Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Sierra Madre occidentale

 | 
Luc Descroix
, 
Juan Estrada
, 
José Luis Gonzalez Barrios
, 
et al.

Glossaire

Texte intégral

1Arroyo : ruisseau, cours d'eau temporaire de petite taille.

2Barranca : canyon ; on désigne par « Barrancas del Cobre » l'ensemble des sept canyons qui coupent les plateaux de la Sierra Madre dans le sud de l'État de Chihuahua ; cf. Quebrada.

3Battance : cf. Splash.

4Capacité au champ : correspond à l'eau retenue par le sol, après une période de pluie, et un ressuyage de deux ou trois jours, le sol étant protégé contre l'évaporation.

5Cappusien (ruissellement) : type de ruissellement induit par la saturation du sol, indépendamment donc de l'infiltrabilité de la surface ; on dit aussi « ruissellement par surface contributive saturée » (par opposition à « hortonien »).

6Charreada : du nom « charro » qui constitue un spectacle et un sport équestre typiquement mexicain ; il consiste à prendre des veaux ou vachettes au lasso ou à les faire tomber en se jetant dessus à partir d'un cheval ; le spectacle est entouré de tout un cérémonial avec de jolis costumes et des cavalières en tenue traditionnelles. Ce type de spectacle se produit dans le « lienzo charro », que l'on trouve dans toutes les grandes villes mexicaines au même titre que la plaza de toros ou le stade ; cf. Coliadera.

7Chroma (d'après Lozet J. et Mathieu C, 1990, Dictionnaire de Science du Sol. Paris, Lavoisier Tec. Doc. : 67.) : terme indiquant une des trois variables du code Munsell pour la détermination de la couleur des objets. Elle représente la pureté relative de la couleur spectrale et est indiquée sur les planches Munsell en abscisse. Le chroma le plus faible (0) étant à l'origine. Il est chiffré de 0 à 8 et est indiqué en dernier lieu dans le sigle Munsell. La traduction française la plus fréquente est l'intensité.

8Coefficient d'écoulement : rapport des pluies écoulées aux pluies tombées, sur un bassin versant, ou une parcelle expérimentale, donc sur un impluvium donné.

9Coliadera : (nom « norteno », c'est-à-dire typique du Nord-Mexique) même spectacle de rodeo que le charro (cf. Charreada) mais organisé dans les villages et donnant lieu à une fête foraine.

10Comunidad rural : nom donné aux communautés rurales préexistantes à la Réforme agraire (c'était le système en vigueur dans les zones de peuplement indien en dehors de celles contrôlées par les haciendas).

11Conductivité hydraulique : caractérise la vitesse d'infiltration d'un flux d'eau dans le sol, en cm/s ; elle manifeste l'effet de résistance à l'écoulement dû aux forces de frottement.

12Conglomérats : il s'agit de matériaux volcaniques constitués ni de lave pure, ni de scories meubles, mais de pyroclastites ; ils sont proches des tufs et des ignimbrites dans la Sierra Madre.

13Débit de base : débit d'un cours d'eau en dehors des périodes de précipitation.

14Débit de crue : débit supplémentaire généré par une crue, dans l'écoulement total d'un cours d'eau.

15Densité apparente : c'est la densité du sol sec, concernant l'ensemble, fraction solide et pores.

16Densité réelle : c'est la densité de la fraction solide seule, indépendante des vides.

17Ejido : nom des communautés rurales créées par la Réforme agraire (dès 1936, et jusqu'au début des années 1970 pour les zones cadastrées en dernier) sur les terres confisquées des haciendas. Une majorité d'entre eux au nord du pays s'est peu à peu auto-dissous lors de la distribution des titres de propriété après l'abrogation, en 1992 et sous pression américaine comme condition à l'entrée dans l'Aléna, de l'article 27 de la constitution instaurant la Réforme agraire.

18Ejidal (système) : adjectif définissant le système des ejidos.

19Ejidatario : paysan membre d'un ejido ; les terres étaient partagées régulièrement entre les travailleurs en fonction de leur nombre.

20Encomienda : système d'exploitation de la main-d'œuvre indienne mis en place par les Espagnols sous la colonie. La communauté, la paroisse ou la personne qui en bénéficiait devait en retour prendre en charge ces populations.

21Endoréique : se dit d'un bassin versant débouchant vers une dépression fermée (par opposition à exoréique quand il y a drainage vers la mer et à aréique lorsqu'il n'y a pas d'écoulement permanent).

22Espace poral : cf. Porosité.

23État de surface : ce terme peut désigner :

  • une seule surface élémentaire (voir définition ci-après) ;
  • la juxtaposition de plusieurs ;
  • ou un système de surfaces élémentaires, c'est-à-dire un ensemble, au sein duquel jouent des interactions.

24(Surface élémentaire : ensemble homogène constitué par les éléments du milieu suivants :

  • le couvert végétal ;
  • la surface du sol ;
  • les organisations pédologiques superficielles qui ont subi des transformations, sous l'effet des facteurs météorologiques, fauniques ou anthropiques).

25Fersiallitiques (sols) : ce sont des sols brun-rouge subtropicaux ou tropicaux typiques, riches en oxydes de fer bien cristallisés, bien drainés et à altération avancée et assez argileux.

26Gilgaï : modelé original des sols tropicaux à argiles gonflantes dû au passage de l'état humide à l'état sec et comportant des micro-reliefs courbes, en petites dépressions et dorsales inter-dépressions.

27Gleyique (sol) : adjectif venant de gley : horizon de couleur grise (fer réduit) résultant d'une hydromorphie (excès d'eau libre).

28Granulométrie : cf. Texture.

29Hacienda : nom des grandes propriétés (plus de 1 000 ha en général, et jusqu'à un million d'hectares dans le Nord) avant la Révolution. La plupart ont été saccagées et occupées puis autogérées par les paysans organisés en comité durant la période révolutionnaire. Elles ont été diminuées, lors de la Réforme, des terres surnuméraires, celles-ci étant partagées en ejidos.

30Hortonien (ruissellement) : c'est le ruissellement qui se produit par dépassement de l'infiltrabilité ; il se déclenche lorsque l'intensité de la pluie dépasse la capacité d'infiltration de la surface du sol.

31Ignimbrites (cf. Tufs) : projections émanant d'éruptions brutales et de grande ampleur, retombant sous forme de tufs soudés.

32Impluvium : surface considérée recevant une précipitation ; parcelle ou bassin versant d'un cours d'eau.

33Indigène : au Mexique, 90 % de la population a des ascendances indiennes, très généralement majoritaires ; les « indigènes » sont, parmi eux, ceux dont la langue maternelle n'est pas l'espagnol ; en général ils parlent cette langue du fait que l'analphabétisme a pratiquement disparu au Mexique, et que la presque totalité des enfants vont à l'école ; on trouve toutefois, dans les hameaux éloignés, encore bien des personnes âgées ne parlant que tarahumar ou tepehuano.

34Lame écoulée : quantité d'eau écoulée d'un impluvium (bassin ou parcelle) rapportée à la surface de l'impluvium, et donnée en mm. (comparable de ce fait à la lame précipitée ; leur rapport donnant le coefficient d'écoulement, à l'échelle d'un événement ou d'un laps de temps donné)

35Latifundium : terme latin désignant dans les pays de culture latine la grande propriété (cf. Hacienda).

36Mousson : alizé maritime dévié lors de son passage de l'Équateur (changement d'hémisphère entraînant un changement de sens de la force de Coriolis).

37Anciennement : par extension, régime de pluie tropicale des façades sud des continents exposées à de grandes masses océaniques : Asie du Sud, Afrique de l'Ouest, ouest du Mexique, caractérisé par une longue saison sèche très marquée et de forts abats d'eau durant la saison des pluies qui se produit durant l'été boréal.

38Cette conception est remise en cause aujourd'hui ; donc elle est utilisée ici par les auteurs mais sans but polémique ; on pourra donc remplacer « pluies de mousson » par « pluies de front intertropical ».

39Municipio : commune.

40Patio : cour intérieure des maisons latino-américaines et hispaniques (se prononce patio en espagnol, n'a aucune raison d'être prononcé pacio en français). Désigne ici un grand espace ouvert (de plusieurs centaines de mètres carrés à un hectare) que l'on retrouve au centre de nombreux sites archéologiques typiques de la Méso-Amérique.

41Peladero : nom mexicain des zones de sol nu, fréquentes en zone semi-aride et plus encore en zone aride ; elles sont dues en grande partie à l'érosion éolienne qui favorise le départ des éléments fins et riches du sol, emportés par les tourbillons de poussière.

42Pequeno (pour « pequeno propietario ») : litt. « petit propriétaire ». En fait, ce sont les propriétaires privés de terres, puisque la propriété privée était maintenue sous la Réforme agraire. Simplement, pour permettre le démantèlement des latifundia improductifs (la plupart des haciendas avaient des rendements médiocres et appuyaient leur richesse sur la grande extension des terres), la Réforme agraire de 1936 avait fixé une taille maximale d'exploitation, qui différait bien sûr suivant le type de culture pratiquée, la fertilité des sols et la possibilité d'irriguer ou non. Dans le Nord, les limites étaient d'une centaine d'hectares irrigués dans la Laguna par exemple ; tout le reste, n'étant pas cultivable, était considéré comme pâturages, et dans cette catégorie-là, la limite supérieure des propriétés était « la surface nécessaire à l'élevage de 500 têtes de bétail bovin adulte. La surface nécessaire à chaque unité de bétail avait été fixée par la Cotecoca (Comisión Técnica de los Coeficientes de Agostadero), commission ad hoc créée pour déterminer région par région la superficie nécessaire à l'élevage d'un bœuf adulte. Ceci fait que les « pequenos » pouvaient avoir conservé (de leur ancienne hacienda) ou acheté des propriétés supérieures à 10 000 ha, là où cette commission estimait qu'il fallait 20 ha par tête de bétail. De même, 100 ha irrigués pouvaient être l'équivalent de la surface d'un ejido voisin, en périmètre irrigué ; donc les grandes propriétés ont été démantelées pour permettre de fournir des terrains aux ejidos, mais cela n'a pas pour autant fait disparaître la bourgeoisie rurale.

43Peyote : cactus hallucinogène que l'on trouve dans tout le Mexique et qui est à la base de nombreuses prestations offertes traditionnellement par les sorciers indiens. C'est le peyofe qui a permis à Antonin Artaud (dans son périple chez les Tarahumaras en 1933) d'atteindre ses « paradis artificiels ».

44Point de flétrissement : correspond à la valeur limite de l'eau liée, donc non absorbable par les racines.

45Porfiriat : période de formation du capitalisme mexicain, sous le régime de Porfirio Diaz, dictateur éclairé qui a suscité la venue des capitaux étrangers, permettant la naissance de l'industrie et du grand commerce au Mexique.

46Porosité : c'est le volume des vides d'un sol, exprimé en pourcentage du volume total ; elle est en étroite relation avec la densité réelle et la densité apparente.

47Potrero : « pré », vaste enclos de pâture.

48Presôn (pl. presones: petits réservoirs collinaires ou petits barrages installés sur les talwegs, ayant en général une vocation d'abreuvoir.

49Quebrada : gorge canyon, synonyme de barranca.

50Rancho : terme général désignant la ferme, l'exploitation, et, par extension, la campagne, les villages ; utilisé aussi dans la sierra pour désigner les hameaux situés sur les pâturages éloignés, où l'on va passer quelques semaines ou quelques mois par an (en saison des pluies) avec le bétail.

51Réforme agraire : période de la Réforme agraire, lancée officiellement en 1936 sous la présidence de Lázaro Cárdenas, considéré comme le représentant mexicain du courant populiste latino-américain qui a conduit à la constitution d'industries nationales, en particulier dans les industries de base (gétulisme au Brésil, péronisme en Argentine, période correspondant ensuite à une phase d'autarcie forcée du fait de l'arrêt presque total du commerce durant la Seconde Guerre mondiale).

52À ne pas confondre avec « la Reforma » période de modernisation de la Nation mexicaine sous l'impulsion de Benito Juárez (après la chute de Maximilien d'Autriche).

53Repartimiento : système mis en place dès le début du xvie siècle, qui répartissait la main-d'œuvre destinée à l'encomienda entre exploitations minières et agricoles principalement.

54Révolution : la Révolution mexicaine commence en 1910 par rejet unanime de Porfirio Diaz et à l'appel de F.l. Madero, qui fut suivi immédiatement par les paysans, véritables laissés-pour-compte des régimes précédents ; ceux-ci formèrent le gros de la Division du Nord, armée rassemblée par Villa qui parvint à entrer à México en 1911 et à chasser Diaz. La Révolution finit officiellement en 1920 avec l'arrivée au pouvoir de Alvaro Obregón, après que les paysans eurent relancé plusieurs fois et en vain la dynamique révolutionnaire, chaque président une fois installé instaurant un régime bourgeois reniant les engagements précédents (Madero, puis Huerta, puis Carranza) ; mais la période troublée, avec de nombreux retournements de situation, va durer jusqu'à l'assassinat de Emiliano Zapata (1919) et de Pancho Villa (1923).

55Rhyolite : roche volcanique microlithique ayant les mêmes constituants que le granite (quartz, orthose, biotite), sur une matrice finement grenue et vitreuse de couleur claire rougeâtre ou légèrement rosée dans le cas de la Sierra Madre occidentale.

56Sorptivité : capacité d'un sol à absorber l'eau lorsque l'écoulement se produit sous l'effet d'un gradient de potentiel de pression uniquement ; c'est donc la lame d'infiltration en écoulement horizontal.

57Splash (ou saltation pluviale, ou rejaillissement, ou battance) : phénomène de détachement des particules fines du sol (nu) sous l'impact des gouttes d'eau ; celles-ci déplacent les particules les plus fines, qui à leur tour peuvent boucher les pores, aidant, avec le tassement lié au splash lui-même, à la constitution d'une « croûte de battance » limitant très sérieusement l'infiltration de l'eau (cf. Birot, 1981, Les processus d'érosion à la surface des continents, Masson : 310). Dans les secteurs pentus, il est évident que le déplacement des particules se fait sur une plus grande distance vers l'aval que vers l'amont, contribuant à moyen terme à l'érosion et au transport des éléments les plus riches du sol.

58Stationnarité : les variables appartenant à une série chronologique sont dites stationnaires quand leurs caractéristiques statistiques (moyenne, auto-covariance) ne changent pas au cours du temps. Dans le cas contraire, un effet de tendance est à mettre en cause.

59Structure : désigne le mode d'assemblage des particules du sol ; elle détermine la répartition dans l'espace de la matière solide et des vides (ou pores) dont certains sont occupés par de l'eau, d'autres, les plus grossiers, par de l'air.

60Texture (ou granulométrie d'un sol) : correspond à la répartition des minéraux par catégorie de grosseur (en fait de diamètre, les particules étant supposées sphériques).

61Tufs (volcaniques) (cf. Ignimbrites) : cendres et lapilli volcaniques (projetés par les volcans) qui ont été colmatés et cimentés par des circulations d'eaux chargées de sels minéraux ; si le matériel est hétérogène, ce qui est souvent le cas dans la Sierra Madre, on a des brèches volcaniques.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540