Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Sierra Madre occidentale

 | 
Luc Descroix
, 
Juan Estrada
, 
José Luis Gonzalez Barrios
, 
et al.

Les sols et l'eau : précipitations et ruissellement dans la Sierra

Introduction

Texte intégral

1La Sierra Madre occidentale a cela d'original qu'elle est à la fois peu et surexploitée. D'un côté, son espace est géré de manière extensive par des agro-systèmes peu productifs mais qui fournissent des récoltes suffisantes pour des populations somme toute peu importantes, clairsemées (densités rurales : 1 -2 hab./km2) et en forte diminution. D'un autre côté, elle est surexploitée dans la mesure où elle a subi une gestion parfois peu patrimoniale des ressources naturelles, à une période plus récente.

2C'est aussi un espace privilégié à l'échelle du Nord-Mexique, avec une pluviométrie et un climat expliquant la présence d'un sol bien plus profond et fécond, et d'une couverture végétale naturelle bien plus fournie que ceux des zones avoisinantes, qui sont bien plus arides, tant sur la bordure Pacifique du Mexique, semi-aride au nord du 26° parallèle, que sur l'Altiplano, où le plus grand désert nord-américain descend jusqu'à la latitude 24° nord pratiquement.

3Paradoxalement, cet espace « privilégié » n'est pas une zone de peuplement. Si les ethnies « montagnardes » que sont les Huicholes, les Tepehuanes, les Tarahumaras et les Yaquis, s'y sont partiellement sédentarisées, c'est en partie pour échapper aux exactions des colons espagnols et aussi des ethnies nomades vivant souvent sur le grand altiplano (Comanches, Apaches). Et ces populations sont restées peu nombreuses.

4Les Espagnols ne s'y sont installés que parce qu'ils y ont trouvé ce qu'ils étaient venus chercher en franchissant l'Océan, à savoir les minerais rares. Ces minerais allaient temporairement enrichir la couronne d'Espagne, et plus durablement, collaborer à l'accumulation capitalistique qui permettrait le décollage économique de l'Europe du Nord.

5Mais ces enclaves de colonisation qu'ont été les villes minières parfois dès le début du xviie siècle (Durango en premier lieu, Guanacevi, Santa Maria del Oro, Parral, Topia, Canelas, etc.) ne sont absolument pas exclusives de la sierra et on les trouve aussi dans le désert de Chihuahua et ses abords. Mapimí, petit bourg endormi de 5 000 habitants situé à 50 km de l'agglomération millionnaire Torreón-Gómez Palacio, a donné son nom à la vaste cuvette qui englobe une grosse moitié sud du désert de Chihuahua (le Bolsón de Mapimí). Peñoles, Pedriceha, Real de Catorce, Sierra Mojada existaient aussi depuis deux ou trois siècles lorsque Gómez Palacio est apparu en 1887 (apparition d'un périmètre irrigué sur l'emplacement d'une oasis de piedmont) et Torreón en 1907 pour les besoins ferroviaires (pont sur le Nazas).

6La colonisation ne s'est donc faite que ponctuellement en fonction de la localisation des filons, et ce n'est que vers la fin du xixe siècle que simultanément les plaines de l'altiplano (peu à peu « sécurisées » par le massacre des dernières tribus apaches) et les pâturages de la montagne, ont commencé à être exploités, non par volonté politique, mais spontanément par des paysans ou des investisseurs en quête d'espace lors de la phase de renforcement de la nation mexicaine (Réforme, porfiriat, période révolutionnaire et période actuelle). Le volontarisme et une réelle politique d'occupation des vides n'apparaissent que localement, dès la seconde moitié du xixe siècle, avec l'implantation des Mennonites dans les dépressions intra-et circum-montagnardes du flanc oriental de la sierra (régions de Canatlán dans l'État de Durango, région de Fresnillo dans celui de Zacatecas, région de Cuauhtemoc dans l'État de Chihuahua).

7On est loin a priori des situations de surpopulation qui ont caractérisé les montagnes péri-méditerranéennes de l'Europe du Sud dans les siècles passés (et celles de l'autre rive de la Méditerranée depuis quelques décennies) ou les pays du Sahel depuis le début de la « Grande Sécheresse » (en 1968 approximativement). Ces phases de surpopulation permettent d'expliquer aisément la dégradation du milieu (diminution des couvertures végétales et érosion consécutive des sols) que l'on y observe ensuite.

8À l'heure actuelle, en dépit de la faible densité de population de cette chaîne d'origine volcanique, le milieu paraît dégradé, la végétation clairsemée, les sols en grande partie érodés, et les ressources en eau menacées. Les paysans perçoivent cette dégradation, d'abord dans la productivité herbagère des pâturages, qui semble avoir baissé considérablement, dans la gestion des eaux de ruissellement, qu'ils ont du mal à maîtriser à l'échelle locale, puis dans la gestion des eaux tout simplement. En effet, les écoulements durent moins longtemps, les réserves du sol s'épuisent plus vite qu'auparavant (d'après nos relevés partout dans la Sierra Madre). Des problèmes d'érosion des sols sont drastiques alors que la lithologie (rhyolites et ignimbrites, roches résistantes) se prête peu au départ des particules et à l'affouillement.

9Les pâturages de la Sierra Madre ont naturellement, du fait de la pluviométrie supérieure, une productivité plus élevée que ceux du piedmont oriental de la chaîne et a fortiori, que ceux du Bolsín de Mapimi. Le territoire des communautés rurales de cette région atteignait fréquemment plusieurs centaines de milliers d'hectares, ce qui n'était pas excessif lorsqu'on sait qu'il faut dans cette zone de 20 à 30 ha par tête de bétail bovin. Dans la Sierra Madre, on estime que la charge souhaitable est de 10 ha par tête, soit la même valeur que sur le piedmont intérieur, car les pâturages sont plus productifs, mais entrecoupés de bosquets d'arbres, d'arbustes et localement de rochers et d'éboulis, ce qui diminue d'autant les surfaces enherbées.

10Mais ces pâturages semblent, à l'heure actuelle, très généralement surexploités, ce qui se traduit par de faibles productivités herbagères (Barral et al., 1995), mais aussi par la grande extension de formes de dégradation de l'espace. Cette dégradation se manifeste de la façon suivante : apparition de plages de sol nu, amoindrissement de l'épaisseur des sols, remontée des cailloux en surface, pavage et induration des horizons de surface, et localement, là où le sol est profond, creusement de ravines pouvant laisser paraître la roche mère et atteindre plusieurs centaines de mètres de longueur.

11Il y a, simultanément, dégradation des herbages et envahissement par des ligneux non appétants. Ces phénomènes ont été qualifiés par Viramontes (2000) de « dégradation verte des pâturages » et mis en évidence par Boutrais (1994) dans les savanes africaines :

12« En savanes, un processus semblable de substitution affecte la strate herbacée qui perd en densité et en taille, jusqu'à disparaître. À de grandes graminées très recherchées par le bétail (Andropogon g., Hyparrhenia r.) succèdent d'abord d'autres graminées de grande taille moins appétées (Panicum phragmitoïdes). Si la pression pastorale se poursuit, les grandes graminées se raréfient, au profit de graminées basses (Eragrostis) ou de petites plantes non consommées (Aframomum). Du côté des ligneux, l'évolution est inverse, avec une multiplication d'arbustes, à mesure que les herbes se raréfient et que la pâture s'accentue. Parmi ces arbustes, certains prennent une place dominante, jusqu'à former des peuplements denses et homogènes, par exemple Harungana madagascariensis. La prolifération d'arbustes nouveaux ne représente qu'un stade transitoire vers l'installation d'arbres issus de la zone forestière : dès lors, le pâturage a disparu. À la dégradation pastorale correspondent des couverts végétaux plus denses en ligneux. L'érosion des sols est moins à craindre que l'étouffement et la disparition des herbes. C'est une forme de dégradation verte des pâturages ».

13Le même phénomène est observé dans les savanes d'altitude de la Sierra Madre, entre 1 800 et 2 500 m d'altitude et est également décrit par Boutrais en Afrique : « En prairies d'altitude sous climats humides, le processus d'évolution pastorale est le même qu'en savanes ».

14La poursuite du surpâturage a des conséquences évidentes en terme hydrologique : « Le piétinement du sol entrave l'infiltration de l'eau et favorise de petites entailles érosives » (Hurault, 1975). « Ces phénomènes affectent surtout les axes de passage habituels des animaux, qui évoluent en terrassettes sur les pentes » (Boutrais, 1994). Et dans la Sierra Madre, c'est l'ensemble des versants qui a évolué en terrassettes, occupant localement la grande majorité de l'espace visible, y compris sous la forêt claire.

15S'agissant d'une surexploitation apparemment sans pression démographique sur le milieu, on a, a priori, envie de parler d'exploitation « minière » telle qu'on définit un type d'exploitation sans mise en valeur et surtout sans esprit de conservation patrimoniale. Ce n'est qu'une fois une société bien établie que des règles sont édictées et imposées, permettant une bonne conservation, même de biens communaux. « La transmission du patrimoine est un devoir, socialement aussi fondamental que le droit à l'héritage. On retrouve ici la philosophie sous-jacente à tous les systèmes de propriété collective : assurer la préservation des richesses de la communauté sur le long terme. Ce système particulier repose sur le maintien d'une structure sociale forte ». (Michon et al., 2000). C'est cette structure sociale forte qui a fait défaut jusqu'à présent dans cette société neuve d'éleveurs qui a mis en exploitation les pâturages de la Sierra Madre occidentale.

16En fait, il y a probablement une explication plus simple qui consiste à penser que les nouveaux paysans promus par la Réforme agraire, qui ont eu accès à ces terres « vierges » (en fait déjà exploitées, très extensivement, sous forme d'haciendas auparavant), y ont vu de très beaux pâturages, et ont laissé se développer leur troupeau sans chercher à calculer des coefficients de pâturage adaptés ; c'est probablement seulement une fois le début de la dégradation constaté, après dix, vingt ou trente années de surexploitation, que les éleveurs ont pris conscience des travers de leur mode de gestion. Les années 1990 ont été caractérisées par une sécheresse récurrente qui a accéléré la dégradation des pâtures.

17Ce type d'exploitation « minière » relève plus d'une période de transition dans laquelle une société s'installe, instaure plus ou mois spontanément un mode de gestion qui s'avère destructeur à moyen terme, et va chercher des correctifs après la prise de conscience de la non-pérennisation de la ressource. C'est exactement ce qui s'est produit dans le sud de l'Europe au xixe siècle (déboisement et surpâturage provoquant un stade d'érosion accélérée), dans les prairies nord-américaines au xixe siècle également et dans les grandes plaines du Mid West au début du xxe siècle (dégradation des pâturages, dust bowl). La même situation se retrouve à l'heure actuelle au Texas et au Kansas (prochain épuisement de la nappe de l'Ogallala), sur les terres noires de l'Ukraine et du sud de la Russie au début de la période soviétique (grave érosion éolienne des cernozem), en Asie centrale ex-soviétique ensuite (assèchement en cours de la mer d'Aral), en Australie (salinisation des sols du bassin Murray-Darling), et en Amazonie actuellement (épuisement très rapide des sols après déboisement). L'épuisement des sols est observé actuellement et découle d'événements externes : « la disparition de la couverture arborée par exploitation de bois de chauffage est la forme d'anthropisation la plus clairement liée aux alternatives énergétiques. Ainsi, l'insécurité en zone touareg s'est rapidement traduite au Niger par une reprise des déboisements au nord de Niamey pour pallier la rupture d'approvisionnement en bouteilles de gaz domestique » (Gillon, 2000). Au Sénégal, après 1991, on a observé un rapide recul de la masse végétale, la décision du FMI de contraindre le Sénégal d'arrêter de subventionner le gaz bouteille ayant fait bondir la consommation de bois à usage domestique. Des dégradations ont aussi été constatées suite à de trop forts prélèvements de gibier ou de poisson, comme l'ont observé Katz et Nguinguiri (2000) au Congo, en raison du développement urbain de Pointe-Noire et de la demande de la population urbaine ; les habitants des zones rurales qui approvisionnent la ville ont « d'abord constaté une perturbation des cycles d'abondance des espèces, puis établi une corrélation entre l'évolution de ce phénomène et l'augmentation de la pression sur les ressources ».

18Il n'y a bien sûr jamais eu volonté politique de qui que ce soit en faveur de l'exploitation minière de la ressource ; c'est après avoir lancé une dynamique qu'on s'aperçoit de ses effets pervers.

19Il est évident qu'une société qui s'installe dans un milieu vierge ou qui intensifie un milieu jusque-là exploité de manière plus lâche, peut provoquer des déséquilibres faute de « savoir-faire » et de connaissances des milieux. Les cultures qui ont duré des millénaires ont peut-être connu lors de leur mise en place des phases de recul ou de repli liées à une dégradation de la ressource, ce qui ne les a pas empêchées postérieurement de s'épanouir. Ce point de vue semble proche d'observations réalisées en Afrique soudanienne : « Lorsque l'exploitation est une forme peu ou pas artificialisée, l'homme intervient directement sur l'espèce en l'utilisant, par cueillette, extraction ou prédation. Il n'y a pas encore d'objectif de conservation, le prélèvement étant seulement fonction des besoins tels qu'ils se présentent. Deux cas se rencontrent : l'extraction et la cueillette lorsque la dynamique de la ressource n'est pas modifiée par le prélèvement, la prédation dans le cas contraire. Seule l'autorégulation de type proie-prédateur et la mobilité interviennent à ce stade dans la relation homme-milieu. Une prédation régulée par un contrôle du prélèvement définit un premier degré d'artificialisation » (Serpantie, 2000). D'après Serpantie (2000), « l'optimisation de l'exploitation nécessite des connaissances sur l'état de la ressource placée sous exploitation ». Et les sociétés finissent par s'adapter au milieu en modifiant leurs pratiques : « Cultiver une ressource, c'est l'adapter elle-même ainsi que son milieu aux buts poursuivis. Ce sont donc certaines pratiques et leurs fins qui définissent la culture, non le poids des moyens économiques qu'on engage ou l'organisation sociale qui l'accompagne. Il y a plusieurs degrés d'artificialisation de la culture, suivant le degré de contrôle qu'on recherche » (Serpantie, 2000).

20Des mesures ont été faites chaque année entre 1994 et 1997 afin d'estimer la valeur des pâturages et de cerner la qualité de la gestion de l'espace (Barral, 1988 ; Barral et al., 1995 ; Anaya et Barral, 1995 ; Poulenard, 1995, Dufeu, 1998) (cf. encadré 5 « L'appréciation du surpâturage », p. 201). Elles ont permis de quantifier la surcharge pastorale, que l'on observe malheureusement dans presque toute la Sierra Madre. Ce phénomène, bien plus que le déboisement, est responsable de la dégradation de la végétation, puis des sols, d'abord par le piétinement, et ensuite par le décapage des horizons superficiels, du fait de l'accroissement du ruissellement.

21Cette modification drastique des « états de surface », c'est-à-dire des propriétés physiques des premiers centimètres du sol (porosité, perméabilité, etc.), entraîne des changements importants des caractéristiques hydro-dynamiques des versants. Ceux-ci vont être bien plus ruisselants, accélérant le départ des particules fines, provoquant localement l'apparition de ravines et rendant plus difficile chaque année une éventuelle récupération de la qualité des pâturages, car les éléments nutritifs des sols s'amenuisent les premiers.

22C'est cette évolution qui modifie les conditions de l'infiltration et de l'écoulement des eaux. Le débit des rivières s'en trouve changé et les termes du bilan de l'eau finissent par subir le même phénomène dans une région qui sert de château d'eau. L'avenir des zones qui dépendent de cette région pour leurs besoins en eau est alors menacé.

23Cette deuxième partie s'intéresse surtout au milieu naturel, à son évolution et aux conséquences hydrologiques de cette dernière. On commence par étudier le climat sous l'angle de la sécheresse et de l'aridité (cf. « Le climat et l'aléa pluviométrique au Nord-Mexique », p. 129), puis la régionalisation des pluies de part et d'autre de la Sierra (cf. « La spatialisation des précipitations sur les deux versants de la Sierra Madre occidentale », p. 145). Ensuite, le vif du sujet est abordé avec l'évolution des sols et des états de surface dans la Sierra Madre Occidentale qui a fait l'objet de six années de mesures sur le terrain (1994-1999) avec plusieurs autres campagnes plus légères entre 2000 et 2002 (cf. « Un encroûtement des sols limitant l'infiltration », p. 155). Enfin, on a cherché à comprendre comment les formes d'exploitation de l'espace influençaient le bilan hydrique (cf. « Des conditions favorisant une érosion et un ruissellement en nappe », p. 171).

24D'après des informations récentes (communication personnelle de Eva Anaya, directrice des services de l'Environnement pour l'État de Durango, qui a mené avec notre collègue Henri Barral de l'IRD ex-Orstom, décédé en 2000, l'étude sur les pâturages et leur surexploitation), la qualité des pâturages serait en nette amélioration en cet automne 2004 ; les dernières pluies sont tombées, et la saison a été assez humide. Du fait d'El Niño, l'hiver 2003 a également bénéficié de pluies, ce qui a été favorable à la teneur en eau des sols au moment de la pousse au printemps. Il paraîtrait de plus que le mouvement d'« enclosure » général qu'a connu la Sierra Madre ces dernière années commence à porter ses fruits : les parcelles devenues privées seraient mieux soignées, sans que l'on sache, faute d'un recensement récent du bétail, si cela est dû à une baisse du nombre de têtes ou plutôt à une meilleure gestion des herbages. Enfin, dernier point, malheureusement, il semblerait que cette évolution se soit faite aux dépens des pâturages laissés comme communaux, qui auraient été particulièrement surchargés, à l'inverse des parcelles devenues privées.

25En revanche, un survol-diagnostic des bassins des nos Sonora et Matapé, effectué en mai 2004, montre un état de dégradation des pâturages et des sols, bien plus grave que celui du Nazas.

Bibliographie

Références

Anaya E., Barral H., 1995 – La ganadería y su mango en relation con los recursos hídricos y forraje-ros en la zona semiárida de México. Aplicationes al caso de la Hacienda Atotonilco y La Comunidad La Virgen. Folleto Científico n° 5 Inifap/ Orstom. Gômez Palacio, Dgo.

Barral H., 1988 – « El hombre y su impacto en los ecosistemas a través del ganado ». In Montana C. (ed.) : Estudio integrado de los recursos vegetatión, suelo y agua en la Reserva de la Biosfera de Mapimi. Ambiente natural y humano. México D.F., Instituto de Ecologia de México, MAB: 241-261.

Barral H., Hernandez L., Anaya E., Vallebueno M., 1995 – Bétail mestegno dans la réserve de la biosphère de Mapimi ou résurgence d'élevage du xviiie siècle, de nos jours dans le nord du Mexique. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum. : 65-84.

Boutrais J., 1994 – « Éleveurs, bétail et environnement ». In : Dynamique des systèmes agraires : à la croisée des parcours, pasteurs, éleveurs, cultivateurs, coll. Colloques et séminaires, Orstom : 303-319.

Dufeu R., 1998 – Les paramètres du ruissellement et de l'érosion, impact du surpâturage dans la Sierra Madre occidentale. Mémoire de fin d'études Istom, Cergy, 73 p.

Gillon Y., 2000 – « Artificialisation et anthropisation ». In Gillon Y., Chaboud C, Boutrais J., Mullon C. : Du bon usage des ressources renouvelables, IRD, coll. Latitudes 23 : 29-38.

Hurault J., 1975 – Surpâturage et transformation du milieu physique, l'exemple des hauts plateaux de l'Adamaoua (Cameroun). Paris, IGN, 218 p.

Katz E., Nguinguiri J-C, 2000 – « Compétition pour les ressources au Kouilou (Congo) ». In Gillon Y., Chaboud C, Boutrais J., Mullon C. : Du bon usage des ressources renouvelables, IRD, coll. Latitudes 23 : 187-198.

Michon G., de Foresta H., Levang P., 2000 – « De la forêt aux jardins (Sumatra, Indonésie) ». In Gillon Y., Chaboud C, Boutrais J., Mullon C. : Du bon usage des ressources renouvelables, IRD, coll. Latitudes 23 : 223-240.

Poulenard J., 1995 – Surpâturage et érosion dans la Sierra Madre occidentale. Mémoire de fin d'études Istom, Cergy, 82 p.

Serpantie G., 2000 – « Artificialisation de deux ressources soudaniennes ». In Gillon Y., Chaboud C, Boutrais J., Mullon C. : Du bon usage des ressources renouvelables, IRD, coll. Latitudes 23 : 125-145.

Viramontes D., 2000 - Comportement hydrodynamique du milieu dans le haut bassin du Nazas (Sierra Madre occidentale, Mexique). Causes et conséquences de son évolution. Thèse de géographie de l'université Joseph Fourier-Grenoble 1, 450 p.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540