Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Sierra Madre occidentale

 | 
Luc Descroix
, 
Juan Estrada
, 
José Luis Gonzalez Barrios
, 
et al.

Pâturages et forets sous pression

Introduction

Texte intégral

1Les paramètres sociaux et humains tels qu'analysés dans la première partie, et les facteurs physiques, décortiqués dans la deuxième partie, se combinent pour expliquer l'évolution des milieux anthropisés de la Sierra Madre occidentale. De fait, l'état des pâturages et de la forêt se ressentent de décennies d'exploitation de type minier. Cette surexploitation du milieu dans la Sierra Madre occidentale (cf. « Trop de bétail et trop de bûcherons. Une économie minière », p. 191) s'est traduite par une modification des paysages sur de grandes étendues : sols nus, pieds de vaches, pâturages dégradés, forêts très éclaircies, et de fait, par une évolution parallèle des états de surface et des conditions qui président au devenir de l'eau de pluie arrivant au contact du sol ; les sols, érodés, amincis, encroûtés ou indurés, laissent bien moins infiltrer l'eau de pluie.

  • 1 Elle est une des questions scientifiques majeures posées au programme AMMA, Analyse multidisciplin (...)

2L'étendue croissante de ces espaces dégradés a déjà entraîné des modifications des régimes hydrologiques (cf. « Une eau menacée par la dégradation des ressources végétales », p. 207). En effet, on peut craindre qu'à terme, ces changements de conditions de surface n'affectent l'ensemble du cycle terrestre de l'eau. Or rappelons qu'une des hypothèses de départ est bien que la Sierra Madre est un château d'eau pour l'ensemble du Nord du pays. Les déséquilibres remarqués à petite échelle se concrétisent déjà à grande échelle sur les régimes. La question de savoir si une dégradation prononcée de la végétation pourrait avoir une rétroaction sur la pluviométrie reste du domaine de la spéculation ; on l'aborde sous la forme d'un débat bibliographique (cf. « Influence de la forêt sur la pluviométrie », p. 221). Mais cette question reste posée, et est d'ailleurs l'une des questions scientifiques fondamentales de bien des programmes de recherche à l'heure actuelle1. Cela fait toutefois très longtemps qu'une telle interrogation hante le travail des chercheurs en sciences de la Planète.L'ensemble des questions posées dans cette troisième partie, qui est elle-même au cœur des recherches qui ont été menées durant douze ans dans la Sierra Madre, peut se ramener à deux conclusions cruciales :

  • les modifications des paysages et des sols observées à grande échelle (celle des unités de sols) ont des répercussions, à petite échelle, sur les grands bassins versants et leur comportement hydrologique ;
  • et de ce fait, la gestion de la ressource en eau doit en fait être une gestion de l'espace ; il faut intégrer dans les organismes de gestion de l'eau les usagers de l'espace même s'ils ne semblent pas a priori des usagers de l'eau. En tant qu'usagers de l'espace, ici l'espace agro-pastoral et/ou forestier, les exploitants agricoles et les bûcherons ont un rôle dans la modification du cycle hydrologique, et doivent donc être à part entière considérés comme des usagers de l'eau.

3En effet, en laissant se dégrader un pâturage, un éleveur a une responsabilité vis-à-vis des utilisateurs de l'eau situés en aval ; de même un forestier qui abattrait un pan de forêt à blanc (ce qui, d'ailleurs, est interdit au Mexique). L'une et l'autre de ces actions a des conséquences en terme hydrique et peut donc modifier le bilan de l'eau, ou au moins le régime des eaux, ce qui à son tour peut compromettre l'approvisionnement des usagers en aval.

4Il faut réapprendre à considérer l'ensemble sol-végétation-eau comme une seule et même ressource ; une modification de l'un des termes a des répercussions sur les deux autres.

Notes

1 Elle est une des questions scientifiques majeures posées au programme AMMA, Analyse multidisciplinaire de la mousson africaine, qui est, en 2005 au début de sa phase intensive.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540