Version classiqueVersion mobile

Insularité et développement durable

 | 
François Taglioni

Partie 2. Environnements et ressources

Introduction à la deuxième partie

François Taglioni

Texte intégral

1L’étude, en deuxième partie, des enjeux relatifs à la gestion des ressources de l’environnement éclaire les dynamiques du développement durable et leur articulation avec la maîtrise territoriale par les différents acteurs. Il importe de savoir ce que les ressources et leur appropriation, leur exploitation et leur valorisation peuvent apprendre sur les logiques qui sous-tendent le développement durable. Deux entrées seront privilégiées : l’une par les ressources, l’autre par le territoire, en insistant dans chaque occurrence sur la dialectique entre ressources des territoires et territoires ressources. Les zones insulaires possèdent de nombreuses ressources spécifiques. Qu’elles soient biologiques, naturelles, culturelles, sociales, elles représentent un capital important et engendrent le sentiment d’appartenance au territoire. L’exploitation de ces ressources peut contribuer au développement durable des territoires, à condition qu’elles s’inscrivent dans une démarche raisonnée. Le cas de la production du sel de Bandrélé (Mayotte) et de son impact sur le développement territorial en fournit un bel exemple (Danflous et al.). Comme beaucoup d’autres îles, la Réunion a dû gérer l’indigence de sa ressource en eau en développant des transferts sur des longues distances. Actuellement, le basculement de l’eau d’une côte à l’autre va permettre, selon ses promoteurs, de résoudre les problèmes liés aux déficits pluviométriques de la région sous le vent. Pour autant, cet apport ponctuel largement réservé à l’extension des périmètres irrigués en zone sèche pourra-t-il résoudre durablement les disparités actuelles ? (Lorion). Le cas de Timor-Leste, à la fois récemment indépendant et producteur d’hydrocarbures, permet d’analyser différentes formes d’appropriation du discours sur le développement durable et de mettre en évidence son instrumentalisation (Redon). Dans l’archipel des Fidji, c’est l’écologie industrielle qui se hisse au rang de modèle opérationnel des nouveaux savoir-faire dans le champ du nouveau paradigme de la production et de la consommation durables (Bahers). L’écologie industrielle peut servir par ailleurs à la mise en œuvre de réflexions et, par la suite, de pratiques pour un développement plus soucieux de l’environnement insulaire. Ainsi, les nouvelles stratégies intègrent la dimension sociale par le biais du concept de Responsabilité sociale des entreprises (RSE). Dans cette optique, l’adoption de stratégies économiques pour rendre durable les activités dans les zones franches de Maurice et de la République dominicaine sera porteuse d’enseignements (Buzenot).

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search