Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Insularité et développement durable

 | 
François Taglioni

Introduction

François Taglioni

Texte intégral

1La problématique du développement durable dans les Petits États insulaires en développement (PEID) est au centre des préoccupations des pays concernés, de la communauté internationale et des organisations internationales. Ces PEID, plus connus sous le sigle SIDS (Small Island Developing States), sont devenus au fil des années une catégorie à part, au même titre que les Pays les moins avancés (PMA) définis par la Banque mondiale. Au premier plan des acteurs internationaux qui promeuvent une prise en compte spécifique des PEID, on trouve le programme d’action pour le développement durable des petits États insulaires en développement qui est la base des actions du Programme des Nations unies pour l’environnement. Le Pnue concentre ses efforts autour du tourisme durable, des ressources côtières et marines, de la biodiversité, de l’énergie et des changements climatiques. Ces thèmes font partie de ceux adoptés lors du Programme d’action de la Barbade en 1994. Ce programme de la Barbade, entériné par plus de 100 pays, est lui-même une conséquence directe des objectifs définis lors du Sommet de la Terre à Rio en 1992. Il a trouvé son renouvellement, élargissement et approfondissement lors de la Conférence de Maurice en 2005. Depuis 1994, on assiste donc à la construction d’un objet facilement identifiable que serait l’espace insulaire confronté aux défis du développement durable.

2En dépit de ce grand intérêt pour l’insularité et le développement durable dans les sphères académiques, nationales, internationales ou encore dans les bureaux d’études, rares sont les ouvrages scientifiques qui traitent directement de cette thématique. En revanche, la littérature grise, de type rapports d’experts des organisations internationales, est surabondante. Le problème est, bien sûr, que l’ensemble de ces publications est le plus souvent très orienté et peu objectif pour établir, sans fondement scientifique, que les écosystèmes, l’économie, les populations et les territoires des petits états insulaires en développement sont plus fragiles que les autres espaces de la planète sans que cela soit démontré.

  • 1 Les Petits espaces insulaires s’entendent ici comme des terres entourées d’eau de tous côtés, d’un (...)

3Le dénominateur commun entre les thèmes de cet opus est sans doute l’évaluation, l’analyse et la compréhension des niveaux de vulnérabilité, et éventuellement de la résilience qui leur est associée, dans les Petits espaces insulaires1 qui sont au cœur de chaque chapitre du livre. Il est certain que la question de la taille de ces espaces interroge la capacité des sociétés à envisager un développement qui soit vraiment durable eu égard aux possibilités de développement endogène. Néanmoins, un consensus s’établit en interprétant la petitesse « comme une situation dans laquelle les options – les options de développement – sont limitées. Les conditions se conjuguent pour restreindre les possibilités des petits pays à mener une politique de développement active, pour ne pas dire indépendante » (Lestrade, 1987). En ce qui concerne plus directement la vulnérabilité, subsiste toujours le problème de son évaluation qualitative et quantitative.

4Ainsi, des indices de vulnérabilité ont-ils été développés à partir des années 1990 pour essayer de caractériser les économies des pays du monde. Ils concernent surtout la vulnérabilité économique (Briguglio, 1995 ; Briguglio et al., 1999, 2002, 2006, 2008 ; Wells, 1997, Atkins et al., 1998, 2000 ; Easter, 1998, 1999 ; Crowards, 1999 ; Guillaumont, 2009 ; Guillaumont et Guillaumont Jeanneney, 2009). Il existe actuellement plusieurs indices, dont celui développé par Lino Briguglio, celui du Commonwealth secretariat, à Londres, fruit d’un travail collectif d’experts et enfin celui des Nations unies appelé l’indice de vulnérabilité économique (Economic Vulnerability Index). Ces trois indices, sans entrer dans les détails, ne se calculent pas de la même façon, mais ils prennent en compte tous trois des indices de diversification économique, de dépendance vis-à-vis des exportations, de la vulnérabilité aux catastrophes naturelles, de dépendance de l’aide internationale, d’isolement, ainsi que quelques autres données macro-économiques.

  • 2 À l’exception de la Jamaïque, des Salomon, Vanuatu et de l’Union des Comores.

5Dans l’ensemble, ces indices insistent sur le fait que les petits États, et plus particulièrement les petits États insulaires, tendraient à être plus vulnérables que des territoires plus grands. Néanmoins, c’est un paradoxe apparent, les économistes s’entendent pour reconnaître, qu’en dépit d’un certain nombre de contraintes structurelles, les petits États connaissent globalement des PNB par habitant élevés en comparaison de ceux des autres pays en développement. De fait, ces PNB/h ramenés à la parité pouvoir d’achat (ppa) sont toujours2 supérieurs à la moyenne des pays en développement et a fortiori des pays les moins avancés.

6Toutefois, cette impression de relatif bon niveau de développement économique masque, selon les auteurs des indices, une grande fragilité et une dépendance économique importante. Cela nous indique que l’indice de vulnérabilité n’est pas conçu pour mesurer la pauvreté ou le retard économique. Lino Briguglio le rappelle « les pays pauvres n’ont pas besoin d’un index de vulnérabilité pour montrer qu’ils sont pauvres » (Briguglio et al., 2002). De fait, à l’analyse on constate que, suivant l’indice de vulnérabilité du Commonwealth, sur les 26 pays en développement, les plus vulnérables, 18 appartiennent à la catégorie des petits États insulaires en développement. Avec l’indice de Lino Briguglio, les choses sont assez semblables, puisque les 18 précédents se retrouvent parmi les 38 les plus vulnérables. Enfin, l’analyse de l’indice de vulnérabilité économique des Nations unies aboutit à des conclusions similaires avec une prédominance des petits espaces insulaires dans la catégorie des plus vulnérables. À l’inverse, on voit le nombre de petits États diminuer au fur et à mesure que l’on approche des indices de vulnérabilité les plus faibles.

  • 3 L’insularisme est ainsi décrit dans Les mots de la géographie : « propension qu’ont souvent les ins (...)

7Cela nous conduit à formuler quelques critiques sur la pertinence de ces indicateurs. Certes, ils présentent l’avantage d’attirer l’attention des organisations internationales sur la vulnérabilité économique d’une catégorie de petits pays et ainsi obtenir des aides et des mesures adaptées à leur situation. Dans cette perspective, nous sommes proches, semble-t-il, de l’insularisme3 des États insulaires qui trouvent dans les indices une façon commode et en un seul chiffre de justifier de leurs difficultés supposées de développement. Il semble que l’on soit obligé de constater le peu de fiabilité et de portée d’indicateurs qui se veulent chargés de sens au-delà de leur valeur intrinsèque. En dépit de la grande vulnérabilité annoncée des petites économies insulaires, il semble au contraire qu’elles soient globalement stables dans le temps. Cela n’empêche pas qu’elles connaissent certaines caractéristiques communes qui leur donnent une « coloration » d’ensemble uniforme avec notamment un poids prépondérant des services, des aides publiques et leur corollaire, la dette. Plusieurs chapitres, allant de la modélisation à l’étude de cas, s’attacheront à explorer et approfondir ces aspects et notamment à réfléchir à la résilience dont font preuve certains petits espaces insulaires.

8Si l’on sort du cadre de la vulnérabilité économique pour s’attacher à celui sensible de l’environnement naturel et des ressources, la problématique du développement durable reste entière et ici encore il existe des indices de vulnérabilité environnementale plus ou moins pertinents. Néanmoins, on le sait, les petits espaces insulaires sont exposés à de nombreux aléas naturels variables en fonction des latitudes. Néanmoins que ce soit des cyclones, des séismes, des inondations, des sécheresses, des éruptions volcaniques ou encore des tsunamis, ce sont autant d’éléments qui peuvent affecter plus au moins durablement, en fonction du niveau de développement, les territoires considérés dont les écosystèmes et les ressources sont souvent fragiles et rares eu égard, cette fois, à leur petite taille. Des études de cas dans cet ouvrage feront naître des réflexions et des analyses propres à faire avancer la réflexion.

9Enfin, les aléas sociaux et politiques ont aussi un impact sur le développement durable des petits espaces insulaires. Ainsi, qu’il s’agisse de cas de contestation politique intérieure, de précarité et de vulnérabilité sociale des populations autochtones, de criminalité, de terrorisme ou encore de piraterie, voire d’épidémies ou de pandémies sanitaires, les acteurs politiques, sociaux et la société civile des petits espaces insulaires doivent, comme d’autres territoires, gérer ces menaces qui planent sur le développement durable. La capacité et la qualité de gouvernance des multiples acteurs de ces territoires sont déterminantes pour limiter les risques que représentent ces aléas sur les hommes et les sociétés insulaires. Ici encore, ce sont plusieurs chapitres, à différentes échelles et temporalités, qui apporteront des idées, des retours d’expériences et des éléments de prospective sur la gestion du développement humain dans les petits espaces insulaires.

10Cet ouvrage scientifique se propose donc d’apporter des éléments nouveaux et une vraie réflexion sur la mise en perspective de l’insularité et du développement durable. À l’heure où le concept de développement durable est désormais ancré dans de multiples sphères (scientifique, économique, politique...), cette étude questionne ainsi les spécificités supposées ou avérées du développement durable dans les petits espaces insulaires. Le livre s’articule en quatre parties autour des thèmes suivants :

  • Sociétés et cultures

  • Environnements et ressources

  • Économie, enjeux et risques

  • Gouvernance et interactions

11Les diverses contributions seront présentées en début de chacune de ces quatre parties. La porosité de ces thèmes est telle qu’ils interagissent les uns avec les autres. Les rapports entre insularité et développement durable doivent s’envisager, s’entendre et se comprendre comme un tout formant un système homme/société/nature à l’équilibre incertain et fragile dans un monde globalisé, interdépendant, dont chaque entité rappelle que l’écosystème est mondial, au-delà des particularités de chacun des espaces et sociétés qui le composent.

Bibliographie

Atkins J., Mazzi S., Ramlogan C, 1998 – A Study on the Vulnerability of Developing and Island States : A Composite Index of Vulnerability. Londres, Commonwealth Secretariat, 128 p.

Atkins J., Mazzi S., Easter C, 2000 – Commonwealth Vulnerability Index for Developing Countries: The Position of Small States. Economic Paper, n° 40, Londres, Commonwealth Secretariat, 64 p.

Baldacchino G., 2010 – Island Enclaves. Offshoring Strategies, Creative Governance and Subnational island Jurisdictions. Montreal, McGill-Queens university Press, 301 p.

Briguglio L., 1995 – Small Island Developing States and Their Economic Vulnerabilities. World Development, n° 9: 1615-1632.

Briguglio L., Cordina G., Farrugia N., Vigilance C., 2008 – Small states and the pillars of economic résilience. Londres, Commonwealth Secretariat and the university of Malta, 484 p.

Briguglio L., Cordina G., Kisanga E., 2006 – Building the Economic Resilience of Small States. Londres, Commonwealth Secretariat and the university of Malta, 304 p.

Briguglio L. et al., 1999 – Environmental Vulnerability Index (EVI) to Summarise National Environmental Vulnerability Profiles. Technical Report, n° 275, Suva, South Pacific Applied Geoscience Commission, 67 p.

Briguglio L. et al., 2002 – « Measuring and managing the economic vulnerability of small island developing states ». In: Paper presented at the global round table on Vulnerability and small island developing states: exploring mechanisms for partnerships, Montego Bay, 9-10 May, 34 p.

Brunet R. (dir.), 1993 – Les mots de la géographie. Paris, Montpellier, La Documentation française/Reclus, 518 p.

Campbell J., 2009 – Islandness: Vulnerability and Resilience in Oceania. Shima, n° 1: 85-97.

Crowards T., 1999 – An Economic Vulnerability Index for Developing Countries, with Special Reference to the Caribbean. Bridgetown, Caribbean Development Bank, 26 p.

Easter C., 1998 – « Small states and development. A composite index of vulnerability ». In: Small states: economic review, Londres, Commonwealth Secretariat: 24-46.

Easter C., 1999 – Small states development: a Commonwealth vulnerability index. The Round Table, n° 351: 403-422.

Guillaumont P., 2009 – Assessing the Economic Vulnerability of Small Island Developing States and the Least Developed Countries. Série Études et Documents, E 2009.13, Cerdi, 39 p.

Guillaumont P., Guillaumont Jeanneney S., 2009 – An Economic Vulnerability Index: Its Design and Use for International Development Policy. Oxford Development Studies, n° 3: 193-228.

Lestrade S., 1987 – Les problèmes économiques des petits États insulaires d’après l’exemple des Caraïbes. Le Courrier ACP-UE, n° 104 : 78-84.

Royle S.A., 2010 – Postcolonial culture on Dependent Islands. Space and Culture n° 13 : 203-215.

Taglioni F., 2003 – Recherches sur les petits espaces insulaires et sur leurs organisations régionales. Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Univ. Paris IV-Sorbonne, 218 p. http://www.taglioni.net/hdr.htm

Wells J., 1997 – Composite Vulnerability Index: A Revised Report. Londres, Commonwealth Secretariat, 51 p.

Notes

1 Les Petits espaces insulaires s’entendent ici comme des terres entourées d’eau de tous côtés, d’un seul tenant, dont la superficie est inférieure à 11 000 km2 et la population à 1,5 million d’habitants (Taglioni, 2003).

2 À l’exception de la Jamaïque, des Salomon, Vanuatu et de l’Union des Comores.

3 L’insularisme est ainsi décrit dans Les mots de la géographie : « propension qu’ont souvent les insulaires à cultiver à l’excès leur spécificité, pour mieux affirmer leur identité culturelle ou bénéficier d’avantages non moins spécifiques » (Brunet, 1993).

Auteur

tagli@diplomacy.edu
Professeur des universités, université de la Réunion, Cregur, UMR Prodig

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540