Version classiqueVersion mobile

L’eau en partage

 | 
Philippe Cecchi

Résumé

Texte intégral

1Les vallées des savanes soudano-sahéliennes d'Afrique de l'Ouest, longtemps marquées par leur inhospitalité en raison de parasitoses redoutables (maladie du sommeil et cécité des rivières principalement), représentent un potentiel agronomique significatif et reconnu. Associées aux hauts bassins de la plupart sinon la totalité des fleuves et rivières qui drainent cette région, ces bas-fonds possèdent des sols souvent généreux que les campagnes de lutte contre les grandes endémies ont maintenant réouvert aux populations. Le programme Onchocercose de l'OMS, auquel toute une génération de chercheurs et techniciens de l'Orstom a consacré une large part de son énergie et de ses activités, est ainsi entré depuis quelques années dans sa phase dite de dévolution : la priorité est aujourd'hui à la mise en valeur et à l'intensification de l'exploitation de ces vallées. Barrages petits et grands sont au cœur de cette dynamique.

2D'un tout autre point de vue, la péjoration climatique durable, superposée à des dynamiques démographiques vigoureuses, impose la mise en œuvre de stratégies efficientes de sécurisation des ressources en eau, tandis que dans le même temps, la demande – notamment urbaine – en produits vivriers ne cesse de croître. L'espace régional est maillé de réseaux marchands complexes qui tous reposent sur des sites de production et d'échanges en constante évolution. Là encore, barrages petits et grands – et les terres agricoles qui leur sont associées – représentent des ressources, mais aussi des enjeux, désormais bien identifiés, en premier lieu par et pour les populations qui en sont riveraines et les exploitent.

3La Côte d'Ivoire n'échappe pas à ce schéma général et plusieurs centaines de réservoirs y ont été édifiés en vagues successives depuis les années 1970. Si la création de multiples réserves d'eau y a constitué une réponse pragmatique aux épisodes de sécheresse sévère qui ont affecté tout le sous-continent, l'aménagement des savanes ivoiriennes visait aussi à créer des aires de production attractives destinées à stimuler le développement d'une région restée largement en retrait du « miracle ivoirien ». L'habillage de cette ambition politique s'est particulièrement révélé à la faveur de l'épisode de sécheresse des années 1980, avec la création dans le nord du pays de plusieurs centaines de barrages à vocation pastorale. Les dispositions exceptionnelles alors mises en œuvre par la Côte d'Ivoire avaient pour objectif explicite de contribuer à créer des conditions d'accueil favorables à l'installation durable des pasteurs peuls des pays limitrophes sahéliens (Burkina Faso et Mali), alors très durement affectés par la crise climatique. En visant à terme l'intégration des pasteurs migrants dans les systèmes de production nord-ivoirien, l'intervention publique a tenté de mettre l'accent sur la complémentarité des activités agricoles locales et des pratiques pastorales apportées par les Peuls. Il s'agissait à l'échelle nationale de réduire les importations de viande bovine, en sédentarisant ce cheptel étranger, mais également localement d'apaiser les tensions sociales entre pasteurs et agriculteurs, le second point étant fondamental pour que puisse être atteint le premier.

4Certes petits, mais nombreux et dispersés, les barrages agropastoraux ont ainsi créé dans le nord du pays un véritable réseau d'infrastructures dont les potentialités bénéfiques comme négatives n'ont échappé ni aux communautés riveraines, ni aux organes d'encadrement mis en place par l'État. Le développement de pêcheries artisanales fut ainsi explicitement encouragé, tant pour tirer partie des ressources halieutiques potentiellement associées aux masses d'eau artificiellement créées que pour générer des rentes d'exploitation payées par les pêcheurs aux villageois riverains et destinées à compenser la perte des terrains ennoyés. Simultanément, l'émergence de marchés surtout urbains et fortement demandeurs de produits maraîchers jusqu'alors principalement importés (comme l'oignon) a conduit à une autre forme de mise en valeur des réservoirs par l'émergence d'une filière centrée sur les cultures irriguées. Enfin, partout où les barrages ont été édifiés, les communautés riveraines ont rapidement intégré ces espaces nouveaux à leurs sphères domestique et artisanale, et adopté des comportements et pratiques où les masses d'eau elles-mêmes, leur périphérie, ou encore les nappes phréatiques qu'elles contribuent à stabiliser sont devenues parties prenantes des systèmes de production.

5Ce tableau est cependant entaché de réserves importantes et multiformes. Aux affirmations péremptoires des bailleurs de fond soutenant la non-viabilité de tels aménagements, en raison de déficits d'entretien chroniques, font écho les incertitudes notamment hydrologiques associées aux conditions de pérennisation des réservoirs eux-mêmes, et donc des biens et services qu'ils contribuent à générer. Dans le même esprit, si la durabilité de leur exploitation repose en premier lieu sur la reproduction interannuelle des ressources qu'ils contribuent à générer (stocks de poissons par exemple), la juxtaposition dans l'espace comme dans le temps d'activités diverses, souvent complémentaires, parfois concurrentes, éventuellement antagonistes, interroge quant à l'évolution du métabolisme des plans d'eau (eutrophisation, pollution) et aux conditions écologiques du maintien de leur productivité ou plus immédiatement de leur bonne qualité.

6D'autre part, aux bénéfices véritables tirés de la mise en valeur des petits barrages sont associés des nuisances potentielles, liées par exemple au développement de comportements à risques dans le contexte de la prolifération de vecteurs ou hôtes intermédiaires de maladies parasitaires eau-dépendantes (paludisme et schistosomiases notamment) susceptibles d'altérer sensiblement la valeur d'usage des aménagements. Enfin, si les barrages sont générateurs de richesses et d'opportunités diverses, ils sont également porteurs ou révélateurs d'inégalités lors du partage de ces bénéfices et de ces risques. Tout particulièrement, aux objectifs initiaux de développement d'une filière pastorale ivoirienne, basée sur l'utilisation des aménagements, et vouée à participer à la promotion d'une région marginalisée, se sont substituées des ambitions locales marquées par le détournement de ces objectifs et la réappropriation par les sociétés riveraines et sous des formes variées des aménagements et de leurs ressources, au détriment des bénéficiaires et destinataires officiels. Les petits barrages sont ainsi devenus des arènes de confrontations, où jeux de pouvoir et tensions sociales (inter- comme intra-communautaires) sont venus bouleverser, parfois en profondeur, les modalités d'accès aux ressources et les conditions de leur exploitation.

7Héritages du passé marqués du sceau de l'action publique, les petits barrages du nord de la Côte d'Ivoire constituent aujourd'hui un patrimoine véritable, dont toutefois le rôle structurant demeure mal appréhendé quand il n'est pas ignoré. La lacune est de taille dans le contexte d'un engouement persistant et d'une demande constante sinon croissante de la part des communautés rurales elles-mêmes pour la création de nouveaux aménagements. Manque d'informations, parfois de base comme leur nombre exact et leur localisation précise, déficit de connaissances tant pour ce qui relève de leurs caractéristiques que de leur fonctionnement, approximations ou lacunes dans l'estimation de leurs impacts sociaux, économiques ou encore sanitaires et écologiques constituent autant de biais qui jusqu'alors n'ont pas permis d'en dresser un tableau synoptique et objectif.

8Sociétés et systèmes écologiques évoluent ensemble et se transforment réciproquement, a fortiori quand les systèmes en question correspondent à des innovations véritables, à l'échelle des paysages comme à celles des populations qui y vivent. Leur dynamique exige, pour être comprise, des travaux où coopèrent sciences de la nature et sciences des sociétés.

9C'est dans cet esprit pluridisciplinaire que les travaux focalisés sur les petits barrages du nord de la Côte d'Ivoire ont été réalisés. C'est dans cet esprit encore qu'ils se trouvent ici restitués, au travers de trois parties consacrées successivement à l'espace et aux milieux, à leurs communautés et ressources aquatiques, et aux modalités de leur utilisation et de leur exploitation. Créés par l'homme pour l'homme, les petits barrages sont d'abord des écosystèmes artificiels dont l'ouvrage présent entend faire un état des lieux. À ce titre, si par définition le bilan présenté est intimement marqué par les spécificités ivoiriennes, le regard prospectif proposé ici espère concerner de façon plus générale l'ensemble des bas-fonds des aires rurales soudano-sahéliennes d'Afrique de l'Ouest.

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search