Version classiqueVersion mobile

Insularité et développement durable

 | 
François Taglioni

Partie 1. Sociétés et cultures

La pêche à pied dans l’archipel de Chausey (France)

Contribution à une analyse des politiques de gestion durable de l’estran à travers la prise en compte des activités récréatives

Shore fishing in the Chausey archipelago (France). Contribution to an analysis of the sustainable management policies for the foreshore through the inclusion of recreation

Solenn Le Berre et Louis Brigand

Résumé

La pêche à pied est une activité pratiquée par les populations du bord de mer depuis toujours. Dans l’archipel de Chausey (Manche), le jeu des marées multiplie par soixante-dix la surface utile de l’archipel. Cette « extension » de l’espace insulaire donne accès à de nombreuses ressources très recherchées. La question de la gestion des estrans s’impose aujourd’hui comme une priorité. Pour y parvenir, il convient de disposer de données précises pour qualifier ces activités à travers une connaissance des acteurs, de leurs pratiques mais aussi de co-construire une politique de gestion durable des ressources.

Texte intégral

Introduction : la pêche à pied une activité ancienne peu connue

1La pêche à pied est une activité très ancienne, qui a probablement toujours existé. Elle s’apparente aux pratiques de cueillette, car elle ne résulte pas d’un processus productif préalable (Papinot, 2000). Si historiquement elle fut pratiquée largement par les plus pauvres par nécessité, elle est progressivement entrée dans le champ des activités de loisirs (Le Chene, 2000). D’un point de vue économique, elle a joué un rôle important jusqu’à la Seconde Guerre mondiale dans certaines régions françaises comme la Normandie, où elle faisait vivre plusieurs milliers de familles (Hébert et Delauney, 2001).

2Goémoniers, pêcheurs de crevettes, de bivalves, de poissons plats, d’ormeaux, expérimentés ou débutants, les pêcheurs à pied exploitent les ressources offertes à basse mer par l’estran. Ce territoire compris entre haute et basse mer, aux limites indécises et mouvantes, a toujours été le théâtre de conflits d’intérêt (Barré et ah, 2000). C’est pour cela que, dès le xviie siècle, l’estran a été géré, réglementé et territorialisé. Aujourd’hui, les activités de pêche sont largement pratiquées dans un objectif récréatif. En l’absence d’outils prenant en compte toutes les spécificités de l’estran, usagers occasionnels, riverains, professionnels, collectivités territoriales, organismes publics... participent de plus en plus largement à la recherche de solutions de gestion et s’impliquent dans les processus de prise de décision. Cette situation peut générer des antagonismes et des situations conflictuelles liées aux nombreux intérêts personnels en jeu. Lestran devient ainsi un espace naturel qui entre dans le champ du politique (Kalaora, 1997).

Pêcheurs à pied sur l’estran à marée basse

Pêcheurs à pied sur l’estran à marée basse

3Le besoin de savoir pour appuyer une politique de gestion a été formulé par les gestionnaires, les usagers et les résidents de l’archipel de Chausey. Ce réseau d’îles et d’îlots laisse découvrir à basse mer de vastes estrans fréquentés par les pêcheurs à pied. L’archipel, de par ses caractéristiques physiques et biologiques et les enjeux qu’il concentre, est un site particulièrement intéressant du point de vue :

  • de l’importance quantitative et symbolique des activités de pêche à pied ;

  • de la complexité du contexte social souvent conflictuel et passionné ;

  • de la démarche des gestionnaires en recherche de nouvelles solutions de gestion concertées.

4Pour une meilleure compréhension du sujet, nous présenterons tout d’abord les spécificités environnementales et géographiques, sociologiques et politiques de l’archipel, à l’origine des choix méthodologiques de l’étude, puis dans un second temps, les principaux résultats ayant permis d’établir un état des lieux de la pêche à pied, et enfin, les modalités de suivi et de concertation mises en place ces dernières années.

L’archipel de Chausey : un site complexe et exemplaire

Un cadre géographique et environnemental favorable aux activités de pêche à pied

5L’archipel de Chausey se situe dans le quart sud-est du golfe anglo-normand, à 9,2 milles à l’ouest de Granville (Manche), dont il dépend administrativement et à 15,1 milles au nord-est de Saint-Malo (Îlle-et-Vilaine). Il est constitué de 54 îlots et îles granitiques émergeant à haute mer (fig. 1). Seule la Grande-Île, 46 hectares, est habitée à l’année par une dizaine de permanents et près de 300 résidents secondaires durant les périodes de congés estivaux. Un fort marnage, atteignant plus de 14 mètres en vives eaux, laisse découvrir à basse mer près de 5 000 hectares d’estrans sablo-vaseux parsemés d’une multitude d’écueils et entrecoupés par deux chenaux principaux.

6L’intérêt patrimonial de l’archipel est essentiellement lié à la diversité et à l’étendue des habitats marins et, en particulier, des estrans : l’étendue des sables et des vases exondés couvre plus de 40 % de la superficie de l’archipel (Document d’objectifs, 2002). Cette richesse biologique, doublée d’un intérêt paysager majeur, explique la forte fréquentation des estrans de Chausey par les pêcheurs à pied.

7Il faut environ entre 40 et 60 minutes avec les vedettes régulières, pour rejoindre l’archipel de Granville. Ce temps de traversée peut être fortement réduit en utilisant une vedette ou un canot pneumatique. Les conditions de navigation entre le continent et l’archipel présentent peu de difficultés, sauf par mauvais temps. La contrainte la plus sérieuse ne se localise pas à Chausey, mais à Granville. Elle est liée au marnage : Granville est un port à seuil. Les courriers et les bateaux de plaisance adaptent leurs horaires d’entrée et de sortie à ceux des marées. La navigation à l’intérieur de l’archipel présente plus de dangers. Le jeu des marées, les courants et la multitude des écueils nécessitent une vigilance soutenue. À ces difficultés naturelles, il faut ajouter la présence des bouchots et des tables ostréicoles qui, à certaines heures de la journée et selon les marées, affleurent au ras de l’eau, présentant un risque pour les embarcations. Ce sont les bancs de sable qui sont les plus fréquentés, car plus faciles d’accès que les îlots ou les estrans rocheux.

Un cadre de gestion conflictuel qui nécessite une connaissance objective des activités de pêche à pied

8L’archipel de Chausey a fait l’objet de préoccupations environnementales anciennes initiées par la Société civile immobilière des îles Chausey (SCI) (Paget-Blanc, 2003). Fondée en 1919, elle gère 85 % des terres émergées de l’archipel (38 hectares sur la Grande-Île et la totalité des îles et îlots de l’archipel). La SCI est donc le principal propriétaire avec le Conservatoire du littoral qui en possède 6 ha, soit environ 10 % des terres émergées. Dès 1968, la SCI engage la création d’une réserve de chasse afin de protéger certains peuplements d’oiseaux remarquables et est à l’origine du classement de l’archipel au patrimoine national au titre des sites et des paysages. La SCI est donc devenue un acteur incontournable et prépondérant dans la L’archipel gestion de l’archipel et des sites terrestres en particulier.

Figure 1. de Chausey. Pêcheurs à pied sur les estrans au pied de l’Enseigne-Amer, archipel de Chausey, septembre 2005.

Figure 1. de Chausey. Pêcheurs à pied sur les estrans au pied de l’Enseigne-Amer, archipel de Chausey, septembre 2005.

9En parallèle, la gestion du domaine public maritime (DPM) repose sur les compétences des douanes, de la gendarmerie maritime pour le contrôle du respect des réglementations, sur les Affaires maritimes pour le contrôle et la gestion des pêches, de la navigation et des concessions conchylicoles, et sur la commune de Granville pour la gestion des zones de baignade. Depuis la loi de 2002 relative à la démocratie de proximité, le Conservatoire peut se voir confier la gestion du domaine public maritime (DPM) : une protection côté mer qui prolonge celle de la terre. C’est le cas dans l’archipel de Chausey où le Conservatoire s’est vu attribuer en mars 2007 pour une durée de 12 ans, les 5 000 ha d’estran de l’archipel.

10Cette nouvelle mission place définitivement cet organisme comme un acteur central et incontournable pour la gestion des espaces marins et terrestre. Cette implication majeure fait suite à sa désignation comme opérateur local dans la mise en place de la directive Natura 2000. La réalisation du document d’objectifs (Docob) a soulevé plusieurs conflits majeurs. En effet, les usagers locaux et continentaux affichent un lien fort, parfois passionnel, à l’archipel et tout particulièrement aux espaces maritimes qu’ils considèrent comme des espaces de liberté où toute activité doit pouvoir s’exercer avec les moindres contraintes. Se positionnant en défenseur de l’archipel, ils revendiquent un droit d’accès au titre de l’antériorité de leurs usages et pointent du doigt les menaces de contraintes réglementaires que fait peser l’action du Conservatoire. Les associations d’usagers se sont ainsi rapidement fédérées pour rassembler les usagers massivement autour d’un slogan : J’aime Chausey et je le respecte. Alors je dis Non ! à la mise en zone classée de Chausey. Chausey c’est notre oxygène ! Laissez-nous respirer ! Dès lors, Chausey est devenu l’un des sites Natura 2000 les plus conflictuels de France. La situation est redevenue progressivement plus normale, au fur et à mesure que le Conservatoire développait une politique d’explication et de concertation qui est passée notamment par la réalisation d’une étude de fréquentation de la pêche à pied.

11Les enjeux liés à la fréquentation sont évoqués régulièrement depuis plusieurs années. C’est ainsi que dès 1996, à la demande du Conservatoire, le laboratoire Géosystèmes a entrepris une première étude de fréquentation (Brigand, Fichaut et al., 1998). Ce rapport a permis de faire un état des lieux et de dégager les caractéristiques majeures de cette fréquentation.

12Aujourd’hui, la question de la fréquentation de Chausey est toujours sous-jacente à de nombreux aspects de la gestion de l’archipel. Elle est au cœur des revendications des usagers en termes d’accès au site. Son importance est déterminante dans le cadre de vie des insulaires, et influe directement sur les mesures de protection qui peuvent être prises par les différentes autorités. C’est pour cette raison qu’en 2003 le Conservatoire a souhaité une nouvelle étude de la fréquentation en intégrant tout particulièrement la problématique de la pêche à pied.

Des méthodologies d’étude variées et éprouvées

13Les méthodologies d’étude de la fréquentation mises en œuvre entre 2003 et 2005 s’appuient sur des approches déjà élaborées, testées et validées en 1996-1997. La démarche scientifique s’appuie sur trois approches permettant de caractériser les usagers et les usages de loisir terrestres et marins : la première est quantitative et vise à apporter des données chiffrées par des comptages, la deuxième est qualitative et favorise une approche de type sociologique par la réalisation d’enquêtes et la troisième, comportementale, permet de rendre compte des attitudes des visiteurs. La combinaison des trois approches permet de répondre à une série de questions simples et complémentaires : qui ?, quoi ?, où ?, quand ?, comment ? En parallèle, l’organisation de réunions publiques régulières et d’entretiens individuels avec les acteurs du territoire (associations d’usagers, institutions, administrations...) a jalonné la conduite des travaux et permis de recueillir le point de vue des différents acteurs impliqués dans la gestion de l’archipel.

14L’étude a porté conjointement sur les parties terrestres de la Grande-Île et des îlots, sur la partie maritime de l’archipel et du bassin de plaisance (cales de mise à l’eau de l’Ouest-Cotentin et port de plaisance de Granville). Les principes méthodologiques ont été déclinés pour chaque type d’usages et d’usagers et ont donné lieu à des protocoles de collecte spécifiques. Les catégories d’usagers sont définies selon le type de séjour sur Chausey. On a retenu trois grandes catégories d’acteurs : les Chausiais, qui possèdent ou louent une habitation à l’année, les séjournants qui restent plusieurs journées dans l’archipel et les excursionnistes qui passent simplement la journée sur le site. Les embarcations ont été classées selon leur type et leur longueur. La connaissance de ces paramètres est essentielle pour distinguer les flottes et donc les usages qui varient de façon importante selon les conditions météorologiques et les coefficients de marée. Le critère de longueur des bateaux a également été pris en compte. Plusieurs types de comptages ont été réalisés : les visiteurs arrivant par navettes, les passages des bateaux dans les chenaux, dans l’archipel, autour de la Grande-Île, les mises à l’eau sur les cales du continent. Des survols de l’archipel ont également été menés dès 1984 pour comptabiliser les embarcations sur les estrans, et par voie de conséquence, les pêcheurs. Enfin, différents types d’enquêtes et d’entretiens ont été réalisés.

L’activité de la pêche à pied à Chausey

15Nous ne mentionnerons pas les activités liées aux pêcheurs professionnels qui n’étaient pas au programme de l’étude, mais simplement les trois catégories principales d’usagers.

Les Chausiais, des pratiquants réguliers et experts

  • 1 Technique de pêche qui consiste à taper légèrement le substrat avec un outil à manche long pour rep (...)

16Les Chausiais sont de grands amateurs de la pêche à pied, activité qu’ils pratiquent très fréquemment aux grandes marées. Pour certains résidents secondaires, la pratique de la pêche est primordiale au point que les forts coefficients de marée conditionnent la mise en place de leur calendrier professionnel ! Ils se rendent en grande majorité à pied de la Grande-Île sur les estrans, plus occasionnellement avec leur propre embarcation qui leur permet de rejoindre des secteurs inaccessibles à pied. La pêche, le plus souvent pratiquée individuellement et ciblée sur une espèce, est relativement brève et se cantonne aux secteurs de l’ouest. En grande majorité, ils pratiquent une pêche respectueuse de la ressource. On pêche avec des crochets pour rechercher les homards, à la pissée1 pour les praires, et généralement on utilise des outils réglementaires sans chercher à prélever plus que de raison. La réglementation est connue et souvent respectée.

Les pêcheurs à pied venus en navette : deux modes de pratique

17La deuxième catégorie de pêcheurs à pied concerne les individus venant du continent avec les navettes régulières. Les flux les plus importants se situent durant les grandes marées. Cependant, on constate un flux régulier de pêcheurs à pied sur la navette quelles que soient les marées. Cette activité n’est pas, pour les excursionnistes, la plus importante. Plus de 50 % ne pêchent pas. Lorsque l’on pêche, il s’agit le plus souvent d’une activité pratiquée en dilettante. La venue à Chausey est l’occasion de « gratter » un peu l’estran. Ces visiteurs possèdent une culture faible de la pratique et ne connaissent généralement ni la réglementation, ni même parfois ce qu’ils pêchent !

18Seule une frange d’environ 15 % des excursionnistes se rend dans l’archipel lors des forts coefficients pour pêcher. L’objectif est une bonne pêche pour le soir. Avec des amis, en famille, équipés de cirés, de cuissardes et de bottes vertes, ces amateurs débarquent avec de nombreux outils de pêche. Deux à trois heures avant l’étale de basse mer, on se rend d’un pas vif vers les secteurs connus, jugés les plus productifs. Les secteurs de pêche sont nécessairement accessibles de la Grande-Île, ce qui limite l’aire de répartition des pêcheurs. On les observe donc dans les parties ouest et nord de l’archipel. La distance moyenne parcourue à pied est importante : elle peut atteindre plus de dix kilomètres.

19Les plus connaisseurs (ceux qui viennent hors période estivale) se tournent vers la pêche de produits plus « nobles » (Geoffroy et Papinot, 2004) comme la praire, la palourde ou le homard, alors que les visiteurs occasionnels (excursionnistes ou séjournants) pêchent des espèces moins recherchées, comme les coques, qui nécessitent une technicité moindre. Ces derniers, la grande majorité des pêcheurs non plaisanciers, ne possèdent pas d’outils de mesure de la taille des coquillages et 40 % sont dans l’impossibilité de citer une quelconque mesure de protection ou de réglementation. Si beaucoup pêchent en respectant le milieu et en utilisant des outils réglementaires, certains n’hésitent pas à retourner les sédiments avec des bêches. Les quantités pêchées déclarées ou montrées correspondent en moyenne à des prises de deux kilos par personne.

20La pêche à la marée est bien souvent une expédition renouvelée plusieurs fois dans l’année et répétée au fil des années. C’est aussi un bon moment passé, en famille ou entre amis, dans un site connu et apprécié chaque fois avec enthousiasme.

Les pêcheurs plaisanciers : des pratiques multiples

21Le troisième groupe correspond aux plaisanciers qui se rendent directement sur les lieux de leur pêche avec leur propre embarcation. Seuls 13 % témoignent ne jamais pêcher. Lors des grandes marées, c’est donc une majorité écrasante de pêcheurs plaisanciers qui se rend dans l’archipel. La flotte se compose majoritairement de vedettes. Les plaisanciers se rendent entre amis, parfois par groupe de deux ou trois bateaux sur les lieux de pêche. L’équipage est largement dominé par les hommes (moins de 15 % de femmes).

22La journée démarre avec l’embarquement de Granville pour plus de 75 % des embarcations. La pêche débute à bord du bateau : au cours de la traversée on largue les lignes de traîne. Arrivé, on se rend deux à trois heures avant l’étale de basse mer, sur le secteur retenu, choisi en fonction du type de pêche envisagé, des conditions météorologiques et de la connaissance des lieux. Généralement, le plaisancier choisit entre deux ou trois sites qu’il fréquente régulièrement. Le bateau à sec, la pêche commence. Elle s’achève lorsque l’embarcation est de nouveau en eau.

23Les espèces pêchées sont variées : praires, coques, bouquets, palourdes, fias... et les quantités estimées de l’ordre de deux kilos par plaisanciers (observations à vue ou mentionnées par les plaisanciers). Une large part des plaisanciers pêche à la pissée et manifeste un grand intérêt et une connaissance solide de l’activité. Le pêcheur plaisancier connaît en partie la réglementation et près d’un tiers possède des instruments de mesure pour la pêche. Mais au-delà d’une connaissance fragmentaire de la réglementation, il reste très sensibilisé à l’environnement de l’archipel, considéré comme exceptionnellement riche et fragile. Cependant, il revendique le droit absolu de pêcher, tout en reconnaissant un certain nombre de devoirs vis-à-vis de l’environnement et de la ressource.

24Durant la pêche, qui dure entre une et deux heures, il reste à proximité de son bateau : le rayon moyen observé est de 350 mètres autour de l’embarcation. C’est dans ce périmètre que la pêche s’effectue. À la fin de la pêche, il revient une dernière fois auprès de son bateau, fait parfois le tri des coquillages en fonction de leur taille, nettoie sa pêche et son matériel et, avant de repartir en mer, boit un verre avec ses amis.

Les enjeux liés aux activités de pêche à pied

Une augmentation de la fréquentation

25Le premier constat est une augmentation de la fréquentation tant sur les espaces maritimes et les estrans que sur Grande-Île. Même si la fréquentation des estrans est fortement liée aux aléas climatiques et aux cycles des grandes marées, son augmentation est particulièrement notable : les données collectées en 1996 et 2005 ont permis de noter une augmentation de 241 % de la fréquentation, à mettre en relation avec l’essor de la plaisance constaté ces dernières années à l’échelle nationale.

26En revanche, la proportion de pêcheurs à pied parmi les excursionnistes comptabilisés au débarquement des navettes reste stable, voire en légère baisse depuis 1996. Il semble que la tradition de pêche des Normands en marées d’hiver tend à se perdre.

27Au total, si l’on fait la somme des maximums (arrivées par navette et par bateaux de plaisance), on constate donc une augmentation significative de la fréquentation et donc des visiteurs susceptibles de pratiquer l’activité de pêche à pied. En 1996, on obtient sur une journée le chiffre de 2 950 visiteurs sur l’archipel (hors séjournants et résidents), pour 4 053 personnes en 2005, ce qui correspond à une augmentation de 137,4 %.

Une évolution des moyens d’accès à l’archipel

28Le développement de la plaisance en France est une réalité incontestable. Le bassin de navigation de Chausey n’échappe pas à ces évolutions générales. Les données obtenues à partir des quartiers maritimes de Cherbourg et de Saint-Malo le confirment : le nombre d’immatriculations annuel a augmenté en moyenne de 58 % entre 1994 et 2005. En 2005, 65 % des immatriculations concernent des embarcations motorisées de moins de 6 mètres.

29Avec l’essor du petit motonautisme et du fait de la pénurie de place dans les ports, l’utilisation d’embarcations sur remorque se développe. L’importance de cette pratique individuelle est difficile à évaluer. Un travail a été mené sur les cales du département de la Manche : le linéaire concerné, d’Agon-Containville à Caroles, correspond à des distances compatibles avec la réglementation actuelle pour se rendre à Chausey. Nous avons recensé 28 cales faisant l’objet d’une utilisation active. Chausey est une destination prisée : en moyenne, quels que soient les coefficients de marée, les plaisanciers utilisant des bateaux sur remorques font en moyenne 12,9 sorties par an sur l’archipel. Les limitations techniques et structurelles liées notamment au marnage ne constituent pas un frein majeur à l’usage des cales. Ainsi, le 21 août 2005, belle journée d’été ensoleillée avec un vent faible et de fort coefficient (109-110), 439 bateaux sont mis à l’eau des cales, dont 29,8 % de celles du Granville.

La question des impacts de la pêche à pied

30L’étude de la répartition des embarcations dans l’archipel et l’estimation des captures par pêcheur permettent d’évaluer la pression anthropique des activités de pêche à pied, d’un point de vue quantitatif et spatial. Mais aucune analyse en termes d’impact de l’activité sur les milieux ne peut être réalisée. Il serait nécessaire de mettre ces résultats de fréquentation en superposition avec des cartes thématiques, par exemple celles des habitats écologiques.

Figure 2. Espace occupé par les pêcheurs à pied plaisanciers sur les estrans de Chausey.

Figure 2. Espace occupé par les pêcheurs à pied plaisanciers sur les estrans de Chausey.

31À ce jour, seule la cartographie de la répartition des herbiers de zostère a été réalisée. Cette dernière superposée à la cartographie de l’occupation de l’espace par les pêcheurs plaisanciers montre parfaitement l’interaction spatiale entre activités nautiques et habitats naturels (fig. 2). Si l’archipel est toujours apprécié par les visiteurs, autant pour ses qualités paysagères et environnementales, que pour ses ressources biologiques, on constate cependant des impacts sociaux, liés à des conflits d’usage. La montée du petit motonautisme et un nombre plus important d’usagers favorisent une plus grande occupation de l’espace, à l’origine d’un certain nombre de conflits entre plaisanciers à voile et à moteur, entre professionnels (mytiliculteurs, ostréiculteurs, vénériculteurs) et amateurs et entre locaux et visiteurs.

32En outre, de nombreux comportements qui n’étaient pas signalés en 1997 se généralisent, comme la vitesse excessive, le manque de courtoisie (bruits divers, vagues, dérangement...) ou comme les prélèvements de pêche dans les secteurs interdits.

Les perspectives de gestion des estrans envisagées par les usagers

33La pêche à pied peut être considérée comme support de l’identité sociale (Papinot, 2000). L’apprentissage de l’activité passe par une transmission familiale des savoirs en termes technique et géographique. La pêche à pied peut dès lors être caractérisée par la cohésion forte des groupes qui la pratiquent et par leur appropriation des territoires, au titre des us et coutumes. L’activité fonctionne sur des logiques d’inclusion et d’exclusion, le touriste représentant « l’autre » par excellence (Papinot, 2000).

34À Chausey, ce processus devrait être vérifié par une opposition entre les groupes locaux et les « autres », touristes ou non locaux. Cependant, la notion de « local » est délicate à établir, le statut de Chausiais n’étant pas simplement lié au fait d’accéder au logement (si rare) sur la Grande-Île. En effet, le statut est revendiqué par un grand nombre d’habitués. L’attachement à l’archipel, l’ancienneté de la fréquentation du site et la fréquence des visites semblent être les critères majeurs permettant de définir les groupes « locaux » : les résidents et les plaisanciers habitués. Ces derniers attribuent la source des impacts environnementaux et conflits d’usages aux « touristes » qui visitent occasionnellement l’archipel, qui ne détiennent pas la connaissance des lieux et qui ne partagent pas le même système de valeurs.

35Souvent les causes de conflits ne se résument pas à l’opposition locaux/touristes mais revêtent un caractère politique lorsqu’une entité représentant l’État est mise en jeu (administrations, organismes publics de gestion...). À Chausey, les usagers craignent la mise en application de mesures restrictives basées sur des principes de conservation environnementale qui ne tiendraient pas compte de la réalité sociale des pratiques récréatives. Il est nécessaire de reconnaître ces usagers attachés au site et sensibilisés au respect de l’environnement. Leurs connaissances et leurs valeurs doivent être prises en considération par le gestionnaire et valorisées, car ces groupes sont de potentiels « alliés fondamentaux » (Chlous-Ducharme, 2004) dans la concertation, puisqu’ils représentent une force de proposition mais aussi un vecteur entre les nouvelles règles établies et leur application sur les estrans.

36C’est cette démarche qu’a adopté le Conservatoire du littoral en engageant une étude de fréquentation qui, au-delà de la description des phénomènes touristiques, devait alimenter les processus de concertation Natura 2000. Au cours des enquêtes réalisées sur le terrain et des entretiens menés auprès des associations et institutions, les usagers nous ont souvent fait part de propositions de gestion.

37Les résidents, principaux et secondaires, affichent une volonté de protéger les richesses écologiques et de préserver le caractère du site. En mer, les propositions s’orientent vers une régulation des effets négatifs du motonautisme en limitant la vitesse. Les propositions des excursionnistes se focalisent sur la gestion de la Grande-Île car ils perçoivent les estrans comme un élément du paysage sans usage particulier. Les propositions des plaisanciers sont plus radicales et souvent tournées vers les pratiques de pêche : il faut réglementer pour protéger. La limitation de la vitesse dans l’archipel, l’utilisation de cuves de rétention, l’instauration de zones de jachères pour la pêche à pied, un meilleur contrôle de la réglementation, la limitation du nombre de bateaux et de visiteurs sont quelques exemples des propositions concrètes émises. Certains souhaitent des aménagements (corps-morts, poubelles en mer et toilettes à terre).

38Le plaisir de pêcher ne pourrait exister sans la ressource (Pattinson, 1986). Il convient de préserver les valeurs touristiques des estrans : limiter l’accès aux lieux de pêche, maintenir des ressources halieutiques de choix, et préserver le milieu naturel et le sentiment d’isolement qu’il offre (Mckercher, 1986). Les usagers des estrans à Chausey en sont conscients. Leurs recommandations de gestion vont dans ce sens mais entrent en contradiction avec le souhait qu’il n’y ait aucune interdiction nouvelle. La peur d’une réglementation forte de type « parc national » est souvent exprimée. C’est une inquiétude commune à de nombreux sites en France.

39Cet antagonisme s’explique par un phénomène observé sur d’autres sites de pêche à pied où « le durcissement des réglementations n’est pas grave à partir du moment où il ne touche pas directement la personne » (Geoffroy et Papinot, 2004). En effet, les propositions radicales des résidents concernent essentiellement les excursionnistes. Leurs propos ont d’ailleurs été souvent perçus par les autres usagers comme un refus de « partager » l’archipel. De même, les plaisanciers revendiquent une appartenance forte au site. Leurs propositions sont émises en réponse aux constats d’infraction ou de pratiques non respectueuses considérées comme révoltantes et donc concernent uniquement les « ravageurs ». Il semble qu’à Chausey, les activités de pêche à pied soient pratiquées selon des normes basées sur un système de valeur partagé qui définit ce qui est bien, mal ou honteux (Chlous-Ducharme, 2004) en termes de respect de l’environnement. La traduction de ces normes en une règle unique qui s’adresserait à tous les pêcheurs plaisanciers, constituerait pour de nombreux usagers une atteinte à l’intégrité de leurs pratiques, puisqu’elle réunirait au sein d’un même groupe les « bons et mauvais pêcheurs ». De même que les prélèvements amateurs abusifs, le problème de la pêche professionnelle est soulevé. On entend parler de dragages des fonds clandestins de nuit, d’estrans retournés au motoculteur... Ces témoignages sont-ils véridiques, ou relèvent-ils du mythe ? Peu importe, l’essentiel est ce sentiment d’injustice ressenti par le pêcheur respectueux qui se sent contraint ou menacé par les règles. Dès lors, il vit les interdictions comme une peine injuste qu’il paie pour les autres. « Mais pourquoi se donner tant de mal ? ». Ces réflexions se rencontrent dans d’autres sites, comme aux Sept-îles, dans le cas des pêcheurs amateurs d’ormeaux confrontés au braconnage. Cependant, pour un gestionnaire, il n’est pas aisé de distinguer la frontière entre bon et mauvais pêcheur et d’adapter les réglementations aux exigences des différents types d’usagers.

Conclusion

40Comme le souligne P. Schmit (2000), les enjeux contemporains et les pressions de plus en plus fortes qui s’exercent sur les côtes renforcent les instruments de régulation, alors même que le littoral n’a sans doute jamais autant été perçu dans l’imaginaire collectif comme un espace de liberté... et de loisir. Cependant, la limitation de l’accès aux usagers pêcheurs amateurs comporte un risque que l’activité devienne réservée à des clubs ou à des intérêts privés (Cox et Walters, 2002). Cette notion de régulation de l’activité de pêche à pied est au cœur des conflits autour de la gestion des estrans de l’archipel, même si dans le cadre de Natura 2000, le Conservatoire a pour mission de concilier le maintien des activités avec des objectifs de conservation. Dans ce contexte, la réalisation d’une étude, portée par une équipe scientifique extérieure aux conflits de gestion, est intervenue comme un élément de médiation favorisant un dialogue autour d’une base de connaissances communes entre gestionnaires et opposants à Natura 2000. Cette démarche, jalonnée d’entretiens et de réunions publiques, a été essentielle aux rédacteurs de l’étude, conscients que le caractère objectif et non polémique du document conditionne l’appropriation de l’étude par les acteurs locaux et les gestionnaires. Le Conservatoire s’inscrit dorénavant dans une démarche de gestion anticipative. Avec la création d’un observatoire Bountîles (Brigand et Le Berre, 2007) sur l’archipel, il cherche à disposer d’un outil d’aide à la décision simple, opérationnel et reproductible qui révèle les évolutions dans la pratique de certains usages, dont la pêche à pied.

Bibliographie

Agence de l’eau Loire-Bretagne, 1994 – Méthodologie d’estimation de la pêche à pied par prises de vues aériennes : résultats des campagnes effectuées sur le littoral de Loire-Atlantique et de Vendée. Rapport Agence de l’eau Loire-Bretagne, Ddass Loire-Atlantique, Ifremer Centre de Nantes, Service maritime navigation, 35 p.

Barré E., Ridel E. et al., 2000 – « Présentation du colloque ». In : actes du colloque Ils vivent avec le rivage : pêche côtière et exploitation du littoral, 29 juin-1er juillet, Musée maritime de l’île de Tatihou (Manche), Centre de recherche d’histoire quantitative, Histoire maritime n° 2 : 3.

Brigand L., Fichaut B. et al., 1998 – Archipel de Chausey. Étude de fréquentation. Rapport Géosystèmes, Univ. de Bretagne occidentale, Conservatoire du littoral, 101 p.

Brigand L., Le Berre S., 2006 – Étude de fréquentation de l’archipel des îles Chausey. Rapport du laboratoire Géomer, Univ. de Bretagne occidentale, Conservatoire du littoral, 115 p.

Brigand L., Le Berre S., 2007 – Joint construction and appropriation of indicators by the users, the managers and the scientists: the example of the touristic frequentation observatory of Port-Cros and Porquerolles. International Journal of Sustainable Development, vol. 10, n° 1: 139-160.

Chlous-Ducharme F., 2004 – « Approche ethnologique de la pêche à pied sur les estrans rocheux ». In Hily C. (coord.) : Contribution à la gestion et à la conservation des espaces marins insulaires protégés (Manche – Atlantique) : les activités de pêche à pied et de plongée ; impacts sur la biodiversité et mise au point d’outils d’évaluation, programme de recherche Espaces protégés (minist. Env.), Rapport Univ. de Bretagne occidentale, Brest, Chap. 2, 56 p.

Cox S., Walters C., 2002 – « Maintaining quality in recreational fisheries: how success breeds failure in management of open-access sport fisheries ». In: Recreational fisheries: ecological, economic and social evaluation. Hollingworth, Charles ed., Oxford, Blackwell Science, Fish and aquatic resources series, vol. 8: 107-119.

Document d’objectifs Natura 2000, 2002 – Les îles Chausey, site n° FR 2500079. Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres, Direction régionale de l’environnement Basse-Normandie, 109 p.

Dupré, 2000 – « La pêche côtière du Calvados (xixexxe siècles) ». In : actes du colloque Ils vivent avec le rivage : pêche côtière et exploitation du littoral », 29 juin-1er juillet, Musée maritime de l’île de Tatihou (Manche), Centre de recherche d’histoire quantitative, Histoire maritime n° 2,2 : 45-56.

Geoffroy G., Papinot C, 2004 – « Approche ethnologique de la pêche à pied sur les estrans meubles ». In Hily C. (coord.) : Contribution à la gestion et à la conservation des espaces marins insulaires protégés (Manche-Atlantique) : les activités de pêche à pied et de plongée ; impacts sur la biodiversité et mise au point d’outils d’évaluation, programme de recherche Espaces protégés (minist. Env.), Rapport Univ. de Bretagne occidentale, Brest, Chap. 4, 60 p.

Hébert M., Delauney M., 2001 – La belle histoire de la pêche en Normandie, mer et rivages. Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 125 p.

Kalaora B., 1997 – « Quand l’environnement devient affaire d’État ». In Abeles M., Jeudy H.P. (éd.) : Anthropologie du politique, Paris, A. Colin : 179-196.

Le Chene M., 2000 – « L’exploitation des vers de vas en baie de Salenelles et en baie de Somme ». In : actes du colloque Ils vivent avec le rivage : pêche côtière et exploitation du littoral, 29 juin-1er juillet, Musée maritime de l’île de Tatihou (Manche), Centre de recherche d’histoire quantitative, Histoire maritime n° 2 : 197-203.

Levasseur O., 2000 – « La question des goémons sur les côtes du nord de la Bretagne aux xviiie et xixe siècles ». In : actes du colloque Ils vivent avec le rivage : pêche côtière et exploitation du littoral, 29 juin-ler juillet, Musée maritime de l’île de Tatihou (Manche), Centre de recherche d’histoire quantitative, Histoire maritime n° 2 : 113-134.

McKercher B., 1986 – « La promotion du tourisme : regards par-delà le consommateur ». In : Conférence sur la pêche récréative, compte rendu, Ottawa, ministère des Pêches et des Océans, Publication spéciale canadienne des Sciences halieutiques et aquatiques, 97 : 129-136.

Paget-Blanc C., 2003 – Les îles Chausey, entre sanctuarisation et développement durable. Réflexion sur les modalités de protection et de conservation en site insulaire. Mémoire de maîtrise de géographie, Paris, Univ. Paris I-Panthéon-Sorbonne, UMR Prodig, 165 p.

Papinot C., 2000 – « Entre coutume et décret : la pêche à pied comme mode d’appropriation territoriale ». In actes du colloque Ils vivent avec le rivage : pêche côtière et exploitation du littoral, 29 juin-1er juillet, Musée maritime de l’île de Tatihou (Manche), Centre de recherche d’histoire quantitative, Histoire maritime n° 2 : 293-301.

Pattinson D., 1986 – « Un code de déontologie pour les pêcheurs récréatifs ». In : Conférence sur la pêche récréative, compte rendu, Ottawa, ministère des Pêches et des Océans, Publication spéciale canadienne des Sciences halieutiques et aquatiques, 97 : 93-100.

Schmit P., 2000 – « Conclusions du colloque ». In : actes du colloque Ils vivent avec le rivage : pêche côtière et exploitation du littoral, 29 juin-1er juillet, Musée maritime de l’île de Tatihou (Manche), Centre de recherche d’histoire quantitative, Histoire maritime n° 2 : 319-323.

Notes

1 Technique de pêche qui consiste à taper légèrement le substrat avec un outil à manche long pour repérer le bivalve qui émet un jet en se refermant.

Auteurs

solenn.leberre@univ-brest.fr
Chercheur contractuel, université de Bretagne occidentale, UMR laboratoire Géomer, Institut universitaire européen de la mer

Louis.Brigand@univ-brest.fr
Professeur des universités, université de Bretagne occidentale, UMR LETG, Laboratoire Géomer, Institut universitaire européen de la mer

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search