Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Sierra Madre occidentale

 | 
Luc Descroix
, 
Juan Estrada
, 
José Luis Gonzalez Barrios
, 
et al.

Résumé

Texte intégral

1La Sierra Madre occidentale est un espace relativement vide dans l'ensemble du Mexique ; elle constitue à la fois une « frontière » au sens d'une zone de colonisation possible dans un pays neuf et, paradoxalement, une réserve de main-d'œuvre, qui se vide de ses habitants ces dernières années. Elle est aussi proche de l'autre frontière au sens géopolitique et administratif, entre le Nord et le Sud, que représente la limite entre le Mexique et les États-Unis d'Amérique.

2Cette longue chaîne de montagne d'origine volcanique est aussi le plus long massif rhyolitique au monde ; il est formé d'un vaste ensemble de plateaux étagés, entrecoupés de fossés d'effondrement orientés parallèlement à l'axe de la chaîne et au littoral (nord-ouest/sud-est). Ces fossés peuvent être profonds de plus de 1 000 m, mais leurs bords sont en général en pente relativement douce pour un secteur de montagnes, des gradins de faille coupant la dénivellation générale. Les principaux cours d'eau coulent au fond de ces fossés et en sortent par des gorges pour rejoindre le Pacifique ou l'altiplano nord central mexicain ; dans ce dernier cas certains, comme le río Conchos, rejoignent le río Bravo del Norte (le fleuve frontière appelé río Grande par les Américains), d'autres, comme le río Nazas, alimentent temporairement les lagunes d'évaporation des grandes dépressions fermées du nord du pays. La Sierra Madre occidentale est profondément dissymétrique sur ses deux côtés, puisque le versant oriental descend doucement et régulièrement sur les hauts plateaux (sis à 1 000 ou 2 000 m d'altitude) de l'altiplano, alors que sur le versant occidental, la dénivelée est bien plus brutale, obligeant les principaux cours d'eau à creuser des gorges profondes pour atteindre au plus vite leur niveau de base : c'est la région des fameuses Barrancas del Cobre que les habitants de l'État de Chihuahua assurent être les plus profondes du monde (elles atteignent de fait en deux endroits 1 850 m de profondeur).

3L'eau est rare au nord du Mexique ; 54 % des terres arables du pays sont localisées dans sa moitié nord, qui ne reçoit que 7 % des précipitations. Cela ne va pas sans poser des problèmes d'usage de la ressource, avec de nombreux utilisateurs souvent en concurrence pour un faible volume disponible. La Sierra Madre occidentale apparaît indéniablement comme un « château d'eau » au milieu du Nord-Mexique aride et semi-aride ; les précipitations y atteignent localement plus de 1 000 mm par an, et presque partout plus de 500 mm. Or, cette chaîne est encadrée à l'ouest par le désert de Sonora, qui est le plus sec d'Amérique du Nord (moins de 50 mm par an à Mexicali) et, à l'est, par celui de Chihuahua, qui est le plus étendu, et où les précipitations sont en général inférieures à 200 mm au fond des dépressions endoréiques. Cependant, partout la saison des pluies ne dure que trois ou quatre mois, ce qui rend nécessaire le stockage de l'eau pour de nombreuses activités. De fait, de nombreux barrages ont été construits sur les cours d'eau coulant tant vers le Pacifique (rio Yaqui, río Humaya, río Sonora, río San Lorenzo, río Matapé, etc.) que vers l'est et ses grandes dépressions intérieures (principalement le río Conchos et le río Nazas déjà cités).

4L'abondance relative d'eau permet à la Sierra Madre de posséder des pâturages de meilleure qualité que ceux des secteurs arides ou semi-arides environnants. Ces pâturages sont dominés, au-dessus de 2 400 m d'altitude, par des forêts de pins qui couvraient naturellement l'essentiel des hauts plateaux. Ces conditions favorables à l'exploitation agropastorale expliquent la grande ancienneté des établissements humains.

5On constate tant dans l'étage de pâturages que dans celui de la forêt une surexploitation des milieux et des ressources, et cela depuis semble-t-il plusieurs décennies. Le partage des terres des haciendas en application de la réforme agraire de 1936 s'est réalisé entre les années 1940 et 1970 dans la Sierra Madre qui était alors peu colonisée. Il s'est traduit par un accroissement sensible de la population, qui a eu pour corollaire une augmentation du nombre de troupeaux et de la charge pastorale, une désorganisation du système de gestion des pâturages. Cette désorganisation a eu à son tour pour conséquence une diminution rapide de la qualité des herbages et une dégradation des sols qui sont d'autant plus sollicités que le cheptel continue de croître. En effet, l'élevage bovin (naisseur en l'occurrence) est dédié essentiellement à fournir des veaux de neuf mois au marché américain ; il est très porteur et rémunérateur.

6Dans le même temps, la Sierra Madre occidentale a été ouverte, au début des années 1970, à l'exploitation forestière. Très vite, l'État de Durango est devenu le premier du Mexique pour la production de bois (rappelons que le Mexique est un État fédéral, dont le nom officiel est d'ailleurs « Estados Unidos Mexicanos », les États-Unis du Mexique). Les villes les plus importantes, souvent nées de l'exploitation des minerais (Durango, Parral, Santiago Papasquiaro, etc.), se sont ouvertes aux industries du bois et à la papeterie, ce qui a provoqué aussi une très forte demande en bois et une surexploitation de la ressource, dont une partie est extraite clandestinement. À la fin des années 1990, la production a dépassé les 5 millions de m3 par an pour une production autorisée de 1,7 million de m3. Or, un mode d'exploitation « minier » (ne se souciant guère du renouvellement de la ressource) associé au pouvoir corrupteur d'entreprises privées peu soucieuses de l'état de l'environnement au Mexique a conduit à une très rapide déforestation : aucun reboisement n'était effectué, peu d'entretien était assuré, et les villages étaient prêts à laisser partir tout leur bois contre du numéraire. Cette situation s'est améliorée ces toutes dernières années.

7Ces deux processus de dégradation de l'environnement ont déjà eu des conséquences sur les ressources en eau et ont conduit au lancement du programme de recherche « Gestion de l'eau dans un bassin du Nord-Mexique » en 1991, dont les résultats et conclusions ont été rendus sous forme de rapports techniques entre 1998 et 2001, puis sous forme de publications scientifiques depuis 2001. De nombreuses études ont été menées par ce programme piloté par le département Eaux continentales de l'IRD en association avec le Cenid Raspa (Centro Nacional de Investigación Disciplinaria en la Relación Agua Suelo Planta Atmósfera), centre de recherche de l'Inifap (Instituto Nacional de Investigaciôn Forestal y Agro-Pecuaria) situé à Gómez Palacio, dans l'État de Durango, au nord du Mexique.

8De ces recherches, il ressort que la surexploitation du milieu dans la Sierra Madre occidentale, dont les principales causes sont comme on l'a vu, le surpâturage et la déforestation, a entraîné une dégradation des sols sur une grande proportion de l'espace. Cette dégradation des sols s'est traduite par une forte modification de leurs caractéristiques hydrodynamiques. Le piétinement du bétail, l'arrachage des graminées, la mise à nu de plages croissantes de sol, ont conduit à un tassement de celui-ci et au décapage des matériaux les plus fins et les plus riches des horizons superficiels.

9À son tour, la dégradation du sol et de la végétation a entraîné une diminution de la capacité d'absorption en eau des sols, et donc de la rétention naturelle en eau totale du bassin versant, un accroissement du ruissellement, un renforcement des pics de crue et un creusement parallèle des étiages. De ce fait, l'hydraulicité (sa capacité à fournir de l'eau aux secteurs aval) de la Sierra Madre occidentale a été fortement amoindrie. Au cours des années 1990, plutôt sèches au nord du pays, on a vu maintes fois les grands barrages-réservoirs construits sur les deux versants de la sierra, être pratiquement vides parfois même à la sortie de la saison des pluies.

10À l'échelle de la parcelle expérimentale, du petit bassin versant expérimental et du bassin versant de 1er ordre (plusieurs milliers de km2 ici), l'analyse des données hydrologiques historiques et de celles engrangées pendant les huit années de mesure a permis de constater les phénomènes suivants :

  • une stabilité du coefficient d'écoulement : aucune baisse des écoulements n'a encore été observée ;
  • une diminution du temps de réponse des bassins aux précipitations, ce qui signifie que l'eau ruisselle plus vite qu'auparavant ;
  • un accroissement des débits de crue par rapport aux débits de base ; cela veut dire que l'eau s'écoulant plus vite lors des crues, le sol et les nappes se rechargent moins et il reste moins d'eau stockée sur le bassin pour assurer l'écoulement pérenne, celui qui est le plus utile durant la longue saison sèche de huit mois ;
  • une diminution de la teneur en eau des sols et de leur capacité physique d'infiltration et de stockage de l'eau ;
  • des crues plus courtes et plus accentuées, des étiages plus longs et prononcés.

11Autant d'éléments qui fragilisent le rôle de château d'eau de la Sierra Madre et vont rendre la gestion de l'eau pour les années à venir plus délicate encore qu'elle ne l'est actuellement. En effet, en aval, les régions « consommatrices » ont parfois eu par le passé encore récent, une gestion peu économe des ressources en eau. L'irrigation a été développée à outrance à partir des années 1940, grâce à la construction de grands barrages et à la constitution de grands périmètres irrigués. Ceux-ci ont d'abord utilisé intégralement l'eau renouvelable venue de la montagne. Puis ils ont eu recours aux eaux souterraines pour pouvoir continuer à croître sans améliorer leur rendement hydraulique : la politique de l'énergie pas chère a conduit à aller chercher de l'eau de plus en plus profond ou de plus en plus loin au lieu d'optimiser les rendements et d'investir dans des systèmes irrigués plus coûteux mais économes en eau ; de même, on a longtemps négligé les fuites et les pertes en conduction. Les années 1990 ont vu la conjonction d'une longue sécheresse avec l'entrée dans l'Aléna, qui s'est traduite par la fin des subventions et la vérité des prix agricoles (côté mexicain, bien sûr ; car de l'autre côté de la frontière, les paysans ont vu toutes leurs subventions s'accroître substantiellement, leur permettant d'inonder le marché mexicain de maïs et de frijoles I).

12Dans le même temps, le Mexique a été heureusement touché par la vague et la mode de la « Gestion intégrée des ressources en eau » si bien que le nouveau Code de l'Eau, adopté en grande pompe en avril 2004, fait la part belle aux associations d'usagers afin de créer et gérer un système utilisateur-payeur (ou pollueur-payeur, si l'utilisateur modifie l'eau au lieu de la consommer ou en plus de la consommer) basé sur le bassin versant et non sur les simples cours d'eau. L'idée est que tout utilisateur de l'espace d'un bassin versant hydrologique qui risque de modifier la ressource en eau doit être considéré comme un utilisateur de l'eau : c'est le cas des éleveurs dont les troupeaux modifient le comportement des sols, ou des négociants en bois qui bouleversent le cycle de l'eau.

13Ce nouveau code devrait aider à régler de nombreux problèmes latents sur l'usage de l'eau, des conflits qui sont apparus dans les dernières décennies :

  • à la frontière américaine pour le partage des eaux des fleuves transfrontaliers (rio Tijuana, río Colorado et río Bravo del Norte/Grande) ;
  • entre les États mexicains pour le même partage (des projets de transferts d'eau ont dû être annulés faute d'entente entre eux) ;
  • entre usagers surtout car à présent, l'eau se paye et seules les activités à forte valeur ajoutée vont pouvoir perdurer dans les zones arides ou semi-arides où l'eau sera forcément chère puisqu'elle y est rare.

14Moyennant quelques règles de bonne gestion de l'espace et des ressources sol-végétation-eau (et non pas seulement la dernière), la Sierra Madre occidentale restera le château d'eau du Nord-Mexique ; le retour d'une bonne pluviosité (en 2004) et l'application de la nouvelle loi sur l'Eau devraient permettre le maintien des périmètres irrigués de piedmont, tout en autorisant un développement des zones de montagne grâce à une agriculture spécialisée (vergers, horticulture, etc.) et à l'« écotourisme », favorisé par la richesse et la variété des sites naturels de cette chaîne de montagnes.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540