Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Insularité et développement durable

 | 
François Taglioni

Partie 1. Sociétés et cultures

Introduction à la première partie

François Taglioni

Texte intégral

1Dans cette première partie, on explorera les liens entre sociétés, cultures et développement durable. L’île de Jersey donne l’exemple d’un territoire insulaire ayant progressivement intégré des réseaux globaux jusqu’à devenir un centre financier offshore parmi les plus actifs et les plus réputés. L’auteur montre comment le développement, qui s’est traduit par une forte hausse de sa population, a des conséquences importantes dans les domaines économiques, environnementaux et sociaux avec en toile de fond la crainte des îliens d’une perte d’identité (Fleury). À partir des cas de la Corse et des Baléares, une réflexion sur le tourisme durable insulaire est menée pour évaluer les effets sur le plan social et sociétal pour les populations locales concernées par l’activité touristique sur leur territoire (Furt, Maupertuis). Le Pays de Balagne, première destination de la Corse, pose la délicate équation d’arriver à concilier à la fois le développement économique touristique, la préservation des héritages naturels et culturels et le complexe respect des identités locales (Chevalier). Avec l’archipel des Açores se posera la question de savoir s’il est possible de faire du handicap potentiel qu’est la faible densité de population, un atout dans un contexte de préservation environnementale (Marrou, Soulimant). L’étude de l’élevage bovin sur les hautes terres de la Fournaise à la Réunion permet d’apprécier la pluralité de la perception que les éleveurs ont du développement durable et les décalages entre la représentation du concept et la réalité des pratiques. Ce constat révèle toute la complexité de l’articulation des échelles d’application du développement durable dans un contexte spécifique insulaire (Jauze, Arnoux). Dans l’archipel de Chausey (Manche), la gestion durable des estrans s’impose aujourd’hui comme une priorité. Pour y parvenir, il convient de construire une politique de gestion durable des ressources afin notamment de préserver la pêche à pied qui est une activité pratiquée depuis toujours par les populations du bord de mer (Le Berre, Brigand).

Auteur

Professeur des universités, université de la Réunion, Cregur, UMR Prodig

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540