Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’eau en partage

 | 
Philippe Cecchi

Communautés et ressources aquatiques

Introduction et adaptation de Lates niloticus dans la retenue de Tiné

Cyrille Kouassi, Kassoum Traoré, Alexis Yté Wongbé et Inza Dembelé

Texte intégral

Introduction

1Le Lates niloticus, communément appelé « capitaine d'eau douce » ou « perche du Nil », est un poisson dont la qualité de chair et la rapidité de croissance font une espèce très prisée. L'attention des pisciculteurs s'est portée depuis quelques années sur cette espèce qui permet, en outre, le contrôle naturel de la densité des poissons fourrages comme les tilapias (Lemasson et Bard, 1968). Dans le cadre d'une telle utilisation, le Centre technique forestier tropical (CTFT, intégré depuis dans le Cirad) a introduit en 1978 dans la retenue de Tiné quelques dizaines de spécimens de L. niloticus issus d'un essai de contrôle de population de tilapias en étang (CTFT, 1979).

2Ce poisson est par ailleurs mondialement connu en raison de son introduction dans les années 1950 dans la partie ougandaise du lac Victoria pour y stimuler une pêcherie déclinante et ainsi contribuer au développement économique de la région (Lowe Mcconnell, 1997). Les stocks de Lates niloticus ont rapidement augmenté durant les années 1970, ce qui a entraîné le déclin, voire, dans certaines zones, la disparition complète de certaines espèces indigènes, dont notamment de nombreux cichlidés endémiques (Witte et al., 1992). Dans le même temps, les captures de capitaines sont passées de moins de 1 000 tonnes en 1979 à près de 325 000 tonnes en 1989, pour une production totale exploitée à l'échelle du Victoria entier proche de 500 000 tonnes (Greboval, 1992).

3L'importance majeure de la pêcherie, principalement tournée vers l'exportation, a conduit par ailleurs à s'interroger quant aux modalités d'évaluation des pertes de biodiversité provoquées par l'introduction de ce redoutable prédateur (Lévêque, 1997), dans le contexte de l'importante plus-value générée par son exploitation.

Fig. 1 – Localisation du barrage de Tiné.

4Cette situation et les opportunités halieutiques qu'elle a révélées nous ont conduit à nous intéresser au cas de la retenue de Tiné, réservoir artificiel à vocation agricole (riziculture), de dimensions comparativement très modestes (45 ha), édifié au début des années 1970 entre les villes de Sinématiali et Korhogo (9° 31' N, 5° 32' W) dans le nord de la Côte d'Ivoire (fig. 1).

5Nous proposons de mettre en évidence à travers ce travail quelques caractéristiques (importance quantitative, structure en taille, coefficient de condition, croissance) de la population de L. niloticus de ce réservoir et de commenter les conditions de son succès initial puis de sa quasi-disparition.

Matériel et méthodes

6Une série d'échantillonnages de l'ichtyofaune du réservoir de Tiné a été réalisée entre août 1991 et mars 1992 (filets maillants, sennes, éperviers). En mai 1997, les trois quarts du volume d'eau du lac ont été évacués à la faveur d'une vidange pour réparation de la digue, et des captures de poissons ont de nouveau été organisées. Lors de cette vidange, les prises des nasses traditionnelles utilisées par les pêcheurs locaux ont été examinées.

7À chaque séance de pêche, tous les poissons capturés ont été identifiés, pesés et mesurés (longueurs standard et totale). Pour Lates niloticus, le sexe a été déterminé. Les captures des filets maillants ont été utilisées pour le calcul des prises par unité d'effort (PUE) en nombre (nombre d'individus par 100 m2 de filet par nuit de pêche) et en poids (en gramme par 100 m2 de filet par nuit de pêche) pour chaque espèce.

8Ces PUE ont été calculées selon : (N ou P)/(l x h x f x n) avec : N = nombre de poissons capturés ; P = poids de poissons capturés ; l = longueur de filet ; h = hauteur de filet ; f = nombre de filets de même maille utilisés ; n = nombre de nuits de pêche.

9Le coefficient de condition qui permet d'apprécier l'état nutritionnel des poissons a été calculé pour la population de Lates niloticus. La formule utilisée est : K = P.105/L3 avec : P = poids en gramme et L = longueur standard en mm.

Capitaine ou perche du Nil (Lates niloticus) péché à Tiné (axe Korhogo-Ferkéssédougou). L'espèce a été introduite dans le réservoir de Tiné dans les années 1970 et s'y est dans un premier temps aisément acclimatée : une micro-pêcherie spécifique s'était alors développée.
Ce réservoir a ensuite été à plusieurs reprises intégralement vidangé à des fins agricoles, ne laissant en eau que de rares et petites vasques très turbides. Les effectifs de Lates se sont alors effondrés.

10La méthode de Petersen a été utilisée pour décrire la croissance de la population de Lates niloticus à partir des classes de tailles obtenues lors de différentes séances de pêche successives. Pour étoffer les informations relatives à la richesse spécifique, les prises des pêcheurs exerçant sur le lac ont été également examinées.

Résultats

11D'août 1991 à mars 1992, Lates niloticus a constitué dans l'ensemble 13.7  % des prises en nombre au filet maillant et à la senne, venant ainsi après Barbus macrops et Tilapia zillii qui représentaient respectivement 45.7  % et 26,6 % des prises en nombre (tabl. I).

12Inversement, en poids, L. niloticus a constitué la première espèce avec 28,3 % des prises, suivie de B. macrops (27,8 %), de T. zillii (26,2 %) et de Chrysichthys maurus (6,6 %).

13Bien que régulièrement rencontrée dans les prises des filets maillants durant la période d'étude (fig. 2), l'espèce a surtout été pêchée en période de hautes eaux (de juillet à octobre) tandis que les prises les plus faibles ont été enregistrées en saison sèche (janvier à mars).

14Six ans plus tard, la contribution de la population de Lates niloticus a baissé de façon drastique : cette espèce ne constitue plus que 1,2 % en nombre et 3,1 % en poids (tabl. II).

Tabl. I – Proportion en nombre et en poids des différentes espèces rencontrées dans les filets maillants et les sennes dans le lac de Tiné en 1991-1992.

Tabl. I – Proportion en nombre et en poids des différentes espèces rencontrées dans les filets maillants et les sennes dans le lac de Tiné en 1991-1992.

Fig. 2 – Évolution des PUE en nombre de la population de Lates niloticus et de l'ensemble des prises des filets maillants.

Fig. 2 – Évolution des PUE en nombre de la population de Lates niloticus et de l'ensemble des prises des filets maillants.

15Le peuplement ichtyologique est alors dominé par les Cichlidae (Tilapia zilii, Oreochromis niloticus) et le Bagridae Chrysichthys nigrodigitatus. L'un des tilapias indigènes, Sarotherodon galilaeus, présent en 1991 et 1992, n'a plus été rencontré au cours de cette vidange, tandis que l'importance tant numérique que pondérale de Barbus macrops a remarquablement diminué.

16Les valeurs moyennes du coefficient de condition (2,23 ± 0,30 et 2,31 ± 0,32, respectivement pour les mâles et les femelles) indiquaient le bon état nutritionnel de la population : la relation allométrique obtenue, W(g) = 0,0267 Ls(cm)2,94, est inscrite dans les valeurs hautes fournies par la littérature.

Tabl. II – Proportion en nombre et en poids des différentes espèces rencontrées lors de la vidange du lac de Tiné en mai 1997.

Tabl. II – Proportion en nombre et en poids des différentes espèces rencontrées lors de la vidange du lac de Tiné en mai 1997.

Fig. 3 – Évolution de la structure de taille de la population de Lates niloticus au cours des séances de pêche.

Fig. 3 – Évolution de la structure de taille de la population de Lates niloticus au cours des séances de pêche.

17La structure en taille de la population de Lates niloticus apparaît monomodale pour chaque séance de pêche pendant la période d'observation (fig. 3). Les échantillonnages ont principalement capturé la classe d'âge la plus jeune, avec une majorité d'individus dont la taille variait de 60 à 185 mm, pour des poids compris entre 5 et 130 g. Le plus gros individu capturé mesurait 460 mm et pesait 2,5 kg.

18En sept mois (d'août 1991 à mars 1992), le taux de croissance moyen a été de 11,4 mm et 8,6 g par mois respectivement pour la taille et le poids. Le taux de croissance est maximal en cœur de saison des pluies (août-septembre ; 0,88 mm et 441 mg par jour respectivement pour la longueur et le poids). Par la suite il chute à 0,24 mm j-1 et 119 mg j-1 entre septembre et octobre, 0,26 mm j-1 et 256 mg j-1 entre octobre et janvier, puis 0,31 mm j-1 et 391 mg j-1 de janvier 1992 à mars 1992.

19La cohorte échantillonnée révélait une aptitude de croissance élevée et les importantes biomasses constituées par cette espèce faisaient l'objet d'une forte exploitation par les pêcheurs artisans et d'une commercialisation immédiate sur le marché de Korhogo. L'essentiel de leurs captures (filets maillants) concernait toutefois les plus jeunes classes d'âges (individus < 250 g), mais des prises d'individus âgés (> 5 kg) étaient régulièrement rapportées.

20Six ans plus tard, au moment de la vidange, la petite population de Lates niloticus échantillonnée possédait un poids moyen de 166 g avec une longueur standard moyenne de 170 mm.

Discussion et conclusion

21Au début des années 1990, soit une douzaine d'années après son introduction, Lates niloticus était quantitativement l'une des espèces les plus Importantes du réservoir de Tiné. Les résultats de la vidange montrent que cinq ans plus tard, la population de L. niloticus a considérablement perdu de son importance puisqu'elle ne représente plus qu'une infime fraction du peuplement ichtyologique. Au vu de la composition spécifique du lac, où des proies potentielles de Lates niloticus telles que Tilapia zillii, Barbus macrops et Oreochromis niloticus abondent (tabl. II), cette importante diminution d'abondance ne paraît pas être causée par un manque de nourriture. Inversement, les faibles abondances de zooplancton recensées dans ce lac sont mises en relation avec la présence des larves de Lates, friandes notamment de rotifères.

22Les valeurs moyennes du coefficient de condition de la population de Lates niloticus (2,23 et 2,31, respectivement pour les mâles et les femelles) corroborent ce constat. Ces coefficients sont élevés dans le lac de Tiné, comparativement aux observations de Hashem et Husseim (1973) dans le delta du Nil, avec des valeurs variant entre 1,2 et 1,5, ou encore à celles indiquées pour les populations du fleuve Comoé (Côte d'Ivoire) qui varient entre 1,93 et 2,41 (Traoré, 1985). La relation allométrique observée est très semblable à celle obtenue par Daget (1964), W = 0,027 Ls3, pour des individus capturés dans le fleuve Niger et dont la taille variait entre 7,3 cm et 24,5 cm. Les valeurs les plus élevées ont été relevées dans la partie soudanienne du Nil (W = 0,0464 Ls3,24, Al-Kholy et al., 1973).

23La population de L. niloticus du lac de Tiné paraît donc être dans un état physiologique et nutritionnel satisfaisant.

24L'impact de Lates niloticus sur l'ichtyofaune du lac n'a pu être mis en évidence, faute de travaux préliminaires à son introduction. On note cependant l'absence au sein du peuplement ichtyologique de ce lac de certaines espèces largement distribuées par ailleurs dans les petits barrages (Traoré et Konan, 1992). Il s'agit notamment du Mormyridae Petrocephalus bovei et des Schilbeidae Schilbe mandibularis et S. intermedius. La perte de diversité associée à la disparition de ces espèces petites et peu exploitées est toutefois à considérer en regard des avantages halieutiques associés au développement du capitaine et de son exploitation. De fait, l'introduction de L. niloticus dans les retenues d'eau ivoiriennes est une demande récurrente de la part des populations riveraines (Subreville et al., 1997). Les petits barrages pouvant faire l'objet de cette introduction sont des milieux artificiels, aménagés par l'homme pour l'homme, dans le but de sécuriser les productions vivrières. La diversification des activités et des sources de revenus, notamment par l'exploitation halieutique, est inscrite dans les priorités nationales, et, à ce titre, l'amélioration de la productivité des écosystèmes, éventuellement par l'introduction d'espèces à forte valeur ajoutée, ne doit pas être négligée. Sous réserve d'une adéquation correcte avec les autres usages dont les plans d'eau sont l'objet (instauration de réserves d'eau) ; sous réserve encore que l'impact du Lates niloticus sur les autres populations de poissons en présence et faisant également l'objet d'une exploitation soit correctement évalué.

25Les facteurs pouvant expliquer la fluctuation de l'importance de la population de L. niloticus peuvent être liés (1) aux processus naturels de régulation, (2) à la forte pression exercée par les activités de pêche sur l'ichtyofaune ou encore (3) aux fluctuations environnementales sévères subies par cet écosystème en raison de sa vocation agricole.

26La vidange d'entretien du réservoir de février 1997, ne laissant en eau dès le milieu de la saison sèche que des vasques profondes isolées et très turbides, avait déjà entraîné la quasi-disparition des Lates de ce réservoir. La reconstitution de la population est désormais annuellement altérée par la récurrence de ces vidanges destinées à l'irrigation des périmètres agricoles installés en aval du barrage (où plus d'une centaine d'hectares de casiers rizicoles ont été aménagés). Cette pratique compromet le succès, sinon la survie de cette espèce.

27La gestion de l'eau à des fins agricoles s'accommode mal en l'occurrence des exigences écologiques et paraît mettre en péril, sinon compromettre, la durabilité de l'exploitation halieutique du système. Ce conflit d'intérêt est révélateur des raisonnements sectoriels qui sous-tendent la gestion des hydro-aménagements. Si la pratique d'une riziculture intensive de contre-saison est en soi un objectif louable, la constitution de volumes réservés, accompagnée éventuellement de périodes de réduction de l'effort de pêche qui cible les Lates permettrait d'augmenter in fine la plus-value globale du réservoir tout en élargissant la diversité des bénéficiaires. Il faudrait pour cela que l'opportunité du développement de l'activité halieutique sur ce site, comme sur d'autres dévolus à l'irrigation de contre-saison, soit clairement reconnue et que pêche et agriculture (re)deviennent complémentaires plutôt que concurrentes.

Débarquement sur la berge du réservoir de Tiné. Les pêcheurs exposent les produits de la pêche du jour qui sont instantanément achetés par des ménagères ou commerçantes venues l'attendre.
À Tiné, la commercialisation des produits de la pêche n'est pas captive du seul marché que représentent les riverains : une partie de cette production est régulièrement commercialisée à Korhogo où les opportunités commerciales sont plus importantes.

Bibliographie

Références

Al-Kholy A. A., Rafail S. Z., Mahdi M.A., 1973 – Biological studies on Sudanese inland fishes, Lates niloticus. Bull. Inst. Oceanogr. Fish., Cairo, 3 : 1-28.

Daget J., 1964 – Notes sur les Lates niloticus (Poissons, Centroponidae) immatures de la région de Mopti. Bull. Inst. Fondam. Afr. Noire (A Sci. Nat.), 26 (2) : 1320-1339.

Greboval D., Mannini P., 1992 – The fisheries of Lake Victoria : review of Basic Data. UNDP/FAO/Regional Project Inland Fisheries Planning. Rome, FAO, RAF/87/099/-WP/16/92.

Hashem M. T., Husseim K. A., 1973 – Some biological studies of the Nile perch (Lates niloticus C. & V.) in the Nozha hydrodrome. Bull. Inst. Oceanogr. Fish, Cairo, 3 : 364-393.

Lemasson J., Bard J., 1968 – Nouveaux poissons et nouveaux systèmes pour la pisciculture en Afrique. FAO. Fish. Rep., 44 (5) : 182-195.

Lévêque C., 1997 – Introduction of exotic fish species in tropical fresh waters : purposes and consequences. Bull. Fr. Pêche Piscic., 344-345 : 79-91.

Lowe Mcconnell R., 1997 – EAFRO and after : a guide to key events affecting fish communities in Lake Victoria (East Africa). S. Afr. J. Sci., 93 : 570-573.

Subreville G., Ouraga Y., Mamadou E., 1997 – Diagnostic SARS ANADER (zone centre) : Direction régionale de Yamoussoukro, région de Toumodi. Compte rendu de mission, Convention Idessa-Anader, 17 p.

Traoré K., 1985 – Évaluation après six années de monitoring (1980 1985) de l'impact des Insecticides Antisimulidiens sur l'ichtyofaune des cours d'eau ivoiriens traités dans le cadre de la lutte contre l'Onchocercose. Rapport n° 7, Convention IET/OMS – Oncho, 230 p.

Traoré K., Konan L., 1992 – « Identification et caractérisation du peuplement ichtyologique de quelques retenues hydro-agro-pastorales du nord de la Côte d'Ivoire ». In : Valorisation du potentiel piscicole des barrages hydro-agro-pastoraux du Nord de la Côte d'Ivoire. Rapport préliminaire. Projet « Petits Barrages », Idessa-CI/CRDI, CNRA Bouaké, Côte d'Ivoire : 54-143.

Witte F., Goldschmidt T., Gouds-Waard P. C., Ligtvoet W., van Oijen M. J. P., Wanink, J. H., 1992 – species extinction and concomitant ecological changes in Lake Victoria. Neth. J. Zool., 42 (2-3) : 214-232.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Localisation du barrage de Tiné.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Légende Capitaine ou perche du Nil (Lates niloticus) péché à Tiné (axe Korhogo-Ferkéssédougou). L'espèce a été introduite dans le réservoir de Tiné dans les années 1970 et s'y est dans un premier temps aisément acclimatée : une micro-pêcherie spécifique s'était alors développée.Ce réservoir a ensuite été à plusieurs reprises intégralement vidangé à des fins agricoles, ne laissant en eau que de rares et petites vasques très turbides. Les effectifs de Lates se sont alors effondrés.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Tabl. I – Proportion en nombre et en poids des différentes espèces rencontrées dans les filets maillants et les sennes dans le lac de Tiné en 1991-1992.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5592/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Titre Fig. 2 – Évolution des PUE en nombre de la population de Lates niloticus et de l'ensemble des prises des filets maillants.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5592/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Titre Tabl. II – Proportion en nombre et en poids des différentes espèces rencontrées lors de la vidange du lac de Tiné en mai 1997.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5592/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 3 – Évolution de la structure de taille de la population de Lates niloticus au cours des séances de pêche.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5592/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 781k
Légende Débarquement sur la berge du réservoir de Tiné. Les pêcheurs exposent les produits de la pêche du jour qui sont instantanément achetés par des ménagères ou commerçantes venues l'attendre.À Tiné, la commercialisation des produits de la pêche n'est pas captive du seul marché que représentent les riverains : une partie de cette production est régulièrement commercialisée à Korhogo où les opportunités commerciales sont plus importantes.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5592/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

Auteurs

Cyrille Kouassi, ichtyologue.
CNRA, 08 BP 33 Abidjan 08, Côte d’Ivoire.

Kassoum Traoré, ichtyologue.
CNRA, BP 1740, Abidjan, Côte d’Ivoire.

Alexis Yté Wongbé, écologue.
CNRA, BP 602, Gagnoa, Côte d’Ivoire.

Inza Dembelé, ichtyologue.
CNRA, 08 BP 33 Abidjan 08, Côte d’Ivoire.

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540