Version classiqueVersion mobile

Insularité et développement durable

 | 
François Taglioni

Partie 1. Sociétés et cultures

Les îles peuvent-elles être des modèles de tourisme durable ?

Une analyse comparative des stratégies des acteurs publics et privés en Corse et aux Baléares

Could islands be models of sustainable tourism? A comparative analysis of the strategies of public and private actors in Corsica and the Balearic Island

Jean-Marie Furt et Marie-Antoinette Maupertuis

Résumé

La prise en compte du développement humain et social dans les stratégies de tourisme durable fait encore largement défaut. Or, au-delà de la pression environnementale et de la durabilité économique, l’activité touristique génère, en particulier dans les espaces insulaires, des effets pervers sur les plans social et sociétal. Il s’agit ici d’étudier dans une perspective comparatiste les stratégies des acteurs privés et publics menées en Corse et aux Baléares en la matière. Dans ces deux destinations insulaires qui ont fait l’objet dès les années 1990 d’analyses géographiques et sociologiques les ayant érigées en laboratoire ou en expérience de développement touristique, aucun modèle de tourisme durable ne semble avoir émergé. Dans les deux cas, mais pour des raisons différentes, la soutenabilité sociale du développement touristique a été presque totalement occultée.

Texte intégral

Introduction

1Les îles représentent du point de vue du tourisme durable une opportunité de recherche majeure : espace restreint, communauté spécifique, économie peu complexe ; les mécanismes de transformation sociale, environnementale y sont donc a priori aisément analysables dans toute leur étendue. Mais elles reposent aussi sur « des équilibres fragiles où les éléments naturels sont confrontés aux actions humaines présentes et passées » (Brigand, 1991) qui conduisent à toujours poser la question de cette forme de tourisme au travers du prisme environnemental.

  • 1 www.stiglitz-sen-fitoussi.fr

2La manne économique, souvent confisquée par certains acteurs du territoire, semble en effet aujourd’hui se nourrir des enjeux écologiques pour occulter la question de la qualité de vie des habitants d’une île touristique. Le problème est certes complexe et appelle aujourd’hui à une réflexion bien plus large1 mais, s’agissant d’une activité spécifique comme le tourisme, l’insularité devrait permettre de mieux en cerner les impacts en termes de qualité de vie, notion aujourd’hui encore souvent réduite au PIB et à l’emploi.

  • 2 Cf. TOurism Sustainability in Insular Contexts – TOSIC – UMR Lisa : la base recouvre 718 indicateur (...)

3Une analyse quasi exhaustive des indicateurs du tourisme durable existants2 révèle que la qualité de vie peut être appréhendée par différents éléments : développement humain (santé, éducation...), conditions économiques (revenus, chômage, disparités effectives...) et perceptions des résidents (disparités vécues, accès au logement, conditions de circulation, encombrement, difficultés quotidiennes...). La dimension écologique n’est donc pas absente, elle est même directement concernée par des stratégies de développement qui la mettent généralement au service du bien-être des visiteurs. Mais, nous souhaiterions sortir d’une stricte vision de la protection de la nature et aller au-delà d’un simple questionnement sur les liens entre la prise de conscience environnementale et la qualité de vie des résidents.

4Cette communication a donc pour objectif de s’intéresser à l’intégration du développement humain et du développement social dans le cadre d’une stratégie de tourisme durable en milieu insulaire. Il ne s’agit pas là de revenir sur une opposition Nord/Sud, mais plutôt de relire les critères de soutenabilité de l’activité touristique sous l’angle des impacts territoriaux, comme sous celui de leur intérêt global pour la population résidente.

5Dans cette perspective, nous proposons d’analyser conjointement les stratégies des acteurs privés et des acteurs publics en Corse et aux Baléares, de questionner leur caractère durable et d’en identifier, si elle existe, la dimension humaine et sociale.

6Ces deux destinations insulaires ont fait l’objet dès les années 1990 d’analyses géographiques et sociologiques qui les ont érigées en laboratoire ou en expérience de développement touristique (Segui Llinas, 2004 ; Meistersheim, 1999). Pour autant, aucun modèle de tourisme durable ne semble avoir émergé.

Tableau 1. Principales données environnementales, économiques, sociales

Tableau 1. Principales données environnementales, économiques, sociales
  • 3 Estimation Insee, 2009.

Source : auteurs d’après inestur.es et visit-corsica.com.
Note 33

7Le tableau 1 reprend les principales données sur ces deux destinations.

8L’une, les Baléares : espace mythique des années 1960, cauchemar du tourisme de masse devenu paradigmatique (« la Baléarisation ») pour finalement enclencher un processus de réhabilitation et devenir un « laboratoire du tourisme durable en Méditerranée » (Segui Llinas, 1999). Or, l’analyse montre que cette évolution, portée en grande partie de manière endogène, a été totalement maîtrisée (probablement grâce aux prérogatives constitutionnelles de ces îles) et a donné des performances économiques hors normes.

9L’autre, la Corse : autre espace mythique, la plus proche des terres lointaines, « île de beauté », le développement touristique s’y est fait de manière naturelle (Furt et Maupertuis, 2006) au rythme de schémas et plans de développement avortés (Moretti, 2006) et des mouvements de contestation.

10Dans les deux cas, c’est la question de l’espace naturel qui a été mise sur le devant de la scène, en termes de réhabilitation pour les Baléares ou de préservation pour la Corse. Dans les deux cas aussi, il en découle – certes selon des modalités différentes – une focalisation sur la question foncière. Ces deux cas polaires, mis en miroir, reflètent une appréhension particulière de la notion de tourisme durable et un manque d’analyse de sa dimension sociale. Nous allons maintenant, au travers de l’action des acteurs, revenir sur une lecture critique de cette notion.

Figure 1. Les Baléares.

Figure 1. Les Baléares.

Figure 2. La Corse.

Figure 2. La Corse.

11Pour cela, nous traiterons des actions et politiques du gouvernement autonome des Baléares (fig. 1) et de la Collectivité territoriale de Corse (fig. 2) à travers l’analyse des plans de développement du tourisme et de leurs éventuelles incidences sociales. Ensuite, nous analyserons la structuration et les stratégies du secteur touristique privé (et notamment celles des entrepreneurs locaux) au cours du temps. Ces deux analyses mises en perspective nous conduiront enfin à nous interroger, dans la conclusion, sur une approche d’un tourisme durable au service des résidents.

Les stratégies des acteurs publics en matière de tourisme durable

La Corse, un environnement protégé donc un tourisme durable ?

12La Corse a connu en une trentaine d’années plusieurs plans d’aménagement qui tous, refusaient d’envisager le tourisme comme un mode de production global. Les premiers, porteurs de ce qui sera quelque temps plus tard les principes de la mission Racine, envisageaient dès les années 1960 de transformer certaines parties du territoire en espaces de repos et de loisirs pour les clientèles nordiques. Cette position jacobine va être confrontée à l’opposition de la population et les missions suivantes vont s’en tenir à des schémas d’aménagement (1971) ou des chartes (1975), dont la philosophie de développement « d’un tourisme de qualité s’appuyant sur une hôtellerie familiale et de caractère ainsi que sur la protection des sites » est encore à l’ordre du jour trente ans plus tard. Si en effet dès 1975, le tourisme en Corse s’inscrit dans une « soutenabilité » qui ne dit pas encore son nom (Moretti, 2006), le ver est déjà dans le fruit puisque la modernité d’un propos achoppe sur la reconnaissance et la défense d’une activité productive. Le développement cède déjà la place à l’aménagement. Le tableau 2 reprend de manière synthétique les résultats de ces grandes orientations en essayant de les jauger à l’aune de critères de durabilité et suggère un bilan contrasté.

Tableau 2. Contrat de plan, bilan et perspectives

Tableau 2. Contrat de plan, bilan et perspectives

Source : auteurs d’après l’Agence du tourisme de la Corse (www.visit-corsica.com).

  • 4 Agence du tourisme de la Corse, Guide des aides, 2000.

13Confrontée à une impossibilité chronique d’établir un véritable plan de développement, l’Assemblée de Corse va malgré tout investir sur les six dernières années plus de 51 millions d’euros conformément à un guide des aides qui s’efforce d’établir certaines priorités afin d’atteindre « un objectif de développement durable intégrant la préservation de l’environnement », mais aussi « générer des retombées locales en termes d’emplois directs et induits afin de favoriser la qualité de vie des populations et leur adhésion à une démarche de valorisation économique et requalification de l’offre touristique »4.

14On ne peut qu’adhérer aux objectifs de protection de l’environnement ou à la nécessité de se préoccuper de la qualité de vie des populations et donc de leurs emplois. Nous retrouvons ici les axes environnementaux et sociaux du tourisme durable, dont l’application doit permettre une véritable évolution des pratiques. Nous sommes en revanche beaucoup plus critiques sur les trois points qui suivent. Tout d’abord sur la notion d’adhésion des populations. En effet, le texte révélateur d’une démarche encore empreinte d’une logique fordienne, semble vouloir réduire la qualité de vie au salaire et en faire un instrument d’échange, d’achat d’une paix sociale permettant l’entrée dans une véritable logique économique. La qualité de vie d’une population est évidemment faite de bien-être financier, mais aussi d’une relation particulière à l’espace et au temps, d’une certaine vision de la solidarité sociale. Elle ne peut se réduire au PIB et les manifestations de rejet qui pointent chez les résidents, confrontés aux dysfonctionnements des périodes de pointe (embouteillage, ordures, pollution...) en démontrent les limites. Ensuite, nous sommes critiques sur la destination effective des sommes qui, comme le montre le tableau 3 ont en fait servi à la création ou à la montée en gamme d’établissements, en dehors de toutes contraintes environnementales ou énergétiques alors que les projets devaient respecter une vague intégration à l’environnement et s’inscrire dans une démarche durable. Il n’y a ainsi en Corse aucun hôtel labellisé « Clé verte ».

15Enfin, nos critiques portent sur les aides à la création de meublés. Ces dernières devaient à l’origine être réservées aux communes rurales mais au final, en raison de l’organisation spatiale mer/montagne des communes corses, elles ont alimenté la création d’hébergements dans du périurbain très souvent littoral. L’objectif d’équité sociale et géographique semble avoir été détourné de son sens.

Tableau 3. Répartition de l’aide publique par nature d’opérations

Tableau 3. Répartition de l’aide publique par nature d’opérations

Source : Agence du tourisme de la Corse, 2008.

16Les prérogatives institutionnelles et les obligations juridiques à assumer dans le cadre de la loi du 22 janvier 2002 vont pourtant corroborer ces orientations et aboutir dans la douleur, en 2008, à l’élaboration d’un projet de Plan d’aménagement et de développement durable de la Corse (Padduc). Ce document fait alors du couple capital naturel/patrimoine culturel « le principal vecteur d’image extérieure de la Corse en un mot un moteur de développement durable, privilégiant la solidarité intergénérationnelle ». En matière touristique, il prône « le développement d’une image de destination écotouristique, en encourageant les investissements notamment hôteliers porteurs de bonnes pratiques, en encourageant les démarches qualité, en développant les projets porteurs de flux hors saison estivale – golf, remise en forme, activités de pleine nature, nautisme » (CTC, 2008).

17Malgré les attentes, ce plan n’a pas été voté, la majorité en place ayant décidé d’en faire un enjeu des prochaines élections territoriales. Il reste que le volet tourisme ne semble pas vouloir véritablement s’inscrire dans une démarche de soutenabilité. En effet, si le développement durable semble paré de toutes les vertus, sa version touristique semble moins prisée. Les acteurs publics lui préfèrent un positionnement écotouristique, très certainement plus lisible et peut-être aussi plus attractif pour une certaine catégorie de clientèle. Ce positionnement se situe dans la continuité des débats antérieurs, dans le droit fil d’une législation française qui a choisi d’appréhender l’urbanisation et la défense du littoral au travers d’une limitation de la constructibilité, voire d’une interdiction de construire. Dans le même temps, les aspects sociaux, les impacts pour les habitants, tant en termes de qualité de vie que de partage de la valeur ajoutée, ne sont pas abordés.

Les Baléares : d’un environnement dégradé à la construction d’un tourisme durable ?

18Les choses sont bien différentes aux Baléares. L’autonomie institutionnelle dont dispose l’archipel est très certainement pour beaucoup dans les évolutions constantes d’un encadrement législatif qui va s’adapter aux mutations de la clientèle, afin de préserver l’avantage économique de la destination. Le primat de l’économique conduit paradoxalement ici à une réelle protection de l’environnement et donc à une mutation profonde du tourisme. Le tableau 4 retrace brièvement les grandes lignes des différentes politiques qui vont y conduire. Nous ferons un bilan rapide de ces réformes en analysant leur apport à la construction d’un tourisme durable.

19Si l’on compare ces premières évolutions (1988-2000) à celles qu’a connues la Corse, on peut déjà dire que les Baléares ont rapidement construit un cadre normatif et stratégique dans lequel le tourisme durable va pouvoir se développer. Pendant ce temps, la Corse va être essentiellement préoccupée d’une montée en puissance quantitative de son offre (hébergement, ports, aéroports). La protection de l’environnement ne sera assurée que par l’incertitude du contexte politique et l’affirmation d’un refus de réfléchir au développement d’une industrie touristique. Cet aveuglement est malgré tout légitimé par la bonne santé d’une économie dopée aux transferts publics.

Tableau 4. Évolution des mesures législatives visant au développement d’un tourisme durable

Tableau 4. Évolution des mesures législatives visant au développement d’un tourisme durable

Source : synthèse des auteurs à partir de Miguel SEGUI LLINAS, 2004.

20Aux Baléares, le début des années 2000 voit la politique précédente, qui continuait au travers de la protection de nouvelles zones et l’instauration de moratoires urbanistiques, se heurter à une série d’interrogations découlant de la diminution du nombre de touristes. La mise en place de l’écotaxe en 2002 et sa suppression un an plus tard malgré une recette de 46 millions d’euros (Touboul, 2003) vont contribuer à détériorer l’image d’une destination accusée de vouloir imposer les touristes. Cette taxe devait servir à alimenter le fond pour la réhabilitation des espaces touristiques et naturels créé en 1999. Si elle avait la même assiette que la taxe de séjour française, l’écotaxe avait des objectifs beaucoup plus ambitieux puisqu’au-delà d’une utilisation à des fins touristiques, elle pouvait encore être employée à récupérer les espaces naturels et ruraux ou à revitaliser l’agriculture. Malgré son caractère novateur que seul peut apporter un degré d’autonomie poussé, l’écotaxe a, comme la taxe sur le luxe instaurée il y a quelque temps en Sardaigne, fait les frais des changements politiques. Cet échec démontre la difficulté à développer à grande échelle un modèle de tourisme permettant d’assurer conjointement développement économique et protection des hommes et des espaces.

Les stratégies du secteur privé face à la question du développement durable

  • 5 KPMG, 2005, en ligne sur visit-corsica.com

21Les deux îles ont à peu près le même positionnement concurrentiel. Les touristes vont aux Baléares pour y chercher le climat et la plage. Ils viennent aussi en Corse pour ces raisons mais avouent une priorité pour les paysages et l’environnement5. L’image environnementale de la destination est donc primordiale dans la construction d’un tourisme durable. Mais si les stratégies du secteur privé semblent intégrer cet élément sur un plan marketing, elles en occultent totalement la dimension sociale.

Nouveaux déterminants de la demande et nouveaux impacts

Les impacts internationaux

22La structuration de la clientèle corse examinée, tant à la lumière des critères de durabilité internationaux (bilan carbone, empreinte écologique) que de son impact sur le territoire, est plus en rapport avec les critères de durabilité que ne peut l’être la clientèle des Baléares. En effet, si les durées moyennes de séjours sont quasiment équivalentes (11 jours), ce qui est un élément positif pour les deux îles, la Corse bénéficie encore d’un avantage comparatif puisqu’une enquête récente fait ressortir que les formules week-end n’intéressent que 14 % des personnes interrogées. D’autre part, l’utilisation principale du bateau (70 % de la clientèle) essentiellement due à la proximité de la clientèle (72 % de la clientèle est nationale alors qu’aux Baléares, les Espagnols ne représentent que 20 % des touristes) mais aussi à la guerre commerciale instituée depuis quelques années entre les compagnies maritimes, contribue à accentuer cette image de destination écotouristique que la puissance publique veut lui donner.

Les impacts sur le territoire

23En revanche, la structuration du transport a un impact très fort sur le territoire. La promotion de la Corse comme destination mer/montagne, la faiblesse des distances (le matin à la montagne, à midi à la plage), l’absence d’un réseau moderne de transport en commun poussent à l’utilisation de la voiture personnelle (61 % des vacanciers) et produisent en période estivale des congestions peu en rapport avec les circulations douces attendues dans un environnement préservé.

Les impératifs sociaux

24L’allongement de la saison est intéressant du point de vue de la soutenabilité sociale (en Corse, aujourd’hui, 57 % des séjours ont lieu hors saison). Elle doit permettre de retrouver le triptyque du développement durable, en rentabilisant les investissements sur une durée plus longue, en diminuant la précarité des salariés, en limitant les déplacements et enfin en étalant dans le temps une pression qui s’exerce habituellement sur les sites et espaces. Si la saisonnalité est bien maîtrisée à Majorque, elle l’est beaucoup moins à Ibiza qui reste une destination estivale. Cette situation contrastée, permettant de jouer sur les différentes facettes des quatre îles, ne peut occulter le poids des tours opérateurs aux Baléares où 68 % des clients arrivent avec un forfait touristique (contre 15 % en Corse). Si, habituellement, cette emprise n’est pas un signe de développement durable, puisqu’une grande partie du prix du forfait (au moins 60 %) est censée repartir dans le pays émetteur, la situation est ici légèrement différente. En effet, certaines entreprises locales dominant le marché, l’argent « ne repart pas » mais néanmoins sera utilisé pour les besoins d’un groupe industriel dont les choix de rentabilité ne seront peut-être pas ceux plébiscités dans le cadre d’un tourisme durable que l’on pense plus diffus, adepte d’une certaine lenteur et moins soumis aux impératifs industriels.

Une participation minimale des entreprises

25Au regard des autres régions européennes (Europe base 100), la Corse arbore un PIB/tête de 87 alors que les Baléares sont à 117 (Regio, Eurostat, 2007). Dans les deux cas, la contribution du tourisme à la création de valeur ajoutée est centrale (on est dans des cas de spécialisation touristique) mais selon des échelles et des modalités d’organisation industrielle radicalement différentes comme l’indiquent au tableau 5 les indicateurs sectoriels de l’hébergement.

  • 6 Insee, 2005.

26Les deux destinations fondent leurs activités sur des structures de production quasiment opposées. La singularité de leur histoire économique, la différence de statut juridique (autonomie forte pour les Baléares, faible pour la Corse), mais aussi un rapport sociologique très différent au tourisme ont probablement pesé sur la divergence actuelle des deux modèles de développement touristique. Un modèle de croissance monotouristique pour les Baléares, puisqu’elle est devenue la première région espagnole en termes de PIB/tête, et un tourisme de niche multi-spécialisé non coordonné pour la Corse qui, malgré une croissance soutenue depuis 5 ans, reste une des régions françaises au PIB/tête le plus faible (20e/22 en 20086). Elles partagent pourtant une même caractéristique proche du paradoxe. En effet, la maîtrise de l’offre est endogène. De fait, l’histoire du tourisme aux Baléares montre bien que malgré la présence de touristes étrangers et des investissements de capitaux étrangers, le système productif touristique est le fruit des stratégies d’entrepreneurs locaux de différentes générations (Segui Llinas, 2004). En Corse, force est de constater que les structures d’accueil (hôtels, résidences, campings) et les moyens de transports (autocars, 2 compagnies maritimes sur 3) sont aussi le fruit d’investissements endogènes soutenus par des investissements publics. Le capital productif est donc maîtrisé par des opérateurs locaux. Pour autant, dans les deux cas, aucune stratégie en matière de soutenabilité sociale ne relève de l’exemplarité.

27Nous avons essayé d’identifier ce que pourraient être des marqueurs d’une véritable prise en compte du facteur humain et social dans les stratégies des entreprises : le nombre de salariés saisonniers/permanents, la nature du contrat de travail, les disparités de revenus dans l’île, la formation du capital humain, la prise en compte de la contrainte de logement.

28L’analyse de l’emploi salarié fait apparaître dans les deux cas des formes de précarité salariale et un faible niveau de formation. Les disparités salariales sont plus fortes en Corse qu’en France continentale (Insee, TEC, 2005). Aux Baléares, l’amplitude est encore plus grande. Sans surprise, le ratio saisonniers/permanents est important (3 pour la Corse et 1,5 pour les Baléares). Dans les deux cas, il voisine, au mieux avec des contrats de travail à durée déterminée, au pire avec un paiement à la journée ou à la tâche pour certaines activités (entretien, réparation, services de nuit...). Le logement pour ces saisonniers est à la merci de l’entrepreneur. En Corse, un seul projet de maison des saisonniers est en cours. Aux Baléares, rien ne semble structurellement organisé.

Tableau 5. Analyse comparative de la structure et de l’organisation de l’hébergement

Tableau 5. Analyse comparative de la structure et de l’organisation de l’hébergement
  • 7 Insee, 2005 (a), visit-corsica.fr (b).
  • 8 (c) Riera Font et al., 2009.
  • 9 Hôtel appartement qui peut offrir un service de petits déjeuners et de cafétéria.
  • 10 Établissement qui dispose d’installation pour la conservation, la cuisson et la consommation d’alim (...)

Note 77
Note 88
Note 99
Note 1010

29La faible rémunération du travail entretient une relation duale avec le niveau de capital humain et les mécanismes de production touristique basée sur un phénomène de rente. Pour les Baléares, l’analyse menée par Joan Rosello Villalonga (2003) montre que le faible niveau de formation et de capital humain affecte directement le niveau de salaires de la population active. Alors qu’en moyenne les Baléares excipent d’un PIB/tête moyen le plus élevé d’Espagne, le revenu mensuel moyen d’un salarié est inférieur à la moyenne espagnole. Cela est très certainement dû à un niveau de formation très faible comparativement aux autres régions espagnoles. La spécialisation touristique a provoqué un phénomène de destruction de compétences qualifié de « dutch disease » par les économistes. Nous sommes dans un cas type de croissance non durable au sens de la théorie de la croissance endogène (Logossah et Maupertuis, 2007) ou de « croissance appauvrissante » (Giannoni, 2007). Entreprises comme pouvoirs publics n’ont pas, en la matière, de stratégies clairement établies.

30Concernant la Corse, le poids économique du secteur public contrebalance très certainement l’effet négatif de la spécialisation touristique sur le capital humain. Le recensement de populations de 1999 soulignait un niveau d’éducation des 20-24 ans de 34,6 %, taux très faible par rapport à la moyenne française (82,8 %) ou à l’objectif de l’Agenda de Lisbonne (85 %). Pour autant, aucune stratégie d’entreprises n’a été clairement identifiée dans le secteur du tourisme pour pallier ce manque de formation qui hypothèque sur le long terme la soutenabilité économique et sociale de la trajectoire de développement. La cohésion sociale érigée en objectif de développement de long terme dans le dernier livre blanc sur le tourisme aux Baléares (Riera Font et al., 2009) ou encore dans le projet de Padduc en Corse (CTC, 2008) ne semble pas avoir encore trouvé de concrétisation opératoire.

31Il en résulte forcément, dans le cas de la Corse comme dans celui des Baléares, des pertes de bien-être pour les salariés de ces secteurs d’activité. Au-delà du seul secteur touristique (ouvriers, employés, enseignants, personnels de santé...), les résidents salariés de ces destinations rencontrent des difficultés économiques renforcées par la cherté relative des biens et services offerts dans ces marchés insulaires (effet prix du tourisme, manque de concurrence, pression du marché). À ces difficultés économiques se greffent des difficultés de logement (cherté du foncier et des loyers, manque de logements sociaux) particulièrement bien soulignées depuis toujours par les observateurs des Baléares (Segui Llinas, 2004) et plus récemment identifiées dans les débats relatifs au Padduc en Corse (Conseil économique social et culturel de Corse, avis n° 2008/15 et 2009/10).

32Concernant la dimension environnementale de la qualité de vie, les entreprises sont peu impliquées dans la soutenabilité écologique de leurs activités. En Corse, destination jusqu’ici préservée, le nombre d’entreprises labellisées Ecocert est très faible. Aux Baléares en revanche, la prise de conscience qui a suivi la publication du premier Livre blanc sur le tourisme dans l’archipel (Vittori, 2004) a conduit à la mise en place par de nombreuses entreprises d’hébergement d’une véritable stratégie qui inclut des paramètres de qualité et d’impacts environnementaux. Ainsi en 2009, l’Instituto de Qualidad Turistica signale 66 établissements ayant la norme IQT 35,43 autres ayant la certification EMAS (ISO-14001) et une entreprise ayant adopté l’EEE (Etiqueta Ecòlogica Europea). Le programme Ecotur lancé par les autorités baléares est basé sur le principe de la participation volontaire des entreprises à ce genre de labellisation (Riera Font et al., 2009).

Conclusion

33Nous sommes partis d’une interrogation sur la possibilité d’émergence d’un modèle du tourisme durable en milieu insulaire en mettant en perspective les modèles et trajectoires de développement touristique de deux îles de la Méditerranée, la Corse et les Baléares. Nous avons cherché – à partir d’une analyse comparative des systèmes de production, des stratégies des acteurs publics et des acteurs privés – à en comprendre la dimension humaine et sociale. Nous constatons à ce stade de notre réflexion, que le tourisme n’apparaît pas plus durable en Corse qu’aux Baléares au regard de critères sociaux et sociétaux. Cette première analyse démontre tout d’abord que le tourisme durable ne peut être simplement mesuré à l’aune des surfaces protégées ou des politiques environnementales. Elle permet encore de voir que, si certaines îles touristiques se construisent avec bonheur une façade verte, leur politique semble vouloir occulter toute responsabilité dans les choix globaux et transfère les interrogations environnementales sur les clients ou les transporteurs. Elle invite enfin à questionner de manière plus fouillée la notion de qualité de vie des résidents, largement absente aujourd’hui des stratégies des opérateurs insulaires et, très certainement, dans la recherche d’un modèle de tourisme durable, à privilégier les critères sociaux.

Bibliographie

Blasco Esteve A., Segura Fuster E, Oliver Clar P., 2007 – Legislación turística. Institut d’Estudis Autonomics.

Brigand L., 1991 – Les îles en Méditerranée, Enjeux et perspectives. Les fascicules du Plan bleu, Economica.

CTC, 2008, Plan d’aménagement et de développement durable de la Corse.

Furt J.-M., Maupertuis M.-A., 2006 – « Le tourisme en Corse, retour sur une évolution naturelle ». In : La Corse et le tourisme, Musée d’Anthropologie de la Corse, Éditions Albiana.

Giannoni S., 2007 – Étude de la trajectoire de croissance soutenable d’une petite économie touristique. Thèse doct., Univ. de Corse, décembre.

Insee, 2005 – Tableaux de l’économie corse.

Logossah K., Maupertuis M.-A., 2007 – La spécialisation touristique des petites économies insulaires en développement : la voie de croissance durable ? » Revue d’Économie régionale et urbaine, 2007, n° 1.

Meistersheim A. (dir.), 1999 – L’île laboratoire. Actes du colloque (1921 juin 1997), Ajaccio, Éditions Alain Piazzola.

Moretti J.-L., 2006 – « Histoire de la planification du tourisme en Corse ». In : La Corse et le tourisme, Musée d’Anthropologie de la Corse, Éditions Albiana.

ODIT France, 2009 – Tourisme durable dans les îles. Protéger, développer, valoriser.

Riera Font A., Aguilò Perez E., Ripoll Penava A. (2009) – Libro Blanco del Turismo de las Islas Baleares : hacia una nueva cultura turística. Conselleria del Turisme, Govern de les Illes Balears, Universitat de las Illes Balears.

Segui Llinas M., 1999 – Les Nouvelles Baléares : la rénovation d’un espace touristique mythique. L’Harmattan, Tourismes et sociétés.

Segui Llinas M., 2004 – Les Baléares : un laboratoire en Méditerranée. Plan Bleu, Sophia Antipolis.

Segui Llinas M., 2005 – « Le difficile concept de soutenabilité en tourisme ». In Amirou R., Bachimon E, Dewailly J.-M., Malezieux J. (dir.) : Tourisme et souci de l’autre, L’Harmattan.

Touboul S., 2003 – Les Baléares suppriment leur écotaxe. Novethic info.

Villalonga J. R., 2003 – Capital humano y dessaroïlo económico en las Islas Baleares. Informe de Situación, Islas Baleares, Serie Estudios Regionales.

Vittori J. E., 2004 -Les dynamiques locales face au tourisme aux îles Baléares. Rives Méditerranéennes n° 2.

www.inestur.es

www.visit-corsica.com

Notes

1 www.stiglitz-sen-fitoussi.fr

2 Cf. TOurism Sustainability in Insular Contexts – TOSIC – UMR Lisa : la base recouvre 718 indicateurs dont 143 indicateurs sociétaux et 41 éthiques (financement : CPER Corse 2008-2013).

3 Estimation Insee, 2009.

4 Agence du tourisme de la Corse, Guide des aides, 2000.

5 KPMG, 2005, en ligne sur visit-corsica.com

6 Insee, 2005.

7 Insee, 2005 (a), visit-corsica.fr (b).

8 (c) Riera Font et al., 2009.

9 Hôtel appartement qui peut offrir un service de petits déjeuners et de cafétéria.

10 Établissement qui dispose d’installation pour la conservation, la cuisson et la consommation d’aliments dans chacun des logements loués (Blasco Esteve et al., 2007).

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search