Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Sierra Madre occidentale

 | 
Luc Descroix
, 
Juan Estrada
, 
José Luis Gonzalez Barrios
, 
et al.

Pâturages et forets sous pression

Trop de bétail et trop de bûcherons

Une économie minière

David Viramontes, Eva Anaya, Coral Garcia, Jérôme Poulenard, Henri Barrai, Laura Macias et Maria Guadalupe Rodriguez Camarillo

Texte intégral

1On a vu que cette surexploitation prenait essentiellement deux formes : le surpâturage et la déforestation. L'un et l'autre sont très répandus, voire constituent la règle.

Surpâturage : y-a-t-il trop de têtes de bétail, ou plus assez de gardiens de troupeaux ?

2Malgré un système d'exploitation rustique et peu rentable, l'élevage extensif de bœufs d'embouche est l'activité économique principale et traditionnelle de cette région. C'est une forme d'exploitation caractéristique des pays en voie de développement (le bétail vit presque en liberté), avec une ambiance de western (à l'exception des vieux « pickup » des années soixante-dix comme moyen de transport). La nécessité économique, les aides du gouvernement pour la production ainsi que la vente du bétail assurée tous les ans, promeuvent l'élevage dans cette région comme une activité prospère. Cependant, le pâturage semble se faire sans aucune réflexion sur la pérennisation de l'exploitation.

3Dans la gestion spatiale des terres de parcours, il existe un roulement au cours de l'année : durant la saison des pluies, une partie des terres est inaccessible au bétail pour permettre une régénérescence de la couverture végétale (la réserve), alors que le reste des terres est ouvert au pâturage. Ce système existait du temps des ejidos et a été maintenu dans certains villages. Cependant, malgré de grandes surfaces de pâturage le roulement ne s'effectue pas sur des périodes assez longues pour permettre une bonne récupération de la végétation. Ce phénomène est cumulatif et il aboutit à une dégradation à long terme et à la diminution de la capacité productive de la zone.

Fig. 38 – Zones de surpâturage (d'après Poulenard, 1995).

Fig. 38 – Zones de surpâturage (d'après Poulenard, 1995).

Environs de La Posta de Jihuites : « pâturages » surexploités.

4On observe un surpâturage aigu autour des points d'eau, des axes de communication et des villages (fig. 38). Ces zones étaient considérées comme les plus soumises à la pression pastorale, et donc à la dégradation des sols (Poulenard, 1995). Le cheminement des animaux se fait toujours vers un point d'eau ; cette distance que doit parcourir un animal jusqu'au lieu d'abreuvement conditionne la densité animale en chaque point. Plus cette distance est courte, plus la densité observable est forte. Les éleveurs sont aussi désireux d'assurer une surveillance, même lointaine, des troupeaux. La peur des vols de bétail, historiquement nombreux et encore très fréquents, est l'une des causes culturelles de ce désir de concentration de bétail autour des villages.

5Comme les montagnes du sud de l'Europe jusqu'à il y a quelques décennies, ou comme celles d'Afrique du Nord de nos jours, les montagnes d'Amérique latine font face actuellement à une surexploitation qui y accentue les phénomènes de dégradation des sols et de la végétation (De Noni et al., 2001). La Sierra Madre occidentale ne fait pas exception, et le bassin du Nazas, dans l'État de Durango, a fait l'objet de recherches portant sur la dégradation de la couverture végétale du fait du déboisement (Rodriguez, 1997) et du surpâturage (Poulenard et al., 1996), sur les états de surface créés par cette surexploitation (Descroix et al., 2001), ainsi que sur les conséquences hydrologiques de cette dégradation à l'échelle du bassin (Viramontes, 2000 ; Viramontes et Descroix, 2002, Viramontes et Descroix, 2003).

6Il faut bien mesurer l'ampleur du problème. Dans le secteur du haut Nazas, qui est représentatif de l'essentiel de la Sierra Madre, le surpâturage est extrêmement prononcé, et on a mesuré des charges pastorales trois à quatre fois supérieures à celles autorisées par la qualité des herbages (Viramontes et Descroix, 2002). Le tableau XVII montre bien l'ampleur de la surexploitation de l'espace dans cette région (cf. encadré 5 « L'appréciation du surpâturage », p. 201).

7Ce déséquilibre entre la ressource et sa consommation est certes en partie amoindri par les disponibilités en fourrage que les paysans peuvent donner au bétail après la récolte du maïs grain (fig. 39) ; néanmoins, on voit qu'il y a tout de même un sérieux déficit en pâturage.

Tabl. XVII – Charge bétaillère observée et souhaitable dans deux communautés rurales du haut Nazas (en hectare par UGB, Unité de gros bétail).

Tabl. XVII – Charge bétaillère observée et souhaitable dans deux communautés rurales du haut Nazas (en hectare par UGB, Unité de gros bétail).

Fig. 39 – Ampleur du déficit fourrager expliquant le surpâturage.

8C'est surtout ce surpâturage qui conduit à la dégradation des sols telle qu'on l'observe actuellement.

9Dans la Sierra Madre occidentale, le paysage porte aussi, presque partout, les traces d'une phase d'érosion antérieure à l'actuelle. Du moins, en de nombreux sites, les versants ont des états de surface qui sont hérités dans la mesure où, formés par une phase d'érosion intense, ils sont devenus si caillouteux que le pavage y limite très sensiblement l'érosion par rapport aux secteurs avoisinants. En effet, il est difficile de parler de phase d'érosion passée, dans la mesure où la couverture végétale et les sols sont de plus en plus dégradés, et les conditions climatiques n'ont pas changé. Toutefois, on observe en maints endroits des ravines creusées dans les versants et qui ne semblent plus actives, leur fond étant envahi par la végétation herbacée.

« Pieds de vaches » dans un versant de savane arborée d'altitude.

Terrassettes dans des pâturages dégradés.

10La pression bétaillère est telle qu'elle a entraîné la formation de versants entiers de « pieds de vaches », ces terrassettes spécifiques au surpâturage en montagne, déjà observées dans les Alpes et les Andes (Serrate, 1978). En effet, les vaches qui circulent dans les herbages forment (ici sur les pentes supérieures à 17°) des replats en repassant toujours sur les mêmes passages ; les replats se succèdent tous les mètres ou tous les deux mètres environ, formant de véritables échelles de petites terrasses. Celles-ci apparaissent autant dans les savanes d'altitude où quelques chênes parsèment la prairie et aucun arbre jeune n'est observé que sur des pâturages sans arbres.

Fig. 40 – Étapes de la dégradation verte des pâturages, aboutissant à leur envahissement par des ligneux non appétants.

11Il est important de noter, comme l'a fait Viramontes (2000) qu'on assiste en même temps à une « dégradation verte des pâturages », ceux-ci étant envahis par des ligneux non appétants, principalement des pins. La figure 40 montre les étapes de cette dégradation qui se produit en quelques années ou au maximum en quelques dizaines d'années.

12Malgré la surexploitation des terres de pâturage, le développement du bétail ne s'arrête pas. Le tableau XVIII montre l'évolution du nombre de têtes de bétail dans l'État de Durango et les municipios de la zone d'étude. Entre 1970 et 2000, le nombre de têtes de bétail dans l'État de Durango est passé de 1 037 857 à 1 429 965. Parmi les municipios de la Sierra, Guanaceví, Tepehuanes, San Bernardo et Indé ont augmenté leur cheptel de manière significative, par contre les municipios d'El Oro et Santiago Papasquiaro ont vu diminuer la charge de bétail.

Tabl. XVIII – Nombre de têtes de bétail dans l'État de Durango et les municipios de la Sierra Madre occidentale.

Tabl. XVIII – Nombre de têtes de bétail dans l'État de Durango et les municipios de la Sierra Madre occidentale.

Source : INEGI, 1970, 1990 et 2001.

Une exploitation minière des ressources forestières

13L'exploitation forestière est la deuxième activité économique de la Sierra Madre occidentale. Cette activité est ici très récente. En effet, la production régulière commerciale de bois a commencé dans les années 1970 avec l'installation de l'organisme fédéral Proformex. L'implantation de cette occupation forestière s'est développée rapidement sur les forêts du nord du Mexique. Cependant, dans la plupart des cas, la forêt est vue comme un don de la nature et non comme une entreprise à développer. L'exploitation de type minier est caractéristique de presque toutes les forêts du nord du Mexique.

14Actuellement, la partie montagneuse de l'ouest de l'État de Durango (Sierra Madre occidentale) est la zone forestière la plus importante du Mexique. L'exploitation forestière est prise en charge par les entreprises des villes (Durango, Santiago Papasquiaro, Tepehuanes). Les paysans de la sierra vendent les permis de coupe de la forêt et ils ne participent pas aux opérations. En effet, les arbres représentent des gains en plus, donnés par la nature. Les paysans sont très occupés avec leur bétail.

15Le tableau XIX montre l'évolution de la production de bois dans l'État de Durango caractérisée par une augmentation entre les années 1970 et 1980 et une stabilisation ensuite.

Tabl. XIX – Évolution annuelle de la production de bois dans l'État de Durango.

16Cependant, les chiffres officiels ne montrent pas tout à fait la réalité. D'après les organismes du gouvernement (Sagarpa, Semarnat et Inegi), la capacité de la production de bois de l'État est de 2 355 000 m3. Par contre, la demande de bois par les entreprises est de 3 864 000 m3. Cette demande supérieure à l'offre des forêts de la sierra, et les problèmes liés à l'économie régionale ont provoqué une forte pression sur les ressources et souvent des violations de la loi forestière. En effet, le permis de coupe contrôlé par les organismes du gouvernement est souvent peu respecté. Les paysans sont facilement corrompus du fait de leurs problèmes économiques et de leur peu d'intérêt pour la forêt, ils sont en fait des éleveurs fiers de leur bétail. De plus, le contrôle des gros camions d'exploitants est minime ou symbolique. En outre, la forme d'exploitation extensive et sélective est « discrète », elle ne se traduit pas par une grande superficie déboisée d'une année sur l'autre.

Un constat : un déboisement massif

17Néanmoins, le tableau XX donne l'évolution chiffrée de la couverture des formations végétales entre 1972 et 1998 pour le bassin du Sextin (5 050 km2), situé dans la Sierra Madre occidentale, au nord de l'État de Durango. On s'aperçoit que la forêt est en net recul. Ceci est dû à une surexploitation des ressources, en grande partie causée par l'abattage clandestin (il représentait entre 60 et 70 % de la production totale entre 1992 et 2002). Au niveau spatial, les données de base ayant servi à construire le tableau sont des interprétations d'images satellitaires Landsat (1972) et Spot (1998) (Rodriguez, 1997 ; Viramontes, 2000 ; Garcia, 2003).

18La production de bois autorisée plafonne à moins de 2 millions de m3 par an pour l'État de Durango depuis une vingtaine d'années ; en fait elle dépasse souvent les 5 millions de m3, du fait de la très forte demande et jusqu'à ces derniers mois du manque de contrôle et de la corruption. L'actuelle croisade pour les forêts et l'eau semble être en train de faire évoluer les mentalités, et on voit dernièrement apparaître de plus en plus de zones reboisées artificiellement.

Tabl. XX – Évolution des surfaces des différentes formations végétales de 1972 à 1998 (bassins du Sextin et du Ramos).

Conclusion

19Les ressources naturelles exploitées dans le haut bassin du Nazas sont renouvelables. Cependant, le milieu est exploité à un taux bien plus élevé que sa capacité de renouvellement.

20Avec un marché en pleine expansion et dans un pays qui cherche à se développer, la demande des ressources (de bétail et de bois) génère une forte pression sur les milieux montagnards de la Sierra Madre occidentale. Néanmoins, la capacité de production des zones de pâturage et des forêts est actuellement très inférieure à la demande.

21Or, l'exploitation des ressources naturelles du nord du Mexique et particulièrement de la Sierra Madre occidentale est récente. Dans cette zone, isolée du reste du pays, les activités économiques sont limitées de manière rustique et traditionnelle au pastoralisme et plus récemment à l'exploitation du bois. Ainsi, l'exploitation commerciale de ces ressources a commencé il y a quelques décennies. Reste à savoir pour combien de temps cette zone montagneuse pourra continuer ce taux de production (en bois et en bétail) ou bien si la société mexicaine pourra trouver des nouvelles formes de production plus adaptées aux capacités naturelles du milieu.

Bibliographie

Références

De Noni G., Viennot M., Asseline J., Trujillo G., 2001 – Terres d'altitude, terres de risques. La lutte contre l'érosion dans les Andes équatoriennes. Paris, IRD, coll. Latitudes 23, 280 p.

Descrok L., Viramontes D., Vauclin M., Gonzalez Barrios J.L., Esteves M., 2001 – Influence of surface features and vegetation on runoff and soil erosion in the western Sierra Madre (Durango, North West of Mexico). Catena 43-2 : 115-135.

Garcia C., 2003 – Utilización de imagenes de satélite para el estudio del comportamiento hidrológico del rio Nazas. Tesis de Maestria, Instituto Politécnico Nacional, México, 156 p.

Poulenard J., 1995 – Surpâturage et érosion dans la Sierra Madre occidentale. Rapport de fin d'études de l'Istom, Cergy, 82 p.

Poulenard J., Descroix L., Janeau J.L., 1996 – Surpâturage et formation de terrassettes sur les versants de la Sierra Madre occidentale. Revue de Géographie alpine, 84 (2), Grenoble.

Rodriguez M.G., 1997 – Determination de la cobertura vegetal en la Sierra Madre Occidental para su calibration por percepción remota. Tesis de licenciatura, Escuela de Ciencias Forestales, Universidad Juarez del Estado de Durango, Durango, México, 60 p.

Serrate C., 1978 – Dynamique des versants de haute montagne : Andes centrales péruviennes, Alpes briançonnaises. Thèse, université Paris VII, 400 p.

Viramontes D., 2000 – Comportement hydrodynamique du milieu dans le haut bassin du Nazas (Sierra Madre occidentale, Mexique). Causes et conséquences de son évolution. Thèse de géographie de l'université Joseph Fourier-Grenoble 1, 450 p.

Viramontes D., Descroix L., 2002 – Modifications physiques du milieu et conséquences sur le comportement hydrologique des cours d'eau de la Sierra Madre occidentale (Mexique). Revue des Sciences de l'Eau, 15 (2) : 493-513.

Viramontes D., Descroix L., 2003 – Changes in the surface water hydrologic characteristics of an endoreic basin of northern México from 1970 to 1998. Hydrological Processes, 17 : 1291-1306.

Table des illustrations

Titre Fig. 38 – Zones de surpâturage (d'après Poulenard, 1995).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Environs de La Posta de Jihuites : « pâturages » surexploités.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5485/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 515k
Titre Tabl. XVII – Charge bétaillère observée et souhaitable dans deux communautés rurales du haut Nazas (en hectare par UGB, Unité de gros bétail).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5485/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 39 – Ampleur du déficit fourrager expliquant le surpâturage.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5485/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Légende « Pieds de vaches » dans un versant de savane arborée d'altitude.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5485/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Terrassettes dans des pâturages dégradés.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5485/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Légende Fig. 40 – Étapes de la dégradation verte des pâturages, aboutissant à leur envahissement par des ligneux non appétants.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5485/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Tabl. XVIII – Nombre de têtes de bétail dans l'État de Durango et les municipios de la Sierra Madre occidentale.
Légende Source : INEGI, 1970, 1990 et 2001.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5485/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Tabl. XIX – Évolution annuelle de la production de bois dans l'État de Durango.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5485/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Tabl. XX – Évolution des surfaces des différentes formations végétales de 1972 à 1998 (bassins du Sextin et du Ramos).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5485/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

Auteurs

Biologiste et pastoraliste, spécialiste des aires protégées, sous-déléguée du ministère mexicain de l'Environnement dans l'État de Durango, en charge de la Laguna (Gômez Palacio).

Doctorante au laboratoire de géographie physique (CNRS, Meudon).

Géographe pastoraliste, spécialiste de la gestion des aires protégées, décédé en 2001, était directeur de recherche à l'IRD.

Ingénieure forestière, chargée de mission à l'école forestière de la UJED (université de Durango).

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540