Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Sierra Madre occidentale

 | 
Luc Descroix
, 
Juan Estrada
, 
José Luis Gonzalez Barrios
, 
et al.

Une eau disputée dans un espace encore libre

Introduction

Texte intégral

1Montagne répulsive, refuge, obstacle, château d'eau, assimilation à la forêt « el monte », indifféremment montagne et forêt en espagnol, la Sierra Madre est tout cela bien sûr, à différentes époques, pour différentes personnes. Elle reste un secteur où errent des bandits de grand chemin (en fait quelques voleurs de bétail, dans les zones isolées, et de rares coupeurs de route, sur les grands axes en particulier) mais où le folklore de l'ouest de l'Amérique, avec ses garçons vachers et ses Indiens marginalisés conservant pourtant des rituels millénaires, est encore bien vivant malgré l'émigration. L'été est la période des retrouvailles, des grandes fêtes à l'occasion des mariages ; on organise des rodéos, des courses de chevaux...

2Et l'eau là dedans ? Une expression mexicaine fait dire à l'égard des égarés : « mais ce qu'il fait, là, c'est comme emmener de l'eau à la montagne » ; la symbiose est totale et la prise de conscience récente de la vitesse de dégradation des écosystèmes a pris la forme d'une « Croisade pour l'eau et la forêt ». C'est l'ensemble montagne-forêt qui détermine le fait d'être un château d'eau.

3La conscience écologique est très forte au Mexique, et le fort taux de scolarisation permet de faire passer des messages assez vite aux jeunes générations. Il semble que les habitants des villes sont aujourd'hui attirés par la sierra. Des « cabanas », en fait souvent des bungalows et des chalets très confortables, sont installés au bord des ruisseaux pour accueillir les citadins ; mais c'est un phénomène récent, datant de vingt ans et qui se développe seulement ces dernières années.

4De fait, le Mexique est un des pays au monde où la pression sur la ressource « eau » va être la plus forte dans les prochaines décennies. Même si le pays se résigne à devenir dépendant (ce qu'il est déjà en grande partie) au point de vue alimentaire, de son grand et encombrant voisin du Nord, et s'il attribue aux industries, aux villes et aux loisirs une grande partie des ressources en eau pour l'instant allouées à l'irrigation, la pression se maintiendra avec la croissance sans fin des volumes nécessaires aux activités urbaines. De fait, l'illusion entretenue par les responsables de la Comisión Nacional del Agua de la Comarca Lagunera (grand bassin irrigué du bas Nazas, entre les États de Durango et Coahuila) selon laquelle l'abandon progressif et programmé de l'irrigation dans le bassin laitier (où elle autorise les deux récoltes annuelles de luzerne destinée au bétail laitier) met à leur disposition un kilomètre cube d'eau supplémentaire pour les autres activités, risque de laisser échafauder de mauvaises stratégies. Certes, on produit bien plus de « valeur ajoutée » en ville dans des activités tertiaires ou industrielles, avec le même volume d'eau, qu'en l'utilisant pour l'irrigation. Mais ce faisant, on développe des activités plus polluantes (pour attirer les capitaux du Nord, on est peu regardant sur les critères environnementaux) et on repousse le problème ; en laissant des activités surconsommer l'eau, on va arriver en quelques décennies à dépasser le volume réellement renouvelable, au lieu de d'ores et déjà, imposer des normes strictes en matière de consommation, gestion et recyclage des eaux.

5À l'heure de la mondialisation où beaucoup de maquiladoras (usines sous douane) et d'autres entreprises délocalisent leurs unités de production (appartenant de plus en plus souvent au tertiaire - saisies informatiques, centrales d'appel téléphonique, etc.) vers d'autres pays moins chers (en terme de main-d'œuvre, en particulier) et aux normes anti-pollution encore moins strictes, comme la Chine, le Mexique doit-il continuer à héberger des industries sous-traitantes, des unités « tournevis » peu productrices de valeur ajoutée, voire des industries polluantes ou dangereuses ? A-t-il le choix d'une autre politique ?

6De fait, le Mexique souffre du syndrome de nombreux pays d'aval : depuis qu'il a été « spolié » de sa moitié Nord en 1848 (à l'issue d'une guerre perdue face à des États-Unis en pleine conquête de leur « frontière »), il ne maîtrise plus les eaux du Colorado ni du río Grande/Bravo ; le Nord du pays dépend de ce fait en grande partie, pour sa fourniture en eau, du bon vouloir des autorités américaines, avec lesquelles des traités inégaux ont réglé juridiquement le partage des eaux transfrontalières à l'énorme avantage du voisin du Nord, ne garantissant qu'un débit minimal à ces fleuves à leur entrée en territoire mexicain (Descroix et Lasserre, 2003).

7Si l'on compare la situation du Nord-Mexique avec celle qui prévaut en Mésopotamie (mêmes latitudes, même dépendance à l'égard des sources d'eau situées, en zone montagneuse, dans un pays limitrophe au nord), les Mexicains ont droit à la portion congrue : 5 % du débit naturel du Colorado arrivent à la frontière, et 10 % environ de celui du río Grande, l'un et l'autre avec des eaux de qualité très détériorée. La Turquie a certes usé de sa position d'amont pour faire pression ou pour punir les pays d'aval (Syrie et Irak) avec lesquels elle a depuis longtemps des relations difficiles, qui se sont encore compliquées suite à la signature de son traité d'amitié avec Israël.

8Ceci étant, il y a bien sûr d'énormes différences entre les deux configurations :

  • tout d'abord, la date des équipements ; la Turquie a commencé à équiper l'Euphrate de manière importante au début des années 1980, et cela va durer encore pendant vingt ou trente ans, alors que le principal barrage du Colorado (Hoover Dam) a été mis en eau au début des années 1930, bien avant les traités de 1944 réglant les litiges sur le partage des eaux entre les deux pays ;
  • ensuite, la basse vallée du Colorado au Mexique n'est bien sûr pas la Mésopotamie ; l'irrigation y est récente et le périmètre de Mexicali ne représente « que » 200 000 ha ;
  • enfin, même si la Turquie est un pays « émergent » au même titre que le Mexique, et qu'il aspire à intégrer l'Union européenne, il reste un pays du Sud ; le rapport de force entre le pays d'amont et les pays d'aval n'est donc pas, dans ce cas, doublé d'un rapport Nord-Sud comme au bord du río Grande et du río Colorado ;
  • enfin, historiquement, si la Turquie a perdu le contrôle des zones aval qu'a dominé l'Empire ottoman durant des siècles, en Amérique, c'est le pays d'aval qui a perdu le contrôle des zones amont constituant le « château d'eau ».

9Cette quatrième partie débute justement par l'enjeu géopolitique de l'eau et sa valeur dans une région en plein développement où elle est assez rare et d'autant plus convoitée.

10Le plan de convertir le Nord-Mexique en nouveau « Singapour » est battu en brèche, non pas par le manque d'eau, mais par la concurrence des pays où les avantages comparatifs sont encore plus nombreux, en particulier la Chine et son intarissable réservoir de main-d'œuvre. Si la puissante machine économique américaine ne peut employer, d'un côté ou de l'autre de la frontière, tous les paysans « libérés » (ou chassés ?) par la nouvelle réforme de la tenure et la généralisation de la propriété privée, la situation sociale au Mexique risque de devenir explosive, à l'heure où le pays affronte aussi l'ouverture de ses frontières pour les produits agricoles hyper-subventionnés des États-Unis : comment peut-on seulement imaginer que le maïs et les haricots, base de l'alimentation des Mexicains, puissent revenir moins cher, transport compris, importés des USA que produits localement ? S'il n'y perd pas son âme, le Mexique va y perdre le reste d'indépendance alimentaire qu'il avait réussi tant bien que mal à assurer jusqu'au début des années 1990. Les aspects juridiques sont également abordés avec les traités bilatéraux et leurs conséquences (cf. « L'eau, agent économique et enjeu politique », p. 249).

11Par ailleurs, la Sierra Madre occidentale n'a jamais été ni particulièrement attractive, ni répulsive ; c'est l'ensemble du nord du pays, qui a longtemps été vide du fait de l'insécurité liée aux incursions des Apaches et des Comanches sur les grandes haciendas du désert de Chihuahua. Et dans ce vaste espace, la sierra aurait pu apparaître à la fois comme un refuge et comme l'oasis en bordure du désert ; mais ce grand Nord n'a jamais, jusqu'au début du xxe siècle, été suffisamment peuplé pour être un enjeu important ; il est resté une « frontière » jusqu'à la réforme agraire qui a permis d'englober tout l'espace d'un coup à la Nation mexicaine déjà forte de plus d'un siècle d'histoire, d'une révolution et d'un énorme héritage culturel. Ce relatif vide (de l'ensemble du Nord et non plus seulement de la sierra) est un atout de nos jours où tout espace est convoité et où les espaces sauvages se raréfient devant la poussée démographique et les nuisances faites au milieu naturel. Même arides, de grandes étendues sauvages ne manquent pas d'intérêt ; le nouveau « plan de manejo » (plan de gestion) de la réserve de la Biosphère de Mapimí (Barral et Anaya, 1996 ; Conanp, 2004), qui a porté cette zone préservée de 120 000 à 350 000 ha, est là pour prouver l'intérêt de l'Humanité comme des Mexicains pour la conservation d'aires protégées.

12La Sierra Madre, elle, a de plus l'intérêt d'avoir une forte biodiversité et de posséder une relative abondance en eau. Outre qu'elle est la principale zone de fourniture de bois au Mexique, elle reste un vaste espace sauvage au cœur de l'Amérique ; c'est cette nouvelle perception d'un ensemble partiellement vide qui va être abordée ici (cf. « L'écotourisme : une alternative à la déprise et à la surexploitation ? », p. 265).

13Enfin, le nord du Mexique n'est pas la seule zone en « stress hydrique » du Mexique. Il en est une autre qui est pourtant située dans les montagnes parmi les plus pluvieuses du pays ; le haut bassin du Cutzamala, entre les États de México et du Michoacán (centre-sud du pays). Il y pleut plus de 1 000 mm d'eau par an sur la plus grande partie des reliefs, certes, mais ce bassin est devenu depuis quinze ans l'un des principaux pourvoyeurs d'eau de la ville de México, qui est, rappelons-le, avec environ 20 millions d'habitants, l'une des plus grandes mégalopoles de la Planète ; la ville nécessite 64 m3/s d'eau à longueur d'année. Au début des années 1980, on a transformé un bassin équipé pour fournir de l'électricité hydraulique en zone d'approvisionnement en eau potable, ce qui n'a pas été sans conséquence pour ses habitants. C'est pourquoi cet ouvrage s'intéresse à la gestion de l'eau et de l'espace dans une autre région du Mexique : Valle de Bravo (cf. « Eau et espace à Valle de Bravo. La bataille pour l'eau », p. 283). C'est un autre château d'eau, mais il est nettement plus sollicité que la Sierra Madre, et ce pour les seuls besoins domestiques des habitants de México et pour les besoins grandissants du premier bassin industriel du pays.

14Il reste que la Sierra Madre est encore loin d'être une région en soi ; elle est à la périphérie de tous les États sur lesquels elle s'étend, sans être centrale d'aucun d'eux ; elle est zone de fourniture d'eau, de matières premières aux centres industriels de sa périphérie principalement Chihuahua, Durango et Gómez Palacio-Torreón. Son avenir est probablement à imaginer comme un espace où l'exploitation forestière et pastorale se ferait en fonction de la productivité des milieux, de manière à préserver paysages et écosystèmes et permettre le développement d'une nouvelle activité : le tourisme, national comme international.

Bibliographie

Références

Barral H., Anaya E., 1996 – Plan de manejo de la Reserva de la Biosfera de Mapimi. Documento interno Orstom-Instituto de Ecología, Durango, México, 120 p.

Conanp (Comisión Nacional de Áreas Protegidas), 2004 – Programa de conservatión y mango de la Reserva de la Biosfera de Mapi . México, Instituto de Ecologia, 95 p.

Descroix L., Lasserre F., 2003 – L'eau dans tous ses États : Chine, Australie, Sénégal, États-Unis, Mexique, Moyen-Orient. Paris, L'Harmattan, coll. Ressources renouvelables, 350 p.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540