Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aires protégées, espaces durables ?

 | 
Catherine Aubertin
, 
Estienne Rodary

Partie 3. Les nouveaux territoires de la conservation

Chapitre 7. Territorialités amérindiennes et Terres indigènes en Amazonie brésilienne : continuité ou rupture ?

Bruce Albert, Pascale de Robert, Anne-Élisabeth Laques et François-Michel Le Tourneau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les aires protégées couvrent, au Brésil, sous dix-neuf statuts différents, près de 30 % de la superficie de la région amazonienne. Espaces de conservation, elles sont considérées à ce titre comme un instrument de blocage foncier à même de contenir l’avancée des fronts économiques et, ainsi, les processus de déforestation (Léna, 2005)1. Les habitants de ces aires protégées, lorsqu’ils sont tolérés, sont donc invités à une existence « entre soi et comme autrefois », selon un stéréotype d’immutabilité sociale souvent projeté spontanément sur les sociétés dites traditionnelles. On peut cependant penser, à l’inverse, que c’est la capacité de ces sociétés à ajuster sans cesse leur « manière d’être » en relation avec l’environnement naturel et avec les autres – à la fois en des termes qui font sens localement et dans un contexte actuel de changement accéléré – qui permet aux aires protégées habitées de continuer à tenir un rôle effectif dans la préservation de l’environnement. Le changemen...

Auteurs

Bruce Albert anthropologue, directeur de recherche à l’IRD, travaille depuis 1975 sur divers domaines de l´ethnographie des Indiens Yanomami au Brésil (organisation sociale et rituelle, ethnogéographie et changement social). Il s’intéresse aux associations amérindiennes et aux politiques de développement durable local en Amazonie. Il a publié de nombreux articles et ouvrages sur les Yanomami, la situation des Indiens d´Amazonie brésilienne et l´éthique de la recherche anthropologique.

Pascale De Robert anthropologue et écologue, est chargée de recherche à l’IRD. Elle s’intéresse à l’évolution des rapports nature/société dans les Andes et en Amazonie et travaille plus spécifiquement avec les Kayapó depuis 1998. Elle a mené des recherches sur les recompositions sociales et territoriales liées à l’exploitation ou à la conservation des ressources dans les terres indigènes, et participe actuellement à des programmes de recherche concernant l’agro-biodiversité et le développement durable chez les Kayapó.

Anne-Élisabeth Laques est géographe, maître de conférences à l’université d’Avignon et détachée auprès de l’IRD depuis 2004. Spécialiste en analyse du paysage, elle utilise les images de satellite à différentes échelles pour définir les indicateurs de dynamiques socio-environnementales et les mettre en carte. Elle travaille notamment sur des territoires peu renseignés, comme les terres indigènes, ou soumis à des transformations rapides, comme les fronts de colonisation.

François-Michel Le Tourneau géographe, chargé de recherche au CNRS, travaille au Credal (UMR 7169) et est actuellement chercheur invité à l’université de Brasilia. Il est spécialisé dans l’étude des dynamiques territoriales de l’Amazonie brésilienne et travaille principalement sur les populations traditionnelles et leurs pratiques spatiales.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540