Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aires protégées, espaces durables ?

 | 
Catherine Aubertin
, 
Estienne Rodary

Partie 1. Redéfinitions des aires protégées

Chapitre 1. Extension et diversification des aires protégées : rupture ou continuité ?

Estienne Rodary et Johan Milian

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Inscrites dans la mondialisation et le développement durable, les aires protégées sont soumises depuis une trentaine d’années à deux dynamiques : d’une part, une extension de leur superficie et, d’autre part, une injonction à s’inscrire dans le cadre plus large de politiques environnementales qui ne soient plus cantonnées à des espaces dédiés. Extension et dilution sont donc les deux dynamiques qui définissent probablement le mieux les tendances actuelles de la conservation. Ce texte a pour objectif de confirmer ou d’invalider cette double affirmation, en utilisant pour cela un outil spécifique : la base de données qui recense les aires protégées à travers le monde. L’hypothèse centrale est que les grandes orientations de la conservation peuvent être évaluées à l’aune des changements du nombre, de la superficie et de la nature des aires protégées.

Le discours selon lequel la conservation in situ se développe fortement depuis ces trente dernières années (et à vrai dire depuis plus d’u...

Auteurs

Estienne Rodary est géographe, chargé de recherche à l’IRD (UR 199), spécialiste des politiques d’environnement. Ses recherches portent sur la gestion des ressources naturelles et des aires protégées, à la fois dans les cosmopolitiques à l’échelle globale et dans la construction de territoires transnationaux en Afrique australe. Il a notamment co-édité Conservation de la nature et développement. L’intégration impossible ? (Karthala, 2003).

Johan Milian est géographe et chargé d’études à l’université de Toulouse-le Mirail. Ses travaux portent principalement sur les interfaces entre enjeux de gestion de l’environnement, gouvernance territoriale et dynamiques du développement dans les zones de montagne. Il est l’auteur de plusieurs articles sur les problématiques de la mise en œuvre et de l’intégration territoriale des politiques de conservation en France, en Espagne et au Maroc.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540