Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Sierra Madre occidentale

 | 
Luc Descroix
, 
Juan Estrada
, 
José Luis Gonzalez Barrios
, 
et al.

Milieu naturel et peuplement dans la Sierra Madre occidentale

Introduction

Texte intégral

1La Sierra Madre occidentale peut-elle être considérée comme le château d'eau du nord-ouest du pays ?

2Certes, mais tout est relatif et la pluviométrie est la plus importante (cf. fig. 4, p. 26, et fig. 25 p. 151) dans les bassins qui s'écoulent vers le Pacifique, là où le littoral est encore assez arrosé, au sud du tropique du Cancer (23° 27' N). Certaines stations reçoivent de fait plus de 1 500 mm de précipitations annuelles moyennes, et même les stations côtières ne reçoivent pas loin de 1 000 mm localement ; la saison sèche est longue (7-8 mois), ce qui donne à cette plaine littorale des caractères tropicaux secs (cactées, végétation complètement desséchée dès le mois de décembre), mais la pluie est suffisante pour assurer une bonne récolte de maïs, et même localement de canne à sucre, sans irrigation.

3En revanche, au nord du 26° parallèle nord, la plaine côtière devient de plus en plus aride ; les précipitations ne dépassent pas 270 mm à Topolobampo et on passe ensuite progressivement aux paysages désertiques du Sonora, avec son pendant sur la péninsule californienne, elle aussi aride. De même, sur les plateaux intérieurs de l'altiplano nord-central mexicain, la pluviométrie décroît très vite par rapport à celle de la sierra ; les stations les plus hautes sont au-dessus des isohyètes 800, voire 1 000 mm suivant les altitudes (avec les valeurs les plus faibles au nord, mais celui-ci a aussi des températures plus basses, ce qui fait que l'évapotranspiration y est également plus faible), alors que dans la dépression centrale, la précipitation annuelle est de 400 mm au nord (Chihuahua) et au sud (Zacatecas), mais elle est localement inférieure à 200 mm dans le fond du Bolsón de Mapimí, partie sud du désert de Chihuahua.

4Dans ces conditions-là, la Sierra Madre, même sans de gros abats d'eau annuels, est bien le château d'eau de tout le Nord-Ouest du pays, et même du Nord-Est. Le rio Conchos, affluent de droite du rio Bravo/Grande, fait nettement remonter le débit du fleuve frontière à leur confluent, et permet d'irriguer les vastes périmètres proches du fleuve, tant du côté mexicain (périmètre de Matamorors, État de Tamaulipas, 220 000 ha), que du côté texan.

5Les gros barrages-réservoirs (cf. tabl. I, p. 27) témoignent de la relative abondance de l'eau venue de la montagne. On peut dire sans ambages que c'est elle qui constitue de nos jours, le principal trésor de la Sierra Madre.

6Ce statut de montagne pourvoyeuse en eau sur ces deux flancs, on le retrouve, en Amérique du Sud, aux mêmes latitudes de l'hémisphère opposé. La fameuse « diagonale aride » qui part du littoral vers l'intérieur des terres en montant en latitude et dépend entièrement des Andes pour son approvisionnement en eau, se retrouve, en partie, du nord-ouest du Mexique vers l'intérieur de l'Ouest américain et les dépressions arides des Rocheuses centrales. Là aussi d'immenses barrages (le barrage Hoover et le Glen Canyon dam, sur le Colorado, stockent chacun plus de 30 km3 d'eau) retiennent l'eau dans le but d'irriguer et de régulariser les débits, et de plus en plus, de pourvoir les grandes agglomérations à forte croissance de cette Sun Belt américaine, qui bat les records mondiaux de consommation d'eau par habitant.

7En général, les montagnes apportent les ressources en eau nécessaires à l'irrigation sur un seul versant ; les eaux du Haut Atlas marocain, toutefois, arrosent aussi bien le Haouz et le Tadla, côté atlantique, que les oasis du piedmont saharien, avec les importants barrages construits depuis l'indépendance, sur le Ziz et le Draa.

8L'Indus, les fleuves d'Asie centrale, les deux fleuves qui ont fait la Mésopotamie et le Houang-ho ont été, bien avant les fleuves américains ou nord-africains, exploités pour donner vie aux déserts, et pour permettre l'irrigation dans les zones arides ou semi-arides qui parsèment le pourtour et le centre de l'Asie. C'est du reste dans l'étude de ces anciennes civilisations que Wittfogel a forgé son concept de « société hydraulique », dont la pérennité serait basée sur le « despotisme oriental ». Les grands berceaux de l'agriculture irriguée (Mésopotamie, basse vallée de l'Indus, et bien plus tard, bas Huang-ho et Asie centrale) ont été le point de départ de grandes civilisations, car le contrôle des eaux supposait la mise en place préalable ou simultanée d'un État et d'une police pour faire respecter la gestion de l'eau, condition de survie de la société « hydraulique ». Plus récemment, Sandra Postel (1999) a montré, dans une passionnante histoire de l'irrigation, que ces sociétés hydrauliques ont pu être mises à mal, certes, par des déstructurations du système social qui assurait leur survie, mais aussi dans certains cas (Mésopotamie) par des changements climatiques, qui ont pu produire aussi des salinisations des sols accélérées conduisant à une rapide chute des productions agricoles et à la faillite de l'agriculture. Il s'en est suivi un effondrement des sociétés complexes et des villes déjà très peuplées, et finalement, des plus vieilles civilisations de la Planète. Cet auteur insiste beaucoup, du reste, sur l'Égypte, qui est le seul cas où on peut attester de l'existence d'une agriculture irriguée depuis plus de quatre millénaires, alors que les civilisations mésopotamiennes et de la basse vallée de l'Indus, plus anciennes, ont été un jour ou l'autre ruinées par un déséquilibre d'origine politique ou/et naturel. Dans ces deux cas, on a pu, des siècles ou des millénaires plus tard, voir resurgir des systèmes irrigués efficaces à l'origine de villes et de sociétés complexes ayant laissé de grands héritages culturels.

9Sandra Postel décrit aussi les grandes « civilisations hydrauliques » américaines de la vallée de Tehuacán (dans les actuels États de Puebla et Oaxaca, au sud du Mexique), et du sud-ouest des États-Unis (les cités Pueblos et Hupi). Deux mille ans après celles-ci, les Espagnols ont trouvé en arrivant sur le plateau de l'Anahuac (la vallée de México), Tenochtitlán, la plus grande ville du monde d'alors, peuplée de plus d'un million d'habitants. Celle-ci relevait d'un régime très despotique basé sur le contrôle des eaux des lagunes de Texcoco et de Tenochtitlán. Là, point de cause naturelle à l'effondrement de tout le système économique et social devant quelques centaines de soldats espagnols. Le despotisme des souverains aztèques, s'appuyant sur des sacrifices humains de plus en plus nombreux et décriés (était-ce une manière de contrôler la croissance démographique dans un espace fini à ressources limitées ?), n'a plus été soutenu par une frange importante de la société au moment où une « unité nationale » aurait été indispensable pour bouter l'envahisseur (Gerber, 1992). Mais les Espagnols avaient une vision prédatrice de la colonisation ; la situation actuelle où semble perdurer une économie « minière » est peut-être un héritage de ce que Brunhes (1910, repris en 1947) nommait « rapt économique ».

10Le sud du Mexique a conservé ses « sociétés hydrauliques » en dépit de la déstructuration politique et sociétale imposée par les conquistadores ; l'irrigation est pratiquée depuis trois millénaires, dans les vallées de Tehuacán, de l'Anahuac (États de México et Hidalgo), dans l'État de Michoacán ou encore celui de Guerrero.

11L'eau est certes un déterminant essentiel pour l'apparition de nombreuses sociétés, a fortiori dans les zones d'excès ou de pénurie d'eau caractérisés. Mais dans une grande partie des montagnes tropicales, la fertilité des sols est un autre élément déterminant. En effet, après les « civilisations de l'eau » qui ont fleuri dans les vallées du Tigre et de l'Euphrate, du Nil ou encore de l'Indus, certaines zones de montagne ont été des foyers d'occupation importants conduisant à de véritables cultures nouvelles, complètement adaptées à la montagne ; dans beaucoup de régions tropicales, les montagnes (comme autrefois autour du bassin méditerranéen) sont plus faciles à mettre en valeur que des zones côtières rendues inhospitalières par le climat et le contexte paludéen.

12Une autre caractéristique mise en évidence par Poulenard ef al. (2003) est la localisation des sols très riches et fertiles constitués sur les cendres volcaniques ; la plupart de ces sols sont des andosols qui sont fragiles et très sensibles à l'érosion éolienne et hydrique. Ils ne couvrent que 1 % du total de la surface des terres émergées du globe, mais ils hébergent 10 % du total de sa population. En effet, l'Indonésie, les Philippines, les régions les plus peuplées d'Afrique tropicale (Rwanda, Burundi, une partie de l'Éthiopie) et de l'Amérique tropicale (Andes péruviennes, équatoriennes et colombiennes, et toute la chaîne volcanique centro-américaine, de l'ouest du Panama au sud-ouest du Mexique), possèdent de tels sols et ont pu devenir berceaux de civilisations. On pense bien sûr à l'île de Java de même qu'à Bali, à l'Éthiopie, à l'Empire inca et aux Empires mexicains (la vallée de Tehuacán et sa culture mixtèque, zone montagneuse de l'Empire maya, le Chiapas et le Guatemala actuels). Ces andosols sont du reste l'objet de l'étude hydrologique, commencée en 2002, dans le site de la haute vallée du Cutzamala (cf. « Eau et espace à Valle de Bravo. La bataille pour l'eau », p. 283).

13La Sierra Madre est tout le contraire de ces berceaux de civilisations. Les ethnies et sociétés amérindiennes sont semi-nomades et d'implantation relativement récente (quelques siècles) dans un milieu où ni l'abondance ni la rareté de l'eau n'obligent à contrôler strictement la ressource et où les sols sont issus de terrains volcaniques bien plus anciens, qui n'apportent pas les bienfaits des sols sur cendres récentes. Du reste, marginalisées et isolées dans les montagnes, ces populations (Huicholes, Tepehuanes, Tarahumaras et Yaquis, du sud vers le nord) n'ont jamais été très nombreuses. Leur occupation de l'espace étant assez lâche et leur marginalisation ayant perduré jusqu'à nos jours malgré l'œuvre constructive, mais prématurément interrompue des Jésuites, on peut avancer que la colonisation de la Sierra Madre à partir de la fin du xixe siècle s'est effectuée sur une « frontière » à conquérir, comme ce fut le cas de l'autre côté de la frontière avec les États-Unis. Le nord du Mexique, aussi bien dans la montagne que dans le désert de Chihuahua, n'a été mis en valeur à grande échelle que récemment ; il constitue à ce titre, comme l'Ouest américain ou canadien, un « pays neuf ».

14Dans un tel contexte, il était presque naturel, pour un pays à forte croissance démographique, où la récente Révolution avait mis en évidence une véritable « faim de terres » de la part d'une paysannerie nombreuse et pauvre, de lancer une politique volontariste de colonisation de nouvelles terres. Cette politique s'est accompagnée, dès la Réforme agraire, dans les années 1936-1940, de la construction ou la mise en chantier de grands barrages-réservoirs destinés à irriguer de nouveaux périmètres et à permettre l'installation de petits paysans regroupés en ejidos.

15Reste à définir la montagne « Sierra Madre » par rapport à sa perception dans le contexte nord-mexicain ; on est loin de montagnes d'Europe qui ont pu paraître « répulsives » suivant les époques. « La montagne était perçue comme horrible au Moyen Âge par exemple. On opposait alors souvent les "plaines délicieuses" et les montagnes "horribles et dangereuses" et ce jusqu'au xviiie siècle (voire au xixe) » ... « Quant aux habitants de ces contrées, ils sont souvent perçus comme barbares, voleurs, voire crétins ou affligés de maladies endémiques liées à ce milieu hostile (par exemple, le goitre que De Saussure attribue à la "chaleur et à la stagnation de l'air" au fond de certaines vallées) » ... « Pour certains il existe même une gradation de la barbarie avec l'altitude » (Vernex, 2001).

16De nos jours bien sûr en Europe, en Amérique du Nord, en Asie orientale, les montagnes sont des zones de loisir, de recueillement, l'air y est pur et les sociétés développées y trouvent les aires de récréation qu'elles affectionnent. Dès le milieu du xixe siècle, « le milieu montagnard sera plus fréquenté, sera perçu comme un "riche potentiel naturel pour l'industrie et s'y développeront de nouvelles sensibilités dans la relation de l'homme à la nature. Image plus positive qui fait passer l'aménageur pour un héros »... « la montagne devient alors paysage touristique, elle s'intègre au territoire, elle devient le lieu de nouvelles expériences ». « L'image d'une montagne hygiénique et revivifiante fera progressivement passer du stéréotype du goitreux à celui de l'enfant "aux belles joues roses" » ; enfin, « La montagne est un "château d'eau" dans la mesure où, la température diminuant avec l'altitude, le point de saturation s'abaisse » (Vernex, 2001).

17Et là, on rejoint la perception de la Sierra Madre au nord du Mexique, qui est passée sans transition d'un espace non pas répulsif, mais vide par absence de colonisation, à une zone relativement attractive du fait de la meilleure qualité de ses pâturages, mais trop éloignée des villes pour devenir une zone de loisir. Cette montagne est d'ailleurs jugée peu sûre par les Mexicains des villes. Il est vrai qu'il y subsiste des zones de non-droit, et elle est considérée comme une des plus grandes zones de production de marijuana au monde.

18Et surtout, elle est perçue comme la zone où l'eau et la forêt sont inépuisables. Il est vrai que la forêt est très étendue, mais il a suffi de trente années d'exploitation pour la réduire de moitié ; et en cinquante années d'exploitation des eaux de surface, les ressources ont été très fortement sacrifiées. Toutes les ressources renouvelables sont, de nos jours, exploitées dans l'ensemble de la chaîne. Dans de nombreux cas, comme dans le périmètre de la Laguna, sur le bas río Nazas, la nappe est surexploitée depuis plus de cinquante ans : des volumes trois à cinq fois supérieurs à la recharge naturelle y sont pompés suivant les années, entraînant une baisse de la nappe de 1,75 m par an en moyenne.

19Cette première partie, où l'on aborde les relations entre l'Homme et son milieu, repose sur un thème éminemment géographique s'il en est, puisque le paysage est à un moment le résultat du modelage par l'Homme d'un milieu au départ « naturel ».

20La perspective historique de la gestion des ressources en eau (cf. « Les ressources en eau dans le centre-nord du Mexique. Perspective historique », p. 49) est évidemment à la base de la situation actuelle, et nous permet de mieux comprendre le contexte ayant pu conduire à l'exploitation des ressources de la Sierra Madre. La pression démographique est loin de poser un problème comme dans la plupart des pays du Sud, puisqu'à l'inverse on assiste à une vaste déprise qui est étudiée par Béatrice Inard Lombard dans « Une montagne en voie d'abandon ? » (cf. p. 65). Elle introduit l'aspect humain au moment où l'on s'aperçoit que la montagne se vide très rapidement. La position démographique de cette région est comparée à celle de deux autres espaces agro-pastoraux (cf. encadré 3 « Un contexte démographique et économique de transition. Démographie comparée de la Sierra Madre avec celle de deux autres régions agro-pastorales », p. 83). Bien que peu colonisée jusqu'à la fin du xixe siècle, cette sierra n'en comporte pas moins des traces d'occupation ancienne (cf. « Le projet Hervideros. Un regard sur le passé préhispanique de la Sierra Madre occidentale du Durango, Mexique », p. 93. Cette partie se termine par la notion d'indianité (cf. encadré 4 « L'indianité et l'indigénisme au Mexique et dans la Sierra Madre occidentale », p. 115) qui n'est pas toujours très précise au Mexique comme dans le reste de l'Amérique.

Bibliographie

Références

Brunhes J., 1947 – La géographie humaine. Paris, PUF, édition abrégée, 353 p.

Gerber A., 1992 – Le jade et l'obsidienne. Paris, Éd. Robert Laffont, 391 p.

Postel S., 1999 – Pillar of Sand. New York, Norton Worldwatch Books, 352 p.

Poulenard J., Descroix L, Podwojewski P., 2003 – Érosion des sols en montagne et activités humaines : conquête, surexploitation et déprise agricole (Andes septentrionales, Sierra Madre occidentale, Préalpes du Sud). Séminaire Carrtel de la Station d'hydrobiologie lacustre (SHL) de Thonon-les-Bains, 24/6/2003.

Vernex J., 2001 – Introduction à la géographie. Cours de l'université de Genève, Sciences Politiques et Relations Internationales.

Wittfogel K.A., 1981 [1957] – Oriental despotism. A Comparative Study of Total Power. New York, Vintage Books/Random House.

Wittfogel K.A., 1974. Le despotisme oriental, étude comparative du pouvoir total. Paris, éditions de Minuit.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540