Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aires protégées, espaces durables ?

 | 
Catherine Aubertin
, 
Estienne Rodary

Partie 1. Redéfinitions des aires protégées

Chapitre 2. Aires marines protégées et gouvernance : contributions des disévolution pluridisciplinaireciplines et

Christian Chaboud, Florence Galletti, Gilbert David, Ambroise Brenier, Philippe Méral, Fano Andriamahefazafy et Jocelyne Ferraris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la nébuleuse d’acteurs et de processus liés à la gouvernance des aires protégées, il est une place particulière pour les aires marines protégées (AMP). Selon la définition usuelle de l’UICN, les AMP ne concerneraient que le milieu marin1. Nous intégrons à cette catégorie les aires protégées marines et côtières (APMC), qui englobent à la fois des composantes marines et terrestres.

Depuis une trentaine d’années, le nombre des aires marines protégées croît rapidement dans la zone intertropicale, où les enjeux de conservation de la biodiversité marine sont encore plus aigus qu’ailleurs. De 118 en 1970, il passe à 319 en 1980 (Silva et al., 1986), pour atteindre plus de 1 300 en 1995 (Kelleher et al., 1995), dont 400 concernent les seuls récifs coralliens (Salvat et al., 2002). En 2003, lors du Congrès mondial des parcs organisé à Durban par l’UICN, l’objectif de classement de 20 % des eaux marines mondiales en AMP d’ici 20 à 30 ans a été retenu. Les États insulaires sont très impliq...

Auteurs

Christian Chaboud est économiste du développement à l’IRD, membre du Centre de recherche halieutique méditerranéenne et tropicale de Sète. Il a été coordinateur du programme soutenu par l’IFB « Enjeux économiques et sociaux de la biodiversité dans un contexte de grande pauvreté : le sud-ouest de Madagascar » et responsable de la composante économique du programme national de recherche crevettière à Madagascar. Il a co-édité plusieurs ouvrages collectifs sur les usages et la gestion des ressources renouvelables et de l’environnement : Du bon usage des ressources renouvelables (IRD Éditions, 2000), La ruée vers l’or rose (IRD Éditions, 2002), Madagascar face aux enjeux du développement durable (Karthala, 2007). Ses travaux de recherche portent en particulier sur les enjeux d’exploitation et de conservation des ressources et des écosystèmes marins.

Florence Galletti est juriste à l’IRD. Affectée à Madagascar, elle est responsable du programme « Gouvernance environnement et développement durable en interdisciplinarités », et particulièrement du volet « Gouvernance et droit des ressources naturelles dans l’océan Indien » de ce programme développé par l’UMR C3ED 063.

Gilbert David géographe de la mer et des îles, est chargé de recherche à l’IRD, en affectation à la Réunion. Habilité à diriger des recherches, il est co-responsable de l’axe « Approche intégrée milieux/sociétés » de l’unité « Expertise et spatialisation des connaissances en environnement ». Ses travaux portent sur la gestion et la conservation de la biodiversité littorale, étudiée selon une perspective territoriale, dans l’océan Indien (Comores, Madagascar, Réunion) et en Mélanésie (Vanuatu).

Ambroise Brenier poursuit une spécialisation en océanologie. Accueilli par l’équipe de recherche de l’UR 128 de l’IRD, il réalise un doctorat en cotutelle entre l’université de Paris VI et l’université de Tuléar (Madagascar). L’objectif de cette recherche est d’évaluer le potentiel des suivis participatifs à fournir des informations utiles pour une gestion durable des ressources halieutiques en milieu corallien. Il a réalisé de nombreux stages dans des organismes internationaux (WWF, UNEP) ou nationaux (ONF, Diren). Il travaille depuis 2008 au sein de la Fondation internationale du Banc d’Arguin en Mauritanie.

Philippe Méral économiste, est chercheur à l’IRD (UR 199). Spécialisé en économie de l’environnement et des ressources naturelles, il a été en charge d’un programme de recherche portant sur la politique environnementale et la gestion locale de l’environnement à Madagascar (2001-2005). A récemment publié avec C. Chaboud et G. Froger, Madagascar face aux enjeux du développement durable (Karthala, 2006) ainsi qu’avec C. Castellanet et R. Lapeyre, La gestion concertée des ressources naturelles : l’épreuve du temps (Karthala/Gret, 2007).

Fano Andriamahefazafy économiste, chercheur au Centre d’économie et d’éthique pour l’environnement et le développement – Madagascar (C3ED-M). Ses travaux portent sur l’évaluation des actifs et projets environnementaux, les méthodes d’aide à la décision, l’analyse des politiques publiques environnementales dans le contexte de l’aide au développement et l’application de l’économie de proximité à l’analyse de la structuration paysanne.

Jocelyne Ferraris est directrice de recherche à l’IRD, responsable de l’UR128-CoReUs « Communauté récifales et usages des écosystèmes coralliens de l’Indo-Pacifique ». Spécialisée en analyse de données en écologie, ses travaux portent sur les interactions entre les ressources marines vivantes, leur environnement et leurs usages, notamment la pêche. Elle s’intéresse aux stratégies des acteurs par la typologie des activités et de leur impact sur les ressources et aux indicateurs de perturbations naturelles et anthropiques, telles que les aires marines protégées, en tant qu’outils d’aide à la gestion.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540