Version classiqueVersion mobile

Insularité et développement durable

 | 
François Taglioni

Partie 1. Sociétés et cultures

Perceptions du développement durable par les éleveurs des hautes terres du Piton de la Fournaise (île de la Réunion)

Perceptions of sustainable development by farmers in the highlands of Piton de la Fournaise (Reunion Island)

Laurent Jauze et Stéphane Arnoux

Résumé

Il existe quatre zones d’élevage bovin sur les hautes terres de la Fournaise. Un audit réalisé auprès des éleveurs montre qu’il y a une pluralité dans la perception qu’ils ont du développement durable. Les résultats de l’enquête indiquent également qu’il y a un décalage entre la représentation du concept et la réalité des pratiques. Certains procédés sont des « copier/coller » du modèle continental métropolitain influencé par les plans sectoriels européens. Ce constat révèle toute la complexité de l’articulation des échelles d’application du développement durable dans un contexte spécifique insulaire.

Texte intégral

Nous remercions l’ensemble des éleveurs du Piton de la Fournaise, le Conseil régional de la Réunion et le Fonds social européen.

Introduction

1Le développement durable (DD) est une notion quelque peu fourre-tout (Veyret, 2004). Cet oxymoron (Aga Khan, 2002 ; Mancebo, 2007) est défini et perçu différemment selon ses utilisateurs. Ce nomadisme conceptuel résulte en grande partie de son caractère globalisant (Clément, 2004). Or, la vision à une échelle trop générale masque l’engrenage alambiqué des diverses échelles spatiales et temporelles. Une véritable réflexion sur le DD ne peut pas, par exemple, éluder la notion de temporalité. Cette dimension est incontournable lorsqu’il s’agit d’analyser la genèse et les mécanismes des géosystèmes actuels et d’en évaluer la durabilité. Cette proposition peut s’illustrer par un rapide examen de quatre secteurs d’élevage bovin localisés sur les hautes terres du Piton de la Fournaise (île de la Réunion, océan Indien). L’une des finalités de cet article est de voir si le parcours historique des éleveurs peut influencer leur perception du DD et son application. L’étude pose également la question de savoir s’il existe des échelles spatiales plus pertinentes que d’autres pour la mise en pratique de projets de DD insulaire.

Description physique succincte des hautes terres de la Fournaise

2Le volcan actif du Piton de la Fournaise culmine à 2 632 m et occupe environ 1 000 km2 au sud-est de l’île de la Réunion (fig. 1).

Figure 1. Localisation des aires d’étude.

Figure 1. Localisation des aires d’étude.

3La composante orographique implique une péjoration du climat littoral tropical à nuance océanique : les territoires d’altitude possèdent ainsi un caractère tempéré affirmé (Robert, 2003). Pour les quatre sites d’étude les températures moyennes varient entre 10 et 18 °C (Météo-France, 1997). La distribution spatiale des précipitations annuelles est disparate et cela pour une même aire pastorale (tabl. 1).

4Outre les bovidés, la faune se limite à quelques petits oiseaux, insectes et rongeurs. La végétation des sites du Fond de la Rivière de l’Est et du Piton des Cabris est de type tropico-subaltimontaine. Les prairies artificielles pâturées du Nez de Bœuf et du Piton de l’Eau sont semées en ray-grass (Lolium hybridum) et dactyle (Dactylis glomerata), des graminées exotiques, et présentent encore quelques lambeaux de végétation « naturelle ».

Un héritage historique commun

5Aux débuts de la colonie, au xviie siècle, l’élevage bovin est rudimentaire. À partir du xixe siècle, cette activité engendre une véritable mutation des territoires d’altitude. À cette époque, et jusqu’au début du xxe siècle, s’engage un processus irréversible de marginalisation et de prolétarisation d’une partie de la population blanche (Bourquin, 1998). Suite à l’insuffisance des terres sur les basses pentes, ces « Petits Blancs » s’exilent dans les parties hautes et inexploitées de l’île. C’est la genèse d’une société rurale originale, sorte de négatif de la riche société de plantation du littoral. La territorialisation de ces proscrits miséreux a pour conséquence, outre leur ségrégation spatiale, de hâter la mise en valeur agricole de la plaine des Cafres, porte d’entrée des hautes terres de la Fournaise. En raison de la situation relative d’isolement et des caractères propres des lieux, il s’y développe progressivement un mode de vie particulier basé sur le petit paysannat de montagne et sur la relation importante à la nature qui fournit les principales ressources. Une forte identité rurale se forge et l’élevage libre en est la marque : la divagation du bétail constitue un mode d’appropriation, avec détermination du droit d’usage de l’espace, une façon de marquer un territoire. L’élevage collectif itinérant et très extensif prend rapidement de l’ampleur. Les troupeaux sont lâchés de plus en plus loin vers les hautes terres de la Fournaise.

6Parallèlement à l’essor de la filière élevage naissante, le service forestier est sollicité pour réglementer la conservation des écosystèmes naturels. Un domaine forestier est instauré et des mesures sont prises contre les empiètements sur ce domaine public. De nombreux conflits, parfois exacerbés, émergent alors entre les éleveurs et les forestiers. Des parcours sont organisés et des clôtures sont mises en place dès la seconde moitié du xxe siècle. Malgré ces aménagements, l’habitude tenace et profondément ancrée de laisser divaguer les bêtes en milieu naturel persiste.

7Cette pratique traditionnelle s’estompe à partir de 1975 avec l’élaboration du « Plan général d’aménagement des Hauts de la Réunion ». Cette politique volontariste a pour mission de promouvoir la mise en valeur des Hauts ruraux et d’y engager un développement agricole, pastoral et forestier. Elle marque le début d’une véritable structuration, planification et organisation de la filière bovine. À la même période, l’Office national des forêts (ONF) régularise l’occupation illégale des terrains départemento-domaniaux. Les forestiers circonscrivent la pratique itinérante de vaine pâture sur les parcours naturels afin de garantir les objectifs de la filière bovine et de limiter l’érosion de la biodiversité. Au début des années 1980, les sites du Nez de Bœuf et du Piton de l’Eau sont spécialement clôturés et aménagés en prairies artificielles semées et pâturées. L’ONF accorde alors à quelques éleveurs rassemblés au sein de structures collectives un droit d’accès sur ces concessions. Le cantonnement des animaux dans ces nouvelles unités pastorales est désormais obligatoire. D’autres éleveurs se retrouvent en marge de ce dispositif et préfèrent maintenir un élevage traditionnel. Ils occupent alors les sites du Fond de la Rivière de l’Est et du Piton des Cabris. C’est à cette époque que s’opère une scission dans les pratiques de l’élevage bovin sur les hautes terres de la Fournaise. Malgré un parcours historique jusqu’ici commun à l’ensemble des éleveurs, deux systèmes se distinguent maintenant : le premier est de type « conventionnel » (Nez de Bœuf et Piton de l’Eau), le second est qualifié de « non conventionnel » (Fond de la Rivière de l’Est et Piton des Cabris).

8Au Nez de Bœuf, l’élevage bovin est extensif (tabl. 1). Le bétail effectue des rotations sur plusieurs parcelles aménagées à cet effet. L’hiver, les prairies ne suffisent pas à nourrir le troupeau et du fourrage ensilé vient compléter la ration.

9Au Piton de l’Eau, l’itinéraire technique est le même qu’au Nez de Bœuf. Le climat hivernal difficile ne favorise pas un affourragement suffisant du bétail et les éleveurs doivent amener de l’ensilage quotidiennement. Les races pures ont des difficultés d’adaptation au site.

10Au Fond de la Rivière de l’Est, l’élevage est également extensif mais il n’y a aucune importation d’aliment et d’utilisation de désherbant. Malgré la rudesse du climat, le troupeau se comporte bien. Cela s’explique par le croisement entre des races métis et la race limousine.

11Au Nez de Bœuf, au Piton de l’Eau et au Fond de la Rivière de l’Est, les veaux, à partir d’un certain nombre de mois, sont retirés à leur mère pour être placés dans des ateliers d’engraissement sur le site de la Grande Ferme.

12Au Piton des Cabris, l’élevage est extensif à l’extrême. Il n’y a aucune intervention humaine : l’éleveur exerce juste un rôle de gardien. Les races sont de type métis.

13Les éleveurs du Nez de Bœuf, du Piton de l’Eau et du Fond de la Rivière de l’Est sont adhérents de la Sica-Revia, coopérative agricole qui organise la production de viande bovine. Les éleveurs du Piton des Cabris ne dépendent d’aucune filière.

14Les exploitants du Fond de la Rivière de l’Est et du Piton des Cabris sont en position d’illégalité. Les sites qu’ils occupent sont au cœur du parc national des Hauts.

Méthode

15Un audit a été réalisé auprès des jeunes éleveurs des quatre zones pastorales. Sur les 13 éleveurs recensés, 7 se sont prêtés à l’exercice.

16Le questionnaire est composé de 30 questions classées en quatre thèmes : le développement durable, le site, l’activité, les acteurs.

Tableau 1. Description des quatre zones d’élevage

Tableau 1. Description des quatre zones d’élevage
  • 1 Unité de gros bétail.

Note *1

17C’est surtout à travers le premier thème qu’il est possible de déterminer la perception du développement durable par les exploitants. Les questions ont notamment porté sur leur définition de ce concept, sur la manière dont ils en ont pris connaissance ou encore sur leur sentiment de faire du DD à leur échelle.

Résultats de l’audit et discussion

18L’âge moyen des éleveurs consultés est de 31 ans. Tous ont une activité complémentaire qui se localise ailleurs que sur les sites d’étude : maraîchage, bâtiment d’élevage bovin, restauration.

19À la question Comment avez-vous entendu parler du développement durable ? tous ont répondu unanimement qu’ils ont subi un matraquage par les politiques et les médias. Ceux-ci véhiculent des discours redondants et peu critiques sur le concept, notamment à travers de nombreuses idées reçues et déjà toutes faites comme les énergies renouvelables. Le Conseil régional de la Réunion est la seule collectivité territoriale citée et s’impose comme le faiseur de développement durable dans la perception de cette jeune génération d’éleveurs. Dans leurs réponses, il a toujours été fait mention de la période 2004-2005. Ces années correspondent à la dernière élection régionale et à l’essor de nombreux projets portés par le Conseil régional tels ceux relatifs aux énergies renouvelables et particulièrement aux travaux de la route des Tamarins. La mise en œuvre de ce chantier titanesque s’est accompagnée de nombreuses campagnes d’informations sur le développement durable. T. Simon (2008) parle même de manipulation médiatique consistant à transformer de grands projets d’infrastructures routières en opérations exemplaires de DD. Par ailleurs, à cette même époque, la Mission parc national, qui est aussi une volonté politique du Conseil régional, entre dans sa phase de création et définit les limites et contenu du parc. Elle multiplie les communications publiques et y évoque systématiquement le concept de DD.

20Ce matraquage ne s’est pas uniquement opéré à l’échelle de l’île. S. Allemand (2007) note que 2004-2006 est une période charnière : 77 % des Français disent savoir ce qu’est le DD en 2006 contre 54 % en 2004. Au niveau national, cette phase de transition correspond à l’intégration en mars 2005 de la Charte de l’environnement dans la constitution française. Au niveau international, ce sont surtout les nombreux discours sur les changements climatiques qui ont alimenté les débats suite au cyclone Katrina en août 2005 et au film d’Al Gore, Une vérité qui dérange, en octobre 2006. Il peut être déjà soulevé ici, à travers ces exemples, la connexion de l’espace insulaire avec l’échelle nationale et mondiale. Les médias constituent véritablement un outil puissant pour la diffusion massive du concept de DD à toutes les échelles spatiales.

21Cet « endoctrinement » débouche sur un formatage du discours des éleveurs issus de la filière conventionnelle. En effet, ils définissent le DD comme une activité durable dans le temps, viable économiquement et qui respecte la nature. Cette définition ainsi que le vocabulaire employé montrent bien à quel point les discours médiatiques ont imprégné ces acteurs. Seuls les éleveurs indépendants de la filière conventionnelle font exception et définissent le DD comme le bien-être animal et humain, durable au niveau financier. Cette dernière définition rejoint celle de Hatem (1990, cité par Bouard et al., 2008) qui pense qu’il est important d’intégrer dans le concept de DD une démarche anthropocentrée qui privilégie une entrée sociale et le « bien-être » des acteurs tels que perçus par eux. Cette approche anthropocentrée (le bien-être de l’homme, Sébastien et Brodhag, 2004) qui émane des éleveurs indépendants contraste avec la vision écocentrée (protection des écosystèmes) qui domine encore généralement les discours médiatiques (DDT, 2004).

22L’ensemble des éleveurs audités pensent que les valeurs du DD ont surtout été transmises au sein de la cellule familiale et cela depuis l’enfance. La mise en discours médiatique récente n’a fait que mettre un mot sur ce qu’ils savent depuis toujours. Le DD serait ainsi juste une mise en mots « dans l’air du temps », un phénomène de mode, ou pis : un outil de marketing, un slogan détourné par les spécialistes de la communication (Huybens et Villeneuve, 2004).

23Il a été demandé aux éleveurs d’un secteur si les éleveurs des autres systèmes pastoraux faisaient du DD. Les réponses sont consignées dans le tableau 2. Il existe une dichotomie assez nette dans la perception du concept de DD par les éleveurs des systèmes conventionnels et non conventionnels.

24Les premiers estiment qu’actuellement ils ne font pas du DD. Ils l’expliquent, d’une part, par leur forte dépendance vis-à-vis de l’extérieur : les intrants sont importants et il est nécessaire d’avoir recours à l’ensilage à partir de prairies de fauche situées en dehors du site (particulièrement pour le site du Piton de l’Eau en hiver austral). D’autre part, dans la perception de ces éleveurs, la pratique du DD serait la finalité d’un processus temporel par étapes : l’élevage conventionnel précèderait le stade de l’agriculture raisonnée qui elle-même précèderait le stade de DD. Le désir d’aboutir à cet ultime niveau a incité ces éleveurs à entreprendre depuis quelques années les démarches nécessaires pour obtenir la certification d’une agriculture raisonnée pour leur exploitation.

25Les éleveurs des systèmes non conventionnels sont tous persuadés de faire du DD. Ils justifient cette affirmation par le fait qu’ils pratiquent un élevage biologique. Ils mettent en avant l’autonomie du troupeau et de leur activité sur le site vis-à-vis de l’extérieur (pas d’engrais, pas de tracteur, etc.).

26Nous remarquons ici une confusion dans la perception des éleveurs. Ils assimilent et greffent les termes d’agriculture raisonnée et biologique au concept de développement durable. Pour certains éleveurs ces termes sont synonymes, pour d’autres il s’agit de procédés différents mais pouvant s’imbriquer, voire se succéder dans une suite logique. E Pervanchon et A. Blouet (2003) notent que l’emploi de mots, adjectifs ou substantifs, donne lieu à de nombreux syntagmes – tels que « agriculture durable » – et que cela rajoute à la confusion et au décalage entre définition, représentation et application du DD. Ce flou conceptuel montre bien à quel point le DD est un fourre-tout, un mot valise dans lequel on met tout et n’importe quoi (Veyret, 2004 ; Allemand, 2007).

27Il existe un paradoxe, un décalage entre l’idée que les éleveurs de la filière conventionnelle se font du DD et son application sur le terrain. Si dans leur perception ils sont sûrs de ne pas en faire, ils pensent toutefois y contribuer à travers leur pratique, dans une certaine mesure et à l’échelle de leur exploitation. Ils savent par exemple que l’utilisation de produits phytosanitaires a un impact négatif sur l’environnement mais ils restent persuadés que leur activité doit obligatoirement être maintenue pour que le paysage et le milieu naturel soient durables. L’éleveur se présente ainsi comme celui qui façonne ce beau paysage, comme celui qui protège le sol et comme le jardinier de la nature, le bétail serait garant de l’entretien de la prairie en limitant par exemple les plantes exotiques envahissantes et les incendies.

28Les éleveurs qui ont une pratique non conventionnelle ont une vision semblable : ils seraient des gardiens de la nature. Ils sont convaincus que les bœufs entravent la prolifération des plantes exotiques envahissantes et contribuent à lutter contre les incendies : le bœuf est la tondeuse, le pare-feu.

29L’idée d’une spécificité insulaire est venue d’elle-même dans les réponses des éleveurs audités. Elle consiste principalement en une dépendance vis-à-vis de l’extérieur.

30Il s’agit d’abord d’une dépendance financière à travers des subventions très diversifiées venant majoritairement de l’Union européenne. La Réunion prétexte son caractère ultrapériphérique pour bénéficier de soutiens financiers spécifiques (Taglioni, 2009). Ceux-ci ont sans conteste aidé la filière élevage conventionnelle à se structurer en compensant les surcoûts liés à l’insularité et à l’éloignement (Choisis et al., 2003). Une grande partie des aides est utilisée pour l’achat de produits et d’outils qui sont eux-mêmes manufacturés à l’extérieur. Il existe ainsi une dépendance matérielle qui découle d’un mode bien défini des pratiques sur l’exploitation. C’est parce qu’ils en sont les grands bénéficiaires que les éleveurs acceptent les rouages complexes d’un système qu’ils ne comprennent pourtant pas toujours. Ils ont ainsi conscience de la forte dépendance du système agricole réunionnais calqué sur le modèle normé productiviste métropolitain.

31La durabilité de ces transferts financiers massifs peut inquiéter dans un contexte de contrainte budgétaire et de crise des finances publiques (Simon, 2008). De plus, la durabilité de toute cette « usine à gaz » peut être rendue obsolète s’il n’y a pas de vigilance vis-à-vis de risques éventuels – mais réels- de non-acheminement des hydrocarbures, aliments, engrais, et autres produits importés. Une gestion non anticipée des approvisionnements en conditions insulaires peut vite s’avérer comme un bémol dans une partition bien réglée (Ruelle, 2003 ; Bailly, 2005). Un éleveur du Piton des Cabris utilise d’ailleurs l’image d’un bateau pour traduire la fragilité de l’élevage conventionnel à la Réunion. Soit le bateau rentre trop souvent, c’est-à-dire que l’importation de viande amène une forte concurrence ; soit le bateau coule, c’est-à-dire qu’il y a un risque rapide de non-approvisionnement puis de rupture de stock des matières nécessaires au bon fonctionnement de l’exploitation agricole. L’image du bateau révèle en outre la perception qu’a cet éleveur de l’insularité : celle d’un monde perdu dans l’immensité océane et dépendant surtout de ce moyen de transport. L’image du bateau qui coule peut être illustrée par l’exemple des événements de janvier-février 2009 en Guadeloupe, en Martinique et à la Réunion. Le blocage des infrastructures portuaires et la grève des transporteurs ont vivement inquiété les élevages. Ceux-ci n’étaient plus approvisionnés en aliment et le déficit aurait pu menacer gravement les filières si le conflit avait duré plus longtemps.

Tableau 2. Perception du DD par les éleveurs

Tableau 2. Perception du DD par les éleveurs

32Tous les éleveurs interrogés s’accordent sur la nécessité de s’affranchir au maximum des produits importés. Dans la synthèse des sessions du colloque « Les ruminants : élevage et valorisation » qui s’est tenu en 2003 à la Réunion, les professionnels de la filière constatent que l’un des moyens pour avoir des élevages durables et adaptés en termes d’outils, de productivité et de qualité, est d’importer des races et de créer de nouvelles souches par hybridation. L’idée est certes séduisante : la diminution des produits agricoles importés peut effectivement passer par une génétique adaptée mais cela demande des études poussées qui tiennent compte du contexte local. Les troupeaux des élevages conventionnels du Nez de Bœuf et du Piton de l’Eau sont quasiment constitués à 100 % de race pure limousine et blonde d’Aquitaine, ce qui implique obligatoirement des importations de masse : intrants, fourrage en période hivernale, produits prophylactiques. Le cas du Fond de la Rivière de l’Est est intéressant en ce sens où le croisement de races métis et limousine donne de bons résultats et permet de se décharger en partie des importations (aliments, intrants, emploi faible de produits prophylactiques). Cette utilisation de matériel génétique autochtone a déjà montré son efficacité sur d’autres espaces insulaires tels qu’en Guadeloupe : « le bovin créole » montre en effet des performances de croissance et de production de viande, certes limitées par rapport à des races spécialisées, mais satisfaisantes pour la zone tropicale humide (Gauthier et al., 1984 ; Naves, 2005). Ce bétail est adapté aux disponibilités fourragères, il est résistant à certaines pathologies, présente une excellente longévité, possède de bonnes qualités maternelles et reproductives. L’exemple guadeloupéen engage un véritable questionnement sur la durabilité économique des élevages. Est-il plus pertinent d’avoir des races qui fournissent d’énormes quantités de viande mais qui impliquent des charges d’exploitation (vétérinaire...) très importantes, ou d’avoir des races adaptées au contexte local, moins productives mais qui garantissent une moindre dépendance vis-à-vis des importations et par conséquent des dépenses plus faibles ?

33Pour les îles du sud-ouest de l’océan Indien telles que les Seychelles, les Comores et Mayotte il existe également une volonté de diminuer les importations. Les objectifs principaux sont d’aboutir à une autoconsommation, d’organiser la production et de fournir de l’emploi aux populations locales (synthèse des sessions du colloque « Les ruminants : élevage et valorisation », 2003). Les politiques et acteurs de la filière ne jouent-ils pas ici sur les mots ? Que signifient réellement les termes « importation » et « autosuffisance » ? S’agit-il d’importer moins de viande et de la produire sur place ? Dans le cadre d’un élevage conventionnel, cela passerait inévitablement par des importations massives d’engrais et d’aliments, etc. Finalement, pour un kilo de viande produit localement combien de kilos de produits importés (intrants, etc.) ? Effectivement, l’élevage génère des emplois, structure l’espace et participe à l’aménagement du territoire insulaire. Mais à quel prix ? Jusqu’à quel niveau d’importation les acteurs sont-ils prêts à aller pour le développement de la filière ? Est-ce vraiment durable ? Dans l’exemple réunionnais, il est nécessaire de maintenir l’emploi dans un contexte de chômage élevé. L’élevage bovin allaitant y contribue mais son objectif d’autosuffisance, réaffirmé dans la synthèse des États généraux de l’outre-mer (29 avril-30 juillet 2009), doit passer par une amélioration de la productivité via l’agrandissement des exploitations et l’extensification. Cette tendance générale qui prévaut en Europe est difficilement applicable à la Réunion compte tenu de l’exiguïté du territoire insulaire. Il y a donc une articulation confuse entre les échelles spatiales. L’élevage réunionnais se trouve dans une situation paradoxale : son développement est à la fois conditionné par les réglementations européennes, tout en devant faire face à la situation spécifique d’une région ultrapériphérique (Choisis et al., 2003).

34La perception des éleveurs est celle d’un DD subi, c’est-à-dire que les directives viennent par le haut, depuis l’échelle européenne jusqu’aux institutions locales réunionnaises. Les acteurs locaux deviendraient-ils de simples exécutants d’une pensée élaborée à une plus petite échelle géographique (Clément, 2004) ? Si le copier/coller imposé du modèle d’élevage métropolitain à la Réunion a déjà révélé ses faiblesses (De Rouffignac et al., 2005), qu’en sera-t-il de l’efficacité d’un DD tel qu’il est élaboré actuellement à une échelle globale ? Il n’y a donc pas lieu de vouloir appliquer à des espaces des conceptions qui ne leur sont pas adaptées, ni leur imposer une manière uniforme de définir les problèmes et d’envisager les solutions (Mancebo, 2007). L’approche globale semble donc bien déconnectée du substrat territorial (Torres, 2002). Entre le local et le global, le sectoriel et le spatial, les passerelles restent encore largement à construire et cela devrait être constamment au cœur de la démarche de DD (Theys, 2002). N. Huybens et C. Villeneuve (2004) utilisent le néologisme « glocale » (composé de « global » et « local ») pour exprimer la nécessité d’intégrer les actions locales avec les perspectives globales. Il est également souhaitable de ne pas limiter ces actions uniquement au registre local ou d’avoir des préoccupations uniquement globales (Mancebo, 2009). Si ce principe de naviguer sur plusieurs échelles est respecté, cela suppose forcément l’existence d’une myriade de définitions, de perceptions et de pratiques du DD. Il n’y aurait donc pas un modèle de DD singulier et universel, mais bien des développements durables au pluriel (cf. Veyret et Arnould, 2008). Plus que des développements durables pluriels, il peut y avoir des développements durables hétérogènes puisque l’opérationnalité des actions peut être compromise par une mauvaise articulation entre des échelles territoriales (Europe, État, région, etc.) qui ont chacune leurs priorités et des visions stratégiques distinctes, voire opposées (Mancebo, 2009).

35Certains auteurs pensent que le leitmotiv de l’Agenda 21, « Penser globalement, agir localement », est très difficile à appliquer et à concevoir. « Penser localement pour agir globalement » serait un slogan plus pertinent. Il implique de tenir compte des héritages, des rapports spécifiques entre les sociétés et leur environnement, des besoins et des projections sur l’avenir des populations à une échelle locale (Clément, 2004). Le territoire serait ainsi la « brique de base » du DD (Theys, 2002), bien que le terme de « territoire » soit polysémique et rajoute à la confusion des échelles spatiales (Laganier et al., 2002). S. Bouard et al. (2008) abondent dans ce sens et pensent qu’un DD serait plus efficace s’il tient compte des caractéristiques et des spécificités des territoires. Il le serait d’autant plus s’il intègre une approche participative des citoyens. À la Réunion, la participation des populations aux débats publics reste encore timide. Ce fut le cas lors des États généraux de l’outre-mer de 2009. Les discussions ont cependant révélé la fragilité de l’élevage conventionnel réunionnais et sa dépendance à la mondialisation et au marché libéral. L’arrivée d’une enseigne discount nationale proposant une viande moins chère que celle issue de la filière structurée autour de la Sica-Revia a enrayé tout un processus et mis à mal tout un système dont les débouchés sont exclusivement tournés vers la grande distribution locale. Cet exemple est symptomatique des imbrications complexes des échelles spatiales qui existent au sein d’un monde insulaire qui reste fragile et qui ne peut être en marge d’un grand mécano planétaire.

Conclusion

36Les éleveurs des deux systèmes pastoraux étudiés (conventionnel versus non conventionnel) ont une même activité et évoluent sur le même territoire. Malgré ces points communs, chacun est convaincu que sa perception du DD est la bonne. La disparité des représentations s’explique en partie par l’héritage historique propre à chaque exploitant. L’appartenance à une filière structurée, telle que la Sica-Revia, concourt à formater les esprits, les objectifs et les pratiques. À cela il faut rajouter la forte influence des discours politiques et médiatiques véhiculés à toutes les échelles spatiales. Paradoxalement, ce matraquage force tout de même les éleveurs à réagir. Les réalités de leur vie quotidienne sur le terrain impliquent une vision anthropocentrée du DD. C’est d’abord l’intérêt personnel qui prime. Ce constat achève de jeter le trouble dans les définitions du DD que se font les acteurs. Le concept est encore actuellement utilisé à « toutes les sauces ». Sa perception diffère selon les acteurs et selon les échelles auxquelles ceux-ci se placent. Cela est encore plus flagrant dans un monde insulaire tel que la Réunion où l’imbrication des échelles spatiales est un jeu complexe. L’île est en effet intimement liée à la métropole et à l’Union européenne et l’une des spécificités de l’élevage local consiste en une forte dépendance vis-à-vis de ces espaces géographiques. Cela n’est pas exactement le cas pour d’autres espaces insulaires tropicaux. En Guadeloupe, qui comme la Réunion est un DOM et une RUP, l’élevage bovin allaitant connaît une moindre dépendance et apparaît bien plus adapté et pérenne. Il n’existerait donc pas de modèle unique de développement durable pour le monde insulaire. Les éleveurs réunionnais sont pleinement conscients de la fragilité de la mécanique dans laquelle ils s’intègrent. Persévérer dans un élevage bovin qui nécessite un niveau élevé d’importation ne relèverait-il pas du « syndrome du Titanic » ?

Bibliographie

Aga Khan S., 2002 – « Le développement durable, une notion pervertie ». http://www.monde-diplomatique.fr/2002/12/AGA_KHAN/17153 (octobre 2009).

Allemand S., 2007 – Les paradoxes du développement durable. Le Cavalier Bleu, 191 p.

Bailly E., 2005 – « Vers une démarche écorégionale... Le concept de l’écorégion ou comment restaurer le système immunitaire des régions ». http://www.notre-planete.info/ecologie/devdurable/region/ecoregion2005.pdf (octobre 2009).

Bouard S., Sourisseau J.-M., Pestana G., 2008 — « La participation des acteurs locaux à l’élaboration et l’évaluation des politiques publiques de développement durable en Nouvelle-Calédonie ». http://echogeo.revues.org/index9693.html (octobre 2009).

Bourquin A., 1998 – « Les Petits-Blancs des Hauts à la Réunion ». http://amis.univ-reunion.fr/Conference/presentation/151/ (octobre 2009).

Choisis J.-P., Lacroix S., Latchimy J.-Y., Legendre E., 2003 – La filière viande se structure dans un contexte difficile ». Économie de la Réunion, Insee, 3e trimestre : 8-9.

Clément V, 2004 – « Le développement durable : un concept géographique ? » http://geocormuences.ens-lsh.fr/do(ytransv/DevDur/DevdurScient.html (octobre 2009).

DDT (Développement durable et territoires), 2004 – « Dossier 3 : les dimensions humaine et sociale du développement durable ». http://developpementdurable.revues.org/index1113.html (octobre 2009).

De Rouffignac A., Choisis J.-E, Salles J.-M., 2005 – « Enjeux des incitations économiques en élevage allaitant pour la gestion de la biodiversité dans les Hauts de la Réunion ». http://epe.cirad.fr/fr/doc/Colloque_01ympe.pdf (octobre 2009).

Gauthier D. et al., 1984 -Le bovin créole en Guadeloupe : caractéristiques et performances zootechniques. Rev. Élev. Méd. Vét. Pays trop., 37 (2) : 212-224.

Huybens N., Villeneuve C, 2004 – « La professionnalisation du développement durable : au-delà du clivage ou de la réconciliation écologie-économie ». http://vertigo.revues.org/index3515.html (octobre 2009).

Laganier R., Villalba B., Zuindeau B., 2002 – « Le développement durable face au territoire : éléments pour une recherche pluridisciplinaire ». http://developpementdurable.revues.org/index774.html, (octobre 2009).

Mancebo F., 2007, « Le développement durable en question(s) ». http://www.cybergeo.eu/indexl0913.html (octobre 2009).

Mancebo F., 2009, « Des développements durables. Quel référentiel pour les politiques de développement durable en Europe ? », http://www.cybergeo.eu/index21987.html (octobre 2009).

Météo-France, 1997 – Atlas climatique de la Réunion. Direction interrégionale de la Réunion, Météo-France. 79 p.

Naves M., 2005 – « Le bovin créole de Guadeloupe ». http://www.inra.fr/la_science_et_vous/dossiers_scientifiques/biodiver-site/questions_de_recherche/ressources_genetiques_et_selection/le_bovin_creole_de_guadeloupe (octobre 2009).

Pervanchon E, Blouet A., 2003 -Jeux et enjeux de mot : cas de l’adjectif durable. Bois et Forêts des Tropiques, n° 275 (1) : 37-50.

Robert R., 2003 – Les régions climatiques de l’île de la Réunion- Évolution des connaissances depuis quarante ans : 1958-1998. Saint-Denis, Univ. de la Réunion, Coll. Réunion, Homme, Nature, n° 1, 92 p.

Ruelle P., 2003 – « Approvisionnement en matières premières : un facteur clef de succès pour le développement de l’élevage ». In Grimaud (éd.) : actes du Symposium régional interdisciplinaire Les Ruminants : Élevage et Valorisation, 10-13 juin, Conseil régional, St-Denis de la Réunion : 30.

Sébastien L., Brodhag C., 2004 – « À la recherche de la dimension sociale du développement durable ». http://developpementdurable.revues.org/index1133.html (octobre 2009).

Simon T., 2008, « Une île en mutation ». http://echogeo.revues.org/index8003.html (octobre 2009).

Taglioni E (avec la participation de Vellutini C), 2009 – « Les espaces insulaires ». Entretien radiophonique, France Culture, émission Postfrontière du 28 septembre 2009. http://www.taglioni.net/Recherche/Francecul2009.mp3 (octobre 2009).

Theys J., 2002. « L’approche territoriale du développement durable, condition d’une prise en compte de sa dimension sociale ». http://developpementdurable.revues.org/indexl475.html (octobre 2009).

Torres E., 2002 – « Adapter localement la problématique du développement durable : rationalité procédurale et démarche-qualité ». http://developpementdurable.revues.org/index878.html (octobre 2009).

Veyret Y., 2004 – « Environnement et développement durable » http://www.ac-rouen.fr/hist_geo/doc/ddc/edd/edd.htm (octobre 2009).

Veyret Y., Arnould P. (dir.), 2008 – Atlas des développements durables : un monde inégalitaire, des expériences novatrices, des outils pour l’avenir. Éditions Autrement, Coll. Atlas/Monde, 87 p.

Notes de fin

1 Unité de gros bétail.

Auteurs

laurent_jauze@hotmail.com
doctorant, université de la Réunion

saarnoux2@hotmail.com
titulaire d’un master 2, université de la Réunion

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search