Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Sierra Madre occidentale

 | 
Luc Descroix
, 
Juan Estrada
, 
José Luis Gonzalez Barrios
, 
et al.

Milieu naturel et peuplement dans la Sierra Madre occidentale

Les ressources en eau dans le centre-nord du Mexique

Perspective historique

David Viramontes

Texte intégral

1Le centre-nord du Mexique est un territoire vaste où les habitants ont dû s'adapter à un contexte environnemental souvent difficile. La mise en perspective historique présentée ici montre comment les sociétés se sont disputées l'approvisionnement en ressources naturelles à tel point qu'aujourd'hui il existe une situation critique de surexploitation et de possible épuisement des ressources hydriques.

Une faible population et un vaste espace dans un contexte environnemental souvent difficile

2Il existe peu de connaissances sur les premiers habitants du centre-nord du Mexique. Les populations indiennes méso-américaines qui peuplaient ce territoire du Nord avant l'arrivée des Espagnols étaient constituées de plusieurs groupes différents de Chichimèques (hommes-chiens) connus pour leur hostilité et férocité. Selon les écrits des Espagnols des xvie et xviie siècles, il s'agissait de plusieurs tribus de petite taille, dispersées, nomades, et barbares.

3Étant donné le contexte d'aridité de presque tout le territoire, ces tribus nomades suivaient des chemins spécifiques en accord avec la disposition des ressources naturelles comme le long des rivières où ils pêchaient, chassaient et collectaient (Hernandez, 1975 ; Barbot et Punzo, 1997). En effet, la vaste superficie du territoire pouvait faire vivre ces populations sans risque apparent de catastrophe écologique.

4Les ruines de la ville de Paquimé à Casas Grandes Chihuahua est l'exception d'une forme de civilisation urbaine dans le centre-nord du Mexique.

5Cette civilisation a disparu après un grand incendie en 1340 bien avant l'arrivée des Espagnols.

La colonisation, les luttes indiennes et l'établissement de la propriété privée et des grandes latifundia

6Les trois siècles de domination espagnole ont été caractérisés par l'exploitation indienne et la concentration de terres et de ressources naturelles par les colons.

7Comme conséquences de la conquête espagnole, les habitants du territoire mexicain ont dû souffrir de grands changements dans leur manière de vivre. Afin de peupler ce vaste territoire, la couronne espagnole donnait des terres à ses soldats et aventuriers nobles. Les systèmes d'appropriation de l'espace appelés la encomienda et le repartimiento permettaient aux colons de prendre des terres, des ressources naturelles et des Indiens pour leur service mais ils étaient obligés également d'enseigner la doctrine chrétienne. En effet, ce système a établi l'esclavage des Indiens par les colons.

8L'absence d'un système économique national intégrateur a provoqué, pendant la colonie, le développement des haciendas ou latifundia sous forme d'unités de production périphériques aux économies régionales, et qui dépendaient politiquement du pouvoir central d'Espagne. Comme résultat de cette appropriation du territoire, à la fin du xviie siècle plus de la moitié des terres de culture et pâturage du Mexique étaient propriété des Espagnols. Simultanément lors de l'établissement de ces grandes propriétés, ont subsisté des zones habitées exclusivement par des populations indigènes avec différentes formes de mise en valeur collective.

9Durant le xviie siècle la découverte des ressources minières des régions lointaines a attiré l'attention des colons. Cependant, le nord du Mexique avec une faible population indienne dispersée et « sauvage » ne pouvait pas être soumis aux conquérants. Depuis le début de la colonie, les attaques des Indiens « barbares » ont limité l'expansion démographique et l'extension des zones d'élevage (Harris, 1975 ; Barral, 1988 ; Barral et Hernandez, 1992). On ne s'étonne pas de savoir que se soient déroulées (pendant des siècles) ici, et non dans les zones de grandes civilisations indiennes, les plus grandes batailles pour la colonisation (Hers, 1993).

10Comme conséquence, presque toutes les sociétés indiennes originaires de cette région ont disparu pendant les premiers siècles de la colonie espagnole. Selon Hernandez (1975), les différentes tribus de nomades qui habitaient La Laguna ont été exterminées pendant la période coloniale du fait des massacres organisés par les colons, des maladies et de la misère. Il n'existe plus de traces de ces tribus dans la population de cette zone. Les apports indiens dans la population actuelle sont la conséquence des vagues de migrations postérieures.

11Du xviie siècle au début du xxe, les luttes pour la possession des eaux de rivières entre les colons et les Indiens sont décrites dans quelques documents. En 1842, les colons de Matamoros ont subi l'attaque des Apaches et des Comanches, lesquels venaient des États-Unis où ils étaient persécutés. En 1850, pendant la construction des premiers barrages du río Nazas, Hernandez (1975) décrit l'édification d'une tour de surveillance contre les attaques des Indiens. Cette tour est en fait à l'origine du Rancho de Torreón et actuellement de la ville de Torreón, dans l'État de Coahuila.

12Ainsi, à la différence du sud et du centre du Mexique où les grandes civilisations (Olmèque, Maya, Aztèque) ont bien marqué le paysage, l'histoire du nord du pays ressemble plus à celle de l'ouest des États-Unis. L'utilisation de l'espace par l'homme pour des activités différentes de celles des groupes de chasseurs-cueilleurs n'a que quelques centaines d'années. En effet, les activités humaines actuelles n'ont débuté que durant la période coloniale, associées en général aux activités minières.

L'indépendance et les guerres contre l'invasion étrangère

13Après la période coloniale, le Mexique a dû mener plusieurs guerres pour soutenir son autonomie : la guerre d'indépendance contre la couronne espagnole (1810-1821), la guerre contre les États-Unis (1845-1848), l'intervention française (1862-1867), en plus de guerres civiles entre les différents partis politiques et les révoltes indiennes. Le résultat de cette période a été la perte de la moitié du territoire (pris par les États-Unis), l'endettement, et la crise économique. D'après Coatsworth (1976) cité par Kroeber (1994), le Mexique avait deux problèmes de base : un réseau faible et peu efficace de transport et une mauvaise organisation économique. De ce fait et de par la faible population du nord du Mexique, les ressources naturelles ont été peu affectées.

14Néanmoins, entre les xviie et xixe siècles, quelques barrages en maçonnerie ont été construits dans les États du centre du Pays (Pabellón, Saucillo, San Blas, El Aguacate, y Loza de Padres entre autres). Tous ces barrages étaient destinés à l'irrigation.

Le régime de Porfirio Díaz. La réactivation économique du pays et le profit des grandes latifundia

15Sous le gouvernement de Porfirio Díaz (fin du xixe et début du xxe siècles), la construction des chemins de fer, l'ouverture de ports, la nouvelle politique d'intégration économique, et l'encouragement aux exportations ont créé les conditions pour le développement d'un nouveau marché dynamique, orienté aussi bien vers la consommation interne que vers l'exportation.

16La politique hydraulique du Président Díaz a encouragé l'irrigation en donnant la préférence aux grands investisseurs capitalistes. En revanche, les petits producteurs agricoles et communautés paysannes n'étaient pas pris en compte dans ce système de développement (Kroeber, 1994). Les haciendas ainsi que les entreprises minières, pétrolières et forestières ont su profiter des facilités du gouvernement pour augmenter leur production et leur profit économique. Cependant, le résultat social de cette politique a été la misère, les maladies et l'esclavage des paysans dans la production des haciendas.

17Pendant cette période, on observe pour la première fois que certains sites présentent des problèmes de surexploitations de ressources naturelles. Selon Ezcurra et Montana (1988) et Simon (1998), la charge de bétail sur les prairies proches des zones habitées du centre du Mexique est devenue un problème généralisé. Néanmoins, dans le nord, l'élevage extensif n'existe pas loin des villes à cause de la peur des Indiens « sauvages ».

L'hacienda El Ojito, près de La Ciénega de Escobar, n'a été expropriée qu'en 1973, car elle appartenait au général Aguirre, ami de Pancho Villa.

La Révolution mexicaine et la période postrévolutionnaire

18La Révolution mexicaine du début du xxe siècle a provoqué, de ce fait, une sensible diminution des charges animales et une restauration relative des prairies endommagées. La réoccupation postérieure de ces parcours, faite avec des systèmes d'exploitation à très faible technicité et avec des critères d'« extraction minière », a débouché sur la situation actuelle de dégradation des ressources et de basse productivité.

19Durant le gouvernement de Cárdenas (1934-1940), l'exploitation collective agricole a trouvé son institutionnalisation et sa reconnaissance légale sous la forme de comunidades, et ejidos. Ces derniers ont été créés à la suite des expropriations des grosses haciendas. La politique officielle du Président Cárdenas a été d'orienter le développement de préférence vers les zones agricoles du pays : c'est le moment de la construction du barrage Lázaro Cárdenas (du nom même du Président), qui sera achevé sous Miguel Alemán en 1946, et donc de l'extension du périmètre irrigué de La Laguna. Le manque de crédits et la nécessité de concentrer les efforts sur les zones les plus peuplées et de production plus intensive, ont fait que les zones éloignées sans irrigation du nord du Mexique sont restées relativement moins prioritaires. En effet, il existe à ce jour dans le nord du Mexique des zones d'irrigation à haute technicité (dont La Laguna fait partie) et des zones beaucoup plus vastes sans irrigation qui gardent les mêmes systèmes traditionnels de production (l'élevage extensif partout, et des cultures sous pluie là où le climat le permet).

20De cette façon, dans la Sierra Madre occidentale et particulièrement dans le haut bassin du Nazas, se sont créés des ejidos entre 1948 et 1970. La nouvelle forme de production communautaire a encouragé la population à développer la production dans l'optique d'utiliser les espèces plus commerciales et d'augmenter la quantité de bétail. Chacun des ejidatarios a constitué son troupeau qui assurait un certain niveau de vie et qui lui donnait un statut social. De cette façon, l'élevage des chèvres et des moutons, moins intéressant du point de vue commercial, a diminué, et au contraire la quantité de vaches a beaucoup augmenté.

21Par ailleurs, pendant le xxe siècle la construction des grands barrages pour l'irrigation a été la forme d'adaptation aux besoins alimentaires de la population mexicaine. En 1926, fut créée la Commission nationale d'irrigation qui en vingt ans d'existence, a construit 136 barrages avec une capacité globale de 11 km3 d'eau. Cela a permis l'ouverture de grandes zones d'irrigation représentant un million d'hectares irrigables. Par ailleurs, la Commission fédérale d'électricité fondée en 1937 a construit plus de trente grands barrages qui y ajoutent une capacité de stockage de 50 km3. De nos jours, la construction de nouveaux barrages se poursuit. Actuellement, le Mexique a un potentiel d'irrigation de près de sept millions d'hectares (Oliva, 1999 ; Vega Arguelles, 1999).

L'époque actuelle : une population en pleine expansion et une désertification des campagnes

22Actuellement, le Mexique fait face à une contrainte démographique. En effet, la population mexicaine a connu une forte croissance : de 26 millions d'habitants en 1940, elle est passée à 67 millions en 1975 et plus de 100 millions de nos jours. Aujourd'hui encore, il y a un fort taux d'accroissement démographique qui atteint les 2 % par an.

23À ces problèmes uniquement quantitatifs s'ajoutent les problèmes de croissance démesurée des principales villes du pays. Alors que les campagnes se désertifient, les besoins alimentaires des populations urbaines s'accroissent fortement. En effet, México, la capitale du pays, avec ses vingt millions d'habitants est l'une des villes les plus peuplées du monde. Dans le centre-nord du pays, la zone urbaine de La Laguna est passée d'environ 600 000 habitants en 1960 à 1 100 000 habitants en 1990 (Santibanez, 1992). Il est donc facile de deviner les problèmes qu'une telle augmentation laisse présager.

24Mais si les villes croissent sans ou avec très peu de contrôle, la campagne, elle, se vide. Dans le cas de la sierra, la population a augmenté jusqu'aux années 1970-1980 puis elle a commencé à décroître, malgré un taux de natalité élevé. En effet, une très forte proportion de jeunes a choisi de partir, le plus souvent aux États-Unis. La plupart d'entre eux ne reviennent plus, ou bien, seulement pour les vacances. De ce fait, la population de la zone diminue sensiblement. Dans le tableau II nous observons une diminution de la population des quatre municipalités de la zone d'étude. La diminution de la population des ejidos est très rapide. Bien que nous n'ayons pas de statistiques précises, nous avons appris sur le terrain qu'il y a eu une diminution de plus de 100 % du nombre de professeurs d'écoles élémentaires à cause du manque d'élèves entre 1985 et 1998 dans les quatre communautés étudiées. De plus, dans ces quatre ejidos de la zone expérimentale du projet In if ap-IRD, plus de la moitié des foyers étaient déjà vides en 2000 (Inard Lombard et Descroix, 2003).

Tabl. II – Évolution de la population des quatre municipalités du bassin du haut-Nazas.

Tabl. II – Évolution de la population des quatre municipalités du bassin du haut-Nazas.

Source : Inegi, 1990, 1998 et 2000.

Tabl. III – Nombre de têtes de bétail dans l'État de Durango et les municipalités du bassin du haut-Nazas.

Tabl. III – Nombre de têtes de bétail dans l'État de Durango et les municipalités du bassin du haut-Nazas.

Source : Inegi, 1970, 1990 et 2001.

25Cependant, la migration des gens n'arrête pas la production. Le tableau III montre l'évolution du nombre de têtes de bétail dans l'État de Durango et les municipalités de la zone d'étude. Entre 1970, 1990 et 2000 le nombre de têtes de bétail dans l'État de Durango a augmenté. Parmi les municipalités de la sierra, Guanacevi, Tepehuanes et San Bernardo ont vu augmenter leur cheptel de manière significative, par contre les municipalités d'El Oro et Santiago Papasquiaro ont vu diminuer la charge de bétail.

26La politique actuelle du gouvernement motivée par le désir d'augmenter la production et de promouvoir le système capitaliste incite au départ des paysans vers les villes mexicaines ou dans la plupart des cas, vers les États-Unis. Néanmoins, les habitants qui restent dans les communautés reçoivent une aide économique de ceux qui sont partis. Ils gardent leurs troupeaux, qui sont, pour ainsi dire, subventionnés par leurs familles depuis le Texas, le Nevada, la Californie ou l'Illinois (principales destinations des migrants).

La politique agricole actuelle

27À partir du début des années quatre-vingt, le gouvernement mexicain a engagé un programme de réformes structurelles très profondes de son économie. Désengagement de l'État, ouverture large des frontières (Aléna) et recours à l'action régulatrice de la concurrence ont un impact certain sur le secteur agricole et le monde rural dans son ensemble.

28Schématiquement, le projet de « modernisation » de l'agriculture promeut l'efficacité du secteur capitaliste. Les textes réglementaires de référence sont la Réforme agraire de 1992, la loi sur les eaux nationales de 1992 et les lois des eaux et d'écologie des différents États ainsi que les normes des municipalités. La réforme agraire a permis la formation des entreprises agricoles qui ont acheté les terres des ejidos. L'accès à la propriété est, selon les économistes, propice à encourager les initiatives constructives et la production.

29Cependant, ces derniers changements socio-politiques au niveau national n'ont pas modifié la forme d'exploitation « minière » qui utilise l'espace jusqu'à l'épuisement des ressources. La politique agricole actuelle encourage la production, mais elle montre peu d'intérêt pour la pérennisation de l'exploitation.

30Dans la Sierra Madre occidentale le paysage est actuellement coupé par les barbelés des parcelles individuelles. Les ejidatarios ne se pensent plus comme une communauté ; ils prennent leur part des zones de pâturage et des forêts en fonction de la loi du plus fort (plus on a de bétail et plus on prend de l'espace). Si on considère qu'il s'agit d'une forme d'exploitation extensive, le morcellement de terres et la demande de bétail posent de nouveaux problèmes et entraînent une pression encore plus forte sur les ressources naturelles et hydriques.

31L'actuel gouvernement du Président Fox a lancé une initiative appelée « La croisade pour l'eau et la forêt ». L'objectif est d'arriver à une forme d'exploitation durable qui permette de soutenir la production forestière et l'usage des ressources hydriques dans leur ensemble. Dans cette logique, on a créé la Commission nationale forestière (Conafor) laquelle, avec la Commission nationale de l'eau (CNA), pourrait prendre en main et résoudre les problèmes graves de surexploitation des ressources du pays. Cependant, la logique économique productiviste reste la même. On considère peu les aspects sociaux et moins encore les conséquences de l'environnement dans son ensemble.

32Dans les conditions du système économique actuel, la surexploitation des ressources naturelles est une caractéristique « normale » de survie de la population et des entreprises. Reste à savoir si la technologie et le nouvel ordre qui s'installent pourront faire face à l'augmentation continue des besoins en ressources naturelles. Dans ce contexte la prospection future des ressources en eau dans le centre-nord du Mexique est donc une priorité.

Bibliographie

Références

Barbot Ch., Punzo J.L., 1997 – Antiguos caminos en el noroeste durangueno. Supervivencia de una tradition prehispánica. Trace n° 31 : 22-34.

Barral H., 1988 – « El hombre y su impacto en los ecosistemas a través del ganado ». In Montana C. (ed.) : Estudio integrado de los recursos vegetaciân, suelo y agua en la Reserva de la Biosfera de Mapimi. Ambiente natural y humano, México, D.F. Instituto de Ecologia de México-MAB : 241-261.

Barral H., Hernandez L., 1992 – « Reseña del poblamiento y de la ganaderia en el Bolsôn de Mapimi ». In Delhoume et Maury (ed.) : Actas del Seminario Mapimi. Instituto de Ecologia A.C.-Orstom-Cemca, México, D.F. : 257-269.

Ezcurra E., Montaña C, 1988 – « La evolution del uso de los recursos renovables en el norte arido de México ». In Montana C. (ed.) : Estudio integrado de los recursos vegetación, suelo y agua en la Reserva de la Biosfera de Mapimi. Ambiente natural y humano, México, D.F. Instituto de Ecologia de México-MAB : 269-277.

Harris III C.H., 1975 – A Mexican family empire. The latifundio qf Sanchez Navarro, 1765-1867. Texas, University of Texas Press, 234 p.

Hernandez A.P., 1975 – ¿ La exploración colectiva en la Comarca Lagunera es un fracaso ? México, B. Costa-Amic Editor, 353 p.

Hers M.A., 1993 - Investigaciones arqueológicas en Hervideros, Durango : primeros avances. Transición n° 13 : 4-12.

Inard-Lombard B., Descroix L., 2003 – Du village à Chicago : la migration des paysans de la Sierra Madre occidentale dans l'Illinois. Bulletin de la Société neuchâteloise de géographie, 47 : 23-46.

Inegi, Instituto National de Estadistica Geografia e Informática, 1970 – VII Censo General de población y vivienda. México, D.F.

Inegi, Instituto National de Estadistica Geografia e Informática, 1990 – XI Censo General de poblaciôn y vivienda. México, D.F.

Inegi, Instituto National de Estadistica Geografia e Informática, 1998 – Anuario estadistico del Estado de Durango. Gobierno del Estado de Durango. Aguascalientes, México.

Inegi, Instituto National de Estadistica Geografia e Informática, 2000 – XII Censo General de poblaciôn y vivienda. México, D.F.

Inegi, Instituto National de Estadistica Geografia e Informática, 2001 – Anuario estadistico del Estado de Durango. Gobierno del Estado de Durango. Aguascalientes, México.

Kroeber Clifton B., 1994 – El hombre, la tierra y el agua. Las políticas en torno a la irrigación en la agricultura de México, 1885-1911. México, IMTA-Ciesas, 274 p.

Oliva C, 1999 – « Estado actual de las presas. Breve reseña histórica ». In : El desarrollo de las presas en México-Avances en Hidrdulica 5 : 33-37.

Santibanez E., 1992 – Ensayo mono-gráfico de La Laguna. Monografía publicada a cuenta del autor. México, Torreón, Coah., 240 p.

Simon J., 1998 – México en riesgo. México, D.F., primera edición, éd. Diana, 302 p.

Vega Arguelles O., 1999 – « El desarrollo de las presas en México ». In : El desarrollo de las presas en México – Avances en Hidrdulica 5 : 167-178.

Table des illustrations

Légende L'hacienda El Ojito, près de La Ciénega de Escobar, n'a été expropriée qu'en 1973, car elle appartenait au général Aguirre, ami de Pancho Villa.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5458/img-1.jpg
Fichier image/, 438k
Titre Tabl. II – Évolution de la population des quatre municipalités du bassin du haut-Nazas.
Légende Source : Inegi, 1990, 1998 et 2000.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5458/img-2.jpg
Fichier image/, 86k
Titre Tabl. III – Nombre de têtes de bétail dans l'État de Durango et les municipalités du bassin du haut-Nazas.
Légende Source : Inegi, 1970, 1990 et 2001.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5458/img-3.jpg
Fichier image/, 108k

Auteur

Éco-pédologue et géographe, chercheur à l'Instituto Mexicano de Tecnologia del Agua (IMTA, Cuernavaca).

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540