Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aires protégées, espaces durables ?

 | 
Catherine Aubertin
, 
Estienne Rodary

L’action transdépartementale incitative (ATI) « aires protégées » de l’IRD (2004-2006)

Catherine Aubertin, Florence Pinton et Estienne Rodary

Texte intégral

1La création de l’action transdépartementale incitative (ATI) « Aires protégées » en 2004 avait pour ambition de constituer un réseau d’excellence de recherche interdisciplinaire sur les aires protégées, afin d’évaluer l’inscription des politiques de conservation de la biodiversité dans le référentiel du développement durable, tant au niveau global qu’au niveau local.

2L’ATI a permis à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) de valoriser la diversité de ses implantations et de renforcer ses coopérations internationales, comme celle des appartenances disciplinaires de ses chercheurs, pour décliner le problème de la conservation sous des angles à la fois biologiques, sociaux et politiques. Une vingtaine d’unités de recherche, ainsi que leurs partenaires, ont participé à cette approche comparative et prospective.

3Trois questions transversales ont structuré les travaux de l’ATI :

  • les enjeux biologiques de la conservation et notamment l’utilisation des nouveaux outils tels les réseaux écologiques, les corridors, l’organisation à l’échelle régionale d’infrastructures écologiques, etc. ;
  • l’intégration des activités humaines dans la conservation, en particulier les dynamiques de participation et de prise en compte des savoirs locaux ;
  • les convergences et les tensions qui s’affirment entre les exigences du développement durable et la définition des objets et objectifs de la conservation.

4Les problématiques de recherche ont systématiquement réuni des chercheurs de différentes disciplines et, la plupart du temps, ont permis de comparer plusieurs types d’écosystèmes dans différentes régions tropicales : l’Amazonie (Brésil et Guyane en particulier), les savanes africaines (Afrique de l’Ouest et Afrique de l’Est), Madagascar, ainsi que de nombreuses aires marines protégées. Les échanges internes aux équipes et entre groupes de recherche ont permis aux études de terrain d’être évaluées et mises en perspective à l’échelle internationale avec les grandes orientations des politiques environnementales.

5La conduite de l’ATI a nourri des formations universitaires et des restitutions auprès des gestionnaires des aires protégées. Plusieurs colloques ont été organisés et différentes actions de valorisation ont été entreprises, dont le présent ouvrage constitue un volet. Il a été construit à partir d’articles de synthèse, retenus parmi de nombreuses autres contributions à l’ATI et retravaillés afin d’éclairer le rôle des aires protégées comme zones d’expérimentation du développement durable.

Auteurs

Catherine Aubertin économiste, directrice de recherche à l’IRD, responsable du pôle Politiques de l’environnement d’Orléans (UR 199). Ses recherches portent sur la mobilisation des concepts et théories économiques dans le cadre du développement durable. Elle a publié de nombreux articles et ouvrages, parmi lesquels : Les enjeux de la biodiversité (avec F.-D. Vivien, Economica, 1998), et comme éditrice : Représenter la nature ? ONG et biodiversité (IRD Éditions, 2005), Les marchés de la biodiversité (avec F. Pinton et V. Boisvert, IRD Éditions, 2007).

Florence Pinton est sociologue de l’environnement, professeure à AgroParisTech, chercheuse associée au pôle Politiques de l’environnement d’Orléans (UR 199). Elle s’intéresse aux dispositifs d’action collective et de construction de territoires et de normes liées à l’application des politiques publiques. Elle a notamment édité La construction du réseau Natura 2000 en France (La Documentation Française, 2006) et, avec C. Aubertin et V. Boisvert, Les marchés de la biodiversité (IRD Éditions, 2007).

Estienne Rodary est géographe, chargé de recherche à l’IRD (UR 199), spécialiste des politiques d’environnement. Ses recherches portent sur la gestion des ressources naturelles et des aires protégées, à la fois dans les cosmopolitiques à l’échelle globale et dans la construction de territoires transnationaux en Afrique australe. Il a notamment co-édité Conservation de la nature et développement. L’intégration impossible ? (Karthala, 2003).

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540