extensions ou d’améliorations des réseaux qui ne pourraient être supportées que par une augmentation des factures. Les collectivités doivent donc avoir recours à des subventions exceptionnelles de l’Europe, de l’État, des deux grandes collectivités département et Région, ainsi que des aides de l’Office de l’eau pour financer les grandes infrastructures publiques.

19Si en France continentale, le pilier du financement des grands projets structurants sont les agences de l’eau, à la Réunion, c’est un Office de l’eau qui a mis en place les premières taxes pour environ 6 millions d’euros par an avec des possibilités d’évolution importantes (tabl. 1). Ces taxes sont perçues sur le prélèvement de l’eau dans le milieu naturel. L’abonné paie, lui, environ le double de cette somme car les rendements moyens à la Réunion ne dépassent pas 50 % dans de nombreuses communes.

20L’autre outil de financement est le Frafu (Fonds régional d’aménagement foncier et urbain) depuis 1996. Il a pour objectif de rendre plus cohérentes les aides publiques de l’Europe, de l’État, de la Région et du département dans les investissements consacrés aux infrastructures publiques liées à l’eau. Pendant la période 2000-2006, environ 50 % du budget a été consacré aux extensions d’eau potable. Cependant, si cet outil de financement en faveur de l’urbanisation, notamment sociale, a permis une amélioration du nombre et de la qualité des logements, il a moins participé à perfectionner les réseaux existants qu’à étendre l’urbanisation. Le diagnostic sur les rendements de réseau montre clairement une détérioration dans une grande partie des communes réunionnaises. La seconde phase de programmation du Frafu 2007-2013 (tabl. 2) fait apparaître un besoin total de financement de 665 millions d’euros tous investissements confondus, soit un quadruplement des besoins de ces financements publics par rapport à la période 2000-2006. Les recettes par des subventions exceptionnelles toutes confondues attendues pour la programmation 2007-2013 sont de l’ordre de 150 millions d’euros. Environ 500 millions d’euros devront alors être financés par une augmentation sur le prix de l’eau des abonnés !

Tableau 1. Redevance de prélèvement par l’Office de l’eau de la Réunion depuis 2005

Tableau 1. Redevance de prélèvement par l’Office de l’eau de la Réunion depuis 2005

Source : DAF, 2008.

21Les financements des grandes infrastructures publiques liées à l’eau ne pourront pas être assurés par l’augmentation des factures d’eau. La consommation moyenne d’un abonné à la Réunion est de 269 m3/an en 2008, soit un volume supérieur de 56 % par rapport à la moyenne nationale qui est de 172 m3/an. Même si l’on observe une évolution tendancielle à la baisse de la consommation chaque année d’environ 5 % et, si elle se confirme, il faudra encore quelques années avant d’avoir une consommation comparable à celle de la France continentale. Ces fortes consommations par habitant actuellement ont pour conséquence des factures aussi élevées que celles de la moyenne nationale, alors que globalement le niveau de vie est bien inférieur à la Réunion. Ce prix de l’eau en France est encore très inférieur aux moyennes des pays d’Europe du Nord qui sont souvent parfois au-delà de 5 €/m3. Cette situation est un frein à une évolution rapide du financement de l’eau par l’eau tant que les consommations moyennes par abonné resteront aussi fortes (fig. 4).

Tableau 2. Aides publiques 2007-2013 pour les grandes infrastructures de l’eau

Tableau 2. Aides publiques 2007-2013 pour les grandes infrastructures de l’eau

Source : DAF, 2008.

Figure 4. Les prix de l’eau dans les pays européens en 2008.

Figure 4. Les prix de l’eau dans les pays européens en 2008.

Sources : DAF, 2008 et Frérot, 2009.

Qualité de l’eau, recyclage et... économies d’eau

  • 5 En 2009, la Cour européenne menace 11 pays pour non-conformité avec la directive sur les eaux résid (...)

22Il existe de réels retards en matière d’investissement pour l’épuration des eaux usées. La Réunion est concernée au même titre que les autres pays de l’Union européenne par la directive cadre de 2000 qui impose la construction d’infrastructures plus performantes et donc plus coûteuses en matière d’épuration, de rejet ou de potabilisation. Ces lois exigent que toutes les villes de France disposent d’un réseau de collecte et de traitement des eaux usées en 2005. En 2006, à la Réunion à part trois communes représentant moins de 5 % de la population totale de l’île, les autres n’assuraient pas une épuration correcte de leurs eaux usées. En 2008, 9 stations sur 14 que compte l’île ont un taux de saturation supérieur à 100 %. L’État français a donc été mis en demeure par l’Europe de se mettre en conformité concernant l’assainissement collectif et les stations d’épuration à l’île de la Réunion5. Certains maires de grandes communes ont été mis en examen pour non-respect du règlement de l’environnement et ont reçu un arrêté du préfet interdisant toutes nouvelles constructions tant que les travaux des nouvelles stations d’épuration n’étaient pas commencés (tabl. 3).

Tableau 3. Taux de raccordement à l’égout des logements à l’île de la Réunion

Tableau 3. Taux de raccordement à l’égout des logements à l’île de la Réunion

Source : DAF, 2008.

23Nos capacités de traitement des eaux usées vont nécessairement croître pour respecter la législation et préserver nos milieux naturels. Ce traitement fait passer les rejets d’eaux usées du statut de déchet inutilisable à celui d’une ressource supplémentaire. Les réglementations sont encore très strictes sur les nouvelles utilisations des rejets d’eau usées épurées et les réutilisations sont encore très peu nombreuses au regard des coûts de potabilisation. Le recyclage des eaux d’épuration est sans doute une voie intéressante dans la réutilisation des eaux usées. En 2008 en Israël, les trois quarts des eaux usées sont déjà réutilisées pour l’irrigation dans les champs en goutte-à-goutte sans réticence de la population. La ville du Port à la Réunion s’est engagée depuis plusieurs années à trouver des solutions mais avec beaucoup d’obstacles administratifs malgré le plan de gestion de la rareté de l’eau lancé en 2005 par le gouvernement et qui repose justement entre autres sur la réutilisation des eaux usées.

Une ressource nouvelle : économiser l’eau

  • 6 À Paris, sur les trente dernières années, le rendement de réseau a progressé de 75 % à 95 % (Lemarc (...)

24Comment satisfaire des besoins plus importants avec la même quantité d’eau ? La réponse semble impossible si notre seule stratégie est le développement des prélèvements dans les ressources existantes sans rechercher des économies plus importantes au niveau des usages. Cette idée neuve a été mise en avant lors du cinquième forum mondial de l’eau à Istanbul en mars 2009. En effet, si lors du quatrième forum de Mexico en 2006, les participants se sont contentés d’affirmer la nécessité d’atteindre des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), à savoir la réduction de moitié du nombre de personnes sans accès à l’eau et à l’assainissement d’ici à 2015, lors du préambule de celui d’Istanbul, les États ont affirmé pour la première fois s’engager pour « économiser l’eau ». Jusqu’à maintenant, c’est la politique de progression de l’offre par la construction de barrages ou des transferts d’eau qui avaient été la seule solution envisagée dans de nombreux pays (Lasserre, 2005). A la Réunion, l’application de cet engagement passe nécessairement par une mobilisation politique pour augmenter les rendements des réseaux qui sont particulièrement faibles. La moitié des communes ont un rendement de réseau compris entre 50 et 60 %. En d’autres termes, sur 2 m3 prélevés dans la nature, 1 m3 disparaît durant son transport jusqu’au consommateur final. En France continentale, le taux moyen est de l’ordre de 20 %. En 2001, au moment de l’adoption du Sdage (Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux), la Réunion affiche pouvoir atteindre un rendement de réseau de 75 %. On est actuellement à 20 points en dessous. Même les objectifs du Sage Sud en 2006 qui étaient de l’ordre de 65 %, avec un programme de renouvellement des canalisations important, ne sont pas tenus. Il serait utopique de croire que l’on peut atteindre un rendement de réseau de 100 % mais la réduction des pertes permet de diminuer les prélèvements dans la nature et de satisfaire plus d’abonnés avec les même ressources6.

25La démarche a souvent été l’inverse ; à la lutte contre le gaspillage, les collectivités ont substitué la recherche effrénée de nouvelles ressources. Économiser l’eau sur les réseaux existants est souvent la plus grande ressource en eau immédiatement disponible.

  • 7 13 % à Paris entre 1990 et 1996 (Frérot, 2009).

26L’économie d’eau doit être aussi une prise de conscience individuelle. Les chiffres de notre consommation d’eau par habitant sont d’environ 200 l/jour/habitant. Pour la ville de Lorient en Bretagne, la consommation d’eau par habitant et par jour a été de 105 litres en 2000 (Lamezec, 2002). Le chiffre de 150 l/j./hab. semble commencer à devenir une réalité pour l’ensemble des collectivités urbaines. Les régions du Sud autour de l’arc méditerranéen consomment nettement plus que cette moyenne autour de 200 l/j./hab. et les régions du Nord sont en dessous. Par ailleurs, les espaces ruraux consomment aussi moins que les espaces urbains. Certes, il existe des facteurs réels explicatifs sur cette consommation importante. Ces chiffres sont le résultat d’une évolution qui montre une diminution de la consommation par ménage depuis le milieu des années 1990 en France continentale7 et depuis le milieu des années 2000 à la Réunion. Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette diminution de la consommation d’eau dans les ménages. L’étape la plus importante fut sans aucun doute l’installation des compteurs permettant ainsi de facturer et de contrôler les consommations. Cette première étape ayant été franchie, le consommateur doit devenir maintenant acteur de sa consommation et avoir les moyens de suivre celle-ci en direct. Par exemple à Shenzhen en Chine, 70 000 SMS sont envoyés chaque mois aux abonnés pour les informer des consommations excessives. Dans certaines villes (Metz, Mâcon...), des systèmes de télé-relevé en temps réel informent l’abonné sur sa consommation. Partout où ces mesures ont été prises, les consommations par habitant ont baissé de manière significative. Naturellement, pour être démonstratif, les premières installations doivent concerner les plus gros consommateurs, les industriels, les collectivités, les organismes publics... De la même manière, la signature des contrats de déversement à caractère financier entre les industriels permet de limiter les rejets d’eaux usées dans les stations d’épuration. L’autre facteur déterminant sur la consommation d’eau est le type de logement. Les consommations sont plus faibles dans les immeubles collectifs que dans les pavillons individuels. Cette remarque est vraie dans toute l’Europe, mais elle prend à la Réunion une autre ampleur. Les faibles consommateurs sont au même niveau pour un même type de logement qu’en France continentale mais l’écart devient très important pour les pavillons individuels (fig. 5).

Figure 5. Consommation en fonction du type de logement entre la Réunion et la France continentale en 2008.

Figure 5. Consommation en fonction du type de logement entre la Réunion et la France continentale en 2008.

Sources : MONTIGNOUL, 2002 et enquêtes personnelles pour la Réunion.

Conclusion

27De très coûteux investissements restent à réaliser, notamment dans le domaine de l’assainissement engendrant inévitablement une augmentation du prix de l’eau. Cependant, les volumes consommés ne diminueront pas aussi rapidement que l’augmentation des prix. Les recettes des abonnés ne suffiront pas à maintenir la production d’une eau de qualité et à moderniser un service de distribution d’eau potable, d’assainissement et protection des biotopes aquatiques. C’est à la définition d’un nouveau modèle économique et financier que nous devons nous attacher pour différencier ce qui va être financé par le contribuable dans une perspective générale de la qualité de notre environnement et ce qui va peser sur l’abonné domestique, agricole ou industriel qui ne va payer que le service de l’eau. Dans un tel contexte, il est nécessaire de s’interroger sur le financement de nouveaux équipements tant que les conditions d’exploitation ne seront pas optimisées. Après le basculement de l’eau de l’est vers l’ouest, les grands chantiers d’interconnexion entre le sud et l’ouest sont en projet en utilisant la seule ressource encore mobilisable, la nappe stratégique de Pierrefonds sous-exploitée et préservée jusqu’à maintenant. Même avec les apports des eaux du basculement les situations de pénurie sont déjà envisagées. Les stratégies de réponse à cette demande toujours plus forte sont encore une fois la recherche de nouvelles ressources. Il faut mettre un terme à ce processus d’utilisation minière de l’eau que l’on épure en produisant des boues sans réutilisation de l’eau. Le cycle anthropique de l’eau doit avoir la même cohérence que le cycle naturel de l’eau.

Bibliographie

BRGM, 1986 – Atlas hydrogéologique de la Réunion. Réunion, Conseil général, 24 p.

Comité de Bassin, 2001 – Atlas du SDAGE. Réunion, BRGM, DAF

DAF, 2008 – Services publics d’alimentation en eau potable et services publics d’assainissement collectif. Préfecture de la Réunion.

Frérot A., 2009 – L’eau. Pour une culture de la responsabilité. Autrement Frontières, 193 p.

Gourgand B., Steltjes L., Daesslé M., 1986 – « Île de la Réunion : exploitation des eaux souterraines. Bilan des prélèvements effectués en 1985, par puits et forages. BRGM, Hydrogéology, n° 2 : 83-95.

Join J.-L., 1991 – Caractérisation hydrogéologique du milieu volcanique insulaire. Le Piton des Neiges, île de la Réunion. Thèse, Univ. Montpellier-II, 179 p. + annexes.

Lacoste Y., 2008 – L’eau dans le monde. Les batailles pour la vie. Paris, Éditions Larousse, Coll. Petite encyclopédie.

Lamezec S., 2002 – « Économies d’eau sur la ville – Opération Lorient ville pilote, économies d’eau ». In ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement : Réunion sur l’Observatoire de la consommation en eau potable, Paris.

Lasserre F., 2005 – Transferts massifs d’eau. Presses de l’Univ. du Québec, 576 p.

Lemarchand E, 2008 – Le long périple de l’eau de Paris. La Recherche, n° 421, juillet-août.

Lorion D., 2007 – « Inondations et risques d’inondation torrentielle en milieu tropical ». In Giret A. (dir.) : Le risque hydrologique : du concept à sa gestion, Le manuscrit Recherche-Université, 249 p.

Montignoul M., 2002 – La consommation d’eau des ménages en France. État des lieux. Paris, ministère de l’Écologie et du Développement durable, Cemagref, ENGEES.

Observatoire de l’Eau Réunion, 2003 – Le bulletin trimestriel de l’Observatoire Réunion de l’Eau. Réunion, n° 4, juin.

Office de l’Eau, 2008 – État de la ressource et des usages de l’eau à la Réunion, synthèse. 53 p.

Robert R., 1986 – Climat et hydrologie à la Réunion. Étude typologique et régionale des pluies et de l’écoulement. Thèse, Univ. de Montpellier, 438 p.

Soubadou G., 2006 – Irrigation et aménagement rural à l’île de la Réunion. Azalées Éditions, Univ. de la Réunion, 231 p.

Steltjes L., Gourgand B., Steenhoudt M., 1986 – Mode de circulation et de gisement de l’eau souterraine dans un volcan bouclier basaltique. Exemple de l’île de la Réunion, milieu océanique tropical. BRGM, Hydrogeology, n° 2 : 83-95.

Villeneuve N., 2007 – « La Réunion ». In Richet P. : Guide des volcans d’outre-mer. Antilles, la Réunion, Polynésie, Terres australes. BRGM éditions, Belin, 492 p.

Notes

1 Canal Lemarchand fin du xviiie siècle, canal des Aloès en 1818, canal Saint-Étienne en 1826.

2 Expression créole pour désigner l’eau distribuée par le service public en opposition à celle vendue dans les bouteilles.

3 Les usines sucrières consomment entre 6,6 et 16 m3 par tonne de cannes broyées. Les apports d’eau sont donc une nécessité pour le fonctionnement de ces usines.

4 La Possession, Le Port, Saint-Paul, Trois-Bassins et Saint-Leu.

5 En 2009, la Cour européenne menace 11 pays pour non-conformité avec la directive sur les eaux résiduelles urbaines votée en 1991.121 collectivités françaises ne la respectent pas, dont un certain nombre à la Réunion. La France risque une contravention de près de 400 millions d’euros.

6 À Paris, sur les trente dernières années, le rendement de réseau a progressé de 75 % à 95 % (Lemarchand, 2008).

7 13 % à Paris entre 1990 et 1996 (Frérot, 2009).

Table des illustrations

Titre Aqueduc Chabrier dans la ravine du Gol à Saint-Louis destinée à alimenter la sucrerie du Gol (lithographie d’Hastrel, 1836)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5745/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Figure 1. Les prélèvements sur la ressource en eau en 1985 et 2009.
Légende Sources : BRGM, 1986 et Office de l’eau, 2008.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5745/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 2. Les transferts d’eau massifs à la Réunion.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5745/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figure 3. Teneurs moyennes en chlorure dans les nappes stratégiques de l’ouest et du sud en 2002 et 2009.
Légende Source ORE, 2003 et Office de l’eau, 2008.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5745/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 1. Redevance de prélèvement par l’Office de l’eau de la Réunion depuis 2005
Légende Source : DAF, 2008.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5745/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 2. Aides publiques 2007-2013 pour les grandes infrastructures de l’eau
Légende Source : DAF, 2008.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5745/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 4. Les prix de l’eau dans les pays européens en 2008.
Légende Sources : DAF, 2008 et Frérot, 2009.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5745/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 3. Taux de raccordement à l’égout des logements à l’île de la Réunion
Légende Source : DAF, 2008.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5745/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 5. Consommation en fonction du type de logement entre la Réunion et la France continentale en 2008.
Légende Sources : MONTIGNOUL, 2002 et enquêtes personnelles pour la Réunion.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5745/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

Auteur

david-joseph.lorion@wanadoo.fr
Maître de conférences, université de la Réunion, Cregur

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540