Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Sierra Madre occidentale

 | 
Luc Descroix
, 
Juan Estrada
, 
José Luis Gonzalez Barrios
, 
et al.

Milieu naturel et peuplement dans la Sierra Madre occidentale

Encadré 4. L'indianité et l'indigénisme au Mexique et dans la Sierra Madre occidentale

Luc Descroix

Texte intégral

1Les Indiens sont et font le Mexique, dans la mesure où 90 % de la population a des origines indiennes, en général très majoritaires. En fait, seule une frange minoritaire de la population est majoritairement d'origine européenne (avec aussi d'importantes minorités d'origine arabe ou japonaise, surtout dans le Nord).

2La culture mexicaine est fondamentalement un syncrétisme des traditions indiennes et des apports européens, ce qui fait que tout l'art, le folklore, l'artisanat, l'architecture, la cuisine, mais aussi les spectacles, le cinéma, l'animation de rue, etc., sont à la fois très riches et très variés. Le Mexique est indéniablement un des pays où la richesse et la diversité culturelle sont les plus grandes à l'échelle mondiale.

3C'est un peu moins vrai dans le Nord, beaucoup moins peuplé que l'ensemble du pays (10 à 30 hab./km2 suivant les États pour une moyenne nationale de 50 hab./km2). Mais comme dans l'ensemble du pays, les Mexicains appellent indigènes les gens dont la langue maternelle est indigène. Ceux d'entre eux qui ne parlent pas l'espagnol sont aujourd'hui peu nombreux du fait de l'énorme effort de scolarisation mené par le Mexique depuis la Révolution.

4Un article de Courrier international du 18 août 2003 fait état d'un rapport des Nations unies insistant sur la ségrégation dont sont victimes les populations indiennes du Mexique, se basant sur des enquêtes menées auprès de toutes les ethnies importantes ; concernant la Sierra Madre, cette enquête a touché les Yaquis, les Tarahumaras, les Tepehuanes et les Huicholes. Cela va à l'encontre de l'évolution générale de la société mexicaine qui a hérité de ses racines amérindiennes et européennes une solide tradition démocratique, comme en témoigne l'important usage des pétitions, manifestations, sit-in, etc. La lutte des « zapatistes » au Chiapas et au Guerrero est issue aussi de cette tradition, et malgré les heurts violents et les massacres qui ont émaillé cette lutte, il n'y a jamais eu de volonté véritable de l'État fédéral de l'anéantir ; on peut supposer pourtant qu'il avait les moyens d'y parvenir.

5Dans la Sierra Madre, il n'y a pas eu de problèmes d'appropriation de terres, car les ethnies étaient semi-nomades et peu importantes numériquement. Mais indéniablement, on peut parler de condescendance, voire de ségrégation de la part de la majorité des habitants (qui ont eux-mêmes, là encore, une origine essentiellement indigène), vis-à-vis des populations dites « indigènes » (c'est-à-dire qui ne parlaient pas l'espagnol). Ils sont parfois isolés dans leur village d'origine, où personne ne vient s'installer. Quand eux-mêmes demandaient à intégrer un ejido, ils étaient en principe en droit d'acquérir un terrain s'ils étaient installés antérieurement sur le territoire de l'ejido sans en faire partie formellement.

Deux jeunes cavalières dans la vallée du río Santiago.

6Même s'ils parlent espagnol, ils continuent à souffrir de leur manque d'instruction et d'ouverture à l'économie marchande. Ils sont fréquemment abusés par les narco-traficants, qui leur font miroiter des sommes d'argent pourtant dérisoires pour les convaincre - sans difficulté en général - de planter de la marijuana ou du pavot. Et ils se font souvent dénoncer par les mêmes commanditaires, peu scrupuleux, et désireux d'éloigner les soupçons.

7Les habitants du village de La Ciénega de Quelites, près de La Posta de Jihuites (fig. 7, p. 68 et fig. 50, p. 251), ont ainsi pendant longtemps semé de la marijuana pour le compte de négociants des villages et villes alentour, qui profitaient du relatif isolement du village (3 heures de mauvaise piste à partir de Santa Maria del Oro avant le goudronnage de la route en 2002). En 1995, l'armée est intervenue, a brûlé toutes les cultures illicites, et a occupé le village durant toute la saison des pluies, pour éviter les re-semis. Les hommes se sont cachés tout l'été dans la forêt, alimentés la nuit tombée en frijoles, tortillas et en eau par leur femme, à l'orée du bois. Les deux années suivantes, un programme de l'INI (Institut national indigéniste) a visé à substituer à la marijuana des cultures de légumes ; faute de marché sur place et de moyens de transport, ces légumes s'avérèrent invendables. Dès 1998, la Ciénega a re-semé de la marijuana.

8Les commanditaires eux, ne risquent rien ; le fils du maquignon du village voisin a été arrêté durant ce même été 1998 avec son camion à ridelles plein d'herbe de marijuana fraîche ; dès le paiement de la caution, il a été libéré et n'a plus jamais été inquiété.

9Par ailleurs, les traditions perdurant, les commanditaires qui font souvent supprimer des indigènes (paysans récalcitrants, trop bavards ou trop gourmands) sont peu nombreux à être poursuivis.

Bibliographie

Référence

Courrier international, 18/8/2003.

Table des illustrations

Légende Deux jeunes cavalières dans la vallée du río Santiago.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5467/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 667k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540