Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Sierra Madre occidentale

 | 
Luc Descroix
, 
Juan Estrada
, 
José Luis Gonzalez Barrios
, 
et al.

Introduction

Luc Descroix

Texte intégral

1Les recherches qui ont été menées en partenariat entre l'Orstom, puis l'IRD, et le Cenid Raspa, entre 1992 et 2002, dans la Sierra Madre occidentale se poursuivent aujourd'hui dans le cadre d'un programme Ecos-Nord (programme animé par l'université Paris-V encourageant la coopération entre universités françaises et latino-américaines), sur les bassins expérimentaux du haut bassin du río Nazas. Cette longue collaboration scientifique, animée essentiellement par des hydrologues et des pédologues, s'est intéressée tout particulièrement aux conséquences hydrologiques des changements d'usage des sols dans cette grande chaîne de montagne d'Amérique du Nord. Six années d'observations intensives, suivies d'autant d'années de suivi sur certains sites ayant démontré un intérêt scientifique particulier, nous ont permis d'améliorer les connaissances sur les processus hydrologiques dans cette zone de montagne et de comprendre comment les modes d'exploitation, et leur évolution, entraînaient des changements loin en aval, et pour les générations futures, au point de justifier de conseiller aux autorités mexicaines, à travers le Cenid Raspa, d'intervenir dans la gestion de l'espace d'une région qui constitue un véritable château d'eau pour tout le nord du pays. Par ailleurs, ce travail est vraiment le fruit d'une intense collaboration entre nos deux organismes porteurs, et le seul fait que cette collaboration continue montre l'intérêt de la communauté scientifique. Les nouvelles directives mexicaines dans la politique de gestion de l'eau et de l'espace ont pu être inspirées par ces travaux ou pourront l'être dans le futur ; au moins une collection de données et d'observations de terrain, de traitements et de modélisations, sont à la portée des scientifiques et des aménageurs, des preneurs de décision et des responsables politiques.

La Sierra Madre, aujourd'hui : une montagne relativement privilégiée qui se vide

2La Sierra Madre occidentale est mal connue en Europe, mais aussi en Amérique du Nord ; au Mexique, elle reste une région éloignée du « centre », peu touristique et donc peu visitée. Étrangement, elle sort de sa torpeur depuis une dizaine d'années, au moment où sa population émigre en masse aux États-Unis. L'énorme gradient de niveau de vie entre les deux côtés de la frontière et la relative facilité pour aller et revenir de part et d'autre favorisent la migration de travail souvent vécue comme temporaire au départ mais le plus fréquemment définitive.

Fig. 1 – Carte topographique du Mexique (source Terracarta).

3Pourtant, cette chaîne de montagne semble être assez dynamique : les ressources naturelles y sont relativement abondantes, à commencer par l'eau, le bois, les fourrages, les minerais ; le niveau de vie des habitants est bien plus élevé que dans les autres zones rurales mexicaines, a fortiori les zones de montagne, du fait de la forte proportion d'émigrés, qui se traduit par une richesse répartie sur une population amoindrie, et aussi par des rentrées de capitaux ; niveau de vie probablement aidé aussi par les revenus des cultures illicites. On y sent une – relative –aisance, peu commune dans les montagnes latino-américaines, qui contraste avec la misère des paysans indiens des montagnes du Sud. Une grande proportion des familles possède ici un véhicule (même s'il s'agit souvent d'un vieux pick-up américain souvent non « légalisé », on reste aussi parfois dans des zones de non-droit...), une maison en dur, un mobilier complet ; l'électricité est arrivée dans de nombreux villages, l'eau courante commence à faire son apparition, le téléphone atteint grâce au satellite les communautés les plus reculées. De nombreux villages sont inaccessibles par la route (les barrancas sont souvent infranchissables) mais, dans ce cas, l'instituteur par exemple est conduit en avion au mois de septembre, a droit à des communications par radio hebdomadaires avec les siens, et on repasse le prendre en juin pour les grandes vacances ; l'avion peut aussi être utilisé pour évacuer les malades et les blessés en cas d'urgence. On l'aura compris, le Mexique, pays émergent, est aussi l'héritier d'une Révolution (celle de 1910, mais dont les slogans, surtout dans le nord qui a été l'un de ses berceaux, restent inscrits en grandes lettres à l'entrée des villes) qui a aidé à forger une nation en réussissant à scolariser près de 100 % des enfants et à installer un système de santé d'une qualité qu'on ne retrouve qu'à Cuba et au Costa Rica dans l'ensemble latino-américain.

4Mais ce dynamisme et cette aisance apparents ont comme corollaire, on l'a vu, une très forte émigration. Celle-ci est le fait de tous les jeunes en âge de travailler et, de plus en plus, après avoir été surtout masculine, le fait des deux sexes. Alors une montagne relativement privilégiée qui se vide ? Ce paradoxe, d'ailleurs synonyme de hausse du niveau de vie des « restants », recouvre une migration multiforme (cf. « Une montagne en voie d'abandon ? », p. 65), et bien des gens ont pris l'habitude de traverser régulièrement la frontière (parfois clandestinement) une ou plusieurs fois par an.

Le surpâturage, principale cause des changements hydrologiques

  • 1 Aléna : Alliance de libre-échange nord-américaine (TLC : Tratado de Libre Comercio, en espagnol) ; (...)

5Cette dépopulation n'est pas visible dans le paysage, car elle ne s'accompagne pas d'une déprise rurale. Le Mexique est depuis trois décennies au moins un formidable bassin de main-d'œuvre pour les États-Unis mais, ici, on a vu en dix ans des villages perdre 80 % de leur population. Or, les paysages montrent toujours presque partout des signes de surexploitation même si, dernièrement, l'engouement pour les clôtures a permis de sauvegarder certains pâturages. En effet, le Mexique a aussi connu une « révolution » durant les années 1990 ; c'est l'entrée dans l'Aléna1 en 1994, qui a conduit à faire appliquer « l'abrogation de l'article 27 » de la Constitution, abrogation votée en 1992 d'une loi datant de 1936 et instaurant la Réforme agraire. Le système des communautés rurales nouvelles (ejidos), issu de l'esprit de la Révolution de 1910, a volé en éclat et la propriété privée est devenue la norme dans presque tout le Mexique (le système communautaire peut persister là où les gens le souhaitent, mais c'est très rare dans le Nord).

6Ces faits, marquants et capitaux dans l'histoire du pays, se sont traduits par un vaste phénomène d'« enclosure », les nouveaux propriétaires s'empressant de marquer physiquement les limites de leur nouvelle tenure.

7Ce mouvement d'enclosure et cette forte émigration n'ont que localement freiné ou inversé la tendance à une très forte surexploitation de l'espace, liée principalement au surpâturage et secondairement au déboisement. En effet, ni les clôtures de barbelé, ni l'émigration n'ont provoqué une baisse du cheptel ; au contraire, on profite souvent de l'argent des émigrés pour acheter une nouvelle vache ; certains paysans partent même aux États-Unis quelques mois par an uniquement pour acheter une nouvelle vache, sélectionnée, à leur retour. Or, ces vaches sélectionnées sont certes plus productives (il s'agit ici de race d'embouche) que les races bovines utilisées traditionnellement dans la Sierra Madre, mais elles sont peu enclines à la marche en montagne et ont tendance à rester près des points d'eau ; par ailleurs, les habitants ont de moins en moins de jeunes bergers pour mener les troupeaux là où les pâturages sont de meilleure qualité et assurer ainsi une meilleure gestion des parcs.

8Cette surexploitation de l'espace a conduit à une forte dégradation des pâturages et des sols, ce qui a modifié leurs conditions hydro-dynamiques et, par conséquent, le ruissellement et l'infiltration, donc la capacité du sol à retenir l'eau. Le régime des cours d'eau n'a pas manqué d'en être affecté, les crues devenant plus soudaines et courtes, les étiages plus marqués. Les ressources en eau sont donc menacées à terme si la gestion de l'espace n'est pas améliorée rapidement, dans une optique plus patrimoniale.

9On l'aura compris, le surpâturage a été cerné comme la principale cause de dégradation de l'espace et, partant, principale cause des changements hydrologiques enregistrés. On est bien, ici dans une économie agro-pastorale, et les pages qui suivent développeront parfois des éléments de comparaison avec d'autres régions d'économie de même type, y compris sur d'autres continents (avec le Sahel par exemple où les steppes et les savanes sont aussi des parcours menacés par la surcharge en bétail). Seront aussi évoquées des comparaisons avec le principal massif montagneux d'Europe, ces Alpes qui souffrent aujourd'hui de la déprise rurale mais qui ont connu par le passé des phases de surexploitation des versants ayant provoqué une très sensible déstabilisation du régime hydrologique (crues et étiages exacerbés, inondations des zones planes en aval). La dynamique de ces milieux agro-pastoraux est souvent très dépendante du climat, mais aussi des migrations et des conditions d'accès aux ressources, eau, sol et pâturages.

10La problématique exposée ici est donc l'étude des conséquences des changements d'usages des sols sur l'évolution des ressources en eau. Les changements d'échelles spatiale et temporelle nous feront passer de l'unité élémentaire de sol au bassin versant, et du bassin versant élémentaire à celui des grands cours d'eau que sont le río Nazas, le río Conchos ou encore le río Sonora. Les rappels historiques ou les emprunts aux sciences humaines seront parfois indispensables pour comprendre l'enchaînement de faits qui ont pu mener aux conditions actuelles, elles-mêmes fragiles et sans doute prochainement caduques.

La Sierra Madre occidentale et son intérêt pour le Mexique

11On dit souvent du Mexique, mais aussi de toute l'Amérique latine : « Pobre México, tan lejos de Dios y tan cerca de Estados Unidos » (« Pauvre pays, si loin de Dieu et si près des États-Unis »). Que dire de la Sierra Madre occidentale qui est même en continuité géologique avec la partie occidentale des montagnes Rocheuses : le nord des États de Chihuahua et de Sonora est à la frontière de l'Arizona et du Nouveau-Mexique. La frontière Mexique/États-Unis est la seule frontière terrestre entre les pays dits « du Nord » et ceux « du Sud ». Elle vit de ce gradient formidable et des flux d'hommes, de marchandises, d'argent et de communications de tout genre qui y sont chaque jour plus développés. La Sierra Madre est en marge de cette frontière même si géologiquement elle la traverse, mais elle est forcément très influencée par cette proximité géographique. Cette frontière est une frontière entre Nord et Sud, certes, mais peut-être plus encore une frontière entre culture anglo-saxonne et culture latino-américaine. Bien que les modes de vie nord-américains soient très répandus au Mexique, surtout au nord du pays, et que 35 millions d'habitants des États-Unis soient mexicains ou d'origine mexicaine, bien que le Far West soit en continuité parfaite de paysages et de modes d'exploitation avec les grands espaces du Nord-Mexique, bien que le plus grand désert d'Amérique, celui de Chihuahua, soit à cheval sur la frontière, les traits des sociétés sont têtus et la frontière culturelle, artistique, socio-économique, religieuse, etc. demeure bien sur le río Grande.

12La Sierra Madre est géologiquement en Amérique du Nord et culturellement en Amérique latine, malgré l'intensité croissante des échanges humains et économiques, et malgré les forts emprunts culturels, dans les deux sens. Nous sommes ici dans une région transfrontalière, et cela nous a amenés parfois à nous intéresser à ce qui se passe de l'autre côté de la frontière.

13Mais la Sierra Madre, c'est avant tout une région de montagne, assez élevée (3 300 m au maximum) mais surtout très escarpée ; elle a donc des traits et des problématiques propres aux milieux de montagne : difficultés de circulation, difficultés inhérentes à l'agriculture de montagne, climat rude et sec, pluviométrie excessive en saison des pluies, etc. D'autres zones de montagne seront donc comparées, qu'elles se situent ou pas en zone tropicale ; car, même si nous sommes essentiellement au nord du Tropique, il s'agit bien ici d'une zone tropicale : le régime des pluies est tropical (pluies de saison chaude), les températures sont élevées en plaine ; en revanche, l'altitude impose des rigueurs hivernales et, comme dans d'autres massifs montagneux d'Amérique latine et d'autres régions tropicales, les zones les plus hautes connaissent un climat de type tempéré, avec des températures élevées l'été et basses l'hiver.

14Cette région de montagne a comporté des intérêts divers et changeants pour le Mexique. Longtemps, les foyers d'activité se sont cantonnés aux mines de métaux rares et aux implantations des jésuites. Les Tarahumaras, les Tepehuanos, les Yaquis et les Huicholes n'ont jamais constitué de populations importantes, et leur économie de semi-nomadisme avait peu d'impact sur le milieu. La variété et l'abondance des minerais ont donc longtemps justifié la colonisation espagnole, mais l'activité n'a pas rayonné ; elle s'est limitée à l'extraction des minerais, leur traitement se réalisant dans d'autres régions (Torreón dans l'État de Coahuila, pour les métaux rares, Monterrey pour le fer de Durango, par exemple). La Sierra Madre est ainsi devenue au cours de la première moitié du xxe siècle une zone d'élevage extensif, activité qui est encore de nos jours la principale ressource des populations locales.

15Cependant, ce n'est pas la production agricole ni l'activité minière qui, aujourd'hui, représente le plus grand intérêt de cette sierra. Ce sont ses ressources en eau qui fondent son principal atout. Elle approvisionne ainsi d'autres régions, plus peuplées mais manquant sévèrement d'eau, en particulier les zones arides ou semi-arides qui l'entourent à l'ouest (désert côtier du Sonora et de Basse-Californie) comme à l'est (désert de Chihuahua).

16Depuis la période coloniale, les villes se sont installées à proximité des cours d'eau débouchant de la sierra : Culiacán sur le río Humaya, El Fuerte sur le río du même nom, Ciudad Obregón sur le río Yaqui ; cette logique de localisation prévaut bien sûr pour la période postérieure, avec Hermosillo installée sur le río Sonora, Torreón sur le Nazas, Jimenez sur le Conchos, etc.

17Au cours du xxe siècle, de vastes périmètres irrigués, alimentés par de grands barrages, ont vu le jour et se sont développés. Mais ces aménagements ont profité à la périphérie sans bénéficier aux populations installées dans les montagnes.

18La question qui ne manque pas de se poser de nos jours, où la concurrence pour l'espace et pour l'eau devient vive, surtout en zone semi-aride, c'est de savoir si cette eau ne pourrait pas produire autant ou plus de valeur ajoutée et créer autant ou plus d'emploi, dans la sierra où elle est moins soumise à l'évaporation et les sols à la salinisation. Et par ailleurs, cela rejoint le but scientifique de nos recherches, cette réserve d'eau, qui pourrait être à terme menacée par la dégradation des milieux (sol et végétation) dans la zone de montagne, est presque intégralement utilisée aujourd'hui. La demande étant croissante, les utilisateurs de plaine ne vont-ils pas exiger une « sanctuarisation » de la Sierra Madre pour en pérenniser le « rendement hydrologique » ?

19Si cet ouvrage peut contribuer à conseiller les gestionnaires de l'eau en leur démontrant que celle-ci doit être une gestion de l'espace, s'il arrive à convaincre qu'un bûcheron, un éleveur ou un exploitant de mines sont aussi des acteurs dans la gestion de l'eau parce qu'ils interviennent sur l'espace du bassin versant et sa conservation, les recherches menées durant douze années au Nord-Mexique n'auront pas été vaines.

Construction de l'ouvrage

20Après une introduction au cours de laquelle seront exposés les principaux traits physiques de la Sierra Madre occidentale, ce travail se découpe en quatre grandes parties :

  • dans la première, on aborde le contexte historique et les circonstances humaines, politiques et démographiques qui expliquent le développement du système d'exploitation socio-économique actuel et son évolution récente ; on mettra en opposition la dépopulation rapide des zones rurales avec les débuts de l'occupation des montagnes par l'homme, il y a des milliers d'années ;
  • la deuxième partie s'intéresse aux phénomènes hydrologiques tels qu'ils ont été étudiés pendant plus de dix ans, et l'on s'appliquera à en décortiquer les processus de la grande échelle (l'unité de sol élémentaire) à la plus petite (celle des grands bassins fluviaux débouchant hors du massif) ; le climat, et en particulier la pluie, les sols et leurs états de surface, condition première du ruissellement, et les données hydrologiques sont analysés afin d'en comprendre leur évolution récente ;
  • la troisième partie interprète ces évolutions, à travers ce qui semble être la problématique principale des milieux de montagne tropicale des pays du Sud : la dégradation de leurs ressources (la végétation, les sols et donc l'eau), ses causes et ses conséquences ; on s'arrêtera sur les recherches, encore en cours, d'une éventuelle rétroaction des forêts sur la distribution spatiale des précipitations ;
  • la dernière partie aborde les problèmes géopolitiques que pose cette question d'un développement durable. Si la volonté est unanime d'une meilleure gestion de l'eau, les intérêts diffèrent. Préserver l'espace dans une optique patrimoniale permettrait à n'en pas douter de développer une forme d'écotourisme qui peut être une alternative à la fois à la déprise rurale et à la surexploitation ; cette nécessité de développement durable se pose dans les mêmes termes dans le bassin de Valle de Bravo, dont on étudiera la problématique en fin d'ouvrage, montrant ainsi que les problèmes rencontrés dans la Sierra Madre occidentale se retrouvent hélas avec encore plus d'acuité là où la pression démographique est bien plus réelle, ce qui est le cas dans toutes les montagnes du sud du pays, mais aussi du reste de l'Amérique centrale et du Sud, et dans la plupart des montagnes tropicales.

La Sierra Madre occidentale, « château d'eau » du Nord-Mexique

21La Sierra Madre occidentale constitue le plus grand massif rhyolitique du monde. Elle s'étend sur plus de 1 500 km du nord au sud et sur 200 à 400 km de large suivant les endroits. Cette chaîne est composée d'un empilement très épais (plusieurs milliers de mètres) d'épanchements d'ignimbrites rhyolitiques (cf. encadré 1 « Géologie de la Sierra Madre occidentale. Constitution et origine », p. 33) qui ont façonné un ensemble plutôt tabulaire avec un versant oriental, plus sec, descendant régulièrement vers l'Altiplano nord-central mexicain et un versant occidental, au contraire bien plus humide et très escarpé, disséqué par les nombreuses vallées dévalant vers le Pacifique. Les Barrancas del Cobre (le rio Fuerte et ses affluents) et leurs 1 850 m de profondeur ne sont que les plus connues de ces profondes incisions qui rendent le franchissement de la chaîne d'est en ouest très difficile (il n'y a qu'une route actuellement, entre Durango et Mazatlán, et un chemin de fer, de Chihuahua à Los Mochis, pour franchir l'obstacle au plus court), alors que la circulation sur la ligne des hauts plateaux est relativement aisée. Il faut dire que ces zones sommitales sont d'altitude subégale ; le point culminant de la sierra est à 3 310 m, mais aucun col ne la franchit à moins de 2 400 m ; c'est dire que l'ensemble est massif mais peu accidenté pour les secteurs les plus hauts (fig. 1).

22Cette chaîne constitue indéniablement un « château d'eau » pour tout le nord du pays, et tous les cours d'eau importants y prennent leur source, qu'ils s'écoulent vers l'Atlantique (le rio Conchos, affluent du rio Bravo/Grande), vers une des dépressions endoréiques (le rio Nazas) nombreuses dans cette région aride et semi-aride, ou vers le Pacifique comme le rio Fuerte, le rio Sonora, le río Yaqui ou encore le rio Humaya. La Sierra Madre est encadrée, à l'est, par le plus grand désert d'Amérique du Nord, celui de Chihuahua et, à l'ouest, par une plaine littorale qui bénéficie au sud d'un climat tropical humide, jusqu'à la latitude de Mazatlán, et devient de plus en plus aride vers le nord (300 mm de précipitations annuelles environ vers Los Mochis), jusqu'à laisser la place aux déserts côtiers du Sonora et de Basse-Californie. Le point le plus sec du Mexique se trouve dans la basse vallée du Colorado (50 mm.an-1).

23La Sierra Madre occidentale constitue une barrière au franchissement, surtout sur son versant occidental, très escarpé (fig. 2) ; elle est aussi un obstacle pour les masses d'air humides venues du sud-ouest, qui apportent l'essentiel des précipitations en saison des pluies. Il existe aussi une petite saison des pluies en hiver (décembre-janvier) mais celle-ci, outre qu'elle n'apporte en moyenne que 10 % des précipitations annuelles, est très dépendante de l'Enso (El Niño Southern Oscillation) ; en effet, elle est importante surtout les années « chaudes », et plus sur le versant occidental que sur le versant interne de la sierra. Des conditions climatiques relativement favorables aux confins de ces latitudes subtropicales, généralement caractérisées par l'aridité en façade ouest des continents, font de la Sierra Madre une région a priori attractive, mais aussi un enjeu du fait de ses ressources.

Fig. 2 – Relief de la Région hydrologique n° 36 et de la partie centrale de la Sierra Madre occidentale. Le rectangle signale l'aire d'étude du haut bassin du río Nazas.

24À l'époque de la colonisation espagnole, ce sont ses ressources minérales qui en avaient fait une aire de spéculation. Les affleurements de roches plutoniques et cristallines (fig. Il dans l'encadré 1 « Géologie de la Sierra Madre occidentale. Constitution et origine » p. 33) laissent apparaître de nombreux filons de métaux rares (or, argent) ou moins rares (cuivre, plomb, etc.), mais aussi de nombreux gisements de manganèse. L'exploitation de ce dernier minerai, très abondant dans la zone d'étude du haut Nazas, a brutalement cessé en 1974, son prix s'étant effondré à la fin de la guerre du Viêt-nam. En revanche, de très grandes exploitations minières sont encore en activité : à Cananea (extrême-nord de l'État du Sonora), d'où l'on extrait essentiellement du cuivre, du plomb et du zinc ; La Ciénega de Nuestra Señora (ouest de l'État de Durango) et El Colorado (nord de l'État de Durango), d'où l'on extrait surtout de l'or et de l'argent.

  • 2 Les acacias sont remplacés par les chênes vers 2 000 m, puis par les pins vers 2 500 m.

25Depuis la fin du xixe siècle, l'élevage bovin extensif a pris possession de ces terres boisées mais au potentiel meilleur que les plaines du centre-nord bien plus arides. La végétation naturelle de forêts étagées suivant l'altitude2 (fig. 3) des hauts versants et des plateaux de la sierra tend à être remplacée par les pâturages, sauf dans les secteurs de sylviculture, où cette activité occupe tout l'espace. Si l'élevage reste l'activité principale des paysans et des communautés rurales, la sylviculture est devenue depuis trente ans l'activité motrice de la sierra, ce qui ne va pas sans poser des problèmes de gestion des ressources.

Mine de cuivre à ciel ouvert de Cananea, au nord de l'État de Sonora ; au premier plan, le bassin de décantation des déchets.

Fig. 3 – Etagement altitudinal de la végétation (Viramontes, 2000).

Fig. 4 – Pluviométrie moyenne au Mexique (source Terracarta).

Un château d'eau naturel et... artificiel

26Les conditions naturelles préalablement décrites, en particulier la topographie, la géologie et la végétation, font de la Sierra Madre un château d'eau naturel.

27Mais c'est bien sûr la pluviométrie et le climat en général qui sont les principaux éléments conduisant à cette relative richesse en eau. De fait, 54 % des terres arables du Mexique se trouvent dans sa moitié nord, laquelle ne reçoit que 7 % des précipitations tombées sur l'ensemble du pays. Toutefois, la figure 4 montre bien que les hauteurs précipitées sont plus importantes dans la Sierra Madre que sur la plaine côtière du Pacifique, d'une part, et que sur l'altiplano nord-central mexicain, de l'autre. Il y pleut bien plus que dans les zones avoisinantes, et l'évaporation potentielle y est sensiblement plus faible du fait de l'altitude.

28Certaines stations, sur le versant Pacifique de la sierra, dans les États de Durango et Sinaloa, reçoivent aux alentours de 1 500 mm par an.

29Ces conditions font des cours d'eau issus de la sierra des émissaires relativement abondants pour la région, les seuls apportant des ressources représentatives, malgré des débits spécifiques très faibles pour des zones de montagne : inférieurs à 2 l.s-1.km-2 sur le versant intérieur de la Sierra Madre, entre 5 et 10 l.s-1.km-2 sur le versant Pacifique. C'est pourtant sur le versant donnant sur l'altiplano que l'exploitation des cours d'eau sortant de la Sierra Madre a commencé, avec le barrage de La Boquilla sur le Conchos, construit en 1916, et le barrage Lázaro Cárdenas sur le Nazas (tabl. 1 et fig. 5).

Tabl. 1 – Les principaux barrages et périmètres irrigués alimentés par des eaux provenant de la Sierra Madre occidentale.

Tabl. 1 – Les principaux barrages et périmètres irrigués alimentés par des eaux provenant de la Sierra Madre occidentale.

Fig. 5 – Localisation des principaux barrages-réservoirs sur les cours d'eau issus de la Sierra Madre occidentale.

30Ensuite, c'est sur le versant Pacifique de la sierra que se sont concentrés les efforts d'aménagement. Il est à noter que la période la plus intense de construction correspond aux années 1940, qui sont les années où l'Amérique latine a vécu un peu isolée du monde en guerre et, aussi, l'époque des régimes « populistes » qui ont mené de solides et volontaires politiques d'industrialisation par « substitution aux importations » ; c'est surtout, au Mexique, la présidence de Lázaro Cárdenas, qui a fait appliquer la Réforme agraire et a donc cherché à pourvoir les petits paysans en terres arables par la création de périmètres irrigués. La construction de nombreux gros barrages a été commencée sous cette présidence. On peut remarquer les éléments suivants :

  • les barrages ont de grandes capacités (tabl. I) ; ils ont avant tout une vocation de stockage à but agricole (irrigation) et ne produisent en général pas d'hydro-électricité. Six d'entre eux ont une capacité de stockage supérieure à 3 km3 ; à titre de comparaison, les deux plus grands réservoirs français, ceux de Serre-Ponçon sur la Durance et de Sainte-Croix sur le Verdon, ne dépassent pas 1 km3 de réserve utile ; mais de nombreux ouvrages plus modestes ont aussi été construits ;
  • tous les cours d'eau importants de la Sierra Madre ont été mis à contribution, sauf à l'extrémité sud de la sierra où, la pluviométrie étant bien plus importante, l'irrigation est rarement nécessaire (fig. 5) ;
  • les périmètres irrigués ainsi créés sont également de très grande extension, dépassant pour cinq d'entre eux les 100 000 ha irrigables ; c'est le fruit d'une politique volontariste et de conquête d'une nouvelle frontière, celle de la ressource en eau ; il est à remarquer que cette poussée vers le nord intervient après les années du New Deal américain qui ont vu les chantiers fleurir sur les cours d'eau américains, en réponse à la grande crise (le barrage Hoover sur le Colorado, qui privera le Mexique de 95 % des eaux de ce fleuve qui se jette au fond du golfe de Californie, a été mis en eau en 1932) ;
  • ces périmètres se dédient surtout aux cultures industrielles : canne à sucre, coton, localement maïs ; pour la Laguna – oasis naturelle de piedmont du río Nazas, dont l'alimentation a été régulée par le barrage Lázaro Cárdenas –, l'activité, auparavant cotonnière et mère d'un puissant complexe agro-industriel, a été remplacée dans les années 1980 par la production de fourrages (essentiellement la luzerne à hauts rendements) destinés à nourrir les vaches qui font de la Laguna le premier bassin laitier du Mexique, avec 28 % de la production nationale de produits laitiers, en plein désert ;
  • le remplissage des barrages a été très affecté par la succession d'années de sécheresse (qui s'est achevée avec une année 2004 très pluvieuse ; la saison des pluies 2005 est abondante à fin août) qui a touché le Nord-Mexique depuis le début des années 1990 ; le barrage Lázaro Cárdenas a été à plusieurs reprises pratiquement à sec ; et le barrage A. L. Rodriguez d'Hermosillo était vide depuis deux ans au printemps 2004.

Barrage La Haciendita sur le río Matapé (État de Sonora).

Barrage A. L. Rodriguez, en amont de la ville d'Hermosillo (État de Sonora) ; le réservoir est en 2004 complètement vide depuis plus de deux ans.

Bibliographie

Références

Descroix L., 2002 – Le rôle de l'homme dans l'entretien et la dégradation des sols des régions à faible densité de population ; analyse à travers trois cas de figures. Revue de Géographie de Québec, 46 (128) : 215-235.

Gonzalez B., Descroix L., 2000 – Bilan et perspectives de la ressource en eau dans la Région hydrologique n° 36 (Nord-Mexique). Revue de Géographie alpine, 2-2000, t. 88 : 115-128.

Viramontes P. D., 2000 – Comportement hydrodynamique du milieu dans le haut bassin du Nazas (Sierra Madre occidentale, Mexique) ? Causes et conséquences de son évolution. Thèse de doctorat de géographie de l'université Joseph Fourier-Grenoble 1,450 p.

Viramontes P. D., Descroix L., 2000 – Dégradation progressive du milieu et conséquences hydrologiques : étude de cas dans la Sierra Madre occidentale (Nord-Mexique). Revue de Géographie alpine, 2-2000, t. 88 : 27-42.

Notes

1 Aléna : Alliance de libre-échange nord-américaine (TLC : Tratado de Libre Comercio, en espagnol) ; simultanément le Mexique a aussi intégré l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).

2 Les acacias sont remplacés par les chênes vers 2 000 m, puis par les pins vers 2 500 m.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Carte topographique du Mexique (source Terracarta).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1014k
Légende Fig. 2 – Relief de la Région hydrologique n° 36 et de la partie centrale de la Sierra Madre occidentale. Le rectangle signale l'aire d'étude du haut bassin du río Nazas.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende Mine de cuivre à ciel ouvert de Cananea, au nord de l'État de Sonora ; au premier plan, le bassin de décantation des déchets.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 591k
Légende Fig. 3 – Etagement altitudinal de la végétation (Viramontes, 2000).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5453/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Fig. 4 – Pluviométrie moyenne au Mexique (source Terracarta).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5453/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Tabl. 1 – Les principaux barrages et périmètres irrigués alimentés par des eaux provenant de la Sierra Madre occidentale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5453/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Fig. 5 – Localisation des principaux barrages-réservoirs sur les cours d'eau issus de la Sierra Madre occidentale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5453/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Légende Barrage La Haciendita sur le río Matapé (État de Sonora).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5453/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 974k
Légende Barrage A. L. Rodriguez, en amont de la ville d'Hermosillo (État de Sonora) ; le réservoir est en 2004 complètement vide depuis plus de deux ans.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5453/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 799k

Auteur

Géographe et hydrologue, chargé de recherches à l'IRD, actuellement en poste à Niamey (Niger).

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540